#Programmes

Les Ensablés - Notes de voyage de Laurent Jouannaud: "Voyez comme on danse" de Jean d'Ormesson

Bonjour cher Hervé, bonjour chers habitués, J’ai pas mal lu cet été. Entre autres, deux bons romans policiers, meilleurs que les huit romans contemporains que j’ai rencontrés, et plus profonds. Un roman policier, c’est toujours sérieux, à cause des morts. La vraie bonne surprise, hasard de bouquiniste sur un marché de la Côte d’Azur, ce fut un roman de Jean d’Ormesson, à un euro. Je ne connaissais pas cet auteur, né en 1925, académicien depuis 1973, qui me semblait bien conventionnel sans que j’en aie encore lu une ligne. D’ailleurs, Voyez comme on danse commence ainsi : « Longtemps, je l’avais détesté : nous avions aimé la même femme. » Et, ligne 7, voici le portrait du héros : « Il était grand, très calme, toujours égal d’humeur, implacable et sûr de lui. Il ne croyait à rien, il se moquait de tout. Il avait un don assez rare : c’était d’enchanter la vie. » Bien entendu, « les femmes surtout l’adoraient. »

Le 30/08/2015 à 13:20 par Les ensablés

1 Réactions |

Publié le :

30/08/2015 à 13:20

Les ensablés

1

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article

Par Laurent Jouannaud

Que peut donc donner un personnage aussi caricatural ? Comment ne pas tomber dans le roman pour femmes de gare ? Il fallait du talent ! Jean d’Ormesson en a. Il parvient à éviter l’écueil du ridicule en tuant son personnage dès la première page : vivant, Romain aurait été imbuvable ; mort, il inspire le sérieux. Mort naturelle, mort d’âge, mais mort quand même. Nous assistons à son enterrement sur 390 pages. Ses amis, relations, connaissances et quelques maîtresses vont se retrouver devant sa tombe. Chacun aura joué un rôle dans cette vie réussie. Le narrateur, qui s’appelle Jean, est un de ses amis les plus proches  et les plus anciens. C’est devant cet ami, arrivé le premier au cimetière, que vont défiler ceux qui viennent assister à la descente au tombeau. Ils nous raconteront la vie de Romain. Procédé simple mais efficace.

D’Ormesson fait alors une série de portraits secondaires qui sont plus en chair que le défunt héros : Romain ne pouvait avoir que des connaissances exceptionnelles. Arrive Victor Laszlo, un linguiste de haute volée, enseignant à l’Ecole pratique des hautes études. Il a connu le père de Romain. Il nous apprend que la mère de Romain était juive, que son père était « hitlérien » et qu’à l’époque on hésitait entre fascisme et communisme. D’ailleurs, Romain, 17 ans en 1940, est parti rejoindre de Gaulle en jouant à pile ou face : ou la France ou Hélène, la femme du préfet de police de Marseille, « qui avait les yeux verts et des jambes interminables qui commençaient aux épaules pour descendre jusqu’à terre ». Puis arrive Margault van Gulip, « quatre-vingts ans à coup sûr. Peut-être quatre-vingt-dix ?». Margault a été une beauté, avec Aragon, d’Annunzio, Paul Morand et Malraux à son actif. C’est le grand amour de Romain. Sublime, irréparablement outragée par le temps, encore admirée, encore admirable. D’un mot, elle nous renvoie au tout début de cette histoire en demandant à Jean : « Vous souvenez-vous de Patmos ? » Et le narrateur se lance : « Si je me souvenais de Patmos ! » Il avait alors 19 ans, jeune normalien, en voyage en Grèce, après la guerre, il y a « quelque cinquante ans » ! Il a rencontré par hasard, sur la plage, Meg Ephtimiou, épouse d’un armateur grec, et sa fille Marina qui avait cinq ans. Elle l’invite dans sa maison, table ouverte, où, entre autres convives, il y a Romain, son amant. Meg deviendra plus tard Margault, avec son quatrième mari, un tycoon américano-hollandais qui la laissera riche et veuve. Assez vite le roman s’emballe car les arrivants autour de la fosse se multiplient, interrompant la rêverie et les souvenirs du narrateur. Arrive Le Quémenec, L.-F.G. (Louis-Frédéric Guillaume), qui était lui aussi à Patmos. Son premier livre, Adieulavie, adieul’amour, a reçu le Goncourt et s’est vendu à 600 000 exemplaires. Il arrive de Toscane, spécialement pour l’enterrement. Arrive Gérard, chroniqueur, journaliste, homme du Tout-Paris, ami de tout le monde, donc de Romain. Et puis voici Béchir que le narrateur a rencontré à Patmos, à l’époque. Cet homme à tout faire était au service de Romain et de Margault. Et arrive André Schweitzer, compagnon de guerre de Romain. Les Schweitzer ? Des Alsaciens chassés par la défaite de 1870, qui ont refait fortune en Algérie et ont fini par s’allier à des descendants de la noblesse d’Empire. Leur saga s’étend sur 100 pages, en petites touches, et d’Ormesson raconte l’histoire du Second-Empire, puis la conquête de l’Algérie et enfin la guerre d’Algérie avec ses détails horribles. Arrive Françoise, la sœur d’André, qui a épousé Michel Poliakov, prix Nobel de médecine ou de chimie, juif, qui a sauvé la vie d’un gangster avant-guerre, lequel lui sauvera plus tard la vie lors de la rafle du vélodrome d’hiver en 1942. Et viendront Della Porta, professeur de physique théorique à Berkeley, lui qui expliquait à Romain les quarks ou le mur de Planck, et Adrien Cazotte, historien renommé. Et d’autres encore. Chacun de ces récits, de ces anecdotes, de ces souvenirs est interrompu par l’arrivée au cimetière d’un autre personnage et par d’autres souvenirs. La lecture se fait plus difficile que je ne l’aurais cru. Le passé de chacun et le présent se télescopent sur la page comme dans la conscience du narrateur. Les divers fils et les diverses époques s’imbriquent sans prévenir. Les dialogues d’hier et du moment se suivent sans transition.

