#Auteurs

Financements, actions, mission : Société des Gens de Lettres, quelle histoire ?

En plein milieu de l’affaire Sfar, la question reste entière : comment fonctionne la Société des Gens de Lettres ? Quel est son budget ? Comment le dépense-t-elle ? Quel est son véritable rôle ? Car diffamation, pas diffamation, procès, pas procès, le nerf de la guerre semble être cette question du rôle que joue cette institution ancienne. ActuaLitté a donc mené une enquête analytique pour tenter d’éclairer les enjeux.

Le 11/06/2020 à 11:23 par Nicolas Gary

23 Réactions | 1 Partages

Publié le :

11/06/2020 à 11:23

Nicolas Gary

23

Commentaires

1

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

En pleine crise sanitaire, la SGDL se retrouve dotée de 2 millions € avec pour mission de redistribuer des aides aux auteurs, selon des critères et modalités qui ont suscité de multiples questionnements des auteurs. Mais au-delà de cette dotation, le point demeure : d’où vient l’argent de la SGDL ? Comment cette dernière l’utilise-t-elle ? Et surtout, quel est l'équilibre entre ses dotations financières et son efficacité, dans un contexte général de crise sociale pour les auteurs, bien antérieure au coronavirus ?

Au commencement, le verbe, toujours…

Pour commencer, comment peut-on définir la SDGL ? À l’origine, il y a Balzac et sa Lettre adressée aux écrivains français du XIXe siècle, en 1836. Une prise de conscience : collectivement, on est plus forts. La SGDL n’est en réalité constituée qu’en 1838, par un grand patron de presse nommé Louis Desnoyers. Ce directeur du journal reprend l’idée de Balzac pour lancer son projet, qui est suivi par de nombreux écrivains de l’époque (Balzac, Victor Hugo, George Sand, Théophile Gautier, Alexandre Dumas, etc.). La SGDL s'articule alors autour deux fonctions : « La défense des intérêts moraux et matériels de ses membres et le secours aux écrivains nécessiteux. »

Comment ? En prélevant des droits de reproduction dans les journaux. À l’origine, la structure est donc un organisme de gestion collective. Plutôt logique à l’époque. On est bien avant les grandes révolutions sociales françaises.

Aujourd’hui, de par ses statuts, la Société des Gens de Lettres est une association d’utilité publique. Depuis peu, elle est aussi devenue organisme de formation, ce qui peut brouiller les pistes. Dans le Code de la propriété intellectuelle, l’institution est encore sous sa dénomination d’organisme de gestion collective, une de ses fonctions il y a quelques décennies. Une révolution des auteurs en mai 68, suite à des problèmes de gestion et d’opacité, a conduit à une scission : c’est ce qui a donné naissance à la SCAM, Société civile des auteurs multimédias, tandis que la SGDL a donc tenté de trouver un autre rôle.  

Un syndicat ?

La Société des Gens de Lettres semble se concentrer plus fortement sur son rôle de défense des auteurs, à la façon d’un syndicat. Elle participe aux accords entre le Conseil Permanent des Écrivains et le Syndicat National de l’Édition en 2013 à l’ère du numérique. Des accords qui provoquent des critiques : certains estiment que nombre de décisions entérinées sont un « retour en arrière », d'autres que l'on a fait rentrer le loup dans la bergerie, au sein des contrats.

Exemple typique : le cas de l’impression à la demande, ou bien le contrat numérique amalgamé dans le contrat de l’édition imprimée, plutôt que de faire l’objet de deux exploitations distinctes. Quoi qu’il en soit, la légitimité du Conseil Permanent des Écrivains est remise en question, et plus globalement le poids des représentants négociant avec le Syndicat National de l’Édition.

Des actions juridiques ?

Mais alors, dans son rôle de « défense », la SGDL a-t-elle déjà mené des actions offensives au XXe siècle ? L’un des plus tristement célèbres exemples date du 18 juin 1934. La Société des Gens de Lettres soutient Hitler en tant qu’écrivain, pour son ouvrage Mein Kampf. Le chancelier porte plainte contre son éditeur qui a publié sans autorisation l’ouvrage dans une autre langue. La ligne de défense est que Mein Kampf présente un « effort de création ». 

Dans un registre plus reluisant, quelques années plus tard en 1936, la Société des Gens de Lettres soutient le projet de loi de Jean Zay pour une grande réforme du contrat d’édition.... réforme balayée par le lobbying des éditeurs.

La création de la SOFIA

En 1999 la SGDL, avec le soutien d’autres associations ou syndicats (la Charte, le CPE, la MEL, le SNAC…), créé la SOFIA, la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit. Le but ? Percevoir une rémunération pour les auteurs pour le droit de prêt en bibliothèque. À l’origine, la SOFIA devait donc être un organisme de gestion collective uniquement géré par des auteurs. Mais la SGDL a besoin d'appuis politiques : pour entériner la loi sur le droit de prêt, ce sont donc les éditeurs qui viennent à la rescousse.

Conférence Les auteurs bientôt à poil (SGDL)

En 2000, ces derniers rejoignent les auteurs à la SOFIA, qui devient une société paritaire. L'une des suites, les lecteurs d'ActuaLitté la connaissent bien : l’affaire ReLIRE sur les livres indisponibles, qui finit par opposer quelques auteurs individuels au dispositif. La Cour de justice européenne a tranché et le dispositif est jugé en infraction du respect du droit moral des auteurs.

Les liens complexes avec l’État

Les liens entre la Société des Gens de Lettres et l’État semblent aussi très forts. Tout d’abord, l’hôtel de Massa, ce bel hôtel particulier, n’appartient pas à la SGDL. La SGDL a un bail emphytéotique avec l’État. Autrement dit, la SGDL a contracté un accord avec l’État pour occuper les lieux et en tirer les bénéfices, un accord dont ActuaLitté ne connaît pas encore les conditions. En parallèle, la Société des Gens de Lettres devient une forme de « prestataire » de l’État, pour le compte du Centre National du Livre. Ce dernier lui a donné la charge il y a quelques années de reverser des aides sociales aux auteurs. Cette mission est articulée autour d’une subvention de fonctionnement.

Dans les autres liens qu'on peut remarquer, les derniers directeurs généraux de la Société des Gens de Lettres sont issus du ministère de la Culture. D’abord, Geoffroy Pelletier, anciennement au Service du livre et de la lecture, et qui est désormais le directeur de la SOFIA. Puis le nouveau directeur, Patrice Locmant, lui-même issu du même ministère de la Culture, Service du livre et de la lecture. Une interaction politique entre la Société des Gens de Lettres et le Ministère de la Culture qui a pu fluidifier les échanges avec la rue de Valois, mais continue d'interroger.

Les membres et adhérents

Si la Société des Gens de Lettres affiche 6000 adhérents, le rapport d’activité donne un chiffre tournant aux alentour de 2000 à jour de cotisations. Il est donc difficile de savoir exactement d’où viennent les 6000 adhérents annoncés ! Est-ce que cela comprend les ayants droit, à la manière des organismes de gestion collective ? Ou des auteurs décédés, puisque l’institution est ancienne ? Dire que la SGDL “représente” 6000 auteurs bien vivants n'a rien d'assuré de fait.

Aide sociale, juridique et formations 

Les jeunes écrivains et les autres le savent : la SGDL dispose également d’un service juridique fonctionnel. Par ce biais, tout un chacun peut bénéficier d’un accompagnement — sur la relecture de contrats, sur des conseils dans la gestion de litiges. Cependant, l’association ne dispose pas d’un statut de syndicat, et à ce titre, ne pourra pas porter une affaire en justice pour défendre les intérêts d’une profession. Probablement la limite entre conseil et défense.

Autre point majeur, la question de l’aide sociale. Le président Christophe Hardy en avait récemment récapitulé les grandes lignes. L’association « gère un dispositif d’aide sociale, cofinancé avec le CNL et qui vient en aide à tous les auteurs. La SGDL a donc l’expérience et la force de travail (un énorme travail pour une grande partie de notre équipe salariée). »

La SGDL (Société des Gens de Lettres de France)

Par l’intermédiaire d’une assistante sociale qui reçoit les auteurs, c’est un suivi de dossier sur les situations particulières de chacun qui est apporté. L’aide, mise en place en 2015, intervient de fait en compensation de ce que l’État se dédouane : en toute logique, elle devrait être gérée par l’Agessa, la caisse de sécurité sociale des artistes auteurs. Et, à ce titre, la SGDL se trouve dans un rôle de substitut des pouvoirs publics. 

Enfin, le volet formation professionnelle compte parmi les forces réelles de l’association. Depuis le 1er juillet 2012, les auteurs cotisent en effet dans la perspective d’une formation. La SGDL propose ainsi des stages, pris en charge par le fonds AFDAS. « Conçues par des auteurs de livres pour des auteurs de livres, les formations de la SGDL s’attachent à encourager les échanges, à susciter des questionnements, et apporter les réponses adaptées aux besoins et aux souhaits de chacun », indique-t-on. 

