#Auteurs

Yann Moix : “Dès lors que j'avais publié mon premier roman, j’étais sauvé” 

Après Orléans et la violence familiale, Reims et l’école de commerce, Verdun et le service militaire, Yann Moix arrive à Paris. Dernier tome de cette tétralogie « au pays de l’enfance immobile », toujours rempli de peine et d’ambition. Yann Moix assume sa honte et son ressentiment, non sans humour, et achève son œuvre au noir à 27 ans, pour enfin mourir et renaître par l’entremise de la littérature, qui n’est pas écrire des livres. Avec en exclusivité, les premières pages du roman qui sortira le 31 août.

Le 26/08/2022 à 09:27 par Hocine Bouhadjera

20 Réactions | 396 Partages

Publié le :

26/08/2022 à 09:27

Hocine Bouhadjera

20

Commentaires

396

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

ActuaLitté : L’arrivée à Paris est tout sauf aisée. Vous dites : « Paris n’est pas une ville faite pour le bonheur, mais pour devenir quelqu’un. »

Yann Moix : Quand vous débarquez de votre province dans une capitale, vous vous apercevez que rien ni personne ne veut de vous : le corps social, économique, féminin. On est un corps étranger, un virus, une bactérie. On est rejeté, mais il faudra tout de même réussir à faire sa place. C’est ce qu’il y a de plus difficile sur terre. Il y a des gens qui passent leur vie à ne pas y parvenir.

J’avais la chance de savoir ce que je voulais être : ne restait plus qu’à se débrouiller pour y arriver. Il faut d’abord savoir ce que l’on veut. Une fois que l’objectif est clairement défini, la suite est presque facile. En revanche, si l’on ne sait pas où on souhaite aller, on peut faire tous les mouvements que l'on veut, on est cuit. Ce roman raconte l’obsession, pour le jeune écrivain que j’étais, ou voulais être, d’être publié.

Comment a été construit le livre ? Chaque chapitre semble avoir été écrit comme des instantanés ? Pas de date, pas de contextualisation.

Yann Moix : Écrire un roman, c’est être obligé de resserrer les choses, sinon le lecteur s’ennuie. C’est un condensé, un précipité chimique de multiples d’expériences synthétisées en une seule. On peut, par exemple, ramasser plusieurs épisodes en une seule journée, alors qu’ils sont advenus à cinq ans d’intervalle dans la réalité. Ou fondre dix personnes en un unique personnage. Mais ça, c’est une cuisine qui ne regarde personne et n’est pas forcément intéressante, sauf pour les spécialistes de littérature ou les historiens du roman.

L’important est de restituer l’émotion, de donner au lecteur l’impression d’avoir vécu lui-même ce qu’il a sous les yeux. Il faut qu’il se sente concerné au premier chef et qu’il se dise : je suis en première ligne, c’est moi qui suis en train de vivre ce qu’on me raconte. De mon point de vue, toute la littérature est une question d’expérience. Si je me réfère aux écrivains que j’adore, c’est toujours l’expression d’une expérience rendue sur la page : Kafka, l’expérience de la judéité, Proust de la jalousie, Gide de la sensualité, Gombrowicz de l’exil, Bataille des limites, etc.

Quelle est donc l’expérience offerte par la lecture de Paris ?

Yann Moix : Affronter une situation limite. Je ne suis pas SDF, parce qu’un ancien taulard que je rencontre dans un bar me prête un appartement. J’avais cette particularité d’être à la fois quasi sans toit et à Sciences Po. Cette tétralogie tourne aussi autour de l’expérience de l’humiliation. Orléans, c’est l’humiliation par les parents, Reims, le milieu scolaire, Verdun, le service militaire et Paris, c’est l’humiliation sociale.

Une humiliation qui remonte à l’enfance et se serait figée à jamais ?

Yann Moix : Les choses ne bougent pas : on réinitialise à chaque fois les modalités de l’humiliation.

Le roman est en effet une suite d’humiliations et de ratages, surtout vis-à-vis des femmes, qui s’achèvent par une véritable renaissance.

Yann Moix : Une naissance tout court. Dès lors que j’avais publié mon premier roman, j’étais sauvé. La confiance est revenue, ça m’a réparé. Tout est rentré dans l’ordre définitivement. Ceux qui m’ont mis au monde, ce ne sont pas les deux géniteurs qui se prétendent mes « parents » pour avoir la sensation d’exister, mais James Joyce, André Breton, André Gide, Jean-Paul Sartre, Sacha Guitry, Charles Péguy…

Être publié, c’était s’inscrire dans leur sillage ?

Yann Moix : Je ne sais pas si j’arriverai un jour à leur hauteur, puisque c’est quasiment impossible, mais s’inscrire dans leur sillage, c’est possible.

Le roman déploie une galerie de personnages assez cocasse, Caillette, Garabédian, Delphin Drach…

Yann Moix : Le livre se scinde en deux parties : la première propose une galerie de personnages, quand la seconde se concentre plus sur Delphin Drach, caractérisé par son cynisme monumental. C’est un génie de la drague.

Quel est son secret ?

Yann Moix : Dans le roman, c’est un personnage abject. Il fait des choses que le XXIe siècle ne supporte plus du tout, et heureusement. Ce n’est pas qu’il traite mal les femmes, c’est pire que ça : les femmes sont pour lui un objectif à atteindre. Il se donne tous les moyens pour parvenir à ses fins. Il se moque totalement de savoir si ce sont des êtres humains. Une femme lui plaît, il lui faut. Point. Il ne cherche pas plus loin.

Sa réussite passe donc par sa manière de les objectiver. Je ne sais pas si j’ai suffisamment insisté dans l’ouvrage, mais pour se comporter ainsi, il faut avoir une grande fêlure, un drame intérieur. Ce n’est pas normal de multiplier les femmes à ce point, et d’en faire des « tendres stocks » comme disait Paul Morand. Quand il atteint un objectif, il n’a de cesse que de vouloir recommencer. Chez cet homme, il y a un inassouvissement perpétuel et une détresse infinie.

C’est une névrose ?

Yann Moix : Ma névrose dans le livre est d’être incapable d’aborder une femme, quand lui, Drach, est incapable de ne pas les aborder. Je me présente comme un candidat auprès des femmes, et le contraire du candidat, c’est le jury. Lui, c’est un jury. Je me mets en dessous, il se met au-dessus. J’attends d’être jugé par elles, il les juge. Je pense qu’une femme est aussi inaccessible qu’un concours difficile, et Drach, lui, pense que c’est aux femmes de passer un examen pour sortir avec lui. 

J’ai envie d’écrire un livre qui s’appellerait Humiliations, sur mes plus grands moments d’humiliations avec les femmes. Un petit livre avec toutes les pires choses qui me sont arrivées. Il y aurait du spectaculaire…

Vous écrivez : « Rien n’est plus prompt à décourager une femme, surtout sexuelle, que la manifestation de la prudence. » Ce serait donc sa confiance qui lui donnerait ce succès auprès de ces dernières ?

Yann Moix : C’est tout à fait juste. Je ne souhaite pas faire de lois générales sur l’approche des femmes, mais en gros, ce que certaines femmes aiment chez les hommes, c’est leur assurance. Un homme beau qui n’a aucune confiance en lui pourra sembler moins attirant qu’un homme laid pétri d’assurance. Delphin Drach, ce n’est que de l’assurance, même si à l’intérieur de lui-même, c’est un gouffre de doutes insondables.

Autre grand personnage du roman, Caillette, grand pingre devant l’Éternel. Vous en dites : « La radinerie est davantage qu’un défaut, c’est une métaphysique. »

Yann Moix : Un radin ne veut pas se répandre. Il veut s’économiser, s’épargner au sens étymologique du terme. Il préférera par exemple ne pas donner la vie, ni son sperme, ni sa sueur. Un radin ne fait pas d’effort et offre difficilement de son temps. Il est dans la retenue. La vraie maladie du radin, c’est l’occlusion intestinale.

On est donc en face de quelqu’un, dont l’obsession est d’être clos. Un être adiabatique comme on dit en thermodynamique : tout peut entrer, rien ne peut sortir. Le radin vit dans un monde dans lequel autrui est perçu comme un danger, un ennemi, un parasite. Subir des pertes, pour le radin, c’est être en face de sa perte.

C’est une vision terrible de la vie, parce que je crois, comme disait Georges Bataille, qu’une vie intéressante est celle qui ne s’économise pas. Il explique notamment que la chose qui se dépense le plus gratuitement, qui se brûle, qui se consume, c’est le soleil. Le soleil donne tout en pure perte. Une vie humaine devrait être à cette image selon lui : le contraire du calcul, de la rétention, de la capitalisation, de la thésaurisation. 

Le radin pense que par la rétention, il va devenir éternel. Qu’en s’économisant, il va gagner des jours de vie, et s’offrir l’éternité. Quelqu’un qui ne vous offre pas un café, c’est quelqu’un qui a peur de la mort.

Vous présentez le jeune Moix en quête d’une sorte d’immortalité par l’art. L’écrivain et le radin seraient-ils les deux facettes de l'ambition ?

Yann Moix : D’un côté, l’artiste donne tout, se répand, quand le radin ne donne rien. Le grand artiste laisse dans l’éternité des œuvres, le radin est précisément celui qui ne laisse rien. Caillette a réellement existé. Quand je laissais un pourboire à une table, il revenait plus tard pour le récupérer. Je l’ai vu faire. Dans le roman, je retranscris le discours qu’il m’a fait pour retrouver les sous qu’il m’avait prêtés. Il était obsédé parce que je lui devais de l’argent.

Que dire alors du bouquiniste Dominique Marchandeau, personnage hautement célinien, ou de Garabédian, le spiritualisant obsédé par lui-même ?

Yann Moix : [Le premier] Un fou. Il frappait régulièrement sa femme, mais elle revenait tous les soirs. « Baise ma femme » qu’il me disait… Quant à Garabédian, il illustre ces figures empreintes de spiritualité qui, paradoxalement, sont souvent strictement recroquevillées sur leur nombril – alors qu'elles devraient être dans l’ouverture à l’autre et au monde. Il parlait en boucle de lui-même en récitant des prières hindous.

