#Usages

Samantha Bailly, sorcière

S’agissant de l’accusation pour sorcellerie de Samantha Bailly, la parole est à la défense. Par Sophie Lombard, lectrice. Simple lectrice. Mais c'est déjà beaucoup.

Le 15/10/2018 à 12:51 par Auteur invité

19 Réactions | 0 Partages

Publié le :

15/10/2018 à 12:51

Auteur invité

19

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Lorie Shaull, CC BY SA 2.0

Imaginez qu’un jour, devant le besoin impérieux de manger, Francis Huster décide, pour un projet qui lui tient à cœur, de créer son œuvre seul. Dans son coin, il crée, il diffuse et travaille comme des dizaines d’entrepreneurs, pour remplir son assiette. Il use de toute sa créativité et de toute son intelligence pour diffuser sa création par ses propres moyens, avant d’en céder les droits à un tiers. Imaginez maintenant que l’ensemble de son œuvre issue des circuits traditionnels, la centaine de films, de pièces, de séries télévisées disparaisse des rayons, des cinémas, des plateformes de replay, simplement parce qu’à titre exceptionnel, il a souhaité se passer d’une société de production dans un premier temps.

Ridicule, n’est-ce pas ? Pourquoi priver ses fans de son talent alors qu’il a souhaité vivre de son art, par l’introduction d'une seule goutte de miel dans un océan de vinaigre ? Et pourtant, cela arrive en ce moment même. Que les fans de Francis Huster se rassurent, on ne fustige sur la place publique qu’une femme. Rien d’inhabituel, donc.

Reprenons les chefs d’accusation.

Sorcellerie. Sorcière. Savez-vous ce qu’est véritablement une sorcière ? Une femme… avec des pouvoirs. Une femme avec du pouvoir. Et culturellement, elle est crainte. Pourquoi brûlait-on les sorcières déjà ? Ah oui. Trop intelligente, trop simple, trop belle, trop laide, trop grande, trop petite, trop charismatique, trop timide, trop… la liste est trop longue. Résumons-la donc simplement : est sorcière toute femme remarquable. Et Samantha Bailly est très remarquée actuellement.

Dans une chaumière au fond des bois vivait une sorcière…

Samantha Bailly est une militante. Une femme qu’on entend. Une femme qu’on remarque donc.

Dépeignez-vous l’autrice comme l’enfant atypique, chérie de l’édition. Nous sommes nombreux à la suivre depuis ses débuts. Au bourgeonnement de son art. Aux exercices de sa plume. Elle avait 14 ans lorsqu’elle a ouvert un site où elle mettait gratuitement en ligne ses écrits. Gratuitement. Que les mauvaises habitudes se prennent vite ! Créer du contenu divertissant est devenu son quotidien, et pour que ses lecteurs.rices en bénéficient encore, et, au risque d’enfoncer une porte ouverte, il paraît indispensable à la majorité d’entre nous, ayant déjà bénéficié d’un cours de biologie de base, qu’elle vive et donc qu’elle mange pour continuer à produire. (Pour tous les autres qui ne verraient pas encore la corrélation entre manger pour avoir de l’énergie et pouvoir travailler, rapprochez-vous de l’école élémentaire.)

Avant même l’ère des réseaux sociaux, elle avait agrégé une communauté hyperactive de lecteurs.rices. À 17 ans à peine, repérée par un micro-éditeur, elle signait son premier contrat pour La langue du Silence. Ce petit éditeur ne publiait pas assez pour avoir accès aux grands canaux de diffusion, aussi se fit-elle connaître essentiellement à travers les salons. Tous les week-ends, ce petit éditeur et elle partaient en tournée. Pour reprendre ses mots en interview : grâce à cette expérience, elle a vendu plus de 2000 exemplaires de son premier roman. Un très bon score pour un premier roman publié, aujourd’hui, à grande échelle, tant la situation semble s’être crispée dans la chaîne du livre.

Forte de ce succès, Samantha Bailly s’est fait repérer par de plus grands éditeurs. Elle a donc commencé à publier dans des maisons d’édition de tailles bien plus importantes.

En 2012, après des années à travailler dans l’univers du jeu vidéo tout en continuant à publier, elle s’est lancée dans l’écriture à plein temps.

Les lecteurs.rices sont depuis nombreux à suivre son aventure, ses ouvrages, et sont plus qu’enthousiastes le jour où elle crée sa chaîne Youtube, il y a 3 ans. Aux prémices de ce nouveau projet, un constat : les auteurs qui souhaitent se professionnaliser manquent d’informations. Avec 16 000 abonnés, sa chaîne, qui traitait d’un sujet finalement très confidentiel, est devenue une référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’envers du décor.

Son point de vue d’autrice, point de vue bien trop rare, à l’exception de Actualitté [Ndlr : merci...] qui traite des sujets de fond en donnant la parole à des auteurs, rassemble. Il fédère. Cristallise. En un mot, il se remarque. Vous devinez la suite ?

Chaque sortie remarquable lui donne davantage de pouvoir. Dans le chaudron de sa chaîne jusque dans les sortilèges de ses articles de fond, elle évoque sans détour le sujet sensible des agents littéraires. Dans sa tribune dans Actualitté il y a 2 ans, elle révèle la précarité dans laquelle elle vit.

En posant des mots sur les maux, elle met en lumière la réalité. Lumos ! Grâce à elle, de nombreux auteurs.rices vont alors passer le cap d’une tentative ignorée jusqu’alors. Une solution intermédiaire qui permet de négocier les contrats et conseiller la carrière. Cette petite révolution de l’agent littéraire a révélé des frictions complètement archaïques.

Aujourd’hui sur le bûcher, je compte bien la défendre.

Maître Lombard, avocate au barreau imaginaire de la Littérature

Je vous épargnerai les effets de manche et me contenterai du secret des prétoires de votre conscience. Quelle légitimité ai-je donc à défendre une sorcière ? Celle que vous m’octroierez. En d’autres termes, celles et ceux qui sont vent debout contre elle le resteront. Celles et ceux très nombreux qui saluaient sa démarche, la salueront encore. Mais je m’adresse à l’entre-deux. Celles et ceux d’entre vous qui ignorent encore où se positionner.

Je suis lectrice. J’observe l’univers du livre à travers la lucarne des auteurs, des éditeurs et des libraires, avec toute mon attention. Quand Samantha Bailly a annoncé sur son site sa volonté de faire une expérience avec son roman, La Marelle, j’ai suivi ses réflexions avec grand intérêt. Rappelons qu’il s’agit d’un seul roman sur la trentaine d’ouvrages déjà publiés et en parallèle de tous ces autres livres qu’elle publie et continue de publier. Par ailleurs, ce test de l’auto-édition a toujours été un test fait avant de céder éventuellement ses droits à un tiers et donc de retourner dans le circuit traditionnel. Une goutte d’eau dans l’océan de la surproduction littéraire.

J’étais présente à la remise du prix des Plumes Francophones de KDP. Joli clin d’œil devenu déplorable ironie du sort, elle avait lieu à l’hôtel de Massa, géré par la Société des Gens de Lettres, et où se trouvent les bureaux du Syndicat de la Librairie Française. Durant cette cérémonie, de nombreux auteurs autoédités ou issus de l’édition traditionnelle, voire des deux, ainsi que des éditeurs échangeaient sur la production littéraire de demain. Ce monde hétérogène sans être réactif n’avait rien, RIEN, de la confrontation. Ses composants s’observaient mutuellement, curieux et avide de coconstruction.

Bernard Werber parrainait cette remise des prix de l’auto-édition et j’ai eu beau scruter internet : rien contre lui, tout contre Samantha Bailly.

Alors je m’interroge…

Peut-on encore aujourd’hui rendre coupable la victime remarquable ?

« Victime ?! Allons Maître, reprenez vos esprits ! C’est elle qui a prononcé, parmi d’autres mots, les termes d’auto-édition, de numérique, de Kobo, de plateformes, d’Amazon... »

Oui. Mais a-t-elle choisi les réactions de qui croyait bon de commenter sa liberté ? Non.

« Mais enfin, c’est le jeu ! On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est évident ! »

Et quand ce « jeu » relève du droit pénal ou du droit civil, est-il toujours aussi bon enfant ?

Silence dans le prétoire.

Sur les réseaux sociaux, Samantha Bailly rapportait, screenshot à l’appui, ses menaces.

« Vous êtes la femme à abattre. » « Vous êtes l’ennemie du livre. » « La première chose que je fais en arrivant dans ma boutique, c’est de renvoyer tous vos livres. »

Alors j’entends déjà les réactions « Non, mais on ne va pas la tuer pour de vrai ! » ah parce que « pour de faux » c’est mieux donc c’est rien ? Juridiquement, c’est constitutif d’une menace. La menace relève de l’atteinte à la personne, qui sont divisées en deux catégories :

  • L’atteinte au corps d’autrui, dont le harcèlement moral fait partie (j’y reviendrai)
  • L’atteinte à la dignité et à l’honneur d’autrui, comme la diffamation et autres atteintes à la vie privée, discrimination, abus de faiblesse... peuvent l’être.

Le silence s’épaissit.

Soyons méthodiques.

Toujours screenshots à l’appui, des libraires, absolument pas constitutifs du corps de métier en général, mais tout de même les plus audibles, menacent de renvoyer au pilon l’ensemble de ses autres ouvrages. Sous prétexte qu’un livre démarre hors de l’édition traditionnelle et passe entre autres par Amazon, par ailleurs utilisé notoirement par toutes les maisons d’édition qui abreuvent ces librairies indépendantes, on la menace de faire disparaître des rayonnages l’ensemble de sa production.

« Le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende. » Art. 222-33-2 du Code Pénal.

Cet appel au boycott relève du harcèlement en bande organisée.

