#Auteurs

Financements, actions, mission : Société des Gens de Lettres, quelle histoire ?

En plein milieu de l’affaire Sfar, la question reste entière : comment fonctionne la Société des Gens de Lettres ? Quel est son budget ? Comment le dépense-t-elle ? Quel est son véritable rôle ? Car diffamation, pas diffamation, procès, pas procès, le nerf de la guerre semble être cette question du rôle que joue cette institution ancienne. ActuaLitté a donc mené une enquête analytique pour tenter d’éclairer les enjeux.

Le 11/06/2020 à 11:23 par Nicolas Gary

23 Réactions | 0 Partages

Publié le :

11/06/2020 à 11:23

Nicolas Gary

23

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

En pleine crise sanitaire, la SGDL se retrouve dotée de 2 millions € avec pour mission de redistribuer des aides aux auteurs, selon des critères et modalités qui ont suscité de multiples questionnements des auteurs. Mais au-delà de cette dotation, le point demeure : d’où vient l’argent de la SGDL ? Comment cette dernière l’utilise-t-elle ? Et surtout, quel est l'équilibre entre ses dotations financières et son efficacité, dans un contexte général de crise sociale pour les auteurs, bien antérieure au coronavirus ?

Au commencement, le verbe, toujours…

Pour commencer, comment peut-on définir la SDGL ? À l’origine, il y a Balzac et sa Lettre adressée aux écrivains français du XIXe siècle, en 1836. Une prise de conscience : collectivement, on est plus forts. La SGDL n’est en réalité constituée qu’en 1838, par un grand patron de presse nommé Louis Desnoyers. Ce directeur du journal reprend l’idée de Balzac pour lancer son projet, qui est suivi par de nombreux écrivains de l’époque (Balzac, Victor Hugo, George Sand, Théophile Gautier, Alexandre Dumas, etc.). La SGDL s'articule alors autour deux fonctions : « La défense des intérêts moraux et matériels de ses membres et le secours aux écrivains nécessiteux. »

Comment ? En prélevant des droits de reproduction dans les journaux. À l’origine, la structure est donc un organisme de gestion collective. Plutôt logique à l’époque. On est bien avant les grandes révolutions sociales françaises.

Aujourd’hui, de par ses statuts, la Société des Gens de Lettres est une association d’utilité publique. Depuis peu, elle est aussi devenue organisme de formation, ce qui peut brouiller les pistes. Dans le Code de la propriété intellectuelle, l’institution est encore sous sa dénomination d’organisme de gestion collective, une de ses fonctions il y a quelques décennies. Une révolution des auteurs en mai 68, suite à des problèmes de gestion et d’opacité, a conduit à une scission : c’est ce qui a donné naissance à la SCAM, Société civile des auteurs multimédias, tandis que la SGDL a donc tenté de trouver un autre rôle.  

Un syndicat ?

La Société des Gens de Lettres semble se concentrer plus fortement sur son rôle de défense des auteurs, à la façon d’un syndicat. Elle participe aux accords entre le Conseil Permanent des Écrivains et le Syndicat National de l’Édition en 2013 à l’ère du numérique. Des accords qui provoquent des critiques : certains estiment que nombre de décisions entérinées sont un « retour en arrière », d'autres que l'on a fait rentrer le loup dans la bergerie, au sein des contrats.

Exemple typique : le cas de l’impression à la demande, ou bien le contrat numérique amalgamé dans le contrat de l’édition imprimée, plutôt que de faire l’objet de deux exploitations distinctes. Quoi qu’il en soit, la légitimité du Conseil Permanent des Écrivains est remise en question, et plus globalement le poids des représentants négociant avec le Syndicat National de l’Édition.

Des actions juridiques ?

Mais alors, dans son rôle de « défense », la SGDL a-t-elle déjà mené des actions offensives au XXe siècle ? L’un des plus tristement célèbres exemples date du 18 juin 1934. La Société des Gens de Lettres soutient Hitler en tant qu’écrivain, pour son ouvrage Mein Kampf. Le chancelier porte plainte contre son éditeur qui a publié sans autorisation l’ouvrage dans une autre langue. La ligne de défense est que Mein Kampf présente un « effort de création ». 

Dans un registre plus reluisant, quelques années plus tard en 1936, la Société des Gens de Lettres soutient le projet de loi de Jean Zay pour une grande réforme du contrat d’édition.... réforme balayée par le lobbying des éditeurs.

La création de la SOFIA

En 1999 la SGDL, avec le soutien d’autres associations ou syndicats (la Charte, le CPE, la MEL, le SNAC…), créé la SOFIA, la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit. Le but ? Percevoir une rémunération pour les auteurs pour le droit de prêt en bibliothèque. À l’origine, la SOFIA devait donc être un organisme de gestion collective uniquement géré par des auteurs. Mais la SGDL a besoin d'appuis politiques : pour entériner la loi sur le droit de prêt, ce sont donc les éditeurs qui viennent à la rescousse.

Conférence Les auteurs bientôt à poil (SGDL)

En 2000, ces derniers rejoignent les auteurs à la SOFIA, qui devient une société paritaire. L'une des suites, les lecteurs d'ActuaLitté la connaissent bien : l’affaire ReLIRE sur les livres indisponibles, qui finit par opposer quelques auteurs individuels au dispositif. La Cour de justice européenne a tranché et le dispositif est jugé en infraction du respect du droit moral des auteurs.

Les liens complexes avec l’État

Les liens entre la Société des Gens de Lettres et l’État semblent aussi très forts. Tout d’abord, l’hôtel de Massa, ce bel hôtel particulier, n’appartient pas à la SGDL. La SGDL a un bail emphytéotique avec l’État. Autrement dit, la SGDL a contracté un accord avec l’État pour occuper les lieux et en tirer les bénéfices, un accord dont ActuaLitté ne connaît pas encore les conditions. En parallèle, la Société des Gens de Lettres devient une forme de « prestataire » de l’État, pour le compte du Centre National du Livre. Ce dernier lui a donné la charge il y a quelques années de reverser des aides sociales aux auteurs. Cette mission est articulée autour d’une subvention de fonctionnement.

Dans les autres liens qu'on peut remarquer, les derniers directeurs généraux de la Société des Gens de Lettres sont issus du ministère de la Culture. D’abord, Geoffroy Pelletier, anciennement au Service du livre et de la lecture, et qui est désormais le directeur de la SOFIA. Puis le nouveau directeur, Patrice Locmant, lui-même issu du même ministère de la Culture, Service du livre et de la lecture. Une interaction politique entre la Société des Gens de Lettres et le Ministère de la Culture qui a pu fluidifier les échanges avec la rue de Valois, mais continue d'interroger.

Les membres et adhérents

Si la Société des Gens de Lettres affiche 6000 adhérents, le rapport d’activité donne un chiffre tournant aux alentour de 2000 à jour de cotisations. Il est donc difficile de savoir exactement d’où viennent les 6000 adhérents annoncés ! Est-ce que cela comprend les ayants droit, à la manière des organismes de gestion collective ? Ou des auteurs décédés, puisque l’institution est ancienne ? Dire que la SGDL “représente” 6000 auteurs bien vivants n'a rien d'assuré de fait.

Aide sociale, juridique et formations 

Les jeunes écrivains et les autres le savent : la SGDL dispose également d’un service juridique fonctionnel. Par ce biais, tout un chacun peut bénéficier d’un accompagnement — sur la relecture de contrats, sur des conseils dans la gestion de litiges. Cependant, l’association ne dispose pas d’un statut de syndicat, et à ce titre, ne pourra pas porter une affaire en justice pour défendre les intérêts d’une profession. Probablement la limite entre conseil et défense.

Autre point majeur, la question de l’aide sociale. Le président Christophe Hardy en avait récemment récapitulé les grandes lignes. L’association « gère un dispositif d’aide sociale, cofinancé avec le CNL et qui vient en aide à tous les auteurs. La SGDL a donc l’expérience et la force de travail (un énorme travail pour une grande partie de notre équipe salariée). »

La SGDL (Société des Gens de Lettres de France)

Par l’intermédiaire d’une assistante sociale qui reçoit les auteurs, c’est un suivi de dossier sur les situations particulières de chacun qui est apporté. L’aide, mise en place en 2015, intervient de fait en compensation de ce que l’État se dédouane : en toute logique, elle devrait être gérée par l’Agessa, la caisse de sécurité sociale des artistes auteurs. Et, à ce titre, la SGDL se trouve dans un rôle de substitut des pouvoirs publics. 

