#Usages

Samantha Bailly, sorcière

S’agissant de l’accusation pour sorcellerie de Samantha Bailly, la parole est à la défense. Par Sophie Lombard, lectrice. Simple lectrice. Mais c'est déjà beaucoup.

Le 15/10/2018 à 12:51 par Auteur invité

19 Réactions | 1 Partages

Publié le :

15/10/2018 à 12:51

Auteur invité

19

Commentaires

1

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Lorie Shaull, CC BY SA 2.0

Imaginez qu’un jour, devant le besoin impérieux de manger, Francis Huster décide, pour un projet qui lui tient à cœur, de créer son œuvre seul. Dans son coin, il crée, il diffuse et travaille comme des dizaines d’entrepreneurs, pour remplir son assiette. Il use de toute sa créativité et de toute son intelligence pour diffuser sa création par ses propres moyens, avant d’en céder les droits à un tiers. Imaginez maintenant que l’ensemble de son œuvre issue des circuits traditionnels, la centaine de films, de pièces, de séries télévisées disparaisse des rayons, des cinémas, des plateformes de replay, simplement parce qu’à titre exceptionnel, il a souhaité se passer d’une société de production dans un premier temps.

Ridicule, n’est-ce pas ? Pourquoi priver ses fans de son talent alors qu’il a souhaité vivre de son art, par l’introduction d'une seule goutte de miel dans un océan de vinaigre ? Et pourtant, cela arrive en ce moment même. Que les fans de Francis Huster se rassurent, on ne fustige sur la place publique qu’une femme. Rien d’inhabituel, donc.

Reprenons les chefs d’accusation.

Sorcellerie. Sorcière. Savez-vous ce qu’est véritablement une sorcière ? Une femme… avec des pouvoirs. Une femme avec du pouvoir. Et culturellement, elle est crainte. Pourquoi brûlait-on les sorcières déjà ? Ah oui. Trop intelligente, trop simple, trop belle, trop laide, trop grande, trop petite, trop charismatique, trop timide, trop… la liste est trop longue. Résumons-la donc simplement : est sorcière toute femme remarquable. Et Samantha Bailly est très remarquée actuellement.

Dans une chaumière au fond des bois vivait une sorcière…

Samantha Bailly est une militante. Une femme qu’on entend. Une femme qu’on remarque donc.

Dépeignez-vous l’autrice comme l’enfant atypique, chérie de l’édition. Nous sommes nombreux à la suivre depuis ses débuts. Au bourgeonnement de son art. Aux exercices de sa plume. Elle avait 14 ans lorsqu’elle a ouvert un site où elle mettait gratuitement en ligne ses écrits. Gratuitement. Que les mauvaises habitudes se prennent vite ! Créer du contenu divertissant est devenu son quotidien, et pour que ses lecteurs.rices en bénéficient encore, et, au risque d’enfoncer une porte ouverte, il paraît indispensable à la majorité d’entre nous, ayant déjà bénéficié d’un cours de biologie de base, qu’elle vive et donc qu’elle mange pour continuer à produire. (Pour tous les autres qui ne verraient pas encore la corrélation entre manger pour avoir de l’énergie et pouvoir travailler, rapprochez-vous de l’école élémentaire.)

Avant même l’ère des réseaux sociaux, elle avait agrégé une communauté hyperactive de lecteurs.rices. À 17 ans à peine, repérée par un micro-éditeur, elle signait son premier contrat pour La langue du Silence. Ce petit éditeur ne publiait pas assez pour avoir accès aux grands canaux de diffusion, aussi se fit-elle connaître essentiellement à travers les salons. Tous les week-ends, ce petit éditeur et elle partaient en tournée. Pour reprendre ses mots en interview : grâce à cette expérience, elle a vendu plus de 2000 exemplaires de son premier roman. Un très bon score pour un premier roman publié, aujourd’hui, à grande échelle, tant la situation semble s’être crispée dans la chaîne du livre.

Forte de ce succès, Samantha Bailly s’est fait repérer par de plus grands éditeurs. Elle a donc commencé à publier dans des maisons d’édition de tailles bien plus importantes.

En 2012, après des années à travailler dans l’univers du jeu vidéo tout en continuant à publier, elle s’est lancée dans l’écriture à plein temps.

Les lecteurs.rices sont depuis nombreux à suivre son aventure, ses ouvrages, et sont plus qu’enthousiastes le jour où elle crée sa chaîne Youtube, il y a 3 ans. Aux prémices de ce nouveau projet, un constat : les auteurs qui souhaitent se professionnaliser manquent d’informations. Avec 16 000 abonnés, sa chaîne, qui traitait d’un sujet finalement très confidentiel, est devenue une référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’envers du décor.

Son point de vue d’autrice, point de vue bien trop rare, à l’exception de Actualitté [Ndlr : merci...] qui traite des sujets de fond en donnant la parole à des auteurs, rassemble. Il fédère. Cristallise. En un mot, il se remarque. Vous devinez la suite ?

Chaque sortie remarquable lui donne davantage de pouvoir. Dans le chaudron de sa chaîne jusque dans les sortilèges de ses articles de fond, elle évoque sans détour le sujet sensible des agents littéraires. Dans sa tribune dans Actualitté il y a 2 ans, elle révèle la précarité dans laquelle elle vit.

En posant des mots sur les maux, elle met en lumière la réalité. Lumos ! Grâce à elle, de nombreux auteurs.rices vont alors passer le cap d’une tentative ignorée jusqu’alors. Une solution intermédiaire qui permet de négocier les contrats et conseiller la carrière. Cette petite révolution de l’agent littéraire a révélé des frictions complètement archaïques.

Aujourd’hui sur le bûcher, je compte bien la défendre.

Maître Lombard, avocate au barreau imaginaire de la Littérature

Je vous épargnerai les effets de manche et me contenterai du secret des prétoires de votre conscience. Quelle légitimité ai-je donc à défendre une sorcière ? Celle que vous m’octroierez. En d’autres termes, celles et ceux qui sont vent debout contre elle le resteront. Celles et ceux très nombreux qui saluaient sa démarche, la salueront encore. Mais je m’adresse à l’entre-deux. Celles et ceux d’entre vous qui ignorent encore où se positionner.

Je suis lectrice. J’observe l’univers du livre à travers la lucarne des auteurs, des éditeurs et des libraires, avec toute mon attention. Quand Samantha Bailly a annoncé sur son site sa volonté de faire une expérience avec son roman, La Marelle, j’ai suivi ses réflexions avec grand intérêt. Rappelons qu’il s’agit d’un seul roman sur la trentaine d’ouvrages déjà publiés et en parallèle de tous ces autres livres qu’elle publie et continue de publier. Par ailleurs, ce test de l’auto-édition a toujours été un test fait avant de céder éventuellement ses droits à un tiers et donc de retourner dans le circuit traditionnel. Une goutte d’eau dans l’océan de la surproduction littéraire.

J’étais présente à la remise du prix des Plumes Francophones de KDP. Joli clin d’œil devenu déplorable ironie du sort, elle avait lieu à l’hôtel de Massa, géré par la Société des Gens de Lettres, et où se trouvent les bureaux du Syndicat de la Librairie Française. Durant cette cérémonie, de nombreux auteurs autoédités ou issus de l’édition traditionnelle, voire des deux, ainsi que des éditeurs échangeaient sur la production littéraire de demain. Ce monde hétérogène sans être réactif n’avait rien, RIEN, de la confrontation. Ses composants s’observaient mutuellement, curieux et avide de coconstruction.

Bernard Werber parrainait cette remise des prix de l’auto-édition et j’ai eu beau scruter internet : rien contre lui, tout contre Samantha Bailly.

Alors je m’interroge…

Peut-on encore aujourd’hui rendre coupable la victime remarquable ?

« Victime ?! Allons Maître, reprenez vos esprits ! C’est elle qui a prononcé, parmi d’autres mots, les termes d’auto-édition, de numérique, de Kobo, de plateformes, d’Amazon... »

Oui. Mais a-t-elle choisi les réactions de qui croyait bon de commenter sa liberté ? Non.

« Mais enfin, c’est le jeu ! On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est évident ! »

Et quand ce « jeu » relève du droit pénal ou du droit civil, est-il toujours aussi bon enfant ?

Silence dans le prétoire.

Sur les réseaux sociaux, Samantha Bailly rapportait, screenshot à l’appui, ses menaces.

« Vous êtes la femme à abattre. » « Vous êtes l’ennemie du livre. » « La première chose que je fais en arrivant dans ma boutique, c’est de renvoyer tous vos livres. »

Alors j’entends déjà les réactions « Non, mais on ne va pas la tuer pour de vrai ! » ah parce que « pour de faux » c’est mieux donc c’est rien ? Juridiquement, c’est constitutif d’une menace. La menace relève de l’atteinte à la personne, qui sont divisées en deux catégories :

  • L’atteinte au corps d’autrui, dont le harcèlement moral fait partie (j’y reviendrai)
  • L’atteinte à la dignité et à l’honneur d’autrui, comme la diffamation et autres atteintes à la vie privée, discrimination, abus de faiblesse... peuvent l’être.

Le silence s’épaissit.

Soyons méthodiques.

Toujours screenshots à l’appui, des libraires, absolument pas constitutifs du corps de métier en général, mais tout de même les plus audibles, menacent de renvoyer au pilon l’ensemble de ses autres ouvrages. Sous prétexte qu’un livre démarre hors de l’édition traditionnelle et passe entre autres par Amazon, par ailleurs utilisé notoirement par toutes les maisons d’édition qui abreuvent ces librairies indépendantes, on la menace de faire disparaître des rayonnages l’ensemble de sa production.

« Le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende. » Art. 222-33-2 du Code Pénal.

Cet appel au boycott relève du harcèlement en bande organisée.

On met par ailleurs en cause son militantisme. On la taxe de faire trop de bruit ou de la mauvaise publicité aux causes qu’elle défend. Plus que jamais, elle incarne les causes qu’elle défend ! Elle gagne chaque jour en légitimité ! Cette légitimité qu’on lui discute par sa seule condition de femme remarquable. De sorcière.

Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non. Parce que Samantha Bailly est une jeune femme, culturellement, on use et abuse de l’intimidation pour la faire rentrer dans le rang. Ce rang des femmes parfaites et homogènes où rien ne dépasse. Rien ne se remarque. On attend d’elle de se conformer exactement à ce que l’on voudrait qu’elle soit.

Parce qu’il est infiniment plus facile de s’en prendre à sa personne plutôt qu’à un système, on la fustige. On lui donne rendez-vous sur le bûcher. On discrédite ses actions militantes.

Alors, résumons.