Cependant, ces formations ont elles aussi leurs limites, et probablement qu’un auteur professionnalisé n’y trouverait pas son compte.

En somme, la structure déploie des efforts réels de soutien aux auteurs, et, à ce titre, s’apparente à un centre de ressources diversifié. Et nul doute que les salariés agissent par ailleurs avec la volonté réelle d’apporter une aide concrète. C’est en réalité le rôle politique et de représentativité qu’elle a dû assumer qui fait dévier la ligne.

Quel financement ?

La fonction de la SGDL reste donc trouble entre toutes ces fonctions très nombreuses dont les intérêts peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. Mais comment est-elle financée ? Son rapport d’activité permet de trouver des données fiables quant à l’activité de l’association. En 2017, la SGDL disposait d’un budget de fonctionnement d’environ 1,7 million €. À cela s’ajoutent 1,6 million € de trésorerie et 4,8 millions € de placements divers, qui rapportent environ 300.000 € de produits financiers par an. Un matelas confortable. La question est : d’où vient cet argent ?

Les sources sont en réalité multiples, et certaines difficilement identifiables. Il a fallu recouper à la fois le rapport d’activité et d’autres sources extérieures de financement de l’action culturelle des organismes de gestion collective, pour avoir une vision d’ensemble plus claire. Un quart environ du budget de fonctionnement repose sur la SOFIA et le CFC, donc de subventions au titre de l’action culturelle par la copie privée.

Pour rappel, le Code de la propriété intellectuelle oblige les organismes de gestion collective à conserver un quart des redevances copie privée pour ensuite les « flécher » pour financer des aides à la création, à la formation des artistes ou à des actions de défense dans l’intérêt des créateurs et de leurs œuvres. Qu’est-ce que cette « copie privée » ? Une gabelle que tout le monde paye, dès qu’il consomme ! C’est une taxe que l’on retrouve sur chaque support de reproduction (CD, DVD, cartes mémoires, disques durs, tablettes, téléphones, etc.) pour dédommager l’impact que ces reproductions ont sur la perte de revenus des auteurs. D’ailleurs, dans le rapport Racine, il était indiqué que ces sommes n’allaient pas assez souvent directement aux auteurs.

Le budget de la SGDL comprend, d’après nos enquêtes :

La SOFIA : 660.580 € au titre de l’action culturelle (copie privée), dans des catégories diverses (actions de défense du droit d’auteur et des intérêts des auteurs, développement du répertoire Balzac…) en 2018. (Source

Le Centre National du Livre : 150.000 €, une subvention dédiée à son « action sociale ». Une question reste entière : la SGDL s’est-elle vue doter de 2 millions € (1 million du CNL, 1 million des organismes de gestion collective) à travers un fonds séparé ou bien est-ce l’entité SGDL qui a été abondée ? Avec quelles garanties juridiques ? ActuaLitté n’est pas parvenu à obtenir d’informations, malgré ses questions.

Location de locaux dans l’hôtel de Massa à d’autres associations : les associations louant un local dans l'hôtel de Massa rapportent environ 200.000 € à la SGDL.

Les cotisations des membres : environ 118.000 €. Avec un ticket d'entrée de 50 € – bien qu'il soit possible de faire un don supérieur – on arriverait à 2380 membres à jour. 

Le dépôt de manuscrit : environ 200.000 €. Ce service est facturé 45 € TTC, mais n'implique pas une adhésion à la SGDL.

À noter que l’entretien de l’hôtel de Massa est onéreux : il fallait compter en 2017 près de 125.000 € pour le bâtiment. Mais l'endroit peut également être privatisé – autre source de rémunération.

Focus projet : le répertoire Balzac

Dans les projets menés par la SGDL les plus massivement financés, on retrouve le « Répertoire Balzac ». Ce répertoire semble très peu connu par la profession, mais son rôle est présenté comme essentiel par la SGDL puisqu'il permettrait d'obtenir les coordonnées de n'importe quel auteur. Simplement entre 2016 et 2018, ce répertoire aura coûté environ 300.000 € de subventions du SOFIA (175 k€) et du CFC (115 k€).

Problème ? Lancé en 2013, le site est encore en cours de construction. Pour ActuaLitté, plusieurs auteurs ont fait le « test » de demander les coordonnées d'autres auteurs : au bout d’un certain temps, une personne leur répond en leur signalant si oui ou non l’auteur est dans la base de données, mais sans pouvoir donner de contact direct et si non, invite à les contacter… via les réseaux sociaux. Ce site Internet est-il le projet majeur de défense des auteurs que les auteurs attendent en ces temps de crise ? Certains posent en tout cas la question publiquement.

Beaucoup et plus encore

En ces temps de crise sanitaire, est-il étonnant de constater autant de crispations autour de la Société des Gens de Lettres ? Pour ceux qui suivent le microcosme de l’édition et la crise sociale que vivent les auteurs depuis des années... pas vraiment.

L’histoire est une chose, en somme : dans son courrier à Joann Sfar, Yves Frémion, ancien président du SELF, ex-président du CPE et administrateur de SOFIA, rappelait fort bien les actions menées et les combats remportés. Et lui reprochait alors que le dessinateur fut absent lors de ces luttes. Mais le présent — et moins encore le futur — ne se contente pas des victoires passées.

Aujourd’hui, la Société des Gens de Lettres attaque donc Joann Sfar en diffamation, considérant que cette méthode est la plus immédiate réponse à son indignation. C’est tout un symbole : l’institution se retourne contre ceux qu’elle est censée défendre.

Les propos de Joann Sfar sont-ils vrais ou faux quand il remet en cause la façon dont ces organismes « avec des hôtels particuliers » gèrent et redistribuent l’argent généré au nom du droit d’auteur ? La crise de la représentativité ne fait désormais plus aucun doute, car la vraie question est... qui représente la profession des auteurs ? Si on se base sur le Code du travail, personne, aujourd’hui, faute d’une clarification par la démocratie.

photos : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

23 Commentaires

 

Antoine

11/06/2020 à 12:46

En effet on peut se poser des questions sur à quoi sert l'argent des auteurs ou au nom du droit d'auteur!

NB: avoir soutenu Hitler à une époque et en 2020 attaquer le dessinateur du Chat du rabbin en justice.....

M. Grandet

11/06/2020 à 14:14

Le répertoire Balzac est un scandale. Tout comme cette histoire de formation, qui retire une partie de ses revenus à chaque auteur pour financer quelque chose auquel presque personne n'a accès (et dont l'utilité concrète reste à démontrer même pour la poignée d'auteurs qui ont assisté à l'une d'entre elles). Comment peut-on justifier d'engloutir tout cet argent (pris à un secteur d'activité qui en manque censément) dans ces trous noirs depuis toutes ces années ? On utilise de l'argent produit par les auteurs sans qu'aucune information ne leur soit donnée et qu'aucun contrôle ne soit effectué. Que cette répartition soit pertinente ou non, mal intentionné ou non, il est de toute évidence nécessaire de réformer la façon dont les choses fonctionnent... et peut-être d'éliminer quelques dispositifs que personne n'a jamais demandés au passage.

Alexei

11/06/2020 à 16:32

La SGDL soutient Hitler en tant qu'auteur ? C'est un peu fort. On est un siècle après. Votre enquête, à charge, semble vouloir créer de la confusion dans les esprits. Ca relève de l'acharnement, on dirait.

PrTradoKo

11/06/2020 à 17:50

Un point Godwin, un !

Franck

11/06/2020 à 19:42

Ridicule...
Votre article ressemble etrangement à un contenu publi-rédactionnel placé par le jeune syndicat des auteurs professionnels en déroute, plus qu'à un travail journalistique serieux...
On pourrait espérer mieux... :red:

Nicolas Gary

11/06/2020 à 19:53

Bonjour,
J’ignore sur quoi vous vous basez pour lancer cette ânerie mais sachez qu’elle nous a fait bien rire.
Oh tant que j’y suis : avez-vous trouvé quelque chose de factuellement erroné ?
Excellent week-end

koinsky

12/06/2020 à 05:32

Créer de la confusion dans un esprit confus c'est vouloir l'éclairer. Montaigne

Amer

12/06/2020 à 07:44

En fait, quand on regarde tout ça de près, on n'a pas besoin des éditeurs (et la « chaîne » du livre) pour que les choses aillent mal : les auteurs se débrouillent très bien tout seul...

Ariane D

12/06/2020 à 09:17

L'heure d'un ménage de printemps pour nous les auteurs ! Merci pour cette transparence Actualitté, on en a besoin !

Martha

12/06/2020 à 09:54

Honnêtement, le passage avec Hitler n'était pas vraiment nécessaire.

Sinon, que d'agent englouti dans une institution ultra-parisienne dont on se demande à qui elle profite le plus finalement : est-ce qu'elle aide les auteurs en difficultés, ou débutants ?

