#Technologie

Espoirs et inquiétudes : quel avenir pour la nouvelle génération de l'édition ?

Le Master CREM de la Sorbonne s’est donné pour mission de former la future génération d’éditeurs et d’éditrices. Après deux ans d’alternance qui leur ont permis d’appréhender les ressorts du métier, les étudiants s'aventureront sur le marché de l’emploi. En cette période particulière, remises en question et tribunes s’enchaînent : ces primo-arrivants appréhendent mieux le monde du travail, et devront se tracer un chemin dans un secteur ultra concurrentiel – parfois cruel.

Le 10/06/2020 à 10:13 par Gariépy Raphaël

24 Réactions | 1 Partages

Publié le :

10/06/2020 à 10:13

Gariépy Raphaël

24

Commentaires

1

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Nous sommes allés à la rencontre de quatre apprenties éditrices, interrogées sur leurs motivations, leur métier, leurs attentes : quel regard portent-elles sur l’avenir du métier, parfois fantasmé, d’éditeur ?

Que le monde du livre les ait attirées dès l’enfance ou que la rencontre avec le milieu de l’édition soit le fruit d’une reconversion dans le supérieur, toutes ont l’impression d’avoir trouvé leur place. Toutes occupent actuellement un poste d'assistante éditoriale, en contact direct avec les textes. Zoé travaille aux éditions de L’opportun, Manon en jeunesse chez Nathan, Eléna aux éditions Dunod où elle s’occupe de livres universitaires, et Charlotte fait partie de l’équipe du Tripode depuis deux ans.

Si je pouvais, je serais...

Pour les quatre apprenties, 2020 signe la fin des études avec le monde professionnel pour horizon. Mais cette rentrée littéraire sera particulière pour l’ensemble du milieu. Le secteur de l’édition vient de vivre une crise intense qui a retourné chaque maillon de la chaîne. Les postes se raréfient, plus que jamais – obligeant à un certain pragmatisme. 

«Dans mes rêves les plus fous j’aimerais travailler en littérature de l’imaginaire, je trouve qu’il y a un dynamisme fou dans ce secteur, mais je ne me mets pas de limites pour le moment, ça dépendra de ce qui va se passer à la fin de l’année» ; Zoé, qui envisage de lancer sa propre maison depuis déjà un certain temps, est pleinement consciente des difficultés qui l’attendent et ne refuse aucune option. 

Eléna comme Manon comptaient sur la logique de grand groupe (Hachette et Editis) pour bénéficier d’une mutation en interne en septembre prochain. La réalité a bouleversé leurs plans : « Ça va être très très compliqué, je vais me lancer en freelance l’année prochaine, à mon avis je n’aurai pas le choix», affirme Eléna. Elle prévoit de se débrouiller avec des contacts noués durant l’apprentissage tout en continuant à prospecter sur les offres qui sortent. Seule Charlotte, qui reste au Tripode l’année prochaine, peut finalement se permettre d’être sereine.

Un milieu en crise qui ne bougera pas de sitôt 

«On n’a pas fini de voir des choses aberrantes se passer dans le monde de l’édition», affirme Zoé qui suit avec attention le mouvement #PayeTonAuteur ou la Ligue des auteurs professionnels. Elle constate au jour le jour les injustices qui structurent le milieu, et notamment la surproduction qui impacte durement les librairies. 


Free Photos CC 0

À cela s’ajoute la précarité pour les jeunes éditeurs – avec un niveau d’étude proche du Bac +5 –, pas assurés d’avoir un emploi stable. «Si la profession d’éditeur ne risque pas de disparaitre, en tout cas pas en France, le métier reste très précaire même en CDI : si on est dans une petite boite tout peut se casser la gueule du jour au lendemain.» 