En revanche, pas de personnages féminins importants. Encore un roman pour les hommes ?

Yann Moix : Dans le roman, les femmes existent. Mais uniquement en fonction des personnages masculins et semblent effectivement secondaires. Cependant, elles sont au centre du roman. Tout tourne sans arrêt autour d’elles. Elles apportent souvent des malheurs aux personnages en général, et en particulier au narrateur.

Face au personnage de Delphin Drach, attaché à la relation directe avec les femmes, vous défendez l’idée de présence plus que de compagnie ?

Yann Moix : C’est très proustien. J’ai  toujours préféré avoir une petite amie dans ma tête qu’à côté de moi. Si la compagnie de quelqu’un, c’est sa présence physique, la présence de quelqu’un, c’est en revanche sa compagnie morale. Quand l’être aimé est avec toi, sa présence physique t’empêche de penser à elle. Ne pas voir la personne que tu aimes, espacer les rencontres, permet de se l’approprier à son rythme, sans être déçu.

On gagne sur tous les tableaux : non seulement on est amoureux et on est bien parce qu’on aime quelqu’un qui nous le rend, et en plus, cette présence dans le cœur ou la tête permet de se concentrer sur d’autres aspects de la vie. En revanche, quand je suis dans la solitude, tout ce que je fais est un peu plus triste que quand je suis amoureux.

Comment est-ce tenable sans perdre l’autre à terme ?

Yann Moix : Ça pose toujours des problèmes. C’est une approche de névrosé. Dans un petit livre que j’ai publié en 2019, Rompre, je ne parle que de cette tension. En résumé, j’explique que quand je suis avec quelqu’un, je ne suis pas spécialement amoureux… Mais il suffit qu’elle s’en aille, et à cet instant, l’histoire commence. C’est clairement une névrose.

Quelle part de vrai, de faux, dans Paris ? Arnaud Viviant avait critiqué, dans une émission du Masque et la Plume, la note d’intention au début de Verdun, qu’on retrouve également dans celui-ci. Il y est invoqué « les droits imprescriptibles de l’imagination ». C’est pour éviter les procès ?

Yann Moix : C’est purement juridique. C’est aussi une phrase que met Aragon au début de La semaine sainte et que j’ai reprise. Je n’ai pas envie de revivre ce que j’ai subi pour Orléans. Avec cette note d’intention, je suis couvert par la loi : personne ne peut me déranger.

J’ai gagné le procès contre ma famille d’ailleurs. De la polémique en question, il ne reste rien. J’en suis sorti plus fort. Sans le savoir, ces pauvres imbéciles m’ont fait un cadeau. Ce qui subsiste, c’est le livre. C’est l’œuvre qui gagne à la fin sur les miasmes polémiques. 

Quand on est écrivain, il faut avoir le courage d’affronter les difficultés, ça fait partie du métier, si tant est que cela soit un métier, mais je crois bien que c’en est un, et des plus beaux qui soient, même si en France, contrairement à ce qu’on imagine, il n’y en a qu’une petite dizaine qui peuvent selon moi se targuer de le faire au sens où Giono, Gide, Sartre, etc., le faisaient.

J’ai les noms. Mais je ne vous les donnerai pas. Je ne vous cache pas que Bernard Werber n’est pas dedans !

Ça a quand même permis de faire parler du texte, cette polémique...

Yann Moix : J’ai vendu beaucoup d’exemplaires d’Orléans, mais je ne sais pas si sans la polémique, j’en aurais vendu plus ou moins [Ndlr : plus de 40.000 exemplaires, poche et grand format. données : Edistat]. Si polémique il doit y avoir pour Paris, ce sera avec le personnage de Delphin Drach et sa manière insupportable de parler aux femmes et des femmes.

Pour le coup, ce n’est pas ma faute s’il y a des gens comme ça sur terre. Lui est réel. Certains et certaines m'identifieront sans doute à ce personnage, alors que j'en suis aux antipodes, depuis toujours. La malveillance est de toute façon toujours sûre. Je ne sens plus les coups. Je m’en fiche. Je n’habite plus en France de toute façon, mais loin, très loin…

Comment avez-vous construit le livre ?

Yann Moix : Je ne relis jamais lors de l’écriture, mais seulement sur les épreuves où je change environ 25 %. J’enlève en gros tous les et, les mais, les donc… Je me suis aperçu qu’on n’en a jamais besoin. Mes épreuves sont une épreuve pour Grasset [l'éditeur, Ndlr]. La femme, merveilleuse qui s’en occupe m’a dit qu'elles ressemblaient à celles de Balzac, ça m’a flatté. Je ne relis pas, parce que je déteste ça. Au lycée, à Sciences Po, etc. Je n’ai jamais relu de ma vie. Quand j’envoie des articles, c’est truffé de coquilles.

J’ai écrit les 4 volumes en 4 mois, entre décembre 2018 et février 2019. Au départ, je voulais n'en réaliser qu'un seul, mais l’agglomération de ces 4 livres aurait donné quelque chose de redondant. J’ai décidé d’espacer… Mais pourquoi, un jour, ne pas tout réunir dans un livre ? On verra…

Pourquoi avoir opté pour une écriture classique ?

Yann Moix : Je suis effectivement passé du style expérimental au style dit classique, car il permet tout. Il n’y a pas besoin d’audace stylistique ou syntaxique pour rendre une situation. Le style classique est suffisamment puissant en lui-même pour se passer de pirouettes et de grimaces. C’est également un hommage que je rends à André Gide. Quand tu arrives à faire claquer les phrases avec cette langue, tu es le roi du pétrole.

D’ailleurs, plus personne ne l’utilise. Vous pouvez étudier tous les romans de la rentrée, on a parfois l’impression que c’est la même personne qui les a tous écrits. Et si cela se trouve, c’est le cas !

Pour cette tétralogie, j’ai opté pour le style le plus « pur » possible, avec des mots choisis et des concordances des temps. Un imparfait du subjonctif ne me fait pas peur. Ce ne sera pas le cas du prochain livre, car chaque ouvrage doit avoir sa cohérence interne. Il traitera de la Corée du Nord. 

Qu’est-ce qui cloche avec le style classique aujourd’hui ?

Yann Moix : Ce qu’on rencontre peu dans le roman contemporain, c’est une langue classique alliée à l’humour.

A ce sujet, je n’ai pas honte de le dire, je ne lis plus que des morts. La vie est trop courte, je n’ai pas le temps, donc je lis que des classiques. J’ai lu beaucoup d’auteurs vivants, et maintenant j’arrête. Ce n’est pas le même métier : d’un côté il y a de la littérature et de l’autre, des gens qui publient des livres. C’est comme écouter NRJ et John Coltrane.

Il reste des génies bien sûr : Orhan Pamuk en est un, Elfriede Jelinek, Jim Harrison, mort récemment… Patrick Grainville m’a également inspiré. C’est un géant. Posséder une puissance créatrice nécessite deux choses : avoir une vie intéressante et une culture littéraire profonde.

Dans le roman, vous dites que la littérature ne doit pas être littéraire ?

Yann Moix : D’abord, j’aime l’idée d’écrivain comme métier, mais pas comme profession. Comme les congrès de dentistes, il y a des trains d’auteurs pour aller dans des festivals, je déteste ça. Ça donne un côté professionnel à une activité qui ne peut pas être de l’ordre de la convention. C’est l’idée qu’il y aurait un pacte tacite qui dirait qu’on est tous dans la même barque, alors qu’être un artiste, c’est justement refuser d’être dans la même barque que les autres. Ça me surprend toujours de voir une rangée d’écrivains les uns à côté des autres. Il y a quelque chose qui ne va pas. Après, c’est bien pour retrouver des copains.

À côté, ceux qui sacralisent la littérature ne font pas de bons livres. Je n’aime pas le « littéraire ». Il appartient à ceux qui pensent qu’il faut écrire comme ceci et comme cela, avec des règles précises, sans humour. Ils prennent la littérature au sérieux, avec gravité, morgue, tout ce que la littérature n’est pas.

Elle a été inventée pour se désennuyer, pour s’arracher à soi-même et se plaire dans ce qu’on fait. Il y a beaucoup de mauvais romans littéraires où l’auteur joue à l’écrivain. Il faut simplement restituer la personne qu’on est dans la vie avec les moyens de la langue. J’écris d’instinct, donc il n’y a pas de triche. Sinon, on tombe dans la pose, on se regarde. Plutôt aller à la plage. 

On découvre, ci-après, les premières pages du roman Paris, qui clôt la tétralogie, Au pays de l’enfance immobile, en avant-première.

Crédits visuel : © Arnaud Meyer/Leextra/Éditions Grasset

 
 
Yann Moix Grasset & Fasquelle
Paris
31/08/2022 256 pages 20,50 €
Scannez le code barre 9782246823483
9782246823483
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Yann Moix Grasset & Fasquelle
Verdun
09/03/2022 253 pages 19,50 €
Scannez le code barre 9782246823469
9782246823469
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Yann Moix LGF/Le Livre de Poche
Reims
24/08/2022 239 pages 7,70 €
Scannez le code barre 9782246823452
9782253936992
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Yann Moix LGF/Le Livre de Poche
Rompre
25/08/2021 93 pages 6,70 €
Scannez le code barre 9782253934257
9782253934257
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Yann Moix Grasset & Fasquelle
Jubilations vers le ciel
01/12/2015 301 pages 18,50 €
Scannez le code barre 9782246516712
9782246516712
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Anne-Claire Onillon, Yann Moix, Jean-Marc Levent Bouquins (Editions)
Année zéro N° 1, janvier 2022 : André Gide (1869-1951)
27/01/2022 486 pages 20,00 €
Scannez le code barre 9782382921708
9782382921708
© Notice établie par ORB
plus d'informations

20 Commentaires

 

Romain Lejuste

26/08/2022 à 14:37

Moix, le nouveau Claude Mauriac.

Pour lecteurs en robe de chambre only.

