#Auteurs

Les Ensablés - "Travaux" de Georges Navel (1904-1993), par François Ouellet

Édité chez Stock en 1945, une date qui en valait bien une autre pour un ouvrier qui n’avait pas d’ambition littéraire, Travaux est le premier livre de l’œuvre discrète mais sûre de Georges Navel. Il était préfacé par Paul Géraldy, avec qui Navel s’était lié à la faveur de quelques travaux manuels qu’il avait effectués chez lui. On songe avec amusement à la rencontre improbable entre ce dramaturge à succès de la bourgeoisie de l’entre-deux-guerres et cet ouvrier cultivé à l’esprit libertaire qui, à l’époque installé dans le Haut-Var, s’était fait apiculteur après avoir exercé mille métiers entre le Nord et le Sud, l’usine et la campagne. Juste avant la guerre, Navel avait donné des articles à L’Humanité et à Commune. Encouragé par Géraldy, Navel écrivit Travaux à partir des notes qu’il avait couchées dans des cahiers au fil de ses déplacements. Suivront les récits autobiographiques Parcours (1950), Chacun son royaume (1960) et plus tardivement Passages (1982), tous dans l’esprit de Travaux, et surtout Sable et limon (1952), ouvrage composé de lettres écrites au philosophe Bernard Groethuysen.

Le 16/07/2017 à 09:00 par Les ensablés

0 Réactions |

Publié le :

16/07/2017 à 09:00

Les ensablés

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté
Par François Ouellet

Les querelles entre écrivains prolétariens, communistes et populistes sont choses du passé lorsque Navel arrive sur la scène littéraire. L’usine, qui occupe une place-clé dans Travaux, ne serait-ce que comme repoussoir, situe d’une certaine manière le livre de Navel dans l’esprit de L’Usine (1931) de Jean Pallu, et prélude aux Belles Journées (1949) du militant communiste Maurice Lime et au Journal d’un ouvrier (1959) et du métallo Daniel Mothé.

La condition prolétaire fait partie intégrante de la posture littéraire de Navel, issu d’une famille ouvrière nombreuse et lui-même ouvrier dans les premières années de sa vie. Mais le talent est bien celui d’un poète. Car ce qui frappe dans son œuvre, c’est la qualité de la langue littéraire, ce style « étonnamment expressif pour un homme qui s’est formé tout seul », comme le disait Henri Crouzel dans son compte rendu de Travaux dans la revue Études en juillet 1946. La réussite de Navel n’est pas un cas unique, la démocratie littéraire en a donné quelques autres, de ces écrivains de grande tenue que rien ne prédisposait à bâtir quelque chose comme une œuvre. Celle de Navel n’est pas volumineuse, mais elle est cohérente et le talent indiscutable. La phrase est simple mais profonde, et l’expérience et l’observation qui, faites autant de sagesse que de finesse, lui font énoncer quelques grandes vérités, ne sentent pas le poncif. L’émotion porte, elle a la beauté qui fait défaut à la misère économique dont elle procède ; c’est la fleur qui pousse dans la boue.

Travaux commence un peu comme du Camus : « Ma mère m’a eu à quarante-sept ans. Je l’ai toujours connue comme une mère, comme une femme dont la beauté ne compte pas, mais seulement la bonté, la chaleur, la main à tartines. » Navel retrouvera son souvenir vers la fin de son livre, lorsque, en proie au découragement après vingt ans de métiers et de recommencements, il repère dans le simple geste de saler la soupe dans la marmite celui de sa mère. Il observe, à travers ce geste, que le souvenir maternel fait le pont entre les générations, que si le travail manuel abrutit, la vie s’agrandit par la pensée. « La vie, c’est ce qu’on touche, les mêmes sensations amènent aussi les mêmes songes. »

C’est en vertu de ce principe que Navel peut aussi comprendre la vie du père, manœuvre aux fonderies de Pont-à-Mousson, en Lorraine, pendant quarante ans, et se permettre de la juger. Navel voit dans son père un être amer et déçu, surtout un homme résigné, comme si rien ne pouvait améliorer la condition ouvrière. Le point de vue de l’écrivain est autre. Si Navel entre à quinze ans à l’atelier où travaille son père, il est surtout initié par un frère aîné aux luttes syndicales et fréquente les réunions libertaires. La Révolution russe resplendit à l’Est, et le marquera à jamais : « Je ne me suis jamais guéri de 1919 », écrit-il. 1919 : au lendemain de la guerre, c’est sur les répercussions européennes qu’il veut mettre l’accent, sur un nouveau rapport à la vie et aux choses qui fera de l’écrivain un enfant de Karl Liebknecht, de Rosa Luxemburg, de Lénine.