HOUELLEBECQ : post-Covid, “tout restera exactement pareil”

Surtout que la concentration des groupes parisiens rend difficile un début de carrière en province. Paris, ville la plus chère de France, n’est pas toujours tendre avec les nouveaux venus sur le marché de l’emploi. Ainsi pour Charlotte le premier motif d’inquiétude reste le salaire : «Pour l’instant à 20 ans, pas mariée et sans enfant tout va bien, mais se projeter à 40 ans avec un salaire aussi bas à Paris, c’est difficile. D'autant que j’ai eu pas mal d’échos assurant que ça augmente très peu finalement.»

Et le changement ne semble pas pour maintenant : «J’adorerais que la crise Covid bouleverse le monde de l’édition et que les éditeurs se rendent compte du jour au lendemain que la surproduction est une impasse. Mais je n’y crois absolument pas. Selon moi, on va vivre une année difficile : les gros groupes vont s’engouffrer dans la facilité et produire plus, pour vendre plus et compenser les pertes», prédit Eléna.

Un fatalisme plus ou moins partagé 

Devant ce constat assez sombre, les réactions ne sont pas les mêmes. Eléna avoue avoir « peu confiance en l’humain et dans les éditeurs encore moins», comme Manon : il ne faut rien attendre du milieu. Le secteur de l’édition, très traditionnel, ne bougera pas de sitôt. Les futures éditrices prennent toutes l’exemple du livre numérique, censé révolutionner le milieu voilà déjà 10 ans, or «on ne se rend toujours pas compte qu’il ne sert à rien de mettre un livre numérique à 14 balles, quand le broché est à 19».

ÉDITION : Le capitalisme détruit, tout, jusqu’à lui-même”

Zoé de son côté ne nie pas les difficultés en présence, mais reste persuadée de faire partie d’une génération plus féministe, plus engagée, qui laissera moins de choses passer : «Oui, il y a plein de choses qui ne vont pas, mais on est dans un moment de prise de conscience globale et j’ai beaucoup d’espoir, on est au début de plein de choses, j’espère voir des révolutions se passer dans le début de ma carrière... et dans le reste de ma carrière aussi.»


Ensuite, quoi ? geralt CC 0

Enfin Charlotte tient à rappeler la condition privilégiée de la France : «Le secteur du livre en France est plus important qu’ailleurs, on a le précieux système du prix unique du livre, et la France a l’un des réseaux de librairies les plus denses au monde.»

Les quatre étudiantes s’accordent d'ailleurs à dire que la génération qui vient est particulièrement lucide sur les problèmes de la filière. Si l’optimisme n’est pas toujours partagé, toutes parlent de s'engager. 

La nécessité de faire front 

Manon, Eléna, Zoé et Charlotte partagent l'envie d’une exigence éditoriale, reflet de valeurs, au quotidien. Ne pas plébisciter des textes qui contreviendraient, opter autant que possible pour des maisons respectueuses des auteurs et de l’environnement, se tenir au courant des problématiques qui touchent la chaîne du livre... Des prises de décisions individuelles accumulées peuvent faire changer la machine dans son ensemble.

Pour Zoé la nouvelle génération partage une vision politique du monde de l’édition. De nouvelles notions voient le jour comme les « démineurs éditoriaux », des idées nouvelles sont mises en avant et rentrent dans des projets de collections, des projets de maison. Manon milite elle pour changer la représentation culturelle de l’édition, et aimerait à terme contribuer à favoriser la mise en place de programmes pour diversifier un milieu professionnel qui recrute souvent les mêmes profils provenant des mêmes classes sociales.

Changer le monde demain semble compliqué, mais peut se jouer sur des détails comme le confirme Charlotte qui a fait le choix de travailler dans une petite structure qui propose une grande diversité de publications. Défendre tous les jours des auteurs qui comptent pour la maison lui paraît essentiel. 

