#Librairie

Exclu du Renaudot, l'auteur autopublié se tourne vers les tribunaux

EXCLUSIF – En quelques heures, Marco Koskas était devenu l’ennemi public numéro 1 de la librairie française. Son ouvrage, Bande de Français, figurait dans la première sélection du prix Renaudot. Problème : son ouvrage était autopublié chez Amazon...

 

Le 06/10/2018 à 10:30 par Nicolas Gary

46 Réactions |

Publié le :

06/10/2018 à 10:30

Nicolas Gary

46

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

Marco Koskas (© Jean-Marc Gourdon/Fayard)

C’est presque innocemment qu’en diffusant la liste de la première sélection l’AFP a tout juste remarqué le nom de la maison d’édition qui publiait Bande de Français, Galligrassud. Et rien de plus. Il aura fallu qu’ActuaLitté lève le voile et, remontant le fil, découvre l’origine de l’ouvrage. 

Guerre des tranchées et noms d'oiseaux

Et toute la machine s’est emballée : les libraires ont effectué une levée de boucliers, les éditeurs sont restés doucement muets... Les pro, les anti, tout le monde s’est partagé, confondant les enjeux et les problématiques. Pendant ce temps, alors que l’interprofession était à feu et à sang, les jurés du prix découvraient, avec stupeur – feinte ? — ce que leur choix avait déclenché.

Alors oui, cette année, la presse a parlé du prix Renaudot comme jamais auparavant. 

Des libraires ont menacé de boycotter les ouvrages des membres du jury – et pendant ce temps, Bernard Pivot, du prix Goncourt, soulignait qu’il ne fallait pas avoir d’œillères. Après tout, l’autopublication n’était pas un mal en soi. 

Certes non, a fini par répondre le Syndicat de la Librairie française, mais à condition qu’elle respecte le modèle qui permet aux libraires d’acheter les livres pour les vendre à leurs clients. Car, en effet, une librairie ne peut pas passer commande pour s’approvisionner auprès d’Amazon, dans ce cas de figure. Enfin, si : mais dans ce cas, c’est une vente presque avec aucune marge, le livre sera vendu au prix d’achat.

Moralement, surtout [les libraires] refusent de « se jeter dans la gueule du loup », car Amazon n’est pas un concurrent comme les autres. Il ne veut pas seulement s’imposer comme un acteur important du marché du livre, il veut devenir le marché à lui tout seul en éliminant ses concurrents, en organisant une concurrence déloyale, en échappant à l’impôt, en contournant le prix unique du livre et en remplaçant tout à la fois les éditeurs, les distributeurs et les libraires.

(communiqué du SLF)

L’auteur avait déjà réagi, considérant que les libraires versaient dans «l’hypocrisie de l’argument », en s’en prenant à lui de la sorte. Difficile de trancher : recourir à Amazon, c’est tout de même savoir ce que l’on fait, avec quel type de société on va s’associer, etc. D’autres solutions existent pour l’autopublication – Amazon a simplement la réputation d’être le meilleur vendeur de livres sur internet.

“Le chantage a payé”

Boycotté massivement, le romancier a vu son livre dégagé lorsque la nouvelle liste des sélections Renaudot a été communiquée. Pour lui, cela ne fait aucun doute : la pression que les libraires ont fait monter, « ajoutée au réquisitoire du “portrait” que m’a consacré Libé », ont conduit à ce que les jurés cèdent.

C’est avec « l’envie de répondre à ce petit monde », qu’il a fait parvenir à ActuaLitté sa réponse.

Besson, Le Clézio, Garcin,
“sans nous, trouvez un autre job”

« Après les éditeurs, j’aurai affronté le Syndicat de la Librairie Française. Ce fut beaucoup pour un seul homme. Beaucoup trop. Ils ont eu finalement la peau de mon livre. Les premiers ont refusé massivement de le publier, les seconds ont menacé les jurés du Prix Renaudot de boycott s’ils me maintenaient sur leur deuxième sélection. Au bout du compte, mon livre a disparu de cette liste. Comme par hasard. Comme par enchantement. Le chantage a payé. Les maîtres chanteurs l’ont emporté », déplore l'auteur

Et d'ajouter : « Si je m’inclinais devant cette décision, elle ferait école. N’importe quelle corporation userait du même moyen de pression pour obtenir par la menace une décision en sa faveur. Nous serions alors rentrés dans l’ère du lobbyisme. Fini l’indépendance des jurés qui nous est si chère à tous. Fini la liberté d’esprit qui donne son sel à la vie littéraire. » 

La suite se déroulera donc devant les tribunaux car « une société de lobbyiste est une société maffieuse, et aucun citoyen libre n’en veut. C’est pourquoi j’ai décidé de poursuivre le SLF devant les tribunaux et demander réparation. Nous nous retrouverons devant une cour qui jugera l’affaire en fonction de la Loi, et non en fonction des intérêts de telle ou telle corporation ». 

À cette heure, le SLF n’était pas joignable pour une réaction.

Mise à jour 19 h 40 :

Notons cependant que, selon des sources concordantes sollicitées par ActuaLitté, Marco Koskas a été en relation avec un distributeur-grossiste ainsi qu’un prestataire offrant des services d’impression à la demande. En effet, dans un premier temps – et bien avant le communiqué de presse accusateur du Syndicat porté contre Amazon – le SLF avait tenté de trouver une alternative.

Par ce biais, le livre aurait été commandable pour les libraires, l’auteur ayant à ce titre confirmé qu’il n’y avait pas d’exclusivité Amazon dans l’exploitation de l’ouvrage. Il existait une possibilité pour lui d’en imprimer un stock, via les services d’Amazon, avec une remise, et de commercialiser dans le circuit classique le roman.

En somme aucune difficulté technique ni commerciale – l’auteur l’avait lui-même assuré auprès de l’AFP – n’empêchait de recourir à l’écosystème traditionnel de la chaîne du livre.

Or, aucune des deux solutions qui lui ont été alors proposées n’a convaincu Marco Koskas de basculer vers une autre solution que celle d’Amazon. « C’est un choix personnel qu’il a fait, que de se distinguer en restant chez Amazon », commente-t-on.

46 Commentaires

 

Thomas Galley

06/10/2018 à 10:49

Une seule réponse à la connerie des libraires - acheter le livre incriminé. Ce que je viens de faire. Ce n'est pas sans raison que je suis sur Amazon depuis maintenant vingt ans...

vero

06/10/2018 à 11:46

On peut connaitre votre profession, qu'on puisse la boycotter en passant par un confère lowcost-low-service ?
Amazon est un menteur, il n'a pas 1/3 des livres dans son système, il traite son personnel comme de la merde. Mais allez-y : achetez sans la moindre conscience. Un jour c'est votre emploi qui sera en jeu et personne ne viendra vous essuyer les yeux

Ennoia

06/10/2018 à 12:30

Vous pouvez mettre la connerie des libraires ou je pense Thomas Galley. C'est si insupportable de voir des gens qui se battent pour garder ce beau métier qu'est libraire ? Au vu de ce que vous écrivez, continuez d'aller sur Amazon. Des clients comme vous je n'en veux pas. Si vous comprenez pas l'enjeu du monde de la librairie et des libraires. Alors oui restez chez vous à commander vos livres sur Amazon, sans conseil, sans proposition convenable. Je sais rencontrer des gens ça doit être dur leur parler aussi je suppose. Mais c'est ça être libraire, un partage déjà.

Thomas Galley

06/10/2018 à 17:17

Effectivement, je me la mets où vous pensez, et le si beau métier de libraire avec ! Je me souviens du beau temps avant l'arrivée du géant de Seattle quand il fallait passer par les librairies pour avoir les livres SF en VO. Et il fallait les payer au moins le double du prix affiché. Quant à avoir des conseils là-dessus - ou sur n'importe quel autre domaine, à part effectivement tout ce qui était en haut de l'affiche et largement recommandé par les grands éditeurs - que nada. Désolé, si les libraires avaient fait leur boulot comme ils le réclament, point besoin de passer par Amazon. Et se défouler sur un auteur auto-édité par peur de voir s'effriter les marges, c'est inqualifiable. Des auto-édités, j'en ai lu, et j'en lis, et on y trouve des textes de très haute qualité. Au lieu de vous attaquer aux victimes du système ô si profitable des éditeurs établis qui se partagent le marché, vous auriez mieux fait de vous interroger à propos du pourquoi du comment du succès d'Amazon.

Providence

06/10/2018 à 20:37

Pas que j'ai envie de vous avoir comme client vu l'idiotie abyssale de vos commentaires mais sachez que je suis responsable d'un rayon VO, 7lecteur de SF et que niveau prix sur mes bouquins en anglais je suis au même niveau qu'Amazon. Ça vous en bouche un coin non ?

Thomas Galley

08/10/2018 à 12:42

Cela risque de vous étonner, mais votre réponse ne me laisse aucunement sur le cul. S'il est vrai que la disponibilité des textes en langue étrangère est aujourd'hui bien meilleure et que les prix sont devenus bien plus raisonnables, cela n'empêche que la SF aujourd'hui est très largement passée au domaine de l'auto-édition, éliminant effectivement la diffusion traditionnelle (et donc les libraries comme Point de vente). Aujourd'hui, l'amateur de SF n'a presque plus le choix. Certains le regretteront, d'autres s'en réjouiront. Quant á moi, je pense que ce sont les insuffisances d'un système qui ont conduit á sa disparition.

