#Technologie

Pourquoi préfère-t-on (généralement) les livres imprimés aux ebooks ?

C'est un constat que l'on fait volontiers : les ouvrages imprimés sont le plus souvent préférés par les lecteurs, face aux livres numériques. Mais il serait peut-être intéressant de s'interroger sur les raisons qui nous poussent à préférer un format par rapport à un autre, étant donné que le texte reste le même. Une thèse de Mark Angelo Cela, publiée en 2018 à l'université de Miami, propose quelques réponses. 

Le 08/01/2019 à 15:53 par Antoine Oury

20 Réactions | 2 Partages

Publié le :

08/01/2019 à 15:53

Antoine Oury

20

Commentaires

2

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Intitulée « L'attachement émotionnel unique au livre analogique par rapport aux équivalents numériques », la thèse de Mark Angelo Cela porte sur des questions de design : l'objectif de l'auteur était de comprendre pourquoi le livre imprimé reste si important aux yeux des lecteurs, quand d'autres moyens de lecture numériques, parfois plus accessibles, moins coûteux et plus pratiques, dans la mesure où des centaines de titres sont disponibles sur un même appareil.

La méthode adoptée par l'auteur de la thèse est simple : des entretiens, menés de visu ou par internet, auprès de 184 personnes âgées de plus de 18 ans et impliquées dans la lecture d'au moins un livre par mois, originaires d'un peu partout dans le monde.

À partir des réponses des personnes interrogées, Mark Angelo Cela a tiré quelques conclusions : la première d'entre elles avance que les livres imprimés attirent davantage « parce qu'il semble que les humains ont une capacité innée, voire le besoin d'attacher une signification à des objets physiques », explique-t-il. C'est cette capacité qui nous fait apprécier un porte-bonheur ou le souvenir d'une personne aimée.

Cette charge émotionnelle est si forte qu'un papier de chewing-gum, comme un fétiche, peut devenir inestimable aux yeux d'une personne, souligne l'auteur de la thèse.

C'est l'une des raisons qui expliquent l'attachement si fort aux livres imprimés : leur matérialité permet plus facilement d'y associer des souvenirs ou un état d'esprit. À l'inverse, le livre numérique semble trop évanescent pour faire de même. Par ailleurs, des études ont suggéré que la mémorisation des textes lus sur un écran serait différente de celle sur papier : peut-être que le livre imprimé nous permettrait de mémoriser une histoire par le biais des conditions de lecture de cette histoire (environnement, état émotionnel, etc.)...

L'autre raison, citée en majorité, c'est bien sûr celle de l'aspect sensoriel du livre imprimé : la fameuse odeur du livre neuf, ainsi que le toucher lié à la texture du papier. L'essentiel de la vie de lecteurs, pour une majorité d'entre eux, a été passé avec des livres imprimés, ce qui a généré une certaine habitude de la matérialité... On retrouve aussi un élément visuel indiscutable, la couverture du livre, que les versions numériques n'ont pas encore réussi à égaler.

Reste maintenant à comparer les différentes formes d'art entre eux : si le livre reste préféré au format imprimé, par exemple, la musique, et plus encore l'audiovisuel sous toutes ses formes, se sont beaucoup plus facilement fait accepter par le public de manière dématérialisée.

L'intégralité de la thèse de Mark Angelo Cela est accessible à cette adresse.

20 Commentaires

 

n

08/01/2019 à 16:32

peut-être aussi parce que les éditeurs/vendeurs ne font rien pour soutenir les ebooks, voir freinent des 4 fers depuis des années ? titres introuvables, DRM ou tatouages en pagaille, formats propriétaires ? et la dernière surprise en date, l'impossibilité d'utiliser une carte cadeau pour en acheter (je n'ai pas essayé amazon, pour les raisons expliquées plus haut) ?

quand aux fétichistes du papier, ils oublient un truc: son poids, et son encombrement, kikoo les éditions brochées %-P

NAUWELAERS

08/01/2019 à 20:41

Bonjour,
En réponse à kikoo et les «fétichistes du papier»: rien de plus triste qu'une maison ou un appartement sans livres papier, sans journaux, sans revues...
Et ce n'est pas du fétichisme que de constater que la lecture prolongée sur écran n'est pas du tout aussi plaisante, agréable, satisfaisante que celle du même texte (s'il en vaut la peine !) sur papier.
Quid de tant de beaux-livres également, de beaux objets totalement dénués d'équivalents sur le web évidemment !
Quant à la musique, je la préfère sous forme matérialisée y compris pour le visuel, la présentation et bien sûr le son.
Un bon CD voire un vinyle d'époque ou actuel, quel plaisir de mélomane !
La dématérialisation de tout profite surtout aux propriétaires et diffuseurs des fameux tuyaux...
Un film sur grand écran frappera toujours plus fort que via youtube ou via du streaming...
Rien à voir !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jean-Michel

09/01/2019 à 07:40

On oublie aussi l'aspect économique : le papier se décline en poche, moins encombrant et moins cher, sans parler du marché de l'occasion, en librairie ou en brocante (avec le plaisir de chiner), et face à ça, le numérique ne peut rien proposer à ce jour.