Enfin, le volet formation professionnelle compte parmi les forces réelles de l’association. Depuis le 1er juillet 2012, les auteurs cotisent en effet dans la perspective d’une formation. La SGDL propose ainsi des stages, pris en charge par le fonds AFDAS. « Conçues par des auteurs de livres pour des auteurs de livres, les formations de la SGDL s’attachent à encourager les échanges, à susciter des questionnements, et apporter les réponses adaptées aux besoins et aux souhaits de chacun », indique-t-on. 

Cependant, ces formations ont elles aussi leurs limites, et probablement qu’un auteur professionnalisé n’y trouverait pas son compte.

En somme, la structure déploie des efforts réels de soutien aux auteurs, et, à ce titre, s’apparente à un centre de ressources diversifié. Et nul doute que les salariés agissent par ailleurs avec la volonté réelle d’apporter une aide concrète. C’est en réalité le rôle politique et de représentativité qu’elle a dû assumer qui fait dévier la ligne.

Quel financement ?

La fonction de la SGDL reste donc trouble entre toutes ces fonctions très nombreuses dont les intérêts peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. Mais comment est-elle financée ? Son rapport d’activité permet de trouver des données fiables quant à l’activité de l’association. En 2017, la SGDL disposait d’un budget de fonctionnement d’environ 1,7 million €. À cela s’ajoutent 1,6 million € de trésorerie et 4,8 millions € de placements divers, qui rapportent environ 300.000 € de produits financiers par an. Un matelas confortable. La question est : d’où vient cet argent ?

Les sources sont en réalité multiples, et certaines difficilement identifiables. Il a fallu recouper à la fois le rapport d’activité et d’autres sources extérieures de financement de l’action culturelle des organismes de gestion collective, pour avoir une vision d’ensemble plus claire. Un quart environ du budget de fonctionnement repose sur la SOFIA et le CFC, donc de subventions au titre de l’action culturelle par la copie privée.

Pour rappel, le Code de la propriété intellectuelle oblige les organismes de gestion collective à conserver un quart des redevances copie privée pour ensuite les « flécher » pour financer des aides à la création, à la formation des artistes ou à des actions de défense dans l’intérêt des créateurs et de leurs œuvres. Qu’est-ce que cette « copie privée » ? Une gabelle que tout le monde paye, dès qu’il consomme ! C’est une taxe que l’on retrouve sur chaque support de reproduction (CD, DVD, cartes mémoires, disques durs, tablettes, téléphones, etc.) pour dédommager l’impact que ces reproductions ont sur la perte de revenus des auteurs. D’ailleurs, dans le rapport Racine, il était indiqué que ces sommes n’allaient pas assez souvent directement aux auteurs.

Le budget de la SGDL comprend, d’après nos enquêtes :

La SOFIA : 660.580 € au titre de l’action culturelle (copie privée), dans des catégories diverses (actions de défense du droit d’auteur et des intérêts des auteurs, développement du répertoire Balzac…) en 2018. (Source

Le Centre National du Livre : 150.000 €, une subvention dédiée à son « action sociale ». Une question reste entière : la SGDL s’est-elle vue doter de 2 millions € (1 million du CNL, 1 million des organismes de gestion collective) à travers un fonds séparé ou bien est-ce l’entité SGDL qui a été abondée ? Avec quelles garanties juridiques ? ActuaLitté n’est pas parvenu à obtenir d’informations, malgré ses questions.

Location de locaux dans l’hôtel de Massa à d’autres associations : les associations louant un local dans l'hôtel de Massa rapportent environ 200.000 € à la SGDL.

Les cotisations des membres : environ 118.000 €. Avec un ticket d'entrée de 50 € – bien qu'il soit possible de faire un don supérieur – on arriverait à 2380 membres à jour. 

Le dépôt de manuscrit : environ 200.000 €. Ce service est facturé 45 € TTC, mais n'implique pas une adhésion à la SGDL.

À noter que l’entretien de l’hôtel de Massa est onéreux : il fallait compter en 2017 près de 125.000 € pour le bâtiment. Mais l'endroit peut également être privatisé – autre source de rémunération.

Focus projet : le répertoire Balzac

Dans les projets menés par la SGDL les plus massivement financés, on retrouve le « Répertoire Balzac ». Ce répertoire semble très peu connu par la profession, mais son rôle est présenté comme essentiel par la SGDL puisqu'il permettrait d'obtenir les coordonnées de n'importe quel auteur. Simplement entre 2016 et 2018, ce répertoire aura coûté environ 300.000 € de subventions du SOFIA (175 k€) et du CFC (115 k€).

Problème ? Lancé en 2013, le site est encore en cours de construction. Pour ActuaLitté, plusieurs auteurs ont fait le « test » de demander les coordonnées d'autres auteurs : au bout d’un certain temps, une personne leur répond en leur signalant si oui ou non l’auteur est dans la base de données, mais sans pouvoir donner de contact direct et si non, invite à les contacter… via les réseaux sociaux. Ce site Internet est-il le projet majeur de défense des auteurs que les auteurs attendent en ces temps de crise ? Certains posent en tout cas la question publiquement.

Beaucoup et plus encore

En ces temps de crise sanitaire, est-il étonnant de constater autant de crispations autour de la Société des Gens de Lettres ? Pour ceux qui suivent le microcosme de l’édition et la crise sociale que vivent les auteurs depuis des années... pas vraiment.

L’histoire est une chose, en somme : dans son courrier à Joann Sfar, Yves Frémion, ancien président du SELF, ex-président du CPE et administrateur de SOFIA, rappelait fort bien les actions menées et les combats remportés. Et lui reprochait alors que le dessinateur fut absent lors de ces luttes. Mais le présent — et moins encore le futur — ne se contente pas des victoires passées.

Aujourd’hui, la Société des Gens de Lettres attaque donc Joann Sfar en diffamation, considérant que cette méthode est la plus immédiate réponse à son indignation. C’est tout un symbole : l’institution se retourne contre ceux qu’elle est censée défendre.

Les propos de Joann Sfar sont-ils vrais ou faux quand il remet en cause la façon dont ces organismes « avec des hôtels particuliers » gèrent et redistribuent l’argent généré au nom du droit d’auteur ? La crise de la représentativité ne fait désormais plus aucun doute, car la vraie question est... qui représente la profession des auteurs ? Si on se base sur le Code du travail, personne, aujourd’hui, faute d’une clarification par la démocratie.

photos : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

23 Commentaires

 

Antoine

11/06/2020 à 12:46

En effet on peut se poser des questions sur à quoi sert l'argent des auteurs ou au nom du droit d'auteur!

NB: avoir soutenu Hitler à une époque et en 2020 attaquer le dessinateur du Chat du rabbin en justice.....

M. Grandet

11/06/2020 à 14:14

Le répertoire Balzac est un scandale. Tout comme cette histoire de formation, qui retire une partie de ses revenus à chaque auteur pour financer quelque chose auquel presque personne n'a accès (et dont l'utilité concrète reste à démontrer même pour la poignée d'auteurs qui ont assisté à l'une d'entre elles). Comment peut-on justifier d'engloutir tout cet argent (pris à un secteur d'activité qui en manque censément) dans ces trous noirs depuis toutes ces années ? On utilise de l'argent produit par les auteurs sans qu'aucune information ne leur soit donnée et qu'aucun contrôle ne soit effectué. Que cette répartition soit pertinente ou non, mal intentionné ou non, il est de toute évidence nécessaire de réformer la façon dont les choses fonctionnent... et peut-être d'éliminer quelques dispositifs que personne n'a jamais demandés au passage.

Alexei

11/06/2020 à 16:32

La SGDL soutient Hitler en tant qu'auteur ? C'est un peu fort. On est un siècle après. Votre enquête, à charge, semble vouloir créer de la confusion dans les esprits. Ca relève de l'acharnement, on dirait.

PrTradoKo

11/06/2020 à 17:50

Un point Godwin, un !

Franck

11/06/2020 à 19:42

Ridicule...
Votre article ressemble etrangement à un contenu publi-rédactionnel placé par le jeune syndicat des auteurs professionnels en déroute, plus qu'à un travail journalistique serieux...
On pourrait espérer mieux... :red:

Nicolas Gary

11/06/2020 à 19:53

Bonjour,
J’ignore sur quoi vous vous basez pour lancer cette ânerie mais sachez qu’elle nous a fait bien rire.
Oh tant que j’y suis : avez-vous trouvé quelque chose de factuellement erroné ?
Excellent week-end

koinsky

12/06/2020 à 05:32

Créer de la confusion dans un esprit confus c'est vouloir l'éclairer. Montaigne

Amer

12/06/2020 à 07:44

En fait, quand on regarde tout ça de près, on n'a pas besoin des éditeurs (et la « chaîne » du livre) pour que les choses aillent mal : les auteurs se débrouillent très bien tout seul...