Quant á la question de choisir sa clientèle, c'est une belle démonstration de ce qui ne va pas bien dans votre métier. Ceci étant dit, je regrette un peu le choix de certains de mes mots, mais le traitement infligé à M. Koskas et la malhonnêteté de certains de ses acteurs (qui essaient de se faire passer pour David face à Amazon tandis qu'ils se comportent en Goliath quand il s#agit d'un Petit auto-édité) m'ont fait réagir avec vigueur. D'autant plus que je m'intéresse depuis longtemps aux auto-édités dont certains valent les grands noms de la littérature,

JMB

06/10/2018 à 19:06

Votre réponse est d'une insondable stupidité. Vous parlez sans connaitre les difficultés qu'affrontent les libraires.

JMB

06/10/2018 à 19:31

Monsieur Galley, je tiens à dénoncer votre attitude pas tout à fait désintéressé puisque votre page Facebook indique que vous êtes auteur à NUMERIKLIVRES ! >:-( Votre égo vous pousse à lutter contre les libraires qui ont déjà énormément de mal à joindre les deux bouts. Mais peut-être que les libraires de France ne vous intéressent pas trop puisque vous habitez à Cologne en Allemagne.

Thomas Galley

08/10/2018 à 12:30

Bonjour,

comme vous avez pu le constater, je joue à visage découvert, et je n'utilise jamais de pseudo quand je parle littérature. Il n'y a donc rien à "dénoncer". Si j'ai opté pour Numériklivres (en 2013) - ce qui n'est pas de l'auto-édition, soyons clairs là-dessus - c'est parce que l'esprit pétillant et la démarche novatrice d'un éditeur hors commun m'a convaincu du bien-fondé de cette décision. Vous qui avez découvert mon profile Facebook avez peut-être eu l'occasion d'y lire le nécrologue de Jean-François Gayrard ?

Quant à mon domicile, s'il est vrai que je n'ai pas le bonheur de vivre dans l'espace hexagonal, c'est bien parce que je suis Allemand et que je vis et travaille dans mon pays de naissance. Ce qui ne m'a jamais empêché de m'intéresser aux activités culturelles de la France. Et même d'y participer parfois. Et je ne vois d'ailleurs pas pourquoi le "sort" des libraires français serait différent de celui de leurs confrères des autres pays européens ?

J

10/10/2018 à 16:50

Classique, encore une fois. On attaque l'auteur personnellement en cherchant ses infos en détail sur les réseaux sociaux. On parle des pauvres libraires qui souffrent en se désintéressant totalement des auteurs. (Ce ne sont que des outils à exploiter pour vendre, bien sûr.)
On applaudit la censure pure et simple... Je veux dire, si les auto-édités vous dégoûtent tant, pourquoi vous ne vous contentez pas de les ignorer au lieu de pleurer comme des crocodiles dès qu'un d'eux volent de ses propres ailes ?
Vous prenez de haut les auto-édités et/ou les petites maisons, refusant même les dépôts-ventes et après vous vous étonnez que ceux-ci s'en vont à côté et parviennent, au fil du temps, à vivre sans vous.
Si vous vous sentez menacés, réfléchissez différemment à votre métier au lieu de vous attaquez à ceux des autres.

Thierry Reboud

06/10/2018 à 23:57

Toutes mes félicitations, M. Thomas Galley ! Votre esprit supérieur vient de tomber dans le panneau de l'entreprise publicitaire à petit budget (et tout de même cousue de fil blanc) qu'est toute cette farce autour du compte d'auteur de Koskas.
Je vous souhaite de ne pas vous sentir obligé d'acheter toutes les oeuvres publiées à compte d'auteur pour d'aussi nobles motifs : il y a fort à parier que votre amour de la poésie n'y survivrait pas.

Thomas Galley

08/10/2018 à 12:20

Bonjour Thierry,

comme vous devez le savoir, le monde des auteurs auto-édités est d'une infinie variété, et on y trouve le meilleur et le pire. Les liens hypertextes les font d'ailleurs se côtoyer encore plus intimement que les éditions de Racine et de Shakespeare dans le rayon des Romatiques. À condition de s'y aventurer, on risque donc effectivement de tomber sur des textes indigestes. Mais on peut aussi y dénicher des perles, ce que des éditeurs "classiques" ont déjà fait par le passé, au point de pouvoir considérer l'auto-édition comme un moyen d'auto-marketing en vue d'une publication "classique".

J'ai l'habitude de me plonger régulièrement dans le vivier de l'auto-édition, et je peux vous assurer que mon goût de la poésie ne s'en porte que mieux. Au lieu de faire confiance aux éditeurs, je consulte les textes - quitte à perdre quelques euros de temps en temps - et je vous assure que j'y ai trouvé du bon voire du très bon.

bajazet

08/10/2018 à 11:14

Cher Thomas

Je suis bien évidemment pour Internet après avoir fait gagner largement du fric aux libraires, aux éditeurs... Et avoir remporté quelques deniers puis de mettre heurter à cette grosse mafia que sont les éditeurs dits classiques, puis les moins classiques avec des noms bien plus petits mais qui touchent un max alors voilà... Le métier d'auteur est un métier à part entière, bafoué par les grands squales et les grands squales concernant les auteurs ne sont pas Amazon, Kobo... Loin de là... Mais bien les éditeurs qui rejettent en masse les auteurs de petits noms... Alors... Etant donné que nous sommes là pour protéger le métier d'auteur et non celui d'éditeurs ou libraires... Que notre métier mérite salaire, reconnaissance... Il me semble grandement temps de remettre à César ce qui appartient à César sans tous les intermédiaires, épuisants qui se réveillent après un succès internet. L'histoire de Koskas en est l'exemple, c'est un beau roman et c'est bien pour cela qu'il a participé au prix Renaudot, et cela devient un conflit éditions, distributions... filières classiques... Combien d'éditeurs frileux et pourtant de grands noms ont rejeté des oeuvres littéraires, des premiers romans et devant les succès vente internet Amazon de ces mêmes auteurs... Sont venus les repêcher... ?

D-RY

06/10/2018 à 11:28

Bonjour. S'il y avait eu avant l'arrivée d'Amazon des possibilités acceptables d'auto-édition, au lieu de toutes les arnaques proposées dans les pages de publicité des magazines, Amazon n'aurait pas eu la partie aussi belle. Et l'édition classique était et est encore trop verrouillée à l'égard de certains types d'ouvrages et d'auteurs. Ni la législation ni les contrats proposés par les éditeurs ne sont favorables aux auteurs émergents, c'est un des aspects du contrôle/barrage existant en France. J'ai édité un ouvrage chez un grand éditeur scientifique classique il y a 20 ans, je ne recommencerai jamais, vu la faiblesse des droits d'auteur, les contraintes injustifiées subies, et un "travail" de cet éditeur n'apportant aucune plus-value, ni pour les chiffres de vente, ni pour la qualité de l'ouvrage. C'était simplement l'exercice d'un quasi-monopole, qui a fini par déboucher sur ce que certains critiquent, mais sans proposer d'alternative acceptable pour les auteurs.

Thierry Reboud

07/10/2018 à 00:02

Le hic, c'est que Koskas n'est plus un auteur émergent. Son principal problème, c'est qu'il ne rapporte plus une thune à aucun éditeur (sans quoi il s'en serait sans aucun doute trouvé un pour le publier). C'est du reste la raison pour laquelle il a fait tout ce battage, et qu'il tente de le prolonger avec l'annonce (seulement l'annonce : je ne parierais pas qu'il soit assez stupide pour aller jusqu'au bout) d'une procédure qui a toutes les chances de finir en classement vertical.
Par ailleurs, il me semble au minimum hasardeux de comparer l'édition scientifique et l'édition littéraire (sans que cela préjuge en rien de la qualité de la science ou de la littérature dans l'un ou l'autre cas).

Henri Mojon

06/10/2018 à 11:54

La démarche de Marco Koskas est malhonnête. Il prétend défendre son livre mais nous lui avons proposé de le publier et qu'il soit ainsi disponible dans toutes les librairies. Pas de suite... Il prétend que les libraires peuvent commander son livre chez Amazon, c'est tout simplement faux. Certes cela doit être difficile de renoncer au soutien de l'entreprise la plus puissante du monde dans l'édition et à un tel (bad) buz. Mais qu'il ne vienne pas nous faire des leçons de morale. Les Editions du Net seront du côté des libraires et démontreront au juge la mauvaise foi de Marco Koskas.

Nathan

07/10/2018 à 09:33

Bonjour,
Quand vous dites on lui a proposé de le publié vous parlez de qui ?

Henri Mojon

07/10/2018 à 17:55

Le 13 septembre :
Merci de transmettre à Marco Koskas que s'il veut vraiment défendre son ouvrage (et non Amazon), il peut le publier en 48 heures aux Éditions du Net. C'est entièrement gratuit il sera immédiatement disponible au format papier pour tous les libraires. Cela éteindra immédiatement la polémique. Merci de lui transmettre l'adresse : www.leseditionsdunet.com.
Publié par bibliobs sous l'article écrit par Marco Koskas: https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20180913.OBS2282/prix-renaudot-marco-koskas-repond-aux-libraires-en-colere.html

Aleph

06/10/2018 à 14:25

Le monde a l'envers...
Le mec est publie par Amazone, et vient t'exoliquer que c'est le monde de l'editions qui fait du lobbyisme XD
Ce type ne comprends decidemment rien de rien XD

JMB

06/10/2018 à 19:08

C'est de l'inversion accusatoire. Inversion des rôles, quoi !

glok

06/10/2018 à 16:56

Le mieux c'est d'aller sur youporn et de branler en groupe, avec ou sans tas de teens au milieu. Détendre le gland en collectivité ça calme tout le monde.

libraireencolère

06/10/2018 à 19:53

Mais qu'est-ce qu'attendent donc les membres du jury du Renaudot pour s'insurger contre le fait que ce monsieur les estime faibles et influençables à ce point là? Pour défendre leurs choix intellectuels et leur insoumission au "lobby" de la librairie (rien que d'écrire cela, c'est tellement grotesque...) ?

koinsky

07/10/2018 à 07:05

Doublez les droits d'auteurs, vous verrez Amazon se réduire comme peau de chagrin.