On met par ailleurs en cause son militantisme. On la taxe de faire trop de bruit ou de la mauvaise publicité aux causes qu’elle défend. Plus que jamais, elle incarne les causes qu’elle défend ! Elle gagne chaque jour en légitimité ! Cette légitimité qu’on lui discute par sa seule condition de femme remarquable. De sorcière.

Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non. Parce que Samantha Bailly est une jeune femme, culturellement, on use et abuse de l’intimidation pour la faire rentrer dans le rang. Ce rang des femmes parfaites et homogènes où rien ne dépasse. Rien ne se remarque. On attend d’elle de se conformer exactement à ce que l’on voudrait qu’elle soit.

Parce qu’il est infiniment plus facile de s’en prendre à sa personne plutôt qu’à un système, on la fustige. On lui donne rendez-vous sur le bûcher. On discrédite ses actions militantes.

Alors, résumons.

Depuis l’article de Livre Hebdo qui a mis en exergue l’expérience d’auto-édition numérique menée par Samantha Bailly – sur l’un et l’un seulement ! de ses titres –, la jeune autrice a suscité une vague de réactions comme on en a rarement vu dans ce milieu.

L’article cite Amazon, puisqu’elle va utiliser ce canal de diffusion tout comme elle en utilisera d’autres, tels que Kobo ou des plateformes de librairies indépendantes. L’objet de sa démarche est très bien expliqué sur son blog : elle souhaite dans un premier temps conserver ses droits. Elle s’accorde le temps de réfléchir, pour ensuite céder ses droits à des tiers, après les avoir exploités elle-même en numérique. C’est limpide. Des libraires indépendants sont même en train de l’aider à entrer dans la danse, et voir son livre référencé et promu chez eux. Et pourtant, elle fait face à une déferlante de haine sur les réseaux sociaux, que je m’explique de plusieurs façons :

— Utiliser le mot « Amazon » semble proscrit dans ce milieu. Une hypocrisie sans égale lorsqu’on sait que le géant du numérique s'invite à la Société des Gens de Lettres, prend un stand à Livre Paris, et que tous les éditeurs y mettent leurs livres en vente. De nombreux auteurs.rices de best-sellers actuels ont démarré par une exploitation uniquement numérique, via KDP par exemple, et signent des records de ventes impressionnants en librairie.

— L’auto-édition est absolument méconnue. Le droit d’auteur aussi. Pétri du cliché « Les mauvais livres sont autoédités. », on en oublie trop facilement que « Tout ce qui est auto-édité n’est pas mauvais et tout ce qui est édité par des maisons d’édition n’est pas bon. ». Les individus confondent le fait de publier soi-même son livre en numérique avec une prétendue exclusivité d’édition desdites plateformes. Peut-être que c’est leur but à long terme, mais pour l’instant, c’est l’exact inverse ! Les auteurs restent propriétaires de leurs droits et peuvent être leur propres éditeurs.

— Samantha Bailly est militante, présidente de la Charte des Auteurs et Illustrateurs et de la Ligue des Auteurs Professionnels. Avec #Payetonauteur, elle est devenue malgré elle un symbole, et l’une des rares personnalités à bousculer les lignes pour la défense des auteurs – on en compte plein d’autres auteurs.

— Surtout, et je tiens à aborder ce point, Samantha Bailly est une jeune femme qui subit de plein fouet le sexisme de l’édition, et ce depuis le début de ses mandats. C’est à ce point flagrant de l’extérieur qu’on se demande vraiment pourquoi personne n’en parle.

Concluons.

Mona Chollet vient de sortir son ouvrage Sorcières : la puissance des femmes invaincues. Dans ce livre, elle revient sur les femmes qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie, donc censurées, éliminées, réprimées, parce qu’elles étaient indépendantes. Le parallèle est presque trop facile ! En tentant l’expérience de l’auto-édition, Samantha Bailly est définitivement, factuellement et juridiquement devenue indépendante. A fortiori dans un univers sexiste.

Alors qu’il n’a jamais été question de tourner le dos à l’édition traditionnelle dans sa démarche, mais seulement d’explorer des compléments de revenus, c’est un fragment de l’édition traditionnelle qui lui tourne le dos. Un petit fragment, un fragment bruyant peu représentatif, sans aucun doute, mais un fragment qui s’est fait entendre. Ces libraires qui boycottent se tirent une balle dans le pied.

L’étude du CNL sur les jeunes et la lecture montrait la nécessité de faire des librairies indépendantes un lieu plus ouvert aux jeunes générations, dont les habitudes ont muté vers le web. Soutenir une autrice dont le cœur de lectorat est les 15-30 ans, c’est justement s’acquérir ce public-ci.

Les temps changent et aujourd’hui je prête à la conscience la possibilité, non plus folle, mais pleinement raisonnable, d’inverser la charge de la preuve. De ne pas accuser une sorcière, mais ses bourreaux. Au XXIe siècle, j’exhorte notre conscience collective à s’indigner, face à ceux et celles qui veulent brûler les sorcières d’aujourd’hui. J’appelle de mes vœux ce contre-pouvoir.

Si Samantha Bailly ravive éditorialement les plaies de Salem, alors elle prouve son militantisme sans commune mesure. Si on la craint parce qu’elle bouge le petit doigt, ou devrait-on dire le bout de son nez, c’est peut-être parce qu’elle est devenue la figure d’une femme puissante, qui n’a pas chancelé une seconde. Une femme avec des pouvoirs. Une femme avec du pouvoir.

Parce qu’il est inadmissible de recourir à l’intimidation et au harcèlement pour empêcher quelqu’un de vivre de son métier, clôturons ce procès inégal et tournons-nous ensemble vers ses détracteurs.

Samantha est la sorcière bien aimée de beaucoup, beaucoup de monde. Des lecteurs, des éditeurs, des libraires, des bibliothécaires, des organisateurs de festivals. Nous la soutiendrons, avec toute la branche vertueuse de la chaîne du livre, pour que soient proposés des changements profonds, afin que la chaîne du livre soit un endroit plus sain pour tous les précaires, y compris les libraires, et que soit reconnu non plus la qualité d’auteur, mais son métier.

Avec un peu de magie, toute cette polémique et toute cette haine peuvent être métamorphosées en une remise en question intéressante. Amorçons dès maintenant les changements nécessaires, si l’on souhaite garder nos auteurs.rices en France, dans le système de l’édition.

19 Commentaires

 

Jiji

15/10/2018 à 14:36

La démarche est honorable, et je défends Samantha Bailly dans sa démarche d'expérimenter un nouveau canal de diffusion pour permettre un meilleur avenir aux auteurs.

MAIS cet article est clairement celui d'une lectrice, j'entends par là d'une passionnée qui mélange tout, et s'éparpille sur le parcours de Samantha. Je viens remettre les choses à leur place, et apporter quelques éclaircissement à cet article ô combien vanteur et exagéré.

SB n'a pas été repérée suite aux ventes (plutôt bonnes) de sa première saga, mais suites à d'autres publication et surtout du fait qu'elle ait remporté le Prix Imaginale des lycéens en 2011.

"En 2012, après des années à travailler dans l’univers du jeu vidéo" : SB n'a pas travaillé des années dans le jeux vidéo, là encore c'est très exagéré. Elle est restée à peine 2 ans dont 1 an en tant que stagiaire.

"Dans sa tribune dans Actualitté il y a 2 ans, elle révèle la précarité dans laquelle elle vit." SB a vécu dans un environnement très précaire lors de son démarrage, et elle défend avant tout le fait qu'il n'est pas normal d'avoir des revenus aussi faibles en tant qu'auteur. Elle souligne également qu'il faille multiplier les activités pour vivre convenablement, ce qu'elle fait depuis des années pour s'assurer un mode de vie très confortable et mérité.

"Sur les réseaux sociaux, Samantha Bailly rapportait, screenshot à l’appui, ses menaces." Où sont-ils ? Pas de liens, rien ? Je suis l'affaire depuis son démarrage, et je n'ai pas souvenir de post de SB mettant en avant les menaces reçues...


"Toujours screenshots à l’appui, des libraires, absolument pas constitutifs du corps de métier en général, mais tout de même les plus audibles, menacent de renvoyer au pilon l’ensemble de ses autres ouvrages." : renvoyez-nous sur les liens, car encore une fois ce serait plus impactant de mettre les fameux screenshots en évidence, et comme vous le soulignez plus haut : "Soyons méthodiques." Montrez des faits, arrêtez de tergiverser autour de mots qui apparemment ont été rendus publics mais qu'on ne trouve pas à travers les publications Facebook, Twitter ou Instagram de SB.

"Cet appel au boycott relève du harcèlement en bande organisée." Mouais... il n'y a pas vraiment eu d'appel au boycott, juste la colère infondée de quelques libraires trainant sur le net. Encore une fois des paroles exagérées, sans screenshots, sans rien pour illustrer les propos.

"Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non." Oh je pense fortement que si Werber s'était risqué sur ce genre de tentative, il aurait été insulté lui aussi sur la place des libraires. Je pense que l'autrice de cet article mélange guerre des genres et guerre du livre, car à aucun moment je n'ai vu de commentaires ou insultes envers SB concernant le fait qu'elle soit femme et autrice. Si Werber n'a pas été remis en question, c'est tout simplement car il ne s'est pas lancé dans l'aventure de l'auto-édition.

"Avec #Payetonauteur, elle est devenue malgré elle un symbole" c'est un peu exagéré tout de même... SB a fait prendre conscience de nombreuses choses, car son discours sur Youtube était mieux adapté aux médias modernes, mais d'autres auteurs avant elles ont tenu ce genre de discours, et surtout ont trouvé un bon arrangement pour vivre de l'auto-édition. Encore une fois, on a affaire au discours d'une fan.