L’usine ne sera pour lui qu’un cachot, comme l’avait été l’école ; la répétition mécanique des gestes le tue. En attendant de refaire le monde, la nécessité de respirer la nature, de faire corps avec la terre, le font descendre vers le sud ; il fait du terrassement dans les Basses-Alpes, récolte du sel aux salins d’Hyères, fait les vendanges dans un village de l’Hérault, cueille des pêches à Fréjus, manie la faucille à flanc de montagne, dans un « pays blanc et bleu de calcaire et de lavande, étrangement immobile », gardant un œil sur le mont Ventoux, parce que la grandeur de la nature permet aussi à l’homme de mesurer la dignité qu’on lui refuse si souvent. Rares sont ceux qui sur les chantiers, comme lui, pensent que le monde doit changer, souscrivent à la pensée révolutionnaire, comme ces terrassiers qu’il admire parce qu’ils peuvent rendre le mépris qu’on leur porte. « Ils savent qu’eux aussi, en allant aux écoles, auraient pu faire dans le monde figure plus avantageuse. » « Je lis l’organisation sociale dans un jardin, la barbarie dans les murs qui l’entourent », précise Navel.

La mer, les arbres, les oiseaux, rien de plus simple ni de plus inutile, et donc de plus beau. Navel y trouve la plénitude d’une vie libre qui exige de garder ses sens en éveil, comme le travail commande l’esprit critique. Il y a quelque chose chez lui qui rappelle Giono, le romancier sensuel de la terre. Sauf que chez Navel la relation à la nature, au monde, à la vie concrète a valeur d’ascèse, elle est une arme de combat contre « l’état de sécheresse intérieure [qui], encore plus que la faim, est le vrai mal des hommes », car « la souffrance n’est pas la douleur musculaire, mais l’ennui ». « J’essayais de vivre complètement réveillé, toujours conscient du moment, de la chose, du geste. Il n’y a que l’enfance qui vit dans la découverte. L’adulte vit endormi dans ses habitudes. C’est toujours beau d’apprendre la vie, et tout à coup j’apprenais à l’arbre vert du contact direct. Il n’y a que la vie où l’on s’émerveille qui vaut la peine d’être vécue. »

L’attention à la nature est du même ordre d’exigence chez Navel que l’attention, la précision et la patience que requiert le travail manuel. « Je m’occupais à donner à mes mains le maximum d’habileté, ne faisant aucun geste sans que l’attention n’y participât », note-t-il lors de la cueillette des cerises. De retour à l’usine (c’est le dernier chapitre), devenu ajusteur de fabrication dans l’équipe des bielles et des coussinets, il indique : « Pour le modeler, il ne fallait faire qu’un avec le métal, se marier, n’être qu’avec lui, être en relation constante avec le grignotage de la petite râpe, l’enregistrer, le mesurer à l’intérieur. […] Avec la sensation d’être aussi vide qu’un tambour, je me réjouissais, dans ma tâche toujours difficile, d’être un homme, une combinaison de forces, de facultés aux prises avec le noir de la matière. » L’écrivain charpentier René Bonnet écrira des pages semblables dans À l’école de la vie, paru la même année que Travaux. Dans Où va le travail humain ? (1950), le sociologue Georges Friedmann parlera, au sujet de Travaux, de « méditation psycho-physiologique sur le corps humain, ses perceptions, l’activité des sens et de l’esprit au travail », rappelant au passage que, dans un autre registre, Jean Prévost s’était livré à des réflexions semblables dans Plaisir des sports (1925). Dans cet essai, Friedmann utilise en effet le livre de Navel pour donner une illustration pratique de ses réflexions théoriques sur « l’opposition du milieu naturel et du milieu technique », car la valeur poétique de Travaux se double d’un témoignage « pénétrant sur le travail dans notre civilisation de transition ».

Par souci d’unité, Navel ne déborde pas le récit de ses emplois. C’est l’école de la vie, la vie de force, comme on dit une camisole de force. Mais dans les marges, on devine pourtant la valeur des livres qu’il lit et médite, Romain Rolland, Nietzsche, sans lesquels Travaux n’aurait pas trouvé ce ton d’assurance littéraire, et l’amour sans lequel une vie ne vaut pas le coup. « Le monde vrai, c’était l’amour, qui me rendait encore plus nécessaire le monde du fer ». Mais cette vie au-delà du travail n’est pas donnée, il faut avoir le courage de la recréer après une journée éreintante, et parfois le moral flanche. « J’avais besoin d’une santé double, je voulais vivre après le travail, être un homme libre. Je n’avais pas réussi. » C’est que dans les usines, sur les chantiers, « des milliers d’hommes, dans le travail moderne, robots de la série et de la chaîne, s’ennuyaient avec plus ou moins de patience », philosophe-t-il dans une longue réflexion pascalienne mise au goût prolétarien. « L’ennui partout, sauf là où les hommes s’animent d’intentions généreuses, ont un but en commun. Je pensais à la Russie, à ce grand dégel paysan. » Parce que la vie ne pourra pas toujours être absurde.

À sa parution, Travaux connut un réel succès, et Michel Ragon, vingt ans plus tard dans son Histoire de la littérature prolétarienne de langue française, écrira que Travaux est très certainement l’un des plus beaux livres, l’un des plus émouvants de la littérature ouvrière ». Cela ne fait aucun doute.

