#Economie

Les Ensablés - Notes de voyage de Laurent Jouannaud: un morceau choisi de Montaigne

Mon cher Hervé, je suis content de vous avoir revu, il y a deux semaines à Strasbourg. Vous étiez venu de Paris, moi d’Allemagne, et le pinot noir était bon. Vous m’avez dit n’avoir pas lu les Essais dont vous aviez commencé la lecture, il y a longtemps, pour vous arrêter assez vite. Il y a des chances pour que vous ne lisiez jamais ce grand texte. Vous n’en aurez ni le temps ni la patience : Montaigne, ce n’est qu’un seul titre, mais en trois volumes du Livre de poche ou mille pages en Pléiade ! Bien des tournures et des expressions sont mystérieuses car la langue a changé en quatre cents ans. Et puis, il y a des hauts et des bas dans ces 107 essais.

Le 25/05/2014 à 16:45 par Les ensablés

0 Réactions |

Publié le :

25/05/2014 à 16:45

Les ensablés

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article

Par Laurent Jouannaud

La partie la plus intéressante est à la fin. Si vous commencez les Essais par le début, vous passerez par les quatre premiers chapitres suivants : « Par divers moyens on arrive à pareille fin » (I,1), « Sur la tristesse » (I,2), « Nos affections s’emportent au-delà de nous » (I,3), « Comment l’âme décharge ses passions sur des objets faux quand les vrais lui défaillent » (I,4). Pas très engageant ! Et puis le laminoir scolaire a fait de Montaigne un raisonneur prêchant la modération et la tolérance, d’une prudence normande (bien qu’il soit gascon), féru d’Antiquité (ah ! ces citations latines), à la fois stoïcien, sceptique et épicurien. On a arrondi ses angles et lénifié ses propos.

Montaigne est un monument que bien peu escaladent : on l’admire d’en bas. Mais il se trouve que la collection « Folio 2€ » propose un essai de Montaigne, un seul, le neuvième du troisième livre, intitulé « De la vanité » (III,9). C’est une excellente idée : du Montaigne à petit prix et en petite quantité ! Volume fin, jolie couverture colorée : en un seul essai, vous aurez la saveur de Montaigne tout entier. J’ai relu ce texte et une fois de plus la magie opère. Un essai de Montaigne ne se limite jamais au sujet qu’indique le titre : il sera question de vanité dans les premières lignes, et puis Montaigne va dériver, glisser, élargir le sujet, le laisser, pour y revenir à la fin. En fait, il ne peut pas y avoir de hors sujet dans les Essais, puisque tout ce qui touche Montaigne peut entrer en ligne. C’est le premier écrivain à écrire sur lui-même, et sur rien d’autre. Ce n’est pas un politicien, artiste ou savant arrivé qui écrit son autobiographie avec anecdotes et réflexions. Non, Montaigne est un particulier qui ressent le besoin d’écrire et n’a pas de sujet.

Ce besoin d’écrire est une chose bizarre, cher Hervé, vous et moi en sommes accablés, et beaucoup de nos lecteurs sans doute aussi. Ecrire… mais sur quoi ? Montaigne, n’ayant aucune imagination, a décidé d’écrire sur lui-même : « Je suis moi-même la matière de mon livre », inscrit-il en préambule des Essais. L’homme Montaigne est le seul personnage du récit. Il se met en scène mais ne veut pas jouer un rôle : il se donne pour ce qu’il est. Bien entendu, l’écriture des Essais l’entraînera plus loin qu’il ne l’imaginait : « Plusieurs choses que je ne voudrais dire à personne, je les dis au peuple, et sur mes plus secrètes sciences ou pensées je renvoie à une boutique de librairie. » Ce mot qui fait titre, « De la vanité », est un sentiment essentiel chez Montaigne, c’est le vanitas vanitatum et omnia vanitas de la Bible. Mais Montaigne met la formule au carré dès les premiers mots : « Il n’en est à l’aventure aucune plus expresse que d’en écrire si vainement. » Autrement dit, écrire que tout est vain est aussi vain que le reste. La vanité est partout : écrire ou ne pas écrire, être philosophe ou ne pas l’être, être vain ou ne pas l’être, tout est vain et vide (vanus veut dire vide en latin). Montaigne ne joue pas au grantécrivain qui compose d’impérissables choses. Cependant, fait-il remarquer, écrire est finalement moins nuisible que d’autres activités. Cette « écrivaillerie » est inutile, mais au moins Montaigne ne cause de tort à personne : « En un temps où le méchamment faire est si commun, de ne faire qu’inutilement il est comme louable. » En effet, en pleine guerre de religion, quand d’autres mentent, se parjurent et assassinent, Montaigne écrit des essais sans portée et sans effet, vanité sans grande conséquence. La dramatique situation de la France le conduit à parler de voyages. Montaigne aimait voyager. D’abord parce que les obligations domestiquent l’ennuient, les soucis ordinaires lui pèsent : « Ces ordinaires gouttières me mangent ».

Son père aimait cette terre et ce château de Montaigne qu’il lui a légués, mais Michel ne s’en occupe guère. Il ne s’intéresse pas à la politique, ni à rien d’autre. Il semble qu’il n’ait pas (ou plus) de passions : « Je me contente de jouir le monde sans m’en empresser, de vivre une vie seulement excusable, et qui seulement ne pèse ni à moi, ni à autrui. »  Il le répète : « Je ne cherche qu’à m’anonchalir et avachir ». Et justement, en voyage, loin de chez lui et des siens, il ne pense plus qu’à lui. L’autre raison qui le pousse à voyager, « c’est la disconvenance aux mœurs présentes de notre État ». Il se tient à distance de la longue crise religieuse et politique que connaît la France. Montaigne considère que les changements politiques n’apportent rien de bon : « Rien ne presse un État que l’innovation : le changement donne seul forme à l’injustice et à la tyrannie. » Il pense que « le bien ne succède pas nécessairement au mal ; un autre mal lui peut succéder en pire. » Il énonce la sagesse réservée à l’usage des petits : « Nous nous comparons à ce qui est au-dessus de nous et regardons vers ceux qui sont mieux. Mesurons-nous à ce qui est au-dessous. » Mais ce n’est pas non plus un conservateur militant : il laisse faire les choses. Son grand modèle, c’est Rome, qui a duré si longtemps malgré tant de vicissitudes. Tout va mal ? La catastrophe est imminente ? Je pense à la pollution galopante, à la crise de l’euro, à Poutine, etc. Montaigne me dit : « Tout ce qui branle ne tombe pas. La contexture d’un si grand corps tient à plus d’un clou. ». « Pour moi, je n’entre point au désespoir, et me semble y voir des routes pour nous sauver. » Le pire n’est pas plus sûr que le reste et personne ne sait vraiment comment l’univers fonctionne. Montaigne se demande à cet endroit du texte s’il n’a pas dit cela ailleurs. Il se plaint de sa mémoire. Il ne voudrait pas se répéter. Il explique que lorsqu’il apprend par cœur, il perd tous ses moyens. Quant à lire un discours, non il ne le ferait pas. Et improviser, il en est incapable. Du coup, il ne parle plus en public. Mais il continue à rédiger ses essais. Il les allonge, il ne les corrige pas. Il rajoute un troisième volume aux deux qu’il a déjà publiés, et complète aussi les deux premiers tomes. S’il ne corrige pas, explique-t-il, et se contente de faire des ajouts, c’est pour deux raisons. Son livre, il l’assume tel qu’il était au moment de sa parution, il y a six ans. Depuis, Montaigne a changé (tout change sans cesse, « tout branle », c’est une autre idée des Essais) mais il n’est pas sûr d’avoir amélioré son jugement ou sa réflexion : pourquoi telle correction serait-elle meilleure que le texte original ? Et il précise : « Moi à cette heure et moi tantôt, sommes bien deux, mais quand meilleur ? » Vieillir n’est pas une garantie de perfectionnement : « Il ferait beau être vieil, si nous ne marchions que vers l’amendement ». Montaigne, un senior sans prétention.