Ariane D

12/06/2020 à 09:17

L'heure d'un ménage de printemps pour nous les auteurs ! Merci pour cette transparence Actualitté, on en a besoin !

Martha

12/06/2020 à 09:54

Honnêtement, le passage avec Hitler n'était pas vraiment nécessaire.

Sinon, que d'agent englouti dans une institution ultra-parisienne dont on se demande à qui elle profite le plus finalement : est-ce qu'elle aide les auteurs en difficultés, ou débutants ?

Mathias Lair

12/06/2020 à 10:50

QUAND ON VEUT TUER SON CHIEN…
« Avez-vous trouvé quelque chose de factuellement erroné ? » demande Nicolas Gary à Franck, qui trouve « ridicule » son article d’ActuaLitté dénonçant la SGDL. Sans doute pas de fait erroné, mais beaucoup d’insinuations, d’opinions balancées comme des vérités.
Illustrations :
« Aujourd’hui de par ses statuts la Société des Gens de Lettres est une association d’utilité publique. Depuis peu, elle est aussi devenue organisme de formation, CE QUI PEUT BROUILLER LES PISTES ». En quoi et pourquoi ? On ne saura jamais. Heureusement, il suffit de lancer un pavé dans la mare pour que cela fasse quelques ondes sur le réseau…
Même approximation plus bas : « Cependant, ces formations ont elles aussi leurs limites, et PROBABLEMENT QU’UN AUTEUR PROFESSIONNALISÉ N’Y TROUVERAIT PAS SON COMPTE. » Probablement… En quoi ? Pourquoi ? On ne le saura jamais... Notons au passage que grâce aux subventions (douteuses sans doute) ces formations sont gratuites et les frais de déplacement et d’hébergement des auteurs en formation sont pris en charge.
« [La SGDL] participe aux accords entre le Conseil Permanent des Écrivains et le Syndicat National de l’Édition en 2013 à l’ère du numérique. Des accords qui provoquent des critiques : CERTAINS ESTIMENT QUE NOMBRE DE DÉCISIONS ENTÉRINÉES SONT UN « RETOUR EN ARRIÈRE », d'autres que l'on a fait rentrer le loup dans la bergerie, au sein des contrats »… Certains estiment que : voilà du factuel ! Journalistique à souhait ! Connaît-on une décision, un accord qui fasse l’unanimité ?
« Autrement dit, la SGDL a contracté un accord avec l’État pour occuper les lieux et en tirer les bénéfices, un accord dont ACTUALITTÉ NE CONNAÎT PAS ENCORE LES CONDITIONS ». C’est sans doute qu’il y a anguille sous roche ! Quelque honteuse collaboration qui ferait que la SGDL serait vendue aux pouvoirs publics ? Notre journaliste feint de ne pas savoir ce qu’est un bail emphytéotique. Il reconnaît quand même qu’il oblige la SGDL à financer l’entretien des bâtiments.
« Dans les autres liens qu'on peut remarquer, LES DERNIERS DIRECTEURS GÉNÉRAUX DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES SONT ISSUS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE. » Voilà « la preuve » du lien incestueux ! J’y vois plutôt des prises de guerre : s’associer un fonctionnaire du ministère de la culture (qui dès lors ne l’est plus) permet d’entrer dans la place, d’en connaître les habitudes, les réseaux : utile pour faire passer un message, pour toute négociation !
« Cependant, l’association ne dispose pas d’un statut de syndicat, et à ce titre, NE POURRA PAS PORTER UNE AFFAIRE EN JUSTICE POUR DÉFENDRE LES INTÉRÊTS D’UNE PROFESSION. Probablement la limite entre conseil et défense ». C’est faux ! La SGDL ne défend, pas un auteur individuellement, mais peut ester sur des questions d’ordre collectif, elle l’a déjà fait.
« L’aide, mise en place en 2015, intervient de fait en compensation de ce que l’État se dédouane : en toute logique, elle devrait être gérée par l’Agessa, la caisse de sécurité sociale des artistes auteurs. Et, à ce titre, la SGDL se trouve dans un rôle de substitut des pouvoirs publics. » Quand on sait la gabegie que fut l’AGESSA, il fallait bien faire quelque chose pour aider les auteurs !
« Dans les projets menés par la SGDL les plus massivement financés, on retrouve le « Répertoire Balzac ». CE RÉPERTOIRE SEMBLE TRÈS PEU CONNU PAR LA PROFESSION, mais son rôle est présenté comme essentiel par la SGDL ». Ah oui, « il semble » ! Que voilà une factuelle et journalistique affirmation, encore une fois.
« LA FONCTION DE LA SGDL RESTE DONC TROUBLE entre toutes ces fonctions très nombreuses dont les intérêts peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. » J’aime le « donc » qui laisse entendre qu’il y eut démonstration…
Persiflez, persiflez, il en restera toujours quelque chose !

Schierer Eliane

12/06/2020 à 11:42

Cela fait très longtemps que je n'ai pas lu de pareilles sottises, accusations et diffamations.
Je me demande si des preuves réelles existent? J'ai mes doutes. La jalousie est un vilain défaut! Mais quelles âneries écrivez-vous donc au sujet de la SGDL!!! Je suis très satisfaite de leurs services et ils me répondent toujours avec amabilité et professionnalisme et ils ont toute ma confiance.
Joan SFAR mérite un procès et j'espère que cela lui servira de leçon!

Lionel Evrard

12/06/2020 à 17:34

J'ai quant à moi trouvé cet article fort instructif. Il est toujours intéressant de revenir à l'histoire pour expliquer le présent. J'y ai appris notamment, grâce au travail de défrichage entrepris par Actualitté (que je ne peux me permettre, ayant ma vie à gagner), que la SOFIA, dont je suis sociétaire, finançait en 2018 à hauteur de 660K€ un organisme privé censé défendre les auteurs mais qui n'hésite pas à menacer d'attaquer en justice l'un d'eux, et qui se répand en calomnies, contre-vérités et insinuations sur un syndicat qui n'a pas l'heur de lui plaire et ceux qui l'animent. Cet argent, quelque part, même si on le juge "irrépartissable" est le mien et celui de tous les AA. Je désapprouve cette utilisation. J'apprends aussi que l'entretien de l'hôtel particulier de la SGDL a coûté en 2017 à lui seul la bagatelle de 125 000 euros. Quel intérêt les AA peuvent-ils bien tirer du fait que la SGDL garde son siège dans cette bicoque à ce prix, à part pour des questions de prestige ? Rien qu'en "frais d'entretien", la SGDL dépense en une année de quoi faire tourner en rémunérant des salariés un syndicat réellement efficace qui fera réellement avancer la cause des auteurs. Quant aux relations endogamiques qui font que l'on retrouve à la direction de la SGDL deux anciens du ministère de la Culture, il n'y a que les thuriféraire de la vieille dame (la plupart du temps cachés derrière un pseudo ou réduits à un prénom, comme c'est étrange... Frémion, Lair et Jourde ont au moins l'honnêteté de s'exprimer à visage découvert) pour trouver cela très bien et ne pas s'en étonner. Ce ne sont là ni des insinuations, ni des accusations sans fondement, mais des faits qui méritaient d'être portés à la connaissance des artistes-auteurs. J'espère de tout coeur que Nicolas Gary et son équipe continueront en ce sens. En tant qu'artiste-auteur, j'aimerais notamment en savoir plus sur le fonctionnement du CPE, et sur le fait qu'il soit de facto autorisé à négocier avec le SNE (avec le résultat catastrophique d'accepter la POD comme une preuve d'exploitation suivie des ouvrages, ce qui empêche les auteurs de récupérer un jour leurs droits). Au nom de quoi et au service de qui ? Là est toute la question.

Mathias Lair

13/06/2020 à 12:19

Pour sortir des amalgames et des à peu près :
- La SOFIA ne subventionne pas la SGDL mais certaines de ses activités. Comme certaines de ses activités culturelles, et surtout la formation dont vous pouvez bénéficier gratuitement à la SGDL : grâce à la SOFIA.
- Sur l'entretien de l'hôtel de Massa : la SGDL en est locataire à un prix symbolique. Le bail emphytéotique aura coûté à la SGDL environ 99 € pour 99 ans d’occupation. En contrepartie la SGDL s’est engagée à l’entretien du bâtiment. Faites le calcul : étalé sur 99 ans, 125 000 euros, ce n’est rien !
- Le CPE regroupe 16 organisations d’auteurs d’écrivains, traducteurs, dramaturges, scénaristes, illustrateurs, photographes. Je ne les cite pas, j’espère que vous les connaissez pour vitupérer contre eux. Mais j’en doute…
- L’impression à la demande est en effet un vrai problème puisqu’elle permet à l’éditeur de répondre à toute commande, éternellement… On ne peut le nier. Vous avez une solution ?
Elle n’empêche pas à l’auteur de récupérer ses droits, grâce à la négociation réalisée par le CPE (mais oui !) : si deux ans de suite il n’y a pas de vente, et/ou si l’éditeur ne fait pas de reddition de compte, le contrat est annulé d’office.
- Je ne me cache pas derrière un pseudo : le nom de Mathias Lair figure sur ma carte d’identité.