Cet effort de lecture fait partie du plaisir. Mais d’Ormesson demande en outre à son lecteur une culture solide. Son narrateur convoque la littérature française et européenne, dans les détails : Valéry, Diderot, Malraux, Gide, mais aussi Jules Romain, Caillois, Jacqueline de Romilly. Il y a des citations précises de l’Educationsentimentale, un extrait de Don Giovanni, Platon et Homère cités en grec, un haïku de Basho (en français seulement), des vers d’Apollinaire, des poèmes allemands en allemand, trois strophes de Ronsard, quatre de Victor Hugo, etc., etc. J’ai à peu près tout saisi, plaisir de vanité, plaisir de connivence, sauf une allusion insistante à Mme Solario. Meg est appelée Madame Solario. Mon cher Hervé, Madame Solario, cela vous dit-il quelque chose ? Et puis Marina arrive de New York : « Bonjour, ma chérie, lui dis-je. - Oh ! Jean, me dit-elle, quelle tristesse ! » Est arrivée avec elle sa fille Isabelle, 16 ou 17 ans, dont Margault est donc la grand-mère. Et d’autres souvenirs reviennent : « Il…il était…il était merveilleux ! », murmura-t-elle, « la vie avec lui était belle. » Arrivent Albin et Lisbeth Zwinguely : « Nous avons été très heureux chez les Zwinguely. » L’enterrement suit son cours : « Les gens continuaient d’arriver. Je les reconnaissais presque tous. » (p. 42) « La foule, dans le cimetière, donnait des signes de flottement. Elle était nombreuse désormais. » (p. 102) « La foule s’était massée en rond autour du cercueil de Romain, déposé sur des tréteaux. » (p. 163) « Les roses étaient distribuées. Les hommes du fourgon s’approchaient et prenaient place aux quatre coins de la lourde caisse de bois. » (p. 197) Bérénice, Saint-Simon, Virgile, Proust, le Journal de Jules Renard, mais aussi Antoine Blondin et Bogart dans Casablanca, cette culture étourdissante, ces citations, cela doit plomber le récit, non ? Et tous ces détails historiques ? Ce roman, n’est-ce pas une dissertation de khâgneux nostalgique ? Pas du tout, car ce roman décolle de la réalité. C’est avec Béchir que le roman monte dans les nuages.

Jusqu’ici l’auteur respectait une certaine vraisemblance. Or Béchir, né il ne sait où, s’est retrouvé à six ans au Liban. La famille de Meg le prend à son service. En 1940, en France, sans bien savoir ce qu’il fait, il s’engage dans la L.V.F., la légion contre le bolchevisme, au service des nazis. Il se retrouve sur le front russe. Il est à Stalingrad avec Paulus. Il s’en sort et se retrouve à Berlin, à la Chancellerie, c’est un des gardes du Bunker. Il est de service au mariage du Führer. Hitler remarque qu’il a la Croix de fer : « Wo haben Sie das Eiserne Kreuz erhalten ?- In Stalingrad, mein Führer ! répondit Béchir en se mettant au garde-à-vous. » Il devient un des gardes du dictateur. Le 30 avril 1945, alors que l’armée rouge est en surface, Béchir assiste avec Heins Linge, l’authentique valet de chambre d’Hitler, au dernier repas du Führer. A la fin, après lui avoir serré la main, Hitler demande à Béchir de lui prêter son revolver. Ce sera l’arme du suicide : « Un bras du dictateur et la tête d’Eva Braun touchaient presque le sol. Un pistolet était tombé à terre. Béchir le reconnut aussitôt. C’était son Walther 7.65. » Là, d’Ormesson fait fort ! Adieu les bornes de la vraisemblance ! Plus fort encore : Romain, devenu membre de l’escadrille Normandie-Niemen, élevé au rang de héros de l’Union soviétique par Joukov en personne, arrivé à Berlin avec l’armée rouge, tombe sur Béchir qui erre dans les ruines, au moment où une patrouille rouge va l’exécuter. Il le sauve : « Béchir devait tout à Romain, et d’abord la vie. » C’est du Dumas, Les deux mousquetaires. Lors de l’épopée russe de Romain, la scène au Bolchoï est un sommet, j’ai beaucoup aimé. Et Margault ? Que Myriam ait épousé un armateur grec pour fuir sa famille, qu’elle ait été le mannequin vedette de Coco Chanel, que Chanel l’ait rebaptisée Meg et qu’elle l’ait envoyée porter ses collections aux USA, pourquoi pas ? Mais elle y rencontre Meyer Lansky et Lucky Luciano, les deux fameux gangsters. Elle devient leur maîtresse, surtout celle de Luciano : « Myriam, dite Meg, passa cinq ou six ans avec Lucky Luciano. L’un et l’autre, bien sûr, eurent beaucoup d’aventures extérieures au cours de leurs années communes. » Luciano se retrouve en prison. Meg épouse l’avocat du gangster pour faciliter les choses : elle devient Mme Malone. Mais Luciano reste une puissance. Quand vient la guerre, le gouvernement a besoin de la mafia qui contrôle les ports aux USA et en Sicile. On a besoin de Luciano, toujours incarcéré, que Meg représente. Et Meg Malone rencontre de Gaulle et Churchill à Casablanca. Elle appelle Eisenhower « dear Dwight » et il lui donne du « dear Meg ». Incroyable ! Non, ce n’est pas sérieux du tout. « Ils déposèrent le cercueil sur le bord du trou et, se relevant après l’effort, ils attendirent à nouveau. » (p. 205) « Le cercueil de Romain descendait lentement dans la fosse sans inscription où il allait reposer pour les quelques années que nous appelons éternité. » (p. 218) « La foule piétinait dans les allées du cimetière. La première à s’avancer, avec sa rose à la main, fut Margault Van Gulip. » (p. 225) Juste après la guerre, Romain, qui collectionne les objets d’art et en vit fort bien, passe par New York. Le frère d’Adrien Cazotte y est consul. Il invite Romain à une réception où Meg, épouse Ephtimiou maintenant, est également invitée, avec d’ailleurs Arthur Rubinstein. Coup de foudre. Ils rentrent ensemble. Romain s’arrête pour acheter des roses. Ils sont chez elle, les roses jonchent le plancher.