Jean-Claude Féray

07/10/2018 à 08:44

Par définition, un syndicat défend les biens et les intérêts d’une profession. Le Syndicat de la Librairie Français a donc rempli son rôle en donnant un avis circonstancié et logique sur cette affaire. Dans un tel contexte, parler de lobbying n’a pas de sens et la plainte de l’auteur sera perçue comme une façon de prolonger la campagne de promotion de son livre.

Plume de cheval

07/10/2018 à 09:21

Après cette "nuit de crystal", a-t-on encore le droit moral d'entrer dans une librairie? L'auteur était-il juif (les libraires, en juillet 40, n'avaient pas hésité à retourner les livres d'auteurs mis à l'index par Vichy)?

fletan_perdu

07/10/2018 à 18:59

Le point de Godwin, c'est quand même un truc fascinant.
Le voir atteint avec une telle mise de départ en dit toute la grandeur.
Gloire au nétologue qui en a identifié l'existence!

Natan

07/10/2018 à 09:52

J’ai une question vraiment innocente. Parce que je comprends très bien que les librairies défendent leurs outil de travail, qui ne le ferait pas.
Mais avant qu’amazon N’arrive sur le marché, le métier de libraire n’est il pas déjà en danger avec les grandes surfaces ?
Parce que avant d’habiter Paris où il y a encore pas mal de librairies, j’habitais en banlieue et j’ai vu les librairies fermées les une derrière les autres et Amazon n’etait pas encore créé. Donc est ce vraiment Amazon le problème ?
Je ne vous entends jamais vous plaindre qu’on peut trouver tous les livres qu’on veut dans les grandes surface. Comme les
Journaux d’ailleurs. Donc les journaux qui prétendent que Koskas crache dans la soupe ferait mieux de balayer devant leurs portes.
J’ai longtemps boycotté les grands magasins me disant que c’etait Scandaleux qu’un endroit qui a la base était sensé vendre de la nourriture s’attaque aux librairies en vendant lui même des ouvrages. Mais c’est un fait.
Donc je pense pas qu’amazon Soit celui qui vous a mis en danger en tout cas ce ne fut pas le premier.
Après d’apres ce que j’ai lu l’auteur a tout fait pour être publié par une maison d’édition, personne n’a voulu. Bon j’imagine comme tout à chacun vous faite avec ce qu’on trouve sur la main.
Mais en tout cas vive les librairies effectivement mais je vous trouve quand même très dur avec cette auteur. Et le commentaire du mec qui dit que Koskas ne rapporte pas une thune, faudrait qu’il me dise qui vend des milliers de livres de nos jours. Ils doivent être une dizaine à tout casser.

Thierry Reboud

07/10/2018 à 11:24

Bonjour.
Des auteur.e.s qui ne rapportent pas bézef, il y en a des paquets. La différence, c'est que les maisons d'édition font des paris sur le fait qu'à un moment ou à un autre, pour des raisons littéraires ou autres, ces auteur.e.s peuvent leur rapporter quelque chose. Manifestement, les maisons d'éditions auxquelles s'est adressé Koskas ont cessé de parier sur lui... ce qui peut se concevoir quand on se rappelle qu'il a déclaré quelque part (ça se retrouve sur Actualitté) qu'elles sont peuplées de "pétasses" 'sic) et de "petits marquis" (resic).
Parfois, les maisons d'édition qui ne font pas certains paris se plantent : c'est le cas de Gallimard qui a refusé En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut... pour les plus grands bonheur et profit des éditions Finitude.
D'autre part, rapporter de la thune à une maison d'édition, ça ne signifie pas forcément rapporter des tonnes de thunes : ça peut vouloir dire simplement rentrer dans ses frais. L'équilibre des maisons d'édition, comme celui des librairies d'ailleurs, est très fragile. Les ventes bonnes ou très bonnes équilibrent les comptes des ventes médiocres ou mauvaises, et c'est comme cela que les maisons d'édition peuvent continuer à faire (plutôt très bien) leur travail.
Il me semble que le plus probable, c'est que Koskas a proposé son manuscrit à des maisons où il avait déjà publié, qu'elles n'en ont pas voulu et que (par fierté mal placée, par flemme ou par quoi que ce soit d'autre) il n'a pas voulu se tourner vers des maisons sans doute moins huppées mais qui, allez savoir, aurait peut-être accepté de le publier : avec le nombre de maisons d'édition en France, il serait bien surprenant qu'aucune n'accepte un manuscrit à peu près bien foutu.

bajazet

08/10/2018 à 11:19

Monsieur Koskas n'a pas sa langue dans la poche et campe grandement la vérité, il lève le voile quitte à ce que ça le desserve, il parle au nom de tous les auteurs bafoués, il va en justice pour ce métier et pas que pour sa gueule et c'est ça qui est bon, c'est ce qu'il est important de retenir outre son histoire Bande de Français qui est vraiment un beau roman. Alors, quoi, il faudrait que nous fassions la politique de l'autruche juste pour signer, avoir la chance un jour de signer quand on sait ce qu'il se passe derrière les bureaux ? Sans blague.

Thierry Reboud

08/10/2018 à 14:07

Koskas a surtout très bien compris les ressorts de la publicité bas de gamme : un coup, je la joue victime de l'israélophobie des éditeurs français (ce qu'il ne faut pas lire quand même !), un coup je la joue défense des gentils petits auteurs contre les méchants éditeurs, les encore plus méchants libraires et les carrément abominables prix littéraires.
Pendant ce temps-là, on cause (un peu) de lui et des clients achètent le roman d'un auteur dont à peu près tout le monde (sinon Besson) avec constance désintéressé. Si en plus vous trouvez assez bon pour vous, c'est parfait.
Mais ne vous imaginez pas qu'il s'agisse d'autre chose que de publicité.

Lonel Gagnon

10/10/2018 à 17:27

De toute évidence, Marco Koskas était surtout exaspéré par le milieu de l'édition. Ayant entendu bien des histoires sur le domaine (organisation bâclée, paiements en retard, communication absente, manque de respect pour les auteurs), je ne trouve pas cela déraisonnable de tenter sa chance ailleurs.

Mais ce n'est pas le point que je souhaite critiquer le plus. Je trouve cette affaire déplorable. Il y a, que vous le vouliez ou non, un net mépris dans les propos tenus à l'encontre de l'auto-édition, alors qu'en soi il s'agit bien plus que de simples cas de "je n'ai pas pu faire éditer mon livre". Ça peut être un choix personnel parce que ça a ses avantages, notamment au niveau des droits. Ça peut être aussi gage d'une certaine liberté artistique (un peu comme le cinéma indépendant contre le cinéma commercial).

Souvent, des artistes travaillent indépendamment sur des projets de petite envergure mais qui leur tiennent à cœur et qui finissent par avoir un immense succès. Je pense à "Undertale" par exemple, jeu vidéo de Toby Fox qui a été reconnu comme étant un chef-d’œuvre par la critique et le public, étant une expérience profonde, touchante et mûrement réfléchie malgré ses faibles moyens. Et le succès fut monstre, bien au-delà des espérances de son auteur. Ce jeu a pourtant été fait entièrement par une seule personne, financé uniquement de manière participative sur internet.

En réalité, un créateur qui choisit de travailler ainsi seul ou hors des structures, ça n'a rien à voir avec le talent et peut être dû à de nombreux facteurs.


Or, ici il s'agit d'une remise de prix. Ce n'est pas lieu à débattre des pour et contre des moyens de distribution : c'est une démarche pour récompenser des auteurs jugés talentueux. C'est tout. Si il est jugé que son livre mérite d'être reconnu, alors qu'il en soit ainsi. Exiger son retrait car il est disponible sur Amazon n'a tout simplement pas lieu d'être.

Domi Montesinos

07/10/2018 à 11:07

Bonjour à tous,
j'ai lu avec un grand intérêt l'article et les commentaires joints. Je ne ferais pas un commentaire supplémentaire, mais permettez-moi de témoigner d'un cas que je connais bien puisque c'est le mien.
Je suis auteur de quatre ouvrages et j'en ai un cinquième en préparation. Mes livres sont achetables chez Amazon, mais aussi dans divers autres "boutiques" par le biais de la plateforme Librinova. Ce n'est aucunement un choix délibéré, mais, au contraire, une situation qui me pèse énormément car je souhaite ardemment trouver un jour un éditeur. Et c'est fort difficile et ardu, mais je poursuis inlassablement la démarche jusqu'à ce qu'ele aboutisse. Pourtant, mes ouvrages bénéficient de nombreux commentaires élogieux (mais pas "que", bien sûr), ce qui me laisse à penser qu'ils sont capables de séduire des lecteurs. Alors, je reste avec cet Amazon dont je réprouve certaines méthodes, mais qui est le poids lourd de la distribution et qui vends à mes lecteurs quelques centaines d'ouvrages par an...
Domi Montesinos auteur de "Mamilou et Grand'père en short autour du monde"

Hi!