Céline

09/01/2019 à 11:31

L'aspect économique ? (Post de Jean-Michel à 7h40 ) >> justement !!!!!!!! Ils sont beaucoup moins chers. Du moins chez les petits éditeurs. Les gros, en effet, les vendent à des prix démesurés (où ils gagnent plus, sans que l'auteur voie pour autant sa part augmenter). On trouve aussi beaucoup de livres numériques gratuits si on cherche des œuvres un peu anciennes (domaine public). Quant au confort de lecture, il est tout à fait correct avec une liseuse (sur téléphone, par contre : très peu pour moi)

Vinceeffect

09/01/2019 à 09:26

J avais lu un rapport sur les ventes de livres que dans les pays anglo-saxons et l Allemagne 60

stéphane

09/01/2019 à 10:18

Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse ! et pour rester dans ce registre, je me souviens d'une séquence à la télé où des personnes trouvait qu'un même vin dans une belle bouteille avec étiquette prestigieuse était meilleur que dans une bouteille beaucoup plus ordinaire :roll:
Un peu comme si on disait que lire dans une édition de poche était plus décevant que dans l'édition originale !

NAUWELAERS

09/01/2019 à 11:51

Non pas d'accord.
Comparaisons boiteuses.
La lecture sur écran n'est pas du tout pareille à celle sur papier -voir l'article originel qui suscite cette discussion.
Le livre de poche ou l'édition originale d'un livre, même plaisir en revanche !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Stéphane

09/01/2019 à 14:50

(La comparaison boiteuse c'est surtout celle du film sur grand écran/youtube :roll:)
Gros lecteur numérique, j'avais les mêmes arguments/appréhensions avant de "basculer"... pour des raisons de confort. La lecture numérique séduit surtout les gros lecteurs : https://www.lemonde.fr/livres/article/2014/02/19/lire-sur-smartphone-est-tellement-addictif-que-j-ai-arrete-les-livres-papier_4369688_3260.html
L'étude (qui ne porte que sur 186 personnes, c'est très peu), mentionne que les personnes réticentes à la lecture numérique sont celles qui n'en ont jamais lue !!
Le numérique a beaucoup d'avantages sur le papier (légèreté, lecture plus fréquente car disponible, rétroéclairage...) , mais un livre c'est avant tout une histoire, pas de la cellulose ou du silicium non ? ;-P

NAUWELAERS

09/01/2019 à 19:34

Non un livre ou une publication papier de qualité est infiniment attractive pour des foules de petits ou gros lecteurs (n'en déplaise aux études du «Monde») et cette technolâtrie envahissante voire totalitaire ne sera jamais adoubée par tout le monde...
J'apprécie fort la facilité, la fonctionnalité des courriels par exemple -infiniment plus faciles,rapides et économiques -et aucune grève postale ne peut y faire obstacle -contrairement aux lettres de naguère ou jadis, ou d'aujourd'hui d'ailleurs.
Mais un livre ou une revue numérique, je cale.
Désolé...
Totalement indigeste.
Je ne marche pas au pas de l'oie technologique et bravo à Frédéric Beigbeder pour sa tribune récente et abondamment commentée qui va exactement dans le même sens.
Amoureux des livres et de la presse papier en dépit des cris stridents et incessants des sirènes technologiques qui ne me séduisent pas.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Déborah

09/01/2019 à 22:14

Je vous rejoins sur la praticité des livres numériques ! Je ne lis que sur smartphone, donc j'ai mon livre en permanence avec moi ça me permets de m'y plonger dès que l'occasion se présente. C'est effectivement plus léger, les caractères peuvent être grossis ce qui finalement tire moins sur la vue. Et puis, lisant en moyenne un livre par semaine, l'aspect économique est pour moi l'argument premier justifiant mon choix de lire sur support numérique...

