#Théâtre

Alain Damasio : F.A.U.S.T., ou le Voyage dans l’esthétique Serge-Lehman

Le Diable Vauvert publie l’intégrale F.A.U.S.T., Grand Oeuvre de Serge Lehman. Originellement parue en 2000, cette trilogie est accompagnée pour l’occasion d’une préface inédite d’Alain Damasio. De cet univers cyberpunk, l’auteur des Furtifs tire un faisceau de remarques et réflexions passionnantes, publiées ici.

Le 18/11/2019 à 11:02 par Auteur invité

0 Réactions |

Publié le :

18/11/2019 à 11:02

Auteur invité

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté
« L’avenir est un dieu traîné par des tigres. »
Victor Hugo
Sous la carte

« Il suivit prudemment la piste ; sur l’image satellite, son double s’enfonçait dans le cerveau. Ils franchirent ensemble une sorte de pont naturel derrière lequel les traces tournaient abruptement à gauche. Son double disparut.

Paul se figea, comme s’il avait entendu le clic d’une mine sous son pied. Il resta immobile une ou deux secondes, puis fit très lentement un pas en arrière.

Son double réapparut au centre de l’image-satellite.

La frontière définie par l’algorithme de Maleterre passait ici. À cet endroit. Il la franchit à nouveau et rangea dans sa poche le relais optique désormais inutile.

Il était sous la carte. »

Réunis ici, enfin en un seul bloc, les novellas Nulle part à Liverion et Wonderland suivies des trois tomes du F.A.U.S.T., multi-primés et multi-salués, sont une œuvre majeure de la science-fiction française. Les préfacer est un honneur plutôt casse-gueule tant Serge Lehman, plus que quiconque, s’est révélé comme LE préfacier-phare de la science-fiction en France, celui qui a su en dégager les lignes de force, dans Escales sur l’horizon bien sûr, mais aussi tout au long du torrentiel et fameux fil M du forum d’actuSF (du sens of wonder à la SF métaphysique) quand il ne l’a pas fait, avec une empreinte aujourd’hui intacte, dans de nombreux articles puissants où il pointe ce qu’est ou devrait être la science-fiction quand elle va au bout de ce qu’elle peut.

Parmi ces articles, je voudrais revenir en ouverture sur celui que je trouve particulièrement « fabuleux », au sens le plus profond du terme. Parce qu’il éclaire à l’évidence l’écriture de Serge Lehman et continue pour moi de hanter, avec grâce, toute la vision du genre. Il s’agit de La légende du processeur d’histoire.

Rarement un écrivain aura su, du cœur même de sa dépression, au ventre du maelstrom existentiel qui l’aspire et le noie, mêler aussi intimement sa trajectoire psychologique fracassée à une succession d’épiphanies intellectuelles — ici sur ce que la science-fiction, en tant que genre, délivre de si spécifique dans l’histoire des arts narratifs. Et à quel point, quoiqu’en pensent ceux qui font leur miel des storytellings paresseux, elle relève à plein, chez les auteurs les plus puissants, de la métaphysique faite corps et récit. Et de ses vertiges.

Ce texte, donc, est un chef-d’œuvre, à lire et relire en regard du F.A.U.S.T que vous avez dans les mains — car tout autant que la fulgurance de ses idées, c’est son écriture incroyable — fol entrelacs de confessions déchirantes, d’errances aux abysses, de soudaines trouées de génie, aussitôt crucifiées pour être reprises plus tard, dans une nouvelle crise, redéployées et approfondies, le tout au milieu de chocs d’érudition criblant la page comme météores — qui provoque une avalanche de percepts et de sensations pensées et finit par délivrer rien de moins qu’un thriller philosophique sidérant dont la science-fiction fondue dans la psyché de Serge est le nœud.

Phonolithes

F.A.U.S.T., disons-le, est un roman spécial pour moi dans la mesure où il a touché mon histoire personnelle d’écrivain. J’ai rencontré le roman à vingt-cinq ans, juste après avoir fini La Zone du Dehors, à une époque où Pierre Bordage, Ayerdhal et Serge Lehman étaient à mes yeux le triple phare de la SF en France, ceux à partir desquels il était possible de trianguler une navigation sous les étoiles, entre anarchie explosive (Yal), spiritualité profonde (Pierre) et humanisme éclairé (Serge). Nul hasard, d’ailleurs, qu’on les retrouve aujourd’hui tous les trois dans l’écurie furieuse du Diable vauvert.

Comme le font souvent les écrivains débutants, qui sollicitent, de ceux qu’ils admirent, une manière d’adoubement, j’avais écrit une longue lettre à Serge pour lui quémander… une préface (sic), sans que j’aie jamais su s’il avait reçu et pu lire la lettre. Toujours est-il que je n’ai pas eu de réponse. Et que je dois in fine l’en remercier.