07/10/2018 à 18:07

Le problème, c'est que pour les éditeurs un livre qui se vend (seulement) à quelques centaines par an ne peut être rentable. Faites-le calcul, vous verrez

GK

07/10/2018 à 12:50

Bonjour. J'écris ici sous pseudo pour éviter les menaces personnelles du genre de celles qui déshonorent leurs auteurs, adressées plus haut à Thomas Galley, voire au boycott de mes bouquins par des épiciers qui font dans marketing du livre comme d'autres dans le marketing du prêt à porter: 1/ je suis vendu en librairie, avec de bons résultats. Chaque année, je reçois en avril une bafouille de mon éditeur ( un grand très bien diffusé) m'annonçant le montant de mes droits. Puis courant juin, le virement est enfin effectué. Rien que d'habituel dans cette façon inadmissible de rémunérer les auteurs mais passons: de toute façon, avec mes droits en ce moment à 12 %, si je devais vivre de ma plume, je crèverais de faim. 2/ Si j'avais publié sur Amazone, j'aurais vendu beaucoup plus, le réglage de la diffusion étant lamentable, effectué qu'il est par les services de mon éditeur avec une incompétence flagrante. Mais surtout, même avec les ventes effectuées depuis la parution du plus rentable de mes ouvrages, j'aurais chez Amazon multiplié mes revenus par 6, au mieux, par 3 au moins et de plus, ô merveille, servis mensuellement... Dans ce cas de figure, je pourrais vivre de mon métier. Mais ça, les libraires s'en contrefoutent et les éditeurs ne risquent pas d'y jamais rien changer qui savent au premier chef à quoi s'en tenir, eux qui s'engraissent depuis toujours sur le dos des auteurs. Donc vos commentaires enragés contre Koskas me désolent par leur inconséquence et leur courte vue. Le prix unique du livre a sauvé la peau des librairies face aux grandes surfaces: bravo. Mais la peau des auteurs continuent de servir à cirer les pompes des éditeurs qui consentent à nous faire la grâce de nous éditer, merde alors. Quant aux auteurs "émergents" (un terme de marchands de chaussure, soit dit en passant) ils n'émergent que de moins en moins, quant ils ne boivent pas carrément le bouillon. Avec le marché de la francophonie (si mal exploité par les éditeurs français qui là encore se gavent éhontément) limité par rapport à l'envergure des marchés espagnols ou anglo-saxons, les jeunes auteurs francophones sont en concurrence ouverte via les traductions (honteusement sous-payées par les éditeurs qui etc.) et intéressent de moins en moins les éditeurs. Mais bon, tout ce qui précède est parfaitement connu. Seulement on fait ici semblant de ne pas le savoir. Vous n'avez de cesse de vomir sur Koskas, qui est un écrivain de talent. Mais quand il met les pieds dans le plat comme il le fait, et peu me chaut qu'il le fasse aussi ou surtout pour défendre son travail et ses revenus, ça ne peut que contribuer à révéler au grand jour et j'espère au grand public l'insupportable corruption des éditeurs - que Koskas, précisément et justement, dénonce dans son bouquin qu'il faut lire, messieurs les libraires, avant d'en juger! Puisque vous en êtes venus à parler d'un livre qu'à l'évidence vous vous refusez à lire, ce qui est tout de même un comble pour des gens qui font métier du livre. Enfin, last but not least, une remarque: à vous y prendre aussi mal, en tombant dans tous les travers d'un corporatisme, de structures, d'habitudes et de routines aussi inadaptés, vous faites exactement ce qu'il faut pour vous réveiller demain matin avec des "librairies" nouvelles manière, aux mains d'Amazon, imprimant les livres à le demande à des tarifs sans concurrence. Mais c'est plus facile de crier haro sur le Koskas...

Thierry Reboud

07/10/2018 à 23:28

Votre calcul ne tient que dans le cas où les ventes que vous feriez (par hypothèse) sur Amazon en ayant recours à vos seuls moyens étaient équivalentes à celles que vous faites en passant par des professionnels de l'édition, de la diffusion, de la distribution et du commerce de détail de livres.
Disons que votre conclusion commerciale est (peut-être) un peu hâtive.

PetiteAutrice

08/10/2018 à 09:22

À GK : merci pour ces justes propos.

Librairequiparle

07/10/2018 à 14:21

Bonjour, j'ai suivi cette affaire de manière un peu effarée tant par les propos de l'auteur, des libraires qui revendiquent parler au nom de tous les libraires, des lecteurs et même du traitement médias. Le problème ici est que l'ouvrage n'était pas accessible à la vente en librairie comme la plupart des ouvrages auto-edités qui ne pose AUCUN problème (déjà est-ce légal comme nous sommes tenus de pouvoir tout commander mais pas de vendre à perte) donc impossible de le boycotter!(ça c'est pour les medias, comment on boycotte un livre qu'on a pas?). Après les problèmes de notre profession concernant la vente à distance (débat qui mérite plus qu'un battle gentilvsmechant à moins de vouloir cracher au visage d'une partie de notre clientèle), l'auteur et sa religion (flippant ce que je lis), et les reproches de clientèle déçues par leur libraire quand ils avaient 5 ans donc il faut qu'il meurt...Reparlons en un autre jour. Le SFL a fait son travail (même si un peu tard, ce qui a laissé la porte à des discussions qui melangeaient malheureusement tout et n'importe quoi). Cela ne reste que mon avis ? Très Bonne journée à tous

Lauriane Stengers

07/10/2018 à 21:41

Au temps jadis, il fallait l'autorisation du Roy pour publier. Ensuite, l'adoubement d'un éditeur. Rimbaud s'en est dispensé pour la publication de Une saison en enfer. La littérature mérite (parfois) mieux que les "parades artificielles" des Tenanciers du livre.

Thierry Reboud

07/10/2018 à 23:31

Certes... mais Rimbaud disposait de lecteurs comme Verlaine, Gautier, Mallarmé, etc. Êtes-vous absolument sûre que tou.te.s les auteur.e.s publié.e.s à compte d'auteur disposent des mêmes relais ?

J

10/10/2018 à 16:37

Sincèrement, Thierry, est-ce que vous pouvez arrêter de confondre compte d'auteur et auto-édition ? Je vous ai vu faire l'erreur sur de nombreux articles et ce même après que certaines personnes vous aient repris.
Il vous suffit pourtant d'un clic sur une page Wikipédia pour voir la différence.
Franchement, cela décrédibilise vos propos : on a l'impression, de ce fait, que vous ne savez absolument pas de quoi vous parlez.
Vous avez beau dénigrer le milieu et applaudir la censure, étudiez un minimum vos sujets, que diable !

Thierry Reboud

10/10/2018 à 21:58

Sincèrement, J, quand un éditeur fournira le travail qu'on est en droit d'attendre d'un éditeur sur les textes que vous dites auto-édités, alors je parlerai de livres publiés à compte d'éditeur.
En attendant, et aussi longtemps que ces "éditeurs" de livres que vous dites auto-édités se borneront à recevoir des textes pour les distribuer, j'appellerai cela une plate-forme logistique performante de livres publiés à compte d'auteur parce que, d'une part, l'auteur est seul juge de la qualité de ce qu'il publie et que, d'autre part, c'est à l'auteur que reviennent les coûts (et les comptes) de conception, de mise en forme, d'illustration éventuelle, de publicité, etc. Du reste, Amazon est précisément cela, une plate-forme logistique.
Vous semblez croire qu'il suffit de mettre son nom sur une couverture pour être éditeur : c'est un peu plus compliqué que ça.
(Par ailleurs, je serais curieux de savoir, précisément si c'est dans vos cordes, à quel moment j'aurais applaudi la censure...)

J

11/10/2018 à 17:32

Où vous a-t-on parlé de "compte d'éditeur" ? On vous a dit que le compte d'auteur et l'auto-édition étaient deux choses différentes. Le compte d'éditeur est une autre méthode encore.

Vous pouvez dire ce que vous voulez, c'est faux. Se justifier en ignorant les faits, c'est être borné. Tout simplement.

Ensuite, la qualité des auto-édités... Il y a de plus en plus de textes auto-édités qui ont du succès. Ils sont simplement repris, des années plus tard, par des maisons d'édition qui jouent la carte de l'opportunisme. C'est bien plus simple pour elles : attendre que ça marche avant de s'engager. Faites des recherches, encore une fois. C'est très simple.

Oui, sinon : les plates-formes ne sont pas des éditeurs. Nous sommes d'accord. Ce sont des plate-formes. L'éditeur est l'auteur.

Pour ce qui est du compte d'auteur, je cite, vu qu'apparemment, c'est compliqué pour vous : "L'édition à compte d'auteur consiste pour un auteur à faire éditer ses propres ouvrages par un éditeur qui assure seulement la partie technique de l'édition et de la diffusion, en dehors du choix éditorial proprement dit. C'est donc l'auteur qui paie les frais d'impression et de publicité de son livre.
Il ne faut pas confondre l'édition à compte d'auteur avec l'auto-édition, dans laquelle l'auteur prend en charge lui-même l'édition, sans intermédiaire."

Donc, encore une fois, vous parlez en l'air. C'est complètement à côté de la plaque ce que vous dites.

Faites un minimum de recherche. C'est facile. Allez sur Google.

Il faut rester informé : je trouve ça assez important quand même. Sinon, on dit n'importe quoi.