Depuis l’article de Livre Hebdo qui a mis en exergue l’expérience d’auto-édition numérique menée par Samantha Bailly – sur l’un et l’un seulement ! de ses titres –, la jeune autrice a suscité une vague de réactions comme on en a rarement vu dans ce milieu.

L’article cite Amazon, puisqu’elle va utiliser ce canal de diffusion tout comme elle en utilisera d’autres, tels que Kobo ou des plateformes de librairies indépendantes. L’objet de sa démarche est très bien expliqué sur son blog : elle souhaite dans un premier temps conserver ses droits. Elle s’accorde le temps de réfléchir, pour ensuite céder ses droits à des tiers, après les avoir exploités elle-même en numérique. C’est limpide. Des libraires indépendants sont même en train de l’aider à entrer dans la danse, et voir son livre référencé et promu chez eux. Et pourtant, elle fait face à une déferlante de haine sur les réseaux sociaux, que je m’explique de plusieurs façons :

— Utiliser le mot « Amazon » semble proscrit dans ce milieu. Une hypocrisie sans égale lorsqu’on sait que le géant du numérique s'invite à la Société des Gens de Lettres, prend un stand à Livre Paris, et que tous les éditeurs y mettent leurs livres en vente. De nombreux auteurs.rices de best-sellers actuels ont démarré par une exploitation uniquement numérique, via KDP par exemple, et signent des records de ventes impressionnants en librairie.

— L’auto-édition est absolument méconnue. Le droit d’auteur aussi. Pétri du cliché « Les mauvais livres sont autoédités. », on en oublie trop facilement que « Tout ce qui est auto-édité n’est pas mauvais et tout ce qui est édité par des maisons d’édition n’est pas bon. ». Les individus confondent le fait de publier soi-même son livre en numérique avec une prétendue exclusivité d’édition desdites plateformes. Peut-être que c’est leur but à long terme, mais pour l’instant, c’est l’exact inverse ! Les auteurs restent propriétaires de leurs droits et peuvent être leur propres éditeurs.

— Samantha Bailly est militante, présidente de la Charte des Auteurs et Illustrateurs et de la Ligue des Auteurs Professionnels. Avec #Payetonauteur, elle est devenue malgré elle un symbole, et l’une des rares personnalités à bousculer les lignes pour la défense des auteurs – on en compte plein d’autres auteurs.

— Surtout, et je tiens à aborder ce point, Samantha Bailly est une jeune femme qui subit de plein fouet le sexisme de l’édition, et ce depuis le début de ses mandats. C’est à ce point flagrant de l’extérieur qu’on se demande vraiment pourquoi personne n’en parle.

Concluons.

Mona Chollet vient de sortir son ouvrage Sorcières : la puissance des femmes invaincues. Dans ce livre, elle revient sur les femmes qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie, donc censurées, éliminées, réprimées, parce qu’elles étaient indépendantes. Le parallèle est presque trop facile ! En tentant l’expérience de l’auto-édition, Samantha Bailly est définitivement, factuellement et juridiquement devenue indépendante. A fortiori dans un univers sexiste.

Alors qu’il n’a jamais été question de tourner le dos à l’édition traditionnelle dans sa démarche, mais seulement d’explorer des compléments de revenus, c’est un fragment de l’édition traditionnelle qui lui tourne le dos. Un petit fragment, un fragment bruyant peu représentatif, sans aucun doute, mais un fragment qui s’est fait entendre. Ces libraires qui boycottent se tirent une balle dans le pied.

L’étude du CNL sur les jeunes et la lecture montrait la nécessité de faire des librairies indépendantes un lieu plus ouvert aux jeunes générations, dont les habitudes ont muté vers le web. Soutenir une autrice dont le cœur de lectorat est les 15-30 ans, c’est justement s’acquérir ce public-ci.

Les temps changent et aujourd’hui je prête à la conscience la possibilité, non plus folle, mais pleinement raisonnable, d’inverser la charge de la preuve. De ne pas accuser une sorcière, mais ses bourreaux. Au XXIe siècle, j’exhorte notre conscience collective à s’indigner, face à ceux et celles qui veulent brûler les sorcières d’aujourd’hui. J’appelle de mes vœux ce contre-pouvoir.

Si Samantha Bailly ravive éditorialement les plaies de Salem, alors elle prouve son militantisme sans commune mesure. Si on la craint parce qu’elle bouge le petit doigt, ou devrait-on dire le bout de son nez, c’est peut-être parce qu’elle est devenue la figure d’une femme puissante, qui n’a pas chancelé une seconde. Une femme avec des pouvoirs. Une femme avec du pouvoir.

Parce qu’il est inadmissible de recourir à l’intimidation et au harcèlement pour empêcher quelqu’un de vivre de son métier, clôturons ce procès inégal et tournons-nous ensemble vers ses détracteurs.

Samantha est la sorcière bien aimée de beaucoup, beaucoup de monde. Des lecteurs, des éditeurs, des libraires, des bibliothécaires, des organisateurs de festivals. Nous la soutiendrons, avec toute la branche vertueuse de la chaîne du livre, pour que soient proposés des changements profonds, afin que la chaîne du livre soit un endroit plus sain pour tous les précaires, y compris les libraires, et que soit reconnu non plus la qualité d’auteur, mais son métier.

Avec un peu de magie, toute cette polémique et toute cette haine peuvent être métamorphosées en une remise en question intéressante. Amorçons dès maintenant les changements nécessaires, si l’on souhaite garder nos auteurs.rices en France, dans le système de l’édition.

19 Commentaires

 

Jiji

15/10/2018 à 14:36

La démarche est honorable, et je défends Samantha Bailly dans sa démarche d'expérimenter un nouveau canal de diffusion pour permettre un meilleur avenir aux auteurs.

MAIS cet article est clairement celui d'une lectrice, j'entends par là d'une passionnée qui mélange tout, et s'éparpille sur le parcours de Samantha. Je viens remettre les choses à leur place, et apporter quelques éclaircissement à cet article ô combien vanteur et exagéré.

SB n'a pas été repérée suite aux ventes (plutôt bonnes) de sa première saga, mais suites à d'autres publication et surtout du fait qu'elle ait remporté le Prix Imaginale des lycéens en 2011.

"En 2012, après des années à travailler dans l’univers du jeu vidéo" : SB n'a pas travaillé des années dans le jeux vidéo, là encore c'est très exagéré. Elle est restée à peine 2 ans dont 1 an en tant que stagiaire.

"Dans sa tribune dans Actualitté il y a 2 ans, elle révèle la précarité dans laquelle elle vit." SB a vécu dans un environnement très précaire lors de son démarrage, et elle défend avant tout le fait qu'il n'est pas normal d'avoir des revenus aussi faibles en tant qu'auteur. Elle souligne également qu'il faille multiplier les activités pour vivre convenablement, ce qu'elle fait depuis des années pour s'assurer un mode de vie très confortable et mérité.

"Sur les réseaux sociaux, Samantha Bailly rapportait, screenshot à l’appui, ses menaces." Où sont-ils ? Pas de liens, rien ? Je suis l'affaire depuis son démarrage, et je n'ai pas souvenir de post de SB mettant en avant les menaces reçues...


"Toujours screenshots à l’appui, des libraires, absolument pas constitutifs du corps de métier en général, mais tout de même les plus audibles, menacent de renvoyer au pilon l’ensemble de ses autres ouvrages." : renvoyez-nous sur les liens, car encore une fois ce serait plus impactant de mettre les fameux screenshots en évidence, et comme vous le soulignez plus haut : "Soyons méthodiques." Montrez des faits, arrêtez de tergiverser autour de mots qui apparemment ont été rendus publics mais qu'on ne trouve pas à travers les publications Facebook, Twitter ou Instagram de SB.

"Cet appel au boycott relève du harcèlement en bande organisée." Mouais... il n'y a pas vraiment eu d'appel au boycott, juste la colère infondée de quelques libraires trainant sur le net. Encore une fois des paroles exagérées, sans screenshots, sans rien pour illustrer les propos.

"Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non." Oh je pense fortement que si Werber s'était risqué sur ce genre de tentative, il aurait été insulté lui aussi sur la place des libraires. Je pense que l'autrice de cet article mélange guerre des genres et guerre du livre, car à aucun moment je n'ai vu de commentaires ou insultes envers SB concernant le fait qu'elle soit femme et autrice. Si Werber n'a pas été remis en question, c'est tout simplement car il ne s'est pas lancé dans l'aventure de l'auto-édition.

"Avec #Payetonauteur, elle est devenue malgré elle un symbole" c'est un peu exagéré tout de même... SB a fait prendre conscience de nombreuses choses, car son discours sur Youtube était mieux adapté aux médias modernes, mais d'autres auteurs avant elles ont tenu ce genre de discours, et surtout ont trouvé un bon arrangement pour vivre de l'auto-édition. Encore une fois, on a affaire au discours d'une fan.

"Surtout, et je tiens à aborder ce point, Samantha Bailly est une jeune femme qui subit de plein fouet le sexisme de l’édition, et ce depuis le début de ses mandats" Ah bon ? C'est à dire ? Pas d'approfondissement, juste des accusations jetées à la và-vite pour justifier le discours sans fondement de son autrice. SB a toujours été respectée, et ce même avant qu'elle ait pris sa place de Présidente de la Charte. On peut savoir d'où sortent ces accusations ?

"c’est un fragment de l’édition traditionnelle qui lui tourne le dos." à voir par la suite, il ne faut pas s'arrêter aux avis de quelques libraires mécontents et ignorants, en sachant surtout que des éditeurs sont intéressés par l'ouvrage de SB.

"Si Samantha Bailly ravive éditorialement les plaies de Salem, alors elle prouve son militantisme sans commune mesure." pourquoi mêler sexisme et auto-publication dans cette histoire ? Vraiment, je ne comprends pas la métaphore exagérée de l'autrice qui s'embourbe dans des figures alambiquées en oubliant qu'il n'est question que de la colère des libraire face à l'auto-édition dans a posture de SB, et non à son sexe.

"Parce qu’il est inadmissible de recourir à l’intimidation et au harcèlement pour empêcher quelqu’un de vivre de son métier" c'est mignon, mais bon, à voir par la suite encore une fois comment va évoluer la situation. ça sent surtout la colère d'un post et d'un titre de presse maladroit, mais de là à dire que toute la carrière de SB va s'écrouler à cause de quelques libraires mécontents, il n'y a qu'un pas.