"Surtout, et je tiens à aborder ce point, Samantha Bailly est une jeune femme qui subit de plein fouet le sexisme de l’édition, et ce depuis le début de ses mandats" Ah bon ? C'est à dire ? Pas d'approfondissement, juste des accusations jetées à la và-vite pour justifier le discours sans fondement de son autrice. SB a toujours été respectée, et ce même avant qu'elle ait pris sa place de Présidente de la Charte. On peut savoir d'où sortent ces accusations ?

"c’est un fragment de l’édition traditionnelle qui lui tourne le dos." à voir par la suite, il ne faut pas s'arrêter aux avis de quelques libraires mécontents et ignorants, en sachant surtout que des éditeurs sont intéressés par l'ouvrage de SB.

"Si Samantha Bailly ravive éditorialement les plaies de Salem, alors elle prouve son militantisme sans commune mesure." pourquoi mêler sexisme et auto-publication dans cette histoire ? Vraiment, je ne comprends pas la métaphore exagérée de l'autrice qui s'embourbe dans des figures alambiquées en oubliant qu'il n'est question que de la colère des libraire face à l'auto-édition dans a posture de SB, et non à son sexe.

"Parce qu’il est inadmissible de recourir à l’intimidation et au harcèlement pour empêcher quelqu’un de vivre de son métier" c'est mignon, mais bon, à voir par la suite encore une fois comment va évoluer la situation. ça sent surtout la colère d'un post et d'un titre de presse maladroit, mais de là à dire que toute la carrière de SB va s'écrouler à cause de quelques libraires mécontents, il n'y a qu'un pas.

Bref, en conclusions, ça s'emmêle les pinceaux, ça essaie d'écrire en se disant que SB va lire l'article, être touchée, et apprécier cette plume ô combien métaphoriques, mais ça mélange sexisme et édition, qui sont deux débats qui ont lieu d'être, mais pas ensemble dans ce "scandale" reposant avant tout à mon avis sur l'utilisation d'Amazon et non une autre plateforme d'auto-édition. Quoi qu'il en soit, soutenez SB dans sa démarcher, et attendons de voir ce qu'elle va tirer de cette expérience de hurler à la fin de sa carrière et réputation :)

Ana

15/10/2018 à 16:35

Totalement d'accord avec vous,
Si l'article est bien écrit, je ne vois pas bien le rapport sexisme/auto-édition qui n'a rien à voir avec le soucis que relève la volonté de SB.

Werber ou un autre, ç'aurait été pareil. Encore une fois ce n'est pas le sexe le fond du problème, mais la volonté de sortir de l'édition "traditionnelle".

Je ne comprends pas la décision de Actualitté de publier cette tribune sur le site, j'y vois plus un courrier de fan qui se mélange les pinceaux, qu'une réelle défense et explication du "geste" de son auteure fétiche.

Sidonie

15/10/2018 à 16:48

Franchement Jiji, vous vous êtes relu ? Quelle condescendance, quel mépris ! Avec votre fielleux ''ça s'emmêle les pinceaux, ça essaie d'écrire… '' On vous entend ricaner entre les lignes. Ça décrédibilise une grande partie de votre argumentaire.

Betty

15/10/2018 à 16:16

Heureusement que "Jiji" est là pour rétablir la vérité. Enfin, plutôt pour réinterpréter à sa sauce les arguments et prétendre qu'ils sont faux.

Si on mêle le sexisme dans cette histoire, c'est justement parce que toute femme de (avec du) pouvoir subira systématiquement des menaces sur sa carrière, sera jugée, moquée, ne pourra jamais se tromper sans être mise à l'écart.

Le système patriarcal s'auto alimente et se défend très bien de l'intérieur pour survivre, tout le temps, tous les jours, depuis des siècles.

Prétendre le contraire c'est soit être d'une immense naïveté, soit vouloir tirer profit de ce système en tant que dominant ou dominée complice.

Est-ce que je me trompe en affirmant "Jiji" que vous êtes un homme qui vient de nous montrer un bel exemple de mansplaining ?

Jiji

15/10/2018 à 17:08

Hello "Betty" (j'aime aussi les guillemets, que veux-tu !)

Je suis une femme, qui suis la carrière de Samantha depuis de nombreuses années. Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans ce que j'ai pu souligner, avec arguments. Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de sexisme, ou que SB n'en avait jamais subit durant sa carrière (chose dont elle n'a relativement que très peu abordé). Les libraires mécontents se sont manifestés non pas parce que SB est une femme, mais bien à cause de son choix d'auto-édition. Je ne me souviens pas que l'un d'eux se soit acharné sur son identité d'autrice ou son sexe, ou qu'elle l'ait même souligné de cette manière. On lui a manqué de respect pour son choix éditorial, et non car elle est une femme.Bien entendu, plus une femme a de pouvoir et d'ambition, plus elle est remise en question, moquée, et rabaissée. Là, ce n'est pas une question de sexe, mais bien d'auto-édition. Ou alors, il n'y a que les libraires qui sont sexistes, à voir.

Je reste persuadée que le "scandale" aurait même été plus important si un auteur avec la réputation de Werber avait fait ce genre de choix. Malheureusement, pour le moment on ne devra observer que les avancées de Samantha, et les conclusions qu'elle tire de son expérience, en espérant qu'elle puisse inspirer d'autres auteurs à prendre plus de risque pour faire progresser leur statut de créateur.

Jiji

15/10/2018 à 17:31

@Sidonie je n'avais pas vu ton message !

Donc dire que l'autrice de cet article s'emmêle les pinceaux (ce qui est vrai) est méprisant ? Cela ne m'amuse pas non plus des masses de lire un article empli de bonnes intentions certes, mais qui passe d'un problème à un autre qui n'a (pour le moment tout du moins) pas besoin d'être évoqué. Pourquoi ne pas parler plutôt du choix de l'auto-édition au lieu de hurler au sexisme sans vraiment d'argument ? Pourquoi adopter un ton si affirmé et sûr de soi quand à chaque ligne on saute d'un problème à l'autre sans réel argument ? Cet article n'est pas mauvais, juste maladroit et un peu à côté de la plaque dans le contexte du choix de l'auto-édition de Samantha selon moi.

Léonore

15/10/2018 à 17:43

Je ne comprends pas non plus ce que le sexisme vient faire dans cette histoire, Samantha n’a rien dit à ce sujet ? A moins que j’ai raté un épisode ^^’

Je trouve Jiji un peu dure dans ses propos, mais je suis plutôt d’accord sur le fond, je suis aussi dérangée par les facts jetés un peu comme ça sans lien... il n’y aurait pas moyen de remédier à ça ?

Htul

15/10/2018 à 21:47

Que cet article soit un courrier de fan ou une tribune, qu'elle importance ? je ne vois ici qu'une tentative saine de vouloir montrer ce qui ne va pas et dont tous le monde préfère se bander les yeux.

Oui ok on est d'accords que le problème central c'est la manière dont l'auto-édition est vu, mais c'est un fait aussi que le sexisme est partout, dans le moindre recoin et je ne vois pas le mal à ce qu'une lectrice ne puisse pas ouvrir sa plume pour dire quelque chose à ce sujet.

Internet est bien assez grand pour tous le monde et pour que chacun et chacune puisse y exprimer ses opinion. Nous savons également que très souvent cela ressemble à un gloubiboulgua de choses incohérentes et sans sources avec par moment de vraies perles de bon sens et de vérités.

Là, nous avons un article bien écrit, qui présente des faits. plutôt que de les relever de manière condescendante (car désolé Jiji, mais même si vous n'avez pas entièrement tort, ni entièrement raison, votre manière d'écrire fait penser à de la condescendance, même si (et je peux vous croire) ce n'était pas votre intention.) pourquoi ne pas le compléter ? Vous avez google, vous pouvez trouver les liens, ou prouver qu'il n'y en a pas et aider à étoffer cet article sans pour autant rabaisser (encore une fois je rappel que c'est l'allure de votre commentaire que je juge et pas vos intentions qui quoi qu'il arrive resterons dans le domaine du bénéfice du doute (merci internet).).

Car si il y a bien une chose que cet article montre, et surtout ses commentaires, c'est ce côté à de suite tirer vers le bas en montrant ce qui ne va pas en oubliant de montrer également ce qui va. Comme je le disais, j'ai lu votre commentaire dans son entièreté et je suis d'accords avec certains points et pas d'accords avec d'autres, mais ce qui est sur c'est que tout ce que j'ai ressenti devant votre prise de parole, c'est une sentiment de vouloir plus juger et tirer vers le bas l'article, ce que je trouve dommage.

Arrêtons de nous bander les yeux, c'est un réflexe bien trop fréquent que de faire ça à quelqu'un qui s'exprime en bien comme en mal. Et surtout arrêtons de toujours nous reposer sur ce qui nous tombe tout cuit dans la bouche, nous avons un outil puissant, internet et à tout moment nous pouvons vérifier et compléter l'article que l'on lit. Alors pourquoi ne pas prendre le temps de faire ça plutôt que de tout de suite toucher là ou ça ne nous va pas ?

En tout cas je remercie Sophie Lombard pour cet article intéressant que je compléterai évidemment via la chaîne Youtube de Samantha Bailly et autres sites et réseaux sociaux.

Leia

15/10/2018 à 23:25

Je suis entièrement d'accord avec ce que Jiji peut dénoncer, moins avec son tact (qu'elle semble remettre en question après ?)

Mais c'est dommage de mettre en avant ce genre d'article que je trouve hors sujet par rapport à la problématique de base, qui est l'auto-édition. Cet article a sa place dans le débat sur le sexisme dans l'édition, mais pas dans le cas de Samantha qui ne parle même pas de cette problématique dans les réactions face à ses choix d'auto-éditions...