François Ouellet

Juillet 2017

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Waterloo, Belges ou Français d'Albert du Bois (1872-1940)

Dans cette fiction historique qui prend place durant les Cent-Jours avec comme moment culminant la bataille de Waterloo, un Bruxellois d’origine flamande, Jean Van Cutsem, vit une crise existentielle : alors que le frère de sa fiancée wallonne rejoint Napoléon, il est pour sa part enrôlé dans l’armée hollandaise sous le commandement du Prince d’Orange… Un roman engagé et détonnant, où les questions de l’identité, de la loyauté et du courage s’affrontent avant tout dans le for intérieur d’un jeune soldat jeté malgré lui sur les routes de la guerre.

Par Louis Morès. 

18/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - À propos de Claude Dravaine, par François Ouellet

J’ai commenté ici même, précédemment, la biographie de Maria Borrély (1890-1963) publiée par Danièle Henky en 2022 (Maria Borrély. La Vie d’une femme épanouie). Les romans de Borrély, qui s’apparentent à ceux de Giono et de Ramuz, sont à redécouvrir impérativement. Danièle Henky, dont le « sujet de prédilection, c’est le destin des femmes », expliquait-elle récemment, s’intéresse, dans son nouvel ouvrage, à l’écrivaine et journaliste Claude Dravaine (1888-1957). La Livradoise. L’Énigme Claude Dravaine est publié chez Hauteur d’Homme, une maison régionaliste sise dans une commune du Massif central. Par François Ouellet.

04/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Couleurs d'écriture, de Julien Blanc à Raymonde Vincent

Après Romans exhumés (chez EUD, 2014), Littérature précaire (toujours chez EUD, 2016), notre ami et chroniqueur des Ensablés, François Ouellet, publie aujourd’hui, sous sa direction, un nouvel opus dédié à la redécouverte d’auteurs oubliés, vaste domaine, on le sait, qu’une vie ne suffira jamais à explorer totalement. Il s’est entouré pour cela d’éminents spécialistes dont le regretté Bruno Curatolo, savant érudit, par ailleurs un des « redécouvreurs » de Raymond Guérin. Pour nos lecteurs assidus depuis quatorze ans (déjà !), ce livre est indispensable. Par Hervé Bel.

22/01/2024, 12:17

ActuaLitté

Les Ensablés - La jeune fille verte de Paul-Jean Toulet (1867-1920)

Chers lecteurs des Ensablés, avec cet article d'Isabelle Luciat, se terminent nos chroniques de l'année 2023, l'occasion pour nous de vous souhaiter une très bonne année 2024 et de vous remercier pour votre fidélité (15 ans déjà). Hervé BEL

 

Récit enlevé d'une éducation sentimentale, La jeune fille verte se déroule dans la station thermale imaginaire de Ribamourt, inspirée de la ville de Salies-de-Béarn. Ce court roman livre également (et ce n'est pas son moindre attrait) une amusante chronique de la vie de province à la Belle Époque qui n'est pas sans rappeler « L'orme du mail » d'Anatole France, quoique sur un mode résolument léger et qui peut parfois tomber dans la facilité. Par Isabelle Luciat.

31/12/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Soldats bleus, journal intime (1914-1918) de Pierre Loti

A priori, publier le journal intime de Pierre Loti, sur la période couvrant la Première Guerre mondiale relève de la gageure, tant le style et l’œuvre de cet écrivain sont aujourd’hui passés de mode. Sa ferveur patriotique, sa soif d’en découdre avec l’ennemi, qui le pousse, alors qu’il a dépassé l’âge d’être mobilisé, à faire intervenir les plus hautes autorités, pour prendre part malgré tout à la guerre, nous est difficile à comprendre.  par Carl Aderhold  

10/12/2023, 09:08

ActuaLitté

Les Ensablés - Ces messieurs du rugby, anthologie littéraire

 Alors que la coupe du monde de rugby vient de s’achever laissant un goût d’amertume aux Français sortis pour un petit point d’écart en quart de finale par les sud-Africains, on peut se consoler avec ces Messieurs du rugby, excellente anthologie littéraire consacrée uniquement à l’ovalie et publiée en poche dans la collection La Petite Vermillon à la Table ronde. Les maux s’envolent, les écrits restent. 

Par Denis Gombert.

26/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le voleur de Georges Darien, par Marie Coat

Si le nom de Georges Darien (1862-1921) ne vous évoque rien, c’est que vous n’avez lu ni Biribi ni Bas les cœurs ... ni surtout Le voleur, mais peut-être avez-vous vu l’adaptation qu’en fit Louis Malle en 1967 dans son film éponyme ? Ou la bande dessinée de Bernard Seyer en 1986, presque un siècle après la parution, en 1897, du roman d’origine (le premier d’un cycle intitulé Comédie inhumaine qui ne connaîtra qu’un second opus, L’épaulette). Par Marie Coat

12/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Martel en tête, d'André Vers (1924-2002)

André Vers, j’en ai déjà parlé avec émotion il y a quelques années, lors de la réédition chez Finitude de son roman « Misère du matin » (1953) qui relatait, avec drôlerie et mélancolie la vie en usine d’un jeune homme. Cette fois, je reprends la plume pour lui, à l’occasion de la réédition de son deuxième roman « Martel en tête » publié en 1967 aux éditions Edmond Nalis, et que la fidèle maison d'édition Finitude réédite. Dans ses mémoires « C’était quand hier ? » (1990), André Vers raconte toutes les péripéties qui ont accompagné sa parution. Par Hervé BEL.