Il revient sur la guerre civile, se réjouit de n’avoir encore jamais été pris à partie (il est catholique dans une région protestante) car il est estimé. Mais il souffre d’être protégé par la bienveillance des hommes plutôt que par l’État et ses lois : « Je tiens qu’il faut vivre par droit et autorité, non par récompense ni par grâce. ». Il explique longuement un trait de son caractère qui me touche. Il se dit extrêmement tenu par le « devoir d’honneur ». Plus banalement, il ne veut rien devoir à personne car une dette personnelle l’oblige infiniment. Plus, en tout cas qu’une obligation légale : « On me garrotte plus doucement par un notaire que par moi. » Sa parole lui est sacrée : « J’aimerais bien plus cher rompre la prison d’une muraille et des lois que de ma parole. » Du coup, il n’aime pas s’engager, car il tient ses promesses. De même, l’amitié lui pèse, et si ses amis sont ingrats ou l’offensent, tant mieux, il leur devra moins. Bien entendu, il ne doit rien aux princes (aucun portefeuille, aucune place, aucun jeton de présence) : « Que jamais je ne doive un essentiel grand merci à personne ! » Bref, « j’essaie à n’avoir exprès besoin de nul : in me omnis spes est mihi. [Toute mon espérance repose sur moi.] » Il insiste : « Il fait bien piteux et hasardeux dépendre d’un autre. Je n’ai rien mien que moi. » Montaigne préfère donner plutôt qu’accepter, qui est « qualité de soumission ». Pas question de communauté, d’entraide, de partage. La liberté est individualiste. Ce Montaigne-là n’est pas vraiment sympathique, ni débonnaire, ni généreux. Montaigne, un homme libre. En temps de guerre civile, il sait qu’il doit la vie à la bienveillance d’autrui, une dette qui « l’accable »  : « Je me suis couché mille fois chez moi, imaginant qu’on me trahirait et assommerait cette nuit-là. » La mort (autre thème majeur des Essais), Montaigne y pense sans cesse, il s’y prépare, il s’y voit même : « Il m’advient souvent d’imaginer avec quelque plaisir les dangers mortels et les attendre ». Il la souhaite, comme nous tous, « courte et violente », « une charge prompte et insensible ». Et il revient aux voyages : « Je sais ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche. » Montaigne qu’on présente souvent comme gascon gasconnant (il est vrai qu’il parlait le patois), comme homme de terroir, écrit exactement le contraire : « Je ne suis guère féru de la douceur d’un air naturel. » Et même : « J’estime tous les hommes mes compatriotes, et embrasse un Polonais comme un Français, postposant cette liaison nationale à l’universelle et commune ». Il précise que les amitiés de rencontre ne valent pas moins que les amitiés de voisinage, ou les liens de langue ou de famille.

Et il rentre dans les détails, Montaigne décrit Montaigne. En voyage, il aime la pluie et la boue, et pas le soleil. Il reste longtemps en selle, il se lève tard. On lui a reproché de voyager alors qu’il est marié et âgé. Justement, dit-il : la distance dans le couple fait du bien. On aime plus au retour qu’au départ ! D’ailleurs, « la jouissance et la possession appartiennent principalement à l’imagination ». Quand est-on loin l’un de l’autre : « Au jardin, est-ce loin ? A une demi-journée ? Quoi, dix lieues, est-ce loin ou près ? » En amitié, la distance ne nuit en rien, dit-il. Son amitié avec La Boétie (« Parce que c’était lui, parce que c’était moi. » I,28) n’a jamais souffert de la distance : « Il vivait, il jouissait, il voyait pour moi, et moi pour lui. »

Quant à l’âge, Montaigne n’y voit aucun inconvénient pour voyager. Au moment où il écrit cet essai, son père est mort depuis dix-huit ans, note-t-il. Il écrit donc en 1586, il a 53 ans, il lui reste 6 ans à vivre. Ce plaisir-là est un des derniers qui restent, il ne faut pas s’en priver. Il approuverait ces retraités européens qui ont la bougeotte et font le tour du monde. Et il revient à la mort. S’il mourait en chemin, loin de chez lui, où serait le problème ? Montaigne aimerait mourir seul, « plutôt à cheval que dans un lit, hors de ma maison et éloigné des miens ». Le chagrin de ses amis et « d’autres plaintes feintes et masquées » le gêneraient : « Vivons et rions entre les nôtres, allons mourir et rechigner entre les inconnus. » En voyage, il va où il veut, comme il veut : « Ai-je laissé quelque chose à voir derrière moi ? J’y retourne ; c’est toujours mon chemin. Je ne trace aucune ligne certaine, ni droite ni courbe. » Et il cherche la nouveauté, le dépaysement, évitant ses compatriotes qui critiquent tout ce qui n’est pas comme dans leur village. Il ne « cherche pas des Gascons en Sicile (j’en ai assez au logis) ». Il aimerait un bon compagnon de voyage mais ne l’a jamais trouvé. « Nul plaisir n’a goût pour moi sans communication » mais « il vaut encore mieux être seul qu’en compagnie ennuyeuse et inepte ». Cet essai devrait s’intituler « Sur les voyages » et non « Sur la vanité » ! Ce plaisir à voyager, alors qu’il pourrait jouir du confort de sa maison, Montaigne sait parfaitement que c’est un divertissement : « Je sais bien qu’à le prendre à la lettre, ce plaisir de voyager porte témoignage d’inquiétude et d’irrésolution ».