Et voici la suite, page 243, magnifique parataxe (ou asyndète ?) qui fait fi du temps qui a passé : Il se baissa, ramassa trois roses, les tendit à la jeune femme. Elle les reçut, les respira, regarda Romain, et se tut.Il la prit dans ses bras et lui baisa les lèvres. Elle céda aussitôt et passa ses deux mains qui tenaient encore les fleurs derrière la nuque du jeune homme.Margault Van Gulip laissa tomber sa rose sur le corps de Romain. Évidemment, le lecteur se demande qui a couché avec qui. Nous l’apprenons au fil des souvenirs. A Patmos, Jean avait 19 ans et Meg 30 ou 35. Il tombe à ses genoux, veut l’embrasser. Elle l’arrête : « J’aime Romain ». Quinze ans plus tard, Jean revoit Marina. Il en tombe amoureux. Ils couchent. Et Marina lui dit : « J’aime Romain. » Ils jouent alors cartes sur table, et commencent quelques années extraordinaires de vie à trois, ou à quatre quand Margault est là : « C’était une tragédie de Racine au temps de la guerre froide. » Mais quelle agréable tragédie : croisières, Grèce, Maroc, Autriche, Italie, les mers et la neige, petites îles, Paris, le luxe. Jean se rappelle : « Le monde était un bonheur et il n’était qu’un chagrin. » (p. 351) Et nous voici à la fin : « De tant de mains successives, les roses tombaient sur Romain. » (p. 286) « C’était fini. Romain était enterré. Ils étaient tous repartis. Vers les États-Unis, vers l’Angleterre, vers la Russie, vers la Provence et la Normandie, vers le XVIIe siècle et vers Neuilly. » (p. 339) Et s’ensuivent de longues réflexions, plutôt grand public, sur le temps (« Le temps n’arrête pas de bouger »), la vie et la mort (« Toute mort est un mystère parce que toute vie est un mystère »), la vie après la mort (« La vie était un songe dont personne ne savait s’il s’achevait sur un réveil »), le néant (« Tout s’en va, tout fout le camp, rien ne subsiste de nous-mêmes ni du monde »), etc. : les grandes philosophies et les religions ne proposent finalement rien de plus. « Nous étions le dernier carré. » (p. 359) « Et nous nous dirigeâmes tous les quatre vers ma voiture que j’avais laissée à deux pas du cimetière. » (p. 374) Sérieux ou pas sérieux ? Les deux à la fois. Tout est dans la façon de voir les choses. L’auteur a raison d’écrire : « Il arrivait à la tragédie de prendre le visage de la comédie. » (p. 211) Ce roman est un conte puisque la vie en est un. Shakespeare l’a dit, dans Macbeth : “ La vie est un conte”, en ajoutant, “told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing.” D’Ormesson et son narrateur ne se font pas d’illusion : « Les gens n’en pouvaient plus de souffrir et de mourir. » Mais l’auteur décide dans ce roman de voir la vie en conte, et on sait que les contes ne se soucient pas de la réalité : c’est leur charme. Life is a tale, told by Jean d’Ormesson, full of sun and fiestas, signifying nothing. Telle fut la vie de Romain. Voici son vade-mecum : « Ce qui était fini était fini et on n’en parlait plus », « Dieu simplement n’existait pas pour lui », « Il avait d’abord cherché à être libre », « Il ne servait rien ni personne », « Il était ce qu’il était ». Et bien sûr, « il ne lui serait pas venu à l’idée d’aimer une femme qui ne l’aimait pas ou qui ne l’aimait plus ». Avec cet état d’esprit, vivre est un plaisir : « Il avait réenchanté un monde désenchanté. »

Je ne sais pas si j’aimerais rencontrer un tel homme, mais j’aurais bien aimé être à sa place ! La vie est belle, chers lecteurs ! Telle est la morale de ce conte. Le titre vient d’une comptine pour enfants, « Nous n’irons plus au bois, les lauriers sont coupés », dont voici le refrain : Entrez dans la danseVoyez comme on danseSautez dansezEmbrassez qui vous voudrez La vie est une danse, une fête, faites comme les autres, laissez-vous faire, dansez et aimez! Voyez comme on danse est un conte pour l’été. Un joli conte, bien bronzé. Note de la rédaction, chers lecteurs, pour des raisons techniques, il n'est pas possible pour le moment d'insérer des photos. Veuillez nous en excuser!