"avoir une vie intéressante et une culture littéraire profonde.'

L'égo du bonhomme est un trésor impérissable...

PARIS, le titre de la décennie assurément

Il arrive presque à la cheville de Sollers.

Arrivederci

NAUWELAERS

26/08/2022 à 22:01

MAGNIFIQUE interview de Moix !
S'il a un ego, on s'en fout: lui en a le droit.
Chapeau bas pour ce splendide entretien qui flingue toute banalité et toute médiocrité.
On respire enfin...
Seul minuscule bémol: lui aussi surestime Coltrane, un des musiciens les plus surestimés de tous les temps...
Enfin, question de goût(s).
Une divine surprise, Moix sur ce site: cela vole très haut !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Thierry Reboud

27/08/2022 à 10:55

Mouais... Enfin, s'il y a bien un truc qu'il ne flingue pas, c'est l'académisme : à ce compte-là, on fait mieux de relire Balzac ou Flaubert qui, eux du moins, ont bouleversé la littérature de leur temps. Avez-vous lu les premières pages gracieusement offertes par Actualitté ? Moix nous sert du Rastignac au petit pied et un Frédéric miniature, le tout dans un style qui ne déparerait pas chez Lagarde et Michard.
Je me rappelle régulièrement la réflexion de Stendhal (je crois) qui considérait qu'il aurait atteint son but s'il était lu par cent lecteurs cinquante ans après sa mort : franchement, vous imaginez Moix prendre un pari pareil ? Et, si d'aventure il le prenait devant vous (puisque certains osent tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît), vous réussiriez à ne pas éclater de rire ?

NAUWELAERS

27/08/2022 à 19:36

Oui monsieur Reboud !
Finguer l'académisme (je traduis: le talent et le style) correspond aux fameux raisins toujours trop verts pour qui ne peut les atteindre.
On attend votre livre qui prouvera votre indéniable talent à vous !
Les grands écrivains en tremblent...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Thierry Reboud

28/08/2022 à 11:38

Chacun sa place, Nauwelaers : pour ma part, je suis lecteur et je ne pose pas à l'écrivain maudit-mondain se sacrifiant sur l'autel de la déesse Littérature.
Qui plus est, quand il m'est arrivé de pondre des choses écrites (que celui qui n'a jamais péché, air connu), j'ai néanmoins considéré que les trépidantes aventures de mon nombril n'étaient que d'un assez maigre intérêt.
Enfin, l'académisme n'est pas la conjonction du talent et du style, ou alors c'est que vous traduisez beaucoup trop approximativement : l'académisme est ce qui signale une oeuvre convenue et dépourvue d'originalité, ou (comme le propose excellemment le CNRTL) un "attachement excessif à l'enseignement conventionnel reçu dans une Académie" (en l'occurrence, et dans un sens figuré, l'Académie germanopratine... du siècle passé).
Parfois, Nauwelaers, il ne serait pas inutile que vous sachiez de quoi vous parlez.

NAUWELAERS

28/08/2022 à 20:03

Sauf, Thierry Reboud, que les écrivains et écrivaines méprisant le soi-disant académisme sont en général les plus grands et grandes nombrilistes, au talent indéfinissable.
Et que lorsqu'une qualité littéraire est hors de portée, on la baptise «académisme» pour le remplacer par de la daube pathétique.
Ce n'est pas toujours le cas -je reconnais volontiers que toute règle souffre des exceptions -mais trop souvent.
CHRISTIAN NAUWELAERS Amoureux de qualité et de vraie littérature et de vrai talent exigeant

NAUWELAERS

29/08/2022 à 00:01

Thierry Reboud,
Les écrits de Moix sont infiniment personnels, originaux, percutants etc.
Et d'un style éblouissant.
Si c'est cela l'académisme, j'adhère !
Et bien sûr ils peuvent prêter le flanc aux polémiques.
C'est très intéressant et surtout pas de l'eau tiède.
Sa parfaite maîtrise de la langue française est un régal.
Un plaisir d'esthète.
Donc je n'adoube vos critiques de son travail ni de près ni de loin.
Un vrai grand dans une époque rétrécie et médiocre à un point atterrant.
J'ai lu des accusations contre lui -écrivain «médiocre»-de la part de certains et certaines qui portent n'importe qui au pinacle !
Mais l'imposture ne dupe pas tout le monde.
CHRISTIAN NAUWELAERS
CHRISTIAN NAUWELAERS

boris

06/09/2022 à 10:41

"les trépidantes aventures de mon nombril", belle expression ! Je ris chaque fois que je prends ma douche ! merci !

Thierry Reboud

27/08/2022 à 02:28

Selon l'adage qui veut qu'une pendule cassée donne l'heure juste deux fois par jour, Moix donne comme en passant un fort judicieux conseil : attendre qu'il soit mort pour le lire (et encore : si je suis bien luné, et pas trop mort moi-même).
Comme lui, je n'ai pas de temps à perdre avec des moixeries, "NRJ et Coltrane", tout ça...

Luc Armand

27/08/2022 à 15:04

- Moix avec son look d'agent immobilier :) MDR

- Il n'y a que Moix qui m'aille (Yann Moix) vérifié par internet.

- (Paris) gagnant pour Yann ? :)

- Le problème des parvenus est qu'ils ont ce besoin maladif de vouloir passer pour des génies (Malraux)

- A quand un recueil de dessins de Yann ? :)



NAUWELAERS

27/08/2022 à 19:33

Oui monsieur Armand.
Rien n'est plus important que le look d'un écrivain.
Vous avez tout compris.
Le problème de la médiocrité, c'est qu'elle ne supporte pas le talent.
CHRISTIAN NAUWELAERS

jujube

27/08/2022 à 22:18

C'est symptomatique cette plaie que semblent entretenir et vénérer maints commentateurs français des articles d'ActuaLitté: rabaisser avec hargne et délice, dénigrer en bavant les auteurs et autrices qu'ils "n'aiment" pas parce qu'ils ne leur ressemblent pas, naviguent sur d'autres eaux, sont plus doués qu'eux et, surtout, plus créatifs et intéressants.

Y aurait-il là-dessous de l'envie, de la jalousie? Le désir batracien d'être "plus gros" que le bovin de la fable? La haine sourde de toute différence et la conviction d'être le meilleur modèle pour l'humanité?
"Qué pesados! !Qué pereza!" dirait-on en espagnol.

A quoi ça sert de comparer un auteur contemporain, jeune ou vieux, à un auteur classique, renommé depuis longtemps, académicien, etc. et proclamer qu'il n'arrive guère à la hauteur de leur cheville, nombril ou moustache? C'est d'un ridicule inouï! Et méchant, en plus.

J'espère de tout coeur que Monsieur Yann Moix ne daignera pas s'impressionner par tant d'infâme bêtise et souhaite que son livre soit vendu en de très nombreux exemplaires.

Pour mémoire: n'est pas écrivain qui veut. Faut de l'âme, du talent, de l'imagination et bien du courage...entre autres pour supporter certains énergumènes.