Bref, en conclusions, ça s'emmêle les pinceaux, ça essaie d'écrire en se disant que SB va lire l'article, être touchée, et apprécier cette plume ô combien métaphoriques, mais ça mélange sexisme et édition, qui sont deux débats qui ont lieu d'être, mais pas ensemble dans ce "scandale" reposant avant tout à mon avis sur l'utilisation d'Amazon et non une autre plateforme d'auto-édition. Quoi qu'il en soit, soutenez SB dans sa démarcher, et attendons de voir ce qu'elle va tirer de cette expérience de hurler à la fin de sa carrière et réputation :)

Ana

15/10/2018 à 16:35

Totalement d'accord avec vous,
Si l'article est bien écrit, je ne vois pas bien le rapport sexisme/auto-édition qui n'a rien à voir avec le soucis que relève la volonté de SB.

Werber ou un autre, ç'aurait été pareil. Encore une fois ce n'est pas le sexe le fond du problème, mais la volonté de sortir de l'édition "traditionnelle".

Je ne comprends pas la décision de Actualitté de publier cette tribune sur le site, j'y vois plus un courrier de fan qui se mélange les pinceaux, qu'une réelle défense et explication du "geste" de son auteure fétiche.

Sidonie

15/10/2018 à 16:48

Franchement Jiji, vous vous êtes relu ? Quelle condescendance, quel mépris ! Avec votre fielleux ''ça s'emmêle les pinceaux, ça essaie d'écrire… '' On vous entend ricaner entre les lignes. Ça décrédibilise une grande partie de votre argumentaire.

Betty

15/10/2018 à 16:16

Heureusement que "Jiji" est là pour rétablir la vérité. Enfin, plutôt pour réinterpréter à sa sauce les arguments et prétendre qu'ils sont faux.

Si on mêle le sexisme dans cette histoire, c'est justement parce que toute femme de (avec du) pouvoir subira systématiquement des menaces sur sa carrière, sera jugée, moquée, ne pourra jamais se tromper sans être mise à l'écart.

Le système patriarcal s'auto alimente et se défend très bien de l'intérieur pour survivre, tout le temps, tous les jours, depuis des siècles.

Prétendre le contraire c'est soit être d'une immense naïveté, soit vouloir tirer profit de ce système en tant que dominant ou dominée complice.

Est-ce que je me trompe en affirmant "Jiji" que vous êtes un homme qui vient de nous montrer un bel exemple de mansplaining ?

Jiji

15/10/2018 à 17:08

Hello "Betty" (j'aime aussi les guillemets, que veux-tu !)

Je suis une femme, qui suis la carrière de Samantha depuis de nombreuses années. Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans ce que j'ai pu souligner, avec arguments. Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de sexisme, ou que SB n'en avait jamais subit durant sa carrière (chose dont elle n'a relativement que très peu abordé). Les libraires mécontents se sont manifestés non pas parce que SB est une femme, mais bien à cause de son choix d'auto-édition. Je ne me souviens pas que l'un d'eux se soit acharné sur son identité d'autrice ou son sexe, ou qu'elle l'ait même souligné de cette manière. On lui a manqué de respect pour son choix éditorial, et non car elle est une femme.Bien entendu, plus une femme a de pouvoir et d'ambition, plus elle est remise en question, moquée, et rabaissée. Là, ce n'est pas une question de sexe, mais bien d'auto-édition. Ou alors, il n'y a que les libraires qui sont sexistes, à voir.

Je reste persuadée que le "scandale" aurait même été plus important si un auteur avec la réputation de Werber avait fait ce genre de choix. Malheureusement, pour le moment on ne devra observer que les avancées de Samantha, et les conclusions qu'elle tire de son expérience, en espérant qu'elle puisse inspirer d'autres auteurs à prendre plus de risque pour faire progresser leur statut de créateur.

Jiji

15/10/2018 à 17:31

@Sidonie je n'avais pas vu ton message !

Donc dire que l'autrice de cet article s'emmêle les pinceaux (ce qui est vrai) est méprisant ? Cela ne m'amuse pas non plus des masses de lire un article empli de bonnes intentions certes, mais qui passe d'un problème à un autre qui n'a (pour le moment tout du moins) pas besoin d'être évoqué. Pourquoi ne pas parler plutôt du choix de l'auto-édition au lieu de hurler au sexisme sans vraiment d'argument ? Pourquoi adopter un ton si affirmé et sûr de soi quand à chaque ligne on saute d'un problème à l'autre sans réel argument ? Cet article n'est pas mauvais, juste maladroit et un peu à côté de la plaque dans le contexte du choix de l'auto-édition de Samantha selon moi.

Léonore

15/10/2018 à 17:43

Je ne comprends pas non plus ce que le sexisme vient faire dans cette histoire, Samantha n’a rien dit à ce sujet ? A moins que j’ai raté un épisode ^^’

Je trouve Jiji un peu dure dans ses propos, mais je suis plutôt d’accord sur le fond, je suis aussi dérangée par les facts jetés un peu comme ça sans lien... il n’y aurait pas moyen de remédier à ça ?

Htul

15/10/2018 à 21:47

Que cet article soit un courrier de fan ou une tribune, qu'elle importance ? je ne vois ici qu'une tentative saine de vouloir montrer ce qui ne va pas et dont tous le monde préfère se bander les yeux.

Oui ok on est d'accords que le problème central c'est la manière dont l'auto-édition est vu, mais c'est un fait aussi que le sexisme est partout, dans le moindre recoin et je ne vois pas le mal à ce qu'une lectrice ne puisse pas ouvrir sa plume pour dire quelque chose à ce sujet.

Internet est bien assez grand pour tous le monde et pour que chacun et chacune puisse y exprimer ses opinion. Nous savons également que très souvent cela ressemble à un gloubiboulgua de choses incohérentes et sans sources avec par moment de vraies perles de bon sens et de vérités.

Là, nous avons un article bien écrit, qui présente des faits. plutôt que de les relever de manière condescendante (car désolé Jiji, mais même si vous n'avez pas entièrement tort, ni entièrement raison, votre manière d'écrire fait penser à de la condescendance, même si (et je peux vous croire) ce n'était pas votre intention.) pourquoi ne pas le compléter ? Vous avez google, vous pouvez trouver les liens, ou prouver qu'il n'y en a pas et aider à étoffer cet article sans pour autant rabaisser (encore une fois je rappel que c'est l'allure de votre commentaire que je juge et pas vos intentions qui quoi qu'il arrive resterons dans le domaine du bénéfice du doute (merci internet).).

Car si il y a bien une chose que cet article montre, et surtout ses commentaires, c'est ce côté à de suite tirer vers le bas en montrant ce qui ne va pas en oubliant de montrer également ce qui va. Comme je le disais, j'ai lu votre commentaire dans son entièreté et je suis d'accords avec certains points et pas d'accords avec d'autres, mais ce qui est sur c'est que tout ce que j'ai ressenti devant votre prise de parole, c'est une sentiment de vouloir plus juger et tirer vers le bas l'article, ce que je trouve dommage.

Arrêtons de nous bander les yeux, c'est un réflexe bien trop fréquent que de faire ça à quelqu'un qui s'exprime en bien comme en mal. Et surtout arrêtons de toujours nous reposer sur ce qui nous tombe tout cuit dans la bouche, nous avons un outil puissant, internet et à tout moment nous pouvons vérifier et compléter l'article que l'on lit. Alors pourquoi ne pas prendre le temps de faire ça plutôt que de tout de suite toucher là ou ça ne nous va pas ?

En tout cas je remercie Sophie Lombard pour cet article intéressant que je compléterai évidemment via la chaîne Youtube de Samantha Bailly et autres sites et réseaux sociaux.

Leia

15/10/2018 à 23:25

Je suis entièrement d'accord avec ce que Jiji peut dénoncer, moins avec son tact (qu'elle semble remettre en question après ?)

Mais c'est dommage de mettre en avant ce genre d'article que je trouve hors sujet par rapport à la problématique de base, qui est l'auto-édition. Cet article a sa place dans le débat sur le sexisme dans l'édition, mais pas dans le cas de Samantha qui ne parle même pas de cette problématique dans les réactions face à ses choix d'auto-éditions...

C'est HS par rapport à ce que Samantha affronte, et je ne comprends pas la réflexion de l'auteur qui évite très largement ce sujet

Jiji

16/10/2018 à 09:40

@Htul

Je peux comprendre que le ton que j'ai employé est sec, mais je suis agacée de constater que pour débattre des choix de l'auto-édition dans le cas de Samantha Bailly, on donne la parole à une lectrice, une fan qui ne semble pas vraiment comprendre le noeud du problème dans ce cas, et qui choisit d'évoquer une thématique vraie certes, mais hors sujet avec ce que met en avant Samantha depuis ses accrochages avec les libraires.

Bien entendu que cet article est plein de bonnes attentions, mais c'est énervant de lire un article qui se veut moralisateur sur sa forme sur fond de disserte, et qui n'aborde que trop peu la véritable problématique de cette polémique. J'ai finalement l'impression de lire l'éloge d'une fan qui ne voulait rien de plus que s'étaler un peu sur un sujet qui lui tenait à coeur, sans vraiment creuser plus que ça. C'est facile de pointer du doigt ce qui ne va pas, on sait pertinemment ce qui ne va pas dans le monde de l'édition sur bien des niveaux, et le sexisme reste l'une des problématiques les plus fortes, mais il est encore plus décrédibilisant d'écrire un courrier pour prôner "le sexisme c'est pas bien" alors que dans ces conditions, le problème se situe à un autre niveau. Je ne me souviens même pas que Samantha aborde cette problématique dans les retours hargneux qu'elle a reçus, qui encore une fois auraient sans doute été les mêmes si un auteur influent avait fait ce choix.

Pauli

16/10/2018 à 09:54

Sur le fond Samantha Bailly (SB) est évidemment libre de publier en autoéditant, et les libraires qui la critiquent de façon virulente sont indéfendables.

Pour le reste je ne suis pas du tout d'accord avec cette tribune :
Aucun élément dans cette polémique ne démontre un quelconque sexisme. Si Bernard Werber avait autoédité ? pure conjecture, il ne l'a pas fait... En revanche Marco Koskas l'a fait il y a peu, et il a récolté exactement les mêmes critiques des mêmes libraires. Et sauf erreur de ma part c'est un homme. Ce simple exemple récent suffit à démonter l'argumentation sexiste.
NB : C'est fatiguant cette guéguerre des "communautés" au détriment de la véritable argumentation. Si elle avait été gay on aurait sans doute dit que c'était de l'homophobie, etc.

Je partage donc les commentaires ci-dessus, cela ressemble à un texte partiellement hors sujet d'une fan qui tape des pieds parce qu'on critique son idole, sans rien démontrer.