29/10/2023, 22:17

ActuaLitté

Les Ensablés - L'hôtel du Nord d'Eugène Dabit, “triste, poignant et beau”

Publié en 1929, L’Hôtel du Nord est le premier roman d'Eugène Dabit ((1898-1936voir ici et ici). Ce roman connut un succès inégalé dans la courte carrière de l'auteur, disparu brutalement en 1936 alors qu'avec un groupe d'écrivain français, il accompagnait André Gide dans un voyage en URSS. Issu d'un milieu modeste, marqué comme tous les jeunes gens de sa génération par la guerre de 1914, Eugène Dabit a fréquenté les milieux artistiques après la guerre et a gravi l'échelle sociale, sans jamais renier ses origines. Par Isabelle Luciat

15/10/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Ciel de Nieflheim de Jacques Chardonne

Jacques Chardonne (1884-1968), le « romancier du couple », de Destinées sentimentales et de Romanesques, dont Gallimard a édité récemment la correspondance en trois volumes avec Paul Morand, a encore des lecteurs fidèles et convaincus — j’en connais quelques-uns. Ce n’est donc pas tout à fait d’un écrivain ensablé qu’il sera ici question, mais d’un livre que presque personne n’a lu, puisqu’il s’agit d’un ouvrage, écrit en 1943, qui était prêt pour l’impression, mais que Chardonne renonça à publier: Le Ciel de Nieflheim. Pour ses amis, Chardonne avait néanmoins procédé à un faible tirage privé ; on en trouve parfois un exemplaire en vente à fort prix en ligne.  Par François Ouellet

24/09/2023, 12:11

ActuaLitté

Les Ensablés - Oeuvres de Hugues Rebell (1867-1905)

Avec une préface documentée de Nicolas d’Estienne d’Orves (notamment romancier « Prix Roger Nimier » et spécialiste de Rebatet), la collection « Bouquins » a publié récemment un recueil des œuvres principales de Hugues Rebell dont seuls les gens de mon âge rappelleront qu’elles furent rééditées dans les années 80 par Hubert Juin, dans la collection 10/18, avec d’autres auteurs « fin de siècle ». Par Hervé Bel.

11/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les Ensablés - Le meneur de Loup (1857) d'Alexandre Dumas (1802-1870)

Dumas ? c’est Gaston Pescou, signant Peskow ou Peskov, mais aussi G. de Morlon, baron de Cherville, qui est en réalité –pour les trois-quarts- l’auteur caché de ce roman. Il est dans sa spécialité : le roman de chasse. Qu’on en juge par quelques titres tirés de sa bibliographie : Les Aventures d'un chien de chasse, Histoire d'un trop bon chien, Contes de chasse et de pêche, Contes d'un coureur des bois, Montcharmont le braconnier, Le Gibier plume et la même année Le Gibier poil, sa science s’étendant même aux sauvages horizons de l’Afrique et de l’Asie avec Les Éléphants, état sauvage, domestication.

Par Antoine Cardinale

27/08/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Étangs de la Double, de Geneviève Fauconnier

En 1995, les éditions Le Croît vif, à Royan (Charente Maritime), rééditaient trois romans de Geneviève Fauconnier (1886-1969) : Les Trois Petits Enfants bleus (1927), Claude (1933) et Les Étangs de la Double (1935). La même année, Omnibus reprenait Pastorale (1942), intégrant cet autre roman de la même auteure dans Gens de Charente et de Poitou, au sommaire duquel figurent aussi des romans de Jean-Richard Bloch, Pierre Véry, Ernest Pérochon, André Theuriet et Pierre Loti. En outre, Les Étangs de la Double reparaissait en 2020 aux éditions La Geste, à Niort, en Nouvelle-Aquitaine. Par François Ouellet.

13/08/2023, 11:19

ActuaLitté

Les Ensablés - Le fer rouge de Paul-André Lesort, ou l'emprise

Paul-André Lesort (1915-1997) aurait pu intituler son cinquième roman L’emprise, mais il a choisi un titre plus incisif : Le fer rouge. Paru en 1957, l’ouvrage de ce romancier étiqueté « grand écrivain catholique » choqua autant les lecteurs que la critique, à quelques rares exceptions près comme Jean Cayrol (« Ce n’est pas un spectacle auquel il nous convie,...mais une quête, une aventure avec « risques et périls»... Son honneur est de déranger et de se déranger...Beaucoup n’ont pas compris la route surprenante qu’il put choisir sans avertissement »). Par Marie Coat.

30/07/2023, 10:05

ActuaLitté

Les Ensablés - Petit Louis, d'Eugène Dabit

Chers amis des Ensablés, notre site accueille aujourd'hui une nouvelle contributrice, Isabelle Luciat, à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de notre équipe. Pour son premier article, elle a choisi "Petit Louis" deuxième roman d'Eugène Dabit, qui avait rencontré le succès avec L'Hôtel du Nord, paru en 1929. Hervé BEL.