NAUWELAERS

28/08/2022 à 02:56

Ah vous revoilà, Jujube, parfait !
Moix ne se place pas à la même hauteur que les écrivains qu'il admire...mais si comparaison il y a, comparons-le plutôt à d'insignifiants cacographes d'aujourd'hui dont le seul talent est d'épouser l'air du temps et de correspondre aux prérequis de certains médias (trop) influents.
Créer une oeuvre n'a rien à voir avec cette attitude de boutiquier cherchant à agrandir son commerce...
Il préfère les femmes jeunes, l'a annoncé et s'est fait littéralement incendier.
Je reconnais que ce n'était pas délicat mais si c'est VRAI ?
Et le déferlement de véritable haine qui s'est déchaînée contre lui sur des égouts antisociaux donne une piètre image d'une certaine humanité.
Quelle époque hypocrite...
Basses réactions, en ai lu certaines de certaines femmes choquées par Moix.
Mais leur propre vulgarité XXL est le contraire patent de toute séduction et de tout charme...
Comme si elles voulaient lui donner raison au bout du compte !
Cette polémique fait penser au fait d'être très sexy, volontairement: très bien, toute jolie femme a le droit de vouloir apparaître comme sexy.
De jouer sur son sex-appeal incendiaire.
Puis face aux images excitantes, les commentaires lourdingues de mâles en chaleur qui n'ont rien d'autre à faire que d'étaler leur lourdinguerie, que je trouve pénible mais sans cette haine misandre qui les condamne, encore plus rebutante...
Et les cris d'orfraie (je pense à une personne en particulier, ultrasexy sur la Toile, et de son plein gré-pas de photos volées, ce qui changerait tout): «Ah mais on sexualise mon corps» !
Invraisemblables saintes-nitouches !
Le corps y compris (et pas seulement) féminin ne devrait donc pas être sexué ?
Dans quel monde irréel vivent-elles, ces sectaires déconnectées de la vie, point barre ?
Le désir masculin devient finalement interdit -on parle de «male gaze», expression de novlangue...
Donc si malgré tout on aime les femmes...adieu le regard désirant si sexiste.
Interdit !
Verboten !
Mais l'inverse, le beau mec que les femmes (et certes d'autres mecs) dévorent du regard, si rien de plus et de concret...on lance également des anathèmes sur leur regard bel et bien sexué, à ces dames, n'en déplaise aux Savonarole et aux Torquemadames anti-sexualité ?
La nature existe et ces postures néopuritaines et moralisantes rappellent l'Armée du Salut d'autrefois (j'ignore si elle existe encore) ?
Comme les puritains et puritaines qui couinaient contre «Hair» au théâtre de la porte Saint-Martin (quand fleurissait cette expression bizarrement oubliée «La femme-objet», certains s'en souviennent) !
Je me demande si ces gens coincés mais honnêtes dans leurs refoulements -mais intolérants- n'étaient pas un peu moins antipathiques que celles qui jouent sur les deux tableaux aujourd'hui, en se moquant sciemment du monde.
Avec un degré vertigineux d'intolérance pour notre bien, si progressiste...
Pour nous les ouailles égarées à rééduquer.
Cela... en ayant leurs deux pieds dans le même sabot, comme on dit (en leur chaire de vérité pseudo-moralisante) !
Une femme peut être sexy mais en assumant fièrement de l'être sans ces postures misérables.
Sans cette tricherie bien-pensante qui ne rime à rien !
Ou elle peut refuser de l'être, sexy,même jolie, ce qui est son droit !
Certaines ne le sont pas et c'est hors sujet dans ce cas.
Mais croire que le regard masculin doit être «pur» sans désir...cela fait penser à une certaine chanson de Pierre Perret et sa femme grillagée, et les malheureuses Afghanes qui elles, crèvent d'envie d'être libérées, habillées sexy, admirées, convoitées !
Qui sait si des sifflements admiratifs, sans harcèlement évidemment, ne leur réchaufferaient pas le coeur, à ces femmes préservées de tout désir masculin par leurs seigneurs et maîtres ?
Le hideux patriarcat oppresseur que des hypocrites ne dénoncent pas ou si peu.
Tartuffes et tartuffettes...
Et si la véritable misogynie, derrière les faux, les ultrafaux-semblants, ne consistait pas à INTERDIRE aux femmes d'être encore heureuses de plaire ?
D'être admirées...sans que cela dérape vers du négatif ?
Sans que l'on nie leur intelligence et leur personnalité ?
Sans en faire des femmes-objets à l'ancienne ?
Mais ce que l'on ne veut plus admettre, c'est que la maçon qui sifflait une jolie fille dans la rue -celle-là, sans couiner contre le «male gaze» fustigé aujourd'hui par des penseuses austères, en général souriait, ravie !-ce type-là n'avait pas la culture du viol ?
Pour la grande majorité d'entre eux...
Assez scandalisé par cette obsession malsaine du «tout est politique» qui s'attaque à la vie elle-même et qui induit une ambiance abjecte et délétère, pour tout «purifier».
Rien de plus dangereux que certaines rages purificatrices...
En omettant sciemment et avec une malhonnêteté crasse -comme des cacographes qui n'existent pas face à Moix -la quantité énorme de femmes qui, non, n'ont pas été victimes des hommes...
Il en est plein.
J'en connais plein, moi, dans le milieu populaire où je vis.
Les femmes et les hommes y entretiennent des rapports absolument sains et normaux; avec des hommes qui ont des valeurs, et respectent leurs amies et partenaires.
Cela est indispensable et non de se déconstruire...ce que ces femmes n'attendent pas le moins du monde !
Tant pis si cela choque mais la réalité a ses droits.
Le monde n'est pas une pâte à modeler pour quelques idéologues relayées par certains médias qui adorent embrigader leur monde; c'est si bon de se sentir important.
Moi je pense aux victimes afghanes et autres de cet intégrisme islamiste, dont on sabote la vie face aux faux derches et fausses derches d'ici qui nient la vie, la nature, qui idéologisent tout...en n'aimant tout simplement pas les hommes.
En rêvant pour certaines de pouvoir, cela caché derrière une soi-disant égalité.
Faim et soif de revanche de certaines femmes...ok, d'accord, mais le dire !
Femmes puissantes, oui, elles ont le droit.
La volonté affichée de puissance n'est pas une recherche fictive d'égalité: il s'agit d'une compétition.
Pour vaincre.
Pas assez de femmes aux commandes du Cac 40, argument déjà entendu; notamment une célébrissime journaliste libanaise du service public qui pense nous indigner avec cette constatation -on se battra pour qu'il y ait plus de femmes aux commandes du Cac 40 !
Les gens hors sol à ce point, une véritable caricature, et égérie des femmes puissantes d'ailleurs.
Je préfère celles et ceux qui avouent franchement lutter pour vaincre: on peut ne pas aimer cette attitude.
Mais l'avoir en se cachant derrière son petit doigt, cela ne passe pas.
Ne pas tricher ni prendre les gens pour des quiches (fine allusion à un magazine) !
Fin de cette digression mais pas vraiment hors sujet vu la personnalité de Moix, si brut de décoffrage en une époque de rotations permanentes autour du pot, y compris le langage expurgé et aliéné.
Réponse à cette triste engeance de gens qui trichent: des écrivains qui ne craignent pas de choquer comme Moix, mais sans en faire non plus un système, un fonds de commerce calculé.
Autre réponse de haut acabit: Tristane Banon et «La Paix Entre Les Sexes», grand pied de nez gracieux, pertinent et déterminé à la triste dégénérescence d'un féminisme radical dévoyé et parfois haineux («mais c'est eux qui ont commencé !» -on se croirait au jardin d'enfants !).
Par rapport à certaines critiques contre Moix, de leur niveau et de leur pertinence (comme par exemple son look !)...eh bien pensons à un proverbe qui sera toujours vrai, à travers les siècles...
«La bave du crapaud n'atteint pas le goéland qui passe»...sans m'en prendre aux personnes, dont je ne critique pas la bêtise (!); mais à la nullité de leurs non-arguments.
Merci à ActuaLitté pour ce bel entretien qui prouve que la littérature, hors bons sentiments et parfois bonne putasserie, existe encore !
Elle choque...
Grâces lui en soient rendues -mieux vaut être parfois choqué que dégoûté par la médiocrité et la bassesse opportuniste et dénuée de vraie voix authentique et de vrai talent: un vrai talent est unique.
Comme pour Yann Moix.
CHRISTIAN NAUWELAERS

jujube

28/08/2022 à 18:56

Bonjour cher Christian Nauwelaers,

Cela faisait un bout que je ne vous avais retrouvé quelque part sur la marée des commentaires et, franchement, vous me manquiez!

Revoilà le gaillard qui écrit avec son ordi, son âme et ses tripes et n'a peur de personne (je veux dire des cons, emmerdeurs et consorts, du moins jugés tels), attaque tous les thèmes, d'une pirouette passe de l'un à l'autre et crée des textes longs comme le voyage de la Terre à la Lune et vice versa.

J'en reviens, si vous permettez, à Yann Moix et comment la majorité des commentateurs de cet article, cagoulés coagulés, ont pris un malin plaisir à se moquer de lui et l'amoindrir.

D'abord, cette question du fameux "ego", "le moi" qui se construit par identifications successives chez tous les humains, selon Sigmund Freud, et qui a affaire au "surmoi" inquisiteur et féroce, propre à tous.
Conclusion, l'ego n'est une exception pour personne. Yann Moix a simplement parié sur une plus forte confiance en soi que d'autres quidams, laquelle fut gagnée grâce à ses efforts constants d'adaptation aux aléas de sa vie, son désir puissant de devenir écrivain et sa lucidité quant aux obstacles à sa réussite. Il a lutté pour devenir ce qu'il est et personne ne pourra lui ôter ou voler ce qu'il a. Tant pis pour les envieux, détracteurs et autre formes rampantes!

Quant à son look, il a le sien comme tous ont le leur, pardi! Je trouve qu'il est assez beau gosse sur la photo. Mince, vêtu simplement, naturel, décontracté et content d'être soi même (un modèle à suivre pour les ventripotents, les grincheux et les surdoués de l'inquisition délirante).
Mais diable, faut être drôlement taré pour juger quelqu'un sur sa binette et compagnie!

Enfin, Moix et les femmes. Il a le droit, à ce sujet, de dire, dans un entretien, et d'écrire, dans ses romans, ce qu'il veut. Soyons clairs: dans ce genre de récits fiction, réalité et vérité se nouent comme des serpents en rut.

Prenez grand soin de vous, cher Christian, et à plus tard, peut-être.
Cordialement.
jujube

NAUWELAERS

28/08/2022 à 19:49

Merci mille fois, chère ou chère Jujube !
J'ai toujours été présent (ce qui peut en crisper certains et certaines mais j'assume) et RAVI de vous retouver !
Mille fois d'accord avec vous mais un minibémol: même si Moix était aussi laid que l'embryon d'esprit d'un minus censeur woke ou autre,...il serait tout de même un très grand écrivain !
On n'attend pas d'un écrivain qu'il ait de l'allure sur un selfie...
Moi je m'en fous: ce qu'il écrit compte.
Le reste: aux oiseaux !
Très amicalement et cordialement, Jujube, portez-vous bien !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Marie Lemarchand

29/08/2022 à 11:41

CHRISTIAN NAUWELAERS : Vous n'êtes qu'un VIL TROLL dont se nourrit la SDP, votre indigence a de beaux jours sur les réseaux hélas... mais comme la vie est bien foutue vous disparaîtrez bientôt. On ne saurait quoi vous conseiller. La bêtise ou l'ignorance. Choisissez.

jujube

30/08/2022 à 03:42

Pour être méchante, ben vous l'êtes, très chère : à mettre au Musée des Horreurs! Si Nauwelaers est un troll, alors vous êtes un trolley.
N'intervenez pas si vous n'avez rien à dire au sujet de l'article de Monsieur Bouhadjera!
Vous salissez l'espace des commentaires comme une blatte sur un gâteau.
Vos petits pâtés au venin ne peuvent alimenter que vous même; allez les manger ailleurs!

NAUWELAERS

30/08/2022 à 11:57

Merci jujube.
À la réflexion, plutôt que de l'insulter, je pense que nous devrions lui manifester de la compassion.
(Bien entendu patriarcale, etc.)
Je crois que sa vie est pourrie et elle s'en prend aux autres...c'est tristement classique.
Ne tombons pas dans le même piège même si parfois -eh non, je suis tout sauf un troll (je suis un anti-troll) -je ne suis évidemment pas parfait et ai pu succomber à cette tentation !
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

30/08/2022 à 11:50

Marie Lemarchand,
Vous correspondez à ce que le web peut présenter de plus nul.
Le «vil troll» imaginaire vous renvoie à votre vile intolérance vulgaire.
Et la démocratie existe encore, de tristes personnes comme vous dussent-elles en être marries, Mme Marie.
CHRISTIAN NAUWELAERS

boris

06/09/2022 à 10:40

Ah bon ? Moix ne vit pas à Paris ? c'est donc son sosie que je croise régulièrement dans ma rue. Un sosie très amusant, avec son regard par en dessous qui exprime clairement ses préoccupations : M'a-t-on reconnu ? vais-je pouvoir lui claquer la gueule ? Malheureusement, Monsieur Moix, on a surtout envie de vous tendre une savonnette ! Et oui, dans les rapports sociaux, tout le monde préfère les gens confiants et optimistes aux pervers bourrelés d'arrière-pensées. En général, on apprend ça au jardin d'enfants.

