#Economie

On va tous mourir... ou pas : le roman post-apocalyptique

Ça commence à chauffer ! D’après la NOAA et la NASA, 2015 aurait été l’année la plus chaude jamais enregistrée. Du coup tout le monde s’affole… Eh oui, on va tous mourir. Plus qu’à attendre que les scientifiques se mettent d’accord sur le « comment ». Catastrophe environnementale ? Nouvelle guerre mondiale ou civile ? Pandémie ? Faites votre choix ! Avec tout ça on pourrait penser que les livres, films, séries (etc.) essaieraient de nous remonter le moral, avec des romans à l’eau de rose et des fables arcadiennes où « berger » serait le plus beau métier du monde… Mais non. Bienvenue dans l’ère du roman post-apocalyptique

Le 27/01/2016 à 09:34 par La rédaction

1 Réactions | 0 Partages

Publié le :

27/01/2016 à 09:34

La rédaction

1

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Michael Lehenbauer, CC BY 2.0

La façon de raconter l’apocalypse a beaucoup changé au fil des siècles. Cette évolution est marquée par différentes réponses à la question « à qui la faute ? » Depuis la nuit des temps, la très grosse majorité des catastrophes naturelles étaient attribuées aux dieux. Si le monde était sur le point d’être détruit, c’était leur faute, les hommes n’avaient absolument rien à se reprocher. Certains événements étaient prédestinés, comme la fin du calendrier maya en 2012 (vous vous souvenez ? Celle qui n’a pas eu lieu).

Parfois la date précise est inconnue mais l’apocalypse est annoncée par une série de catastrophes. Les Scandinaves appelaient leur fin du monde « Ragnarök » : Le Crépuscule des Dieux. Elle est décrite dans l’Edda Poétique et dans l’Edda de Snorri par Snorri Sturluson. Elle était annoncée par trois ans d’un hiver sans soleil puisque Fenrir le loup l’avait préalablement avalé. (Du coup on imagine que les Vikings devaient stresser à chaque éclipse…) 

Bien sûr, on ne peut pas parler d’apocalypse sans citer celle de Jean, un des évangélistes. Annoncée par quatre cavaliers, cette apocalypse est toutefois sensée apporter le retour du Messie-sauveur, non sans dommages collatéraux. Du classique, malgré tout.

Mea culpa, ou presque

D’autres ont été prévenus au dernier moment. Le pauvre Noé a ainsi eu droit à : « Aujourd’hui j’ai décidé de punir l’humanité en l’exterminant. Tu as exactement trois minutes pour construire un énorme bateau qu’on va appeler “arche” et y embarquer une paire de chaque animal qui vit sur Terre, sinon ta famille et toi allez tous mourir. » 

Même si l’apocalypse est en général déclenchée par un comportement humain qui ne plaît pas aux divinités, les hommes ne sont pas responsables de la destruction du monde à proprement parler, la catastrophe est envoyée par les puissances surnaturelles. 

À la fin du XIXe siècle cependant, les dieux ne sont plus les seuls responsables. Les causes de l’extinction humaine se diversifient grâce aux progrès de la science. Que ce soit par l’étude du très petit ou de l’infini, les découvertes fascinent autant qu’elles effraient. Les travaux de Pasteur révèlent une nouvelle catégorie d’ennemis : les micro-organismes. Ils sont invisibles, très puissants et peuvent se transmettre d’individu à individu, et ce, à l’échelle mondiale. La maladie paraît donc une cause raisonnable de l’extinction des humains sur Terre. Dans Le Dernier Homme de Mary Shelley (1826), le monde est destiné à être infecté par la peste. Et si, au 14e siècle, celle-ci n’avait réussi à décimer qu’un tiers de la population mondiale, celle de 2100 est vouée à la tuer dans son ensemble : « An 2100, dernière année du monde » 

Babob Boom, CC BY 2.0

Ces auteurs étaient aussi des visionnaires (en même temps il est peu probable qu’ils décrivent l’Apocalypse qu’ils sont en train de vivre, ils ont sûrement d’autres choses à penser et pondre un pavé de 400 pages c’est plus long que de prendre un selfie…). Ils imaginaient le futur, et se tournaient vers les domaines inexplorés : tel que l’espace, par exemple. En 1839, Edgar Allan Poe publie Conversation d’Eiros avec Charmion dans lequel une météorite s’écrase sur la Terre.