C'est HS par rapport à ce que Samantha affronte, et je ne comprends pas la réflexion de l'auteur qui évite très largement ce sujet

Jiji

16/10/2018 à 09:40

@Htul

Je peux comprendre que le ton que j'ai employé est sec, mais je suis agacée de constater que pour débattre des choix de l'auto-édition dans le cas de Samantha Bailly, on donne la parole à une lectrice, une fan qui ne semble pas vraiment comprendre le noeud du problème dans ce cas, et qui choisit d'évoquer une thématique vraie certes, mais hors sujet avec ce que met en avant Samantha depuis ses accrochages avec les libraires.

Bien entendu que cet article est plein de bonnes attentions, mais c'est énervant de lire un article qui se veut moralisateur sur sa forme sur fond de disserte, et qui n'aborde que trop peu la véritable problématique de cette polémique. J'ai finalement l'impression de lire l'éloge d'une fan qui ne voulait rien de plus que s'étaler un peu sur un sujet qui lui tenait à coeur, sans vraiment creuser plus que ça. C'est facile de pointer du doigt ce qui ne va pas, on sait pertinemment ce qui ne va pas dans le monde de l'édition sur bien des niveaux, et le sexisme reste l'une des problématiques les plus fortes, mais il est encore plus décrédibilisant d'écrire un courrier pour prôner "le sexisme c'est pas bien" alors que dans ces conditions, le problème se situe à un autre niveau. Je ne me souviens même pas que Samantha aborde cette problématique dans les retours hargneux qu'elle a reçus, qui encore une fois auraient sans doute été les mêmes si un auteur influent avait fait ce choix.

Pauli

16/10/2018 à 09:54

Sur le fond Samantha Bailly (SB) est évidemment libre de publier en autoéditant, et les libraires qui la critiquent de façon virulente sont indéfendables.

Pour le reste je ne suis pas du tout d'accord avec cette tribune :
Aucun élément dans cette polémique ne démontre un quelconque sexisme. Si Bernard Werber avait autoédité ? pure conjecture, il ne l'a pas fait... En revanche Marco Koskas l'a fait il y a peu, et il a récolté exactement les mêmes critiques des mêmes libraires. Et sauf erreur de ma part c'est un homme. Ce simple exemple récent suffit à démonter l'argumentation sexiste.
NB : C'est fatiguant cette guéguerre des "communautés" au détriment de la véritable argumentation. Si elle avait été gay on aurait sans doute dit que c'était de l'homophobie, etc.

Je partage donc les commentaires ci-dessus, cela ressemble à un texte partiellement hors sujet d'une fan qui tape des pieds parce qu'on critique son idole, sans rien démontrer.

Les raisons réelles de la colère des libraires sont plutôt à mon avis :
- SB est une porte parole des auteurs, à ce titre elle joue un rôle symbolique et ses faits et gestes sont analysés d'autant plus près.
- L'exemple récent de Marco Koskas fait que certains esprits sont échauffés. (Ca ne justifie pas pour autant ces critiques, on est d'accord.)
- SB a lancé son livre sans proposer de format imprimé (il est facile à distribuer aux libraires via des plateformes comme lightning source ou bookelis ou autres ; qui à l'opposé du modèle fermé d'amazon permettent à tous les librairs de commander). Jean Michel Apathie avait pris soin de rapidement distribuer en papier son dernier livre autoédité et aucune critique de libraires n'a été entendue, je pense donc que ça a joué.

Betty

16/10/2018 à 11:34

Visiblement la plupart d'entre vous ont oublié dans leur recherche sans faille de la vérité qu'il ne s'agit pas d'un article objectif mais d'une TRIBUNE.

C'est à dire l'avis personnel et argumenté d'une personne qui a fait ses recherches et bien, dans ce cas précis.

Essayer de la discréditer à coup de "elle n'a pas travaillé PLUSIEURS années dans le jeux-vidéo, mais seulement 2 ans" c'est assez risible.

Jiji

16/10/2018 à 14:28

Rebonjour @Betty !

C'est une tribune, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est dans le vrai. Toi qui défend le féminisme et qui ose hurler sur mon identité au mansplaining, tu te souviens de la tribune de Catherine Deneuve sur la liberté d'importuner ? Ce n'est qu'une tribune certes, mais elle était à côté de la plaque. C'est aussi le cas de celle-ci dans un contexte d'un débat qui touche non pas la guerre des sexes, mais la question de l'auto-édition et des choix éditoriaux de Samantha Bailly. C'est déplacer le problème à un autre, et ainsi ne pas traiter véritablement le fond du problème, qui n'a rien à voir avec Samantha en tant qu'autrice.

En ce qui concerne les recherches, et bien non désolé mais ce n'est vraiment pas correctement fait. Oui, j'ai été tatillonne, mais lorsqu'on lit ce qui ressemble plutôt à une éloge où TOUT est exagéré, et bien ça me pique d'aller faire un tour sur le net pour trouver les informations. De plus, nombre d'affirmations sont balancées comme ça, sans preuves, sans références, sans renvoi à quelques preuves que ce soit. Surtout concernant les screenshots évoqués au moins trois fois dans l'article, j'ai beau faire le tour des réseaux sociaux de Samantha, je n'ai rien vu de tel.

Enfin, ce n'est pas amusant de discréditer quelqu'un, ce n'est pas mon objectif. J'aurais été plus souple si la personne, même en tant que lectrice/fan, traitait de l'auto-édition avec des arguments valables de son point de vue de lectrice, au lieu de partir dans tous les sens avec des accusations qui n'ont pas lieu d'être dans cette polémique.

Betty

16/10/2018 à 15:29

En fait ce n'est pas parce que tu n'es pas d'accord, toi, avec l'angle d'attaque d'une réflexion, que celle-ci est forcément fausse. Et c'est encore moins l'occasion d'arriver avec un ton condescendant pour essayer de la discréditer sur des arguments hyper discutables. Je pense, je suis même certaine que Samantha Bailly a lu cette tribune et que si il y avait tant d'horribles approximations comme tu le prétends, elle aurait réagi.

Reste que celles que tu prétends souligner ne changent rien au fond. Est-ce qu'on en a vraiment quelque chose à faire que Samantha ait travaillé seulement 2 ans dans le domaine du jeu vidéo ? Est-ce que VRAIMENT ça change quoi que ce soit au problème, est-ce que ça discrédite quoi que ce soit au propos que toi tu estimes que "plusieurs années" ce ne soit pas juste 2 ans mais au moins 3 ?

J'avoue qu'à part venir faire la leçon en essayant de rabaisser l'autrice de cette tribune, ce qui m'a fait penser au mansplaining en premier lieu, je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de tes nombreuses interventions.

Si tu estimes que nous ne vivons pas dans une société patriarcale où dès qu'une femme a du pouvoir, on trouvera toujours un moyen de la remettre à sa place et de lui rappeler qu'elle n'a pas le droit à l'erreur, tant mieux pour toi. Tu peux rester dans ta bulle naïve si cela te réconforte.

Mais posons nous les bonnes questions : les grandes actrices ont elles le droit à l'erreur comme les hommes ? Ont-elles le droit à une certaine ambition comme les hommes ? Et les réalisatrices trouvent-elles facilement du boulot ? Et si un de leur film est un échec, est-ce que, comme les hommes, on va les réengager derrière facilement ? Et les youtubeuses sont elles nombreuses hors du cadre des youtubeuses beautés ? Celles qui parlent de sciences, d'histoire, de cinéma le font elles aussi facilement et ont elles autant d'abonnés que les hommes ? Les patronnes de grandes entreprises sont elles légion ? Ont elles plus à prouver que les hommes pour accéder aux mêmes postes ?

La réponse à toutes ces questions est non. Maintenant tu as le droit de continuer de penser ce que tu veux, qu'il n'y a pas ici de sexisme intériorisé qui pousse à une réaction plus épidermique et violente quand c'est une femme qui entreprend et commet une maladresse. Mais c'est ton avis, et pas une vérité universelle comme tu sembles le croire dans tes nombreux commentaires.

Cette tribune avait pour objectif d'éclairer un autre angle qui n'a pas de rapport direct avec l'auto-édition, le choix de Samantha Bailly et les arguments pour justifier ce choix. Ce débat dure depuis des jours et de nombreuses choses ont été écrites sur le sujet. Le choix de cet angle se rapporte à la sociologie, une science qu'il faut un peu maîtriser pour pouvoir venir en parler, mais ce n'est que mon avis.

Cette tribune a été très partagée sur les réseaux sociaux. Si elle était tellement à côté de la plaque, nous ne serions pas aussi nombreux à nous reconnaître dedans.

Plutôt que de venir répéter en boucle ici que ce n'est pas le bon angle, ou plutôt pas l'angle que tu aurais choisi, pourquoi ne pas écrire ta propre tribune avec toutes les explications sur ta vision de l'auto-édition et du marché du livre ? Je suis certaine que ce sera hyper bien documenté, précis et sans interprétation possible.

Jiji

16/10/2018 à 16:23

@Betty c'est limite si tu ne deviens pas insultante toi-même ;)

Je comprends tes propos et je ne peux qu'encourager ton envie de défendre le combat féminisme dans l'édition. On va parler un peu sociologie, même si apparemment je n'atteindrai jamais ton niveau si avancé. Tu as justement vu les réactions sur les réseaux sociaux à cet article ? Pas mal de monde commence à croire que le boycott de Samantha est lié à son sexe, en partie à cause d'affirmations comme celles-ci :

"Si Bernard Werber l’avait fait, aurait-on questionné sa légitimité ? Son droit d’être comme ceci ou comme cela ? Non. Parce que Samantha Bailly est une jeune femme, culturellement, on use et abuse de l’intimidation pour la faire rentrer dans le rang. Ce rang des femmes parfaites et homogènes où rien ne dépasse. Rien ne se remarque. On attend d’elle de se conformer exactement à ce que l’on voudrait qu’elle soit."