Aux nouveaux arrivants dans les études d’édition, qui occuperont peut-être les bancs qu’elles viennent de quitter, elles délivrent principalement un message d’espoir : foncer, ne pas se résigner, c’est un métier qui en vaut la peine. Ne pas oublier que« rien n’est plus important que de croire dans les livres qu’on publie, non seulement par rapport à l’auteur, mais surtout par rapport à soi ».

illustration principale qimono CC 0

 
 
 

24 Commentaires

 

NAUWELAERS

10/06/2020 à 19:30

D'accord avec tout...sauf -de grâce -avec cette mode inepte voire insupportable du «déminage éditorial», venue d'Amérique !
La censure du politiquement correct n'est pas un avenir pour le livre,papier ou numérique...
Bonne chance dans votre passion.
CHRISTIAN NAUWELAERS

MDR

11/06/2020 à 08:01

« « on ne se rend toujours pas compte qu’il ne sert à rien de mettre un livre numérique à 14 balles, quand le broché est à 19 ».
Jolies et naïves ces demoiselles... Les éditeurs le savent pertinemment, mais ils ne tiennent pas à tuer la poule aux œufs d'or : si en plus le client, pardon à ce niveau-là on parle de pigeon, n'y voit que du feu et est capable de mettre autant d'argent dans un bien immatériel qui ne coûte RIEN, alors c'est le JACKPOT !
Comme qui dirait, là où il y a de la gêne, il n'y a pas d'argent facile !

Drere

11/06/2020 à 09:27

Justement, il n'y a pas de poule aux œufs d'or : les ventes des livres numériques sont ridicules, à notamment à cause de leur prix trop élevé comparé à leur équivalent papier. Autant se dispenser l'effort de la numérisation...

MDR

11/06/2020 à 11:28

Quand on a un pdf pour l'impression papier, l'effort de numérisation, c'est appuyer sur un bouton : il ne coûte absolument rien.

Drere

11/06/2020 à 18:00

Personne ne paye pour lire un PDF. Il faut un format epub, et les protections associées.

MDR

12/06/2020 à 07:21

Les protections associées, comme vous dîtes, sont juste un emmerdement pour le lecteur et explique en grande partie le désintérêt pour le format e-pub.
Quand on a un pdf, passer à de l'e-pub est trivial, sauf à vouloir casser la lecture par un DRM (qui a pour but surtout d'empêcher de lire le bouquin).
Bref, si les bouquins étaient électroniques étaient seulement en e-pub, ce serait absolument gratuit pour l'éditeur et facile et pratique pour le lecteur. Mais le monde de l'édition ne le souhaite pas...

M.K

11/06/2020 à 13:11

"Jolies et naïves ces demoiselles..." Quelle tristesse pour un commentaire intéressant de tomber dans un paternalisme gras et lourd. Cela n'apporte rien à votre propos, si ce n'est une tentative de minimiser l’intérêt des propos de ces éditrices.

MDR

12/06/2020 à 07:28

J'ai hésité à l'écrire en pensant qu'une personne bien pensante pourrait faire une remarque politiquement correcte.
Voilà, comme ça, c'est fait :P
Il n'y a de paternalisme dans cette expression que dans votre tête. Il se trouve que dans l'édition - et curieusement dans cette interview - il y a énormément de femmes (preuve ici : que des jeunes femmes, donc des demoiselles, mot honnie aujourd'hui par le politiquement correct (expression politiquement correcte pour LGBT)) et que, comme tout(es) les jeunes, leur vision de la société est idéaliste, pour ne pas dire naïves.
Devoir l'expliquer montre combien nous sommes tombés très bas dans une société où il est interdit de dire ce que l'on pense, voire plus grave de crier une évidence, dès qu'on n'est pas raccord avec le politiquement correct.
Une partie des problèmes de l'édition vient d'ailleurs de là : à ne publier qu'un gloubiboulga politiquement correct à longueur de pages, elle fait fuir les lecteurs qui préfèrent garder leurs sous que de payer pour avoir du BFMTV sur papier...

Yannick

14/06/2020 à 09:59

Chouette, encore un mâle qui va nous expliquer la vie. Fallait pas hésiter fallait vous abstenir.