Les raisons réelles de la colère des libraires sont plutôt à mon avis :
- SB est une porte parole des auteurs, à ce titre elle joue un rôle symbolique et ses faits et gestes sont analysés d'autant plus près.
- L'exemple récent de Marco Koskas fait que certains esprits sont échauffés. (Ca ne justifie pas pour autant ces critiques, on est d'accord.)
- SB a lancé son livre sans proposer de format imprimé (il est facile à distribuer aux libraires via des plateformes comme lightning source ou bookelis ou autres ; qui à l'opposé du modèle fermé d'amazon permettent à tous les librairs de commander). Jean Michel Apathie avait pris soin de rapidement distribuer en papier son dernier livre autoédité et aucune critique de libraires n'a été entendue, je pense donc que ça a joué.

Betty

16/10/2018 à 11:34

Visiblement la plupart d'entre vous ont oublié dans leur recherche sans faille de la vérité qu'il ne s'agit pas d'un article objectif mais d'une TRIBUNE.

C'est à dire l'avis personnel et argumenté d'une personne qui a fait ses recherches et bien, dans ce cas précis.

Essayer de la discréditer à coup de "elle n'a pas travaillé PLUSIEURS années dans le jeux-vidéo, mais seulement 2 ans" c'est assez risible.

Jiji

16/10/2018 à 14:28

Rebonjour @Betty !

C'est une tribune, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est dans le vrai. Toi qui défend le féminisme et qui ose hurler sur mon identité au mansplaining, tu te souviens de la tribune de Catherine Deneuve sur la liberté d'importuner ? Ce n'est qu'une tribune certes, mais elle était à côté de la plaque. C'est aussi le cas de celle-ci dans un contexte d'un débat qui touche non pas la guerre des sexes, mais la question de l'auto-édition et des choix éditoriaux de Samantha Bailly. C'est déplacer le problème à un autre, et ainsi ne pas traiter véritablement le fond du problème, qui n'a rien à voir avec Samantha en tant qu'autrice.

En ce qui concerne les recherches, et bien non désolé mais ce n'est vraiment pas correctement fait. Oui, j'ai été tatillonne, mais lorsqu'on lit ce qui ressemble plutôt à une éloge où TOUT est exagéré, et bien ça me pique d'aller faire un tour sur le net pour trouver les informations. De plus, nombre d'affirmations sont balancées comme ça, sans preuves, sans références, sans renvoi à quelques preuves que ce soit. Surtout concernant les screenshots évoqués au moins trois fois dans l'article, j'ai beau faire le tour des réseaux sociaux de Samantha, je n'ai rien vu de tel.

Enfin, ce n'est pas amusant de discréditer quelqu'un, ce n'est pas mon objectif. J'aurais été plus souple si la personne, même en tant que lectrice/fan, traitait de l'auto-édition avec des arguments valables de son point de vue de lectrice, au lieu de partir dans tous les sens avec des accusations qui n'ont pas lieu d'être dans cette polémique.

Betty

16/10/2018 à 15:29

En fait ce n'est pas parce que tu n'es pas d'accord, toi, avec l'angle d'attaque d'une réflexion, que celle-ci est forcément fausse. Et c'est encore moins l'occasion d'arriver avec un ton condescendant pour essayer de la discréditer sur des arguments hyper discutables. Je pense, je suis même certaine que Samantha Bailly a lu cette tribune et que si il y avait tant d'horribles approximations comme tu le prétends, elle aurait réagi.

Reste que celles que tu prétends souligner ne changent rien au fond. Est-ce qu'on en a vraiment quelque chose à faire que Samantha ait travaillé seulement 2 ans dans le domaine du jeu vidéo ? Est-ce que VRAIMENT ça change quoi que ce soit au problème, est-ce que ça discrédite quoi que ce soit au propos que toi tu estimes que "plusieurs années" ce ne soit pas juste 2 ans mais au moins 3 ?

J'avoue qu'à part venir faire la leçon en essayant de rabaisser l'autrice de cette tribune, ce qui m'a fait penser au mansplaining en premier lieu, je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de tes nombreuses interventions.

Si tu estimes que nous ne vivons pas dans une société patriarcale où dès qu'une femme a du pouvoir, on trouvera toujours un moyen de la remettre à sa place et de lui rappeler qu'elle n'a pas le droit à l'erreur, tant mieux pour toi. Tu peux rester dans ta bulle naïve si cela te réconforte.

Mais posons nous les bonnes questions : les grandes actrices ont elles le droit à l'erreur comme les hommes ? Ont-elles le droit à une certaine ambition comme les hommes ? Et les réalisatrices trouvent-elles facilement du boulot ? Et si un de leur film est un échec, est-ce que, comme les hommes, on va les réengager derrière facilement ? Et les youtubeuses sont elles nombreuses hors du cadre des youtubeuses beautés ? Celles qui parlent de sciences, d'histoire, de cinéma le font elles aussi facilement et ont elles autant d'abonnés que les hommes ? Les patronnes de grandes entreprises sont elles légion ? Ont elles plus à prouver que les hommes pour accéder aux mêmes postes ?

La réponse à toutes ces questions est non. Maintenant tu as le droit de continuer de penser ce que tu veux, qu'il n'y a pas ici de sexisme intériorisé qui pousse à une réaction plus épidermique et violente quand c'est une femme qui entreprend et commet une maladresse. Mais c'est ton avis, et pas une vérité universelle comme tu sembles le croire dans tes nombreux commentaires.

Cette tribune avait pour objectif d'éclairer un autre angle qui n'a pas de rapport direct avec l'auto-édition, le choix de Samantha Bailly et les arguments pour justifier ce choix. Ce débat dure depuis des jours et de nombreuses choses ont été écrites sur le sujet. Le choix de cet angle se rapporte à la sociologie, une science qu'il faut un peu maîtriser pour pouvoir venir en parler, mais ce n'est que mon avis.

Cette tribune a été très partagée sur les réseaux sociaux. Si elle était tellement à côté de la plaque, nous ne serions pas aussi nombreux à nous reconnaître dedans.

Plutôt que de venir répéter en boucle ici que ce n'est pas le bon angle, ou plutôt pas l'angle que tu aurais choisi, pourquoi ne pas écrire ta propre tribune avec toutes les explications sur ta vision de l'auto-édition et du marché du livre ? Je suis certaine que ce sera hyper bien documenté, précis et sans interprétation possible.

Jiji

16/10/2018 à 16:23

@Betty c'est limite si tu ne deviens pas insultante toi-même ;)

Je comprends tes propos et je ne peux qu'encourager ton envie de défendre le combat féminisme dans l'édition. On va parler un peu sociologie, même si apparemment je n'atteindrai jamais ton niveau si avancé. Tu as justement vu les réactions sur les réseaux sociaux à cet article ? Pas mal de monde commence à croire que le boycott de Samantha est lié à son sexe, en partie à cause d'affirmations comme celles-ci :

"Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non. Parce que Samantha Bailly est une jeune femme, culturellement, on use et abuse de l’intimidation pour la faire rentrer dans le rang. Ce rang des femmes parfaites et homogènes où rien ne dépasse. Rien ne se remarque. On attend d’elle de se conformer exactement à ce que l’on voudrait qu’elle soit."

Ce n'est absolument pas vrai, et les gens commencent à croire qu'il y a harcèlement car Samantha est une femme qui a une certaine influence dans le monde de la littérature jeunesse francophone. Ce genre d'article créée une réaction en chaîne, déforme les faits, détourne le véritable fond du problème et créée de fakes news, car il affirme ce qui n'a pas lieu d'être dans ce débat, à tort. Oui, aborder cette affaire sous le prisme du féminisme peut être intéressant, mais autant le faire correctement, sans affirmer n'importe quoi. Encore une fois, si Werber avait décidé d'auto-publier, il y aurait eu scandale de la part des libraires. Je ne peux que te renvoyer au commentaire de Pauli qui résume très bien ce qui ne va pas dans cet article, avec plus de tact que moi je le confère.

Et ne pas être d'accord avec l'autrice n'est pas rabaisser. Ce n'est pas non plus parce que des personnes sont d'accord avec son propos qu'il est forcément dans le vrai. Je conclus donc, quitte à répéter en boucle dans ma bulle naïve de femme qui ne comprend rien à la (ta ?) "sociologie" : affirmer (car l'autrice affirme hein, on est d'accord là dessus) que Samantha subit un harcèlement car c'est une femme de pouvoir et qu'on veut la faire taire est faux. ça ne veut pas dire qu'elle n'a pas vécu ce genre de situation, ni qu'il faut se voiler la face, mais les personnes qui n'ont pas toutes les informations sur cette histoire et se contenteront de lire cette tribune, comprendront les choses de travers.

Moon

18/10/2018 à 00:05

Quel plaisir de lire un article comme ça, qui expose sans détour les problèmes que soulève cette affaire. Une affaire pourrait d'ailleurs passer totalement inaperçue si des professionnels sans scrupule ne s'étaient pas d'un coup autoproclamés inquisiteurs de l'Eglise du Livre Autorisé.
Merci, Mme Lombard d'avoir passé du temps à rédiger cet avis que je partage.
C'est triste de constater qu'il faille quelqu'un "d'extérieur" pour pouvoir dire tout haut que l'Empereur est nu, parce que personne "à l'intérieur" n'ose nommer l'évidence.

Kat

20/10/2018 à 18:33

Avant toute chose je tiens à préciser que jusqu'à présent, je ne connaissais pas du tout Samantha Bailly, et si j'ai lu un de ses livres, cela remonte à loin. Bref, je suis donc tombée sur cette tribune sans le moindre préjugé, juste par curiosité.
Que dire ? Quand je vois tous ces commentaires virulents, j'ai presque l'impression qu'une chasse aux sorcières se joue.

J'aimerais savoir ce qui vous dérange vraiment, au fond. Est- ce le fait que Mme Lombard ose écrire ce que des dizaines, des centaines voire des milliers et pourquoi pas des millions d'auteurs pensent tout bas ?
Est-ce le fait qu'elle parle de sexisme ?
Enfin, est-ce le fait qu'elle défende cette autrice et, du même coup,cette nouvelle manière d'appréhender l'édition ?
Une autre question : pensez-vous vraiment que si un écrivain avait agi ainsi aurait été traité de la même manière ? Assurément non, et vous le savez tous aussi bien que moi.

Ecrire, c'est imaginer, écrire, c'est être en renouvellement constant. Je trouve donc normal que l'on renouvelle de ce fait l'édition, d'autant plus que, il faut bien le reconnaitre, les éditeurs et les libraires sont bien plus attirés par ce qui fera vendre que par la beauté principal du livre. Qu'on ne me dise pas le contraire, j'ai fréquenté ce domaine.