César

12/06/2020 à 18:00

Bravo ! Excellent et courageux article !

Il est grand temps que cette société qui parle en notre nom, sans aucun mandat, fasse place à la transparence. On est au paroxysme de l'opacité...

C'est comme pour le picon-citron-curaçao... Approche-toi !

Tu mets d'abord un tiers d'association d'utilité publique (ça permet de bénéficier de certains avantages et notamment de récupérer des dons et des legs). Fais attention : un tout petit tiers.

Bon. Maintenant, un tiers d'organisme d'aide sociale. Un peu plus gros. Bon. Celui-là il est pratique, il permet de recevoir et de remettre deux ou trois millions dans la citerne en cas de crise.

Ensuite, un BON tiers d'organisation professionnelle. Regarde la couleur. Regarde comme c'est joli. Avec ça tu sièges partout dans les instances en disant que tu es le porte-parole des auteurs, car tu connais bien leurs conditions de travail. Avec ça tu peux dire que tu es légitime, car tu parles au nom de 6000 personnes (parmi lesquelles il y a beaucoup de morts, mais ce n'est qu'un détail).

Et à la fin, un GRAND tiers de pleins d'autres missions : formations payantes, locations de chambres-bureaux (pratique d'avoir un hôtel), organisme de dépôt des œuvres, gestionnaire d'un répertoire téléphonique d'auteurs incomplet et... on me dit dans l'oreillette qu'il se pourrait qu'elle soit choisie pour organiser la prochaine coupe du monde de bridge. Voilà ! C'est pratique d'être multitâches, ça permet de se diversifier, de rester d'jeuns comme disent les jouvenceaux.

Mais ça fait plus de quatre tiers ?

Exactement. Alors on espère que petit à petit, les auteurs vont comprendre, car c'est de l'Arithmétique !

Schierer Eliane

13/06/2020 à 10:25

https://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/12/les-revenus-des-auteurs-la-plume-a-la-peine_4881593_3234.html

https://sgdl.org/ressource/documentation-sgdl/actes-des-forums/auteurs-et-editeurs-de-nouvelles-relations/2528-les-applications-contractuelles-des-accords-auteurs-editeurs

Encore une petite ajoute à mon commentaire. Je suis auteure - amateure de romans policiers (style Agatha Christie). Je n'ai certainement pas le niveau de beaucoup d'entre vous,certes, mais j'aime ce que je fait. Je suis qn. de très simple, mais authentique. J'aime la justice, des diffamations j'en ai aussi déjà subies. Je n'avais pas un métier facile. C'est un fait que la SGDL ne peux pas me trouver un éditeur qui accepte mes écrits, c'est à moi de m'améliorer pour atteindre un niveau supérieur. Et encore les finances des éditeurs ont chuté, COVID 19 oblige.
La SGDL m'était d'une aide précieuse dès 2018 pour diverses questions que je lui ai posées. Si j'écris ce que les lecteurs veulent, aiment, je serai mon propre "ghost-writer". Le classique ce n'est pas tout le monde qui aime, mais c'est dans quoi j'excelle. Il est certain que si on lit des Agatha Christie, des J.K. Rowling, King, mes romans n'ont absolument aucune chance. J'accepte toujours les critiques constructives.
La concurrence est rude, c'est ce que j'ai remarqué aux salons du livre. Personne ne me soutient, or moi j'ai soutenu certains auteurs. J'ai appris à rester assise et ne plus soutenir personne. Comme c'est triste!((( Jamais je n'aurai imaginé que le monde littéraire fonctionnait de la sorte.

Je travaille en auto-édition car j'étais "cassée" par les grandes maisons, les moyennes. Les petits éditeurs exercent un second métier, ce que je conseille aussi à certains auteurs professionnels, car je ne sais pas comment il font pour survivre.
J'ai fait tout le marketing pour à la fin voir les amis de mon éditeur être édités 4 x plus. C'était injuste. Je me décarcasse depuis deux ans.
J'ai donc décidé de continuer en auto-édition chez une société allemande qui a son siège à Paris. J'ai 62 ans, plus en très bonne santé, mais je ne lâche pas ce que j'entreprends. Si vous faites vos corrections, la mise en page, votre couverture, le roman ne revient qu'à 19 Euros par an. Voilà! Plus besoin de courir après un éditeur à compte d'éditeur, ras la bol. C'est un fait qu'on ne peux plaire à tout le monde.
Certaines critiques sont fondées, d'autres non, je fait courant d'air. Certaines personnes ne seraient pas capables de rédiger trois lignes, donc....
Ensuite j'écris dans une langue qui n'est que ma deuxième langue. Je suis binationale.

Ce n'est pas très sympa de calculer dans la poche des autres en l'occurrence celle de la SGDL. Combien de messages j'ai eu d'eux pendant la pandémie en offrant des aides financières, des conseils pour mes collègues professionnels.
Cet article est un vrai coup de poignard dans le dos.
Et leur reprocher d'avoir leur siège à l'Hôtel de Massa c'est mesquin. Je ne reproche pas non plus à mon voisin de rouler une Porche ou de passer ses vacances dans un pays que je ne pourrai jamais me payer.
Conclusions: la SGDL a toute ma confiance car elle est bien gérée. Je me demande par conséquence l'exactitude des chiffres énoncés dans cet article!??
Bien confraternellement.

Mathias Lair

13/06/2020 à 11:51

merci pour votre témoignage, il remet à leur place les persiflages et les sautes d'humeur, plutôt gratuites - de "certains", comme dirait Nicolas Gary.

Nicolas Gary

13/06/2020 à 12:01

Bonjour
Un coup de poignard, dites-vous ? C'est réducteur : vous savez, l'un des premiers pas vers l'honnêteté, consisterait à effectivement faire la preuve des 6000 auteurs représentés par la SGDL.
Je l'avais suggéré en son temps à Marie Sellier, peu avant les États généraux du livre, première édition.

Quant à l'ensemble des chiffres, je tiens à votre disposition TOUS les documents qui attestent leur véracité.
Problème : il n'est fait aucun reproche dans ce papier, juste des constats postés les uns après les autres. Comme disait ma grand-mère : qui se sent morveux se mouche.
Excellente journée

Schierer Eliane

13/06/2020 à 15:59

@Merci Mathias:-) c'est sympa:-) L'UNION FAIT LA FORCE BRAVO!

https://www.sgdl.org/phocadownload/STATUTS_2010_modifies.pdf

Je me suis plongée un peu dans l'organisation et les procédures internes de la SGDL.
Je n'y ai rien trouvé de suspect ou d'anormal.

Ensuite si les détracteurs ne sont pas d'accord, ils peuvent tout simplement résilier leur carte de membre et se débrouiller tout seul. Mais alors il ne faudra pas venir pleurer.
J'avoue que c'est impossible d'être toujours d'accord avec tout le monde, j'en conviens. Je n'attaque pas, je constate.
Comme je l'ai dit je n'ai pas le même niveau que certains d'entre vous, mais je sais me défendre s'il le faut. J'essaie de rester loyale envers mon syndicat.

Je vous assure que certains syndicats au Luxembourg ne défendent pas aussi bien leurs membres que la SGDL. Donc merci à elle.

Elle aide, informe, envoie des missives pour des aides et se fait encore critiquer, c'est le bouquet.
Eh bien essayez donc de faire mieux et la même chose on verra, vous "rendrez les armes" sous peu!

Et comme je l'ai dit pour augmenter vos revenus, exercez donc deux métiers si possible ou rajoutez y simplement quelques heures à faire un travail partiel. Les petites éditeurs le font bien eux, alors, je ne vois pas où est le problème? On ne peux pas tout mettre sur le dos de la SGDL qui n'est pas une "vache à traire" quand on en a besoin!!! Allons donc! Elle en fait assez!

@Nicolas:
Vous devez avoir BEAUCOUP de temps à votre disposition pour en être arrivé à vos conclusions. Ma mère disait: Tourne ta langue 7 fois avant de parler!

Dommage vous auriez pu faire beaucoup mieux en employant votre énergie et votre plume à de beaux écrits au lieu de "pourchasser" la SGDL comme vous le faites.
Cela devient obsessionnel; vous aimez semer le doute, et certains auteurs tombent dans le "panneau."