1 Commentaire

 

Bénédycte Vilain

01/03/2022 à 11:39

Merci pour cet honneur, même si plus de 5 années se sont écoulées depuis cet article (01 mars 2022)!
Je me suis également laissée aller aux tourbillons d'une vie lors de cette lecture.
J'ai fais un voyage au long court, je me suis vue chercher sur internet, curieuse de connaitre l'exactitude d'un récit, d'un des personnages ou même de voir un lieu décrit.
"Voyez comme on danse" ne laisse pas indifférent et ranime des pants de sa propre mémoire.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Ma vie entre les lignes d'Antoine Blondin

Les vacances sont là, et pour ceux qui aiment ou ne connaissent pas Antoine Blondin (il aurait cent ans cette année...), l'occasion rêvée de (re) découvrir ses chroniques publiées entre 1943 et le début des années 80. Les éditions de La Table Ronde ont eu la bonne idée de les rééditer dans sa collection "La petite Vermillon. Pour un prix modique (11,2 euros), un plaisir assuré, à goûter sous les tilleuls en buvant un petit blanc sec, bien glacé, à la santé de ce cher Blondin pour qui la littérature était exigence mais aussi amitié. Hervé BEL

07/08/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - L'Abbaye d'Evolayne de Paule Régnier (1888-1950)

Je ne sais plus où et quand je suis tombé sur ce livre L’abbaye d’Evolayne de Paule Régnier (Grand prix de l’Académie Française 1933), avec sa couverture jaune défraichie des éditions Plon. Longtemps, je l’ai gardé dans mes réserves : j'avais d’autres priorité de lectures. Il y a peu, fouillant ma bibliothèque, je l’ai redécouvert, l’ayant totalement oublié. Allons, il fallait quand même me renseigner sur cette Paule Régnier ! Le destin tragique de cet auteur, il faut bien le dire, m’a conduit à lire enfin son roman. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, j’en conviens, il peut paraître dépassé, appartenir à un autre monde (mais n’est-ce pas après tout un motif de le parcourir ?), mais il palpite dans ce texte quelque chose de bouleversant et de prenant. Par Hervé BEL

24/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Javanais de Jean Malaquais (1908-1998)

Dans ces temps de résurgence de nationalismes, chauvinismes et prurits identitaires, la littérature nous offre heureusement quelques pépites à leur encontre… Figure en bonne place parmi ces romans salutaires une œuvre qui obtint un franc succès juste avant le deuxième guerre mondiale : refusé par Gallimard, publié par Denoël, le roman «Les Javanais» fut couronné du prix Renaudot en 1939 et traduit en plusieurs langues. Par Marie Coat

03/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés : Echec au temps de Marcel Thiry (1897-1977)

Sur la plaine de la bataille de Waterloo, une aigle impériale trône au sommet de la butte monumentale. Le 18 juin 1815, c’est Napoléon qui a remporté cette victoire décisive. Plus d’un siècle après les faits, le descendant d’un capitaine anglais est résolu à corriger l’erreur de son ancêtre, qui avait donné de mauvaises informations à Wellington et précipité la défaite des Alliés. L’invention d’une machine à remonter le temps lui permet de tenter une modification avec ses amis, mais à quel prix et pour quelles conséquences historiques et humaines ? Par Louis Morès

19/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Suzanne Chantal et Le roman de Lisbonne, 1940

Spécialiste du Portugal où elle a vécu une bonne partie de sa vie, Suzanne Chantal (1908-1994) a notamment publié une Histoire du Portugal (Hachette, 1965), que précédait La vie quotidienne au Portugal après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 (Hachette, 1962). Vers la fin de sa vie, elle publiera un roman historique (Ervamoïra, éd. Olivier Orban, 1982), qui raconte, autour de l’évolution d’une famille sur six générations, l’histoire du vin de Porto, avec ses luttes, ses négociants, ses propriétaires, etc. Par François Ouellet

05/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Fil d'or, de Susy Solidor (1900-1983)

Suzy avait de grandes jambes. Longues et musclées, assez affolantes. Et un nez fort, signe de caractère. Une blondeur pâle, des yeux délavés par la mer, une frange au carré, du talent et de l’énergie à revendre. Introduite dans les milieux parisiens par Yvonne de Bremond d’Ars, célèbre antiquaire, Suzy va vite mettre Paris à ses pieds. Symbole de la « garçonne » des années folles, Suzy Solidor s’illustra comme actrice et comme chanteuse dans les années 30 et 40.  Mais peu le savent, la grande Suzy fut aussi romancière. Par Denis Gombert

22/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les saints vont en enfer, de Gilbert Cesbron

Ses romans ont connu de grands succès de librairie, vendus à plusieurs reprises à plus de 1 million d’exemplaires, et même largement au-delà (Chiens Perdus sans Collier, porté au cinéma avec Jean Gabin dans le rôle principal frôla les 4 millions d’exemplaires). Gilbert Cesbron (1911-1979) a donc été un écrivain célèbre dans la deuxième moitié du XX siècle ; il est aujourd’hui inconnu des moins de cinquante ans, un cas exemplaire d’ensablé et peut être d’enterré. Par Henri-Jean Coudy

08/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Direction Etoile (1937) de Francis de Miomandre

Les éditions de l’Arbre Vengeur nous ont donné une réédition de Direction Etoile, de Francis de Miomandre (1880-1959). Bernard Quiriny, par ailleurs biographe de Henri de Régnier, auteur cher aux Ensablés , signe une préface pleine d’humour ; les dessins de Regis Lejonc accompagnent merveilleusement le lecteur dans ce conte désenchanté. Puisse cette réédition rendre de nombreux lecteurs au sixième lauréat du prix Goncourt ! Par Antoine Cardinale.