Ensuite, on va à l'école et on apprend, entre autres, la belle langue française. De ce point de vue, la phrase citée ne tient pas debout : « Rien n’est plus prompt à décourager une femme, surtout sexuelle, que la manifestation de la prudence ». Une femme sexuelle ?

Bref, je ne lirai pas la suite !

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Meral Şimşek : “Je me battrai pour porter la voix du peuple kurde”

L'autrice et éditrice kurde Meral Şimşek a subi, comme d'autres en Turquie, la sévérité du régime de Recep Tayyip Erdoğan à l'égard des dissidents, opposants et artistes critiques à son égard. Mais Şimşek est kurde, ce qui redouble la violence systémique à son égard. Condamnée à 20 mois de prison en septembre dernier, elle est réfugiée en Allemagne, d'où elle a accepté de répondre à nos questions.

03/10/2022, 11:37

ActuaLitté

Nathan Harris : “J'essaie de faire face aux problèmes qui affligent encore l'Amérique”  

Avec le premier roman de la Rwandaise Dominique Celis, Ainsi pleurent nos Hommes, la maison Philippe Rey a misé cette année sur un autre premier primo-romancier, cette fois-ci américain, Nathan Harris, et son best-seller La douceur de l’eau (trad. Isabelle Chapman). À l’occasion de la 10e édition du Festival America qui s’est tenu du 22 au 25 septembre, ActuaLitté en a profité pour l’interroger sur ce texte qui raconte les suites d’un affranchissement, comme sur sa rencontre avec les lecteurs français.

30/09/2022, 15:10

ActuaLitté

Occasion : une taxe aurait “un impact direct sur le budget des consommateurs” (momox)

Géant de l’achat et de la revente de livre d’occasion, momox s’est fait une place auprès des lecteurs français, avec son application et un redoutable système d’envoi des livres rachetés. L’offre d’achat de livres — et d’autres biens — d’occasion s’est également renforcée avec les années. Heiner Kroke, PDG du groupe, revient pour ActuaLitté sur les développements du marché du livre d’occasion, ses futurs enjeux et les projets de la société.

20/09/2022, 17:08

ActuaLitté

“Le patrimoine local ne vit que s’il est reconnu et admiré”

Claude Rayon est un historien de terrain qui n’hésite pas à chausser ses bottes pour arpenter les chemins normands et à parler avec tout le monde, pour apprendre et pour transmettre – et faire connaître ainsi le patrimoine local et régional, surtout les édifices religieux normands du haut Moyen Âge. Il est aussi musicien dans le groupe de folk marin normand Strand Hugg. Propos recueillis par Marie Lebert.

15/09/2022, 10:46

ActuaLitté

Lire à l'heure anglaise, en VO, avec Joya Books

Lancée en mai 2021, Joya Books est une box littéraire qui se distingue de l'offre habituelle. Elle est ainsi la première à proposer des livres en anglais dans chaque envoi, deux pour être exact. Chaque trimestre, vous recevrez dans votre boîte aux lettres le livre coup de coeur de la créatrice de la box, ainsi qu'un second ouvrage, soigneusement sélectionné… par l’auteur du livre principal. Le tout accompagné d’une petite gourmandise.

09/09/2022, 16:36

ActuaLitté

Pacôme Thiellement et les 7 poètes de Paris  

Paris de rêve, de rêverie, ou le seul véritable ? C’est en tout cas celui de Pacôme Thiellement. Après la pop culture, l’enquête policière, le cinéma, les « Sans Roi » ou encore l’amour, l’exégète s’attaque au Paris qui l’a vu naître, toujours avec sa vision si personnelle et féconde. L’envers de Paris et de ces lieux communs : le Quartier latin, Montmartre, l’île Saint-Louis, Les Champs-Élysées… Entre l’Histoire, les grands maudits, les assommeurs de dragons et sa vie dans la Ville Lumière.

07/09/2022, 10:07

ActuaLitté

Des Russes devenus zombies : “La propagande n'aspire même pas à la crédibilité”

#UkraineUnderAttack – Iegor Gran, originaire de Moscou, journaliste et écrivain publie chez P.O.L Z comme zombie, un essai troublant. « Depuis le 24 février, tout autre sujet devenait dérisoire : ce que je redoutais depuis 20 ans a fini par arriver », nous explique-t-il. « J’ai saisi chaque occasion, pour exposer ma vision des Russes et de la Poutinie : la réalité est que l’Occident n’a pas pris la mesure du danger. Or, nous voici face à un enjeu de vie et de mort : la fin de la civilisation occidentale, devant l’avancée des zombies. »

06/09/2022, 16:02

ActuaLitté

Iran : la fatwa, l'accord nucléaire et Salman Rushdie

AttaqueRushdie - Le cas de la fatwa contre Salman Rushdie : entre coût diplomatique et ambitions révolutionnaires, que signifie sur l'échiquier géopolitique l'attentat perpétré contre le romancier britannique ? Pour y répondre, ActuaLitté a sollicité Clément Therme, chercheur associé à l’Institut international d’études iraniennes et chargé de cours à l’Université Paul Valéry de Montpellier.

23/08/2022, 10:10

ActuaLitté

“Une bonne traduction, cela donne une autre dimension à un texte”

Autrice de 3 romans et pilier des éditions québécoises Mémoire d’encrier, Yara El-Ghadban est également traductrice. Celle qui a grandi entre plusieurs langues et cultures a accepté de nous parler de son travail de traductrice, comme de nous éclairer sur les spécificités du statut de traducteur en Amérique du Nord. Son ambition : transmettre au mieux la voix d’un auteur dans le respect de l’intégrité de sa langue.

03/08/2022, 10:53

ActuaLitté

“Si nous savions l'impact de la lecture à haute voix sur l'esprit...”

ENTRETIEN – Associer la dimension industrielle aux mondes de la culture et de l’art : voici le pari de Industria & Letteratura, une maison d’édition italienne de Massa (Toscane). Cette structure indépendante, que dirige Gabriel del Sarto, le directeur éditorial, parie sur des genres éditoriaux traditionnellement pas vendeurs : des nouvelles longues et la poésie. Tout en restant ouverte à d’autres formes de narration, comme la revue, dans un contexte de recherche littéraire et d’innovation.

25/07/2022, 10:51

ActuaLitté

Nadja, victime ou protégée d'André Breton ?

Depuis le 24 juin, et jusqu’au 6 novembre, le musée des Beaux-Arts de Rouen organise une exposition autour de la figure littéraire mythique de Nadja, muse surréaliste au destin tragique. En parallèle, Gallimard édite un catalogue d’exposition riche en articles pointus et illustrations. Parmi les contributeurs, on trouve celui qui connut André Breton à la fin de sa vie, et participa au mouvement surréaliste dernière forme, Georges Sebbag. Il a accepté d'évoquer sa Nadja, fruit de décennies entourés en esprit des figures du mouvement qui redécouvrit Lautréamont ou encore Alfred Jarry.

22/07/2022, 16:45

ActuaLitté

Écologie du livre : “Le train passe, il faut monter ou le regarder passer”

La filière du livre a commencé depuis quelques années son introspection écologique, identifiant divers travers de son fonctionnement, avec, entre autres, la surproduction, la multiplication des flux aller et retour et un recul de la bibliodiversité concomitante à la concentration éditoriale. Mais les solutions sont encore méconnues, voire inconnues. Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, avec l'aide de l'Agence de la Transition écologique, se donne 3 ans pour mettre en œuvre des actions et en évaluer la portée.

19/07/2022, 11:22

ActuaLitté

25 ans de One Piece, shōnen où les personnages “ne sont pas monolithiques”

2022 marque le 25e anniversaire de la publication de la saga One Piece au Japon, commencée en 1997 dans le magazine Weekly Shōnen Jump, et, pour la parution du tome 102 en France, Glénat célèbre cet anniversaire. Une nuit One Piece permettra de réunir les amateurs à l'occasion d'un événement en librairie.

15/07/2022, 18:00

ActuaLitté

Ariel Holzl : “J’aime être un peu touche-à-tout”

Une catastrophe menace les Royaumes Immobiles. La princesse sans visage est l’une des seules à pouvoir prémunir le monde des Feys de s’effondrer. Loin de la Grisaille des Sœurs Carmines, Ariel Holzl revient avec une nouvelle série pleine de mystère et de cruauté. Inspirées par le classique shakespearien Songe d’une nuit d’été, les aventures d’Ivy ne font que commencer. À l’occasion de la sortie de ce dixième roman chez Slalom, nous en avons rencontré l’auteur, Ariel Holzl. 

12/07/2022, 14:41

ActuaLitté

“Le poche fait mécaniquement grimper le prix du grand format”

ENTRETIEN – Les vacances estivales – et probablement n’ont-elles pas le privilège de ce fait – voient les ventes de livres de poche s’emballer. Compacts, à petit prix, ces ouvrages fournissent aux lecteurs qui renâclent à adopter les liseuses une solution éprouvée au fil du temps. De petits livres, certes, mais aux grandes conséquences : Olivier Bessard-Banquy, professeur des universités Pôle des métiers du livre Université de Bordeaux-Montaigne, l'évoque avec nous.

11/07/2022, 10:11

ActuaLitté

Améliorer “constamment les fondamentaux” de la librairie

RNL22 — Premier rendez-vous des libraires français depuis le début de la crise sanitaire, les Rencontres nationales de la librairie 2022 seront notamment l'occasion de dresser un bilan de cette période particulière. Mais d'autres questions seront abordées, comme le tarif plancher des frais de port du livre, le marché de l'occasion ou encore l'empreinte environnementale des libraires... Anne Martelle, présidente du Syndicat de la librairie française, qui organise les RNL, a accepté de répondre à quelques questions.