Lecteur ++

10/01/2019 à 01:36

Depuis 3 ans je lis sur liseuse, d'abord en 6p (livre de poche) maintenant en 8p (format normal) 4 à 5 livres par mois l'hiver, livres d'histoire, volumineux (15 heures mini) et romans policiers ou espionnage (2h30 mini).utilisant une liseuse sous Android j'ai trouvé l'application qui me va le mieux (moon Reader) et aussi une autre pour les DRM et Kindle accessoirement. J'ai choisi une polices que j'aime bien (amaranth) et une taille confortable sans lunettes. Les mêmes livres (ex tempus chez Perrin) sont écrits en caractères minuscules que je ne peux adapter off course ! En résumé ma liseuse m'a fait redécouvrir le plaisir de la lecture et la soif de découvrir des pans d'histoire. Accessoirement j'ai de la place car mes livres sont chez le marchand ou dans mon pc en plus.reste que les vieux livres d'avant 2000 pas encore tous «scannés» et remis en vente (en papier n'y comptons même pas).

Bonnes lectures à tous

Paul P.

13/01/2019 à 21:09

Bonjour,

Il y a assez peu de liseuses qui tournent sous Android et qui permettent l'installation d'applications tierces. Quel modèle possédez vous?

Lecteur ++

14/01/2019 à 11:13

Bonjour, il y'a deux constructeurs : Boyue et onyx mais plusieurs sous-marques. J'ai un 6p icarus 653 (icarus en Hollande a cessé son activité, en fait c'est une boyue) pour mettre dans la poche et un boyue likebook plus 7,8 p plus agréable. Ces modèles 2017 ont été remplacés en modèles plus puissant et un peu plus cher (mon boyue m'a coûté 156€ acheté sur Alibaba Espagne.

Lecteur ++

14/01/2019 à 11:18

Je viens de vérifier, le like plus est maintenant à 130€ Chez Alibaba (Espagne)

Faby

11/01/2019 à 08:51

La liseuse ne peut pas concurrencer ceux que l'on appelle "les beaux livres" Évidemment pour le moment rien ne remplace les illustrations papier. Mais pour les romans c'est "magique"ou simplement super. D'abord les étagères me remercient. Je ne sais pas donner ou emprunter un livre. Dans les valises quel gain de place! Et enfin, je me suis retrouvée (santé) à ne plus pouvoir tenir un livre ouvert un certain temps. (Livre de poche écrit trop petit) et bien quel plaisir de glisser ma liseuse dans mon petit sac à main et donc d'avoir toujours sur moi un livre. Bien sûr que j'aimerais avoir une couverture couleur et effectivement ce n'est pas évident de revenir en arrière mais on s'y fait. Et puis si je passe dans une librairie...il y a toujours un livre papier qui me séduit et avec lequel (ou lesquels) je repars. Il ne devrait pas y avoir de querelle entre ces 2 modes de lecture. Ce qui est essentiel c'est La LECTURE.

Jean-Michel

11/01/2019 à 09:50

Un autre plaisir du livre papier : se tenir devant sa bibliothèque, regarder les dos des livres, les titres, les noms qui se renvoient les uns aux autres, établir une sorte de géographie de la lecture avec des regroupements, des secteurs, des typologies qui nourrissent elles aussi la pensée.
Choisir un livre en fonction de son allure, sa taille (gourmandise des gros livres), son papier, bel objet qui va nous accompagner quelques jours à sa façon. Se promener avec un livre dans la poche ne propose pas le même plaisir que d'avoir un gros pavé dans son sac. Chacun sa personnalité, comme des amis.

Alexia Hécate

12/01/2019 à 11:44

Il y a une infinité de choses à chercher en tant que chercheur sur la relation langage/support, notamment celle qui chercherait une relation entre modes perceptifs sur-évalués et ceux que l'on découvre à peine. Alors se limiter à 186 personnes pour parler de l'illusionnaire combat entre livres papiers et livres numériques...j'ai pas le temps pour cliquer sur une énième étude ne cherchant rien d'autre qu'à se rassurer sur un 'res' qui n'a d'attrappable que le bout de l'ombre d'une mèche de Kaïros...cela étant, il est grand temps que je m'y mette justement...pour faire plaisir à Thomas...et pourquoi pondre ça ici? Ca me donne justement un peu d'air quant à ma pseudo-recherche personelle...comme quoi...ou pas.

zdillon

03/02/2019 à 00:39

J'ai découvert le plaisir de lire sur une liseuse récemment. J’ai hésité longtemps, mais c’est finalement quelque chose de magique. C’est pas du tout un écran, c’est vraiment comme du papier—c'est du vrai pigment, en plus ! Quand j'utilise la lumière, elle est confortable (et devant, pas derrière le texte), et je peux rendre la lumière orange pour lire dans le noir sans me rendre insomniaque.