Merci pour votre proposition, mais vous n'avez pas la fonction ou vous ne faites pas partie de leur comité de surveillance financier, si je ne m'abuse. Donc si j'ai des questions, je les poserai à leurs deux avocates qui me feront un plaisir de me renseigner.

Bon week-end à vous toutes et tous:-)

VAN LANGHENHOVEN

22/06/2020 à 11:04

MATHIAS LAIR QUI LAVE PLUS BLANC QUE BLANC 40 APRES!!!!
rions rions et quime donnera possibilite de recension in LE MONDE DES LIVRES OU LIBERATION pour mon livre RIVOLVITA ??? SORTI MAI 2020 MERCI MATHIAS
JEHAN VAN LANGHENHOVEN

Mathias Lair

22/06/2020 à 11:13

Cher Jehan, je ne comprends rien à votre message !

Eliane Schierer

22/06/2020 à 11:24

Mathias, j'ai crû que j'étais la seule, LOL.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'auteur espagnol Alejandro Galindo en résidence à la Cité de la BD

La Maison des auteurs de la Cité de la bande dessinée accueille en résidence, de janvier à juin 2021, l'auteur espagnol Alejandro Galindo. Collaborateur de longue date du quotidien régional La Verdad, Galindo a aussi illustré de nombreux ouvrages pour la jeunesse, ainsi que des manuels scolaires...

27/01/2021, 12:06

ActuaLitté

Rapport Racine : près de 500 signataires pour un boycott du FIBD d'Angoulême

Comme en 2020, l'édition 2021 du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême sera revendicative, pour les auteurs. Ou ne sera pas : une tribune, réunissant près de 500 signatures à l'heure de la publication de cet article, assure que les artistes-auteurs seront prêts à appliquer « le boycott total du versant public du Festival d’Angoulême », en juin 2021, si le Rapport Racine n'est pas suivi de plus d'effets.

22/01/2021, 09:54

ActuaLitté

L'auteure camerounaise Hermine Yollo en résidence à Bordeaux

L'auteure camerounaise Hermine Yollo est accueillie en résidence à La Prévoté à Bordeaux, du 6 janvier au 15 février 2021, dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut des Afriques (IdAf) et l'agence du livre en Nouvelle-Aquitaine ALCA. Elle est la lauréate de la résidence d’écriture francophone « Afriques-Haïti 2021 ».

21/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Qui pour succéder à Jean d'Ormesson à l'Académie française ?

Le jeudi 28 janvier prochain, l'Académie française doit procéder à l'élection du nouvel occupant ou de la nouvelle occupante du fauteuil de Jean d'Ormesson, à la place F12. Le dépôt des candidatures est désormais fermé, et les prétendants sont connus...

15/01/2021, 10:42

ActuaLitté

L'autrice Octavia Roodt en résidence à la Cité de la BD d'Angoulême

La Maison des auteurs de la Cité internationale de la bande dessinée d'Angoulême accueille, en janvier et février 2021, l'autrice sud-africaine Octavia Roodt en résidence. Elle travaillera à cette occasion sur son premier long récit, Promised Land, une fiction autobiographique qui se déroule dans une ferme sud-africaine.

13/01/2021, 11:08

ActuaLitté

Les organismes de gestion collective autorisés à aider financièrement les auteurs

L'ordonnance n° 2020-1599 du 16 décembre 2020 introduit quelques mesures ayant trait au monde de la culture, pour faire face à la crise Covid. Elle prolonge notamment la possibilité, pour les organismes de gestion collective, de soutenir financièrement les auteurs et titulaires de droit en puisant dans les sommes allouées aux actions artistiques et culturelles.

17/12/2020, 09:36

ActuaLitté

Correcteurs, auteurs, scénaristes : dans l'édition et ailleurs, la parole libre

Ils partagent un même fardeau : celui de la création, dans la solitude. Et à ce titre, se confrontent aux mêmes écueils, sans nécessairement le savoir. Correcteurs, scénaristes, auteurs : des métiers liés au livre, à l’écrit tout du moins, qui ont tous trois décidé de prendre la parole publiquement. Et dénoncer leurs conditions de travail, en partageant sur les réseaux un florilège de mauvaises pratiques. Un pour tous, tous pour un.

16/12/2020, 15:20

ActuaLitté

Référé-liberté, manifestations : les professions du théâtre mobilisées

La reconduction de la fermeture des lieux culturels, annoncée par le gouvernement dès le 10 décembre dernier en conférence de presse, a contrarié et déçu les professionnels du secteur. Les auteurs du théâtre, notamment, vont faire entendre leur voix par une procédure « référé-liberté » auprès du Conseil d'État et des manifestations.

15/12/2020, 11:26

ActuaLitté

Des romans à la télévision : Bernard Minier, le polar au coeur

Avec Le diable au cœur, Bernard Minier signait son premier scénario pour le petit écran — en l’occurrence, celui de France Télévisions. Réalisée par Christian Faure, cette fiction était diffusée sur France 2 ce 9 décembre. L’écrivain, qui assure être fan de séries, savoure également l’évolution que le projet a connue, pour devenir un long-métrage. Avec Laura Munõz, journaliste espagnole et coscénariste, l’aventure commençait bien.

12/12/2020, 12:46

ActuaLitté

Débuts, une revue littéraire pour accueillir les textes des jeunes auteurs

La situation sanitaire aura compliqué, si cela était encore possible, l’arrivée des jeunes auteurs au sein des maisons d’édition. Pour mettre un pied à l’étrier, quoi de mieux qu’une publication d’un texte au sein d’une revue littéraire ? Constatant des carences en la matière, Mona Messine et Alizée Freudenthal, jeunes autrices, avancent Débuts, un titre qui fera son entrée en janvier 2021.

11/12/2020, 15:18

ActuaLitté

Disparition de Richard Corben, grand maître de l'horreur dessinée

Né le 1er octobre 1940, l'auteur américain de bandes dessinées Richard Corben est mort le 2 décembre 2020, à l'âge de 80 ans. Salué par le Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 2018, il a marqué le 9e art avec des oeuvres oscillant entre fantasy et horreur.

11/12/2020, 12:13

ActuaLitté

Le droit d'auteur sans auteurs ni artistes : CSPLA que ça se passe...

Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) n’a finalement qu’une fonction symbolique. En tant qu’organe de consultation sur le droit d’auteur, auprès du ministère de la Culture, il ressemble aux francs-maçons : moins de pouvoir qu’on ne le croit, plus d’influence qu’on ne le pense. En tout cas, le CSPLA ne connaîtra pas le bouleversement suggéré par Bruno Racine.

09/12/2020, 16:00

ActuaLitté

Qui sont les organismes représentant les professionnels au CSPLA ?

Le CSPLA, Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA), vient conseiller le ministère de la Culture pour guider au mieux sa politique et ses décisions en matière de propriété intellectuelle et de droit d'auteur. Il réunit des membres de droit, des personnalités qualifiées, un représentant des établissements publics patrimoniaux, mais aussi des représentants des professionnels. Un arrêté vient préciser les organismes présents, pour cette dernière catégorie.

09/12/2020, 09:29

ActuaLitté

Ces auteurs de science-fiction que l'armée française a missionnés

En juillet 2019, l’armée française dévoilait l’un de ses projets les plus littéraires : monter une équipe de romanciers, la Red Team, qui allait explorer l’avenir. Leur objectif, élaborer des « hypothèses stratégiques valides », pour aider le ministère dans ses exercices de prospectives. Tenue secrète, la Red Team vient finalement d’être dévoilée…

05/12/2020, 12:23

ActuaLitté

Alison Lurie, ou la satire des moeurs sociales et sexuelles de l'Amérique

Traduite en France chez Rivages, la romancière Alison Lurie est décédée à l’âge de 94 ans. Elle avait remporté le prix Pulitzer en 1985 pour son livre Foreign Affairs (Liaisons étrangères, trad. Sophie Mayoux), une histoire à l’image de son œuvre : des contes tout à la fois satiriques, cérébraux et baignant dans une ambiance de comédie romantique.

05/12/2020, 12:15

ActuaLitté

Giscard d'Estaing : le président qui fit du livre un produit pas comme les autres

L'ancien président est mort, à l’âge de 94 ans, des conséquences de la Covid-19. Chef de l’État entre mai 74 et mai 81, il aura laissé quelques ouvrages dont on ne se rappellera pas forcément. Son décès occasionne plusieurs hommages, logiquement, mais on se souviendra de lui, notamment, pour une empreinte plus marquée dans le monde de la lecture publique. 