Ce n'est absolument pas vrai, et les gens commencent à croire qu'il y a harcèlement car Samantha est une femme qui a une certaine influence dans le monde de la littérature jeunesse francophone. Ce genre d'article créée une réaction en chaîne, déforme les faits, détourne le véritable fond du problème et créée de fakes news, car il affirme ce qui n'a pas lieu d'être dans ce débat, à tort. Oui, aborder cette affaire sous le prisme du féminisme peut être intéressant, mais autant le faire correctement, sans affirmer n'importe quoi. Encore une fois, si Werber avait décidé d'auto-publier, il y aurait eu scandale de la part des libraires. Je ne peux que te renvoyer au commentaire de Pauli qui résume très bien ce qui ne va pas dans cet article, avec plus de tact que moi je le confère.

Et ne pas être d'accord avec l'autrice n'est pas rabaisser. Ce n'est pas non plus parce que des personnes sont d'accord avec son propos qu'il est forcément dans le vrai. Je conclus donc, quitte à répéter en boucle dans ma bulle naïve de femme qui ne comprend rien à la (ta ?) "sociologie" : affirmer (car l'autrice affirme hein, on est d'accord là dessus) que Samantha subit un harcèlement car c'est une femme de pouvoir et qu'on veut la faire taire est faux. ça ne veut pas dire qu'elle n'a pas vécu ce genre de situation, ni qu'il faut se voiler la face, mais les personnes qui n'ont pas toutes les informations sur cette histoire et se contenteront de lire cette tribune, comprendront les choses de travers.

Moon

18/10/2018 à 00:05

Quel plaisir de lire un article comme ça, qui expose sans détour les problèmes que soulève cette affaire. Une affaire pourrait d'ailleurs passer totalement inaperçue si des professionnels sans scrupule ne s'étaient pas d'un coup autoproclamés inquisiteurs de l'Eglise du Livre Autorisé.
Merci, Mme Lombard d'avoir passé du temps à rédiger cet avis que je partage.
C'est triste de constater qu'il faille quelqu'un "d'extérieur" pour pouvoir dire tout haut que l'Empereur est nu, parce que personne "à l'intérieur" n'ose nommer l'évidence.

Kat

20/10/2018 à 18:33

Avant toute chose je tiens à préciser que jusqu'à présent, je ne connaissais pas du tout Samantha Bailly, et si j'ai lu un de ses livres, cela remonte à loin. Bref, je suis donc tombée sur cette tribune sans le moindre préjugé, juste par curiosité.
Que dire ? Quand je vois tous ces commentaires virulents, j'ai presque l'impression qu'une chasse aux sorcières se joue.

J'aimerais savoir ce qui vous dérange vraiment, au fond. Est- ce le fait que Mme Lombard ose écrire ce que des dizaines, des centaines voire des milliers et pourquoi pas des millions d'auteurs pensent tout bas ?
Est-ce le fait qu'elle parle de sexisme ?
Enfin, est-ce le fait qu'elle défende cette autrice et, du même coup,cette nouvelle manière d'appréhender l'édition ?
Une autre question : pensez-vous vraiment que si un écrivain avait agi ainsi aurait été traité de la même manière ? Assurément non, et vous le savez tous aussi bien que moi.

Ecrire, c'est imaginer, écrire, c'est être en renouvellement constant. Je trouve donc normal que l'on renouvelle de ce fait l'édition, d'autant plus que, il faut bien le reconnaitre, les éditeurs et les libraires sont bien plus attirés par ce qui fera vendre que par la beauté principal du livre. Qu'on ne me dise pas le contraire, j'ai fréquenté ce domaine.

Quant à vous, Jiji, ne prenez-vous pas les autres lecteurs - et de ce fait, moi-même - pour des idiots,incapables de comprendre quoi que ce soit quand vous dites que, je cite " les personnes qui n'ont pas toutes les informations sur cette histoire et se contenteront de lire cette tribune, comprendront les choses de travers." ? N'oubliez jamais qu'un lecteur est bien plus intelligent qu'on ne le pense.

Certes, je reconnais tout à fait le droit de ne pas être d'accord avec tous les propos de cette tribune, néanmoins, il y a la manière de le dire. Ce que j'ai pu lire dans votre commentaire laisse transparaitre un manque de respect certain envers Mme Lombard. Si elle dit s'appuyer sur des preuves, il est évident qu'elle les a eues à disposition, quel intérêt aurait-elle eu de mentir à ce sujet, dites-moi ?

Bref, pour en revenir à cette tribune,je la trouve très bien, elle s'en tient aux faits, donne son avis qui,à vos yeux, est peut-être trop subjectif, mais une tribune sert également à cela. Elle nous permet de jeter un oeil sur ce qu'on ne voit pas dans ce monde fermé qu'est l'édition.

Clémentine Ferry

22/10/2018 à 18:47

Je rejoins Kat dans son commentaire. Il ne s'agit pas d'un article, mais d'une tribune d'une lectrice qui est donc forcément subjective. De plus, au lieu de s'intéresser au fond du problème, vous ne faites que commenter phrase par phrase comme s'il fallait disserter sur son point de vue.

Je trouve la tribune de Madame Lombard d'autant plus forte qu'elle utilise une belle métaphore quand on connaît le travail de Samantha Bailly dans l'imaginaire! Et je la salue d'avoir mis en avant l'hypocrisie actuelle autour d'Amazon qui ne fait qu'empirer la situation.

Je trouve ça dommage au final, que dans un pays comme le notre où l'on célèbre (à tort apparemment?) la liberté d'expression et le droit à la parole, d'être aussi virulent face à une lectrice. Même si peut-être elle déplace le problème de base ou n'a pas les bonnes infos, ce n'est pas la question. Il ne s'agit pas d'un papier informatif, mais d'un soutien à une personnalité publique.

Tybalt

04/08/2020 à 14:38

A quoi bon demander à une tribune faite par une personne qui se présente comme une simple lectrice de présenter toutes les qualités de précision et de rhétorique qu'une biographe professionnelle ?

Malgré ses limites, cette tribune aligne de nombreux arguments pertinents ou, à tout le moins, troublants. Et elle pointe avec justesse l'hypocrisie qui consistait à s'attaquer à Samantha Bailly à propos d'autoédition et d'Amazon, alors que des poissons bien plus gros se gorgent grâce à ces mêmes plate-forme et ne mourraient pas de faim s'ils arrêtaient de le faire, contrairement à l'écrivaine dont on parle ici.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Objet : atteinte aux droits sociaux des artistes-auteurs et autrices

Il n’y aura pas de confinement du week-end, ainsi l’a voulu Emmanuel Macron. Voilà qui laissera plus de temps encore aux ministres interpellés par une vingtaine d’organisations professionnelles, sur la question des cotisations sociales. Un courrier enlevé et senti, qui remet l’église au centre du village. Leur texte est ici relayé dans son intégralité.

04/03/2021, 14:31

ActuaLitté

La Commission européenne en conflit avec les éditeurs et auteurs belges 

Depuis 2019, La Commission européenne refuse de verser une rémunération aux éditeurs belges pour la photocopie de leurs œuvres par des entreprises et des institutions publiques. L'organisme de gestion collective des ayants droit belges Reprobel publie aujourd'hui un communiqué pour protester contre cette décision. Selon eux, la Commission prétendrait à tort que cette rémunération constituerait une "taxe" dont elle-même et les institutions européennes qu'elle représente en sont exonérées. Nous publions ici leur texte dans son intégralité. 

 

 

03/03/2021, 11:09

ActuaLitté

Rapport Racine : “Un an plus tard, nous n’oublions pas”

« Un an après la remise du rapport Bruno Racine, rien ne bouge plus. Notre situation économique et sociale n’a jamais même été aussi catastrophique ! Vous êtes donc nombreux et nombreuses à vouloir agir. Des actions sont nées spontanément de toutes parts (BD, audiovisuel, etc.), et ont été plus ou moins bien médiatisées. Mais, malgré des problèmes communs, rien n’avait encore été rédigé pour l’ensemble des créateurs et créatrices, qui sont pourtant unis par un même statut social et fiscal », indique la Ligue des Auteurs Professionnels.

02/03/2021, 15:43

ActuaLitté

Les bibliothèques, “des biens communs au service de tous” (ABF)

L'Association des Bibliothécaires de France (ABF) et d'autres organisations rappellent, dans un communiqué, la politique documentaire qui constitue le cadre du travail des bibliothécaires, garants des « équilibres de toutes sortes, à l’indispensable pluralisme des goûts, genres et orientations, sans jamais faire prévaloir leurs propres opinions ». Cette piqûre fait suite à deux événements récents qui illustrent une possible ingérence d'une hiérarchie administrative dans ce cadre et ces missions... Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du texte communiqué.

02/03/2021, 14:45

ActuaLitté

Édition : M. le ministre, “les procédures bâillons menacent l’information”

La liberté d'information, mais aussi la liberté de publier, sont toutes deux menacées par un processus judiciaire vieux de cent quarante ans, dénonce l'éditeur Florent Massot dans un courrier envoyé au Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. D'après Florent Massot, le coût pour l'accusé de la citation directe, dans le cadre d'une plainte en diffamation, est dangereux pour la liberté d'informer. Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé par l'éditeur au ministre de la Justice, en intégralité.

26/02/2021, 15:11

ActuaLitté

La “censure politique et idéologique” menace en Pologne

Le PEN Club polonais vient de communiquer à ActuaLitté une déclaration officielle sur la situation juridique du pays. Au cœur de cette intervention, un exercice de censure « politique et idéologique ». Une situation d’autant plus délicate qu’elle découle d’une destruction méthodique du travail universitaire, autant que d’une réécriture de l’Histoire. Le texte est ici présenté dans son intégralité.