Cette vie qu’il mène, sans aucune responsabilité politique ou sociale, il lui faut la distraire par le changement: « La seule variété me paie, et la possession de la diversité, au moins si aucune ne me paie. » Montaigne voyage parce que l’oisiveté provoque l’ennui. « Il y a de la vanité en cet amusement. – Mais où non ? Et ces beaux préceptes sont vanité, et vanité toute la sagesse. » Nous y voilà : vanité de la philosophie et inutilité des bons conseils. Pourquoi là-bas serait-il plus beau qu’ici ? Où, sur terre, n’y a-t-il « rien qui vous gêne et vous trouble » ? Il n’a rien à répondre à ces objections contre les voyages (objections que j’approuve car je ne voyage que contraint et forcé) : « Vous vous suivrez partout, et vous plaindrez partout. »

Montaigne se reconnaît incapable de sagesse, la sagesse qui est impossible à l’homme car elle va trop haut pour nous : « L’humaine sagesse n’arriva jamais aux devoirs qu’elle s’était elle-même prescrits et, si elle y était arrivée, elle s’en prescrirait d’autres au-delà. » L’homme reste en dessous de ses prétentions morales. Montaigne, un moraliste sans grande conviction. Quant aux lois, il n’est homme de bien qui n’en enfreigne quelques-unes et il y a des gredins qui s’arrangent pour les respecter. C’est pourquoi il ne s’occupe pas de politique, l’expérience qu’il en a faite l’a « dégoûté » (il a été maire de Bordeaux) : « La liberté et l’oisiveté, qui sont mes maîtresses qualités, sont diamétralement contraires à ce métier-là. » Et même les meilleurs, dit-il, ne peuvent éviter le déguisement et le mensonge en politique : « Le plus juste parti est encore le membre d’un corps vermoulu et véreux. » Certains jouent double jeu, d’un côté les actes, de l’autre les paroles. Mais pas Montaigne.

Ses Essais racontent exactement ses actes : « Il faut que j’aille de la plume comme des pieds. » Il dit où il va et va où il dit. Ces formules stoïques, Montaigne essaiera de s’y tenir car, justement, il les rend publiques dans les Essais : « Il me vient parfois quelque considération de ne trahir l’histoire de ma vie. » Montaigne, fidèle à Montaigne. Ces longues remarques politiques étaient une digression, « cette farcissure était un peu hors de mon sujet », reconnaît Montaigne. Mais c’est son style, il l’a voulu ainsi : « Je m’égare, mais plutôt par licence que par mégarde. » « Les noms de mes chapitres n’en embrassent pas toujours la matière », et c’est au lecteur d’être aux aguets : « C’est l’indigent lecteur qui perd mon sujet, non pas moi. » Et si ses chapitres sont beaucoup plus longs (celui-là fait 120 pages !) que ceux des deux premiers tomes, c’est exprès : qu’on prenne le temps de le lire, dit-il ! Et si son texte est embrouillé, c’est encore exprès, pour que le lecteur ne s’endorme pas ! Et si ce qu’il dit est vain (ah ! nous y revoilà !), il en est conscient : « Je m’emploie à faire valoir la vanité même et l’ânerie si elle m’apporte du plaisir ». Montaigne, un écrivain libre. Il conclut sur une ultime vanité. A Rome, quand il y était (en 1580), il s’est fait décerner le titre de « citoyen romain », titre inutile et ridicule dont il se pare et s’amuse. Montaigne copie en entier le certificat pompeux où il est dit que « l’illustrissime Michel de Montaigne rend service à Rome en acceptant ce titre d’honneur » ! Vanité avouée est à moitié pardonnée : « Nous en sommes tous imprégnés, tant les uns que les autres, mais ceux qui le sentent en pâtissent un peu moins, encore n’en suis-je pas sûr. » La vanité de tout autorise ces petites vanités-là : refuser les décorations serait plus vain que les accepter en silence ! Les prix littéraires sont une foire aux vanités, mais refuser un prix serait encore plus vain [1]! La vanité de toutes choses n’empêche pas de vivre. Montaigne regardait la mort en face, approuvait le suicide (II,3) mais n’était pas un désespéré. Le « rien de tout » (c’est une formule de Saint-Simon) peut nous rendre amer ou libre, nous aigrir ou nous mûrir, nous décourager ou nous requinquer : l’équilibre n’est pas facile à garder, le fil est mince, le vide est partout, la mort approche (« Il est temps de tourner le dos à la compagnie »).

Montaigne, courageux funambule ! Vous et moi, cher Hervé, quand un roman est fini d’écrire, nous avons peur de manquer de sujet, c’est la panique existentielle. Montaigne n’avait pas ce souci : « Qui ne voit que j’ai pris une route par laquelle, sans cesse et sans travail, j’irai autant qu’il y aura d’encre et de papier au monde ? » Les Essais n’en finissent pas. Décidément, Montaigne a raflé la mise.  

[1] Notre ami Hervé vient de recevoir le Prix Horizon du second roman, décerné par la Belgique, pour Les choix secrets.

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Les fumées de la Sambre (1985), de Pol Vandromme

Ce livre sensible et affranchi, à la croisée des genres de l’essai romancé et de la confession autobiographique, pousse à vouloir aller au-delà du visible, et à comprendre les fondamentaux de l’être dans les situations qui le déterminent et le construisent. Un flux de souvenirs et de sensations s’y déploie, dans une prose sans filtre avec en arrière-fond cette rivière berçant le pays de Charleroi qui entraîne l’esprit du narrateur dans les méandres géographiques, historiques et intimes de la formation d’un imaginaire. Par Louis Morès.

12/05/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La Confrontation, de Louis Guilloux (1899-1980)

Né en 1899 à Saint Brieuc, dans une famille de condition modeste, Louis Guilloux a publié de nombreux romans dans lesquels il a témoigné d'une attention particulière pour les pauvres et les laissés pour compte. Son premier roman La Maison du peuple, publié en 1927, évoque la figure de son  père, cordonnier et militant socialiste.  Son œuvre la plus célèbre Le Sang noir (objet d'un précédent article) s'inspire de la vie de George Palante qui fut son professeur de philosophie et son ami. Par Isabelle Luciat.