Je crois aujourd’hui, avec une bonne dose de certitude (mais « la certitude est un grand mot dans une conversation » comme le lance Akashi à Osterman dans une scène de F.A.U.S.T. que j’adore), qu’un jeune auteur ne doit pas être soutenu trop tôt ni même guidé, encore moins par un mentor qu’il admire et qui va (trop) le façonner : il doit se faire lui-même, dans sa solitude riche et rêche, se forger une trempe littéraire et une niaque propre, n’attendre aucune reconnaissance trop précoce qui baliserait le chemin et saperait le courage indispensable que demande l’écriture longue, dans un corps-à-corps avec un roman qui se dilate, en lui, en elle, comme un noyau dans son fruit, pour reprendre l’expression sublime de Rainer Maria Rilke.

Alors j’ai fait sans/sang, à l’époque, et j’ai rencontré avec bonheur Serge, plus tard, après La Horde du Contrevent, découvrant hors des livres une érudition, une finesse et une bienveillance qui m’ont tout de suite conquis. Il était bien l’homme qui a créé Paul et Chan Coray, inventé le Corbeau, forgé Liz Conti, Anita Juarez ou Daniel Kovalsky, pour citer quelques personnages à la volée, qui tintent en mémoire comme des phonolithes de probité.

Métaboliser la métaphore

F.A.U.S.T, commençons par-là, est un roman d’une grande maturité pour un écrivain qui vient à peine de passer la trentaine quand il achève le livre. Là où beaucoup d’auteurs cyberpunks prônent un libertarisme fiérot, sans voir que leur révolte n’est qu’un décalque du capitalisme qui vient, Serge Lehman reste l’un des rares à croire à la possibilité d’une Europe fédérale, consciente de sa culture et de son héritage. L’un des rares aussi à revendiquer « que l’on cesse de considérer l’agonie du politique comme un processus allant de soi ».

Alors il se bat, avec son écriture et ses idées, avec sa foi dans l’honnêteté et la noblesse de quelques-uns. Et c’est rétrospectivement, deux décennies plus tard, l’un des aspects les plus touchants du livre, celui qui nous montre à quel point cette lutte admirable a échoué, rongée qu’elle a été par le capitalisme financier, numérique et cognitif, balayée par l’atomisation du social, pour laisser place à l’Instance et à ses valeurs. Sur la planète, Wonderland s’étend, et la frontière entre Veld et Village n’a jamais été aussi étanche, comme en témoigne notre cruauté inouïe face aux migrants.

« Marianna avait raison. Bientôt, plus personne ne se souviendrait de ce que le vingtième siècle appelait pouvoirs publics. »

« On vivait un moment historique, peut-être une mutation anthropologique. L’extension infinie des lois de l’économie à tous les aspects de la vie humaine ne pouvait se faire qu’au détriment des systèmes juridiques concurrents. Donc des États. Ça faisait longtemps que le processus était amorcé. Ruinées et dépossédées de leurs prérogatives par l’avènement des Puissances privées, les vieilles sociétés politiques prolongeaient leur agonie en inventant des concepts de transition, comme l’État-entreprise, ou en assumant leur réduction au rôle de théâtres symboliques, voire de séries télé. »

« Ces dispositifs dataient d’une époque où la société se fondait sur une autre vision de l’homme. Nous, nous croyons à la responsabilité individuelle. Nous croyons en la capacité d’initiative de chacun. La vie est un combat. Les vrais créateurs n’attendent pas d’aide de la collectivité, au contraire ; c’est contre elle qu’ils s’affirment, c’est pour échapper à son emprise qu’ils créent. Idéalement, il n’y a pas de société. »

On pourra toujours ergoter sur la survivance des États-nations vingt-cinq ans après le roman, sur le fait que le capitalisme n’a même pas eu besoin de faire bloc autour d’une organisation soudée comme l’Instance ; on pourra surtout déplorer que l’Union européenne n’ait jamais atteint le stade plus souple et sans doute plus efficace d’une Fédération, qu’au lieu de lutter contre l’extension totalitaire des marchés, elle les a bien plutôt (et si lâchement) favorisés. On pourra encore regretter qu’elle n’ait jamais permis l’émergence d’une figure de la trempe d’Élisabeth Conti, magnifique personnage, cette tête dure, pure en valeur, tenace au combat, contrecarrant sans cesse le machiavélisme de l’Instance et prête à opposer la contre-violence des Défenseurs à la violence débridée du capital.

Mais ce serait faire cette erreur si triviale des mauvais juges de la science-fiction : à savoir que l’anticipation vaudrait par son exactitude historique rétroactive — quand elle n’est, en vérité, qu’un outil particulièrement tranchant pour dépecer la carcasse vibrante des monstres qui poussent sous nos peaux. La grande SF n’a jamais eu vocation à prédire l’avenir : elle vaut d’abord par son hypertrophie féroce du présent. Elle en identifie les patterns, comme l’a montré Gibson. Elle est le portrait de Dorian Gray du monde qui vient — dont elle restitue les stigmates. Ne jamais peindre le visible : rendre visible, insistait Paul Klee. Elle offre plus qu’une cohérence : une consistance aux secousses qui déforment et restructurent déjà nos sols libéraux.