Je suis pas ici pour convertir les gens. Ça va s’il y a des gens qui aiment les livres en papier—moi aussi, je les aime, et j’en garde chez moi, bien sûr, pour toutes les raisons que je vois dans les commentaires sur cet article et tous les autres articles que j’ai lu sur le sujet des livres numériques en France.

La France se prend pour un empire de la culture, dont la littérature—et à raison—mais la plupart des éditeurs ne font rien pour faire marcher les livres numériques en France. C’est une technologie qui va rester, comme les Mp3 face aux CDs et vinyls. C’est pas une phase. C’est tellement simple à voir. Et les possibilités avec les livres numériques de rendre la lecture accessible au monde… c’est absolument incompréhensible que la France ne soutienne même pas l’idée.

Pourquoi était-il si facile pour la France d'adopter les cigarettes électroniques ? Pourquoi personne ne défend le geste du fumeur, la texture du papier de la cigarette, l'odeur, le partage ? Peut-être vous vous dites que la cigarette électronique est meilleure pour la santé.

Et tous les arbres qui deviennent ces convoités livres en papier ? Qu'est-ce qu'on dit sur la santé du monde ?

Mais les couvertures sont belles ! Et l'odeur du papier est magnifique !

Je suis d'accord. Mais quand je lis un livre, je passe pas mon temps à regarder la couverture—j'y pense même pas, et de temps en temps la couverture est nulle. Et je lis pas en reniflant chaque page que je tourne comme un fou. Quand je lis, je pense à ce que je lis.

Il y a des gens qui travaillent dur pour rendre les livres numériques plus visibles et plus compris, mais la plupart des éditeurs traînent les pieds. La honte !

Si on parle que de mon expérience à moi, la liseuse m’a rendu accessible la littérature française. En lisant sur une liseuse, je peux voir la définition et la traduction en anglais d’un mot en français, même les verbes conjugués ! Je suis pas obligé de transporter un dictionnaire et un Bescherelle partout avec moi ! Déjà pour moi, c’est un rêve.

Si j’étais dyslexique, je pourrais changer la police pour une faite pour les dyslexiques. Il y a des liseuses en développement pour le Braille. Le Braille, crée par un Français, mais de plus en plus de gens aveugles sont illettrés face à une manque de ressources.

C’est pas difficile de voir que ce manque peut être au moins partiellement amélioré par les livres numériques.

Mais la France aime le papier, quand même, donc tant pis pour les aveugles. Ils peuvent choisir de recevoir leurs livres audio, ou en édition papier Braille très cher et choisi parmi une sélection minuscule.

Les articles “pourquoi préfère-t-on les livres imprimés” (comme celui-ci) sont orientés. On n’a pas besoin de convertir tout le monde aux livres numériques mais on a une responsabilité d'augmenter leur visibilité auprès des gens qui peuvent en profiter avant de s'avancer sur l'avis du public, un public non informé sur la question.

Avec une liseuse je peux emprunter des livres de la bibliothèque, donc les prix très élevés des livres numériques en France n'ont pas de sens. Et comme je peux lire en français de mieux en mieux, ça ouvre la porte à une découverte de la littérature française ! Mais il y a un seul problème… La collection des livres numériques même dans les Bibliothèques de Paris est déprimante ! Bien sur, ça dépend de ce qu’on cherche. Dans la collection numérique des Bibliothèques de Paris il y a pas mal de Balzac. Mais quand je cherche Georges Perec, ça me donne deux livres. DEUX. La collection de Perec en version numérique de ma liseuse personnelle est meilleure que celle des Bibliothèques de Paris.

Je trouve ça triste de voir un pays si plein de bonnes choses à lire, si plein d’idées à partager, mais à la fois si obstiné quant à rendre la lecture moins chère et plus accessible. Et ça me rend dingue de penser que mon pays d’origine, les Etats-Unis, est simultanément un des pays le plus enthousiastes en ce qui concerne les livres numériques et aussi un pays avec un illettré comme président ! Cependant la France traîne encore les pieds en 2019.

La France, vous êtes meilleurs que ça.

Paul P.