16/07/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Des hommes passèrent…, de Marcelle Capy

Pendant la première moitié du XXe siècle, de nombreux romans « champêtres » ont été publiés, et les Ensablés n’ont pas manqué d’en chroniquer. Parmi ceux qui nous ont particulièrement marqués, rappelons l’admirable Campagne (prix Femina 1937) de Raymonde Vincent que les éditions Le passeur viennent de rééditer et La vie d’un simple, d’Émile Guillaumin. Il me faut en ajouter un autre, récemment paru chez La Thébaïde d’une romancière complètement oubliée, Marcelle Capy. Par Hervé BEL

02/07/2023, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Cinis in cinerem, de Régis Messac (1893-1945)

Les Éditions de La Grange Batelière achève par Cinis in cinerem (allusion à la Genèse « tu es poussière et tu retourneras à la poussière), la publication des quatre romans policiers de Régis Messac, auteur que nos amis des Ensablés commencent à connaître (Quinzinzinzilli, Le mystère de Monsieur Ernest). A mon goût, c’est le roman plus étonnant, le plus attachant aussi, car il s’y mêle le gothique, le fantastique, la psychanalyse et le scientisme du XIXème siècle, dans une ambiance mystérieuse : plaisir assuré pour tous ceux qui ont aimé Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Stevenson, Edgar Poe, et j’en passe. Par Hervé Bel

11/06/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le tramway des officiers (1973) de Georges Thinès

Georges Thinès  (1923-2016) est un écrivain belge de langue française né en 1923 à Liège et décédé en 2016 à Court-Saint-Étienne. D’abord attiré par les lettres classiques, il fut étudiant en philosophie et lettres à la Faculté universitaire Saint-Louis de Bruxelles. Après son engagement à la Royal Navy durant la guerre, Georges Thinès renonce à la philologie et s’oriente vers la psychologie. Professeur à l’université de Louvain, il fut un spécialiste de renommée mondiale dans le domaine de l’éthologie animale. Excellent musicien, fondateur de l’orchestre symphonique de Louvain, il fut encore poète, nouvelliste, romancier, dramaturge, essayiste. Par Armel Job

28/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les aiguilles à tricoter de Denis Belloc, le bas bruit de la violence

Décédé en 2013 à l’âge de 64 ans, Denis Belloc ( (1949-2013) a marqué d’une empreinte noire la littérature française. Son œuvre, une dizaine de romans parus, s’abreuve au sirop de la rue. Mais ce liquide est violent et amer. C’est l’univers de la toxicomanie dans Képas (Lieu commun, 1989) ou de la prostitution dans Suzanne (Lieu commun 1988) qui forme le décor des romans de Belloc dont l’entière matière est autobiographique. Par Denis Gombert.

14/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Heureux les pacifiques de Raymond Abellio (1907-1986)

En janvier 1947, les éditions du Portulan publièrent un épais volume au titre biblique, « Heureux les pacifiques », que la critique accueillit avec force éloges, n’hésitant pas à parler de «roman fracassant et excitant » (Pierre de Boisdeffre), de « roman d’une génération » (Maurice Nadeau), tous se montrant impressionnés par  la justesse d’un tableau riche et complexe d’une époque charnière (1934-1945): ainsi Pierre Descaves, selon lequel ce roman est « sans aucun doute, le document le plus important, le plus impressionnant qui nous ait été donné depuis quinze ans, sur l’état d’une jeunesse que guettait le conflit de 1939-1940 et les années, noires et rouges, des refus ou des abandons ». Par Marie Coat

30/04/2023, 16:45

ActuaLitté

Les Ensablés - Le renard à l'anneau d'or, de Nelly Kristink    

Mariève a vingt-trois ans lorsqu’elle épouse Gilles, de dix ans son aîné. Ce mariage la conduit à s’installer chez lui, dans un domaine forestier des Hautes Fagnes, à l’est de la Belgique. Le manoir du Rondbuisson, situé à l’orée du bois, est la résidence de quelques personnages rustiques et gentiment intrigants. Tout semble en place pour assurer le confort de Mariève, dans un cocon où l’on ressent plus qu’ailleurs le rythme envoûtant des saisons. Mais pourquoi n’y semble-t-elle pas heureuse ? C’est l’histoire de la lente dégradation d’un amour s’abîmant au grattage de l’écorce. Par Louis Morès. 

10/04/2023, 09:47

ActuaLitté

Les Ensablés - Jeunes femmes en uniforme, de Terreska Torrès

« Elles sont les premières. Cinq filles. Jeunes, timides, heureuses, excités, cœurs battants et prêtes à mourir pour la France. » Nous sommes en 1940. La France vient de perdre la guerre. À Londres, la France libre sous l’impulsion du général de Gaulle fait ses premiers pas. Pour la première fois, les femmes prennent part au conflit sous l’uniforme français. Un Corps féminin de Volontaires de la France libre est créé, dans lequel s’enrôlent les héroïnes de ce roman, ainsi que son autrice, Tereska Torrès. Par Carl Aderhold.