 

24/04/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les enfants aveugles, de Bruno Gay-Lussac (1918-1995) par Hervé Bel

C’était il y a peu dans le 6ème arrondissement, un samedi, jour béni entre tous puisque le dimanche nous protège encore du lundi. En passant devant la librairie « Le dilettante », maison d’édition dont les Ensablés affectionnent les publications, je tombe sur des bacs remplis de livres d’occasion. L’un d’eux attire mon attention : « Les enfants aveugles » d’un certain Bruno Gay-Lussac, avec une introduction de François Mauriac. Mauriac? Il fallait que ce roman oublié ait quelque qualité... Alors je l’ai acheté. Par Hervé Bel 

10/04/2022, 09:00

ActuaLitté

“Raymond Schwab : mystification littéraire d’un génie méconnu” par François Ouellet

Les Sept dormants (1896), Confession de Sainte-Croix (1902), les deux volumes de poèmes Feuilles sous la glace écrits entre 1899 et 1913 ou encore l’autobiographie posthume Mon Bourreau, vous connaissez ? Ce sont quelques-unes des œuvres du poète Mathias Crismant (1882-1913), dont Raymond Schwab (1884-1956) entreprit de raconter la vie singulière et tourmentée dans un livre simplement intitulé Mathias Crismant, paru chez Plon en 1925. Par François Ouellet.

27/03/2022, 08:25

ActuaLitté

Les Ensablés - Avec le feu de Victor Barrucand (1864-1934)

« Décennie de la bombe», les dernières années du 19ème siècle furent marquées en France par l’anarchisme insurrectionnel: attentats à la dynamite, assassinat du Président Carnot et autres pratiques de «propagande par le fait», dans un pays par ailleurs perturbé par d’autres mouvements révolutionnaires et déchiré par l’affaire Dreyfus. Remettant en cause la logique de subordination des gouvernés aux gouvernants, l’anarchisme -malgré sa violence terroriste et une certaine naïveté idéologique- fascine nombre d’intellectuels et artistes tel que Mallarmé («Le poème est comme une bombe»). Par Marie Coat

 

13/03/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Siège de Bruxelles (1996) de Jacques Neirynck

Au milieu des années 1990 paraît ce détonnant roman à clefs, une politique-fiction imaginant la fin de la Belgique par la prise d’indépendance de la Flandre et le déclenchement d’une guerre civile dans la capitale. Soulevés par une atmosphère décliniste, violente et baroque, des personnages symboliques hauts en couleur discourent et agissent au nom de passions diverses, confrontés aux mystères du sens du hasard et de l’Histoire. Racontés a posteriori sous forme de mémoires, ces événements sont censés s’être déroulés en l’an 2007. Par Louis Morès. 

27/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La psychanalyse de Freud de Pierre Janet, par Armel Job

Quand on parle de maladies mentales, s’il est un nom qui accourt spontanément sur toutes les lèvres, c’est bien celui de Sigmund Freud (1856-1939). Freud a été élevé au rang des grands génies de l’humanité pour avoir exploré un véritable continent, terra incognita avant lui, à savoir le monde de l’inconscient. La méthode psychanalytique qu’il mit au point s’est frayé un chemin dans cet univers ténébreux afin d’en révéler les mystères. De nos jours, le public cultivé pourra citer quelques noms supplémentaires des explorateurs de ce monde parmi les disciples ou les épigones du maître viennois, tels Jung, Adler, ou Lacan. Mais qui se souvient de Pierre Janet ? Par Armel Job, écrivain

06/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Hélène ou la solitude, de Jean Gaulmier

Roman fleuve, roman monde, Hélène ou la solitude de Jean Gaulmier avait il y a quelques années déclenché l’enthousiasme de notre ami et fondateur des Ensablés, Hervé Bel. Son engouement a suscité l’envie d’un éditeur, en l’occurrence les éditions de la Belle Étoile, de republier cet ouvrage. Que cet éditeur soit ici remercié d’avoir fait confiance au goût d’un lecteur pour prendre un tel pari. Doublement remercié même, car ce roman mérite assurément de sortir du petit cercle des amateurs éclairés auxquels il était jusqu’alors confiné pour être désormais disponible auprès d’un public plus large. Par Carl Aderhold, écrivain.

23/01/2022, 10:17

ActuaLitté

Les Ensablés - On ne revient pas, le roman exupérien d'Hélène Froment

Hélène Froment (1908-2003), auteure d’un excellent premier roman paru chez Gallimard en 1941, On ne revient pas, est le pseudonyme d’Hélène Jaunez, qui a épousé l’aristocrate Jean de Vogüé (futur chef de la Résistance) en 1927. Dite Nelly de Vogüé, elle est surtout connue pour avoir été la maîtresse de Saint-Exupéry à partir de leur rencontre chez Louise de Vilmorin en 1929, deux ans avant le mariage de l’écrivain avec Consuelo. En 1949, cette fois-ci sous le pseudonyme de Pierre Chevrier, Nelly va lui consacrer un ouvrage, Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, 1949), et sera responsable de l’édition posthume de Citadelle (1948) et des Carnets (1953) de l’écrivain. par François Ouellet.