03/12/2020, 11:30

ActuaLitté

Selon le gouvernement, le rôle de l'autoédition “n'est pas dénué d'intérêt”

Charles de la Verpillière, député Les Républicains de l'Ain, s'était inquiété auprès du ministère de la Culture du sort réservé aux auteurs autoédités, ainsi que d'une possible régulation de leurs activités par le gouvernement. Dans sa réponse, la rue de Valois précise que les revenus tirés de l'autoédition sont désormais considérés comme des revenus artistiques, et balaye toute velléité de régulation du secteur.

01/12/2020, 11:33

ActuaLitté

Il avait créé Picbille : Rémi Brissiaud, héraut des mathématiques, a disparu

Les éditions du Retz nous apprennent le décès de Rémi Brissiaud, « héraut des mathématiques », et créateur de Picbille. le petit héros des écoliers depuis 1991. « L’optimisme de cet infatigable pédagogue va nous manquer terriblement », indique l’éditeur.

29/11/2020, 16:49

ActuaLitté

“Les libertés qu’on décidera de perdre aujourd’hui ne se retrouveront jamais” (Nicolas Beuglet)

Paru ce 25 novembre, le texte Ça n’arrivera pas préfigure un monde d’après, découlant « des dérives de la politique sanitaire actuelle », explique Nicolas Beuglet. Gratuitement offerte à la lecture, sa nouvelle a tout d’une crise existentielle profonde, exprimant doutes et craintes. Contemporaine et diaboliquement lucide…

27/11/2020, 12:15

ActuaLitté

Neil Gaiman dévoile l'édition Céleste de Good Omens

Le succès de la série sur Amazon Video a donné un coup de fouet spectaculaire à Good Omens. L'histoire, coécrite par Neil Gaiman et Terry Pratchett, fut publiée en 1990. Et sa popularité ne décroit absolument pas. Sauf qu’après la série, les héritiers de Pratchett ont imaginé les possibilités qu’offriraient des éditions de luxe…

26/11/2020, 10:52

ActuaLitté

L'écrivain Olivier Poivre d'Arvor nommé ambassadeur des pôles

Par un décret du 25 novembre 2020, le président de la République, sur un rapport du Premier ministre et du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, a nommé Olivier Poivre d'Arvor ambassadeur en charge des pôles et des enjeux maritimes. La fonction, précédemment occupée par Ségolène Royal, est restée vacante depuis le mois de janvier dernier.

26/11/2020, 09:58

ActuaLitté

SACD : le prix de la liberté pour un syndicat

ENQUÊTE. L'assemblée générale annuelle de la Guilde française des scénaristes s'est tenue lundi 2 novembre 2020, avec un renouvellement de son conseil d’administration et l’élection d'une présidente et d'une secrétaire générale. L’occasion pour ActuaLitté de plonger dans un autre environnement de mots.

13/11/2020, 10:28

ActuaLitté

Disparition du caricaturiste et dessinateur Piem, Pierre de Barrigue de Montvallon

Pierre George Marie de Barrigue de Montvallon, mieux connu sous le pseudonyme Piem, est décédé ce jeudi 12 novembre 2020 à Notre-Dame d'Oé, en Indre-et-Loire. Il était âgé de 97 ans jour pour jour, né le 12 novembre 1923. Ce dessinateur de presse a notamment publié dans les colonnes du Figaro, mais s'est surtout fait connaître dans l'émission Le Petit Rapporteur.

13/11/2020, 09:48

ActuaLitté

“Précarité et paupérisation”, le reconfinement pour les auteurs

Le retour du confinement remet en perspective les difficultés que connaissent les auteurs. La Société des Gens de Lettres présente ce 2 novembre un ensemble de 10 mesures « vitales pour les auteurs ». Des approches destinées à préserver « les auteurs de l’écrit d’une précarité et d’une paupérisation insoutenables ».

02/11/2020, 15:57

ActuaLitté

Les auteurs jeunesse apportent leur soutien aux librairies

Lors du premier confinement les acteurs de la chaîne du livre les plus fragiles tels que les auteurs et les autrices, les libraires indépendants ou encore les petits éditeurs ont été fortement touchés par les conséquences de cette catastrophe sanitaire sans précédent, rappelle la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse dans un communiqué.

02/11/2020, 11:20

ActuaLitté

Le confinement et les petites mains de l'édition

Les messages de soutien à la librairie se multiplient depuis les déclarations d’Emmanuel Macron, de toute la profession. Un commerce non essentiel, fermé, quand des concurrents directs tels que Fnac accueilleront des clients. Injustice ? Certes : une fois de plus, la crise dévoile toute la fragilité de nombreux acteurs de la chaine du livre. 

30/10/2020, 10:21

ActuaLitté

Contrat de commande : doigt sur la couture ou revers de l'ourlet ?

Depuis quelques jours bruisse un conflit latent autour du contrat de commande chez les auteurs. En cause, la mission confiée à Pierre Sirinelli, par le Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique. C’est qu’à la suite du Rapport Racine, farouchement enterré par certains, le sujet revient malgré tout.

20/10/2020, 15:12

ActuaLitté

Dany Laferrière, la somme de tous ses exils

L’artiste québécois Roger Langevin, à l’origine de l’œuvre, l’explique : une statue de Dany Laferrière ne pouvait exister qu’à deux endroits. Sa ville de naissance, Petit-Goâve, à Haïti, ou Montréal, où il devint écrivain. Ce sera Montréal, devant la Grande BIbliothèque, au milieu du jardin d’art. 

15/10/2020, 10:59

ActuaLitté

Directeurs de collection : la rémunération en droits d’auteur autorisée ?

Le régime des artistes-auteurs a connu une évolution sensible avec le décret n° 2020-1095 du 28 août 2020. Au sein de ce texte très attendu, des précisions sur la rémunération des directeurs de collection, dont le paiement sous le régime des artistes-auteurs avait été remis en cause par l'Agessa et le Conseil d'État. Ce texte légaliserait finalement cette pratique, mais de nombreuses questions demeurent...

12/10/2020, 15:16

ActuaLitté

Sécurité sociale : quand l'Urssaf rencontre les artistes-auteurs

Depuis plusieurs jours, le monde des artistes auteurs est en panique. Alors que l’année 2020 va toucher à sa fin, leur portail dédié n’est toujours pas opérationnel. Les dysfonctionnements, lacunes d’informations et autres bugs génèrent une angoisse extrême alors que la période est socialement violente pour les créateurs. Pour répondre à cette crise, la Ligue des auteurs professionnels a proposé un épisode d’urgence de sa série « Artistes-auteurs : un statut ! » en présence de l’Urssaf – laquelle a joué le jeu. Quel bilan ?

12/10/2020, 09:28

ActuaLitté

Antoine Spire devient le nouveau président du Pen Club français

« Le 7 octobre 2020, après avoir constaté la cessation des fonctions de l'ancien président, le comité directeur du Pen Club français, régulièrement réuni, a élu le journaliste, éditeur et écrivain Antoine Spire comme nouveau président avec 93 % des votants, soit un peu plus de 60 % des inscrits », indique le Pen Club français dans un communiqué.

12/10/2020, 09:09

ActuaLitté

Dans l'enfer de l'URSSAF : comprendre la transition Agessa/MdA

Les derniers témoignages d’autrices diffusés dans ActuaLitté pointent du doigt les errances du système actuel de sécurité sociale pour les auteurs. D’une complexité à toute épreuve, avec une absence quasi totale d’informations : Kafka en mangerait son chapeau. Et pour y répondre, un unique moyen : se prendre en main tout seul.

08/10/2020, 17:12

ActuaLitté

Auteur de livres jeunesse, un métier à la fois “passionnant” et “précaire”

À l'occasion des États généraux de l'égalité en littérature jeunesse, organisés par l'association La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, le Centre national du Livre et le ministère de la Culture ont dévoilé les premiers chiffres du volet « Auteurs » d'une étude consacrée au secteur du livre jeunesse. Anne-Sophie Métais, responsable du pôle études au CNL, a détaillé ces données, encore partielles.

05/10/2020, 14:50

ActuaLitté

Présidentielles américaines : les auteurs engagés contre la désinformation

Les élections présidentielles américaines s'approchent, dans un contexte tendu : outre la crise sanitaire, la lutte contre les violences policières et la confiance accordée aux élus sont au cœur des débats. L'organisation PEN America a collaboré avec des auteurs, dont John Lithgow, Tayari Jones, Alan Cumming, Ann Patchett, Brit Bennett ou encore Jennifer Egan pour sensibiliser le public aux dangers de la désinformation.

29/09/2020, 15:53

ActuaLitté

Zizanie au PEN Club français : fin de mandat mouvementée pour Emmanuel Pierrat

Rien ne va plus au PEN Club français, aussi connu sous le nom de Cercle littéraire international : l'avocat et écrivain Emmanuel Pierrat, élu président en 2018, a été démis de ses fonctions par le comité directeur de l'organisation, à quelques mois de la fin de son mandat. Le comité évoque des « irrégularités comptables » et des « problèmes de gouvernance » qu'Emmanuel Pierrat dément formellement.