04/02/2019 à 22:41

Le numérique est un risque important pour les librairies françaises qui ont subit de plein fouet l'arrivée d'Amazon. La chèreté des ebook, a, il me semble, un effet protectionniste sur ce commerce auquel les Français restent culturellement attachés et qui créer du lien social dans les villes.
Ajouté à ça, le coût relativement important d'une liseuse (80-100€ minimum soit l'équivalent de 10 livres de poches) explique le faible taux d'équipement d'une population déjà équipée en tablettes et smartphone (moins propice à la lecture).

Un gros défauts du ebook est aussi que, souvent, il ne vous appartient pas vraiment. Par exemple, un livre électronique acheté sur la boutique Kindle d'Amazon ne vous appartient pas, il vous est concédé sous licence, et non vendu. Impossible pour vous de le prêter à un ami, ni de le revendre lorsque vous l'avez terminé.
L'attachement à l'objet livre est à mon sens en partie motivé par le sentiment de propriété que l'on ne retrouve pas avec le numérique.

Par ailleurs, votre analogie avec le MP3 est assez intéressante. Que c'est-il passé lorsque ce format est sorti? Du piratage, en masse, et des ventes d'album en chute libre et une économie de la musique en difficulté jusqu'à ce que le streaming légal prenne le pas.

zdillon

08/02/2019 à 01:12

C’est vrai qu’une liseuse est faite pour les livres numériques comme un iPod pour la musique. Mais c'est une question de confort pour moi. Lire sur une liseuse est plus proche de lire un livre en papier, mais avec des bonus comme briller dans le noir, acheter et emprunter les livres en wifi, et emporter ma bibliothèque entière partout avec moi.
Ça c'est une préférence personnelle.
L’abondance de librairies est une des choses qui m’a touché quand je suis arrivé en France. Je suis écrivain, et ça me rempli d’espoir de voir des livres partout. Mais en gardant cet esprit de protectionnisme, vous ratez le développement d’une technologie qui va définitivement rester longtemps et surement continuer à se transformer.
Prenons l’exemple des banques françaises. Peut-être que vous n'allez pas remarquer la différence, mais pour moi (un Américain) c’est bien clair que les ordinateurs sont une addition assez récente dans le système bancaire français. Quand j’aimerai déposer un chèque sur mon compte, je suis obligé d’aller dans mon agence à moi, remplir une feuille, et la donner à quelqu’un. En comparaison, aux Etats-Unis je peux même prendre le chèque en photo et l’envoyer avec mon portable. Je vous entends, “Mais c’est pas sécurisé !” Si. J’ai jamais eu de problème, et c’est dans l’intérêt de la banque que ça marche bien parce que c’est leur but.
Voici un autre exemple. Un ami français m’a dit que la France a refusé beaucoup de licenses de séries télé sur Netflix en France, car elle se prépare à lancer son propre service de streaming. Apparement le budget marketing pour ce service est égal au budget d’un épisode d’une série Netflix. C’est une blague. Ça fait déjà presque vingt ans que Netflix existe (pas dans sa forme actuelle car ils ont beaucoup évolué bien entendu), bien sûr qu’ils savent mieux gérer un service de streaming que la télé en France, et ils ont déjà les ressources pour le faire.
C’est comme si la France voit quelqu’un conduisant une voiture, et elle se dit, “tiens, faisons ça !” Et elle prend sa hache et fait tomber un arbre pour se fabriquer des roues.
Ecoutez, je suis pas partant pour les corporations ayant le monopole non plus. Heureusement, si vous aimez pas l’empire Amazon, vous n’êtes pas obliger d’en faire partie. Personnellement j’ai des arguments contre Amazon, et ma liseuse est un Kobo. (Par contre, pendant que tout le monde dit que c’est pas possible de prêter un livre numérique à quelqu'un, c’est complètement possible sur Amazon. Je l'ai déjà fait. Ça marche bien. La personne a même pas besoin d'un Kindle pour en recevoir.)
Mais tout ça pour dire que la France hésite trop longtemps pour rejoindre le reste du monde, et pour ça elle souffre pas mal. En anglais on dit “late to the party.” C'est pour ça que les banques ont du mal a gérer un système sur ordinateur—en 2019, quand meme—et c'est pour ça qu'on se dispute toujours sur les mérites des livres numériques.
Vous avez raison par rapport aux mp3 et leur piratage, mais c’est inévitable que le piratage existe avec un médium numérique. Et ils sont ciblés par le piratage parce qu'ils sont moins chers à créer, reproduire, et distribuer. Mais c'est le cas pour tous les médias numériques, et ça veut jamais dire qu'on arrête de s'en servir. Bien l'inverse ! Il faut utiliser et partager une technologie pour la faire évoluer plus rapidement, pour améliorer ses défauts, et pour découvrir ses possibilités.
On parle beaucoup des DRM dans les livres numérique, et comme ça bloque le partage et de temps en temps la lecture même, je crois que ça va disparaître avec l'évolution. C’est déjà rare que les DRM soient utilisés dans la musique en version numérique.
L’industrie de la musique a pris des coups par le piratage, oui, mais seulement les gros distributeurs. Et le format numérique a rendu beaucoup plus puissants les créateurs et distributeurs indépendants. Regardez Bandcamp. C’est pas le seul exemple non plus. Il y a des gens qui font beaucoup pour les livres numériques aussi. Et les écrivains qui s’auto-editent.
Et Fnac a déjà pensé à offrir des codes de téléchargement de la version numérique avec l’achat d’un livre en papier. Si cette idée est soutenue par les éditeurs, les librairies en profitent aussi, et nos liens sociaux en ville restent intacts.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48