03/07/2022, 08:00

ActuaLitté

"Beaucoup de complotistes sont des idéalistes contrariés"

Reporter pour le magazine Society, Anthony Mansuy a fait paraître, en mai dernier, Les Dissidents, chez Robert Laffont. Cette enquête, fruit d’une année en immersion au sein des différentes communautés du conspirationnisme à la française, est d’abord le constat des multiples fractures de notre société dans les années 2010-2020. À base de témoignage des acteurs du « complotisme » et d’analyses socio-historiques, le journaliste révèle des mondes, entre quête de sens et appât du gain.

01/07/2022, 10:30

ActuaLitté

“La poésie est sûrement le genre le plus pratiqué, le plus populaire”

Annulé en 2020 du fait de la pandémie, déplacé en octobre 2021, le marché de la poésie en est à sa trente-neuvième édition. Installée en juin place Saint-Sulpice, aux pieds de la majestueuse cathédrale, la manifestation permet aux auteurs de se retrouver, mais aussi de faire connaître ce genre quelque peu oublié, ce parent pauvre de la littérature, qu’est la poésie. 

21/06/2022, 16:13

ActuaLitté

Zerocalcare : “J’aime que mon travail soit le moins ambigu possible”

ENTRETIEN – À l’occasion du festival international de la Bande dessinée LyonBD, nous avons pu rencontrer l’auteur italien Zerocalcare. L’un des plus populaires dans le Bel Paese, et devenu incontournable dans le paysage éditorial. L’homme de la colère et du malaise existentiel, au point d’en concevoir une série demandée par Netflix, évoque avec nous politique et langages artistiques. 

16/06/2022, 16:01

ActuaLitté

Bibliothèque publique : un film à la “philosophie d'accueil maximale”, comme la Bpi

Sous le titre limpide Bibliothèque publique, Clément Abbey propose un documentaire tourné au sein de la Bibliothèque publique d'information de Paris. Un lieu où il a posé sa caméra, pour tenter de saisir et de rendre compte de son ambiance si particulière. Il a répondu à nos questions sur son travail, l'esprit du lieu et de ses usagers.

14/06/2022, 12:30

ActuaLitté

Bibliothécaires, pensez “en termes de localité plutôt que d'usagers” (Denis Merklen)

Auteur de l'ouvrage Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? (2013), le sociologue et professeur de sociologie à la Sorbonne Nouvelle — Paris 3, Denis Merklen n'a jamais cessé de s'intéresser aux établissements de lecture publique et à leurs enjeux. Invité du congrès annuel de l'Association des bibliothécaires de France, il a accepté de répondre à nos questions.

10/06/2022, 12:14

ActuaLitté

Jean-Pierre Dionnet : “Un magazine comme Métal Hurlant sert à progresser”  

Première tentative, avortée, début 2000. Puis en 2020, le patron des éditions Humanoïdes Associés, Fabrice Giger avec l’éditeur et journaliste, Vincent Bernière, décident de relancer la magazine culte de la SF, Métal Hurlant. Près de 14.000 préventes plus tard, sortait le 29 septembre, le premier numéro du magazine, nouvelle mouture, réunissant une équipe de rédacteurs et d’artistes pour une nouvelle aventure. À l’occasion de la sortie du 3e numéro, l’un des fondateurs du périodique et son rédacteur en chef historique, Jean-Pierre Dionnet, nous raconte... 

09/06/2022, 13:01

ActuaLitté

Bibliothèques : “La France a besoin de rénover, et de construire”

ABF2022 — L'Association des Bibliothécaires de France organise son premier congrès en présentiel, après deux années chahutées par la pandémie de coronavirus. Cette 67e édition, qui prend place à Metz, pose à nouveau une question qui fâche : « Les bibliothèques sont-elles indispensables ? » Début de réponse, voir plus, à l'occasion d'un entretien avec la présidente, Hélène Brochard, et le conseil national de l'organisation.

02/06/2022, 08:00

ActuaLitté

Pierre Mérot : "Ce livre est tout entier tourné vers la passion"

Journaliste, éditeur, puis enseignant, Pierre Mérot construit, depuis 1987, une œuvre exigeante, singulière. Proche du premier Houellebecq, l’homme accède à une certaine célébrité grâce à Mammifères, roman d’inspiration autobiographique, autofictionnelle, succès commercial paru en 2003. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

23/05/2022, 10:57

ActuaLitté

“Durant le confinement, certains sont tombés dans Netflix. Moi, la bioéthique”

Comediedulivre2022 – Au terme de trois mois d’une résidence à Lattes (au sud de Montpellier), Annie Ferret a le sentiment de quitter « ma maison adoptive ». Entrée ce 6 mars, dans l’enceinte du Musée Lattara, elle aura traversé cette expérience avec une passion communicative. « Je suis sortie de mes sellettes, le temps s’est suspendu pour moi, avec une magie dont je ne reviens encore pas », nous raconte-t-elle. Car, quand elle n’écrit pas, Annie Ferret pose. Littéralement, et dans tous les sens. Parfois, en tous cas.

22/05/2022, 15:45

ActuaLitté

Valoriser la présence web pour ne pas “occulter le savoir-faire de l'éditeur”

Voilà bien longtemps, dans une galaxie bien éloignée de l’internet que nous pratiquons aujourd’hui, surgissait un site : Le Domaine de Gorn. Cet espace, fut développé par un passionné autour de la bande dessinée éponyme de Tiburce Oger, parue en 1992. Matthieu Moreau, comme d’autres à cette époque, constatait le peu d’engouement des éditeurs pour la Toile. Alors, avec une approche communautaire, le voici parti en vadrouille.

18/05/2022, 10:05

ActuaLitté

Belgheis Jafari-Alavi : “Dans la culture persane, la poésie fait partie du quotidien”

ENTRETIEN – Belgheis Jafari-Alavi, enseignante-chercheuse, officie à l'INALCO, l'Institut national des Langues et Civilisations orientales, où elle enseigne la langue persane. Durant son cursus de recherche, elle a étudié la culture orale persane, et en particulier de l'Afghanistan, pour en détailler certains thèmes récurrents, notamment celui de l'exil.

17/05/2022, 11:00

ActuaLitté

Nathalie Bauer : l'expérience d'un italien atypique et international

ENTRETIEN – Elle vient de traduire le roman de Fabio Bacà pour les éditions Gallimard, Une chance insolente : Nathalie Bauer entretient avec l’italien une relation nécessairement passionnée, pour avoir fait métier de donner voix aux auteurs et autrices du Bel Paese. Et les projets ne manquent pas en cette année 2022.

12/05/2022, 10:19

ActuaLitté

Webtoon : piccoma, “l'ambition de faire lire un petit peu tous les jours”

Depuis maintenant un mois et demi, la plateforme de webtoons piccoma Europe est disponible pour les utilisateurs français. Hyung-Rae Kim, président de la filiale européenne d'une des principales applications manga du monde, a accepté de répondre à quelques questions. Une façon de faire le point alors que l’application iOS est disponible – et bientôt, une solution directement accessible sur navigateur.

12/05/2022, 10:06

ActuaLitté

Eszter T. Molnar : “La langue est une partie importante de la personnalité”  

FLP2022 - Parmi les stands d’éditeurs, comme à chaque édition, le salon de Paris, devenu festival, offre une tribune aux littératures nationales. À côté d’un pavillon grec et ukrainien, s’est installé le stand hongrois. Entre agrégation de maisons et uniformité, sous la bannière de la langue de Sandor Marai. L’occasion pour l’écrivaine Eszter T. Molnar de nous présenter son premier roman traduit en français chez Actes Sud, Teréz, ou la mémoire du corps, mais également d’évoquer la littérature hongroise contemporaine avec Zoltán Jeney, qui a monté l’emplacement.

11/05/2022, 15:47

ActuaLitté

“Le renouvellement des générations joue en faveur de l'Imaginaire”, Lloyd Chéry

ENTRETIEN – En quelques années, il s’est imposé comme le journaliste incontournable dans le domaine de l’Imaginaire. Depuis ses premières armes de lecteur, à son passage en bibliothèque, Lloyd Chéry en a fait une signature. Créateur du podcast C’est plus que de la SF, il récidivera prochainement avec une nouvelle émission : C’est plus que de la Fantasy. Car tout cela, c'est plus que de la passion...

09/05/2022, 11:24

ActuaLitté

Médiateur du livre : “Ce qui compte, c’est la clarté du cadre juridique”

Le Médiateur du livre, autorité indépendante chargée de traiter les litiges concernant le prix unique du livre entre les acteurs du secteur, a récemment fait le bilan d'une année 2021 bien chargée, et des prochains mois de 2022 qui s'annoncent tout aussi studieux. Le Médiateur et ses services comptent d'ailleurs communiquer plus souvent et largement sur leurs actions : Jean-Philippe Mochon, titulaire du poste, a répondu à nos questions.

02/05/2022, 09:55

ActuaLitté

Michaela Pavlátová : “En Afghanistan, l’intimité est très importante”

ENTRETIEN - Adaptation du roman Freshta de Petra Procházkova, le film d'animation My Sunny Maad sera diffusé dans les salles de cinéma sous le titre Ma Famille Afghane dès ce mercredi 27 avril. Herra, jeune femme d’origine tchèque, quitte tout pour épouser Nazir, désireux de retourner en Afghanistan. Le film, qui suit le regard d'une femme européenne dans un pays aux traditions diamétralement opposées, est notamment nommé aux Golden Globes. Sa réalisatrice, Michaela Pavlátová, nous a accordé un entretien. 

26/04/2022, 16:02

ActuaLitté

Strasbourg Capitale du livre ? “Cette candidature s’est imposée à nous”  

ENTRETIEN - La maire de Strasbourg a profité du premier jour du nouveau Festival de Paris, le 22 avril, pour annoncer la candidature de sa ville au label Capitale du livre de l’UNESCO. À cette occasion, ActuaLitté a pu s’entretenir avec Jeanne Barseghian, afin d'évoquer avec elle les atouts de la ville du Bas-Rhin et tracer les contours du projet porté par la mairie écologiste. Si la préfecture alsacienne est choisie, elle deviendra la première ville française à recevoir ce label. 