Mathias Lair

12/06/2020 à 10:50

QUAND ON VEUT TUER SON CHIEN…
« Avez-vous trouvé quelque chose de factuellement erroné ? » demande Nicolas Gary à Franck, qui trouve « ridicule » son article d’ActuaLitté dénonçant la SGDL. Sans doute pas de fait erroné, mais beaucoup d’insinuations, d’opinions balancées comme des vérités.
Illustrations :
« Aujourd’hui de par ses statuts la Société des Gens de Lettres est une association d’utilité publique. Depuis peu, elle est aussi devenue organisme de formation, CE QUI PEUT BROUILLER LES PISTES ». En quoi et pourquoi ? On ne saura jamais. Heureusement, il suffit de lancer un pavé dans la mare pour que cela fasse quelques ondes sur le réseau…
Même approximation plus bas : « Cependant, ces formations ont elles aussi leurs limites, et PROBABLEMENT QU’UN AUTEUR PROFESSIONNALISÉ N’Y TROUVERAIT PAS SON COMPTE. » Probablement… En quoi ? Pourquoi ? On ne le saura jamais... Notons au passage que grâce aux subventions (douteuses sans doute) ces formations sont gratuites et les frais de déplacement et d’hébergement des auteurs en formation sont pris en charge.
« [La SGDL] participe aux accords entre le Conseil Permanent des Écrivains et le Syndicat National de l’Édition en 2013 à l’ère du numérique. Des accords qui provoquent des critiques : CERTAINS ESTIMENT QUE NOMBRE DE DÉCISIONS ENTÉRINÉES SONT UN « RETOUR EN ARRIÈRE », d'autres que l'on a fait rentrer le loup dans la bergerie, au sein des contrats »… Certains estiment que : voilà du factuel ! Journalistique à souhait ! Connaît-on une décision, un accord qui fasse l’unanimité ?
« Autrement dit, la SGDL a contracté un accord avec l’État pour occuper les lieux et en tirer les bénéfices, un accord dont ACTUALITTÉ NE CONNAÎT PAS ENCORE LES CONDITIONS ». C’est sans doute qu’il y a anguille sous roche ! Quelque honteuse collaboration qui ferait que la SGDL serait vendue aux pouvoirs publics ? Notre journaliste feint de ne pas savoir ce qu’est un bail emphytéotique. Il reconnaît quand même qu’il oblige la SGDL à financer l’entretien des bâtiments.
« Dans les autres liens qu'on peut remarquer, LES DERNIERS DIRECTEURS GÉNÉRAUX DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES SONT ISSUS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE. » Voilà « la preuve » du lien incestueux ! J’y vois plutôt des prises de guerre : s’associer un fonctionnaire du ministère de la culture (qui dès lors ne l’est plus) permet d’entrer dans la place, d’en connaître les habitudes, les réseaux : utile pour faire passer un message, pour toute négociation !
« Cependant, l’association ne dispose pas d’un statut de syndicat, et à ce titre, NE POURRA PAS PORTER UNE AFFAIRE EN JUSTICE POUR DÉFENDRE LES INTÉRÊTS D’UNE PROFESSION. Probablement la limite entre conseil et défense ». C’est faux ! La SGDL ne défend, pas un auteur individuellement, mais peut ester sur des questions d’ordre collectif, elle l’a déjà fait.
« L’aide, mise en place en 2015, intervient de fait en compensation de ce que l’État se dédouane : en toute logique, elle devrait être gérée par l’Agessa, la caisse de sécurité sociale des artistes auteurs. Et, à ce titre, la SGDL se trouve dans un rôle de substitut des pouvoirs publics. » Quand on sait la gabegie que fut l’AGESSA, il fallait bien faire quelque chose pour aider les auteurs !
« Dans les projets menés par la SGDL les plus massivement financés, on retrouve le « Répertoire Balzac ». CE RÉPERTOIRE SEMBLE TRÈS PEU CONNU PAR LA PROFESSION, mais son rôle est présenté comme essentiel par la SGDL ». Ah oui, « il semble » ! Que voilà une factuelle et journalistique affirmation, encore une fois.
« LA FONCTION DE LA SGDL RESTE DONC TROUBLE entre toutes ces fonctions très nombreuses dont les intérêts peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. » J’aime le « donc » qui laisse entendre qu’il y eut démonstration…
Persiflez, persiflez, il en restera toujours quelque chose !

Schierer Eliane

12/06/2020 à 11:42

Cela fait très longtemps que je n'ai pas lu de pareilles sottises, accusations et diffamations.
Je me demande si des preuves réelles existent? J'ai mes doutes. La jalousie est un vilain défaut! Mais quelles âneries écrivez-vous donc au sujet de la SGDL!!! Je suis très satisfaite de leurs services et ils me répondent toujours avec amabilité et professionnalisme et ils ont toute ma confiance.
Joan SFAR mérite un procès et j'espère que cela lui servira de leçon!

Lionel Evrard

12/06/2020 à 17:34

J'ai quant à moi trouvé cet article fort instructif. Il est toujours intéressant de revenir à l'histoire pour expliquer le présent. J'y ai appris notamment, grâce au travail de défrichage entrepris par Actualitté (que je ne peux me permettre, ayant ma vie à gagner), que la SOFIA, dont je suis sociétaire, finançait en 2018 à hauteur de 660K€ un organisme privé censé défendre les auteurs mais qui n'hésite pas à menacer d'attaquer en justice l'un d'eux, et qui se répand en calomnies, contre-vérités et insinuations sur un syndicat qui n'a pas l'heur de lui plaire et ceux qui l'animent. Cet argent, quelque part, même si on le juge "irrépartissable" est le mien et celui de tous les AA. Je désapprouve cette utilisation. J'apprends aussi que l'entretien de l'hôtel particulier de la SGDL a coûté en 2017 à lui seul la bagatelle de 125 000 euros. Quel intérêt les AA peuvent-ils bien tirer du fait que la SGDL garde son siège dans cette bicoque à ce prix, à part pour des questions de prestige ? Rien qu'en "frais d'entretien", la SGDL dépense en une année de quoi faire tourner en rémunérant des salariés un syndicat réellement efficace qui fera réellement avancer la cause des auteurs. Quant aux relations endogamiques qui font que l'on retrouve à la direction de la SGDL deux anciens du ministère de la Culture, il n'y a que les thuriféraire de la vieille dame (la plupart du temps cachés derrière un pseudo ou réduits à un prénom, comme c'est étrange... Frémion, Lair et Jourde ont au moins l'honnêteté de s'exprimer à visage découvert) pour trouver cela très bien et ne pas s'en étonner. Ce ne sont là ni des insinuations, ni des accusations sans fondement, mais des faits qui méritaient d'être portés à la connaissance des artistes-auteurs. J'espère de tout coeur que Nicolas Gary et son équipe continueront en ce sens. En tant qu'artiste-auteur, j'aimerais notamment en savoir plus sur le fonctionnement du CPE, et sur le fait qu'il soit de facto autorisé à négocier avec le SNE (avec le résultat catastrophique d'accepter la POD comme une preuve d'exploitation suivie des ouvrages, ce qui empêche les auteurs de récupérer un jour leurs droits). Au nom de quoi et au service de qui ? Là est toute la question.

Mathias Lair

13/06/2020 à 12:19

Pour sortir des amalgames et des à peu près :
- La SOFIA ne subventionne pas la SGDL mais certaines de ses activités. Comme certaines de ses activités culturelles, et surtout la formation dont vous pouvez bénéficier gratuitement à la SGDL : grâce à la SOFIA.
- Sur l'entretien de l'hôtel de Massa : la SGDL en est locataire à un prix symbolique. Le bail emphytéotique aura coûté à la SGDL environ 99 € pour 99 ans d’occupation. En contrepartie la SGDL s’est engagée à l’entretien du bâtiment. Faites le calcul : étalé sur 99 ans, 125 000 euros, ce n’est rien !
- Le CPE regroupe 16 organisations d’auteurs d’écrivains, traducteurs, dramaturges, scénaristes, illustrateurs, photographes. Je ne les cite pas, j’espère que vous les connaissez pour vitupérer contre eux. Mais j’en doute…
- L’impression à la demande est en effet un vrai problème puisqu’elle permet à l’éditeur de répondre à toute commande, éternellement… On ne peut le nier. Vous avez une solution ?
Elle n’empêche pas à l’auteur de récupérer ses droits, grâce à la négociation réalisée par le CPE (mais oui !) : si deux ans de suite il n’y a pas de vente, et/ou si l’éditeur ne fait pas de reddition de compte, le contrat est annulé d’office.
- Je ne me cache pas derrière un pseudo : le nom de Mathias Lair figure sur ma carte d’identité.

César

12/06/2020 à 18:00

Bravo ! Excellent et courageux article !