26/03/2023, 17:17

ActuaLitté

Les Ensablés - Kikou Yamata (1897-1975), la Japolyonnaise

Qui se souvient aujourd’hui de Kikou Yamata, une écrivaine née à Lyon en 1897 d’un père japonais et d’une mère française et décédée en 1975 à Genève ? Étonnante et attachante figure, auteure d’une œuvre importante. Par François Ouellet

12/03/2023, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Génération hussards, de Marc Dambre

En septembre 2022, Marc Dambre, spécialiste de Roger Nimier, a publié chez Perrin une somme passionnante (je pèse mes mots) intitulée Génération hussards, en référence à une mouvance littéraire des années 50. L’occasion d’aborder avec lui non seulement la vie et la production littéraire des « hussards » les plus connus, mais aussi d’en (re)découvrir d’autres, dont Stephen Hecquet, objet d’un récent article des Ensablés, et de revisiter trente années de vie culturelle française. Par Hervé Bel

20/02/2023, 09:56

ActuaLitté

Les Ensablés - Henry Thoreau sauvage, de Léon Bazalgette

Emmanuel Bluteau m’a envoyé ce livre, Henri Thoreau sauvage, qu’il vient de rééditer dans sa maison d’édition, la Thébaïde, avec ce petit mot : « Voilà un vrai ensablé ! ». Par Hervé Bel.

05/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

"Même si je suis partie, tu me suis ?"

Evan Taft a méticuleusement planifié son année. Il envisage de passer un an en Alaska pour y croquer la faune et la flore, tout en continuant sa thérapie pour surmonter le départ de son père. Mais la révélation de la maladie de sa mère fait resurgir ses crises d'anxiété. Evan se trouve face à un dilemme : peut-il vraiment laisser derrière lui sa mère et Will, son jeune frère particulièrement sensible ?

28/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Transmigration 2.0 : hypnose, transhumanisme et avatars de l'Âme

L'anthropologue et directeur de recherche au CNRS, Emmanuel Grimaud, explore les frontières entre science, spiritualité et technologie, au travers d'une étude où se mêlent transhumanisme, hypnose, transmigration et vies antérieures... Vaste programme.

27/02/2024, 17:43

ActuaLitté

"Tu me demandes d’où j’écris mort à ce point ? j’écris de Gaza-Donzy octobre 23"

Il y a quelques jours, un alien sort aux éditions P.O.L., maison aux propositions originales dans le cosmos des Lettres. Il s'agit de Dominique Fourcade, communément rattaché à la veine surréaliste. Un autre titre, après flirt avec elle, qui retrace la guerre en Ukraine, le conflit humain toujours comme matière. Mais que tire-t-il (ou confectionne-t-il) de notre actualité mondiale engourdie et chaotique ?

27/02/2024, 17:29

ActuaLitté

Le futur de l’humanité est à Central Station

Bienvenue à Central Station, immense port spatial qui accueille une importante part de l’humanité et d’autres espèces venues d’ailleurs, extraterrestres ou robotiques, parfois même digitalisées. Nous sommes dans un futur, probablement très éloigné (mais qui sait ?), où nous avons voyagé au-delà des limites de l’espace. « Jadis, le monde était jeune. Les vaisseaux de l’Exode commençaient seulement à quitter le système solaire, le monde d’Heven n’avait pas encore été découvert. »

27/02/2024, 12:59

ActuaLitté

Une vie dans la violence

L’enfance de Marc n’eut rien du long fleuve tranquille. Son frère aîné, Enzo lui tapait dessus, violemment. Un drame familial, où les parents perdus tentent de préserver leurs enfants, sans comprendre d’où vient cette rage qui anime leur premier fils. Les bleus s’effacent est le dernier roman d’Hervé Pouzoulic : un récit à la première personne, où les ténèbres ont la peau dure…

27/02/2024, 12:23

ActuaLitté

Deux albums pour jouer au chat et la souris, dès 2/3 ans

LireEtFaireLire2023 – Chaque année, l'association Lire et Faire Lire conçoit une sélection de livres spécialement destinés aux bénévoles qui participeront dans les établissements associés. En partenariat avec ActuaLitté, les différents ouvrages sont dévoilés dans nos colonnes, avec une sélection pour les 2/3 ans.

27/02/2024, 12:12

ActuaLitté

Crush : s'agit-il d'un amour ou d'un jeu de séduction ?

Lorsqu'on rencontre le terme « crush » pour la première fois, sa sonorité percutante suscite immédiatement la curiosité, surtout quand on constate la difficulté des jeunes à le définir précisément. S'agit-il d'un amour à première vue, ou simplement d'un jeu de séduction ? 

27/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Promenons-nous chez l'artiste

Cette histoire captivante nous plonge dans l'univers fascinant des ateliers d'art, où l'on effleure le seuil pour découvrir l'espace personnel et la splendeur cachée derrière la création. 

27/02/2024, 07:30

ActuaLitté

En tête à tête avec un loup, la nuit

Dans cette histoire évoquant subtilement l'attentat du Bataclan à travers un cadre champêtre, deux frères et sœurs, Anouk et Sasha, se retrouvent à prendre soin en secret de trois jeunes loups, orphelins après que leur mère a été abattue par leur oncle Thierry, un chasseur impitoyable. 