02/01/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Batouala (1921) de René Maran (1887-1960)

Les Ensablés ont le plaisir d'accueillir aujourd'hui dans leur rubrique Marie Coat, grande lectrice, qui nous fera partager au fil du temps ses découvertes. Merci à elle. Il y a tout juste un siècle, le 14 décembre 1921, le prix Goncourt fut attribué à René Maran, administrateur des colonies, pour son roman Batouala, proposé au jury par Henri de Régnier. Par Marie Coat

19/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Amour étrusque (1898) de JH Rosny aîné (1856-1940)

La littérature française est riche d’innombrables récits tirés de l’Antiquité grecque ou romaine. Sans remonter aux Aventures de Télémaque, nous avons tous lu La Venus d’Ille de Mérimée et son cruel dénouement, Gautier et Arria Marcella, Dumas et sa sulfureuse Acté et bien entendu Salammbô dans lequel Flaubert, de son aveu même, voulut appliquerà l’Antiquité les règles du roman moderne. L’Antiquité comme décor fabuleux et comme recueild’exemples politiques, mais aussi l’Antiquité onirique, féroce et sensuelle dont les jeunes latinistes découvraient avec ébahissement qu’elle reposait, au sens chrétien, sur une immoralité sans limite. Par Antoine Cardinale.

05/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Quinze rounds de Henri Decoin

Henri Decoin a connu plusieurs vies. Il fut tour à tour sportif de haut niveau – et le livre du jour fera montre de la science qu’il avait du noble art, la boxe -, héros de guerre, journaliste et cinéaste. Il fut aussi romancier. L’arbre vengeur a la bonne idée de rééditerune petite pépite, Quinze rounds, récit retraçant l’histoire d’une rencontre de boxe commentée par un boxeur sur le ring en temps réel. L’expérience littéraire y croise étonnamment les gants avec l’expérience sportive. Par Denis Gombert

21/11/2021, 09:19

ActuaLitté

Les Ensablés – Les Maîtres du vertige, six romans de “merveilleux scientifique”

L’Arbre Vengeur, jamais en reste pour nous surprendre, nous offre aujourd’hui un très beau livre (sur la forme et le fond), Maîtres du Vertige, qui regroupe six romans de science-fiction — ou plutôt de « merveilleux scientifique », ayant été écrit par des auteurs de langue française du début du vingtième siècle… L’occasion, pour tous les curieux, épris de bonne littérature, de découvrir, non plus un seul auteur oublié, mais toute une littérature « ensablée », un continent, aurais-je envie de dire, dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Par Hervé Bel.

08/11/2021, 16:26

ActuaLitté

Les Ensablés – La Cité ardente d’Henry Carton de Wiart (1869-1951)  

La ville de Liège doit son célèbre surnom au titre de ce roman historique publié en 1905 (Paris, Perrin) par le comte Henry Carton de Wiart, le premier d’une série de cinq livres constituant le « cycle de la Destinée nationale ». L’ambition de l’auteur, qui s’apprête à occuper d’importantes fonctions gouvernementales au seuil de la guerre, est de renforcer le sentiment national belge en illustrant littérairement des épisodes de vaillance, de courage et de résistance puisés dans l’Histoire. Par Louis Mores

24/10/2021, 16:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La grande peur dans la montagne (1925) de Charles-Ferdinand Ramuz

L’œuvre de Ramuz comprend une vingtaine de romans. La grande peur dans la montagne est un texte de 1925 qui fait montre d’une grande maturité d’un auteur qui a entamé une carrière littéraire à Paris en 1900, à l’âge de vingt ans. Cependant, à Paris, là où son éditeur Bernard Grasset lui demandera toute sa vie de « se montrer », Charles Ferdinand Ramuz aura à cœur de toujours se mettre en retrait des mondanités. Par pudeur ainsi que par méfiance de la corruption urbaine, Ramuz est avant tout un homme de la terre. Par Denis Gombert

11/10/2021, 16:51

ActuaLitté

Les Ensablés - L’univers sévère et lumineux de Maria Borrély (1890-1963)

Maria Borrély, le nom n’est pas connu. Pourtant, il devrait !...Il est toujours émouvant de découvrir des auteurs du passé. Je ne parle pas d’auteurs renommés qu’on lit pour la première fois, mais de ces auteurs complètement oubliés, que plus personne ne lit depuis longtemps, si tant est qu’ils ont déjà été lus. Par François Ouellet. 

27/09/2021, 09:39

ActuaLitté

Les Ensablés - Les quatre éléments (1935) d'André Chamson (1900-1983)

« Mort sont les beaux diseurs/Mais le livre est écrit/Morts sont les bâtisseurs/mais le temple est bâti » (F.Mistral) André Chamson fit un voyage au Japon qu’il relate dans ses souvenirs. Nous avons été naturellement chez les geishas qui ne sont pas ce que l’on peut croire. La fille qui était venue sur le tatami pour allumer ma cigarette m’a dit « Monsieur, j’ai lu votre livre les Quatre éléments ». Les quatre éléments étaient devenus « le soleil, la rivière, la montagne » et je ne sais plus quoi… Par Antoine Cardinale

12/09/2021, 14:02

ActuaLitté

Les Ensablés – La Rédemption de Mars de Pierre Nothomb (1887-1966)

Au sortir de la Première Guerre mondiale, durant laquelle il a travaillé pour le Gouvernement belge en exil au Havre (Sainte-Adresse) et publié des essais défendant et illustrant les positions de son pays, Pierre Nothomb (1887-1966) mène une vie littéraire entre la Belgique et la France et fait notamment paraître à Paris le roman La Rédemption de Mars (Paris, Plon, 1922). Par Louis Morès.

18/07/2021, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Prétextat, de Pierre Bost (1901-1975)

Nos fidèles lecteurs n'ignorent pas que nous aimons Pierre Bost (1), écrivain d'avant-guerre devenu scénariste célèbre après 1945, et que nous aimons aussi les Editions de la Thébaïde qui, il y a deux ans, ont publié un recueil de nos articles sur les écrivains oubliés (Lectures en stock). Il était donc évident et naturel que nous parlions aujourd'hui de la réédition de Prétextat (1925) de Pierre Bost, d'autant plus que la préface a pour auteur François Ouellet, chroniqueur des "Ensablés", et par ailleurs grand spécialiste de l'écrivain. Par Hervé Bel.