Il est grand temps que cette société qui parle en notre nom, sans aucun mandat, fasse place à la transparence. On est au paroxysme de l'opacité...

C'est comme pour le picon-citron-curaçao... Approche-toi !

Tu mets d'abord un tiers d'association d'utilité publique (ça permet de bénéficier de certains avantages et notamment de récupérer des dons et des legs). Fais attention : un tout petit tiers.

Bon. Maintenant, un tiers d'organisme d'aide sociale. Un peu plus gros. Bon. Celui-là il est pratique, il permet de recevoir et de remettre deux ou trois millions dans la citerne en cas de crise.

Ensuite, un BON tiers d'organisation professionnelle. Regarde la couleur. Regarde comme c'est joli. Avec ça tu sièges partout dans les instances en disant que tu es le porte-parole des auteurs, car tu connais bien leurs conditions de travail. Avec ça tu peux dire que tu es légitime, car tu parles au nom de 6000 personnes (parmi lesquelles il y a beaucoup de morts, mais ce n'est qu'un détail).

Et à la fin, un GRAND tiers de pleins d'autres missions : formations payantes, locations de chambres-bureaux (pratique d'avoir un hôtel), organisme de dépôt des œuvres, gestionnaire d'un répertoire téléphonique d'auteurs incomplet et... on me dit dans l'oreillette qu'il se pourrait qu'elle soit choisie pour organiser la prochaine coupe du monde de bridge. Voilà ! C'est pratique d'être multitâches, ça permet de se diversifier, de rester d'jeuns comme disent les jouvenceaux.

Mais ça fait plus de quatre tiers ?

Exactement. Alors on espère que petit à petit, les auteurs vont comprendre, car c'est de l'Arithmétique !

Schierer Eliane

13/06/2020 à 10:25

https://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/12/les-revenus-des-auteurs-la-plume-a-la-peine_4881593_3234.html

https://sgdl.org/ressource/documentation-sgdl/actes-des-forums/auteurs-et-editeurs-de-nouvelles-relations/2528-les-applications-contractuelles-des-accords-auteurs-editeurs

Encore une petite ajoute à mon commentaire. Je suis auteure - amateure de romans policiers (style Agatha Christie). Je n'ai certainement pas le niveau de beaucoup d'entre vous,certes, mais j'aime ce que je fait. Je suis qn. de très simple, mais authentique. J'aime la justice, des diffamations j'en ai aussi déjà subies. Je n'avais pas un métier facile. C'est un fait que la SGDL ne peux pas me trouver un éditeur qui accepte mes écrits, c'est à moi de m'améliorer pour atteindre un niveau supérieur. Et encore les finances des éditeurs ont chuté, COVID 19 oblige.
La SGDL m'était d'une aide précieuse dès 2018 pour diverses questions que je lui ai posées. Si j'écris ce que les lecteurs veulent, aiment, je serai mon propre "ghost-writer". Le classique ce n'est pas tout le monde qui aime, mais c'est dans quoi j'excelle. Il est certain que si on lit des Agatha Christie, des J.K. Rowling, King, mes romans n'ont absolument aucune chance. J'accepte toujours les critiques constructives.
La concurrence est rude, c'est ce que j'ai remarqué aux salons du livre. Personne ne me soutient, or moi j'ai soutenu certains auteurs. J'ai appris à rester assise et ne plus soutenir personne. Comme c'est triste!((( Jamais je n'aurai imaginé que le monde littéraire fonctionnait de la sorte.

Je travaille en auto-édition car j'étais "cassée" par les grandes maisons, les moyennes. Les petits éditeurs exercent un second métier, ce que je conseille aussi à certains auteurs professionnels, car je ne sais pas comment il font pour survivre.
J'ai fait tout le marketing pour à la fin voir les amis de mon éditeur être édités 4 x plus. C'était injuste. Je me décarcasse depuis deux ans.
J'ai donc décidé de continuer en auto-édition chez une société allemande qui a son siège à Paris. J'ai 62 ans, plus en très bonne santé, mais je ne lâche pas ce que j'entreprends. Si vous faites vos corrections, la mise en page, votre couverture, le roman ne revient qu'à 19 Euros par an. Voilà! Plus besoin de courir après un éditeur à compte d'éditeur, ras la bol. C'est un fait qu'on ne peux plaire à tout le monde.
Certaines critiques sont fondées, d'autres non, je fait courant d'air. Certaines personnes ne seraient pas capables de rédiger trois lignes, donc....
Ensuite j'écris dans une langue qui n'est que ma deuxième langue. Je suis binationale.

Ce n'est pas très sympa de calculer dans la poche des autres en l'occurrence celle de la SGDL. Combien de messages j'ai eu d'eux pendant la pandémie en offrant des aides financières, des conseils pour mes collègues professionnels.
Cet article est un vrai coup de poignard dans le dos.
Et leur reprocher d'avoir leur siège à l'Hôtel de Massa c'est mesquin. Je ne reproche pas non plus à mon voisin de rouler une Porche ou de passer ses vacances dans un pays que je ne pourrai jamais me payer.
Conclusions: la SGDL a toute ma confiance car elle est bien gérée. Je me demande par conséquence l'exactitude des chiffres énoncés dans cet article!??
Bien confraternellement.

Mathias Lair

13/06/2020 à 11:51

merci pour votre témoignage, il remet à leur place les persiflages et les sautes d'humeur, plutôt gratuites - de "certains", comme dirait Nicolas Gary.

Nicolas Gary

13/06/2020 à 12:01

Bonjour
Un coup de poignard, dites-vous ? C'est réducteur : vous savez, l'un des premiers pas vers l'honnêteté, consisterait à effectivement faire la preuve des 6000 auteurs représentés par la SGDL.
Je l'avais suggéré en son temps à Marie Sellier, peu avant les États généraux du livre, première édition.

Quant à l'ensemble des chiffres, je tiens à votre disposition TOUS les documents qui attestent leur véracité.
Problème : il n'est fait aucun reproche dans ce papier, juste des constats postés les uns après les autres. Comme disait ma grand-mère : qui se sent morveux se mouche.
Excellente journée

Schierer Eliane

13/06/2020 à 15:59

@Merci Mathias:-) c'est sympa:-) L'UNION FAIT LA FORCE BRAVO!

https://www.sgdl.org/phocadownload/STATUTS_2010_modifies.pdf

Je me suis plongée un peu dans l'organisation et les procédures internes de la SGDL.
Je n'y ai rien trouvé de suspect ou d'anormal.

Ensuite si les détracteurs ne sont pas d'accord, ils peuvent tout simplement résilier leur carte de membre et se débrouiller tout seul. Mais alors il ne faudra pas venir pleurer.
J'avoue que c'est impossible d'être toujours d'accord avec tout le monde, j'en conviens. Je n'attaque pas, je constate.
Comme je l'ai dit je n'ai pas le même niveau que certains d'entre vous, mais je sais me défendre s'il le faut. J'essaie de rester loyale envers mon syndicat.

Je vous assure que certains syndicats au Luxembourg ne défendent pas aussi bien leurs membres que la SGDL. Donc merci à elle.

Elle aide, informe, envoie des missives pour des aides et se fait encore critiquer, c'est le bouquet.
Eh bien essayez donc de faire mieux et la même chose on verra, vous "rendrez les armes" sous peu!

Et comme je l'ai dit pour augmenter vos revenus, exercez donc deux métiers si possible ou rajoutez y simplement quelques heures à faire un travail partiel. Les petites éditeurs le font bien eux, alors, je ne vois pas où est le problème? On ne peux pas tout mettre sur le dos de la SGDL qui n'est pas une "vache à traire" quand on en a besoin!!! Allons donc! Elle en fait assez!

@Nicolas:
Vous devez avoir BEAUCOUP de temps à votre disposition pour en être arrivé à vos conclusions. Ma mère disait: Tourne ta langue 7 fois avant de parler!

Dommage vous auriez pu faire beaucoup mieux en employant votre énergie et votre plume à de beaux écrits au lieu de "pourchasser" la SGDL comme vous le faites.
Cela devient obsessionnel; vous aimez semer le doute, et certains auteurs tombent dans le "panneau."

Merci pour votre proposition, mais vous n'avez pas la fonction ou vous ne faites pas partie de leur comité de surveillance financier, si je ne m'abuse. Donc si j'ai des questions, je les poserai à leurs deux avocates qui me feront un plaisir de me renseigner.

Bon week-end à vous toutes et tous:-)

VAN LANGHENHOVEN

22/06/2020 à 11:04

MATHIAS LAIR QUI LAVE PLUS BLANC QUE BLANC 40 APRES!!!!
rions rions et quime donnera possibilite de recension in LE MONDE DES LIVRES OU LIBERATION pour mon livre RIVOLVITA ??? SORTI MAI 2020 MERCI MATHIAS
JEHAN VAN LANGHENHOVEN

Mathias Lair

22/06/2020 à 11:13

Cher Jehan, je ne comprends rien à votre message !