Quant à vous, Jiji, ne prenez-vous pas les autres lecteurs - et de ce fait, moi-même - pour des idiots,incapables de comprendre quoi que ce soit quand vous dites que, je cite " les personnes qui n'ont pas toutes les informations sur cette histoire et se contenteront de lire cette tribune, comprendront les choses de travers." ? N'oubliez jamais qu'un lecteur est bien plus intelligent qu'on ne le pense.

Certes, je reconnais tout à fait le droit de ne pas être d'accord avec tous les propos de cette tribune, néanmoins, il y a la manière de le dire. Ce que j'ai pu lire dans votre commentaire laisse transparaitre un manque de respect certain envers Mme Lombard. Si elle dit s'appuyer sur des preuves, il est évident qu'elle les a eues à disposition, quel intérêt aurait-elle eu de mentir à ce sujet, dites-moi ?

Bref, pour en revenir à cette tribune,je la trouve très bien, elle s'en tient aux faits, donne son avis qui,à vos yeux, est peut-être trop subjectif, mais une tribune sert également à cela. Elle nous permet de jeter un oeil sur ce qu'on ne voit pas dans ce monde fermé qu'est l'édition.

Clémentine Ferry

22/10/2018 à 18:47

Je rejoins Kat dans son commentaire. Il ne s'agit pas d'un article, mais d'une tribune d'une lectrice qui est donc forcément subjective. De plus, au lieu de s'intéresser au fond du problème, vous ne faites que commenter phrase par phrase comme s'il fallait disserter sur son point de vue.

Je trouve la tribune de Madame Lombard d'autant plus forte qu'elle utilise une belle métaphore quand on connaît le travail de Samantha Bailly dans l'imaginaire! Et je la salue d'avoir mis en avant l'hypocrisie actuelle autour d'Amazon qui ne fait qu'empirer la situation.

Je trouve ça dommage au final, que dans un pays comme le notre où l'on célèbre (à tort apparemment?) la liberté d'expression et le droit à la parole, d'être aussi virulent face à une lectrice. Même si peut-être elle déplace le problème de base ou n'a pas les bonnes infos, ce n'est pas la question. Il ne s'agit pas d'un papier informatif, mais d'un soutien à une personnalité publique.

Tybalt

04/08/2020 à 14:38

A quoi bon demander à une tribune faite par une personne qui se présente comme une simple lectrice de présenter toutes les qualités de précision et de rhétorique qu'une biographe professionnelle ?

Malgré ses limites, cette tribune aligne de nombreux arguments pertinents ou, à tout le moins, troublants. Et elle pointe avec justesse l'hypocrisie qui consistait à s'attaquer à Samantha Bailly à propos d'autoédition et d'Amazon, alors que des poissons bien plus gros se gorgent grâce à ces mêmes plate-forme et ne mourraient pas de faim s'ils arrêtaient de le faire, contrairement à l'écrivaine dont on parle ici.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d'amélioration

RNL22 — La commission Développement durable du Syndicat de la librairie française, créée récemment, travaille sur un sujet qui est revenu de manière constante lors des discussions des Rencontres nationales de la librairie d'Angers. L'empreinte écologique de leur activité, et par extension celle de l'industrie du livre, préoccupe en effet un grand nombre de libraires. La commission propose quelques bonnes pratiques, dans un document que nous reproduisons ci-dessous.

05/07/2022, 10:58

ActuaLitté

La précarité des auteurs, situation “de plus en plus alarmante”

L'inflation, galopante, touche tous les secteurs d'activité ; et le monde de la culture n'est pas épargné. La Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, alerte sur la paupérisation des auteurs et autrices. Elle appelle la chaîne du livre à se mobiliser pour lutter contre cette précarité dans une tribune, reproduite intégralement ci-dessous. 

29/06/2022, 11:57

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France, “nouveau type d’institution publique en crise” ?

Un collectif rassemblant plus de 350 acteurs du monde universitaire et culturel dénonce, dans une tribune, les mesures récemment mises en place par une réforme à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de communication des documents, notamment, font l'objet de vives critiques, tout comme les moyens humains et financiers accordés à l'établissement pour assurer ses missions. Initialement publiée dans Le Monde, cette tribune est reproduite ci-dessous.

24/06/2022, 16:42

ActuaLitté

Russie : “Le pouvoir s’en prend également aux artistes protestataires”

UkraineUnderAttack — L'ordre donné par Vladimir Poutine d'entrer sur le territoire ukrainien, le 24 février 2022, a déclenché un conflit installé au cœur de l'Europe. En Russie, l'opposition à cette guerre existe, mais muselée par un pouvoir dont le ton se durcit jour après jour. Pour avoir exprimé son dégoût de la guerre russe, l'écrivain Dmitry Glukhovsky est désormais recherché par la justice dans son pays. L'Observatoire de la liberté de création lui apporte son soutien, dans un texte reproduit ci-dessous.

21/06/2022, 10:56

ActuaLitté

Quand le refus de la guerre mène en prison : le cas Dmitri Gloukhovski

UkraineUnderAttack – Le mandat d’arrêt que les autorités russes ont émis contre l’écrivain Dmitri Gloukhovski laisse planer de lourdes menaces sur son avenir. Ce sont dix années de réclusion qu’il encourt, pour avoir critiqué, dans les médias, aussi bien que sur les réseaux sociaux, le comportement de l’armée russe. Un collectif intersyndical des artistes-auteurs apporte dans nos colonnes son plein soutien à Dmitry Glukhosky. 

15/06/2022, 15:38

ActuaLitté

L'anglais en langue commune de l'Europe, “une dérive inadmissible”

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie en appelle à Emmanuel Macron pour qu’il agisse fermement contre l’adoption par les institutions européennes de l’anglais comme “langue commune”. Langue de collaboration et de travail, elle représenterait « une dérive doublement inadmissible : elle est contraire aux traités qui régissent la politique linguistique de l’ U.E, donc illégale, et absurde après le départ du Royaume-Uni (Brexit) ».

18/05/2022, 11:55

ActuaLitté

Monsieur le Président, travailler avec vous “afin de renforcer la place des bibliothèques”

L'Association des Bibliothécaires de France avait sollicité les différents candidats de l'élection présidentielle pour connaitre leur programme pour les bibliothèques et la lecture publique. Désormais réélu, Emmanuel Macron n'avait pas répondu aux interrogations. Pas rancunière, l'organisation professionnelle propose désormais un rendez-vous au chef de l'État, pour discuter des chantiers à venir. Nous reproduisons ci-dessous cette lettre au président de la République, en intégralité.

12/05/2022, 15:19

ActuaLitté

"À force de maltraitance, c’est la vigueur de la création qu’on ensevelit" 

En cette veille de remaniement ministériel, la Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, profite de l'occasion pour alerter sur le recul de la condition des artistes et écrivains. Rapport Racine, contrat de commande, rémunération : l'association demande, dans une tribune reproduite ci-dessous, « plus de vitalité et de sécurité pour la création ». 

05/05/2022, 12:40

ActuaLitté

En Ukraine, 242 crimes russes recensés "contre le patrimoine culturel"

UkraineUnderAttack - Depuis plus de deux mois, l’Ukraine lutte contre l’invasion russe menée par Poutine. Le Pen Club français, qui défend la liberté des auteurs, fait état des centaines de crimes contre des lieux culturels, et du bilan humain qui ne cesse de s’allonger. Nous reproduisons ci-dessous la lettre de l’organisation.

04/05/2022, 12:39

ActuaLitté

Une ballade pour Robbie

Le romancier et écrivain américain Robert Goolrick, auteur de Féroces et d'Une femme simple et honnête, est décédé ce 29 avril, à l’âge de 73 ans. Les éditions Anne Carrière saluent aujourd'hui un auteur sensible et amoureux de la France, notamment distingué par le Prix Fitzgerald 2015 pour La Chute des princes. Stephen Carrière a fait parvenir à ActuaLitté un texte, en hommage. Le voici proposé dans son intégralité.

04/05/2022, 11:47

ActuaLitté

Perpétuité pour Osman Kavala et urgence à sanctionner la Turquie

La condamnation de l'homme d'affaires et éditeur Osman Kavala à la prison à vie par un tribunal turc a été perçue comme une nouvelle étape dans la répression de l'opposition par le régime de Recep Tayyip Erdoğan. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) demandent à Emmanuel Macron d'intervenir pour sa libération ou pour sanctionner la Turquie.

28/04/2022, 14:56

ActuaLitté

Condamnation d'Osman Kavala : un “verdict injuste” pour le PEN Club

La condamnation à la prison à vie du mécène et éditeur Osman Kavala, prononcée ce lundi 25 avril par un tribunal turc, a représenté une nouvelle manifestation de la répression de l'opposition par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le PEN Club français, comme d'autres organisations internationales, dénonce cette parodie de justice destinée à faire taire tous les opposants au régime. Nous reproduisons ci-dessous le texte qu'ils nous ont communiqué, en intégralité.

27/04/2022, 09:30

ActuaLitté

Élection présidentielle : “Plus qu’un choix de société, un choix de civilisation”

#Presidentielle2022 — Le débat entre les deux candidats passé, la prochaine échéance de l'élection présidentielle n'est autre que le second tour, ce dimanche 24 avril. Une partie du monde de la culture s'est exprimé sur les dangers de l'extrême droite, et les élus de Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) invitent à leur tour à bien peser les conséquences du vote. Tout en appelant, dans la tribune reproduite ci-dessous, à plus de budget pour la culture.

22/04/2022, 09:39

ActuaLitté

À quand un vrai “Marché des droits” en France ?

L’Alliance des agents littéraires français (AALF) profite de l’occasion qui lui est donnée pour ouvrir le débat : du 22 au 24 avril, s’ouvre le Festival du livre de Paris, destiné au public. En parallèle, un marché de vente de droits, réunissant éditeurs étrangers et français s’est organisé. Il exclut cependant les agents littéraires, pourtant parmi les premiers concernés. Dans une tribune communiquée à ActuaLitté, l’AALF relève quelques points qui interrogent. Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

21/04/2022, 12:34

ActuaLitté

De Kyiv à Paris, deux éditeurs entrent en résistance contre Poutine

UkraineUnderAttack – Les éditions Medusa (Kyiv) et Syllepse (Paris) ont communiqué à ActuaLitté une déclaration commune. Cette dernière pose les bases d'une collaboration entre les deux structures, pour résister à l'oppression et l'invasion russes. Leur texte, sous forme d'un quasi Manifeste, est proposé ci-dessous en intégralité. 

20/04/2022, 16:59

ActuaLitté

Festival littéraire ou cluster : “La pandémie n’est pas terminée”

Les manifestations littéraires reprennent, et les risques de contamination Covid avec elles. Un collectif d’une centaine d’auteurs signe une tribune pour rappeler les impératifs sanitaires et s'engage à ne plus participer aux événements qui ne mettraient pas œuvre des mesures simples.. Du bon sens et ce, pour la protection du plus grand nombre. Leur texte est ici publié dans son intégralité. 