25/04/2022, 16:20

ActuaLitté

Le livre d'occasion à l'âge des grandes plateformes

ENTRETIEN - Engagé dans des recherches sur le marché du livre depuis une quinzaine d'années, le sociologue Vincent Chabault dévoile cinq ans d'études sur le livre d'occasion avec Le livre d'occasion. Sociologie d'un commerce en transition. Dans la continuité de son livre précédent, Eloge du magasin : contre l'amazonisation, sorti en 2020 aux éditions Gallimard,  le maître de conférences et chercheur au CNRS s'attelle à décrire un marché en constante évolution depuis une trentaine d'années – et sa nécessaire transition vers le numérique.

22/04/2022, 09:51

ActuaLitté

La résurrection de Gaston Lagaffe “trahit la volonté d’un auteur”

Mi-mars, Dupuis dévoilait le retour du Héros Sans Emploi, Gaston Lagaffe, création d’André Franquin. Le dessinateur québécois Delaf se voyait confier une délicate mission de poursuite de l’œuvre. Mais rapidement, la fille de l’auteur, Isabelle Franquin, a décidé de s’interposer, et d’attaquer en justice, faisant valoir son droit moral dans la procédure.

20/04/2022, 09:47

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Louis Pasteur, ou comment la vaccination fit “rage”

Paola Nicolas publiera ce 6 octobre Les Enragés, un ouvrage retraçant les recherches de Louis Pasteur autour d’un vaccin contre la rage. Un premier roman qui éclaire le présent, à la lumière du passé, alors que les débats demeurent houleux autour de la vaccination contre le Covid-19. L'autrice revient sur son projet, dans un texte proposé à ActuaLitté.

26/09/2022, 12:40

ActuaLitté

Affaire Meurice : “plaisanterie insoutenable” et liberté d'expression

Suite à la décision de suspendre la parution d’un ouvrage chez Editis, coécrit par Guillaume Meurice, le Comité directeur du PEN Club français adresse à ActuaLitté un texte. Reproduit ici dans son intégralité, il revient sur ce que beaucoup voient comme un acte de censure.

24/09/2022, 10:34

ActuaLitté

Qu'adviendrait-il si Bernard Arnault rachetait Editis ?

Qui reprendra Editis — du moins, les parts du groupe Bolloré ? La question agite le Landerneau de l’édition, avec un nom qui revient depuis quelques jours : Bernard Arnault. Que diable irait-il faire dans cette galère, le patron de LVMH ? Exercice prospectif d’éditoriale fiction, option grosse phynance.

20/09/2022, 14:55

ActuaLitté

Trump et les archives nationales : le fait du prince

L’association des archivistes français (AAF) réagit suite au contentieux qui oppose le département de la Justice les archives nationales des USA à Donald Trump, au sujet de documents présidentiels : en contravention de la législation fédérale, ils n’auraient pas été remis aux archives en 2021, à la fin de son mandat. Suite à la perquisition conduite par le FBI dans la résidence personnelle de l’ancien président en Floride où ont été découverts des documents présidentiels, les Archives nationales américaines ont fait l’objet d’attaques répétées – accusées de corruption et de conspiration.

16/09/2022, 09:29

ActuaLitté

Cession de Chapitre.com : quel sort réservé aux auteurs ?

Parmi les créanciers de Chapitre figurent les auteurs des Éditions du 123, marque de Chapitre, qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs droits d’auteurs bien que les livres soient toujours commercialisés. Cette précision, pourtant essentielle, eu égard à la précarité desdits auteurs. Édouard Brasey, publié par cette structure, écrit à ActuaLitté pour tirer la sonnette d'alarme. 

09/09/2022, 15:34

ActuaLitté

Kylian Mbappé a-t-il lu Spider-Man  ?

Oh, la boulette ! Oh, la plaisanterie de mauvais goût, qui conduit à accuser la petite planète de n’avoir pas d’humour. Mais quand on est entraîneur du PSG, n’a-t-on pas, avant de faire des blagounettes, quelques responsabilités ? Mieux : quand on est l’idole des jeunes comme Kylian Mbappé — et qu’on a créé une maison d’édition — n’y aurait-il pas des lectures obligatoires ?

08/09/2022, 14:12

ActuaLitté

“Si Google s’octroie les archives de tous les écrivains français...”

Entre protection de la vie privée d’un utilisateur décédé et patrimoine littéraire pris en otage, difficile de trancher. Car au cœur de cette inextricable intrigue juridique, se pose le géant Google, et son service Gmail. Héloïse Jouanard, fille de l’écrivain Gil Jouanard, s’est débattue longuement contre les services de l’entreprise, avant de s’entendre répondre que l’accès aux emails de son père lui était refusé. Catégoriquement et sans autre forme de procès.

07/09/2022, 11:01

ActuaLitté

Hiboux et renards pour voisins : une résidence d'auteur dans les bois

#Terresdeparoles22 – Auteur et ancien journaliste, Stéphane Nappez a troqué durant quelques mois le clavier pour le marteau. Et la scie. Et le fil à plomb. Et les clous pour AÏE ! — « Navré Nicolas… fallait pas laisser traîner ta main sur la planche. » En effet, fallait pas… Mais quelle réalisation que cette cabane, installée en lisière de la forêt, au sein du parc de l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime) !

04/09/2022, 15:32

ActuaLitté

“Nous luttons contre la malnutrition culturelle des enfants”

Chaque année, l’association Lire et Faire Lire sollicite des structures d’accueil où se rendront les bénévoles pour des séances de lectures aux plus jeunes. Et chaque année, de nouveaux bénévoles rejoignent l’organisme, donnant de leur temps pour partager le goût et le plaisir des livres. 

03/09/2022, 11:54

ActuaLitté

Au coeur du Marais, rue des Rosiers, s'installe une librairie

Célébrissime, auprès des gourmets, pour son restaurant L’As du Fallafel, la rue des rosiers porte de nombreux symboles. Située dans le Marais, emblématique de la communauté juive, elle accueillera mi-septembre une librairie. Et pas n’importe laquelle : il s’agit d’une extension de Smith&Son (anciennement nommée WH Smith) sise au 248 rue de Rivoli. Le tout porté par Patrick Moynot, qui avait repris l’établissement en 2017. 

01/09/2022, 14:20

ActuaLitté

Les bibliothécaires, héros méconnus ? Un hommage en images

Que ferait-on sans les bibliothécaires ? Illustré par Denis Renard, illustrateur et auteur BD qui vit près de Caen, en Normandie, ce court album disponible en trois langues est dédié aux bibliothécaires du monde entier. Il fait suite à notre hommage récemment publié dans ActuaLitté.

29/08/2022, 14:50

ActuaLitté

Editions AFITT : “La mort est véritablement notre métier”

Depuis 11 ans, AFITT publie un ensemble d’ouvrages techniques dédiés à la formation des spécialistes de la mort que l’on nomme « thanatopracteurs ». Et il faut reconnaître, toute plaisanterie mise à part, que la mort leur va si bien... Pour cette rentrée, l'éditeur a mandaté un Charon, pour aborder les rives de la fiction. Il a choisi ActuaLitté pour l'annoncer, et exposer leur projet. Mais pas que... 

25/08/2022, 12:20

ActuaLitté

Exode, voyage et sans-papiers : Les Turbulents, à même le ressenti

Portés par Thierry Van Hasselt, Thisou Darthois et Romane Armand, des étudiants en bande dessinée et des personnes en exil ont constitué un studio de bande dessinée expérimentale afin de raconter collectivement des exodes vécus par certains des dessinateurs investis. Jusqu’au 15 septembre au Centre Belge de la Bande Dessinée se tiendra l'exposition qui présente ce travail collectif absolument fascinant. 

23/08/2022, 16:03

ActuaLitté

Avec Vivendi, un futur Hachette trop puissant ?

L’annonce d’une cession du groupe Editis par Vivendi n’apaise pas les esprits. La décision de Vincent Bolloré de céder l’entreprise, pour obtenir l’assentiment de la Commission européenne préoccupe auteurs, éditeurs et libraires. Leur mobilisation, contre la fusion que l’on imaginait des deux structures, se reporte aujourd’hui sur l’avenir de Hachette Livre, filiale de Lagardère dont Vivendi possède 57 %. 

13/08/2022, 12:35

ActuaLitté

La voix d’Ahmet Altan est immortelle

Les vacances sont un moment propice à la lecture et aux livres : l'afflux de temps libre ouvre de nouvelles perspectives, multiples. L'occasion de lâcher prise, mais aussi de sortir de ses habitudes en matière de littérature, d'explorer des sentiers méconnus... Sur son lieu de vacances, Henri Mojon, président des Éditions du Net, a ainsi fait une rencontre inattendue... et inoubliable.

12/08/2022, 16:58

ActuaLitté

La guerre des tranchées : visite avec Gilles Marchand en Virgile

Ce 19 août, Gilles Marchand publiera Le Soldat désaccordé (Aux Forges de Vulcain), et pour le coup, nous souhaitions battre le fer tant qu’il était chaud — plutôt que de le porter dans la plaie. À la demande de ActuaLitté, le romancier a accepté de réaliser un making-of de son ouvrage, résolument ancré dans l’histoire : celle des tranchées, des poilus, de la Grande Guerre qui ne devait pas prendre plus de quelques semaines. Le temps d’y aller, et de revenir… 

12/08/2022, 09:00

ActuaLitté

“Non pas mettre l'humour dans un musée, mais l'ouvrir à tous”

Étienne Moulron porte depuis un bon moment ce projet d’une Maison de l'Humour de la francophonie à la campagne. Deux parrains d’honneur se sont déjà joints à la fête : Pierre Richard et Dany Boon. Maintenant, ne reste qu’à la financer et l’ouvrir, ainsi qu'il l'explique dans ce texte.