ActuaLitté

Pass Culture : le livre, expérience culturelle la plus populaire sur l'appli

Quelque peu oubliée pendant la crise sanitaire, confinement et fermetures obligent, l'expérimentation du Pass Culture s'est poursuivie et rassemble désormais plus de 100.000 inscrits, pour 500.000 réservations effectuées, au total. 75 % des réservations totales concernent des biens et activités culturelles, avec 55 % d'entre elles représentées par le livre.

30/09/2020, 12:18

ActuaLitté

Vocabulaire : quelques mots pour un rendez-vous spatial, en orbite

Le prochain Eldorado des explorateurs et autres colonisateurs, 50 ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, se trouve du côté des étoiles. L'exploration spatiale passionne à nouveau, et la Commission d'enrichissement de la langue française propose quelques termes, définitions et expressions, dans le domaine de la spatiologie et de l'astronomie.

28/09/2020, 09:39

ActuaLitté

Bolo bolo : une formation pour mener des projets éditoriaux responsables

Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, et Open Lande, fabrique de projets évolutionnaires installée à Nantes, annonce une première session de la formation en ligne Bolo Bolo, du 4 au 10 novembre prochain. Celle-ci propose une initiation à la création de projets à impact social et environnemental positif dans le monde du livre.

24/09/2020, 09:45

ActuaLitté

La présence de livres éducatifs à domicile, facteur de réussite scolaire des enfants

L'organisation UNICEF France, dans un rapport consacré aux enfants des pays riches, alerte sur le mal-être et les difficultés, notamment en matière de lecture, d'un grand nombre de jeunes. L'étude met notamment en relation les compétences de lecture et de calcul et le bien-être des enfants, ainsi que la présence de livres dans les foyers et le niveau de réussite scolaire.

23/09/2020, 11:56

ActuaLitté

Cannabis : le CBD permet-il aux écrivains d'ouvrir les portes de la perception ?

Pour créer des histoires toujours plus passionnantes, les écrivains doivent être concentrés, créatifs et faire appel à tout leur talent. Ce n’est pas toujours chose facile, et avoir quelques petits coups de main dans leur quotidien est parfaitement appréciable. Justement, en la matière, le CBD, ou cannabidiol, exerce-t-il une influence ? On vous apporte quelques précisions sur les liens entre création et stupéfiants.

23/09/2020, 05:51

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : le libraire Charles Kermarec renvoyé en correctionnelle

En 2018, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues à Brest, était mis en examen pour agression et harcèlement sexuel. Après deux ans d’instruction, le libraire comparaîtra finalement devant un tribunal correctionnel. 

15/09/2020, 16:28

ActuaLitté

Leila Slimani : Magistrale, sur Canal+

Magistral·e est la collection de masterclasses de CANAL + pour laquelle sont invités des artistes que la chaîne chérit et qui font l’époque. Ils racontent alors les différentes étapes de leur processus de création.

15/09/2020, 11:36

ActuaLitté

“Les organismes de gestion collective ne sont pas des syndicats !”

La sénatrice du Val-de-Marne, Laurence Cohen, vient d’enfoncer le clou sur la question de la représentativité. Alors que dans le rapport Racine, était posé noir sur blanc l’instauration d’élections pour les artistes-auteurs, Franck Riester avait simplement balayé l’idée. Pourquoi ? Le locataire de la rue de Valois ne s’en expliqua jamais. Quid de la position de Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la Culture ?

12/09/2020, 11:34