26/02/2021, 14:16

ActuaLitté

“La responsabilité sociale et environnementale est au cœur de notre projet”, Éditions Leduc

Les éditions Leduc viennent de communiquer un détail, non exhaustif, de leurs engagements écoresponsables, « mis en pratique depuis des années maintenant ». Et d’ajouter : « Comme toujours, ce sont tous nos services et chacun de nos salariés qui portent individuellement et collectivement ces engagements. » Le texte est proposé dans son intégralité.

25/02/2021, 09:54

ActuaLitté

Recherche universitaire : une “police de la pensée” bientôt à l'oeuvre ?

Quand les situations économiques et sociales des étudiants et des universités frisent la catastrophe, les responsables politiques évoquent l'« islamo-gauchisme » qui orienterait de nos jours la recherche universitaire. Un concept aux contours flous, adopté par Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin et désormais Frédérique Vidal, dont la Ligue des Droits de l'Homme pointe la dangerosité. Nous reproduisons ci-dessous le texte que nous a fait parvenir l'organisation.

23/02/2021, 15:01

ActuaLitté

Étudier la Shoah en Pologne et risquer un procès en diffamation...

Pour défendre la liberté d’expression et exprimer sa solidarité avec les professeurs et historiens Barbara Engelking et Jan Grabowski, le Centre PEN suisse romand interpelle le président de la République de Pologne. L’organisation fait part d’une grave inquiétude au sujet du procès en diffamation contre ces deux chercheurs de renommée internationale et co-auteurs d’une publication intitulée Night without End (Plus loin, c’est encore la Nuit) et publiée en 2018.

23/02/2021, 10:04

ActuaLitté

Le PEN Club français condamne les violations évidentes des droits humains par le Maroc

Le jeudi 28 janvier dernier, l'historien et intellectuel Maâti Monjib a été condamné à un an d'emprisonnement, jugé coupable de « fraude » et d'« atteinte à la sécurité de l'État ». Un verdict qui survient plusieurs années après le début du procès en question, ouvert en 2015, et qui évoque une « mesure arbitraire » au PEN Club français. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte diffusé par l'organisation.

22/02/2021, 16:44

ActuaLitté

Biélorussie : créateurs, artistes, auteurs “particulièrement visés par la répression“

Depuis plusieurs mois, la Biélorussie traverse une forte période d'instabilité politique : si le président Alexandre Loukachenko a été réélu en août 2020, une partie de la population conteste les résultats de cette élection. Et, plus largement, dénonce le climat liberticide dans le pays. Le PEN Club français témoigne de sa solidarité avec les manifestants, et en particulier les créateurs et artistes, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

19/02/2021, 11:19

ActuaLitté

Tribune : lettre ouverte à “Mon Amie L'Urssaf“

« Tu dois fredonner Dalida chaque matin au petit déj, mon Amie (cf : Paroles paroles) À l'autre bout du téléphone, l'AA (cf : Artiste Auteur) songe à se reconvertir. Moine Bouddiste ou Sado Maso ? Macramé ou bilboquet ? On hésite. » Virginie Jouannet est écrivaine et dépend du statut Artiste Auteur. Dans son texte que nous reproduisons ici en intégralité, elle évoque un quotidien fait d'infinies mésaventures administratives. 

17/02/2021, 12:06

ActuaLitté

Territoires, collectivités et culture : “On ne peut plus attendre”

L’urgence se dessine. La Fédération nationale des collectivités pour la culture (FNCC) alerte le gouvernement, alors que l'été se profile.... et que, déjà, des festivals annoncent l’annulation de leur édition 2021. Le désarroi s’ancre dans le monde des arts et de la culture. Une colère légitime grandit. Dans un tribune, la FNCC demande instamment à Roselyne Bachelot d'être reçue, et entendue. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

16/02/2021, 11:37

ActuaLitté

Rustica et Système D interpellent leur PDG, Vincent Montagne

Le groupe Lagardère n’est pas seul à s’interroger sur le devenir de ses médias. Au sein de Média Participations, groupe éditorial comptant plusieurs magazines et présidé par Vincent Montagne, certaines structures tirent la sonnette d’alarme. En effet, la direction du magazine de jardinage Rustica et du magazine de bricolage Système D a décidé de contraindre ses journalistes à accepter des tâches publicitaires ou de « placements de produits ».

12/02/2021, 12:27

ActuaLitté

Droit de réponse d'Emmanuel Pierrat : des accusations “diffamatoires” et “grotesques”

Suite à un article publié le 8 février dernier, qui évoquait le dépôt d'une plainte pénale par le PEN Club français contre son ancien président, Emmanuel Pierrat, ce dernier a fait parvenir un droit de réponse à la rédaction d'ActuaLitté. Nous le reproduisons ci-dessous, dans son intégralité. Emmanuel Pierrat avait pourtant été contacté, préalablement à la publication de l'article en question, mais n'avait pas donné suite.

09/02/2021, 16:35

ActuaLitté

Édition : “Le livre et la revue de théâtre souffrent actuellement”

Plusieurs marchés du livre dans le monde, notamment anglophones ou européens (en partie), font petit à petit état d'une année 2020 pas si catastrophique, économiquement parlant. On ne le répétera toutefois jamais assez : un chiffre d'affaires global masque de fortes disparités, notamment selon les tailles des maisons d'édition. Ou les secteurs : 12 maisons d'édition de théâtre alertent ainsi sur leur situation, et celle du livre et de la revue de théâtre. Leur texte est reproduit ci-dessous, en intégralité.

29/01/2021, 10:00

ActuaLitté

Auteurs : des “pratiques injustes et inéquitables”

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec procède actuellement à une consultation en ligne sur la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Dans son mémoire déposé aujourd’hui au ministère, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) affirme que la loi qui régit le statut des écrivain·e·s est injuste, inéquitable et inapplicable, et revendique un nouvel encadrement législatif. L'association accompagne son intervention d'un texte reproduit ici dans son intégralité.

26/01/2021, 13:06

ActuaLitté

FIBD d'Angoulême : “[N]ous avons plutôt le sentiment d’être exemplaires”

Un an après le dévoilement du Rapport Racine, destiné à améliorer la condition des artistes-auteurs, le collectif Artistes Auteurs en Action (AAA) levait le poing et appelait à un boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême (FIBD). L'organisation pointait le manque d'engagement politique et d'effets, après ce rapport, mais critiquait aussi la posture du FIBD. Franck Bondoux, délégué général de la manifestation, leur répond dans un texte, reproduit ici dans son intégralité.

26/01/2021, 09:28

ActuaLitté

Secret défense : une classification d'archives sans limite de temps ?

Depuis un an, l’association des archivistes français se bat pour faire la lumière sur les archives classées Secret défense. En cause, l’avenir des documents, pour lesquels l’AAF demande une déclassification. L’association vient d’entamer une nouvelle procédure, en déposant un recours au Conseil d’État « contre la nouvelle version de l’IGI 1300 et pour l’accès aux archives selon les termes de la loi ». Leur tribune est diffusée en intégralité ci-dessous.

20/01/2021, 11:51

ActuaLitté

Droit de réponse d'Emmanuel Pierrat : “J'ai choisi de ne pas briguer un second mandat" au PEN

Suite à la publication d'un article, le 14 janvier dernier, consacré aux accusations du PEN Club français portées à l'encontre de Me Emmanuel Pierrat, ancien président de l'organisation de défense de la liberté d'expression des auteurs, ce dernier a fait parvenir à ActuaLitté un droit de réponse. Il est publié ci-dessous en intégralité.

19/01/2021, 09:37

ActuaLitté

Prix des livres : avertissement sans frais des libraires belges aux groupes français

Au 1er janvier 2021, le prix unique du livre arrivait enfin en Belgique. Des années de combats, avant d'obtenir un texte de loi, et un échelonnement au terme duquel la tabelle allait disparaître. Finie, donc, cette excroissance économique, qui conduisait un livre vendu à Bruxelles à se retrouver plus cher qu'à Lille. Pourtant, quelques problèmes tarifaires demeurent...

14/01/2021, 16:57

ActuaLitté

Culture : “La logique et la cohérence des décisions nous échappent”

Ouvertes au public depuis le 28 novembre, au même titre que les librairies, les bibliothèques et médiathèques font partie des équipements culturels qui ont échappé à la prolongation de la fermeture sanitaire jusqu'au 7 janvier prochain, au moins. Une exception que questionne l'Association des Bibliothécaires de France (ABF), dans un texte publié ici dans son intégralité.

17/12/2020, 11:39

ActuaLitté

Les artistes-auteurs appellent le gouvernement à l'aide

Dans cette crise sans précédent du secteur de la culture, la quasi-totalité des organisations d’auteurs, toutes disciplines confondues, s’unit pour parler d’une même voix sur les questions essentielles qui les rassemblent. « La culture pèse plus lourd dans notre PIB que l’industrie automobile. C’est l’un des moteurs de l’économie française et il repose en premier lieu sur le travail des créateurs », rappellent ainsi 36 organismes, dans un appel global.

15/12/2020, 15:34

ActuaLitté

Auteurs : pour en finir avec les outils de facturation sans existence légale

Les artistes seraient-ils·elles au-dessus des lois ? Formeraient-ils·elles une catégorie de citoyens et citoyennes à part, trop créatifs et créatives pour s’accommoder des règles ou s’acquitter de leurs tâches administratives ? C’est ce que semble vouloir démontrer une tribune signée par le président de la Société des gens de lettres, et publiée ce mercredi dans les colonnes de Livre Hebdo. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit vivement à cette publication. 