28/04/2024, 10:59

ActuaLitté

Les Ensablés - Laurence Algan , discrète et touchante

Ces derniers temps, j’ai lu une romancière à l’écriture discrète et touchante qui se nomme Laurence Algan. On ne saurait presque rien d’elle si, en juillet 1944, elle n’avait répondu à l’enquête biographique que le journaliste et romancier Gaston Picard menait à l’époque auprès des écrivains pour le compte du Centre de documentation de la BnF ; les éléments biographiques fournis par l’écrivaine, Paul Aron les présente succinctement dans un article qu’il a intitulé « Une femme si simple » et qui est paru dans Les Nouveaux Cahiers André Baillon en 2014. J’y suis allé voir de plus près. Par François Ouellet

14/04/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La chambre des écureuils de Marie-Laure de Noailles

A l’automne dernier, sur les tables de la librairie chargées de l’abondante moisson de la rentrée littéraire, le regard est attiré par un livre relié entoilé d’un jaune éclatant, d’une romancière inconnue, Marie Laure. Son titre primesautier - La chambre des écureuils - intrigue : conte pour enfants ou ouvrage libertin ?
Ni l’un, ni l’autre, et il s’agit d’une réédition, chez Seghers, d’un roman écrit en 1946 -mais publié en 1955- par une femme hors du commun, bien plus célèbre comme mécène des arts et instigatrice de fastueuses fêtes mondaines, que comme écrivaine. Le pseudonyme de Marie Laure est en effet celui de Marie-Laure de Noailles, surnommée par l’une de ses biographes « la vicomtesse du bizarre ».

Par Marie Coat

31/03/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Sangs (1936) de Louise Hervieu (1878-1954)

La vie de Louise Hervieu (1878-1954) n'a pas été facile. Née hérédosyphilitique (cela existait encore en ce début de Troisième République), elle eut une santé fragile qui la contraignit à un moment de sa vie de se retirer et  ne plus se consacrer qu’à l’art graphique et à l’écriture… Enfin, pas tout à fait. Sensible pour des raisons évidentes aux problèmes de santé, elle milita activement à l’instauration du « carnet de santé » et parvint à ses fins en 1938.
En 1936, elle obtient pour « Sangs » (publié chez Denoël) le prix Femina au 4eme tour, l’histoire d’une enfant à l’hérédité implacable, que l’amour ni la richesse de sa famille ne peuvent guérir, ne peuvent écarter de la malédiction du « mauvais sang »
On n’échappe pas à son malheur.
Par Henri-Jean Coudy

17/03/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Dubalu de Bernard Waller (1934-2010), par Carl Aderhold

« Ouf,
            La bonne étape, le relais avant de s’élancer vers d’autres lieux, 
            à portée de main, en sortant de chez lui la première maison de la rue Granchois. »
Ainsi débute la grande aventure de Francis Dubalu, représentant de commerce la firme Breganti, qui part pour la première fois démarcher de nouveaux clients en province. 
Ce sont les éditions de La Grange Batelière dont on connaît le riche catalogue, qui ont eu la bonne idée de republier le premier roman de Bernard Waller. 
Initialement paru dans la prestigieuse revue NRF en novembre 1960 avant de connaître, un an plus tard les honneurs de la collection blanche, Dubalu est un texte d’une incroyable modernité, qui n’a pas pris une ride. 

Par Carl Aderhold

03/03/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Waterloo, Belges ou Français d'Albert du Bois (1872-1940)

Dans cette fiction historique qui prend place durant les Cent-Jours avec comme moment culminant la bataille de Waterloo, un Bruxellois d’origine flamande, Jean Van Cutsem, vit une crise existentielle : alors que le frère de sa fiancée wallonne rejoint Napoléon, il est pour sa part enrôlé dans l’armée hollandaise sous le commandement du Prince d’Orange… Un roman engagé et détonnant, où les questions de l’identité, de la loyauté et du courage s’affrontent avant tout dans le for intérieur d’un jeune soldat jeté malgré lui sur les routes de la guerre.

Par Louis Morès. 

18/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - À propos de Claude Dravaine, par François Ouellet

J’ai commenté ici même, précédemment, la biographie de Maria Borrély (1890-1963) publiée par Danièle Henky en 2022 (Maria Borrély. La Vie d’une femme épanouie). Les romans de Borrély, qui s’apparentent à ceux de Giono et de Ramuz, sont à redécouvrir impérativement. Danièle Henky, dont le « sujet de prédilection, c’est le destin des femmes », expliquait-elle récemment, s’intéresse, dans son nouvel ouvrage, à l’écrivaine et journaliste Claude Dravaine (1888-1957). La Livradoise. L’Énigme Claude Dravaine est publié chez Hauteur d’Homme, une maison régionaliste sise dans une commune du Massif central. Par François Ouellet.

04/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Couleurs d'écriture, de Julien Blanc à Raymonde Vincent

Après Romans exhumés (chez EUD, 2014), Littérature précaire (toujours chez EUD, 2016), notre ami et chroniqueur des Ensablés, François Ouellet, publie aujourd’hui, sous sa direction, un nouvel opus dédié à la redécouverte d’auteurs oubliés, vaste domaine, on le sait, qu’une vie ne suffira jamais à explorer totalement. Il s’est entouré pour cela d’éminents spécialistes dont le regretté Bruno Curatolo, savant érudit, par ailleurs un des « redécouvreurs » de Raymond Guérin. Pour nos lecteurs assidus depuis quatorze ans (déjà !), ce livre est indispensable. Par Hervé Bel.

22/01/2024, 12:17

ActuaLitté

Les Ensablés - La jeune fille verte de Paul-Jean Toulet (1867-1920)

Chers lecteurs des Ensablés, avec cet article d'Isabelle Luciat, se terminent nos chroniques de l'année 2023, l'occasion pour nous de vous souhaiter une très bonne année 2024 et de vous remercier pour votre fidélité (15 ans déjà). Hervé BEL

 

Récit enlevé d'une éducation sentimentale, La jeune fille verte se déroule dans la station thermale imaginaire de Ribamourt, inspirée de la ville de Salies-de-Béarn. Ce court roman livre également (et ce n'est pas son moindre attrait) une amusante chronique de la vie de province à la Belle Époque qui n'est pas sans rappeler « L'orme du mail » d'Anatole France, quoique sur un mode résolument léger et qui peut parfois tomber dans la facilité. Par Isabelle Luciat.