04/08/2022, 09:28

ActuaLitté

Edithachette : observations inutiles donc indispensables avant les congés

Secret de polichinelle, qui parfois fuite lors d’une indiscrétion habilement manœuvrée, le rachat de Lagardère par Vivendi fait l’objet de multiples surveillances. À commencer par la Commission européenne, explique Édition Multimédi@, en tant que première concernée. Si la notification du rachat doit s’effectuer en septembre, l’enquête, elle suit déjà son cours. Avant de prendre congé, imaginons un autre état des lieux...

22/07/2022, 16:52

ActuaLitté

Affirmer à Stéphanie Nicot “confiance, estime et fidélité”

La ville d'Épinal a décidé d'ouvrir un appel d'offres pour recruter un directeur littéraire. Une décision que Stéphane Wieser, directeur de la Culture, expliquait à ActuaLitté voilà quelques semaines. Une action qui conduit la manifestation à se séparer de la directrice artistique, Stéphanie Nicot. Un collectif réunissant professionnels, festivaliers a souhaité apporter son soutien dans un texte ici proposé dans son intégralité.

20/07/2022, 10:28

ActuaLitté

Réseaux sociaux : guerre ouverte entre Triller et TikTok

Mahi de Silva, PDG de la plateforme Triller, fondée en 2015, lance un appel au boycott de son concurrent, ni plus, ni moins. Présentée comme un concurrent — et pourtant ouvert un an avant l’entreprise chinoise — l’application revendique plus de 100 millions d’utilisateurs et 250 millions de téléchargements. Tous deux reposent sur un format de diffusion de brefs clips vidéos, avec une perspective marketing commune. Sauf que…

19/07/2022, 14:32

ActuaLitté

Hommage au bibliothécaire, héros des temps modernes

Que ferait-on sans les bibliothécaires? Le/la bibliothécaire a un rôle charnière dans le monde du livre, preuve que les vrais héros des temps modernes sont rarement ceux que l’on croit. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner? 

16/07/2022, 12:52

ActuaLitté

Il voulait décorer sa maison en reproduisant une case de BD... 

EDITO – Il venait de s’offrir une splendeur : toute de noir et de blanc, pas même jaunie par les âges, une bande dessinée d'exception. Ses phylactères sentaient l’encre ancienne à ses narines fébriles, et l’année d’impression donnait le vertige. Fou amoureux, il s’était dit que l’une des cases, reproduite et agrandie, habillerait d'un cadre magnifique un mur de son appartement. Encore fallait-il trouver un prestataire pour imprimer et mettre sous cadre… Et là, c’est le drame…

15/07/2022, 10:26

ActuaLitté

Réfugiés italiens : “Il faut protéger la prescription, le droit à l’oubli” (Éric Vuillard)

Répondant à une demande pressante de l'État italien, le président de la République Emmanuel Macron a enclenché des procédures d'extradition visant une dizaine de réfugiés italiens, installés en France depuis des années, en raison de leur implication supposée dans des actions violentes de l'extrême gauche entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Un collectif d'écrivains s'oppose à ce qu'il décrit comme un « acharnement » envers ces individus : parmi eux, Éric Vuillard, auteur d'un texte que nous reproduisons ci-dessous, en intégralité.

12/07/2022, 10:18

ActuaLitté

Le livre de Schrödinger, ou la bibliothèque dans le cloud

Les rêveurs se changent parfois en grands pragmatiques – HP Lovecraft en savait quelque chose. Le romancier américain sera d’ailleurs à l’honneur de la rentrée littéraire… dans une bande dessinée dont la lecture est hautement recommandée : Le bestiaire du crépuscule, de Daria Schmitt. Une oeuvre dont nous reparlerons en temps et en heure. Car pour l’instant, rêvons un peu, la tête dans le cloud...

07/07/2022, 15:50

ActuaLitté

Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d'amélioration

RNL22 — La commission Développement durable du Syndicat de la librairie française, créée récemment, travaille sur un sujet qui est revenu de manière constante lors des discussions des Rencontres nationales de la librairie d'Angers. L'empreinte écologique de leur activité, et par extension celle de l'industrie du livre, préoccupe en effet un grand nombre de libraires. La commission propose quelques bonnes pratiques, dans un document que nous reproduisons ci-dessous.

05/07/2022, 10:58

ActuaLitté

La précarité des auteurs, situation “de plus en plus alarmante”

L'inflation, galopante, touche tous les secteurs d'activité ; et le monde de la culture n'est pas épargné. La Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, alerte sur la paupérisation des auteurs et autrices. Elle appelle la chaîne du livre à se mobiliser pour lutter contre cette précarité dans une tribune, reproduite intégralement ci-dessous. 

29/06/2022, 11:57

ActuaLitté

L'armure d'un hors-la-loi australien, un petit air d'Iron Man

Héros ou bandit selon les sources avant de devenir une icône populaire, Ned Kelly fabrique cette armure en 1879 pour combattre la police australienne avant sa capture puis sa mort par pendaison à l’âge de 25 ans. Son armure, exposée dans la Bibliothèque de l’État de Victoria (Melbourne), est l’objet le plus célèbre de la bibliothèque. Un autre objet célèbre est sa Lettre de Jerilderie, pour expliquer ses actes.

28/06/2022, 11:22

ActuaLitté

Le wokisme, un « isme » de trop ?

Apparu principalement sur les campus américains des universités de l’Ivy League aux abords des années 2010, ce que l’on nomme désormais communément « le wokisme », a désormais franchi les frontières d'outre-Atlantique pour progressivement s’implanter dans toute l’Europe, y compris en France.

25/06/2022, 15:49

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France, “nouveau type d’institution publique en crise” ?

Un collectif rassemblant plus de 350 acteurs du monde universitaire et culturel dénonce, dans une tribune, les mesures récemment mises en place par une réforme à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de communication des documents, notamment, font l'objet de vives critiques, tout comme les moyens humains et financiers accordés à l'établissement pour assurer ses missions. Initialement publiée dans Le Monde, cette tribune est reproduite ci-dessous.

24/06/2022, 16:42

ActuaLitté

Cinq raisons de ne pas doter les bibliothèques d'une enseigne nationale

Faut-il une enseigne pour les bibliothèques publiques ? L’enfer est pavé de bonnes intentions, et le paradis d’opinions contraires. David-Jonathan Benrubi, directeur du Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole, s'interroge. À plus d'un titre. Ou cinq bonnes raisons de froncer les sourcils...

23/06/2022, 15:51

ActuaLitté

Opposer libraires et algorithmes : Fnac, en Tartuffe 2.0 

DECRYPTAGE – Fnac a inondé les panneaux d’affichage publicitaires d’une brillante campagne. Le message est simple : vive l’être humain, à bas les algorithmes ! Et plus encore dans cette délicate relation qui consiste à recommander un livre à un lecteur. « Faites confiance à l’intelligence non artificielle de nos conseillers », affirme la réclame de l’ex-agitateur culturel. Jusqu’à tenter de faire oublier que l’algorithme demeure au cœur de la stratégie de l’enseigne. Quand le sage montre la Lune…

21/06/2022, 15:10

ActuaLitté

Russie : “Le pouvoir s’en prend également aux artistes protestataires”

UkraineUnderAttack — L'ordre donné par Vladimir Poutine d'entrer sur le territoire ukrainien, le 24 février 2022, a déclenché un conflit installé au cœur de l'Europe. En Russie, l'opposition à cette guerre existe, mais muselée par un pouvoir dont le ton se durcit jour après jour. Pour avoir exprimé son dégoût de la guerre russe, l'écrivain Dmitry Glukhovsky est désormais recherché par la justice dans son pays. L'Observatoire de la liberté de création lui apporte son soutien, dans un texte reproduit ci-dessous.

21/06/2022, 10:56

ActuaLitté

“L’auteur et son casier judiciaire”, par Éric Pessan

Voilà quelque temps déjà, une association qui voulait m’inviter pour des ateliers d’écriture a demandé à un libraire s’il était d’accord pour organiser, un soir, une rencontre-signature autour de mes livres. Réponse du tac au tac du libraire : « Pessan ? Bien sûr. » Puis, quelques jours plus tard, rétraction du libraire, trop occupé en cette période pour pouvoir organiser la soirée. Par Éric Pessan

20/06/2022, 11:37

ActuaLitté

Raccord(s) : une vision “farouchement indépendante du métier d’éditeur”

L’association des Éditeurs associés a été créée en 2004 par un groupe d’éditeurs ayant en commun une vision qualitative et farouchement indépendante du métier d’éditeur, afin de promouvoir collectivement leurs catalogues respectifs. Cette mutualisation se traduit par des actions organisées en librairie, en bibliothèque ou sur des salons. Le point commun de ces propositions est de se construire à partir de et avec le livre et la lecture, en s’adressant autant au grand public qu’aux professionnels. En cela, le festival est emblématique des événements organisés par l’association.

17/06/2022, 13:45

ActuaLitté

Pascal Mériaux, celui qui “alimente la machine à imaginer”

PORTRAIT – Amiens. Sa tour Perret digne de Gotham City : la capitale historique de la Picardie a dressé cet immeuble comme pour oublier les désastres de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2018, un autre lieu, plus industriel, occupe l’esprit des Amiénois : la Halle Freyssinet. 8000 m2 qui, une fois l’an, déploient des trésors de bandes dessinées, pour adultes, jeunes, amateurs, experts, curieux, timides. Avec un architecte dont l’enthousiasme devient contagieux.

17/06/2022, 10:24

ActuaLitté

Quand le refus de la guerre mène en prison : le cas Dmitri Gloukhovski

UkraineUnderAttack – Le mandat d’arrêt que les autorités russes ont émis contre l’écrivain Dmitri Gloukhovski laisse planer de lourdes menaces sur son avenir. Ce sont dix années de réclusion qu’il encourt, pour avoir critiqué, dans les médias, aussi bien que sur les réseaux sociaux, le comportement de l’armée russe. Un collectif intersyndical des artistes-auteurs apporte dans nos colonnes son plein soutien à Dmitry Glukhosky. 

15/06/2022, 15:38