Lwis

24/06/2020 à 16:40

Vous avez donc posté votre message en sachant que les mots que vous avez choisis étaient insultants et qu’ils blesseraient des personnes qui vous liraient. Cela ne fait pas de vous un rebelle, ou un roc inébranlable au milieu d'un monde sombrant dans le chaos ; cela fait juste de vous quelqu'un de mal élevé. Vous êtes un bien joli et naïf bonhomme de penser que cette attitude puisse vous mettre en valeur.
Les personnes dont vous commentez la naïveté et – Dieu sait pourquoi – le physique, sont des éditrices. Elles portent sur le monde de l’édition un regard renseigné par leur formation et par leur expérience du métier. Votre avis aurait gagné à prendre ces éléments en considération.

UneCertaineSimone

15/06/2020 à 11:24

Ben voyons : Demandez à un auteur de percevoir 60Þ1.50€. Et réduire sa visibilité sur un site très "talentueux" en matière de bookselling chez Amaz.. Vous voulez tuer aussi les libraires, qui eux, connaissent bien les auteurs tout autant que les éditeurs.
Il faut être un peu cohérent. Et après je lis #payetonauteur!Les auteurs sont payés, sinon ils ne signeraient pas de contrat.
Regardez ce qu'il s'est passé dans l'industrie du disque et la grande braderie sur la production musicale numérique ou pas : Bien heureux que le prix unique du livre soit maintenu au moins sur le papier.

NAUWELAERS

11/06/2020 à 11:51

Chouette !
On peut imprimer un livre numérique de 200 ou 300 pages avec des cartouches d'encre gratuites sur des imprimantes gratuites !
Grâce à vous,je bannis le livre papier.
L'impression PDF est beaucoup mieux bien entendu,gratuite en plus !
Je me procure ça où ?
Attention: moi je n'ai aucun patron pour payer cela...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2020 à 11:59

Je rectifie (je suis ironique mais me plante moi-même...!): on imprime un
PDF avec non sur une imprimante !
On aura rectifié...
Sérieusement: si on paie un livre numérique et ensuite l'impression, quel coût au final ?
Et cela ressemble à quoi, un amas de pages plutôt qu'un bon bouquin ?
Cela ne me fait pas envie,désolé.
CHRISTIAN NAUWELAERS

PG

12/06/2020 à 20:47

Perception juste du (merveilleux) monde de l'édition française, toutefois, plus les choses, plus elles sont pareilles. Pour être (r)entré en édition, comme en religion, à la fin des années 80, la situation était identique: surproduction, précarité, centrisme de la profession, etc.Que faire alors ? Ne pas hésiter à prendre des risques, multiplier les occasions d'apprentissage (ici et ailleurs...), toucher à tout (édito, fab, commercial, droit, etc.). Bref, être réseauté et devenir indispensable !

NAUWELAERS

14/06/2020 à 11:57

Réponse à Yannick: ce monsieur est un mâle comme (sans doute) vous et comme moi...
Il a le droit de s'exprimer et vous avez le droit de ne pas être d'accord.
Mais la libre expression dans le cadre de la loi est une et indivisible.
Argumenter: oui,censurer:non.
En ce qui me concerne, j'apprécie la démarche de ces jeunes professionnelles passionnées mais en espérant -mon seul et unique bémol -qu'elles ne tomberont pas dans le piège du déminage éditorial et de l'autocensure.
Attentat contre la littérature.
Vraiment à éviter à tout prix.
Voilà, c'est tout...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Drere

24/06/2020 à 16:25

Bonjour,

La "liberté d'expression", c’est le droit citoyen qui empêche le gouvernement de vous faire arrêter pour des propos que vous avez tenu.

Cela n’empêche pas vos interlocuteurs de réagir à vos propos, de vous rectifier quand ils vous estiment en tort, ou de porter un jugement sur vous sur la base de ces propos.

Bonne journée.