Eliane Schierer

22/06/2020 à 11:24

Mathias, j'ai crû que j'étais la seule, LOL.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Bambi : au-delà du faon, un créateur répudié par l'Allemagne nazie

L’évocation de Bambi renvoie automatiquement à la scène déchirante où sa mère est tuée par des chasseurs, dans l’adaptation réalisée par les studios Disney en 1942. Pourtant, avant de devenir ce mythique personnage de cinéma, Bambi était le héros de la nouvelle Bambi L'Histoire d’une vie dans les bois, écrite par Felix Salten, en 1923. 

13/06/2021, 09:43

ActuaLitté

Maïa Bensimon élue vice-présidente du Conseil des écrivains européens

Le Conseil des écrivains européens annonce avoir procédé à l'élection de son bureau, de manière dématérialisée, au cours de son assemblée générale annuelle, le 7 juin dernier. Maïa Bensimon, responsable juridique de la Société des Gens de Lettres (SGDL) a été élue vice-présidente de l'organisation. L'autrice allemande Nina George reste présidente.

10/06/2021, 15:20

ActuaLitté

Angoulême : le FIBD veut privilégier “le dialogue au rapport de force”

Interpelé à plusieurs reprises par le collectif Autrices Auteurs en Action (AAA) à propos des votes du Grand Prix et du nombre de voix obtenues par Bruno Racine, suite à un vote protestataire, le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême répond par l'intermédiaire d'un courrier de Franck Bondoux, délégué général du FIBD. Il y assure que le FIBD souhaite rester « un espace d'échanges entre les acteurs de l'écosystème de la bande dessinée et entre eux et les pouvoirs publics ».

07/06/2021, 15:09

ActuaLitté

Karin Serres en résidence d’écriture à l’Observatoire de l’Espace

L’Observatoire de l’Espace, le laboratoire culturel du CNES, accueillera Karin Serres à l’automne 2021. Autrice, dramaturge et metteuse en scène, elle a reçu le soutien de la Région Île-de-France pour l’écriture de son prochain roman, Nager dans la nuit. Son écriture interroge la place laissée à la nature et à l’invisible dans le monde moderne. Elle a notamment publié Monde sans oiseaux (Stock, 2013) et Happa no ko (Le Rouergue, 2018).

04/06/2021, 16:14

ActuaLitté

Grand Prix du FIBD : l'éviction de Bruno Racine “illégitime” selon le Collectif AAA

Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême a dévoilé hier les trois auteurs finalistes du Grand Prix : Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Chris Ware. Dans le communiqué de l'événement, « un vote protestataire » est évoqué, celui en faveur de Bruno Racine, auteur d'un rapport portant sur la situation des auteurs et autrices. Le Collectif Autrices Auteurs en Action (AAA) demande la publication des résultats chiffrés du vote.

04/06/2021, 11:46

ActuaLitté

Bien corriger, ou ne pas bien corriger en littérature ?

L’Association des correcteurs de langue française (ACLF) et Fontaine O Livres organisent un cycle de trois rencontres en visioconférence sur le thème de la préparation des écrits littéraires. La première séance aura lieu le jeudi 10 juin 2021, de 17 h 30 à 19 h, avec Franck Bouysse, auteur, et Édith Noublanche, correctrice, autour du texte Né d’aucune femme

02/06/2021, 16:51

ActuaLitté

Lancement de résidences d'artistes par l'Archipel Butor

L’Archipel Butor est une bibliothèque patrimoniale, qui s’appuie sur la présence de « documents anciens, rares ou précieux ». Située à Lucinges (Haute-Savoie), cette bibliothèque est constituée de trois îlots, tous ouverts au public depuis le 10 octobre 2020. A présent, L’Archipel Butor lance ses résidences d'artistes à la maison Michel Butor, avec deux options.

02/06/2021, 16:28

ActuaLitté

Disparition d'Eric Carle : “Toi, petite chenille, peut devenir un beau papillon”

L'auteur illustrateur américain Eric Carle est mort ce dimanche 23 mai à l'âge de 91 ans. Utilisant régulièrement des papiers découpés et peints pour illustrer ses albums, il a signé en 1969 The Very Hungry Caterpillar (La Chenille qui fait des trous, Mijade, 1995), devenu depuis un grand classique de la littérature jeunesse.

27/05/2021, 10:14

ActuaLitté

Après Albator, Jérôme Alquié s'attaque à Saint Seiya

En 2019, les éditions Kana avaient publié le premier tome de la série Capitaine Albator — Les mémoires de l'Arcadia, d'après la série culte de Leiji Matsumoto, supervisé par ce dernier, mais signé par l'auteur français Jérôme Alquié. Alquié se lance dans un nouveau projet, tourné vers une autre licence culte, Saint Seiya, ou Les Chevaliers du Zodiaque.

24/05/2021, 11:22

ActuaLitté

Frédéric Maupomé devient secrétaire général de la Ligue des auteurs professionnels

Au terme d’élections, et après un changement de statut, la Ligue des auteurs professionnels accède au statut de syndicat. Son objectif exclusif sera donc la défense « des intérêts d’une profession, car c’est bien ce que nous formons, une profession ». À ce titre, Frédéric Maupomé a été élu secrétaire général et Thomas Fouchault prend le poste de trésorier. 

17/05/2021, 17:18

ActuaLitté

L’Observatoire de l’Espace réunit trois autrices dans un laboratoire d’écriture

Au sein du Centre National d’Études Spatiales, l’Observatoire de l’Espace, véritable « laboratoire culturel » au service de la création artistique et de la recherche en sciences humaines, élabore des dispositifs expérimentaux qui favorisent l’émergence d’une approche culturelle de l’aventure spatiale. À cette fin, il a récemment invité trois autrices à constituer un laboratoire éphémère d’écriture autour de la question des non-humains dans l’Espace. 

10/05/2021, 11:00

ActuaLitté

“Créer est un métier” : 270.000 auteurs en quête d'un statut

En 2020, la littérature jeunesse représentait 737 millions € de revenus pour l’industrie du livre (données GfK, octobre 2020). Soit un livre vendu sur quatre, avec une croissance de 1,1 %. Pourtant, celles et ceux à qui l’on doit ce dynamisme restent méconnus – comprendre, considérés comme n’étant pas des professionnels. Cette semaine, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse décide de prendre les choses en main.

05/05/2021, 08:50

ActuaLitté

Le Trait : porter la voix des artistes auteurs en Région et au-delà

Basée dans la région Sud PACA et plus spécifiquement à Marseille, la toute jeune association Le Trait fait face à plusieurs défis. D’abord renouer le dialogue avec les institutions, ensuite tenter de redynamiser une ville riche en artistes, mais pauvre en opportunités. Enfin, mettre un terme au flou et à la précarité qui entourent la profession d’artiste-auteur. Créée durant le confinement, l’organisation s’inscrit dans le mouvement global de revendications qui agitent aujourd’hui le pays.

 

30/04/2021, 08:57

ActuaLitté

Un délai supplémentaire de 6 mois pour un jeune poète menacé d'expulsion

La mobilisation autour du poète Mohamed Bangoura, alias Falmarès, a payé. Ce jeune Guinéen, âgé de 19 ans, était menacé d'expulsion, à partir du 21 mai, après un refus de son titre de séjour par la préfecture de la Loire-Atlantique. Son récit et ses textes lui ont apporté de nombreux soutiens, permettant d'obtenir un délai de 6 mois pour régulariser sa situation.

27/04/2021, 11:05

ActuaLitté

Backchannel, le dernier projet de Stan Lee, en financement participatif

S'il restait la figure tutélaire — et médiatique — de Marvel, Stan Lee avait pris quelques distances avec le groupe, notamment en créant sa propre structure, POW! Entertainment. Il y publiait encore des œuvres avant sa disparition, notamment Backchannel, un webcomic désormais changé en album par l'intermédiaire d'un financement participatif.

26/04/2021, 13:07

ActuaLitté

Paloma Hidalgo, lauréate de la bourse de création de poésie Gina Chenouard

Grâce au legs de la poétesse Gina Chenouard (1924-2010), la SGDL soutient la création poétique contemporaine en décernant une bourse qui porte son nom. Dotée de 3 000€, cette bourse est destinée à encourager un projet d'écriture.  

13/04/2021, 18:01

ActuaLitté

5 auteurs pour des résidences d’écritures cinématographiques

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image ont créé ensemble une résidence inédite, tournée vers les auteurs de bande dessinée. Consacrée à l'écriture cinématographique, elle se donne pour vocation de favoriser le dialogue de la bande dessinée avec d'autres expressions artistiques.