31/12/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Soldats bleus, journal intime (1914-1918) de Pierre Loti

A priori, publier le journal intime de Pierre Loti, sur la période couvrant la Première Guerre mondiale relève de la gageure, tant le style et l’œuvre de cet écrivain sont aujourd’hui passés de mode. Sa ferveur patriotique, sa soif d’en découdre avec l’ennemi, qui le pousse, alors qu’il a dépassé l’âge d’être mobilisé, à faire intervenir les plus hautes autorités, pour prendre part malgré tout à la guerre, nous est difficile à comprendre.  par Carl Aderhold  

10/12/2023, 09:08

ActuaLitté

Les Ensablés - Ces messieurs du rugby, anthologie littéraire

 Alors que la coupe du monde de rugby vient de s’achever laissant un goût d’amertume aux Français sortis pour un petit point d’écart en quart de finale par les sud-Africains, on peut se consoler avec ces Messieurs du rugby, excellente anthologie littéraire consacrée uniquement à l’ovalie et publiée en poche dans la collection La Petite Vermillon à la Table ronde. Les maux s’envolent, les écrits restent. 

Par Denis Gombert.

26/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le voleur de Georges Darien, par Marie Coat

Si le nom de Georges Darien (1862-1921) ne vous évoque rien, c’est que vous n’avez lu ni Biribi ni Bas les cœurs ... ni surtout Le voleur, mais peut-être avez-vous vu l’adaptation qu’en fit Louis Malle en 1967 dans son film éponyme ? Ou la bande dessinée de Bernard Seyer en 1986, presque un siècle après la parution, en 1897, du roman d’origine (le premier d’un cycle intitulé Comédie inhumaine qui ne connaîtra qu’un second opus, L’épaulette). Par Marie Coat

12/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Martel en tête, d'André Vers (1924-2002)

André Vers, j’en ai déjà parlé avec émotion il y a quelques années, lors de la réédition chez Finitude de son roman « Misère du matin » (1953) qui relatait, avec drôlerie et mélancolie la vie en usine d’un jeune homme. Cette fois, je reprends la plume pour lui, à l’occasion de la réédition de son deuxième roman « Martel en tête » publié en 1967 aux éditions Edmond Nalis, et que la fidèle maison d'édition Finitude réédite. Dans ses mémoires « C’était quand hier ? » (1990), André Vers raconte toutes les péripéties qui ont accompagné sa parution. Par Hervé BEL.

29/10/2023, 22:17

ActuaLitté

Les Ensablés - L'hôtel du Nord d'Eugène Dabit, “triste, poignant et beau”

Publié en 1929, L’Hôtel du Nord est le premier roman d'Eugène Dabit ((1898-1936voir ici et ici). Ce roman connut un succès inégalé dans la courte carrière de l'auteur, disparu brutalement en 1936 alors qu'avec un groupe d'écrivain français, il accompagnait André Gide dans un voyage en URSS. Issu d'un milieu modeste, marqué comme tous les jeunes gens de sa génération par la guerre de 1914, Eugène Dabit a fréquenté les milieux artistiques après la guerre et a gravi l'échelle sociale, sans jamais renier ses origines. Par Isabelle Luciat

15/10/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Ciel de Nieflheim de Jacques Chardonne

Jacques Chardonne (1884-1968), le « romancier du couple », de Destinées sentimentales et de Romanesques, dont Gallimard a édité récemment la correspondance en trois volumes avec Paul Morand, a encore des lecteurs fidèles et convaincus — j’en connais quelques-uns. Ce n’est donc pas tout à fait d’un écrivain ensablé qu’il sera ici question, mais d’un livre que presque personne n’a lu, puisqu’il s’agit d’un ouvrage, écrit en 1943, qui était prêt pour l’impression, mais que Chardonne renonça à publier: Le Ciel de Nieflheim. Pour ses amis, Chardonne avait néanmoins procédé à un faible tirage privé ; on en trouve parfois un exemplaire en vente à fort prix en ligne.  Par François Ouellet

24/09/2023, 12:11

ActuaLitté

Les Ensablés - Oeuvres de Hugues Rebell (1867-1905)

Avec une préface documentée de Nicolas d’Estienne d’Orves (notamment romancier « Prix Roger Nimier » et spécialiste de Rebatet), la collection « Bouquins » a publié récemment un recueil des œuvres principales de Hugues Rebell dont seuls les gens de mon âge rappelleront qu’elles furent rééditées dans les années 80 par Hubert Juin, dans la collection 10/18, avec d’autres auteurs « fin de siècle ». Par Hervé Bel.

11/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les Ensablés - Le meneur de Loup (1857) d'Alexandre Dumas (1802-1870)

Dumas ? c’est Gaston Pescou, signant Peskow ou Peskov, mais aussi G. de Morlon, baron de Cherville, qui est en réalité –pour les trois-quarts- l’auteur caché de ce roman. Il est dans sa spécialité : le roman de chasse. Qu’on en juge par quelques titres tirés de sa bibliographie : Les Aventures d'un chien de chasse, Histoire d'un trop bon chien, Contes de chasse et de pêche, Contes d'un coureur des bois, Montcharmont le braconnier, Le Gibier plume et la même année Le Gibier poil, sa science s’étendant même aux sauvages horizons de l’Afrique et de l’Asie avec Les Éléphants, état sauvage, domestication.

Par Antoine Cardinale

27/08/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Étangs de la Double, de Geneviève Fauconnier

En 1995, les éditions Le Croît vif, à Royan (Charente Maritime), rééditaient trois romans de Geneviève Fauconnier (1886-1969) : Les Trois Petits Enfants bleus (1927), Claude (1933) et Les Étangs de la Double (1935). La même année, Omnibus reprenait Pastorale (1942), intégrant cet autre roman de la même auteure dans Gens de Charente et de Poitou, au sommaire duquel figurent aussi des romans de Jean-Richard Bloch, Pierre Véry, Ernest Pérochon, André Theuriet et Pierre Loti. En outre, Les Étangs de la Double reparaissait en 2020 aux éditions La Geste, à Niort, en Nouvelle-Aquitaine. Par François Ouellet.

13/08/2023, 11:19

ActuaLitté

Les Ensablés - Le fer rouge de Paul-André Lesort, ou l'emprise

Paul-André Lesort (1915-1997) aurait pu intituler son cinquième roman L’emprise, mais il a choisi un titre plus incisif : Le fer rouge. Paru en 1957, l’ouvrage de ce romancier étiqueté « grand écrivain catholique » choqua autant les lecteurs que la critique, à quelques rares exceptions près comme Jean Cayrol (« Ce n’est pas un spectacle auquel il nous convie,...mais une quête, une aventure avec « risques et périls»... Son honneur est de déranger et de se déranger...Beaucoup n’ont pas compris la route surprenante qu’il put choisir sans avertissement »). Par Marie Coat.