Eiros. — Pourquoi m’appelles-tu Eiros ?

Charmion. — Ainsi t’appelleras-tu désormais. Tu dois aussi oublier mon nom terrestre et me nommer Charmion.

Eiros. — Ce n’est vraiment pas un rêve !

Charmion. — De rêves, il n’y en a plus pour nous… »    (Ambiance de folie…)

Les astronomes continuent leurs découvertes et étudient plus particulièrement la voisine de la Terre : Mars. En 1877, Asaph Hall découvre Phobos et Deimos, les deux satellites de la planète rouge. Toutes ces avancées inspirent les auteurs. Orson Welles imagine ce qui se passerait si Mars était habitée et si les aliens venaient nous envahir dans La Guerre des Mondes (1898). Ce faisant, il exprime l’inquiétude de nombreux Britanniques : celle de perdre leur hégémonie mondiale, à l’heure où l’Angleterre est la première puissance coloniale, et de se faire coloniser et soumettre à leur tour.

Alien, virus : le choix est large

Bref tout le monde ou presque meurt. Toutefois, l’Apocalypse est toujours déclenchée par des éléments extérieurs : que ce soit des maladies ou des extraterrestres. Toutefois, ce point de vue change au cours du 20e siècle. Au fur et à mesure des découvertes scientifiques, on se rend compte de la facilité grandissante qu’a l’homme à tuer son prochain. En 1913, dans un contexte de préguerre, H.G. Wells s’inspire des travaux de Marie Curie sur la radioactivité du radium et prédit l’utilisation des armes nucléaires avec 30 ans d’avance dans son œuvre La Destruction Libératrice (écrit en 1913 et publié en 1914).

Au XXe siècle, les scientifiques connaissaient le principe de la désintégration radioactive qui veut qu’un élément radioactif relâche de petites quantités d’énergie sur une période de plusieurs milliers d’années. H.G. Wells s’est alors demandé ce qui se passerait si toute cette énergie était libérée d’un coup. Il décrit dans son roman l’étendue des destructions que ce phénomène causerait s’il était utilisé comme une arme. 

Ces progrès sont parfois critiqués, comme dans Ravages de René Barjavel, publié pendant la guerre en 1943. Les hommes sont devenus totalement dépendants de la technologie. Le jour où l’électricité disparaît, la société sombre dans le chaos. Le roman prône un retour à la Terre et encourage à retrouver les valeurs essentielles de la vie.

Apionid, CC BY NC ND 2.0

Dans un monde qui vient de traverser deux guerres mondiales opposant les républiques libres aux régimes totalitaires, on peut considérer que la suppression de la liberté de penser et des droits propres à chaque individu représenterait une forme d’apocalypse où c’est l’humain, plutôt que le monde qui serait détruit. Le très célèbre 1984 de George Orwell (paru en 1949) dresse le portrait de citoyens espionnés, manipulés, privés de leur libre arbitre… dans un monde où le totalitarisme règne en maître. Le genre de la dystopie est donc à rapprocher du roman post-apocalyptique.

Dans les années 1970, cependant, l’ennemi a changé. On assiste à l’émergence de nouvelles puissances : les multinationales. Celles-ci se multiplient, certaines sont même plus riches que des pays. La forte production étant leur principale préoccupation, elles n’hésitent pas à piller les ressources naturelles sans s’inquiéter de leur renouvellement et à polluer l’environnement. Le capitalisme atteint un niveau jamais égalé. C’est ce que dénonce John Brunner lorsqu’il explique les effets d’un désastre industriel dans Le Troupeau Aveugle (1972). Dans ce roman, la pollution cause de graves problèmes de santé, une pénurie de nourriture et la guerre civile.

La faute de l’apocalypse est donc pour la première fois attribuée aux humains. Cependant, ces œuvres différencient les « méchants » : le gouvernement, les multinationales, les organisations puissantes… des « gentils » : la population de victimes innocentes...