27/06/2021, 13:22

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Meilleures ventes : Sarah Rivens renverse la domination du prince Harry

Alors que les deux dernières semaines du classement des meilleures ventes étaient dominées par le livre Le Suppléant du prince Harry, ce dernier perd sa couronne au profit de la jeune Sarah Rivens. Le tome 2 de son roman Captive, qu'elle avait d'abord publié sur Wattpad, a convaincu 53.257 acheteurs pour sa première semaine sortie, plus du double que les mémoires du duc de Sussex (21.383 ex.).

03/02/2023, 15:28

ActuaLitté

Le vêtement masculin en littérature : l'émergence du dandy

Avoir « la classe » comme on dit aujourd'hui revient souvent pour un homme à arborer avec une certaine distinction un beau costume. Si le choix en matière de garde-robe est plus restreint pour les hommes que pour les femmes, il y a tout un art qui s'immisce dans les détails pour rejoindre la catégorie tant recherchée du dandy !

03/02/2023, 11:03

ActuaLitté

Chloé Thomas explore le monde du sommeil  

BONNES FEUILLES - Nous n’avons jamais appris à dormir. Une exploration du monde du sommeil par son envers. 

03/02/2023, 08:00

ActuaLitté

L'Altus : ouvrez le coffre et acceptez d’être changé à jamais...

BONNES FEUILLES - Tous les vœux sont-ils bons à exaucer? Et si votre plus grand désir était l’enfer? Un thriller fantastique haletant avec un scénario digne des meilleures séries pour les adolescents ! 

02/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Sugar Street : chronique d’une disparition annoncée

Nous suivons le chemin, la disparition, d’un homme blanc d’un certain âge qui est en fuite. Peu de détails nous sont donnés, il rejette sa vie passée, possède un petit magot dans une enveloppe posée sur le siège avant droit de sa voiture.  

02/02/2023, 08:15

ActuaLitté

Un portrait original de Barbey d'Aurevilly

BONNES FEUILLES - Les Rêveries de Barbey forment un portrait original : une flânerie vagabonde sur les pas de Barbey d'Aurevilly, au-delà des éternels clichés du dandy catholique réfractaire au progrès. Le regard singulier d'un écrivain contemporain déjà lauréat de plusieurs prix sur un autre écrivain 

02/02/2023, 08:00

ActuaLitté

Thomas Oussin : Victor n’a pas été épargné par la vie

BONNES FEUILLES - Pendant ces six cent douze jours le silence et l’obscurité ont été mes seuls amis. Presque les seuls. 

01/02/2023, 08:00

ActuaLitté

La papeterie Tsubaki

31/01/2023, 12:34

ActuaLitté

#LesMémés Tome 3 : Fraîcheur de vivre

31/01/2023, 12:08

ActuaLitté

Le Séminaire. Livre XIV : La Logique du fantasme

31/01/2023, 12:07

ActuaLitté

La sirène et autres nouvelles

31/01/2023, 12:01

ActuaLitté

Hyper Loto Espace

31/01/2023, 12:00

ActuaLitté

Nero Tome 1 : Obscurci est le soleil, ternes sont les étoiles

31/01/2023, 11:59

ActuaLitté

Ivo Andric : un portrait imaginaire de Belgrade

BONNES FEUILLES - Chronique littéraire de Belgrade et de ses « petites gens » au début du XXe siècle. Un texte inédit du prix Nobel de littérature 1961.

31/01/2023, 08:00

ActuaLitté

Dominique Sampiero reconvertit l'espace intime de la dissidence 

« Ce qui est trop clair en poésie relève d’un défaut technique. » D’emblée que faut-il entendre ou comprendre par cette apostrophe singulière presque vindicative, lancée volontairement sur la page par l’éminent critique Alain Borer dans sa préface vertigineuse du dernier recueil de Dominique Sampiero ?

30/01/2023, 18:02

ActuaLitté

Alan Parks : pas de répit pour l’Inspecteur McCoy

BONNES FEUILLES - L'IRA a-t-elle décidé de s'attaquer à Glasgow ? Des bombes explosent dans la ville, tandis qu'un marin stationné à la base de Holy Loch disparaît. Pas de répit pour l’Inspecteur Harry McCoy. 

30/01/2023, 17:10

ActuaLitté

Henning Ahrens s'inspire de sa propre histoire pour conter Les péchés des pères

BONNES FEUILLES - Le grand roman d’une famille au cœur de l’Histoire allemande.

30/01/2023, 13:11

ActuaLitté

“Je préfèrerais ne pas…”

Lucie est analyste financière pour une grande entreprise d’énergie. Elle doit analyser le marché fluctuant pour aider les traders à prendre de bonnes décisions. 

30/01/2023, 12:41

ActuaLitté

Le tribunal des oiseaux, les rencontres silencieuses

Allis, jeune femme inquiète, trouve un travail d’aide à domicile à la campagne dans un fjord. Elle fuit la ville et un scandale dont elle a honte.

30/01/2023, 12:40

ActuaLitté

La Renaissance du sexe, tout une histoire

Sandro Guzzi-Heeb, professeur d’histoire moderne à l’université de Lausanne, vient de sortir une riche étude aux éditions du CNRS, Sexe, impôt et parenté. Une histoire sociale à l’époque moderne. 1450-1850.