NAUWELAERS

24/06/2020 à 19:10

Drere, votre message est incompréhensible car on ne sait à qui il s'adresse !
Il est élémentaire de mentionner le nom de la personne à qui on répond sinon on intervient pour rien...
Personne ne pige votre mise au point, à quelle intervention de qui elle correspond.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Drere

24/06/2020 à 20:09

Vous ne semblez pas avoir éprouvé de tels problèmes de compréhension, M. Nauwelaers. Preuve en est que vous m'avez répondu.

Le site utilise un système d'alinéas pour indiquer si un commentaire répond à un autre. Cela peut devenir confus dans les conversations très animées avec de multiples interlocuteurs, mais il m'a semblé que ce n'était pas le cas ici.

J'ose espérer que cela ne vous aura pas empêché de méditer une minute ou deux sur mon commentaire, qui pourra d'ailleurs sans doute profiter à d'autres personnes.

Bonne journée.

NAUWELAERS

24/06/2020 à 22:20

Vous évoquez la «liberté d'expression» et ce que cela implique.
Je ne sais toujours pas à quel post vous faites allusion,désolé,Mr.Drere.
Je persiste et signe: comme vous venez de le faire enfin,indiquer le nom de celle ou celui à qui vous répondez.
C'est nécessaire et évident.
On n'a pas de temps à perdre à jouer aux devinettes,excusez-moi...
Sinon c'est totalement confus et quant à moi,je ne vois aucun sujet de méditation particulier par rapport à ce que vous écrivez...
«Porter un jugement sur vous sur la base de ces propos»,c'est justement la sale manie des réseaux sociaux qu'il conviendrait de ne surtout pas imiter dans un forum de meilleure tenue !
Argumenter«ad rem» et non «ad hominem»
Voilà, à votre tour de méditer quelque peu sur cela.
Je ne suis pas d'accord sur ce point et contrairement à ce que vous décrivez,je ne me permets pas de «porter un jugement» sur vous que je ne connais pas sur base de tels ou tels propos !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Drere

27/06/2020 à 11:40

M. Nauwelaers,

Je réponds à votre message du 14/06 dans lequel vous répondez à Yannick, lequel recommandait dans son propre message à un tiers interlocuteur de s'abstenir d'employer des formules que ce dernier savait offensantes.
Dans votre message, vous comparez l'intervention de Yannick à de la "censure", et vous lui opposez "la libre expression dans le cadre de la loi".
Je me suis donc permis de rappeler que ce droit à la "libre expression dans le cadre de la loi" signifie qu'aucun citoyen ne peut être arrêté arbitrairement par le gouvernement pour des propos qu'il aurait tenu. Il n'interdit pas aux citoyens de commenter la légitimité d'un propos ou d'une prise de parole. L'intervention de Yannick n'est pas une atteinte à cette liberté, juste un appel à ne pas en abuser.
Si vous me permettez de vous reprendre sur un autre point, argumenter ad hominem signifie "juger la qualité d'un propos d'après la personne qui le tient" et non "juger une personne d'après les propos qu'elle tient". Les propos, comme les actes, nous engagent. Informé du caractère offensant de ses propos, l'interlocuteur de Yannick a répondu en l'assumant fièrement. Cela dit quelque chose de sa personne.

Bonne journée

NAUWELAERS

27/06/2020 à 17:50

Bonjour Drere,
Pourriez-vous être plus clair et préciser de quel interlocuteur de Yannick et de quel message il s'agit ?
C'est trop confus,excusez-moi.
Dans un débat ou une discussion,même animée,de haute tenue,je persiste et signe: on doit autant que possible s'en tenir à des arguments «ad rem» et non «ad hominem».
Lorsque Yannick s'exclame: «Chouette,encore un mâle qui va nous expliquer la vie», ça veut dire quoi ?
Est-ce un argument ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