18/04/2022, 22:34

ActuaLitté

Des lecteurs de la BnF pointent une “dégradation définitive du service public”

Lecteurs, lectrices et personnel de la Bibliothèque nationale de France se sont accordés pour dénoncer de nouvelles conditions d'accueil du public, qui changent notamment les modalités de communication des documents. La direction a avancé des arguments dans nos colonnes, mais l'opposition persiste et signe. Elle déplore une « fin de non-recevoir » adressée par la direction à l'Association des lecteurs et usagers de la Bibliothèque nationale de France (ALUBnF), en refusant de recevoir l'organisation lors d'un comité technique, ce 14 avril.

15/04/2022, 15:18

ActuaLitté

Les auteurs montent au créneau pour leurs revenus

Officialisée par les services de Valois, la mission confiée au professeur de droit Pierre Sirinelli aura pour objet d’aborder la question de la rémunération, entre auteurs et éditeurs. Une déclaration de la Société des Gens de Lettres et de l’Association des Traducteurs Littéraires de France savoure ce qui ressemble à une victoire : « Les demandes des auteurs ont été entendues », indiquent les associations. Leur message est ici présenté dans son intégralité.

14/04/2022, 12:46

ActuaLitté

“Ensemble, c'est mieux” : entre manifestations littéraires, une nécessaire solidarité

LAM2022 – Travailler avec des partenaires, Le Livre à Metz sait faire et développe un bon nombre de ses actions en collaboration avec des institutions locales depuis plusieurs années. Claire de Guillebon, responsable de la programmation de l'événement qui se tiendra du 8 au 10 avril 2022, expose ici les bases d'un projet fédérateur et collectif.

29/03/2022, 15:30

ActuaLitté

Ukraine : “Nous sommes prêts à accueillir ceux qui n'ont que leur plume et leur voix”

UkraineUnderAttack - Depuis 20 jours et lancement de l'invasion russe de l'Ukraine, l'émotion internationale reste vive, et les soutiens à la population et au pays agressés très forts. Le Pen Club français, qui défend la liberté d'expression des auteurs, assure les écrivains ukrainiens de son soutien, mais refuse toute « censure culturelle » à l'égard des créateurs russes. Nous reproduisons ci-dessous le texte de l'organisation. 

15/03/2022, 10:16

ActuaLitté

ImagiNon : des auteurs de BD s'opposent au parc d'attractions Imagiland

À la veille du festival d'Angoulême, une tribune contre Imagiland, projet de parc d'attractions sur le thème de la BD, a été signée par 51 auteurs et autrices de BD. Parmi les signataires, Lewis Trondheim, Catherine Meurisse, Marion Montaigne, Manuele Fior ou encore François Bégaudeau. Cette tribune est à l'initiative du collectif ImagiNon, qui s'oppose depuis l'été 2020 à la construction du parc sur la ville de La Couronne (16). Le texte est retranscrit ici dans son intégralité.

14/03/2022, 14:24

ActuaLitté

Appel à manifester pour protéger une langue française en danger

C’est un grand rendez-vous qui est donné, ce 20 mars à 14 h, et devant l’un des bâtiments les plus emblématiques peut-être, le Panthéon. Pourquoi cette manifestation ? Eh bien, les attaques perpétrées contre la langue française que dénonce le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie. Interpellant les gouvernements, l'organisation appelle à « proclamer leur rejet de l’arrachage de la langue française et réclamer un sursaut civilisationnel urgent ».

14/03/2022, 00:29

ActuaLitté

Sécurité sociale : des auteurs désormais démunis

Le gouvernement a diminué par décret la protection sociale des artistes-auteurs et autrices qui en ont le plus besoin, indique un collectif d'organisations d'artistes-auteurs dans une lettre ouverte. Ils appellent donc au rétablissement du bouclier social pour les artistes-auteurs et autrices. Leur courrier est ici présenté dans son intégralité.

11/03/2022, 11:18

ActuaLitté

Bibliothèques, lecture publique : quelles ambitions pour les présidentielles ?

#Presidentielle2022 — 12 candidats sont donc officiellement lancés dans l'élection présidentielle 2022. L'actualité chargée, par la guerre en Ukraine, bien sûr, mais aussi et toujours par la pandémie, laisse peu de place aux débats. L'association des bibliothécaires de France (ABF) adresse une lettre ouverte aux candidats et candidates pour connaitre leurs propositions en matière de lecture publique, que nous reproduisons en intégralité ci-dessous.

07/03/2022, 15:59

ActuaLitté

“Chacun fait ce qu'il peut pour aider à sauver notre peuple, notre Ukraine”

UkraineUnderAttack – Les gestes de solidarité à l'égard du peuple ukrainien passent par de multiples choses, parfois avec de toutes petites initiatives. Mais chacune à sa manière apporte un peu plus à l'édifice. Alain Serres, directeur des éditions Rue du monde, a fait parvenir à ActuaLitté un courrier, pour expliquer son engagement. Ainsi que le témoignage de deux auteurs de sa maison, Romana Romanyshin et Andriy Lesiv.

07/03/2022, 10:35

ActuaLitté

“L’avenir des éditeurs indépendants russes semble bien sombre”

UkraineUnderAttack – Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, les manifestations ou actes de soutien à l'égard des Ukrainiens se multiplient. À l'international, mais aussi depuis la Russie, pays agresseur, où l'ensemble de la population russe ne soutient pas les décisions guerrières de Vladimir Poutine, bien au contraire. Avec son autorisation, nous reproduisons ci-dessous la déclaration de Vitali Ziusko, éditeur et fondateur de la maison d’édition de livres jeunesse russe KompasGuide.

05/03/2022, 08:30

ActuaLitté

Ukraine : les bibliothécaires français s'engagent à diffuser “une information vérifiée”

UkraineUnderAttack — Dans le conflit ouvert par la Russie contre l'Ukraine, au coeur de l'Europe, le sentiment d'impuissance est parfois grand. Il est pourtant possible d'aider le peuple ukrainien agressé : l'Association des bibliothécaires de France appelle ainsi la profession à se mobiliser pour diffuser « une information vérifiée » sur le conflit. Nous reproduisons ci-dessous en intégralité le communiqué de l'ABF. 

01/03/2022, 15:43

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse solidaires “de la toute jeune démocratie ukrainienne”

UkraineUnderAttack – Les combats se poursuivent en Ukraine, alors que l’armée russe intensifie son action. Un important convoi de véhicules militaires a été observé ce 1er février, non loin de la capitale Kyiv. Malgré les premiers pourparlers, le conflit ne semble pas s’apaiser. Les condamnations et sanctions se multiplient contre la Russie, sans pour autant tempérer la volonté de Moscou.

01/03/2022, 08:56

ActuaLitté

“Décoloniale, écologique, féministe, libre, sociale et solidaire” : une bibliodiversité à défendre

Des éditeurs et éditrices du monde entier se sont réunis à Pampelune-Iruñea, en novembre dernier, pour les Assises internationales de l’édition indépendante, organisées par EDITARGI (Association des éditeurs indépendants de Navarre) et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants. L'événement a aussi été l'occasion d'adopter la Déclaration de Pampelune, qui rappelle les engagements pour « une édition indépendante décoloniale, écologique, féministe, libre, sociale et solidaire ». Nous reproduisons ci-dessous cette déclaration.

25/02/2022, 15:33

ActuaLitté

Festival littéraire annulé, auteurs à moitié payés ?

« Pas de garanties pour une rémunération des auteurs et autrices jeunesse à 100 % en cas d’annulation des salons. » Dans un courrier adressé à ses membres, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse revient sur une problématique que l'on pensait réglée : celle du maintien du paiement des auteurs invités pour une manifestation, même en cas d'annulation. Leur communication est ici reproduite dans son intégralité.

24/02/2022, 10:45

ActuaLitté

#StopBolloré : “La tradition démocratique est aujourd’hui menacée”

Ils sont issus des milieux d’avocats et juristes et se présentent comme des lanceurs d’alerte. On y retrouve également des figures. Le collectif StopBolloré pointe du doigt les dérives de la concentration, désignant spécifiquement le patron du groupe Vivendi, mais déployant une vigilance plus large. Ce 16 février, ils tiennent une conférence pour dénoncer toutes les dérives qu'engendre ce regroupement des pouvoirs dans les mains de quelques-uns.

16/02/2022, 00:21

ActuaLitté

En Algérie, une multiplication des “mesures attentatoires à l’État de droit”

En Algérie, le mouvement populaire désigné sous le nom de « Hirak » (« mouvement »), réclamait en 2019 le départ d'Abdelaziz Bouteflika, resté 19 ans à la tête de l'État. Après le départ de ce dernier, les citoyens avaient dénoncé la mainmise de l'armée et des anciens responsables, qui prolongeaient finalement le régime contesté. Le contexte sanitaire a permis aux autorités de sévir, en visant directement les manifestants et opposants. Le Pen Club français, dans un texte reproduit ci-dessous, appelle à la libération des opposants et prisonniers politiques.

15/02/2022, 09:55

ActuaLitté

L'édition indépendante appelle “à lutter pour la défense de la bibliodiversité”

L'association L'Autre livre multiplie les interventions depuis quelques semaines : réunissant des structures d'édition indépendantes, loin des salons parisiens, elle avait déjà annoncé sa volonté de cannibaliser le Festival du Livre de Paris. Un geste empli de panache, dans la veine de Cyrano de Bergerac. Mais désormais, l'organisation appuie ses positions concernant la fusion Edithachette.

14/02/2022, 09:16

ActuaLitté

Bibliothèques : la suspension du passe nécessaire à “la reconquête de nos publics”

Quelques heures après l'annonce de la fin de l'obligation de port du masque dans les bibliothèques, dès le 28 février prochain, l'interprofession appelle les pouvoirs publics à « programmer rapidement » la suspension des contrôles des passes sanitaire et vaccinal, « afin de pouvoir enfin travailler à la reconquête de nos publics ». Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de l'interprofession.

12/02/2022, 07:02

ActuaLitté

Présidentielle : des autrices et auteurs de BD s'adressent aux candidats et candidates

#Presidentielle2022 — Déplorant un faible intérêt témoigné pour les questions culturelles par les candidats et candidates, à quelques semaines des deux tours de l'élection présidentielle, le collectif AAA (Autrices Auteurs en Action) a rédigé une lettre ouverte à leur intention. Nous la reproduisons ci-dessous, en intégralité.