Dans F.A.U.S.T., l’Instance toute-puissante et son néo-féodalisme, la pollution übertoxique du Wonderland comme la misère voulue du Veld — ou encore la superbe idée de Darwin Alley, ne prétendent pas à la précision prospectiviste et s’envisagent d’abord comme métaphores. Sauf que la force de Serge Lehman tient, comme chez tous les grands, à ceci : qu’ils n’en restent jamais à la représentation imagée ni au symbolisme. Au contraire : ils descendent la métaphore au ras du bitume, là où ça racle, ils la métabolisent dans nos sangs, à même les personnages, ils en font un monde cru, suant, puant, audible, palpable, terrifiant parfois, qui vaut moins par ce qu’il indique ou serait censé renvoyer : qui vaut par ce qu’il meut et nous fait, à nous lecteurs, quand on le lit et en traverse le champ miné d’affects en sautant sur chaque charge.

Nulle part à Liverion, par exemple, est tout entier conçu autour de ce paradigme qui, au mitan des années 1990, allait renverser, et quasi raturer, nos vieilles libertés de mouvement. Avec l’apparition puis l’hégémonie rapide des réseaux téléphoniques et informatiques, notre position dans l’espace devient systématiquement repérable par triangulation d’antenne quand elle n’est pas directement visible par satellite. Et déjà en 1995, la carte écrase son calque haute définition sur nos territoires. Rien n’échappe au mapping : nulle île, nulle ville, pas le moindre espace sauvage, tout est exhaustivement cartographié.

Alors Lehman imagine l’impossible, « l’enversmonde » en quelque sorte de cette terre désormais sans blindspot. Ça pourrait rester une idée, une simple image, un rêve. Mais voilà que Paul Coray part pour Tbilissi, loue une Ford automatique pour la laisser et s’enfoncer finalement dans le Caucase, sac au dos ; il traverse la Koura, dort dans une grotte, échappe aux B-men et poursuit à la limite de ses forces… Et tout à coup, après des jours et des jours où on l’accompagne, rivé à sa quête, il franchit un pont naturel et atteint… Liverion.

Le vertige est là. La pure idée à l’origine de la fiction est devenue un bloc tassé de réel, un dédale de canyons, un Dirac sur sa jument dont il ne reste très vite que l’écho des sabots dans le labyrinthe du défilé. On s’attend alors à voir la ville, à découvrir la suite, on s’attend à cette déception inévitable quand l’attente a été si bien construite par le romancier. On s’attend, au fond, à ce que la métaphore « crédibilisée », « réellisée », se réifie et se fossilise dans une scène de « tourisme d’univers », rythmée à l’envi de péripéties.

Et c’est sans doute là que le génie de Serge éclate dans son contrepied sublime, aussi sublime pour moi que les révélations, sur ses propres tours, du magicien d’Oz. Il ouvre pour nous les mains, sort de ses manches un long ruban d’imaginaire et nous dit, à sa façon : « Je vous ai amenés là, vous m’avez suivi, maintenant je pourrais indéfiniment poursuivre, vous tenir la main dans Liverion, le charme opère, mais voyez donc mieux : tout ceci n’est qu’une construction de mots, un miracle du langage, une redoutable « magination » fomentée pour vos âmes, que vous pouvez tout aussi bien compléter.

Et ça donne ça :

« La ville était quelque part… Il pouvait assez bien l’imaginer.

Il y avait un lac, forcément, et une rivière. Les fonds ne pouvaient pas être très importants et si des bateaux circulaient, ce devait être des espèces de gabarres. Il devait y avoir un petit port, ou au moins un débarcadère. Une ville consomme de grandes quantités de marchandises. Des champs cultivés et des prés pour le bétail étaient inévitables, peut-être arpentés par d’inimaginables machines agricoles à vapeur ? Il était très possible, en tout cas, que la ville elle-même soit troglodyte ; c’était sans doute la solution la plus rationnelle pour construire quelque chose de valable dans cet environnement de canyons encaissés. On pouvait rêver de kiosques suspendus et de terrasses couvertes, de coursives et d’escaliers labyrinthiques. On pouvait imaginer des nacelles mobiles desservant ce monde vertical. En se concentrant à fond, en s’immergeant dans la vision, on parvenait même à entrevoir des silhouettes qui circulaient sur les coursives par petits groupes, se saluant d’une falaise à l’autre. Et tout en bas, on n’avait pas de mal à reconnaître Martin Dirac qui arrivait sur sa jument, son bonnet en feutre bizarre sur la tête, avec une histoire de la source Korach à raconter. »

On pourrait multiplier les exemples dans F.A.U.S.T. Montrer comment l’idée du transhumanisme devient, dans le corps habité de Chan Coray autre chose qu’une idée : une sensation transmise de déformation, de métamorphose panique, de puissance acquise. Le concept passe dans le sang, les muscles et les poumons :