14/12/2020, 10:13

ActuaLitté

“Le CSPLA a-t-il oublié que le droit d’auteur est avant tout le droit des auteurs ?”

Auteur-illustrateur œuvrant en littérature jeunesse, Henri Fellner se présente volontiers comme n’étant « pas le plus énervé des énervés ». Au contraire même. Pourtant, à la découverte des organismes chargés de représenter les professionnels au sein du CSPLA, un doute l’a envahi. 

Comme un sentiment de fermeture du système, et d’asphyxie, alors que ce Conseil est supposé éclairer les décisions et orientations du ministère de la Culture, et de sa locataire, Roselyne Bachelot. Alors, il a décidé d’écrire une lettre, qu’il a également confiée à ActuaLitté.

 

10/12/2020, 10:46

ActuaLitté

“Ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture”

Dans l’urgence et suite à la décision gouvernementale d’ouvrir les lieux de culte avant ceux de culture, dans un contexte de répressions policières et de régression des libertés publiques et sociales, la Cave Poésie, haut lieu du théâtre vivant fondé par René Gouzenne, a décidé de demander l’ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture. 

30/11/2020, 14:30

ActuaLitté

Des festivals de BD menacés, en 2021, par Livre Paris et le FIBD

L'année 2021 sera encore marquée, pour les événements publics, par la crise du coronavirus et les mesures sanitaires. Deux festivals importants, Livre Paris et le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, se sont adaptés en déplaçant leurs événements en juin 2021. Mais ils menacent d'autres festivals, notamment Lyon BD et les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Les directeurs de ces événements, Mathieu Diez et Pascal Mériaux, signent une tribune adressée aux pouvoirs publics.

27/11/2020, 10:39

ActuaLitté

Le fonds de formation continue des auteurs en état de “paralysie financière”

Plusieurs organisations représentant les auteurs s'alarment de l'état préoccupant du fonds destiné à financer la formation continue des auteurs. Depuis la mi-novembre, ce fonds, géré par l'AFDAS, ne serait plus en capacité de financer des formations, à une période où les auteurs sont pourtant amenés à acquérir de nouvelles compétences pour assurer l'avenir de la création. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du message des organisations.

26/11/2020, 16:18

ActuaLitté

Carl Norac : “ L’exception culturelle française est morte”

Une lettre ouverte sur les librairies fermées en France. Et une triste annonce de décès : l’exception culturelle française est morte. 

Pendant vingt ans en France, j’ai vécu souvent grâce aux Salons du livre, deux en moyenne par mois, bonheur non confiné qui me manque du contact avec lecteurs, adolescents, enfants, enseignants, bibliothécaires et libraires. 

16/11/2020, 14:35

ActuaLitté

Bye bye Amazon : “Il en va de la responsabilité de chaque éditeur”

Zones sensibles est une maison d’édition belge de taille modeste, qui publie des ouvrages de sciences humaines. Elle a décidé de ne plus vendre ses ouvrages chez Amazon à partir de novembre 2020, et s’en explique dans cette tribune qui détaille par ailleurs quelques chiffres clefs sur l’économie du livre et sur l’importance des librairies indépendantes qui soutiennent la maison d’édition.

10/11/2020, 14:45

ActuaLitté

Le livre et La Poste : 12 années de lutte pour des frais postaux décents

« Tarif postal pour le livre. Les petits éditeurs : premiers concernés, encore oubliés. » Le constat semble évident, alors que les libraires mêmes doutent désormais du bien-fondé de la mesure. Initiée par Roselyne Bachelot pour favoriser la vente à distance, la réduction des frais postaux n’intervient que sous la forme d'un remboursement — dont on ignore combien de temps il prendra. 

09/11/2020, 10:23

ActuaLitté

“Eux qui n’avaient que les livres pour scier les barreaux de leurs cellules”

Alexandre Galien est auteur de polars. Comme d’autres, il ne comprend pas la fermeture imposée des librairies à l’occasion de ce nouveau confinement bien étrange. Il a opté pour une forme de non fiction, dans une lettre adressée à Emmanuel Macron. Peut-être parce que l’injonction « Lisez » s’applique à tous…

04/11/2020, 09:21

ActuaLitté

“Abracadabra Librairies !”, lettre d'un poète à Emmanuel Macron

Un nouveau round dans la lutte anti-Covid est enclenché, avec le retour de chacun dans ses pénates. Ou une assignation à résidence plus ou moins totale, suivant les corps de métiers — ou la présence d’enfants scolarisés au sein de la cellule familiale. Dans un texte adressé au président de la République, un poète tente d’y voir plus clair. 

03/11/2020, 15:51

ActuaLitté

Soutien aux libraires : “Nous, éditeurs indépendants, arrêtons la vente directe”

Depuis l'entrée dans le deuxième confinement, l'inquiétude est grande pour les librairies, en particulier les librairies indépendantes. Se contenter du système clique et collecte, accueillir le public dans les locaux ou reporter ses commandes à plus tard, les solutions ne sont pas vraiment satisfaisantes. Martin de Halleux, fondateur des éditions Martin de Halleux, appelle les éditeurs indépendants à manifester leur soutien aux libraires en s'engageant concrètement, dans un texte que nous publions ci-dessous.

03/11/2020, 14:41

ActuaLitté

A l'heure du confinement-2, 7 mesures d'urgence pour les artistes-auteurs

Confinement ou non, les artistes auteurs ne cèdent rien sur le terrain administratif. Les errances sur les questions de sécurité sociale, les obstacles nombreux et le manque de réponses fatiguent… mais ne découragent pas.

02/11/2020, 12:46

ActuaLitté

Monsieur le Président, je suis libraire et je m'en vais déserter : Lettre à Emmanuel Macron

Florence Kammermann a ouvert sa librairie à Cannes voilà quelques années. Comme ses consœurs et confrères, elle a pris connaissance des mesures sanitaires de ce Confinement-2. Et de la fermeture contrainte et forcée qui s’annonce. Dans un courrier au président de la République, elle explique comment et pourquoi, elle s’apprête à déserter…

02/11/2020, 09:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

Seuss, le vivre-ensemble et la cancel culture

Cesser la commercialisation de livres du Dr Seuss, accusés de véhiculer un « racisme infect » par certains commentateurs, voilà qui donne à réfléchir. Les ouvrages jeunesse de l’Américain n’ont pas connu en France le succès d’outre-Atlantique. Pourtant, leur traducteur français s’inquiète, à plus d’un titre, de ces comportements. D’autant que Stephen Carrière, qui a traduit une dizaine d’oeuvres de Seuss, est également éditeur, directeur des éditions Anne Carrière. Il nous répond.

05/03/2021, 14:37

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

Québec : dix ans après, revient l'idée d'un prix unique du livre

La sortie de la députée Ruba Ghazal (Québec solidaire) a pris de court bien des observateurs et acteurs de l’industrie québécoise du livre. Pour autant, sa demande, « est pleinement pertinente », assure Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des Libraires du Québec. Et pour cause, un prix réglementé sur la vente de livres intéresse. Et le Québec, de par sa position au sein du Canada, aurait toutes les armes pour se lancer dans la procédure législative.

02/03/2021, 09:12

ActuaLitté

Lise Caillat, traductrice : “Aujourd’hui, quand je ne traduis pas, je lis”

Après une Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes (Université Stendhal-Grenoble III) et un DESS Édition (Université Paris XIII), Lise Caillat a travaillé pendant dix ans dans l’édition puis en librairie, tout en développant son activité de traduction littéraire. Depuis 2017, elle se consacre totalement à cette dernière ainsi qu’à la recherche d’auteurs et d’ouvrages italiens à faire découvrir au public français. Elle anime également des ateliers de traduction qui visent à sensibiliser les lecteurs et les amoureux des mots aux joies et aux défis du métier.

01/03/2021, 09:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Le Pass Culture et la lecture : et si ça fonctionnait ?

Toujours en phase d'expérimentation, le Pass Culture doit prochainement révéler les conditions de sa généralisation à tous les jeunes Français et Françaises de 18 ans, doté de 300 € et non 500 € comme prévu. Dans les librairies, les niveaux des réservations sont généralement très bons, malgré certaines réserves sur les effets concrets du Pass dans la promotion de la lecture.

26/02/2021, 13:00

ActuaLitté

Traduire Dante : “En poésie, le rythme impose un sens supérieur au sens.”

Coutumier des grands noms de la littérature italienne, Michel Orcel a fréquenté Giacomo Leopardi, aussi bien que Lorenzo Da Ponte. En 2019, La Dogana publiait sa traduction de La Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, celle du Paradis arrivera au printemps), en édition bilingue. Alors que 2021 rime avec les célébrations du 700e anniversaire de la mort de Dante, le traducteur revient avec nous sur ce travail du texte d’Aligheri, les choix opérés et la relation au poète italien. Propos recueillis par Federica Malinverno.

22/02/2021, 12:28

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36

ActuaLitté

Aramebook : précurseur du livre numérique pour les lecteurs d'Algérie

Créée en 2018, la plateforme Aramebook propose des livres numériques au format PDF. Première du genre en Algérie, cette plateforme dont le nom vient de Aram – ces grosses pierres qui servaient de repères aux voyageurs –, et ebook, a pour vocation de promouvoir la lecture et la littérature algérienne à travers le monde. Rencontre avec sa fondatrice, Nacéra Khiat, également éditrice chez Sedia.

Propos recueillis par Chloé Martin pour ActuaLitté

19/02/2021, 13:09

ActuaLitté

Éditeur indépendant : passion ou profession ?

« En avril 2021, cela fera 10 ans que je fais officiellement des livres, au sein de ma petite maison d’édition indépendante de livres d’art : les Éditions Hartpon. Si cette date anniversaire est une bonne occasion de constater que la “passion“ reste intacte, je me dis qu’elle pourrait l’être également pour faire un premier bilan de ma manière de considérer cette “profession“, aujourd’hui. » Par Caroline Perreau, fondatrice des Éditions Hartpon.