07/02/2022, 16:01

ActuaLitté

La lecture comme facteur d'inclusion sociale : le manifeste de l'Alliance pour la lecture

Suivant l'annonce du gouvernement, qui a fait de la lecture une Grande cause nationale pour l'année 2021-2022, 70 associations, organismes et fédérations se sont coordonnés pour obtenir, ensemble, le Label Grande cause nationale attribué par le Premier ministre. L'objectif ? Rendre encore plus efficace le plaidoyer pour la lecture. Nous reproduisons ci-dessous le manifeste de cette Alliance pour la lecture.

01/02/2022, 11:35

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Améliorer “constamment les fondamentaux” de la librairie

RNL22 — Premier rendez-vous des libraires français depuis le début de la crise sanitaire, les Rencontres nationales de la librairie 2022 seront notamment l'occasion de dresser un bilan de cette période particulière. Mais d'autres questions seront abordées, comme le tarif plancher des frais de port du livre, le marché de l'occasion ou encore l'empreinte environnementale des libraires... Anne Martelle, présidente du Syndicat de la librairie française, qui organise les RNL, a accepté de répondre à quelques questions.

03/07/2022, 08:00

ActuaLitté

"Beaucoup de complotistes sont des idéalistes contrariés"

Reporter pour le magazine Society, Anthony Mansuy a fait paraître, en mai dernier, Les Dissidents, chez Robert Laffont. Cette enquête, fruit d’une année en immersion au sein des différentes communautés du conspirationnisme à la française, est d’abord le constat des multiples fractures de notre société dans les années 2010-2020. À base de témoignage des acteurs du « complotisme » et d’analyses socio-historiques, le journaliste révèle des mondes, entre quête de sens et appât du gain.

01/07/2022, 10:30

ActuaLitté

L'armure d'un hors-la-loi australien, un petit air d'Iron Man

Héros ou bandit selon les sources avant de devenir une icône populaire, Ned Kelly fabrique cette armure en 1879 pour combattre la police australienne avant sa capture puis sa mort par pendaison à l’âge de 25 ans. Son armure, exposée dans la Bibliothèque de l’État de Victoria (Melbourne), est l’objet le plus célèbre de la bibliothèque. Un autre objet célèbre est sa Lettre de Jerilderie, pour expliquer ses actes.

28/06/2022, 11:22

ActuaLitté

Cinq raisons de ne pas doter les bibliothèques d'une enseigne nationale

Faut-il une enseigne pour les bibliothèques publiques ? L’enfer est pavé de bonnes intentions, et le paradis d’opinions contraires. David-Jonathan Benrubi, directeur du Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole, s'interroge. À plus d'un titre. Ou cinq bonnes raisons de froncer les sourcils...

23/06/2022, 15:51

ActuaLitté

“La poésie est sûrement le genre le plus pratiqué, le plus populaire”

Annulé en 2020 du fait de la pandémie, déplacé en octobre 2021, le marché de la poésie en est à sa trente-neuvième édition. Installée en juin place Saint-Sulpice, aux pieds de la majestueuse cathédrale, la manifestation permet aux auteurs de se retrouver, mais aussi de faire connaître ce genre quelque peu oublié, ce parent pauvre de la littérature, qu’est la poésie. 

21/06/2022, 16:13

ActuaLitté

Opposer libraires et algorithmes : Fnac, en Tartuffe 2.0 

DECRYPTAGE – Fnac a inondé les panneaux d’affichage publicitaires d’une brillante campagne. Le message est simple : vive l’être humain, à bas les algorithmes ! Et plus encore dans cette délicate relation qui consiste à recommander un livre à un lecteur. « Faites confiance à l’intelligence non artificielle de nos conseillers », affirme la réclame de l’ex-agitateur culturel. Jusqu’à tenter de faire oublier que l’algorithme demeure au cœur de la stratégie de l’enseigne. Quand le sage montre la Lune…

21/06/2022, 15:10

ActuaLitté

“L’auteur et son casier judiciaire”, par Éric Pessan

Voilà quelque temps déjà, une association qui voulait m’inviter pour des ateliers d’écriture a demandé à un libraire s’il était d’accord pour organiser, un soir, une rencontre-signature autour de mes livres. Réponse du tac au tac du libraire : « Pessan ? Bien sûr. » Puis, quelques jours plus tard, rétraction du libraire, trop occupé en cette période pour pouvoir organiser la soirée. Par Éric Pessan

20/06/2022, 11:37

ActuaLitté

Raccord(s) : une vision “farouchement indépendante du métier d’éditeur”

L’association des Éditeurs associés a été créée en 2004 par un groupe d’éditeurs ayant en commun une vision qualitative et farouchement indépendante du métier d’éditeur, afin de promouvoir collectivement leurs catalogues respectifs. Cette mutualisation se traduit par des actions organisées en librairie, en bibliothèque ou sur des salons. Le point commun de ces propositions est de se construire à partir de et avec le livre et la lecture, en s’adressant autant au grand public qu’aux professionnels. En cela, le festival est emblématique des événements organisés par l’association.

17/06/2022, 13:45

ActuaLitté

Pascal Mériaux, celui qui “alimente la machine à imaginer”

PORTRAIT – Amiens. Sa tour Perret digne de Gotham City : la capitale historique de la Picardie a dressé cet immeuble comme pour oublier les désastres de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2018, un autre lieu, plus industriel, occupe l’esprit des Amiénois : la Halle Freyssinet. 8000 m2 qui, une fois l’an, déploient des trésors de bandes dessinées, pour adultes, jeunes, amateurs, experts, curieux, timides. Avec un architecte dont l’enthousiasme devient contagieux.

17/06/2022, 10:24

ActuaLitté

Zerocalcare : “J’aime que mon travail soit le moins ambigu possible”

ENTRETIEN – À l’occasion du festival international de la Bande dessinée LyonBD, nous avons pu rencontrer l’auteur italien Zerocalcare. L’un des plus populaires dans le Bel Paese, et devenu incontournable dans le paysage éditorial. L’homme de la colère et du malaise existentiel, au point d’en concevoir une série demandée par Netflix, évoque avec nous politique et langages artistiques. 

16/06/2022, 16:01

ActuaLitté

Bibliothèque publique : un film à la “philosophie d'accueil maximale”, comme la Bpi

Sous le titre limpide Bibliothèque publique, Clément Abbey propose un documentaire tourné au sein de la Bibliothèque publique d'information de Paris. Un lieu où il a posé sa caméra, pour tenter de saisir et de rendre compte de son ambiance si particulière. Il a répondu à nos questions sur son travail, l'esprit du lieu et de ses usagers.

14/06/2022, 12:30

ActuaLitté

Profanes et profanateurs, ou le livre devenu plante verte

Voici qu’une de ces tendances – de celles qui font tousser les gardiens du temple – s’installe dans le paysage : dernièrement, c’est la chanteuse (et actrice, et productrice) Ashely Tisdale qui a fait pousser des soupirs à pierre fendre. Qu’a-t-elle fait pour ainsi briser des âmes ? Simplement avoué que les ouvrages de sa bibliothèque étaient une stricte et récente décoration. Diantre !

11/06/2022, 11:42

ActuaLitté

Bibliothécaires, pensez “en termes de localité plutôt que d'usagers” (Denis Merklen)

Auteur de l'ouvrage Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? (2013), le sociologue et professeur de sociologie à la Sorbonne Nouvelle — Paris 3, Denis Merklen n'a jamais cessé de s'intéresser aux établissements de lecture publique et à leurs enjeux. Invité du congrès annuel de l'Association des bibliothécaires de France, il a accepté de répondre à nos questions.

10/06/2022, 12:14

ActuaLitté

Jean-Pierre Dionnet : “Un magazine comme Métal Hurlant sert à progresser”  

Première tentative, avortée, début 2000. Puis en 2020, le patron des éditions Humanoïdes Associés, Fabrice Giger avec l’éditeur et journaliste, Vincent Bernière, décident de relancer la magazine culte de la SF, Métal Hurlant. Près de 14.000 préventes plus tard, sortait le 29 septembre, le premier numéro du magazine, nouvelle mouture, réunissant une équipe de rédacteurs et d’artistes pour une nouvelle aventure. À l’occasion de la sortie du 3e numéro, l’un des fondateurs du périodique et son rédacteur en chef historique, Jean-Pierre Dionnet, nous raconte... 

09/06/2022, 13:01

ActuaLitté

Créativité et innovation chez les éditeurs indépendants 

L’union fait la force, personne n’en doutera : réunissant les éditions Helvetiq, La Salamandre et Antipodes, la matinée professionnelle Nouvelles têtes visait avant tout la proximité. En partenariat avec ActuaLitté, les trois maisons suisses romandes donnaient rendez-vous aux professionnels pour une rencontre avec café, thé, croissants autour d’ouvrages et d’auteurs.

08/06/2022, 17:03

ActuaLitté

Bibliothèques : “La France a besoin de rénover, et de construire”

ABF2022 — L'Association des Bibliothécaires de France organise son premier congrès en présentiel, après deux années chahutées par la pandémie de coronavirus. Cette 67e édition, qui prend place à Metz, pose à nouveau une question qui fâche : « Les bibliothèques sont-elles indispensables ? » Début de réponse, voir plus, à l'occasion d'un entretien avec la présidente, Hélène Brochard, et le conseil national de l'organisation.

02/06/2022, 08:00

ActuaLitté

Marcel Proust, ce professeur de sensibilité  

Ce 30 mai, à l’Hôtel Littéraire Le Swann, était officiellement dévoilé le visuel du timbre Marcel Proust, créé à l’occasion du centenaire de sa disparition. Ces timbres commémoratifs seront disponibles pour tous à partir du 25 juillet. À l’occasion de cette soirée, ActuaLitté a pu s’entretenir avec la créatrice de la vignette littéraire, Sophie Beaujard, et le président des Amis de Marcel Proust et directeur adjoint du Quai Branly, Jérôme Bastianelli, pour qui lire l’auteur de La Recherche est avant tout une manière de mieux vivre.

01/06/2022, 09:27

ActuaLitté

Musée de Cluny : reliures et manuscrits médiévaux d'exception

Depuis le 12 mai, le musée de Cluny a rouvert ses portes, avec une approche résolument modernisée – les comptes sociaux le démontrent amplement. Mais derrière une communication Moyen Âge Nouvelle Génération, se cachent bien des trésors : les tapisseries de La Dame à la licorne, de toute évidence, ainsi que des manuscrits pour le moins sublimes. Visite guidée de ces trésors.