« Il ferma les yeux et inspira profondément. L’oxygène s’engoufra dans ses poumons avec un rugissement de tonnerre, déversant l’énergie dans son sang, irriguant ses muscles et gonflant son cœur. La douleur était un soleil chaud. Le monde, autour de lui, devenait mince et friable comme du carton. Il exerça une brève traction des deux bras, juste pour voir. Sans la moindre difficulté, il brisa le harnais et l’arracha de son socle en béton. »

Voyage dans l’esthétique Serge-Lehman

Personne mieux que Serge lui-même, il me semble, ne l’a dit : la science-fiction n’est pas un ensemble de contenus labellisables, de thèmes à sérier par catégories (les mutants, le cyberpunk, les robots, l’inconnu, le space opera…), elle est une expérience esthétique. Et comme telle, elle exige un art selon moi total, qui est celui du roman, plus encore que du cinéma, de la BD ou des séries TV. Une esthétique oui, du grec aisthanesthai, « sentir », c’est-à-dire si l’on revient aux origines du terme, une « manière de ressentir » — et non une science ou une conception particulière du beau.

Et plutôt que de discuter ad libitum sur les définitions possibles d’un champ littéraire dont la particularité est précisément d’accroître perpétuellement les contenus qui peuvent en relever (et d’en repousser à chaque grand livre les frontières), on devrait davantage s’attacher à comprendre comment un romancier parvient à élaborer cette si singulière « manière de ressentir », qu’elle touche à l’émerveillement, au sense of wonder, au choc mental des inversions métaphysiques ou au vortex des réalités éparpillées au cœur desquelles il faut pourtant bien se débattre et s’orienter.

Une idée, disons-le, aussi géniale soit-elle, n’y suffit pas. « Plus l’idée que tu veux enseigner est abstraite, plus il faut y amener les sens » conseillait Nietzsche. Mais ces sens ne portent, touchent ni n’agitent la fragile disponibilité du lecteur sans un véhicule solide apte à en transporter l’émotion, sans un pôle mouvant d’identification qui va déclencher l’empathie, nous faire souffrir et jouir, tour à tour, bref, sans ce miracle propre à toute narration : celui de créer des personnages. Des personnages « attachants », au sens le plus profond du mot, c’est-à-dire desquels part une fine volée de fils tous reliés à nos viscères, et que le moindre geste déchire et recoud, la moindre férocité coupe, le plus petit sourire écarte mécaniquement nos lèvres pour sourire en réponse.

En relisant F.A.U.S.T., ce qui, à titre personnel, comme romancier, me frappe, ce sont quatre choses, quatre choses qui toutes quatre concourent à une « esthétique Serge-Lehman », que je ne saurais définir autrement, à larges traits de gouache, que par cette sensation de délicatesse virile, d’élégance cultivée fondue dans la générosité d’un récit délibérément populaire, cet humanisme encore et surtout, d’une secrète et constante bienveillance, qui n’ignore pourtant rien du machiavélisme de nos gouvernances, rien du cynisme glacé, rien de la violence abrupte et lâche qui tient l’édifice des oppressions.

La première est son excellence dans la construction des personnages. Leur variété, leur noblesse, leur intensité. Leur originalité aussi. Ulysse par exemple, le fantôme numérique, grésillant dans les interstices du combat diplomatique, qui vaut presque comme personnage conceptuel, à la Deleuze. Ou la ligne d’atroce solitude où se tient, comme en filigrane, le sergent du même nom…

Une règle connue des scénaristes veut que la force d’un moteur dramatique tienne souvent à la qualité des ennemis : voici Becker la brute B-men, voici Coynes le vipérin, froid et flexible comme une lame, voici le dandy salace Henry Philip Fawcett — voici toute l’Instance et ses instanciations, grises ou féroces.

Mais ce qui domine chez Lehman, ce sont les personnages qu’on aime, très vite, aussi pleinement que lui les aime. Tant rien n’est plus transparent, rien n’est moins « trichable » que ces affects-là lorsqu’on entre dans la maison mentale d’un auteur. Pour paraphraser Sartre, et sur les axes aussi bien politiques et sociaux, psychologiques ou affectifs : le Lehmanisme est un humanisme.

Des personnages donc auxquels on s’attache, soit parce qu’ils nous ressemblent, dans leurs failles et faiblesses (Paul, Kepler, les ados du Wonderland…) soit parce qu’on les admire parce qu’ils sont ce qu’on aimerait tant être : des blocs de courage (Kovalsky, Conti, Eve…), des puissances de vie (Lorraine, Alex, Liane…), des héros tout simplement (Chan). Avec ce talent de savoir, chez Lehman, qu’un héros ne prend sa véritable ampleur que lorsqu’on s’y identifie tout autant par familiarité (il a nos défauts) que par admiration (il porte nos rêves).