25/09/2020, 16:30

ActuaLitté

Certificats de précompte : le défaut de production désormais sanctionné

L'article 3 du décret n° 2020-1095 du 28 août 2020 aborde un point souvent problématique dans les déclarations des revenus des auteurs : la présentation des certificats de précompte. Ces derniers, délivrés par les diffuseurs d'une œuvre artistique, certifient que les cotisations sociales des auteurs ont été prélevées par ces diffuseurs, puis versées à l'organisme de sécurité sociale. Le défaut de production de ces certificats de précompte par les diffuseurs sera désormais sanctionné par l'Urssaf.

25/09/2020, 13:23

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Malgré le Covid, des Nuits de la lecture réussies

Pour la 5e édition de l'événement, la Nuit de la lecture devenaient les Nuits de la lecture. Du 21 au 24 janvier 2021, à l’initiative du ministère de la Culture, des milliers d’évènements se sont ainsi tenus pour mettre en valeur les librairies, les bibliothèques, les auteurs et tous les acteurs de la filière du livre. 3 jours après la clôture de la dernière nuit, c'est l'heure du bilan. 

27/01/2021, 12:50

ActuaLitté

Lexique de l’imaginaire : mise en ligne d’un dictionnaire de la science-fiction

Ancien rédacteur en chef de l’Oxford English Dictionary, Jesse Sheidlower a profité du confinement pour se lancer dans un projet d’envergure. Son Dictionnaire historique de la science-fiction est aujourd’hui en ligne et accessible gratuitement. Il offre aux initiés comme aux néophytes un moyen idéal pour comprendre le sens et l’origine des néologismes qui font partie de l’ADN de la SF.

27/01/2021, 12:21

ActuaLitté

Library Futures, un institut pour penser la technologie en bibliothèque

Un nouvel organisme à but non lucratif vient rejoindre la galaxie des promoteurs des bibliothèques, avec une petite particularité. L'institut Library Futures sera en effet centré sur la défense et la promotion d'un accès libre aux biens culturels, par le biais des bibliothèques et de la technologie.

27/01/2021, 11:25

ActuaLitté

Visée par une enquête, la firme Amazon attaque la Commission européenne

L'audace n'est pas ce qu'il manque à la multinationale Amazon, dans le domaine des affaires. Elle n'est pas non plus en reste en matière de droit : deux mois environ après l'ouverture d'une enquête de la Commission européenne sur l'utilisation des données des vendeurs tiers par la firme, cette dernière réplique en attaquant à son tour l'institution. Motif : le même sujet fait déjà l'objet d'une enquête ouverte en Italie, ce qui serait contraire aux règles européennes.

27/01/2021, 10:06

ActuaLitté

Pascal Perrault devient directeur général du Centre national du livre

Par arrêté de la ministre de la Culture, Pascal Perrault est nommé directeur général du Centre national du livre (CNL), en remplacement d’Emmanuelle Bensimon-Weiler.

26/01/2021, 17:53

ActuaLitté

Quelques nominations au conseil d'administration de l'agence Ciclic

L'établissement public de coopération culturelle Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique, annonce l'arrivée de nouvelles personnalités qualifiées au sein de son conseil d'administration.

26/01/2021, 16:04

ActuaLitté

Nadine Perreault nommée directrice générale de Diffusion Dimedia

Le conseil d'administration de Diffusion Dimedia, société de distribution et de diffusion de livres en langue française au Québec et au Canada, annonce la nomination de Nadine Perreault au poste de directrice générale. Celle-ci fait suite au départ à la retraite de Serge Théroux le 31 décembre dernier, après 45 ans au service de Dimedia.

26/01/2021, 15:52

ActuaLitté

Travaux du Centre Pompidou : la Bpi relogée à Paris intra-muros

La Bpi - Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou sera bien sûr concernée par les travaux de rénovation dont va bénéficier l'institution patrimoniale dédiée à l'art contemporain. L'établissement aura même droit à deux phases de labeurs, avec des travaux d’aménagement dès 2021 et des travaux structurels à partir de 2024.

26/01/2021, 13:05

ActuaLitté

Japon : légiférer sur le cosplay, délicat exercice du gouvernement

Dès les années 90, les premiers fans japonais ont reproduit, avec ingéniosité et patience, les costumes de personnages de mangas. Ce principe de déguisement, parfois avec une fidélité ahurissante, fait des émules à travers la planète — et le bonheur des conventions comics, mangas et autres salons du livre. Au risque de froisser la susceptibilité des avocats, soucieux de préserver le droit d’auteur des créateurs. Et de leurs éditeurs…

26/01/2021, 12:36

ActuaLitté

Conserver et valoriser les collections patrimoniales : appel à projets

L’appel à projets national « Patrimoine écrit » du ministère de la Culture entend une nouvelle fois, en 2021, soutenir des projets concernant les collections patrimoniales des bibliothèques relevant des collectivités territoriales ou de leurs groupements. Un appel à projets est lancé, ouvert jusqu'au 19 mars 2021.

26/01/2021, 11:34

ActuaLitté

Japon : les ventes numériques atteignent 24 % du marché

2020 aura fait transpirer à grosses gouttes, mais une nouvelle fois, l’industrie du livre s’en tire plutôt bien. Au Japon, on apprend que les ventes de livres papier et numériques enregistrent une hausse de 5 % en valeur. Le marché affiche ainsi un résultat de 1616,8 milliards de yens, soit 12,84 milliards €, tout de même. Notamment grâce à un titre…

26/01/2021, 10:33

ActuaLitté

La Chine inaugurera une librairie entièrement imprimée en 3D

En matière de livres et de lecture, la Chine n'en est pas aux pièces : à la fin du mois de janvier ouvrira la première librairie entièrement conçue en impression 3D. Shanghai accueillera l'établissement qui s'est spécialisé dans l'industrie de l'impression 3D sur le site de Wisdom Bay, à proximité de la rivière Wenzaobang.

25/01/2021, 15:55

ActuaLitté

Après la démission d'Olivier Duhamel, Laurent Bigorgne dirige seul la collection À Savoir

Conçue en 2006, la collection À savoir, publiée par les éditions Dalloz, change de direction. En effet, fondée à l’origine par Évelyne Pisier (décédée en 2017) et Olivier Duhamel, elle était dirigée par ce dernier et Laurent Bigorgne, essayiste et directeur de l’Institut Montaigne depuis 2011. A l’annonce de la parution du livre de Camille Kouchner, le cofondateur et codirecteur de la collection a démissionné. 

25/01/2021, 12:39

ActuaLitté

À Bordeaux, la bibliothèque Mériadeck poursuit sa modernisation

La Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux est l'une des toutes premières de France par l'ampleur et la richesse du patrimoine écrit et graphique qu'elle abrite. Ses fonds patrimoniaux s'élèvent à environ 500.000 volumes, dont plus de 200.000 imprimés. Avec ses 9000 m2 ouverts au public, 27.500 m2 au total, les enjeux liés au bâtiment sont essentiels. 2500 usagers franchissent ses portes chaque jour d'ouverture. 150 agents y travaillent.

25/01/2021, 12:18

ActuaLitté

Centre-Val de Loire : le Covid-19, vecteur d'inquiétudes pour le secteur du livre

Ciclic, l'agence régionale du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique, dévoile les résultats d'une enquête menée auprès des acteurs du livre, auteurs, éditeurs et libraires sur l'impact de la crise du coronavirus. Si la situation est parfois moins critique que l'on ne pourrait le penser, l'inquiétude pour l'avenir reste toutefois importante, pour tous les professionnels.

25/01/2021, 11:59

ActuaLitté

Habiter : interroger les lieux et les populations

Les éditions Imbernon publient une collection intitulée Habiter. Cahiers transdisciplinaires (sous la direction d'Éleonora Canepari et de Brigitte Marin). Organisée en volumes thématiques, elle se veut un lieu d'expérimentation, accueillant des articles théoriques, aussi bien que des présentations d’expériences de terrain et des « regards » d'artistes sur la thématique abordée.

25/01/2021, 11:40

ActuaLitté

Royaume-Uni : le marché du livre imprimé en bonne santé, en 2020

L'année 2020, marquée par des confinements et des mesures sanitaires au Royaume-Uni, n'aura finalement pas laissé d'empreinte si négative sur l'industrie du livre. Au contraire, même : selon des données de l'institut Nielsen BookScan, les ventes de livres imprimés, en volume, ont augmenté de 5,2 % sur l'année écoulée.