Thierry Reboud

12/10/2018 à 02:04

Oh mais vous pouvez bien tortiller du croupion autant que vous voudrez si ça vous amuse pour faire croire que ce que vous appelez "auto-édition" est autre chose qu'une resucée modernisée du bon vieux compte d'auteur... La Pensée universelle (je me demande si ça existe encore, ce truc) fournissait sans doute des prestations très, très différentes de celles que propose Amazon. Ben tiens donc... Le mérite principal d'Amazon dans cette histoire me paraît double : d'une part, il ne fait pas croire qu'il va s'occuper du livre, d'autre il semble qu'il soit plus économique (notamment du fait de la dématérialisation et de la baisse du coût de l'impression à la demande). Si en plus ça satisfait les auteurs qui se publient par ce canal, c'est très bien.
Pour autant, ce ne sera pas la première fois qu'un vieux truc est présenté comme tout beau tout neuf simplement parce qu'il a changé de nom (et ce ne sera pas la dernière non plus) : les partis politiques font ça très bien.
Quant à votre deuxième réponse, pour ceux que j'ai approchés (survolés serait plus exact, et encore : pas en entier, il s'en faut de beaucoup), je dirais que 50 nuances de Grey et La Prophétie des Andes me semblent deux bonnes grosses bouses propres à épastrouiller les âmes simples (qui, je vous l'accorde, sont un marché florissant). Je n'ai pas lu Seul sur Mars. Quant aux autres que vous citez, je n'en ai tout simplement jamais entendu parler.
Ce qui, dans tous les cas, ne signifie ni ne démontre rien, mais alors rien du tout. C'est ballot que vous ne vous en rendiez pas compte tout seul.

J

11/10/2018 à 17:54

Sinon, Thierry, en auto-édition "ratée", que dites-vous de Seul sur Mars ? Cinquante Nuances de Grey ? Les révélations de Riyria ? L’envol du papillon ? La prophétie des Andes ? Un barbier riche ? Les gens heureux lisent et boivent du café ? Les Pierres couchées ? Etc.
Il suffit de fouiller : vous allez voir. C'est tout un monde qui s'offrira à vous.
Bien sûr, vous connaissant, même s'il y a des cents voire même des mille, on sera toujours dans le statut de "l'exception".
On fait ce qu'on veut de la réalité, du moment que ça nous arrange.

Levieuxleon

09/10/2018 à 10:14

Si je ne m'abuse ce n'est pas le seul livre a être sorti entre la première et deuxième liste ? Au lieu de crier au complot l'auteur devrait peut-être se réjouir d'avoir été sur la première et accepter, comme tant d'autres, de ne pas figurer sur la seconde...

marco koskas

29/11/2021 à 17:38

Trois ans après sa publication, je tombe sur cet article tendancieux. A quel distributeur aurais-je proposé de diffuser mon livre en librairie? Pourquoi ne le nommez-vous pas, si vous êtes si bien informé?
Du reste, pour le suivant, j'ai accepté une distribution en librairie d'un éditeur en ligne, et j'ai retrouvé tout mon service de presse ( 30 exemplaires ) en solde sur E-Bay au lieu d'avoir été expédié à ses destinataires.
Ce qui prouve que le vice n'est pas forcemment du côté d'Amazon.
Renseignez-vous un peu mieux avant d'écrire, prenez moins parti et citez vos sources, ça fera plus professionnel...

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Le développement de Feltrinelli, entre numérique et formation

Après un accord avec Kobo, Feltrinelli ajoute à son offre numérique, déjà très riche, un plan d'abonnement « all you can enjoy », et se positionne aux côtés d’acteurs déjà implantés en Italie, tels qu'Audible et Storytel. En même temps, une offre est proposée, via Feltrinelli Education, pour former les professionnels des industries créatives et culturelles. 

16/08/2022, 15:54

ActuaLitté

Neutralité carbone en 2040 : Amazon n'en prend pas le chemin 

Les promesses n’engagent généralement que ceux qui les gobent, avait assuré un connaisseur en la matière. Celles d’Amazon — ici pointées, mais assurément pas le seul en la matière — auront fait long feu. Malgré ses engagements visant à une neutralité carbone, la firme est parvenue à augmenter de 18 % ses émissions au cours de l’année 2021. De fait : la taille de son réseau de distribution a doublé au cours de la période.

02/08/2022, 15:03

ActuaLitté

Rachat dans le monde du podcast italien : Chora Media achète Will

En mars, Il Sole 24 Ore, quotidien économique et politique italien, avait annoncé cette opération, qui s’est concrétisée cet été et a donné naissance, pour citer le communiqué de presse, au « premier pôle italien d'information numérique native en audio et vidéo ».

21/07/2022, 15:22

ActuaLitté

Madrigall ouvre la commande urgente en 24h chez Union Distribution

RNL22 — À l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, le groupe Madrigall a annoncé l'ouverture d'un service de commande en 24 heures pour les libraires indépendants. À l'aide d'un code, ils signaleront au distributeur une commande urgente, permettant de la prioriser.

03/07/2022, 18:01

ActuaLitté

Hugo Publishing quitte Interforum

Suite au rachat annoncé fin octobre 2021 du groupe Hugo Publishing, rejoignant Glénat, les grands mouvements débutent. Diffusée et distribuée par Interforum, la maison qu’avait fondée Hugues de Saint-Vincent rejoignait la société aujourd'hui dirigée par Marion Glénat, fille du fondateur. Et fort logiquement, Hugo allait se détacher d’Editis, à plus ou moins court terme.

30/06/2022, 11:08

ActuaLitté

Helvetiq et Dilisco : “Comme entrer dans une famille”

Tous les éditeurs le savent : changer de diffusion représente un risque capitalistique autant qu’une perspective de développement. Les éditions Helvetiq intègreront ainsi la société Dilisco au 1er juillet et seront prises en charge par les équipes SNB (Savoir, Nature & Bio) de Jean-Charles Caplier, directeur commercial. À l’occasion d’un passage à Paris, entretien croisé avec Alizée Dabert, export manager.

14/06/2022, 12:12

ActuaLitté

Prisme se dote d'un nouvel outil de traitement d'expéditions de livres

Basée dans l’Essonne, une plateforme nouvelle génération s’ouvre : la ville de Ris-Orangis accueille en effet l’outil de Prisme. Cette solution de traitement et d’acheminement des livres, à travers 3000 points de vente en France, Belgique et Luxembourg, s’offre une cure de jouvence. Ce sont 7 millions de colis qui transitent entre les mains des équipes de Geodis, avec 10.000 m2 de crossdocking [les marchandises destinées à une livraison directe aux clients, NdR].

24/05/2022, 15:41

ActuaLitté

Relations presse, librairies : Les Ardentes, plurielles et passionnées

Depuis le début du mois de janvier, Lucie Fournier et Inès Bahans se sont lancées dans une nouvelle aventure au nom incandescent, Les ardentes. Une agence de promotion littéraire pluridisciplinaire, tournée vers les relations presse et libraires, qui se veut au plus proche des ouvrages, de ses autrices et de ses auteurs. Ouverture d’esprit, passion et personnalisation sont les maîtres mots pour les deux jeunes femmes.

16/05/2022, 11:41

ActuaLitté

Quatre éditeurs mutualisent leur tournée de Rentrée littéraire 2022

4 éditeurs, 5 rencontres, 8 romans, 250 libraires. Sur le papier, voilà du best-seller qui s'annonce : Le Tripode s’allie pour cette rentrée littéraire avec Le Bruit du Monde, Le Passage et Philippe Rey pour organiser des petits déjeuners de présentation dans toute la France. Le premier de ces cinq rendez-vous se déroule à Paris, ce lundi 16 mai, où 80 libraires sont attendus. « Un beau moment d’édition », assurent les quatre partenaires.

13/05/2022, 15:11

ActuaLitté

Logistique : Medios, solution technique pour diffuseurs et distributeurs

Pour accompagner les acteurs culturels dans la diffusion et la distribution de leurs offres, la société RBI a développé Medios. Si le nom n'est pas des plus alléchants, ce logiciel de gestion informatique regroupe deux pans essentiels : gestion commerciale et logistique des stocks. Monté avec le concours de structures indépendantes, Medios se présente avant tout comme un projet collaboratif, au plus près des besoins. 

21/04/2022, 14:41

ActuaLitté

Fnac ouvre son troisième espace à Bruxelles

Et de 14, pour l’enseigne Fnac, qui dévoilera prochainement une nouvelle boutique à Bruxelles. 2600 mètres carrés de superficie, installés dans un centre commercial, Wolume Shopping. L’ouverture est prévue fin mai.

14/04/2022, 11:37

ActuaLitté

Librairie : en période de crise, resserrer les liens

Depuis le début de l’année, les ventes sont en berne : un recul net s’observe à tous points de vue, avec des best-sellers qui tirent tout juste leur épingle du jeu. En période de crise, il importe de resserrer les rangs, pour que la chaîne du livre ne sente pas de relâchement. Quoi de mieux qu’une Grande Boucle pour ce faire ?

08/04/2022, 16:25

ActuaLitté

Tous les sites logistiques d'Amazon France en grève

Les débrayages s'inscrivent dans des négociations autour des salaires, où pour le moment, aucun accord n'a pu être conclu entre la direction de la firme américaine et les syndicats. La proposition d'augmentation de 3 % a été jugée insuffisante par les représentants des employés. Des discussions qui interviennent alors qu'Amazon a plus que doublé le salaire de base maximal de ses employés américains... 