30/01/2023, 10:37

ActuaLitté

Otoshiyori, trésors japonais

28/01/2023, 16:10

ActuaLitté

Les contemplées, roman autobiographique enflammé

BONNES FEUILLES - 2013, Tunis. Arrêtée à la suite d’une manifestation, Pauline, jeune Française, est arrêtée et conduite à La Manouba, la prison pour femmes.

28/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Le sang noir de la terre, suivez les Graycloud dans leur exil

BONNES FEUILLES - Se basant sur une histoire vraie, que Martin Scorcese traite dans son nouveau film Killers of the Flower Moon, Linda Hogan nous fait toucher du doigt la cupidité dévastatrice avec ses conséquences sur l’univers désormais éclaté des Indiens.

28/01/2023, 08:00

ActuaLitté

La beauté d'un amour que l'on ne connait qu’une seule fois dans une vie

Voici venir l'une des plus belles histoires d’amours et de révolution de la science-fiction ! Tous les Hommes… d’Emmanuel Brault accompagne longtemps après que l'on a tourné la dernière page en repensant aux destins de ses trois hommes solitaires et pourtant si aimés.

27/01/2023, 16:31

ActuaLitté

Écrire la violence : exorciser ou aiguiser la souffrance ?

Le dernier livre de Chantal Chawaf, et l’un de ses plus remarquables, comprend trois récits précédés d’un préambule. Les premiers mots, intitulés « Préambule à la séduction », et écrits à la première personne, affrontent la question épineuse, mais essentielle des relations entre la violence et le langage. Écrire la violence exorcise-t-il ou aiguise-t-il la souffrance ? 

27/01/2023, 15:52

ActuaLitté

Meilleures ventes : Statu quo au royaume du prince Harry

Dans le pays des meilleures ventes de la semaine, le prince Harry est le roi incontesté. Avec 37.229 exemplaires vendus, son livre Le Suppléant, dans lequel il raconte ses mémoires et les dessous de la famille royale, il trône en tête du classement. Ses sujets, eux, restent inchangés. Ou presque.

27/01/2023, 12:28

ActuaLitté

Bienvenue à Blackheath, pour la course au libre arbitre

Bienvenue à Blackheath, un immense manoir dans la campagne anglaise. Loin de tout, ce lieu a vu les décennies se succéder et sa splendeur s’est elle-même effritée : mais aujourd’hui, le manoir s’anime à travers une grande fête qui rassemble une vingtaine d’invités.

27/01/2023, 12:20

ActuaLitté

La vallée des fleurs, un “je” collectif

Ces derniers jours passés à Nouk, la capitale du Groenland, sont difficiles pour Elle.

27/01/2023, 11:57

ActuaLitté

Une histoire de l’aviation à travers les livres

Les avions sont aujourd’hui pointés du doigt car il s’agit d’un mode de transport dont le bilan carbone est particulièrement mauvais. Cependant, cette image négative est plutôt récente, et, à ses débuts, l’aviation a surtout été perçue comme un considérable bond en avant de l’humanité qui, depuis des siècles, levait la tête en l’air en espérant s’élever dans les airs comme les oiseaux.

27/01/2023, 10:31

ActuaLitté

Joy Williams : au bord d’un lac putride

BONNES FEUILLES - « À votre avis, les gens écrivent des livres pour semer le chaos ou pour une autre raison ? » D’après sa mère, Khristen, bébé, a brièvement connu la mort. Ce qui l’investirait d’un destin d’oracle, sinon de prophète – qui tarde à se manifester.

27/01/2023, 08:00

ActuaLitté

Les soeurs Lakotas, un road trip amérindien palpitant d'émotion

BONNES FEUILLES - Un roman d’aventure, de colère, d’espoir et de libération dans un paysage de rêve.

26/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Un reportage en Russie sur "la route des ossements", à -50°C

BONNES FEUILLES - Michaël Prazan éclaire ici un pan de l'Histoire trop souvent oublié, et rend hommage à ses protagonistes de l'ombre. Lors d’un voyage en Sibérie pour le tournage d’un reportage sur les camps du goulag dans la Kolyma, aussi nommée « route des ossements », l’auteur et son équipe remarquent une forme mouvante sur le bord de la route. 

26/01/2023, 08:30

ActuaLitté

Avec les Malvenus, les fantômes finissent toujours par ressurgir

BONNES FEUILLES - 1917. Alors que la Première Guerre mondiale fait rage, un homme est retrouvé mort dans une cave du village de Haut-de-Cœur, en Bourgogne. Pas mort d’un excès de froid, de faim ou de vin, comme d’autres, mais proprement égorgé.

26/01/2023, 08:00

ActuaLitté

Les meilleurs livres sur le cyclisme pour les passionnés

Pour en apprendre plus sur le cyclisme, il est possible de vous référer à des livres sur le sujet. En effet, de nombreux ouvrages sont consacrés à ce sport. Entre histoires, manuel de réparation, ou retour sur les légendes ayant pratiqué cette activité, les thèmes sont multiples et les connaissances à avoir énormes. Lisez notre article pour vous aider à sélectionner les livres sur le cyclisme les plus intéressants selon votre projet.

25/01/2023, 12:35

ActuaLitté

Les lettre disparues de Milena à Kafka, réinventées par M.-P. Joncheray

BONNES FEUILLES - Kafka a écrit des centaines de lettres à Milena Jesenská, jeune femme prodige de 24 ans qu’il appelait son « feu vivant », morte en déportation à 44 ans à Ravensbrück.

25/01/2023, 11:14

ActuaLitté

Le Chevalier Fracassé : une irrévérencieuse Histoire

Un chef-d’œuvre de manigances sur les pas d’un anti-héros délicieusement exaspérant.

25/01/2023, 09:00