09/04/2021, 16:58

ActuaLitté

Houellebecq et l'euthanasie, une vieille histoire

Il est loin, le temps de Socrate acceptant la ciguë, ou les réflexions stoïciennes évoquant le suicide comme une forme de noblesse. Il s’est en effet passé quelque 2000 années de christianisme — mais pas que — pour que la mort choisie se change en débat de société. Alors que la France discute d'une possible législation, Michel Houellebecq apporte sa pierre à l’édifice, dans Le Figaro.

06/04/2021, 09:59

ActuaLitté

Disparition de l'écrivain algérien Chérif Arbouz

L'écrivain algérien Chérif Arbouz, né le 8 février 1930 à Tizi Rached en Algérie, est décédé ce 17 mars 2021 à l'âge de 91 ans, annoncent les éditions UPblisher, qui publient ses ouvrages au format numérique. Dans des recueils de nouvelles, notamment, il s'était appliqué à faire connaître sa région natale, la Kabylie.

30/03/2021, 09:44

ActuaLitté

Théaomai annonce sa collaboration avec le Bureau des Auteurs d'Editis

Créée en juillet dernier en réponse aux crises sanitaire et économique et devenue en quelques mois la plateforme de référence des artistes, des programmateurs et des collectivités, Le Bureau des Auteurs séduit. Cette initiative développée pour le compte de ses auteurs conférenciers par le groupe Editis, l’un des leaders de l’édition en France regroupant 50 maisons (Robert Laffont, Plon, Le Cherche Midi, Bordas, Nathan…). Elle compte désormais un nouvel acteur

29/03/2021, 14:28

ActuaLitté

Disparition de George Rieu, scénariste BD et grande figure de Pif Gadget

Georges Rieu, journaliste et scénariste de bande dessinée, est décédé le samedi 20 mars 2021. Il avait 87 ans. Fils d’une concierge et d’un serrurier, hésitant entre plusieurs destins, il rejoint Vaillant en 1957, après en avoir été longtemps lecteur et, dès 1945, diffuseur militant. Il participe aux tâches quotidiennes et signe, sous son nom et sous divers pseudonymes, des nouvelles policières et fantastiques, des articles documentaires et des jeux illustrés notamment par Jacques Kamb.

25/03/2021, 10:52

ActuaLitté

Formation : auteurs être plus visibles sur internet

L'AR2L Hauts-de-France organise une matinée d'information, ce vendredi 26 mars 2021, en visioconférence, sur le thème de la visibilité des auteurs et autrices et de leur usage du web. 

24/03/2021, 12:21

ActuaLitté

Un syndicat pour les auteurs, des élections pour plus de démocratie

Au terme d’une consultation de ses membres, la Ligue des auteurs professionnels adopte une nouvelle approche : désormais, l’organisation prendra le statut de syndicat, ainsi que près de 94 % des adhérents l’ont décidé. Le tout avec cet objectif renouvelé, « la reconnaissance d’un véritable statut professionnel », pour les auteurs. 

22/03/2021, 16:16

ActuaLitté

Photographe et autrice, Anne Collongues en résidence à La Métive

L'autrice et photographe Anne Collongues est la lauréate du dispositif Aide à la création en résidence proposé par l'agence régionale du livre ALCA. Accueillie à La Métive à Moutier-d’Ahun (Creuse), du 18 au 31 janvier, elle y est de retour entre le 8 au 24 mars, puis du 19 juillet au 4 août et enfin du 23 octobre au 7 novembre 2021.

19/03/2021, 15:53

ActuaLitté

Livre jeunesse : Paul McCartney plonge à bord d'un nouveau sous-marin

Le chanteur, compositeur et auteur Paul McCartney, ex-Beatles et ex-Wings, annonce la parution d'un nouvel ouvrage destiné aux jeunes lecteurs. Grandude’s Green Submarine, ou Le Sous-marin magique en français, sera disponible le 2 septembre 2021, publié par Michel Lafon en France.

19/03/2021, 12:41

ActuaLitté

Un tour de l'Occitanie, le livre en tête : 3400 acteurs sur le territoire

L'agence Occitanie Livre et Lecture présente sa 3e édition des chiffres clés du secteur, pour la région. Un panorama complet, réalisé à partir des données de 2019 et 2020, qui doit permettre d'évaluer l'impact des politiques publiques sur la filière, des auteurs et autrices de l'écrit au patrimoine, en passant par les bibliothèques, maisons d'édition, librairies et manifestations.

18/03/2021, 11:46

ActuaLitté

Joann Sfar : “Le mépris du gouvernement est total” vis-à-vis des auteurs

« Sommes-nous une profession oui ou non ? Si oui nous avons droit à des élections professionnelles et à une vraie représentation ! » Quelques jours avant Lewis Trondheim, Joann Sfar avait tenté de recadrer le débat. Le ministère de la Culture avait dévoilé ses mesures en faveur des artistes-auteurs, saluées par les uns, honnies par les autres. Un tel fossé se comprend par l’ambition d'une représentativité, pour ces professions, qui était au cœur des débats.

17/03/2021, 12:55

ActuaLitté

Les Tuniques bleues : Kris fera charger Blutch et Chesterfield

Souvenez-vous, en livrant le scénario du tome 64 des Tuniques bleues à Willy Lambil, Raoul Cauvin lui a annoncé qu’il souhaitait prendre sa retraite sur cette série. Si après tant d’années de succès ininterrompu, le scénariste a bien mérité de se reposer, le dessinateur, lui, conserve la volonté farouche de rester en selle.

 

15/03/2021, 17:27

ActuaLitté

Pierre Lemaitre aux Césars : “On s'est fait niquer dans les grandes largeurs”

Venu annoncer le César de la meilleure adaptation, attribué à Stéphane Demoustier pour La Fille au bracelet, Pierre Lemaître a profité de son passage pour un exercice de définition. Méthodique et précis, l’écrivain et prix Goncourt 2013 pour Au revoir là-haut, a apporté un peu plus de réflexion à cette 46e édition des César.

13/03/2021, 23:05

ActuaLitté

“Seul un handicapé pourra traduire le texte d’un handicapé ?”

Le texte Change Sings d’Amanda Gorman, paraîtra en France chez Glénat jeunesse, à la fin septembre. La traduction a été confiée à la chanteuse belgo-congolaise Marie-Pierra Kakoma. Mais pendant ce temps, depuis les Pays-Bas, et désormais chez les Catalans, les choix de traducteurs opérés par les éditeurs pour le texte The Hill We Climb font scandale. Au point d’interroger sur les fondements même de ce que signifie la traduction — et son rôle essentiel dans la transmission des œuvres.

12/03/2021, 12:23

ActuaLitté

Une “dégradation” des relations entre les auteurs et leurs éditeurs

La Société civile des auteurs multimédia (Scam), avec le concours de la Société des Gens de Lettres (SGDL), publie son huitième baromètre des relations auteurs/éditeurs, frappé du titre « Le relâchement ». En effet, le millier d'auteurs et d'autrices ayant répondu au questionnaire en ligne signalent une dégradation, sur plusieurs points, de leur situation et de l'attention portée par l'éditeur.

09/03/2021, 17:16

ActuaLitté

L’artiste péruvien Gonzalo Macalopu Chiu en résidence à la Cité de la BD

L’artiste péruvien Gonzalo Macalopu Chiu sera accueilli par la Cité de la bande dessinée d'Angoulême en 2021, dans le cadre de la deuxième édition du Concours national de roman graphique, organisé par les Alliances françaises du Pérou et la Casa de la Literatura Peruana.

09/03/2021, 11:29

ActuaLitté

Alain Mabanckou : “La littérature ne devrait pas être tributaire d'une certaine couleur”

Dernière intervention en date dans la polémique suscitée par la traduction de l’œuvre d’Amanda Gorman, celle d’Alain Mabanckou. En effet, suite au désistement de Marieke Lucas Rijneveld, après les questions de la journaliste Janice Deul, aux Pays-Bas, la question a fini par germer : faut-il être noir pour traduire la poétesse américaine ? L’enseignant et auteur répond.

08/03/2021, 14:59

ActuaLitté

Traducteurs littéraires : aujourd’hui et demain

En s’appuyant sur La condition socio-économique des traducteurs littéraires, une enquête réalisée auprès des adhérents de l’ATLF en décembre 2019 dans le sillage des États généraux du livre et du rapport Racine, les intervenants parleront des conditions de travail des traducteurs littéraires, avant, pendant et après la crise sanitaire.

05/03/2021, 15:05

ActuaLitté

MeFu : première association d'auteurs de BD professionnels en Italie

Né comme groupe de recherche au printemps dernier, MeFu – Mestieri del Fumetto – est aujourd’hui la première association de professionnels (scénaristes, illustrateurs, coloristes…) de la bande dessinée en Italie, dans une période où ce genre semble être de plus en plus apprécié par les lecteurs. 