06/04/2022, 18:06

ActuaLitté

MDS et Média Diffusion : de “nombreux dysfonctionnements” persistent

Peu avant la période des fêtes de fin d'année — cruciale pour les libraires et les éditeurs —, le distributeur MDS et son pendant Média Diffusion, deux filiales du groupe Média-Participations, rencontraient d'importants problèmes logistiques. Des livres devenaient indisponibles, car frappés par d'importants retards de livraison, et une chaine du livre plus tendue que jamais. Quelques semaines plus tard, la situation ne s'est pas vraiment améliorée.

25/02/2022, 16:13

ActuaLitté

Hauts-de-France : ouverture d'un Observatoire des Acteurs du livre et de la lecture

L'Agence régionale du livre et de la lecture des Hauts-de-France lance son Observatoire des acteurs du livre et de la lecture en région. Si vous êtes professionel.le du livre ou de la lecture dans les Hauts de France, l’AR2L a besoin de vous !

15/02/2022, 12:33

ActuaLitté

Cultura lance son nouveau podcast “Perle de culture”

Cultura s’est lancé dans une nouvelle série de podcasts intitulés « Perles de Culture ». À raison d’une vingtaine d’épisodes, l’émission entend remonter aux sources « d’oeuvres aussi mythiques qu’éclectiques ». Avec un format court, dont les épisodes durent moins de 10 minutes chacun, on explore les expressions culturelles et artistiques, invitant ses auditeurs dans « les coulisses de la création ». 

14/01/2022, 13:22

ActuaLitté

L'éditeur ETAI, spécialisé dans l'automobile, repris par Sophia Communications

Les Éditions techniques pour l’Automobile et l’Industrie (ETAI), qui publient des beaux-livres, sont sur le point de rejoindre le groupe Sophia Communications. La maison d’édition quitterait ainsi Infopro Digital, tout comme la librairie parisienne, Passion Automobile. Une décision qui semble s’inscrire dans une démarche de transformation plus globale pour Infopro Digital.

10/01/2022, 11:35

ActuaLitté

Fusion Editis-Hachette : comment l'hystérie de l’édition profite à Amazon

2022 sera une année de tensions pour l’industrie du livre. Fortes tensions. Et nul besoin de jouer à Zoroastre ou d’investir dans une boule de cristal pour le sentir. Car, de toute évidence, l’un des équilibres que l’on tenait pour acquis depuis 2002 va s’effondrer. Il aura suffi d’un Breton, Vincent Bolloré, pour ce faire : bouleverser l’édition française, une entreprise moins ardue que de vider la mer avec une cuillère, semble-t-il.

07/01/2022, 18:07

ActuaLitté

Le Covid terrasse le comptoir parisien d'Harmonia Mundi Livre

Mauvaise passe pour le distributeur Harmonia Mundi Livre. Après une cyberattaque qui a frappé en novembre, voici que le comptoir de Paris, qui permettait aux libraires de consulter les ouvrages, ferme ses portes. La faute en incombe au Covid, comme l’explique l’entreprise.

17/12/2021, 17:01

ActuaLitté

Nouveaux conseil d'administration et bureau pour ALCA Nouvelle-Aquitaine

L’Assemblée générale d’ALCA Nouvelle-Aquitaine a élu jeudi 9 décembre 2021 son nouveau conseil d’administration et les membres de son bureau. Bruno Boutleux conserve son mandat de président. Les administrateurs étant élus pour un mandat de trois ans (les dernières élections avaient eu lieu en décembre 2018), les adhérents d’ALCA ont procédé au renouvellement de ses collèges professionnels des filières du livre, du cinéma et de l’audiovisuel. 

13/12/2021, 12:29

ActuaLitté

Le grossiste britannique Gardners ouvre une filiale à Arques

Le grossiste britannique Gardners, qui revendique environ 15.000 clients dans le monde entier et dont le siège se trouve dans le Sussex de l'Est, en Angleterre, a annoncé l'ouverture d'une filiale, Gardners EU, à Arques (Pas-de-Calais). Celle-ci est destinée à assumer les activités en Europe, pour éviter les problématiques liées au Brexit.

03/12/2021, 11:01

ActuaLitté

Libraires frustrés, éditeurs désemparés : une “sortie de crise mal barrée”

« La Matrice part en vrille. Tout le monde panique. » En l’espace d’une semaine, les problèmes d’approvisionnement en livres pour les librairies prennent des proportions invraisemblables. La réunion des acteurs impliqués, ce 25 novembre, a débouché sur un désaccord. Tentative d’apaisement pour le distributeur, avec des solutions concrètes, propositions insatisfaisantes pour le syndicat des libraires. Noël ne parviendra pas à inspirer la paix sur Terre – pas forcément par manque d'hommes de bonne volonté…

27/11/2021, 16:27

ActuaLitté

Boycott, représailles, vengeance : la colère des librairies BD contre MDS

Marasme, calamité, vaste bordel… les qualificatifs ne manquent pas chez les libraires pour décrire la situation, alors que les fêtes de fin d’années approchent. Pris de court, les voici entre le marteau et l’enclume, avec la ferme intention de ne pas prendre de coups de la part de lecteurs mécontents. Conclusion, s'il n'est pas possible pour eux d'être fournis en bandes dessinées, et autres titres dont s'occupe MDS, ils sont bien décidés à se passer des titres que distribue la filiale de Média Participations.

25/11/2021, 23:43

ActuaLitté

De ses origines aux formes adoptées : une Histoire naturelle de la violence

La publication du 5e opus de la collection des manifestes du Muséum, dédié à l’Histoire naturelle de la violence, affirme la position d’institution citoyenne, contemporaine et engagée dans les débats de société du Muséum national d’Histoire naturelle. La violence est un sujet d’actualité prégnant, qui se manifeste sous de multiples formes dans les sphères privée comme publique. 

22/11/2021, 11:05

ActuaLitté

Le Médiateur du livre pour sortir de la crise entre Dilicom et Cyber Scribe

Le combat cessera faute de combattants, ou parce que la hache de guerre sera enterrée ? Entre Cyber Scribe et Dilicom, le torchon n’en finit pas de brûler. Et au milieu, les éditeurs, et les distributeurs se trouvent ballottés au gré des communications. La dernière en date semble indiquer une volonté d’apaisement, après une contre-offensive qui en avait laissé beaucoup perplexes.

01/10/2021, 11:42

ActuaLitté

Julien Peyrafitte devient directeur commercial France de Fnac Darty

Le groupe Fnac Darty annonce la nomination de Julien Peyrafitte au poste de Directeur commercial France. Il a pris ses nouvelles fonctions le 23 août 2021 et a intégré le comité exécutif de Fnac Darty. Il succède ainsi à Benoit Jaubert. 

23/09/2021, 16:34

ActuaLitté

Du nouveau pour la rentrée chez Tohu Bohu

TohuBohu éditions qui était diffusé par Médias-Diffusion et distribué par MDS depuis 2016 sera diffusé et distribué par Harmonia Mundi Livres à compter du 1er janvier 2022.

23/09/2021, 08:07

ActuaLitté

L’Atteinte rejoint le distributeur Serendip et Paon Diffusion

La maison d’édition L’Atteinte rejoint le distributeur Serendip et Paon Diffusion à compter du 1er octobre 2021, apprend-on de l'éditeur. Créée en 2017, la structure cherche à défendre une création littéraire contemporaine au style affirmé. 

22/09/2021, 07:59

ActuaLitté

Dilicom / Cyber Scribe : après la prise d'otage, les éditeurs “couteau sous la gorge”

La situation entre Cyber Scribe et Dilicom a définitivement viré à l’eau de boudin. « Et nous, petits éditeurs, ça nous met dans la merde, ce chantage pur et simple », s’agace une structure auprès de ActuaLitté. Il est vrai que depuis janvier dernier, la guerre des nerfs avait atteint son paroxysme… avant que Dilicom ne hisse un drapeau blanc. Une trêve de courte durée, comme le montre un récent email adressé aux éditeurs… David et Goliath, le retour.

16/09/2021, 11:58

ActuaLitté

Wikipédia décliné en un sérieux jeu de société encyclopédique

Le partage de la connaissance et l’enrichissement collectif dudit savoir fondent les piliers du projet Wikipédia. L’encyclopédie participative, libre et ouverte, s’articule sur trois missions, déclinant son identité. Et après les livres imprimant les articles de l’encyclopédie, une nouvelle déclinaison s’en vient : le jeu de société Wikipédia.

15/09/2021, 13:34

ActuaLitté

Le développement durable au coeur des Rencontres professionnelles du livre en Grand Est

Prévues pour le 11 octobre 2021, les prochaines Rencontres professionnelles du livre en Grand Est se tiendront à Mulhouse. Un préprogramme a été communiqué alors que ces Rencontres sont largement dédiées à la question du développement durable au sein de la chaîne du livre.

03/09/2021, 16:51

ActuaLitté

IN8 et les éditions d'Autils rejoignent la Diffusion Cairn

Deux nouvelles maisons d’édition ont intégré le catalogue de diffusion des éditions Cairn, souligne la société dans un communiqué. Toutes deux sont désormais prises en charge depuis le 1er septembre. Deux arrivées qui complètent un catalogue d’une soixantaine d’éditeurs partenaires.

03/09/2021, 16:02

ActuaLitté

Quatre nouvelles maisons rejoignent la distribution Harmonia Mundi Livres

Chandeigne, La Mer salée, Sphères ainsi que Les Monts métallifères, une toute nouvelle maison d’édition : ils seront quatre à rejoindre la distribution de Harmonia Mundi Livre, à compter du 1er septembre. Un travail opéré bien en amont et officialisé désormais par l’entreprise.