La seconde marque de l’esthétique Lehman, à savoir cette façon de ressentir le monde qu’il nous imprime, en le lisant, tient à sa conduite de récit. Elle tient en deux mots : finesse et fluidité. L’architecture des deux novellas, comme celle des trois tomes, a le design d’un missile ou d’une fusée. Mais ce n’est pas la vitesse ici qui compte, c’est la souplesse de la narration, son aérodynamisme. Tout coule, tout flue et file à travers les pages.

On regrettera certes quelques concessions un peu abruptes parfois à la narration-sandwich, dite parallélisée, qui à mes yeux trahit toujours une perte de confiance dans la force de son récit (Pourquoi hacher une ligne d’intrigue si elle est forte ? Pourquoi suspendre puis sauter vers une autre intrigue sinon pour créer un manque artificiel et des cliffhangers un peu forcés ?). Hormis que dans Faust, ces couches d’intrigues sont très rarement gratuites et se mettent au service d’un entrelacs d’enjeux qui se prêteraient mal à une succession trop distante.

Dans F.A.U.S.T., l’architecture du roman se fond avec grâce dans la coulée des scènes. Les coutures disparaissent, on dirait de la technologie pervasive — tant la trame est seamless. Ce qui impressionne de surcroît est que cette fluidité ne s’accompagne d’aucune mollesse. Le récit reste un câble — tendu, oscillant, grinçant lorsqu’il le faut — avant de se redétendre en corde vibratoire qu’il suffit à Serge de toucher çà et là pour en tirer sa mélodie et ses riffs.

Il est des scènes subtiles dans leur torsion du câble, comme Souvenir de Sibérie, de purs pièges pour romancier où lorsque tu l’abordes en auteur-lecteur, tu te dis en loucedé « Il s’est foutu tout seul dans une belle merde, le Serge, ça va être coton de réussir cette scène ». Le suspens pourtant monte en flèche, qui n’exclut ni le twist ni la surprise, la scène est parfaite, le chantage plie les pages, un bijou d’amitié bafouée qui essore le bide, de tactique retorse, de cruauté finale, en quelques feuillets compacts et déliés.

Il y a le coup de la carte cachée, tout en fleuret moucheté, dialogues enlevés et perceptions intérieures. Il y a bien sûr les scènes d’action, l’attaque de Messouda, le cultissime combat en haut d’Aéropolis, qu’il faut être écrivain (désolé, je frime !) pour mesurer à sa juste valeur rythmique, chorégraphique et spatiale, pour en sentir l’accordéon de strates et d’ellipses, de dilatation temporelle et de soudaine percussion. C’est vif sans être heurté, épique en esquivant toute grandiloquence. Et ce marteau M, quel objet, quelle trouvaille, que je lis, pour mon plaisir, comme l’ultime Marteau Marx fracassant encore le pied du Kolosse Kapital.

Il y a les deux scènes symétriques, l’une de tentative d’entrée, humiliante et avortée, de Chan dans le Village au tome 1 ; l’autre de sortie rageuse, défiant les consignes de sécurité, du même Chan, au tome 3, scènes siamoises qui à elles seules ramassent l’opposition Veld/Village au sein d’une seule psyché, en y traçant les longues balafres d’une frontière qui passe d’abord dans le corps de Chan, le strie et tranche en deux sa mémoire.

Il y a la très belle fin de Wonderland, poignante dans sa volonté de n’abandonner personne, de refermer les histoires en douceur, de replier une à une les bandes. L’amour de Lehman pour ses personnages s’y faufile à pattes de lynx, libérant l’émotion d’une enfance détruite et retrouvée :

« C’était grâce au Corbeau, comprit Andréa en bâillant. Quand ils étaient tous là-bas, à Babylone, il avait sauvé ça chez eux. La partie qui pardonnait. Elle adressa au vieux une pensée pleine de gratitude. La blancheur du visage de Peter, tourné vers elle dans l’obscurité de la chambre, et la douce chaleur de Franz blotti dans son dos : tout appartenait au Corbeau. Elle ferma les yeux. Dans un instant, la main de Franz se poserait sur sa hanche, remonterait à tâtons le long de ses flancs avant de s’enrouler sur son sein. Il faisait ça depuis toujours. Et Peter sourirait, sans prononcer une parole. Ce serait sa façon à lui de dire mais si, tu m’as manqué. »

On pourrait continuer longtemps. Qu’il importe simplement de dire qu’une telle conduite de récit, aussi leste et si liée, qui escamote ses armatures sans cesser d’être architecturée, qui accumule les scènes fortes sans les sur-accentuer, qui équilibre les intensités et adoucit les ruptures afin de ne jamais lâcher le lecteur, jamais le malmener, trahit une bienveillance instinctive qui est la marque du roman populaire dans sa plus noble expression. Ce trait aussi relève d’une esthétique : rendre accessible, par petits paliers pédagogiques invisibles, ce qui reste intellectuellement exigeant pour le lecteur tout en rendant sensible, par l’image, les perceptions et l’affect, ce qui relève des lieux, des situations et des vécus.