27/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Johnny Weissmuller, de la natation à Tarzan

BONNES FEUILLES - Né en 1905, János Péter Weissmüller arrive à Ellis Island à l'âge de six mois avec ses parents, immigrants d'Europe Centrale. Frappé par la polio à huit ans, il découvre la natation dans le lac Michigan, un tournant décisif dans sa vie. 

26/02/2024, 17:24

ActuaLitté

"Malgré la transparence, on vous ment"

BONNES FEUILLES - Dans L’Absence selon Camille par Benjamin Fogel, l'année 2060 devient le théâtre d'une Paris secouée par le mystérieux slogan : « Malgré la transparence, on vous ment ».

26/02/2024, 17:12

ActuaLitté

"La propriété, c'est le vol !"

BONNES FEUILLES - Il n’y a pas eu de Révolution par Catherine Malabou explore l'affirmation provocatrice de Proudhon : « La propriété, c'est le vol ! ». 

26/02/2024, 17:07

ActuaLitté

Lucas et Cole sont constamment attirés l'un vers l'autre

BONNES FEUILLES - Regarde de Marisha Rasi-Koskinen est une exploration multidimensionnelle de la fragilité de la réalité, la force des connexions humaines, et la malléabilité des identités dans un monde saturé d'images.

26/02/2024, 17:02

ActuaLitté

Lire sur les bancs publics : des instants simples et magiques

Que souhaiter de meilleur à tout amoureux de la lecture, si ce n’est le plaisir simple et toujours quelque peu magique de s’adonner au plaisir de lire sur les bancs publics. Dès que le temps s’y prête, sortir de chez soi un livre à la main et chercher un banc accueillant, voilà une joie à la fois accessible et indescriptible. 

26/02/2024, 11:26

ActuaLitté

L’automne est la dernière saison avant la suite de nos vies

Dans les rues de Téhéran, elles sont trois jeunes femmes – Leyla, Shabaneh et Roja. Toutes trois diplômées, elles se sont croisées pour la première fois à leur entrée en faculté. À l’époque, vibrantes d’espoir pour le futur, elles avaient des rêves plein la tête et des étoiles dans les yeux. Depuis, les années ont passé : elles sont désormais confrontées à une réalité plus complexe que ce qu’elles avaient imaginé. 

26/02/2024, 10:54

ActuaLitté

Rafraîchir sa bibliothèque : une idée, le printemps venu

Avec la fin de l’hiver qui approche, il peut être opportun de s’adonner aux joies du grand ménage de printemps. Une pièce par excellence est trop souvent oubliée, la bibliothèque. Quoi de mieux que de lui redonner un petit coup de jeune en choisissant de nouvelles couleurs. 

25/02/2024, 16:23

ActuaLitté

Le goût des fraises : sous les serres, l'amour bourgeonne  

Sara aide à récolter les fraises sur l’exploitation de son grand-père. Là, elle fait la connaissance de Minori, producteur bourru et solitaire de treize ans son aîné. Mais sous ses extérieurs intimidants, il cache une douceur et une sensibilité qui ont tôt fait de ravir le cœur de Sara… Entre timidité mutuelle et irrépressible attraction, ils font l’un vers l’autre un pas en avant, deux en arrière, sous l’œil rieur des fraises qui poussent. Un shôjo plein de fraîcheur.

25/02/2024, 09:33

ActuaLitté

L'Empire Builder, dernier grand train d'Amérique

BONNES FEUILLES - Le Dernier Grand Train d’Amérique de James Grady narre l'histoire du dernier grand train, l'Empire Builder, qui effectue la liaison entre Seattle et la côte Est. À bord, un ensemble hétéroclite de passagers, chacun avec ses secrets et motivations, navigue dans un suspense dense sur les rails. 

25/02/2024, 09:30

ActuaLitté

Mireille choisit l'évasion plutôt que la soumission

BONNES FEUILLES - Mireille choisit l'évasion plutôt que de se soumettre à une loi gouvernementale instaurant l'euthanasie obligatoire à partir de 68 ans, dans un geste de rébellion contre une mesure visant à réduire les coûts liés à la vieillesse. 

25/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Surmonter l'héritage familial toxique

BONNES FEUILLES - Les Bleus s’effacent toujours raconte le parcours d'un homme déterminé à rompre avec le cycle de violence qui a marqué son enfance. Le récit se concentre sur les mercredis, jours synonymes de terreur pour Marc, qui se barricade dans sa chambre pour échapper aux sévices de son aîné. 

25/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Les dangers de nos routines quotidiennes

BONNES FEUILLES - Routines par Fabien Truong dresse un tableau social questionnant les apparences trompeuses de notre époque. Située dans la tranquille ville de Cléricourt, l'intrigue se déploie autour d'un mystérieux "serviteur" qui, agissant sur le réseau social X, revendique une chaîne d'assassinats laissant les autorités désemparées sans indices tangibles. 