28/06/2020 à 11:41

Réponse à Lwis,message du 24 juin: certes la grossièreté et les commentaires sur le physique de ces jeunes éditrices (que cet intervenant MDR- allusion à leur joliesse le 11 juin- ne connaît sans doute même pas,mais c'est malvenu quoi qu'il en soit) sont totalement déplacés.
Je suis d'accord.
Mais l'esprit critique peut s'exercer dans le respect des personnes !
Ni la formation ni la courte expérience de ces éditrices ne justifient qu'elles aient raison d'introduire le ver du «déminage éditorial» (d'une censure moderne) dans le fruit d'une édition qui de fait serait soumise à tous les vents des modes liberticides au mépris de toute intégrité.
C'est ce qu'elles disaient vouloir appliquer dans leur interview pour ce site.
En tant que grand lecteur,moi je ne supporte pas cela et j'espère que ces éditrices et leurs collègues -terme épicène -ne s'engageront pas dans cette voie calamiteuse.
Pas besoin de toujours imiter les Américains dans leurs pires dérives.
Plutôt que de l'antiracisme, je crois que la démarche de toutes ces firmes commerciales qui chassent tout ce qui est blanc tout à coup est pathétique et putassier au possible.
Antiracisme...une cause grave bien trop sérieuse pour être faisandée, dévaluée,humiliée et polluée par le cynisme des marchands.
Tartufferie et hypocrisie à tous les étages et je suis ravi que des Noirs et Noires également se rebellent contre ça !
Qu'on ne les prenne pas pour des imbéciles.
Comme ces soignants qui ne se contentent pas d'applaudissements qui ne débouchent que sur un statu quo.
Assez d'émocratie...!
Ces gens savent ne pas confondre de la joaillerie et de la verroterie sans valeur qui n'amène aucun changement sérieux.
Bien à vous.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lwis

28/06/2020 à 13:01

Réponse à Nauwelaers, message du 28/06 : Du peu que je connais du métier de "démineur éditorial", j'ai l'impression que vous leur faites un procès d'intention. Ce ne sont pas des censeurs qui, livre dans une main et ciseaux dans l'autre, coupent sans pitié tout ce qui "ne passerait pas dans la société actuelle". Ils se contentent de conseiller les éditeurs et surtout les auteurs qui, plus souvent par maladresse que par décision artistique, peuvent véhiculer des clichés blessants et désinformant (si vous me pardonnez ce néologisme) sur une catégorie de personnes.
Je partage votre sentiment sur le comportement des grandes firmes qui tentent de s'approprier les luttes antiracistes - ou antihomophobie - de façon ridicule et dans un seul but publicitaire ; mais je pense que c'est une erreur de placer dans le même panier cette dérive et le déminage éditorial.

Bien à vous.

NAUWELAERS

28/06/2020 à 15:09

Réponse à Lwis (28 juin): désolé mais vous êtes trop confiant selon moi dans les vertus supposées de ce «déminage éditorial» qui est toujours -que vous le vouliez ou non -le cheval de Troie soit de la censure soit d'une autocensure induite par un certain climat général délétère.
Comme un champ de mines permanent.
En résumé: je suis prêt à respecter votre opinion entre gens de bonne compagnie que nous sommes.
Mais pas du tout à la partager.
Comme disent les Anglo-Saxons: «We agree to disagree»!
Et vous et moi,nous verrons comme tout le monde si cette mode platement et minablement copiée des Américains s'imposera ici ou fera pschitt...
Un éditeur ou une éditrice bien sûr n'accompagne pas ses autrices et auteurs pour leur montrer un supposé droit chemin,je regrette.
C'est s'abaisser et mépriser -avec les meilleures intentions du monde (dont l'enfer est pavé) - la liberté insécable et indivisible de la littérature et se plier à des tas de diktats et d'interdits toujours plus nombreux,sous tous les prétextes.
Je mets à part de ce refus les textes tombant sous les foudres de la loi.
La loi: la législature, pas la loi de tout le monde et son père,totalement illégitime et arbitraire !
Cela vous fait envie, cette reptation potentielle du monde éditorial ?
Woody Allen, cet exemple est tout récent !
Et c'est une éditrice qui n'a pas accepté cette dégradation du monde éditorial en prenant le risque de le publier.
Ensuite, ce livre comme n'importe lequel peut être sujet à la critique,tout aussi libre.
Mais non à un déminage éditorial abusif (périssologie) en amont.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'immédiateté, pour lutter contre le piratage de manga sur internet 