Affronter tous les dangers possibles

Et c’est là toute la différence avec les romans post-apocalyptiques d’aujourd’hui. De nos jours, lorsqu’une catastrophe écologique se produit, les romans démontrent que c’est la faute de l’humanité tout entière. Cette dernière catégorie s’adresse spécifiquement aux jeunes adultes (les « YA » : Young adults en anglais), car ce sont les plus à même de comprendre les enjeux du réchauffement climatique. Et ça leur plaît. Ça tombe bien, les 13-18 ans sont le nouveau public cible favori des maisons d’édition ! Les jeunes raffolent de ce nouveau genre et les livres s’arrachent par milliers.

Évidemment, on connaît déjà tous Hunger Games de Suzanne Collins, Divergente de Véronica Roth et Labyrinthe de James Dashner qui se résument par :

« Félicitations, vous venez de risquer votre vie 45 fois dans une série de dangereuses épreuves. Nous sommes ravis de vous annoncer que vous avez gagné... un monde en ruine ! Yeah ! (Applause) » Au début du livre, l’apocalypse a déjà eu lieu, il n’y a donc aucun moyen de l’empêcher. La notion de « sauver le monde » est donc exclue (Ça commence bien…). Pas besoin d’être philosophe pour en conclure que les gens ont pris conscience du réchauffement climatique et commencent à réaliser toute l’étendue des conséquences (on va tous mourir vous vous rappelez ?).

Les héros sont des adolescents, généralement entre 13 et 18 ans, qui vont devoir inverser la tendance s’ils souhaitent survivre. Cependant, ils ne sont pas toujours au courant qu’une apocalypse a eu lieu, car ils sont « protégés » dans une enclave qui leur masque la réalité : une ville « test » divisée en factions dans Divergente (2011), une arène dans Labyrinthe (2009)... 

Eddy Berthier, domaine public

Les héros ne découvrent le monde totalement détruit que lorsqu’ils parviennent enfin à quitter leur enclave après leur série d’épreuves. Les adultes les ont préservés, car ils sont la seule chance qu’il leur reste de reconstruire le monde. (Ben voyons ! Les vieux s’amusent à polluer et c’est à la génération suivante de remettre de l’ordre : classique !).

Un des thèmes récurrents de ce genre est donc la survie. Dans Arène 1 de Morgan Rice, l’Amérique a été dévastée après une deuxième Guerre Civile aux alentours de 2120. Les survivants sont extrêmement violents et réduisent les plus faibles en esclavage. Ils font ensuite combattre leurs esclaves dans l’Arène 1. Ceux-ci se battent à mort et, car la première règle de l’Arène est simple : jamais de survivants. 

Les jeunes se reconnaissent dans cette vision très pessimiste, car c’est exactement ce qu’ils ressentent dans notre monde. Ils savent que, au vu du climat actuel, ils vont devoir se battre pour trouver un emploi, un logement, un bon plan de santé et de retraite… tout comme les héros des romans en fait ! (ou presque : leurs combats à eux sont quand même plus cool… et ça n’en est que plus déprimant…)

La guerre civile est également la raison de la presque extinction de l’humanité dans la série de livres Exil par Stephane Desienne (2015). Il semblerait que, plus qu’une catastrophe écologique causée par le réchauffement climatique, un important problème social soit à l’origine de la fin du monde. Bien sûr, cette situation est à rapprocher des récentes crises en Afrique et au Moyen-Orient, des régions du monde dont l’instabilité politique est très inquiétante en ce moment.

À la fin de l’histoire, il est malheureusement rare que le héros triomphe. On est loin des romans classiques qui tiennent à ce que le gentil vainque le méchant. Toutes les difficultés que le héros a eu à affronter le laissent meurtri, aussi bien physiquement que mentalement.  

Alors quel message les romans post-apocalyptiques ?

Ces livres font comprendre que, dans l’état actuel de choses, il sera quasiment impossible d’empêcher l’apocalypse : il est trop tard, aussi bien écologiquement que politiquement. Cette vision pessimiste est toutefois atténuée, car tous les humains ne mourront pas et un nombre limité d’élus survivra à la catastrophe pour reconstruire le monde.