25/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Rêveurs rockstar, ou comment dire la jeunesse

En 1991, David Barone, 17 ans, vit avec son père, un pêcheur au caractère strict et réservé. Il se rêve en futur rockstar aux côtés de son meilleur ami Alcibiade, jeune homme grand et maladroit connu pour son éloquence colorée. Lors d'une visite chez son oncle, à la fois détective et artiste peintre, David rencontre Manon, un modèle d'une beauté provocante qui va rapidement obséder ses pensées. 

24/02/2024, 09:30

ActuaLitté

"Cette expédition tombe à point nommé"

Une exploration des civilisations anciennes, perdues... À travers les yeux et les péripéties d'Amy, fille adoptive d'un archéologue renommé. 

24/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Voyage en Kalmoukie : la Russie comme possible

Connaissez-vous la Kalmoukie ? Cette petite république russe, unique en son genre, avec les échecs comme sport national. Un paysage entre vestiges soviétiques et temples bouddhistes ; le tout au cœur d'une steppe désertique. 

24/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Face à l'horreur des camps, les femmes résistent

Chochana Boukhobza, auteure et réalisatrice de documentaires axés sur la Shoah, a consacré sept ans de recherche à l'étude de la déportation féminine à Auschwitz-Birkenau, établi en mars 1942. Initialement, le sort des femmes dans ce camp était perçu comme indissociable de celui des hommes, tout aussi désastreux. 

24/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Green Lantern : aux confins de l'univers, Hal Jordan contre l'antimatière

Le scénariste super-star Grant Morrison collaborait avec l'artiste de renom Liam Sharp pour donner vie à une quadrilogie Green Lantern. Quatre volumes d'une histoire totalement hors-norme, entre multivers, antimatière et monde parallèle. Une aventure parue entre octobre 2019 et mars 2022 en France, dont l'audace et l'originalité, chamboulait le monde de DC Comics.

23/02/2024, 19:41

ActuaLitté

Jean-Christophe Rufin et Thomas Schlesser devant Sylvain Tesson

Cette 7e semaine de livre (12 au 18 février) fut dominée par la littérature française. Trois écrivains sont en tête du classement : Jean-Christophe Rufin fait un bon de 12 positions pour se loger à la première place avec D'or et de jungle (12.995 ventes) ; derrière lui, Thomas Schlesser vend 12.473 exemplaires des Yeux de Mona ; enfin, en 3e position, Sylvain Tesson confirme qu'il est un des auteurs de cette rentrée d'hiver — 11.185 ventes pour Avec les fées.

23/02/2024, 11:18

ActuaLitté

Comment bifurquer : pour une planification écologique

À une époque où les illusions néolibérales sur l'autorégulation du marché sont remises en question, la notion de « planification » refait surface, notamment en réponse à l'urgence climatique. Mais quelle forme pourrait prendre une véritable planification écologique ? 

23/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Dans un établissement pénitentiaire russe

Envoyé dans un établissement pénitentiaire russe, Ivan rompt sept années de silence en écrivant à sa sœur, Vera. 

23/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Qu'est-ce que la psychogénéalogie ?  

La psychogénéalogie propose une approche permettant de comprendre comment les événements, choix professionnels, préférences sexuelles, problèmes de fertilité, troubles de la conduite alimentaire, problèmes sexuels et abus, placement des enfants, syndrome d’anniversaire, et bien d'autres situations vécues sont en réalité influencés par l'histoire de notre famille...

23/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Bukowski, de liqueur et d'encre

22/02/2024, 17:51

ActuaLitté

Scintillation

22/02/2024, 17:23

ActuaLitté

À Tolède, une grande leçon de ténèbres

« Ma Nuit au Musée » est une collection originale créée par les Éditions Stock qui proposent à ainsi à des auteurs et autrices de passer une nuit dans un musée de leur choix et d’en faire naître un texte retraçant toutes les impressions, sensations, images, idées personnelle ou non, philosophiques ou non, sentimentales ou non, poétiques ou non, érotiques pourquoi pas, que pourraient faire éclore en eux ces heures passées dans la solitude et la proximité avec des artistes ou des collections de leur choix.

22/02/2024, 10:40

ActuaLitté

Canada, terre de grands espaces et de beaux livres

Si l’on a souvent l’image du Canada comme d’une terre préservée, offrant des paysages naturels à perte de vue, on ne se trompe pas véritablement. Même quand on réside dans une grande métropole, comme Toronto, Montréal ou Calgary et Ottawa, on n’est jamais très loin des immensités sauvages.

22/02/2024, 10:27

ActuaLitté

Un père colérique, un oncle arachnophobe, un frère violent

Victoria Nash, à la fin des années 1940, gère d'une main de fer le domaine de son père à Iola, une petite ville entre les montagnes et les rivières du Colorado. Elle est la seule survivante féminine de sa famille et doit cohabiter avec un père colérique, un oncle arachnophobe et un frère violent, tout en s'efforçant de protéger et de préserver le fruit de son amour interdit...

22/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Ferdinand, une ode à la différence

Ferdinand des possibles est une ode à la différence, à la singularité, à ce que l’on ne connaît pas, à l’imperfection, à l’humanité, à la solidarité, et à la joie aussi. La joie malgré tout.

22/02/2024, 07:30