Selon l’institut GfK, entre janvier et août 2021, plus de 28 millions de mangas se sont écoulés à travers le pays, contre près de 20 millions d'exemplaires pour tous les autres types de bande dessinée. Ces chiffres rendent compte de l’intérêt porté au manga. Cependant, comme tout grand succès, cet univers est confronté à plusieurs problématiques dont le piratage en ligne.

11/10/2021, 13:33

ActuaLitté

Frank Miller s'aventure dans le monde des NFT 

11 NFT commercialisés par le créateur de Sin City, Frank Miller, avec comme pièce principale, un des plus célèbres personnages de la série, Marv, tout de cristal vêtu. Trente ans après son comic culte, l’auteur américain réussit à se réinventer une nouvelle fois, et avec lui son œuvre la plus célèbre. L'occasion de profiter du succès de ce marché de l’art nouvelle génération.

 

 

29/09/2021, 11:42

ActuaLitté

Innovation Stories par Lefebvre Sarrut revient pour une deuxième saison

Lefebvre Sarrut lance la deuxième saison de sa web série documentaire disponible sur Youtube, Innovation Stories, consacrée à Oppus x Lefebvre Dalloz. Après Sibila épisodes 1 et 2, l'éditeur continue de dévoiler le récit de ses innovations. Cette fois-ci, la série nous plonge dans les échanges entre trois jeunes créateurs de startup et Lefebvre Dalloz. 

 

24/09/2021, 12:18

ActuaLitté

300 livres audio et braille pour les publics empêchés de lire 

L’accès à la lecture pour les personnes empêchées de lire est une des grandes missions de l’association Valentin Haüy. Pour cette rentrée littéraire 2021, l’association adapte et propose plus de 300 livres en audio et en braille numérique. Et ce pour que chacun s'ouvre aux nouveautés. 

16/09/2021, 14:06

ActuaLitté

Pour son prochain livre, Salman Rushdie se passera d'éditeur

S’il aime le papier par-dessus tout, Salman Rushdie a décidé de passer par la populaire plateforme Substack pour son prochain livre. L’accord est conclu, l’ouvrage sera diffusé sous la forme de feuilleton… « J’ai été très attiré par cette idée, récemment, en cette étrange année et demie, d’essayer des choses que je n’avais jamais faites auparavant », indique-t-il.

01/09/2021, 16:37

ActuaLitté

Le piratage de livre, est-ce du vol ? 

Vous pensiez que le téléchargement illégal se cantonnait à vos films et à vos séries préférés ? Que nenni ! Le piratage concerne tout autant les livres. Twitter ou encore BookTube ont été désignés comme les agoras idéales de débats concernant le téléchargement illégal de livres. L’enquête américaine d’Immersive Media & Books 2020 concernent les habitudes de lecture de ces contrefacteurs. 

27/07/2021, 13:05

ActuaLitté

La momie Petosiris rhabillée de ses habits funèbres

Si Astérix et Obélix étaient envoyés en Égypte au début de la décennie, ce sont aujourd’hui les mystères de l'Antiquité qui viennent à nous. Alors que le Teece Museum of Classical Antiquities de l’Université de Canterbury (Nouvelle-Zélande) répertoriait plusieurs pièces égyptiennes pour sa collection James Logie, l’une des plus importantes collections d’objets de l’époque antique, un fragment de linceul d’une momie égyptienne a retrouvé sa moitié à l’autre côté du globe.

21/07/2021, 13:54

ActuaLitté

NetGalley propose une application iOS et Android

La plateforme NetGalley annonce le lancement de son application, ainsi que la mise à disposition de ses utilisateurs de livres audio à écouter directement depuis celle-ci. 

03/05/2021, 15:00

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48