Et l’on touche au troisième pilier de l’esthétique Lehman telle que je la ressens. Le style, à l’évidence. Dans tout roman, il y a certes ce qui est dit et décrit, qui sollicite nos sensations, invoque un univers qui se construit à mesure en nous. Mais il y a surtout ce qui bouge dans la phrase, par la phrase, ce qu’elle agite en secret, sa vitesse et ses lenteurs, son mouvement souple ou haché, sa coulée douce, sinueuse ou trop droite. Bref, sa syntaxe. Et il y a le jeu ou non des sonorités, l’appel aux assonances, la rythmique de ce qui consonne, la poésie du signifiant.

Serge Lehman, il me semble, a un parti pris d’écriture très clair et très louable : il vise, exactement comme pour sa conduite de récit, à une fluidité optimale, qui n’exclut en rien la finesse. Le style est transparent comme une eau de torrent, il fait voir sans écran ni pollution les roches, les plantes et les poissons, il n’entrave ni ne bloque la lecture par « effets de style » ou opacité poétisante. La sensation qui en résulte congrue avec le fil narratif, elle caresse et accompagne. L’équilibre des tensions, féminin/masculin, est savoureux et sensuel. Tout passe en lecture sans besoin d’insister, sans forçage. Ça se lit, et ça se lie tellement bien, tout en conservant sa couleur, sa motricité, sa voix.

Élégance est le mot qui s’impose, si bien que l’on pourrait y passer les définitions du Robert, elles s’appliquent toutes à Serge : « Qualité esthétique qu’on reconnaît à certaines formes naturelles ou créées par l’être humain dont la perfection est faite de grâce et de simplicité//Qualité de style, consistant en un choix heureux des expressions, une langue pure et harmonieuse//Bon goût, distinction accompagnés d’aisance et de style dans l’ordre moral ou intellectuel. »

La quatrième et dernière marque esthétique qui me semble le caractériser provient des jeux de focalisation, tantôt très proche du personnage, quasi immergée dans sa subjectivité, tantôt plus loin, en dézoom, dans le spéculatif instillé, la lecture politique de l’époque ou encore çà et là, par éclats dosés, la réverbération astucieuse des marqueurs spatiaux (Darwin Alley, le Village, le Veld, Aéropolis, le Square, Enversmonde…) et technologiques (bondisseur, telmat, compilé…). Cette oscillation permet une virtuosité des focales et des cadrages de situation, une souplesse là encore, qui ne piège jamais le récit dans la trappe d’un personnage unique, autorise un déploiement choral et tient dans un seul jeu d’étoffe tout le roman sans le démailloter. Tantôt l’on colle aux personnages, tantôt l’on est vissé à l’action, tantôt l’on décolle vers la spéculation, la stratégie, la complexité des enjeux, tantôt l’on replonge à fleur de sentiment ou au cœur même de la sensation :

« Quand il revint à lui, le visage décharné du sergent flottait comme un ballon à demi dégonflé juste au-dessus de lui. Chan battit péniblement des paupières. Chaque muscle de son corps semblait vibrer comme s’il était soumis à un courant électrique intense. […]

Un long moment s’écoula. La vibration de ses muscles enfla et s’approfondit, devint une onde de douleur monstrueuse qui se mit à aller et venir dans son corps. Une marée d’acide le rongeait et le vivifiait, le détruisait et le ranimait… À intervalles réguliers, Solitude prononçait quelques mots. Il parlait de choses que Chan ne comprenait pas. Cent kilos de pression. Puis cent vingt. Puis cent cinquante. “Et ça continuera à monter jusqu’à ce que tu trouves une solution, Wonderboy. Après tout, ce sont tes bras…” »

Ou cette phrase, tellement belle dans son coupé-décalé de focalisation :

« Il comptait sur cette position inconfortable pour maintenir son esprit à un niveau de vigilance minimal (ce qui était une autre manière de dire qu’il avait peur de rêver). Il rêva. »

*

Et pour en finir avec les préfaces…

En vérité, j’ai toujours détesté les préfaces, je vous l’avoue. Je ne les lis pas, ou après, en mode chien-chat, par morceaux, l’œil de guingois. Elles m’agacent. Elles me donnent toujours cette crispante impression de suppléer aux manques du roman, ou pire encore, de s’en servir pour faire briller le préfacier, comme on fait briller une lampe d’où ne sortira aucun génie. C’est qu’aux grands romans, et F.A.U.S.T. en est un, le texte intégral suffit. Il remplit tout. Il conjure la glose. Et il n’y manque jamais aucun tome. L’œuvre, même inachevée aux yeux de l’auteur, est toujours aboutie de fait. Le quatrième tome appartient aux lecteurs, qui l’écrivent dans leur tête, l’univers et les personnages ont une telle richesse que cinquante spin-off auraient été possibles. Et autant de tomes qu’homme pourrait vouloir.

Pour finir et si vous avez tenu jusque-là, juste ceci, sobre :

Il existe toujours au moins trois façons d’aborder un roman : par ce qu’il nous dit ; pour ce qu’il nous fait ; à travers ce qu’il nous laisse.