18/02/2021, 12:56

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Les avanies des auteurs face à l'URSSAF : “C'est de mal en pis”

« L'impéritie informatique et téléphonique de l'Urssaf vis-à-vis des auteurs se perpétue. Matinées perdues à tenter de parler à un humain, site informatique nase, lettre comminatoire vous enjoignant de faire une déclaration en ligne sous peine de lourdes amendes, journées en vain perdues à tenter de le faire... » Dominique Sels est autrice, et comme d’autres, en proie aux affres de l’URSSAF. Dans un billet, elle évoque les difficultés rencontrées « avec ces bandits de grand chemin ».

16/02/2021, 09:22

ActuaLitté

Ankama, c’est aussi de la bande dessinée

RENCONTRE – Ankama Éditions fête ses quinze ans cette année. Occasion de revenir sur une initiative éditoriale née un peu par hasard. Ankama, c’est avant tout des jeux vidéo en ligne, mais aussi des livres. Si la société roubaisienne est toujours associée à Dofus, elle s’est aussi fait une place dans le monde de l’édition, et plus particulièrement de la bande dessinée, en une quinzaine d’années. 

09/02/2021, 13:06

ActuaLitté

Pour avoir préféré la croyance à la pensée, et pour le reste : “Ni oubli ni pardon”

Depuis des mois maintenant, le monde de la culture et de la création ne cesse de hurler  à la mort. La sienne. Mille fois, du plus humble au plus célèbre, les créateurs, auteurs ou interprètes, dans une unanimité inédite, ont répété partout que fermer durablement les lieux de spectacles, de monstration, de vente, était un désastre. Désastre culturel, désastre économique, désastre personnel, désastre social, désastre psychologique, désastre à tous les étages. Par Yves Frémion, écrivain animateur de PEPS-Culture.

09/02/2021, 11:10

ActuaLitté

Les Sept Péchés capitaux, entre “parfum d’éternité et aperçu d’anthropologie”

7... chiffre sacré, mystique, évocateur s’il en est ! Il se trouve tout aussi bien associé aux merveilles du monde antique, qu’aux péchés capitaux. À ce titre, sept écrivains ont été mis au défi : produire un texte, libre, s’emparant de l’un de ces péchés sur un mode contemporain, dans le cadre d’une aventure collective et totalement incarnée. La collection regroupant leurs œuvres vient de sortir aux éditions du Cerf, sous l'appellation, Les Sept Péchés capitaux. 

06/02/2021, 12:55

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Et si se remettre à lire était aussi génial qu'arrêter de fumer ?

Personne n’a raté l’intervention du ministre de la Santé : avec l’arrivée du variant britannique – qui n’a rien d’un patient anglais – se profile un reconfinement. Ces mesures durcies, en regard d’un couvre-feu déjà plombant, résonnent avec les propos de décembre dernier : nous étions avertis. Alors, comment préparer cette prochaine période de disette, quand on a abandonné la lecture ? Aujourd’hui, petit traité d’optimisme.

22/01/2021, 17:26

ActuaLitté

“Les romans épuisés, oubliés que je souhaite publier furent des histoires d’amour pour moi”

À la tête de la rubrique Les Ensablés, Hervé Bel s'efforce chaque semaine de redécouvrir un ouvrage injustement oublié et perdu dans le flot des années et des nouvelles parutions. Parfois, un éditeur se décide à rendre justice à ces livres, en leur offrant une nouvelle vie. Cette semaine, rencontre avec Philippe Guyot-Jeannin, libraire et éditeur dans le Jura. Il a créé les Éditions de la Belle étoile, qui ont récemment attiré l'oeil de notre chroniqueur.

21/01/2021, 11:45

ActuaLitté

Conspiration des imbéciles ? Amazon, accusé à son tour : Apple s'esclaffe

Amazon paierait-il enfin sa position dominante sur le marché du livre – numérique, papier ou audio ? En tout cas, l’histoire semble vilainement se répéter alors que le vendeur et cinq groupes éditoriaux américains sont accusés d’entente. La même procédure que celle endurée en 2013 par Apple entraînera-t-elle les mêmes effets ? Ou dévoile-t-elle une vaste fumisterie en matière de droit ?

18/01/2021, 12:16

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

Auteurs : “Si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu.”

Début décembre, l’auteur et illustrateur Henri Fellner faisait parvenir à ActuaLitté et au CSPLA (ou inversement), un courrier passablement désabusé. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, organisme chargé d’éclairer le ministère de la Culture sur des points de droit, venait de renouveler la liste des membres de sa commission consultative. Et au grand dam de l’écrivain, les représentants directs des auteurs faisaient défaut. Voici donc une seconde missive, plus claire peut-être...

12/01/2021, 12:13

ActuaLitté

Hélène Gaudy : une écriture, un abri

PORTRAIT – Chaque année, l’association de libraires Initiales édite un texte inédit d’un écrivain, dont le travail est suivi pas à pas. Avec le projet de mieux le ou la faire connaître à leurs lectrices et lecteurs. Hélène Gaudy a trouvé sa place naturellement et a offert le texte Névés. Née en 1979 à Paris, elle a étudié à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Autrice de divers articles et nouvelles parus dans des ouvrages et albums collectifs ou des revues, elle a également publié des romans et albums pour la jeunesse et des livres d’art. Elle est membre du collectif Inculte et vit à Paris. 

12/01/2021, 11:07

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Résonances de femmes : trilogie en poche du postféminisme

PORTRAIT – Pourquoi le post-féminisme en poche sous la forme d’une trilogie embrassant plusieurs décennies de combats ? Parce qu’une édition ramassée révèle la densité d’un déploiement, l’intensité d’un engagement indéfectible au fil des années, la concision d’un message doté de la force d’un mouvement : le MLF, mouvement de libération des femmes, dont Antoinette Fouque a été la cofondatrice en 1968.

11/01/2021, 09:58

ActuaLitté

Pour 2021, on peut aussi croiser les doigts

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot… » Peut-être notre époque nécessite-t-elle un peu plus d’un mot unique pour accomplir de fantastiques périples. Parce que les sollicitations ne manquent pas, dès lors qu’internet propose un foisonnement d’œuvres, autant qu’une multitude de raisons de faire autre chose que lire. Pour autant, que cette année 2021 soit placée sous des augures de Balzac ne fera de mal à personne… Sauf qu'il n'est pas seul à prophétiser.

01/01/2021, 18:42

ActuaLitté

Utopia, Mauvais Livres et FVE : trois éditeurs nés pendant la pandémie

Ouvrir une maison d’édition pendant la pandémie ? Ce qui pourrait sembler un pari complètement fou est devenu une réalité pour trois maisons d’édition italiennes. Et la surprise… c’est que ça marche. Utopia, Mauvais Livres et FVE : voici les noms de trois maisons d’édition, situées dans deux villes différentes — Milan et Rome — et qui, malgré des identités très spécifiques, ont beaucoup de choses en commun : toutes les trois indépendantes, elles ont débuté leur activité pendant le confinement, et, depuis leurs premières parutions, ont rencontré un bon succès auprès du public.

30/12/2020, 16:15

ActuaLitté

Les voeux du Syndicat des éditeurs passent des chocolats à la soupe

L’année 2021 commencera avec la traditionnelle présentation des vœux du Syndicat national de l’édition. Mais, contraintes sanitaires obligent, ils se dérouleront par internet — et en visioconférence avec l’interview réorganisée de son président, Vincent Montagne. Pour nombre de librairies, subitement invitées à cette Grand-Messe, quelque chose cloche. Simple : un télescopage entre le syndicat patronal et le média le moins indépendant de la profession.

28/12/2020, 17:55

ActuaLitté

Les Yeux qui pétillent : la jolie promesse d’une librairie valenciennoise

En septembre dernier, Céline Dereims a ouvert une librairie généraliste et indépendante, en plein cœur de Valenciennes. Baptisée Les Yeux qui pétillent, celle-ci a vu le jour dans le cadre d’une reconversion professionnelle, savamment conjuguée avec une passion de longue date pour la lecture.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

“S'emparer des jouets laissés par Lovecraft était très plaisant” (Alex Nikolavitch)

Arkham, 1941. Le corps déchiqueté du détective Mike Danjer est retrouvé au milieu d'un monceau de papiers. Il pourrait s'agir à première vue d'un banal meurtre en chambre close. L'examen des feuillets souillés, un dossier qu'il avait constitué au fil d'une très longue enquête, démontre qu'il avait mis au jour un indicible complot. Dans le Dossier Arkham, Alex Nikolavitch nous embarque dans une aventure lovecraftienne passionnante. Et nous en dévoile ici les arcanes.

28/12/2020, 09:41

ActuaLitté

“Une petite page pour l’Homme, une grande page pour l’Humanité” : Joyeux Noël 

Au terme d’une année pas vraiment conciliante, les fêtes vécues sous contrainte, à l’image des mois passés, apportent un petit souffle. L’occasion pour toute la rédaction de vous les souhaiter excellentes – autant que faire se pourra. En tout cas, de partager avec chacune et chacun un moment pour remercier nos lecteurs de leur présence, à nos côtés.

24/12/2020, 23:59

ActuaLitté

Book d’Oreille, une nouvelle voie pour le livre

PORTRAIT – Passionné par le son, par la voix et par la littérature, Olivier Carpentier poursuit depuis 2009 une entreprise de développement du livre audio. Le Lillois se considère comme un libraire indépendant. Sa société Book d’Oreille propose aujourd’hui une nouvelle solution pour le prêt numérique de livres audio, à destination des bibliothèques et médiathèques.

24/12/2020, 11:08