28/08/2021, 11:20

ActuaLitté

Lefebvre Dalloz quitte Hachette pour la diffusion Nathan

Le président du directoire de Lefebvre Sarrut, Olivier Campenon, présentait en début d’année une nouvelle identité pour son groupe. Ainsi, la maison éponyme, ainsi que Dalloz, Éditions Législatives et les identités associées seraient regroupées sous une même bannière. Un changement formel qui s’accompagne d’un mouvement structurel : le départ de chez Hachette, au bénéfice du groupe Editis.

26/08/2021, 10:02

ActuaLitté

Perrier Pre-Press & Print, alias 4P, partenaire des éditeurs pour l'impression

Précédemment directeur de fabrication aux éditions Eyrolles, Nicolas Perrier a choisi la voie de l’indépendance. Celui qui avait notamment mis en place les outils d’impression à la demande pour la maison d’édition vient de créer une SAS nommée 4 P. Perrier Pre-Press & Print. 

14/08/2021, 10:53

ActuaLitté

Déplacer 230 000 livres en une fois : Trois de Valérie Perrin, défi logistique

Valérie Perrin est l'une des autrices les plus populaires en Italie. Son livre Cambiare l'acqua ai fiori (Changer l'eau des fleurs, sorti en 2018 en France) a été un vrai succès. Ce 28 juin Edizioni E/O a publié Tre, son nouveau roman, sorti en France toujours chez Albin Michel. Le tirage initial : 230.000 exemplaires. Distribuer autant d'exemplaires d'un livre de 624 pages est une prouesse logistique à laquelle les maisons d'édition ne sont confrontées que dans de rares cas. 

27/07/2021, 10:22

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Cultura s'offre Rocambole, éditeur de web novels

Propriété de la holding Sodival depuis février dernier, Vivlio est l’opérateur français de livres et services numériques. La société aux 11,4 millions € de chiffre d’affaires en 2021 vient d’investir dans la lecture en streaming, en rachetant Rocambole. Cette société créée en juin 2019 s’est spécialisée dans la sérialisation de récits, les web novels.

07/10/2022, 00:13

ActuaLitté

Le prochain livre de George RR Martin boycotté, sur fond de racisme

Un souffle mortel de dragon s’est abattu sur l’auteur de Game of Thrones. Depuis le 21 août, HBO diffuse la série House of the Dragon, inspirée des ouvrages de Martin. Un préquel à la saga qui a fait la gloire du service de streaming et de l’actuel maître de la fantasy. Sauf que son prochain titre, The Rise of the Dragon, s’est pris un revers de flamme, option appel au boycott. Avec, sur ces réseaux honnis, des accusations de racisme qui pleuvent…

06/10/2022, 16:10

ActuaLitté

L'industrie de l'édition s'inquiète de son empreinte écologique

Le monde de l’édition s’engage à lutter contre le réchauffement climatique à l’échelle internationale. Le 4 octobre, l’accélérateur Publishing 2030 a vu le jour. Composée d’un groupe de 17 opérateurs du secteur du livre et avec le soutien de l’Union internationale des éditeurs (UIE/IPA) et de la Fédération des éditeurs européens (FEP), cette initiative s'accompagne d’un manifeste des plus équivoques.

06/10/2022, 15:31

ActuaLitté

Annie Ernaux reçoit le Prix Nobel de littérature 2022

L'Académie suédoise a mis fin au suspense annuel, ce jeudi 6 octobre 2022, en décernant le Prix Nobel de littérature à Annie Ernaux. L'autrice française devient la 17e femme à recevoir la prestigieuse récompense. Largement célébrée pour son œuvre à tendance autobiographique, Ernaux voit sa reconnaissance s'étendre un peu plus.

06/10/2022, 12:30

ActuaLitté

Iran : Mona Borzouei, arrêtée pour la lecture d'un poème

En Iran, le peuple s'est enflammé, en particulier et avant tout les femmes, pour protester contre la police politique. Celle-ci leur impose, notamment, le port du hijab et certains comportements liberticides. La mort de Mahsa Amini, arrêté par la « police de la moralité », avait mis le feu aux poudres. Mais la répression est sévère.

06/10/2022, 11:53

ActuaLitté

Ukraine : Volodymyr Zelensky s'adressera à l'industrie du livre, à Francfort

UkraineUnderAttack / FBM22 — Le jeudi 20 octobre prochain, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressera par visioconférence à l'industrie mondiale du livre, réunie lors de la Foire de Francfort. Son intervention sera suivie par celle de Mariya Gabriel, commissaire européenne à l'Éducation, à la Culture, au Multilinguisme et à la Jeunesse.

06/10/2022, 11:50

ActuaLitté

Des espaces inclusifs et innovants dans les bibliothèques de Bretagne

L’ABF Bretagne, le CFCB Bretagne - Pays de la Loire, Livre et lecture en Bretagne, les Bibliothèques départementales des Côtes-d’Armor, du Finistère, d’Ille-et-Vilaine, et du Morbihan, proposent le 13 octobre prochain une rencontre régionale, en partenariat avec la Ville de Ploufragan (22), sur le thème Bibliothèques créatives et participatives : vers des espaces inclusifs et innovants.

06/10/2022, 10:09

ActuaLitté

Florence Philbert prend la tête de la DGMIC

Jean-Baptiste Gourdin, dès ce 10 octobre 2022, cédera sa place à Florence Philbert, qui deviendra ainsi directrice générale des médias et des industries culturelles. La proposition de Rima Abdul-Malak a été acceptée en Conseil des ministres, ce 5 octobre.

06/10/2022, 09:51

ActuaLitté

Le Petit Tintin : une collection parodique de Qui-Vous-Savez

Ils sont joueurs aux éditions Parodisiaques — et probablement un peu rêveurs. Mais publier une nouvelle parodie de Bob Garcia, l’homme sur qui Moulinsart a mobilisé tous les tueurs à gage de la planète, autour de Tintin, voilà qui a de la gueule. Une collection, baptisée Le Petit Tintin, vient d’apparaître, avec le dessin de Philippe Chapelle. Le tout, pour les enfants dès 3 ans.

06/10/2022, 09:27

ActuaLitté

Pierre Coursières : 20 années de Furet, “une sacrée aventure”

Le groupe Nosoli (Furet du Nord - Decitre) connaît une activité riche ces derniers temps : l’arrivée d’un nouvel actionnaire aura conduit à remanier l’organigramme. Et en parallèle, le rachat de Chapitre.com donne du pain sur la planche. C’est dans ce contexte que Pierre Coursières a définitivement transmis le témoin à Cyril Olivier, ce 5 octobre.

06/10/2022, 09:23

ActuaLitté

Campus Condorcet : la bibliothèque de recherche s'ouvre à tous les chercheurs

Le Campus Concorcet, ensemble réunissant 11 établissements et organismes de recherche français, ouvre sa bibliothèque de recherche en sciences humaines et sociales à l'ensemble de la communauté des chercheurs. À cette occasion, l'équipement est renommé Humathèque Condorcet.

05/10/2022, 16:44

ActuaLitté

Des remises empoisonnées qui mettront les “librairies romandes à genoux”

Prendrait-on les libraires romands pour des canards sauvages ? Ou la clientèle des lecteurs pour des perdreaux de l’année ? Les diffuseurs français font pleuvoir les remises à destination des commerces, sur les titres de leurs catalogues. Et ce, alors qu’une plainte pour distorsion de la concurrence vise le groupe Madrigall, déposée par le PDG de l’enseigne Payot.

05/10/2022, 16:38

ActuaLitté

Les archives de Michel Serres entrent à la Bibliothèque nationale de France

Ce mercred 5 octobre, la Bibliothèque nationale de France annonce que ses collections seront enrichies par un fonds d’archives de près de 300 cahiers, manuscrits et dactylographies d’œuvres du philosophe et académicien Michel Serres. 

05/10/2022, 14:23

ActuaLitté

Vente d'Editis : la notification de Vivendi à l'Europe tarde à venir...

Le coup de tonnerre de la fin juillet laisse perplexes les observateurs. En annonçant la vente d’Editis, pour simplifier le rachat du groupe Lagardère, Vivendi appliquait une stratégie connue et éprouvée. « Il a été indiqué durant un call analyst qu’une notification à la CE interviendra en septembre », assurait le groupe ce 28 juillet. Mais septembre est passé…

05/10/2022, 12:53

ActuaLitté

Archives classées : Trump appelle la Cour suprême à l'aide

Nouvel épisode dans la saga autour du comportement débonnaire de Donald Trump avec les archives américaines. L'ex-président, alors que son mandat arrivait à son terme, n'avait pas restitué tous les documents à l'administration — pire encore, certains d'entre eux étaient classés secret défense. Le milliardaire en appelle désormais à la Cour suprême, et dénonce toujours un complot contre sa personne.

05/10/2022, 12:37

ActuaLitté

Décès de l'artiste sud-coréen Kim Jung Gi

« C’est avec une immense tristesse que nous vous faisons part du décès de Kim Jung Gi lundi soir à Paris. L’artiste sud-coréen, qui faisait l’objet d’une exposition à la galerie, est parti des suites d’une crise cardiaque à l’âge de 47 ans. Sa disparition brutale s’oppose au bonheur immense qu’il nous apportait. Elle nous laisse sans voix. »

05/10/2022, 11:19

ActuaLitté

Scholastique Mukasonga finaliste des National Book Awards 2022

Les National Book Awards, décernés chaque année par la National Book Foundation, célèbrent la littérature américaine, en récompensant un roman, un recueil de poésie, un essai, un livre jeunesse et un ouvrage traduit d'une langue étrangère. Dans cette dernière catégorie, l'autrice franco-rwandaise Scholastique Mukasonga fait partie des finalistes, avec Kibogo, traduit en anglais par Mark Polizzotti.