Parmi des milliers de scènes faustiennes, passées au sas de ma subjectivité, voici quelques pépites prises au tamis, que je vous pose sur la table en partant.

• Ce que le roman nous dit ?

« Il avait fallu moins d’un siècle à l’Instance pour monopoliser l’argent, l’énergie, les communications et les transports à la surface du monde. En quarante minutes, elle s’était approprié tout ce qui lui manquait encore : la terre, les hommes. Quarante minutes pour faire du monde une propriété privée. »

« Chaque homme exclu de la communauté tue la communauté. »

• Ce qu’il nous fait ?

« Finalement, Chan parvint à situer son corps dans l’espace. Il avait quitté l’infirmerie. Il était assis, nu, sur un sol de béton, le dos contre un mur gelé. Ses poignets et ses épaules étaient prisonniers d’une sorte de harnais de métal, dont les griffes se refermaient lentement sur lui, écrasant ses muscles et ses os. Étrangement, la douleur causée par la pression n’était pas essentielle : elle formait au contraire un contrepoint mineur qui ne devenait perceptible que lorsque le reste de son corps cessait de se tordre sous l’effet de ses propres convulsions.

“Je pense que tu devrais y arriver, maintenant”, dit Solitude en se redressant.

Les griffes se resserrèrent une nouvelle fois sur ses bras. Chan ne sentait presque plus rien. Il savait que le harnais était en train de le mutiler, mais la puissance de la métamorphose qui le dévorait de l’intérieur éclipsait toutes les autres sensations. Il rejeta la tête en arrière pour retrouver le regard du sergent. Sa nuque heurta le béton, derrière lui, et il sentit une pluie d’éclats coupants comme du verre s’abattre sur ses épaules. »

Ou cette scène, qui reste inexplicablement en mémoire le livre refermé :

« “Je n’ai pas été un client très agréable. Excusez-moi.”
Le visage du compilé lui adressa un sourire indulgent. “C’est moi qui m’excuse. Vous êtes libre d’aller dans le Veld si c’est ce que vous voulez. Je n’ai pas encore l’habitude, c’est ma première journée. »
— Bien sûr.”

Ils te réinitialisent chaque soir, pensa Chan. Ce sera toujours ta première journée. »

• Ce qu’il nous laisse ?

« Tu as le savoir, mais pas la sagesse ; tu as le courage, mais pas la noblesse ; tu as la force, mais pas la puissance. C’est pourquoi tu te sens si vide. »
Quand je me suis réveillée, j’ai compris ce que ma sœur avait voulu dire.
Sagesse, noblesse, puissance. Il nous manque les qualités de l’éléphant.

Et cet ultime éclat, qui m’entaille chaque fois les tripes, et m’élève en même temps. Chan Coray l’étoile.
— Et tout à coup, j’ai compris que ce que je voulais, c’était ça.
— Quoi ?
— Être comme toi. Être toi. […]
— C’est-à-dire ?
— Une incarnation légale de la colère… […]
»

Alain Damasio, 5 septembre 2019

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Marvel Rivals, ou les super-héros dans l'arène des jeux de tir

Des combats en arène d'équipes de 6 joueurs, avec des environnements destructibles et une large sélection de héros et vilains à incarner, telle est la promesse de Marvel Rivals. Marvel Games a travaillé avec le développeur chinois NetEase pour venir concurrencer d'autres titres, notamment Overwatch, sur ce terrain très lucratif.

28/03/2024, 09:20

ActuaLitté

Captain America et Black Panther dans un Paris occupé

Les studios Marvel réduisent la voilure au cinéma, mais les autres médias restent d'actualité : à l'occasion de l'événement State of Unreal, Skydance New Media et Marvel ont diffusé de nouvelles images du jeu Marvel 1943 : Rise of Hydra...

21/03/2024, 10:49

ActuaLitté

Une fête schtroumpftastique : un party game tiré de l'oeuvre de Peyo

L'éditeur Microids, familier des adaptations vidéoludiques d'œuvres du 9e art (Asterix & Obélix, Tintin...) a annoncé la sortie de Les Schtroumpfs — Village Party pour le 6 juin prochain. Ce party game — composé de mini-jeux à plusieurs — sera disponible sur plusieurs plateformes, de la Switch au PC, en passant par la PS4, la PS5, la Xbox One et les Xbox Series X|S.

19/03/2024, 09:02

ActuaLitté

Bienvenue en Amerzone : l'héritage de Benoît Sokal

Microids et Microids Studio Paris annoncent L'Amerzone - Le Testament de l'Explorateur et en présentent les premières images à travers une bande-annonce. Ce remake du jeu d'aventure culte, conçu par Benoît Sokal, le créateur de la célèbre saga Syberia, sera disponible sur PlayStation 5, Xbox Series X|S et PC en 2024.