25/01/2021, 10:24

ActuaLitté

Dans l’attente des données officielles, le livre italien est-il en reprise ?

Les librairies seront ouvertes aussi dans les centres commerciaux, selon le dernier décret du Président du Conseil des Ministres. De plus, les données sur les ventes de Noël semblent encourageantes. Des signaux d’une industrie du livre en reprise ? 

25/01/2021, 09:43

ActuaLitté

Un troisième confinement envisagé pour Emmanuel Macron

Redoutée depuis plusieurs jours, avec la propagation des variants britannique et sud-africain, l’annonce d’un nouveau confinement devient imminente. D'après le JDD qui évoque « une question de jours », le président de la République préparerait une intervention – mercredi selon toute vraisemblance, au sortir du conseil de défense. Selon les sources qu'avance le journal, « la décision est sur le point d’être prise ». Restent les quand et comment.

24/01/2021, 17:20

ActuaLitté

Le Virus de la recherche court toujours, aux Presses universitaires de Grenoble

Les Presses universitaires de Grenoble (PUG) avaient mis en œuvre, dans les premières semaines de l'épidémie de Covid-19, une collection de textes courts consacrés à cette dernière. Une saison 2 est annoncée, et les textes sont toujours gratuits pour une lecture en ligne, et téléchargeables aux formats PDF ou EPUB pour 0,99 €.

22/01/2021, 14:37

ActuaLitté

L’historien Alessandro Barbero déplore l’état des bibliothèques en Italie

Dans un article publié dans La Stampa, l’historien italien, connu du grand public grâce à ses podcasts et conférences, dénonce l’abandon dans lequel se trouvent les bibliothèques italiennes : désertes et désertées par le public, seul le prêt (parfois à domicile) leur est consenti. Il déplore « l’état comateux » des établissements italiens.

22/01/2021, 14:33

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France met en lumière les autrices oubliées

La Bibliothèque nationale de France annonce un nouveau cycle de conférences, consacré aux autrices oubliées de l'histoire littéraire. Quatre figures seront mises en avant, pour commencer, entre janvier et avril 2021 : Catherine Bernard, Marie-Anne Barbier, Marceline Desbordes-Valmore et Hélène Bessette. Les conférences seront bien sûr accessibles en ligne.

22/01/2021, 12:35

ActuaLitté

Cat Stevens publie un livre jeunesse, d'après une de ses chansons

À partir d'un certain âge, ou d'un nombre d'années de carrière, les vétérans du rock ou de la musique folk semblent se tourner vers la littérature jeunesse. Après Bob Dylan, Paul McCartney ou encore Bruce Springsteen, c'est Cat Stevens, pourtant connu sous le nom Yusuf Islam depuis quelques années, qui publie un ouvrage sous ce nom, intitulé Peace Train, chez HarperCollins.

22/01/2021, 12:15

ActuaLitté

La bibliothèque présidentielle de Donald Trump ouvre ses portes numériques

Les Archives nationales américaines ont ouvert ce 20 janvier la bibliothèque numérique consacrée à Donald Trump. Le site recense entre autres les entrées web et comptes réseau dédiés à l’archivage des années présidentielles du milliardaire. Idéal pour les nostalgiques de ces 4 années riches en rebondissements…

22/01/2021, 11:45

ActuaLitté

Death Note censuré en Russie, pour violence excessive...

Un tribunal russe vient de rendre justice — et les utilisateurs lui feraient volontiers rendre gorge. En effet, plusieurs sites de streaming se voient interdire la diffusion de l’anime Death Note, ainsi que d’autres mangas qualifiés de violents par la décision. Au menu, Tokyo Ghoul et Inuyashiki, qui sont également frappés d’ostracisme par le verdict.

22/01/2021, 09:45

ActuaLitté

Dilibel reste en Belgique pour “privilégier la qualité de service de proximité“

L’instauration du prix unique du livre en Belgique n’allait pas sans poser quelques interrogations aux libraires. Si la majorité des groupes français officiant outre-Quiévrain ont appliqué une tarification unique entre France et Belgique, le groupe Hachette Livre faisait de la résistance. Et le Syndicat des Libraires francophones de Belgique faisait les gros yeux, menaçant même de boycott, à demi-mot. 

21/01/2021, 18:35

ActuaLitté

Thomas Rabe reconduit à la tête de Bertelsmann jusqu'en 2027

Le PDG du groupe Bertelsmann, Thomas Rabe, a été reconduit dans ses fonctions pour un troisième mandat, comme l'indique un communiqué du conseil d'administration du groupe médiatique. Rabe devrait ainsi rester en poste jusqu'au 1er janvier 2027.

21/01/2021, 18:00

ActuaLitté

Paris : une médiathèque portera le nom de James Baldwin

Le permis de construire a été validé l’été dernier. La première médiathèque du XIXe arrondissement sera nommée en l’honneur du célèbre écrivain, figure de l’émancipation des Afro-américains et des homosexuels aux États-Unis.

21/01/2021, 16:12

ActuaLitté

Une norme pour les catastrophes patrimoniales : journée professionnelle

La Bibliothèque nationale de France, le musée du quai Branly-Jacques Chirac et Sorbonne-Université s'associent avec l'Association française de normalisation (AFNOR) pour une conférence en ligne, ce lundi 25 janvier, consacrée à la norme volontaire NF ISO 21110 sur la préparation et la réponse aux situations d’urgence dans les bibliothèques, archives et musées.

21/01/2021, 15:47

ActuaLitté

La Hongrie impose un avertissement sur un livre aux thématiques LGBT

Emboîtant le pas à la Russie, notamment, la Hongrie vient d'imposer à une association la mise en place d'un avertissement sur la couverture d'un livre pour enfants abordant des thèmes LGBT, intitulé Meseország mindenkié (Le pays des merveilles est ouvert à tous). L'organisation Labrisz, qui milite pour les droits des personnes homosexuelles, bisexuelles et transsexuelles, avait conçu l'ouvrage pour inciter au respect de tous et toutes...

21/01/2021, 11:28

ActuaLitté

La direction générale des médias et des industries culturelles s'étoffe

Suivant la nouvelle organisation du ministère de la Culture, la direction générale des médias et des industries culturelles s'est dotée de nouveaux départements et bureaux, y compris au sein du service du livre. Le Journal officiel révèle désormais les quelques noms à la tête de ces départements.

21/01/2021, 10:38

ActuaLitté

En 2019, Amazon France enregistrait près de 3 accidents du travail par jour

Depuis son ouvrage de 2013, En Amazonie. Infiltré dans le “meilleur des mondes”, le journaliste Jean-Baptiste Malet détaille le fonctionnement de la société de Jeff Bezos en France. Et ailleurs. Il vient de publier dans L’Humanité un nouvel article, faisant état de révélations sur les « données statistiques pourtant élémentaires concernant les conditions de travail dans les entrepôts français ». Un véritable choc. 

21/01/2021, 10:26

ActuaLitté

Investiture : la bible de Douai réunit Joe Biden et Kennedy, 60 ans plus tard

La tradition veut que lors de la cérémonie d’investiture, le président américain prête serment sur la Bible. Un procédé certes très inclusif pour qui ne s’y reconnaît pas, mais on ne déroge pas aux vieilles habitudes. Joe Biden, qui est catholique, a cédé au rituel, avec une vieille bible familiale de 127 ans. Et qui appartient aux Biden depuis 1893. 

21/01/2021, 10:10

ActuaLitté

Fayard orchestre le retour de Mein Kampf en librairie

Tombé dans le domaine public en 2016, le texte fondateur de l’antisémitisme nazi aura droit à une nouvelle édition française. Fayard prévoit de commercialiser cette version critique courant 2021. Cette version des écrits d’Adolf Hitler comprend un appareil critique conséquent de près de 500 pages. D’abord édité en polonais par Bellona, le texte sera disponible en français cette année.

20/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Marseille : la librairie Transit à la recherche d'un nouveau local

La Librairie Transit, installée depuis 8 ans au 45, boulevard de la Libération, à Marseille, recherche activement et de manière plutôt urgente un nouveau local. Le risque encouru est simple : cesser son activité. La structure associative doit quitter les lieux le 10 mars 2021 au plus tard.

20/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Les ventes internet sauvent le résultat 2020 de Fnac Darty

Autant se réjouir des bonnes nouvelles quand elles se profilent : le groupe Fnac Darty, avec un petit mois d’avance sur les résultats définitifs, présente une estimation des revenus 2020. Une croissance de 0,6 % sur le chiffre d’affaires global, avec un quatrième trimestre à près de 10 % de hausse. Le tout, grâce à internet : les ventes en ligne auront représenté 29 % des ventes globales, soit 10 % de mieux qu’en 2019.

20/01/2021, 15:18