03/03/2021, 16:21

ActuaLitté

Joel Dicker quitte son éditeur et Hachette pour créer sa maison

Le plus grand vendeur de romans de l’année 2020, Joël Dicker, annonce un nouveau départ. Une nouvelle carrière, qui le pousse à quitter sa maison originelle, les éditions De Fallois, où il a publié ses précédents romans. L’aventure sera plus personnelle encore, puisqu’il envisage de monter sa propre structure, dont il confie la responsabilité au groupe Editis.

03/03/2021, 08:29

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Lutte de pouvoirs, magie, féminisme : Leha, un souffle épique de Fantasy

Arrivées dans l’Imaginaire en 2017, les éditions Leha frappaient fort, avec la retraduction de l’épopée signée Steven Erikson, Malazan Book of the Fallen. Devenu Le livre des Martyrs, à travers les traductions d’Emmanuel Chastellière et Nicolas Merrien, les six premiers volumes ont dépassé les 50.000 exemplaires — et quatre autres restent à venir, dont le septième tome, ce 25 juin. Mais la maison a décidé de passer un cap, comme l’indique Jean-Philippe Mocci, son fondateur.

11/06/2021, 18:30

ActuaLitté

Delcourt et Kennes Éditions : un partenariat renforcé

Voilà trois ans que Kennes avait rejoint la diffusion DelSol, propriété du groupe Delcourt. Cette année, ce sont une vision similaire du monde de la bande dessinée et un souhait de la faire partager aux gens de tous âges qui mènent ces deux acteurs de l’édition de la BD francophone à s’associer.

11/06/2021, 16:45

ActuaLitté

États-Unis : pour son prochain roman, Dave Eggers boycotte Amazon

Dave Eggers, auteur du roman Le Cercle, qui explorait la dérive des réseaux sociaux et entreprises du numérique, n'aime pas les « racketteurs ». Raison pour laquelle il réservera la vente de son prochain roman, The Every, aux librairies indépendantes, en excluant volontairement Amazon. Dans un premier temps, du moins.

11/06/2021, 16:26

ActuaLitté

À Lorient, la librairie À la ligne, hommage au roman de Joseph Ponthus

Le centre-ville de Lorient compte un nouveau commerce depuis le mois de mai dernier, et pas n'importe lequel. La librairie indépendante et généraliste À la ligne accueille des lecteurs ravis sur 85 m2. Dominique Bernardé, son fondateur, y propose 9000 références, avec une dominante qui tire sur la littérature et les sciences humaines. Derrière le nom de sa librairie, un hommage à l'œuvre et un lien particulier avec l'auteur Joseph Ponthus...

11/06/2021, 16:15

ActuaLitté

Festivals littéraires au Royaume-Uni : lorsque la TVA blesse  

Les directeurs de différents festivals littéraires britanniques se sont adressés au Trésor de Sa Majesté (HM Treasury) via une lettre ouverte. Ils sont frappés de plein fouet par un taux de TVA à 20 % sur les ventes de billetterie de leurs événements préenregistrés – au lieu de se voir facturer un taux inférieur de 5 % annoncé pendant la pandémie. Conclusion, ils s’indignent, et le signent.

11/06/2021, 12:20

ActuaLitté

Ouverture d'un portail européen des oeuvres indisponibles

L'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO, European Union Intellectual Property Office) a inauguré son nouveau portail dédié aux œuvres indisponibles. Son rôle est d'informer les ayants droit sur la numérisation et l'éventuelle mise en ligne d'œuvres indisponibles dans le commerce, pour améliorer l'accès au patrimoine culturel européen.

11/06/2021, 12:04

ActuaLitté

L'Assemblée nationale valide la copie privée différenciée pour les appareils reconditionnés

Dans le cadre de l'étude de la proposition de loi visant à réduire l'empreinte environnementale du numérique en France, examinée en première séance à l'Assemblée nationale, les députés devaient trancher sur l'application de la rémunération au titre de la copie privée sur les appareils reconditionnés.

11/06/2021, 11:38

ActuaLitté

Librairie : frais de port minimum pour les livres, la fin d'une “distorsion de concurrence”

Préserver l’écosystème de la librairie, et lui offrir une opportunité de développer la vente à distance : le Sénat vient d’adopter un projet de proposition de loi allant en ce sens. Laure Darcos, ayant reçu le soutien inattendu d’Emmanuel Macron dans sa démarche, portait un texte complet pour l’écosystème du livre. Mais avant tout, salué par les libraires.

10/06/2021, 17:03

ActuaLitté

Édition : création d'un certificat de spécialisation en révision et correction

Le groupement d'établissements (GRETA) de la Création, du Design et Métiers d’Art propose une nouvelle formation professionnelle, débouchant sur l'obtention d'un Certificat de spécialisation en révision et correction de textes multi-supports. Ce dernier permettra de certifier des compétences adaptées aux nouvelles spécificités du métier.

10/06/2021, 16:49

ActuaLitté

Le crowdfunding à la carte pour les projets de bande dessinée : Zoop

Devenu un outil de création et de production pleinement reconnu, le financement participatif renoue avec les systèmes de souscription d’une autre époque. Seul l’avènement d’internet permet de mobiliser plus d’utilisateurs, en élargissant le cercle des contributeurs — et par conséquent, de l’ampleur des projets. Mais jusqu’à présent, l’organisation d’une campagne nécessitait des mois de préparation… 

10/06/2021, 16:32

ActuaLitté

Venezuela : l'écrivain Rafael Rattia maintenu sous surveillance

Au Venezuela, l'écrivain et historien Rafael Rattia a été arrêté le 3 juin dernier, et son domicile perquisitionné par la police, qui y a confisqué une soixantaine de livres, un ordinateur et deux téléphones. Jugé coupable d'incitation à la haine ce samedi 5 juin, il est désormais interdit de sortie du territoire et surveillé par les autorités.

10/06/2021, 16:08

ActuaLitté

Faire la paix de Michel Rocard, symbole d'entente entre Métropole et Nouvelle-Calédonie 

Faire la paix de Michel Rocard a été récemment publié par les éditions Double Ponctuation. Son éditeur, Etienne Galliand, vient d'apprendre que le texte a été symboliquement utilisé durant une rencontre à la Maison de la Nouvelle-Calédonie. Cette dernière a permis à la jeunesse calédonienne de s'exprimer sur son avenir auprès des délégations présentes à Paris. 

10/06/2021, 12:53

ActuaLitté

L'édition britannique inquiète des effets du Brexit sur le droit d'auteur

L'association des éditeurs britanniques, la Publishers Association, espère mobiliser des forces pour protester contre une modification du copyright. Cette dernière ouvrirait la voie à une nouvelle application de la notion d'« épuisement des droits », conformément aux dispositions du Brexit. L'édition britannique affirme que cela déboucherait sur une perte financière importante pour les auteurs.

10/06/2021, 11:15

ActuaLitté

Sénégal : Guillaume Nail parrain de l'ONG Janghi, oeuvrant pour les enfants déscolarisés

Auteur jeunesse et scénariste, Guillaume Nail devient parrain de la bibliothèque de l’ONG Janghi. Implantée au Sénégal, Janghi œuvre depuis près d’une dizaine d’années en faveur des enfants déscolarisés. Accès à l’éducation, à la santé et protection des droits de l’enfance : les actions de Janghi couvrent plusieurs champs d’intervention, du financement des frais de scolarité, à la surveillance et la prévention en cas d’exploitation ou d’abus. 

10/06/2021, 09:38

ActuaLitté

Le Sénat approuve la première loi sur les bibliothèques 

Après une séance paisible autour de l'économie du livre et la concurrence entre librairies et Amazon, autour de la vente à distance et les frais de port, retour du livre au Sénat. En effet, le texte que porte Sylvie Robert était discuté en séance publique, Proposition de loi Bibliothèques et développement de la lecture publique. Et sans trop d'hésitation, orateurs et oratrices n'ont pas manqué de louer le service rendu par le troisième lieu. 

09/06/2021, 18:20

ActuaLitté

Demon Slayer dépasse Dragon Ball dans le classement des ventes

C’est une consécration particulièrement symbolique pour Demon Slayer. Ce petit nouveau dans la cour des shonen populaires vient de passer devant l’historique manga d’Akira Toriyama dans le classement du nombre d’exemplaires vendus par volume.

 

09/06/2021, 15:52

ActuaLitté

Nicolas Dupont-Aignan : “On a assez de médiathèques”, et trop de fonctionnaires

L’actualité politique s’est réchauffée, alors que la météo faisait de même : les scrutins des élections régionales 2021 prévues pour les 20 et 27 juin entraînent candidats et porte-parole à travers le territoire. Nicolas Dupont-Aignan, qui a viré sa cuti, délaissant Marine Le Pen pour Les Républicains, vise pour sa part la Bourgogne-Franche-Comté. Avant tout pour « virer la gauche », assure le député, mais le responsable de Debout la France a plus d’une saillie dans sa besace.