30/07/2023, 10:05

ActuaLitté

Les Ensablés - Petit Louis, d'Eugène Dabit

Chers amis des Ensablés, notre site accueille aujourd'hui une nouvelle contributrice, Isabelle Luciat, à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de notre équipe. Pour son premier article, elle a choisi "Petit Louis" deuxième roman d'Eugène Dabit, qui avait rencontré le succès avec L'Hôtel du Nord, paru en 1929. Hervé BEL.

16/07/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Des hommes passèrent…, de Marcelle Capy

Pendant la première moitié du XXe siècle, de nombreux romans « champêtres » ont été publiés, et les Ensablés n’ont pas manqué d’en chroniquer. Parmi ceux qui nous ont particulièrement marqués, rappelons l’admirable Campagne (prix Femina 1937) de Raymonde Vincent que les éditions Le passeur viennent de rééditer et La vie d’un simple, d’Émile Guillaumin. Il me faut en ajouter un autre, récemment paru chez La Thébaïde d’une romancière complètement oubliée, Marcelle Capy. Par Hervé BEL

02/07/2023, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Cinis in cinerem, de Régis Messac (1893-1945)

Les Éditions de La Grange Batelière achève par Cinis in cinerem (allusion à la Genèse « tu es poussière et tu retourneras à la poussière), la publication des quatre romans policiers de Régis Messac, auteur que nos amis des Ensablés commencent à connaître (Quinzinzinzilli, Le mystère de Monsieur Ernest). A mon goût, c’est le roman plus étonnant, le plus attachant aussi, car il s’y mêle le gothique, le fantastique, la psychanalyse et le scientisme du XIXème siècle, dans une ambiance mystérieuse : plaisir assuré pour tous ceux qui ont aimé Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Stevenson, Edgar Poe, et j’en passe. Par Hervé Bel

11/06/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le tramway des officiers (1973) de Georges Thinès

Georges Thinès  (1923-2016) est un écrivain belge de langue française né en 1923 à Liège et décédé en 2016 à Court-Saint-Étienne. D’abord attiré par les lettres classiques, il fut étudiant en philosophie et lettres à la Faculté universitaire Saint-Louis de Bruxelles. Après son engagement à la Royal Navy durant la guerre, Georges Thinès renonce à la philologie et s’oriente vers la psychologie. Professeur à l’université de Louvain, il fut un spécialiste de renommée mondiale dans le domaine de l’éthologie animale. Excellent musicien, fondateur de l’orchestre symphonique de Louvain, il fut encore poète, nouvelliste, romancier, dramaturge, essayiste. Par Armel Job

28/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les aiguilles à tricoter de Denis Belloc, le bas bruit de la violence

Décédé en 2013 à l’âge de 64 ans, Denis Belloc ( (1949-2013) a marqué d’une empreinte noire la littérature française. Son œuvre, une dizaine de romans parus, s’abreuve au sirop de la rue. Mais ce liquide est violent et amer. C’est l’univers de la toxicomanie dans Képas (Lieu commun, 1989) ou de la prostitution dans Suzanne (Lieu commun 1988) qui forme le décor des romans de Belloc dont l’entière matière est autobiographique. Par Denis Gombert.

14/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Heureux les pacifiques de Raymond Abellio (1907-1986)

En janvier 1947, les éditions du Portulan publièrent un épais volume au titre biblique, « Heureux les pacifiques », que la critique accueillit avec force éloges, n’hésitant pas à parler de «roman fracassant et excitant » (Pierre de Boisdeffre), de « roman d’une génération » (Maurice Nadeau), tous se montrant impressionnés par  la justesse d’un tableau riche et complexe d’une époque charnière (1934-1945): ainsi Pierre Descaves, selon lequel ce roman est « sans aucun doute, le document le plus important, le plus impressionnant qui nous ait été donné depuis quinze ans, sur l’état d’une jeunesse que guettait le conflit de 1939-1940 et les années, noires et rouges, des refus ou des abandons ». Par Marie Coat

30/04/2023, 16:45

ActuaLitté

Les Ensablés - Le renard à l'anneau d'or, de Nelly Kristink    

Mariève a vingt-trois ans lorsqu’elle épouse Gilles, de dix ans son aîné. Ce mariage la conduit à s’installer chez lui, dans un domaine forestier des Hautes Fagnes, à l’est de la Belgique. Le manoir du Rondbuisson, situé à l’orée du bois, est la résidence de quelques personnages rustiques et gentiment intrigants. Tout semble en place pour assurer le confort de Mariève, dans un cocon où l’on ressent plus qu’ailleurs le rythme envoûtant des saisons. Mais pourquoi n’y semble-t-elle pas heureuse ? C’est l’histoire de la lente dégradation d’un amour s’abîmant au grattage de l’écorce. Par Louis Morès. 

10/04/2023, 09:47

ActuaLitté

Les Ensablés - Jeunes femmes en uniforme, de Terreska Torrès

« Elles sont les premières. Cinq filles. Jeunes, timides, heureuses, excités, cœurs battants et prêtes à mourir pour la France. » Nous sommes en 1940. La France vient de perdre la guerre. À Londres, la France libre sous l’impulsion du général de Gaulle fait ses premiers pas. Pour la première fois, les femmes prennent part au conflit sous l’uniforme français. Un Corps féminin de Volontaires de la France libre est créé, dans lequel s’enrôlent les héroïnes de ce roman, ainsi que son autrice, Tereska Torrès. Par Carl Aderhold.

26/03/2023, 17:17

ActuaLitté

Les Ensablés - Kikou Yamata (1897-1975), la Japolyonnaise

Qui se souvient aujourd’hui de Kikou Yamata, une écrivaine née à Lyon en 1897 d’un père japonais et d’une mère française et décédée en 1975 à Genève ? Étonnante et attachante figure, auteure d’une œuvre importante. Par François Ouellet

12/03/2023, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Génération hussards, de Marc Dambre

En septembre 2022, Marc Dambre, spécialiste de Roger Nimier, a publié chez Perrin une somme passionnante (je pèse mes mots) intitulée Génération hussards, en référence à une mouvance littéraire des années 50. L’occasion d’aborder avec lui non seulement la vie et la production littéraire des « hussards » les plus connus, mais aussi d’en (re)découvrir d’autres, dont Stephen Hecquet, objet d’un récent article des Ensablés, et de revisiter trente années de vie culturelle française. Par Hervé Bel

20/02/2023, 09:56

ActuaLitté

Les Ensablés - Henry Thoreau sauvage, de Léon Bazalgette

Emmanuel Bluteau m’a envoyé ce livre, Henri Thoreau sauvage, qu’il vient de rééditer dans sa maison d’édition, la Thébaïde, avec ce petit mot : « Voilà un vrai ensablé ! ». Par Hervé Bel.