Les jeunes lecteurs ne doivent donc pas laisser tomber. Ils doivent se battre pour survivre dans un monde qui leur est déjà hostile. Ils ont toutefois conscience qu’ils ne feront que survivre et que, même en cas de réussite à leurs épreuves (sociales et professionnelles) : ils ne pourront pas être heureux (tout comme les héros dans les livres). En effet, ils garderont à jamais l’image de ce monde déjà en ruine. Cependant, il se peut que leurs combats permettent aux générations futures de vivre dans un monde qui aura été sauvé. 

1 Commentaires

 

Zéro pointé

19/12/2018 à 15:37

La guerre des monde avec Orson Welles pour auteur c'est une idée dystopique pour le coup ! (deux ans, il y a prescription numérique) ... Oups !

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48

ActuaLitté

Pass Culture : le livre, expérience culturelle la plus populaire sur l'appli

Quelque peu oubliée pendant la crise sanitaire, confinement et fermetures obligent, l'expérimentation du Pass Culture s'est poursuivie et rassemble désormais plus de 100.000 inscrits, pour 500.000 réservations effectuées, au total. 75 % des réservations totales concernent des biens et activités culturelles, avec 55 % d'entre elles représentées par le livre.

30/09/2020, 12:18

ActuaLitté

Vocabulaire : quelques mots pour un rendez-vous spatial, en orbite

Le prochain Eldorado des explorateurs et autres colonisateurs, 50 ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, se trouve du côté des étoiles. L'exploration spatiale passionne à nouveau, et la Commission d'enrichissement de la langue française propose quelques termes, définitions et expressions, dans le domaine de la spatiologie et de l'astronomie.

28/09/2020, 09:39

ActuaLitté

Bolo bolo : une formation pour mener des projets éditoriaux responsables

Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, et Open Lande, fabrique de projets évolutionnaires installée à Nantes, annonce une première session de la formation en ligne Bolo Bolo, du 4 au 10 novembre prochain. Celle-ci propose une initiation à la création de projets à impact social et environnemental positif dans le monde du livre.

24/09/2020, 09:45

ActuaLitté

La présence de livres éducatifs à domicile, facteur de réussite scolaire des enfants

L'organisation UNICEF France, dans un rapport consacré aux enfants des pays riches, alerte sur le mal-être et les difficultés, notamment en matière de lecture, d'un grand nombre de jeunes. L'étude met notamment en relation les compétences de lecture et de calcul et le bien-être des enfants, ainsi que la présence de livres dans les foyers et le niveau de réussite scolaire.

23/09/2020, 11:56

ActuaLitté

Cannabis : le CBD permet-il aux écrivains d'ouvrir les portes de la perception ?

Pour créer des histoires toujours plus passionnantes, les écrivains doivent être concentrés, créatifs et faire appel à tout leur talent. Ce n’est pas toujours chose facile, et avoir quelques petits coups de main dans leur quotidien est parfaitement appréciable. Justement, en la matière, le CBD, ou cannabidiol, exerce-t-il une influence ? On vous apporte quelques précisions sur les liens entre création et stupéfiants.

23/09/2020, 05:51

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : le libraire Charles Kermarec renvoyé en correctionnelle

En 2018, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues à Brest, était mis en examen pour agression et harcèlement sexuel. Après deux ans d’instruction, le libraire comparaîtra finalement devant un tribunal correctionnel. 

15/09/2020, 16:28

ActuaLitté

Leila Slimani : Magistrale, sur Canal+

Magistral·e est la collection de masterclasses de CANAL + pour laquelle sont invités des artistes que la chaîne chérit et qui font l’époque. Ils racontent alors les différentes étapes de leur processus de création.

15/09/2020, 11:36

ActuaLitté

“Les organismes de gestion collective ne sont pas des syndicats !”

La sénatrice du Val-de-Marne, Laurence Cohen, vient d’enfoncer le clou sur la question de la représentativité. Alors que dans le rapport Racine, était posé noir sur blanc l’instauration d’élections pour les artistes-auteurs, Franck Riester avait simplement balayé l’idée. Pourquoi ? Le locataire de la rue de Valois ne s’en expliqua jamais. Quid de la position de Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la Culture ?

12/09/2020, 11:34