05/10/2022, 10:21

ActuaLitté

Guerre en Ukraine : vers une censure chinoise plus sévère ?

La censure chinoise s'impose sur les productions nationales et les œuvres importées dans le pays. Mais, plus récemment, elle s'est aussi appliquée aux Mémoires d’une femme juive, refusés par l'imprimeur... L’éditeur de livres hassidiques Dovid Zaklikowski s’était tourné vers la société chinoise 1010 Printing, avec laquelle il travaille régulièrement. Si le texte avait d’abord été accepté par la censure locale, un mois plus tard, il lui est signifié que le témoignage ne sera pas imprimé en Chine. Les raisons ? L’anticommunisme supposé de l’ouvrage et le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine...

05/10/2022, 09:45

ActuaLitté

Le livre, toujours plus dynamique dans la région Bretagne

L'agence Livre et Lecture en Bretagne propose un nouveau bilan de la vie du livre dans la région administrative, et les chiffres 2022 confirment le dynamisme du livre sur le territoire. Tous les compteurs sont à la hausse, avec, notamment, 173 librairies indépendantes et 1001 bibliothèques municipales.

04/10/2022, 17:02

ActuaLitté

L'écrivain roumain Mircea Cărtărescu honoré à la Foire de Guadalajara

L'écrivain roumain Mircea Cărtărescu a reçu le Prix FIL de littérature, décerné à l'occasion de la Foire du Livre de Guadalajara, au Mexique. Cette prestigieuse récompense salue un « auteur aux multiples facettes », dont la prose « combine des éléments réalistes et fantastiques ».

04/10/2022, 12:58

ActuaLitté

Dargaud Suisse annonce une baisse du prix pour ses livres

La révolte — ou la décolonisation, c’est selon… – a conduit à quelques ajustements. Suite à la plainte déposée pour distorsion de concurrence, par l’enseigne de librairies suisses romandes Payot, les distributeurs français réfléchissent. Et Dargaud Suisse, diffuseur et distributeur, est le premier à réagir.

04/10/2022, 12:14

ActuaLitté

Des auteurs dénoncent les “intimidations” de l'édition contre les bibliothèques

Le procès intenté à la plateforme Internet Archive par plusieurs éditeurs américains semblait recevoir l'assentiment des auteurs : des ouvrages diffusés sans autorisation par la bibliothèque en ligne, voilà qui n'arrange personne. Plusieurs centaines d'auteurs et d'autrices font toutefois entendre un autre discours, dans une lettre ouverte, et se rangent du côté d'Internet Archive et des bibliothèques...

04/10/2022, 12:07

ActuaLitté

Traqueur de génome, Svante Paäbo devient prix Nobel de Médecine

« En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des hominidés disparus, ses découvertes ont donné la base à l'exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques », a déclaré l’Académie Nobel, en consacrant le professeur Svante Pääbo.

04/10/2022, 09:20

ActuaLitté

Déclaration Mondiacult : l'Unesco fait de la culture un “bien public mondial”

150 pays, dont 135 représentés par leurs ministres de la Culture, ont adopté une déclaration commune, le vendredi 30 septembre dernier, après plusieurs jours de débats et d'échanges. Celle-ci proclame que la culture est un « bien public mondial », et insiste sur le fait qu'il est plus que nécessaire de l'inclure au sein des Objectifs de Développement durable de l'Organisation des Nations unies.

03/10/2022, 17:27

ActuaLitté

Le chef Glenn Viel publie son premier livre, sans recettes ni conseils

Un ovni. Dans l’univers des livres de cuisine, Dans la tête de Glenn Viel est un ouvrage extraterrestre. Il ne compte aucune recette au sens strict, ne raconte pas la vie du chef, ne donne aucun conseil. En revanche, il offre l’occasion inédite de pénétrer dans le cerveau de ce chef trois étoiles, également connu pour sa place de jury de Top Chef… Un bijou pour amateurs de haute gastronomie.

03/10/2022, 12:01

ActuaLitté

Chapitre.com intègre le groupe Furet du Nord - Decitre

Sans trop de surprise au terme de l’audience qui s’était déroulée le 19 septembre dernier, le groupe Nosoli (Furet du Nord - Decitre), a obtenu le rachat de Chapitre.com. Placé en redressement judiciaire mi-juillet, le site de e-commerce (ainsi que l’entrepôt associé à Lamnay, dans la Sarthe) rejoindra le groupe basé à Lille. 

01/10/2022, 11:00

ActuaLitté

Karine Pansa prend la tête de l'Union internationale des éditeurs

Bodour Al Qasimi a ouvert sa dernière assemblée générale de l'Union internationale des éditeurs en tant que présidente de l'organisation. Elle laisse en effet sa place, comme le veulent les statuts de l'organisation, à sa vice-présidente, Karine Pansa (Girassol Brasil Edições, Brésil).

30/09/2022, 15:10

ActuaLitté

Russie : un poète battu et violé suite à la lecture d'un texte anti-guerre

En Russie, la répression à l’encontre des discours antiguerre se poursuit. Ce mercredi, le tribunal du district de Tverskoy à Moscou a prononcé l’incarcération provisoire de trois jeunes poètes pour une durée de deux mois. Ces derniers ont été arrêtés suite à leur participation au rassemblement des lectures du poète Maïakovski du 25 septembre dernier.

30/09/2022, 14:37

ActuaLitté

Quand Donald Trump insultait copieusement Angela Merkel

Confidence Man, c’est 607 pages dédiés à l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, par la journaliste du New York Times Maggie Haberman. On y découvre la description des rapports du milliardaire avec ses collaborateurs, ses assistants, les membres du Congrès ou encore les grands dirigeants mondiaux. Se révèle un personnage erratique, entre séduction, cruauté et amateurisme, n’hésitant pas à être véritablement grossier...

30/09/2022, 11:37

ActuaLitté

Antitrust : les plaintes contre Amazon et les éditeurs classées sans suite

Amazon et les cinq plus importants groupes d'édition américains faisaient l'objet de deux plaintes pour distorsion de concurrence, accusés d'avoir conclu des accords aboutissant à un contrôle des prix des livres imprimés comme numériques. Les deux plaintes ont été classées sans suite par un juge fédéral, ce 29 septembre. 

30/09/2022, 11:33

ActuaLitté

Zimbabwe : l'autrice Tsitsi Dangarembga jugée coupable d'“incitation à la violence”

L'autrice Tsitsi Dangarembga et sa coaccusée Julie Barnes ont été reconnues coupables d'« incitation à la violence » pour leur participation à une manifestation pacifique en juillet 2020, au Zimbabwe. Les deux femmes ont été condamnées à 6 mois de prison avec sursis, assortis d'une amende de 70.000 $ zimbabwéens, soit 200 € environ. 

30/09/2022, 10:31

ActuaLitté

Victor Hugo, parmi les figures de l'Histoire que les Français préfèrent

Si l’on évoque en riant sous cape le « Roman national », la question de l’Histoire, que malmènent révisionnistes et fake news semble cruciale. Comprendre le présent, et anticiper l’avenir, à la lumière du passé, certes : mais quelle relation les Français entretiennent-ils à l’égard du temps d’avant ?

29/09/2022, 12:36

ActuaLitté

Mexique : la Foire du livre de Monterrey s'invite sur TikTok

La foire internationale du livre de Monterrey (FILMTY) au Mexique aura lieu du 8 au 16 octobre prochain à Cintermex. Elle sera la première au monde à faire le lien entre la littérature et le réseau social TikTok. La manifestation mêlera ainsi évènement physique et numérique.

29/09/2022, 12:33

ActuaLitté

Tom Hanks sort son premier roman en 2023  

Le double oscarisé, Tom Hanks, n’est plus seulement l’un des plus importants acteurs américains des dernières décennies, c’est également un auteur. En effet, en mai prochain, sortira chez Penguin Random House (PHR), le nouveau livre du comédien, après la publication d’un premier recueil de nouvelles en 2017, Question de caractère (trad. Charles Recoursé), paru en France au Seuil. En connaisseur, il racontera cette fois-ci les turpitudes d’une super-production hollywoodienne, inspirée d’une bande dessinée autour d’un soldat pendant la Seconde Guerre mondiale. Tout un programme.

29/09/2022, 12:26

ActuaLitté

Alessandro Baricco revient sur scène après la maladie

Alessandro Baricco est revenu sur scène début septembre, après une période d’absence due à une leucémie. La scène, qui l’a chaleureusement accueilli, était celle de Mantoue, la ville où se tient en septembre le Festivaletteratura, l’un des plus grands festivals littéraires d’Italie. Ce fut également l’occasion d’une conférence de l’écrivain sur Beppe Fenoglio, auteur dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance. 

29/09/2022, 11:40

ActuaLitté

Inflation et bibliothèques : les établissements britanniques s'engagent

Au Royaume-Uni, les plus vulnérables pourront trouver refuge dans les bibliothèques du pays cet hiver. Les établissements s’unissent afin de faire face à l'inflation et à la hausse du coût de la vie qui touche actuellement le pays. Afin d’alléger les pressions financières, les amendes en cas de retour tardif seront également supprimées dans certaines structures d’Angleterre et du Pays de Galles.

29/09/2022, 11:02