30/05/2022, 14:37

ActuaLitté

Paroles d'autrices : créer des archives, pour la mémoire des autrices de BD

Pouvez-vous citer, en moins de quelques secondes, trois créatrices et autrices de bande dessinée ? À moins que cela ne soit votre sujet de prédilection, l'exercice n'est pas si simple. En cause : le manque flagrant de sources et d'archives relatives à ces femmes créatrices. Pour y remédier, le collectif Les Bréchoises a rassemblé, dans une exposition, des dizaines d'heures d'entretiens et de recherches universitaires, pour que l'histoire des femmes dans la bande dessinée ne soit pas ignorée, démentie ou occultée. 

25/05/2022, 16:30

ActuaLitté

Pierre Mérot : "Ce livre est tout entier tourné vers la passion"

Journaliste, éditeur, puis enseignant, Pierre Mérot construit, depuis 1987, une œuvre exigeante, singulière. Proche du premier Houellebecq, l’homme accède à une certaine célébrité grâce à Mammifères, roman d’inspiration autobiographique, autofictionnelle, succès commercial paru en 2003. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

23/05/2022, 10:57

ActuaLitté

Vaccin anti-Covid : les effets boomerang

Ndlr : Ce texte est proposé en tant que témoignage émanant d’un auteur, faisant état de ce qu’il considère comme l’incidence de la vaccination sur son état de santé. Il atteste autant d’une douleur que d’un drame personnel, dont on comprend qu’ils soient vécus avec crainte et appréhension. S’il devient nécessaire de rappeler que la peur entraîne des réactions parfois irrationnelles, elle peut aussi engendrer une colère qui n’en est pas moins compréhensible. Si le propos semble excessif, c’est qu’il reflète plus la détresse d’une personne que sa volonté d’apporter de la confusion dans un débat où la prudence doit demeurer la ligne de conduite. Proposées dans nos colonnes pour garantir une diversité de l'expression, les humeurs et tribunes publiées n'engagent pas la rédaction, pas plus qu'elles n'expriment l'avis de ses membres.

22/05/2022, 15:59

ActuaLitté

“Durant le confinement, certains sont tombés dans Netflix. Moi, la bioéthique”

Comediedulivre2022 – Au terme de trois mois d’une résidence à Lattes (au sud de Montpellier), Annie Ferret a le sentiment de quitter « ma maison adoptive ». Entrée ce 6 mars, dans l’enceinte du Musée Lattara, elle aura traversé cette expérience avec une passion communicative. « Je suis sortie de mes sellettes, le temps s’est suspendu pour moi, avec une magie dont je ne reviens encore pas », nous raconte-t-elle. Car, quand elle n’écrit pas, Annie Ferret pose. Littéralement, et dans tous les sens. Parfois, en tous cas.

22/05/2022, 15:45

ActuaLitté

6 pieds sous terre : Rions beaucoup, et continuons de creuser

Comediedulivre2022 — Passer à Montpellier sans se rendre à l’atelier En traits libres (pun intented...) relèverait de l’affront. Depuis six ans, les éditions 6 pieds sous terre y ont installé leurs bureaux — profitant d’une salle d’exposition, d’un lieu de rencontres. Convergences, camaraderie, et apéros. Donc brainstorming permanent. Rencontre avec Miquel Clemente, directeur de la maison.

21/05/2022, 16:10

ActuaLitté

Joyce, anniversaires, expo virtuelles : le Centre Culturel Irlandais dans tous ses états  

Riche saison 2022 pour le Centre Culturel Irlandais (CCI) : installé dans l’ancien Collège des Irlandais au coeur du Quartier Latin, l'organisme célèbre cette année le centenaire de la publication du plus célèbre des romans irlandais du XXe siècle, Ulysse (Trad. Jacques Aubert) de James Joyce, l’indépendance de l’Irlande, et surtout les 20 ans de ce centre dédié à la culture du pays d’Edna O’Brien. A cette occasion, l’institution inaugure cette semaine un module d’expositions virtuelles : 8 propositions inédites pour permettre de découvrir les collections patrimoniales du centre, entre imprimés datant du XVe au XIXe siècle, manuscrits ou encore archives historiques. 

20/05/2022, 13:08

ActuaLitté

“La Comédie du Livre – Dix jours en mai continue d'écrire son histoire”

Imaginée au milieu des années 80 par des libraires qui rêvaient de rencontres au grand air, la Comédie du Livre à Montpellier a connu, au cours des 37 dernières années, de nombreuses métamorphoses. Attentive à l’évolution des pratiques, à celle des attentes du public, des autrices et auteurs, des libraires, des éditeurs, la manifestation a su se réinventer régulièrement, étoffer sa programmation, accueillir des écrivains venus du monde entier. Par Régis Penalva Directeur littéraire et artistique.

19/05/2022, 11:27

ActuaLitté

L'incroyable histoire du vin, le jeu : grains de raisin et vendanges s'emmêlent 

Le jeu de société, un temps oublié, revient sur le devant de la scène : soirées, bars à jeux et parties en tout genre font de cette activité un passe-temps de plus en plus plébiscité. Les Arènes surfent sur la vague avec ludicité et pédagogie : un nouveau jeu de plateau, L'incroyable Histoire du Vin, nous apprendra l'histoire du vin... en s'amusant. Pas même besoin de modération. De quoi profiter d'une partie, sans se refuser un verre ou deux.

19/05/2022, 08:01

ActuaLitté

Valoriser la présence web pour ne pas “occulter le savoir-faire de l'éditeur”

Voilà bien longtemps, dans une galaxie bien éloignée de l’internet que nous pratiquons aujourd’hui, surgissait un site : Le Domaine de Gorn. Cet espace, fut développé par un passionné autour de la bande dessinée éponyme de Tiburce Oger, parue en 1992. Matthieu Moreau, comme d’autres à cette époque, constatait le peu d’engouement des éditeurs pour la Toile. Alors, avec une approche communautaire, le voici parti en vadrouille.

18/05/2022, 10:05

ActuaLitté

Belgheis Jafari-Alavi : “Dans la culture persane, la poésie fait partie du quotidien”

ENTRETIEN – Belgheis Jafari-Alavi, enseignante-chercheuse, officie à l'INALCO, l'Institut national des Langues et Civilisations orientales, où elle enseigne la langue persane. Durant son cursus de recherche, elle a étudié la culture orale persane, et en particulier de l'Afghanistan, pour en détailler certains thèmes récurrents, notamment celui de l'exil.

17/05/2022, 11:00

ActuaLitté

Ce cafard qui surgit à la fin d'un livre, ou le mal de lire

La lecture, remède contre le stress, plus personne ne le nie. D’autant que la science l'affirme : les bienfaits de cette activité sur le cerveau font l’objet d’études multipliées — l’imagerie cérébrale aidant les chercheurs dans leur démarche. Qu’une œuvre suscite également des émotions, les plus diverses, se comprend par certains mécanismes. Mais pourquoi, une fois l’ouvrage achevé, garde-t-on en soi une certaine mélancolie ?

17/05/2022, 09:15

ActuaLitté

Écrivains : de joyeux lurons aux espoirs aussi hauts qu’un gratte-ciel

Le Graal dans l’édition, c’est d’être publié dans une maison d’édition respectable ni à compte d’auteur, encore moins sur Amazon. Certes, ils sont légions à voir leur manuscrit refusé, et par paresse souvent, ou par urgence, se précipitent tels les figurants de la littérature. Ils ne risquent pas pour la plupart d’en devenir les acteurs. Il faut choisir. Quant au Graal, on finit par l’oublier, on veut tout, le beurre, l’argent du beurre, la fermière et sa ferme. Par Gilles Paris.

16/05/2022, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier : “On est pris en otage par ces hausses de prix" 

#PenuriePapier - En marge du Prix Maison de la Presse, remis ce mardi 10 mai au siège de la SGDL, crise du papier et difficultés dans l'édition sont sur toutes les lèvres. Sophie de Baere, lauréate, et Constance Trapenard, son éditrice, se réjouissent des retombées de la récompense sur l'avenir des Ailes Collées. Toutefois, Arnaud Ayrolles, président fondateur du groupe NAP, estime que l'augmentation du coût des matières premières reste une vraie préoccupation. 

12/05/2022, 15:45

ActuaLitté

Nathalie Bauer : l'expérience d'un italien atypique et international

ENTRETIEN – Elle vient de traduire le roman de Fabio Bacà pour les éditions Gallimard, Une chance insolente : Nathalie Bauer entretient avec l’italien une relation nécessairement passionnée, pour avoir fait métier de donner voix aux auteurs et autrices du Bel Paese. Et les projets ne manquent pas en cette année 2022.

12/05/2022, 10:19

ActuaLitté

Webtoon : piccoma, “l'ambition de faire lire un petit peu tous les jours”

Depuis maintenant un mois et demi, la plateforme de webtoons piccoma Europe est disponible pour les utilisateurs français. Hyung-Rae Kim, président de la filiale européenne d'une des principales applications manga du monde, a accepté de répondre à quelques questions. Une façon de faire le point alors que l’application iOS est disponible – et bientôt, une solution directement accessible sur navigateur.

12/05/2022, 10:06

ActuaLitté

Eszter T. Molnar : “La langue est une partie importante de la personnalité”  

FLP2022 - Parmi les stands d’éditeurs, comme à chaque édition, le salon de Paris, devenu festival, offre une tribune aux littératures nationales. À côté d’un pavillon grec et ukrainien, s’est installé le stand hongrois. Entre agrégation de maisons et uniformité, sous la bannière de la langue de Sandor Marai. L’occasion pour l’écrivaine Eszter T. Molnar de nous présenter son premier roman traduit en français chez Actes Sud, Teréz, ou la mémoire du corps, mais également d’évoquer la littérature hongroise contemporaine avec Zoltán Jeney, qui a monté l’emplacement.

11/05/2022, 15:47

ActuaLitté

“Il est possible de proposer de nouvelles expériences littéraires”

Les genres de l’imaginaire se prêtent extrêmement bien au transmédia. Voilà longtemps que le Japon l’a compris – un peu moins longtemps que manga et anime sont acceptés comme d’authentiques véhicules culturels en France. Voilà longtemps, aussi, que les pays anglo-saxons nous abreuvent de films, de jeux vidéo, de romans tirés de licences, quand ce n’est pas l’inverse. Par l’équipe Pangar Studio.

10/05/2022, 17:46

ActuaLitté

“Le renouvellement des générations joue en faveur de l'Imaginaire”, Lloyd Chéry

ENTRETIEN – En quelques années, il s’est imposé comme le journaliste incontournable dans le domaine de l’Imaginaire. Depuis ses premières armes de lecteur, à son passage en bibliothèque, Lloyd Chéry en a fait une signature. Créateur du podcast C’est plus que de la SF, il récidivera prochainement avec une nouvelle émission : C’est plus que de la Fantasy. Car tout cela, c'est plus que de la passion...

09/05/2022, 11:24