05/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Le Temps des crocodiles

18/05/2024, 16:28

ActuaLitté

Un voyage initiatique dans la prose palestinienne

BONNES FEUILLES - Les éditions Actes Sud proposent une réédition du texte palestinien Lumière bleue, d'Hussein Al-Barghouti, traduit de l’arabe (Palestine) par Marianne Weiss.

18/05/2024, 07:30

ActuaLitté

Laurent de Sutter : pourquoi décevoir est un plaisir ?  

Parmi les nombreuses punchlines de Baudelaire, l’une évoque « le plaisir aristocratique de déplaire » dans la pratique du mauvais goût. Un autre dandy, Oscar Wilde, confessait : « Je vis dans la terreur de ne pas être incompris. » Certains y verront les postures de deux esthètes à l’esprit adolescent, une chose reste certaine : pour la plupart, décevoir est la pire chose… Alors pourquoi l’inverse d’un plaisantin, Gilles Deleuze, a affirmé, en réponse à un critique, « décevoir est un plaisir » ?

17/05/2024, 19:33

ActuaLitté

L'histoire de la femme qui a développé le vaccin contre la Covid-19

Katalin Karikó est un nom que l'on entend rarement, voire jamais. Et pourtant, elle a considérablement contribué à l'élaboration du vaccin contre la Covid-19. Un rôle qui lui a valu le prix Nobel de médecine 2023. Ne jamais renoncer, c'est l'oeuvre d'une femme qui a toujours cru en elle et qui, sacrifice sur sacrifice, a réalisé ses rêves.

17/05/2024, 18:33

ActuaLitté

Jeux de cartes : une histoire qui s’écrit avec des livres

S’il ne semble rien n’y avoir de plus commun que de jouer avec des cartes (à jouer précisément !), ces petits bouts de carton ont pourtant une longue histoire derrière eux. A l’heure du numérique, et des jeux de cartes virtuels, il est peut-être temps d’en revenir au début de cette passion presque universelle et ludique.

17/05/2024, 12:45

ActuaLitté

Virginie Grimaldi et Franck Thilliez : deux fois, plutôt qu'une

On a l’impression de voir double en observant ce qui se passe : trois doublés et pas des moindres, pour cette semaine 19 (6-12 mai), à commencer par Virginie Grimaldi. La romancière place Une belle vie en poche en tête des ventes hebdomadaires (19.154 ex.) et ajoute Plus grand que le ciel, sa nouveauté, juste après (16.536 ex.). Le ton est donné.

17/05/2024, 09:35

ActuaLitté

Secrets, solitude et survie : plongée dans l’Amérique de 1915

BONNES FEUILLES – 1915 : Adelaide est désormais sans recours. Un secret effroyable a emporté ses parents, la forçant à s'exiler loin de la Californie, marquée par l'empreinte de la damnation.

17/05/2024, 07:30

ActuaLitté

Le goût du zen. Recueil de propos et d'anecdotes

16/05/2024, 18:22

ActuaLitté

La Traversée de Paris : des JO 2024 sous Prozac

Depuis le film de 1956 avec Louis de Funès et Bourville, qu'est ce qui a changé dans La traversée de Paris ? Les pistes cyclables peut-être ? Les métro blindés et leurs odeurs nauséabondes ? Les embouteillages ? Les engueulades entre cyclistes et automobilistes à chaque carrefour ?

16/05/2024, 17:02

ActuaLitté

La Sonde et la Taille, la dernière aventure de Conan

Laurent Mantese, professeur de philosophie, fait une entrée époustouflante sur la scène de l'imaginaire francophone avec La Sonde et la Taille, dernière aventure de Conan le barbare, à l'apogée de son déclin. Un texte par Les mots délivrent.

16/05/2024, 15:51

ActuaLitté

Meurtre des jumelles Slade, qui est le coupable ?

BONNES FEUILLES – Melissa Slade avait tout pour elle : une beauté éclatante, un conjoint attentionné et de ravissantes jumelles. Toutefois, son existence idéale s’est effondrée en un instant, quand elle s'est retrouvée au cœur d’un procès pour l’assassinat de ses filles. Un roman de Diane Jeffrey, traduit de l’anglais par Jean Esch.

16/05/2024, 07:30

ActuaLitté

Ce que je sais de toi

15/05/2024, 22:32

ActuaLitté

La mer, théâtre d'humanité et de désespoir

Les taxis seraient-ils ces bateaux humanitaires (qui sillonnent la Méditerranée pour tenter de sauver des émigrants expédiés, par des passeurs sans scrupules, sur des embarcations inadaptées vers des Édens présumés sur l’autre rive) que nombre de politiques de tous bords et de toutes nationalités ont décidé d’affubler de ce qualificatif dégradant, pour justifier leurs positions délétères et pour dévaloriser, sinon décrédibiliser, les actions de sauvetages en mer ?

 

15/05/2024, 16:34

ActuaLitté

Offrir un livre pour témoigner de sa gratitude

Quand on nous a rendu service, quand on nous a reçu avec sympathie et délicatesse, et dans tant d’occasions où l’on a bénéficié de la générosité des autres, on peut tout simplement faire le choix d’un livre en forme de remerciement. C’est un cadeau qui sera sans doute toujours bien reçu.

15/05/2024, 15:07

ActuaLitté

Parfois, mieux vaut être un Somnambule…

Homme à tout faire, Will Bear est un homme au passé compliqué et solitaire. Il effectue des courses parfois louches, souvent dangereuses, pour le compte d'une organisation puissante dont il ne sait pas grand-chose.  Comment en est-il arrivé là ? C’est une autre histoire. Celle qui nous intéresse, la voici : un jour, alors qu’il est en pleine mission, un coup de téléphone inattendu chamboule sa vie. Une jeune femme affirme être sa fille biologique. 

15/05/2024, 14:42

ActuaLitté

L'opacité comme paysage, avec Michael Jordan chez FRMK

Deux personnages pénètrent dans une zone sauvage contrôlée par l’armée. Au milieu d’une nature désolée, ils errent, munis d’un appareil servant à capter les énergies telluriques. Un nouvel ouvrage signé Michael Jordan, traduit de l'allemand par Julie Degaumin.