09/06/2021, 14:51

ActuaLitté

Scénaristes et compositeurs : le Festival de Valence annonce sa 24e édition

En 1997, Isabelle Massot, consultante et enseignante de l’écriture de scénario, crée le Festival International des scénaristes. Depuis 2012, le Festival se tient à Valence, généralement la première semaine d’avril. Pour cette 24e édition, il se déroulera du 8 au 12 juin 2021. 

09/06/2021, 11:09

ActuaLitté

Le Label 619 et Rue de Sèvres entament une “collaboration”

Les éditions Rue de Sèvres (L'école des loisirs) annoncent un partenariat avec le Label 619, autour d'une « vision commune du métier de l'éditeur engagé auprès des auteurs ». Cette collaboration laissera une entière liberté éditoriale au Label 619, tout en mettant à disposition « les forces vives de L'école des loisirs ».

09/06/2021, 10:09

ActuaLitté

Le Sénat vote une loi pour l'économie du livre et contre Amazon

Mardi 8 juin 2021 dans l'après-midi, les sénateurs ont adopté la proposition de loi visant « à conforter l'économie du livre et à renforcer l'équité et la confiance entre ses acteurs » à la demande du groupe Les Républicains. Porté par la sénatrice Laure Darcos, ce texte avait soudainement trouvé grâce aux yeux d'Emmanuel Macron, qui décidait ce 21 mai dernier d’apporter le soutien du gouvernement, d’une part et de l’autre, d’engager pour le faire adopter une procédure accélérée.

09/06/2021, 09:38

ActuaLitté

Métal hurlant de retour sous la forme d'un mook trimestriel

Annoncé il y a un an déjà par Les Humanoïdes associés, le retour de la revue culte Métal hurlant se précise. Le magazine sera disponible le 29 septembre prochain, et se présentera comme un mook trimestriel, qui rassemblera l’œuvre de cinquante auteurs et rédacteurs, lesquels donneront chacun leur vision du futur.

09/06/2021, 09:23

ActuaLitté

En 2021, “le livre imprimé gagne”, selon le PDG de Penguin Random House

Le 25 mai était lancé le U.S. Book Show, salon professionnel organisé par la revue Publishers Weekly. Avec, en guise d'inauguration, une conversation entre Markus Dohle, PDG de PRH, et Adam Grant, psychologue et auteur. Cet échange a donné lieu à des affirmations très marquées de la part de Dohle...

09/06/2021, 08:33

ActuaLitté

Lauren Remark devient relation libraires pour les éditions Leha

En ce début de juin, les Editions Leha ont recruté Lauren Remark en tant que chargée de promotion. Elle aura plus particulièrement à prendre en charge le développement des relations avec les libraires.

08/06/2021, 17:09

ActuaLitté

L'achat local, un geste politique dont la vague ne “s’éteindra pas du jour au lendemain”

L’année 2020 fut celle du livre numérique, l’élément est incontestable une fois de plus : le Québec enregistre ainsi une hausse de 123 % des ventes d’ebooks (ou livrels, là-bas) entre 2019 et 2020. Une hausse qualifiée d’« inégalée » par l’Institut de la Statistique du Québec. De fait, on passe de 400.600 exemplaires, à 894.500 ouvrages numériques achetés…

08/06/2021, 16:40

ActuaLitté

L’Asiathèque : la nouvelle manière de voyager en 2021 

Fondée dans les années 1970, l’Asiathèque est une maison d’édition indépendante, spécialiste des cultures et des langues du monde.  Sa librairie, située au 1 rue Deguerry dans le XIe arrondissement de Paris, inaugure la première édition des Journées du livre de voyage les samedi 26 et dimanche 27 juin 2021.

08/06/2021, 13:40

ActuaLitté

Giorgia Meloni, leader d’extrême droite “pendue” en librairie ? Le scandale...

Simon Levis Sullam, chercheur d’histoire contemporaine à l’Université Ca’ Foscari de Venise, a publié sur les réseaux sociaux une photo d’une étagère de la librairie Feltrinelli dans laquelle le volume est exposé à l’envers. La leader du parti d’extrême-droite Fratelli d’Italia apparaît donc tête en bas, ce qui pourrait être une allusion à la pendaison de Benito Mussolini et d'autres représentants du fascisme, Piazzale Loreto (à Milan) où ils furent exposés tête en bas. L’indignation éclate à droite… 

08/06/2021, 13:07

ActuaLitté

Brésil : Bertelsmann investit dans Afya, spécialisée dans la formation médicale

Le groupe d'édition Bertelsmann annonce la prise de participation au capital social de la société brésilienne Afya, spécialisée dans la formation médicale. Avec 25 % du capital et 46 % des droits de vote, Bertelsmann s'assure ainsi une présence renforcée dans le secteur, en Amérique du Sud.

08/06/2021, 12:45

ActuaLitté

Librairies : trop de pandémie nuit aux revendications sociales 

En février, Powell’s Books faisait parler d’eux grâce à la création d’un parfum des plus insolites. Aujourd’hui, les agissements de la direction sont bien loin de sentir la rose… Après un licenciement de masse, le manque d’effectif pousse Powell à embaucher – sans pour autant garantir un travail aux personnes qui avaient été licenciées en 2020. Comme dit le dicton : qui se fourre entre l'oignon et son enveloppe n'en sortira pas sans odeur.

08/06/2021, 12:07

ActuaLitté

De rares éditions de Jane Austen rejoignent la bibliothèque de l’Université de Washington

La Washington State University abrite désormais les premières éditions des romans Emma, Mansfield Park, Northanger Abbey, et Persuasion. Ces précieux ouvrages de l’écrivaine Jane Austen ont été offerts à l’université par une ancienne élève récemment décédée.

 

 

08/06/2021, 11:34

ActuaLitté

Canada : pour les librairies Indigo, 2020 a soufflé le chaud et le froid

127 % de croissance sur les ventes en ligne, voici de quoi éviter la catastrophe économique. Pour le groupe canadien Indigo Books & Music, l’année 2020, dont l’exercice s’est clos ce 3 avril, la pandémie a rimé avec ascenseur émotionnel. Entre les 7,1 % de baisse de chiffre d’affaires et la hausse des ventes internet, fallait-il s’accrocher…

08/06/2021, 09:43

ActuaLitté

Librairies, bande dessinée et accessibilité : Mondadori, la valse à 3 temps

Mondadori ouvrira 10 nouvelles librairies à l'été 2021, réparties dans tout le pays. Certaines d’entre elles accueilleront un espace spécial dédié à la bande dessinée, Just comics. De plus, la première collection de livres pour les publics présentant des difficultés de lecture a été lancée.  

07/06/2021, 16:58

ActuaLitté

La mémoire du vent, premier projet éditorial récompensé par la bourse d'Arcane

La bourse Arcane récompense le projet d’un artiste des arts visuels, membre de la  Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques, et d’un auteur, membre de la Société des Gens de Lettres, auxquels peut s'adjoindre un éditeur qui s'engage à réaliser l'ouvrage. Bernard Moninot, Renaud Ego et les éditions de la Canopée sont  lauréats de cette première édition pour leur projet La mémoire du vent

07/06/2021, 16:31

ActuaLitté

Une tapisserie géante pour magnifier l’œuvre de George Sand

En partenariat avec le Ministère de la Culture, la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson souhaite développer un hommage filé à George Sand. Un appel à candidatures est lancé pour la réalisation d’une tapisserie géante, avec une rémunération pour l’artiste lauréat et son équipe de 100.000 € à la clef.

07/06/2021, 12:26

ActuaLitté

Les correcteurs travailleurs à domicile en attente d'une “sécurisation”

Dans la perspective de nouvelles discussions portant sur l'annexe IV de la convention collective de l'édition, le Syndicat général du Livre et de la communication écrite CGT (SGLCE-CGT) a interrogé les correcteurs travailleurs à domicile sur leur quotidien, leurs conditions de travail et leurs attentes, pour porter au mieux leurs revendications.

07/06/2021, 11:13

ActuaLitté

David-Jonathan Benrubi nommé directeur du réseau de médiathèques de Montpellier 

Il prendra la direction des médiathèques de la métropole Montpellier Méditerranée, à compter du 1er juillet, quittant son poste à la Communauté d’agglomération de Cambrai. C’est un réseau de quinze établissements dont il aura désormais la responsabilité, répondant à « l’ambition musclée » des responsables politiques.

07/06/2021, 10:06

ActuaLitté

Le salon du livre de Paris de retour au Grand Palais en 2022 : le SNE “reprend la main”

Deux annonces de recrutement émanant du Syndicat national de l’édition ont fait grand bruit. Les tractations avec Reed Expo achevées, précédent partenaire prestataire de l’événement Livre Paris, et coorganisateur, le SNE « reprend totalement la main » sur l’organisation de l’événement. Et pour ce faire, recrute un directeur ou une directrice, en mesure de piloter une nouvelle manifestation, le Festival de tous les livres. Le nom n’est peut-être pas définitif.

05/06/2021, 20:30