15/05/2024, 10:07

ActuaLitté

Formidable : Jack Lang comme on ne l'a jamais lu

S'il y a bien un ministre de la culture qui a marqué durablement le paysage français, c'est Jack Lang, arrivé au pouvoir en 1981 au sein de l'équipe de François Mitterand et toujours actif quatre décennies plus tard. Sans être fanatique des livres politiques en général, je dois avouer que cet album consacré à la carrière de Jack Lang est incroyablement réussi. Comme l'annonce le titre, il est Formidable

 

15/05/2024, 08:30

ActuaLitté

Poutine face à Kirill : un duel pour le pouvoir

BONNES FEUILLES  – Un nouveau roman d’espionnage au cœur de la Russie, dans lequel Poutine et Kirill se livrent une bataille acharnée pour le pouvoir. L’auteur Sergueï Olegovitch Jirnov, ancien ancien officier du KGB soviétique, promet un grand frisson. 

15/05/2024, 08:00

ActuaLitté

Retour aux racines palestiniennes, entre les amandiers de 1948

BONNES FEUILLES – Récit initiatique d'un retour au pays natal, au cœur d'un verger d'amandiers établi en 1948, année funeste de l'exode palestinien. Là, dans les terres de Ramallah où il a pris son dernier souffle en 2002, repose l'écrivain selon ses dernières volontés. Une nouvelle édition traduite de l’arabe (Palestine) par Marianne Weiss. 

15/05/2024, 07:30

ActuaLitté

Dublin : une ville marquée par la modernité littéraire

La capitale de l’Irlande, hier encore marquée par un riche passé industriel, a profondément changé de visage depuis le début des années 90, avec la montée en puissance du secteur des technologies de l’information et de la communication. La ville garde, néanmoins, également, un aspect artistique et patrimonial important. 

14/05/2024, 13:47

ActuaLitté

Mille Saisons. Tome 1, La géante et le naufrageur

14/05/2024, 10:20

ActuaLitté

Kindergarten Wars : ça va saigner dans les bacs à sable  

Un petit enfant joue dans la cour de récré quand des grenades volent dans sa direction. Heureusement, la maîtresse vigilante les renvoie à l'expéditeur d'un habile coup de pelle à sable. Bienvenue dans la maternelle la plus sécurisée du monde. Les criminels reconvertis qui y travaillent parviendront-ils à trouver l’amour ? Une comédie décalée sur fonds d’explosions et de fusillades. 

14/05/2024, 10:11

ActuaLitté

Monstres

14/05/2024, 09:18

ActuaLitté

Le monde glorieux

13/05/2024, 18:33

ActuaLitté

La cité des druides. Bâtisseurs de l'ancienne Gaule

13/05/2024, 18:29

ActuaLitté

De la favela à la renommée littéraire

BONNES FEUILLES  – Exclu du rôle de prince dans une pièce théâtrale scolaire en raison de sa couleur de peau, Fio Jasmin a été profondément marqué par cet épisode. Des années plus tard, il devient un grand séducteur. 

13/05/2024, 18:26

ActuaLitté

Des livres pour tout savoir sur les fondateurs de PayPal

La révolution PayPal est associée à des noms désormais extrêmement célèbres. Si le plus connu d’entre eux reste Elon Musk, il faut savoir qu’il n’était pas à l’origine du projet, mais fondateur, de son côté, d’une société de banque en ligne dénommée X.com. 

13/05/2024, 16:47

ActuaLitté

Coup de foudre, après la fin du monde

Conte post-apocalyptique, Once upon a time at the end of the world (trad. Julien Di Giacomo) raconte la rencontre entre Maceo et Mezzy, deux adolescents aussi esseulés l’un que l’autre. L’alliance de la carpe et du lapin, dans un univers où l’une mangeait plutôt du rat et l’autre des confiseries…

13/05/2024, 14:33

ActuaLitté

Marie-Adélaïde de Savoie, l'éphémère duchesse au cœur des intrigues royales

« Qui fut donc Marie-Adélaïde de Savoie, mère de Louis XV ? » Telle est la question à laquelle essaie de répondre l’historienne Elisabetta Lurgo en publiant la biographie de la duchesse de Bourgogne chez Perrin, Marie-Adélaïde de Savoie - Duchesse de Bourgogne, mère de Louis XV.

13/05/2024, 11:20

ActuaLitté

Thilliez exhume les sordides secrets du grand Nord canadien

2016. Le Grand Nord du Canada. Celui dont l’accès ressemble aux cercles concentriques de l’enfer dantesque. Ces villes si éloignées de la civilisation, qu'elles incarnent l'ultime étape avant la fin du monde. Et des températures négatives hors norme. Telles qu’orteils et doigts ne connaissent pas même le stade des engelures : ils tombent directement… 

12/05/2024, 19:03

ActuaLitté

BuzzKill, héros sans pouvoirs s'il n'est pas drogué ou ivre

Je confesse une réelle passion, survenue voilà quelques mois, pour le scénariste Donny Cates. Assez peu intéressé (en tout cas pour le moment), par le travail d’auteur qu’il a pu réaliser dans les grandes maisons de comics, j’ai remonté le cours des œuvres publiées chez Dark Horse Comics et Images Comics. Motif ? Elles ont déployé les bases d’un univers personnel et extrêmement puissant.

12/05/2024, 13:06

ActuaLitté

Les secrets de la jeunesse enfin dévoilés 

BONNES FEUILLES – Vieillir en pleine forme, sans recourir aux médicaments, le plus longtemps possible ?  Le Dr Christophe de Jaeger, grâce à ses compétences en médecine et en recherche, a élaboré une stratégie claire et exhaustive pour maintenir sa santé à tout âge.

12/05/2024, 08:00

ActuaLitté

Luis, l'homme qui jouait de l'air

BONNES FEUILLES – Vincent, que tous nomment Luis en hommage à Armstrong, excelle dans une forme rare d’art musical : il joue de la trompette sans l’instrument. Mais le virtuose se confronte rapidement aux jugements liés à son obésité. S’ensuit une balade introspective.

12/05/2024, 07:30

ActuaLitté

À Strasbourg, des expérimentations médicales sur les prisonniers

BONNES FEUILLES - Un an après l'invasion de la France par la Wehrmacht en 1940, le camp de concentration de Natzweiler est établi en Alsace, alors annexée par l'Allemagne, en mai 1941, sous les ordres de Heinrich Himmler, Reichsführer-SS. 

11/05/2024, 08:30

ActuaLitté

La vraie histoire des corsaires, de Surcouf au Sea Shepherd

BONNES FEUILLES - Dominique Le Brun, écrivain renommé spécialiste du monde maritime, explore dans son dernier ouvrage la saga captivante des corsaires. 

11/05/2024, 07:30

ActuaLitté

Churchill et le D-Day : les secrets du Débarquement  

BONNES FEUILLES - Ce nouvel ouvrage apporte un éclairage original sur l'histoire des préparatifs secrets du Débarquement de Normandie, en exploitant les archives personnelles de Winston Churchill. 

11/05/2024, 06:30