08/03/2024, 09:00

ActuaLitté

Un jeu immersif XIII pour les 40 ans de la série

AnniversaireXIII – Depuis 1984, le célèbre héros amnésique de bande dessinée XIII est plongé dans une quête pour retrouver sa mémoire. Un thriller géopolitique imaginé par Jean Van Hamme et illustré par William Vance, porté depuis 2010 par Yves Sente au scénario et Iouri Jigounov au dessin. Pour célébrer les 40 ans de la série emblématique, les éditions Dargaud, en collaboration avec Pangar Studio, dévoilent un « visual novel » immersif dédié à ce personnage.

14/02/2024, 18:15

ActuaLitté

Retour en terres irradiées, avec Metro Awakening

La série Métro, de Dmitry Glukhovsky, a marqué le genre de la science-fiction, mais aussi le domaine vidéoludique. La sortie de l'adaptation Metro 2033, en 2010, a fait découvrir cet univers sombre et désespéré aux joueurs. 14 ans et quelques suites plus tard, un nouveau jeu est annoncé, en réalité virtuelle. 

01/02/2024, 10:08

ActuaLitté

Un studio français prépare un jeu vidéo Blade

Lors des Game Awards, grande cérémonie pour saluer les œuvres vidéoludiques les plus marquants de l'année, un nouveau jeu vidéo Marvel a été annoncé. Le studio français Arkane Lyon travaille en effet sur un titre qui mettra en scène Blade, un super-héros semi-vampirique créé par Marv Wolfman et Gene Colan en 1973.

08/12/2023, 09:26

ActuaLitté

Avec Les Cigares du pharaon, Tintin débarque sur PlayStation 4 et Xbox One

Fruit d'une collaboration entre Tintinimaginatio et Microids, et conçu par Pendulo Studios, un studio espagnol pionnier dans les jeux d'aventure depuis trois décennies, Tintin Reporter – Les Cigares du Pharaon sera lancé fin novembre 2023 sur PlayStation 4 (versions physique et numérique) et Xbox One (version numérique). La version pour Nintendo Switch sera quant à elle lancée en 2024.

07/11/2023, 11:32

ActuaLitté

Baffez-les tous : la châtaigne, une spécialité gauloise

Astérix, Obélix et les habitants sont dérangés par l'arrivée soudaine de Goudurix, sollicitant du secours. Il annonce que son père, Océanonix, est accusé à tort d'un larcin. L'Aquila de Lutetia, symbole doré des Romains, a disparu, et un innocent est incarcéré. Astérix s'engage à élucider ce mystère et conseille à Goudurix de demeurer à l'abri. Les deux combattants gaulois partent pour Lutèce, cherchant des éclaircissements auprès d'un informateur...

02/11/2023, 18:14

ActuaLitté

Les Fourmis de Bernard Werber étendent leur empire, en jeu vidéo

Voilà près de 25 ans que Bernard Werber et l’éditeur de jeux Microids collaborent : en mai 2000 sortait la première adaptation des Fourmis, trilogie entamée en 1991 chez Albin Michel devenue bien plus qu'un best-seller. 2024 verra une nouvelle version pour PC et consoles : « Le monde de l’infiniment petit s’apprête à livrer sa plus grande bataille. »

22/10/2023, 14:46

ActuaLitté

Participez au Crime de l'Orient-Express et confondez le coupable

Microids, en collaboration avec Microids Studio Lyon, dévoile le trailer du jeu "Agatha Christie - Le Crime de l'Orient-Express". Cette interprétation contemporaine du célèbre roman d'Agatha Christie emmène les joueurs dans un périple en 2023, traversant des métropoles telles que Boston, Venise et Genève.

19/10/2023, 13:49

ActuaLitté

Jeu vidéo : si la vie d'un Hobbit m'était Comté

Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien et l'art vidéoludique, une vieille histoire d'amour, avec des hauts et des bas : en 2024, Wētā Workshop la poursuivra avec Tales of the Shire. Des « contes de la Comté » qui placeront les joueurs dans la peau d'un Hobbit, paisibles habitants de la Terre du Milieu.

25/09/2023, 09:34

ActuaLitté

Partez à la conquête de l'épice avec Dune Spice Wars

Attention, fans de stratégie ! Préparez-vous à être emportés par une tempête de sable de nouveautés avec Dune : Spice Wars. Shiro Games, en collaboration avec Funcom, nous offre le 14 septembre la sortie tant attendue de ce bijou de stratégie 4X, après une période en accès anticipé qui nous a tenus en haleine. Et devinez quoi ? La sortie complète dévoilera la sixième mise à jour majeure, introduisant la Maison Ecaz - connue pour ses intrigues politiques dignes d'une série télévisée à succès.

08/09/2023, 18:40

ActuaLitté

Dune : Spice Wars arrive sur PC à la rentrée

Dune : Spice Wars sera disponible sur PC via Steam en septembre prochain. Créé par les développeurs bordelais de Shiro Games, le jeu de stratégie se veut être une adaptation de la saga originale de l'écrivain américain Frank Herbert (1920-1986), dont le premier tome est sorti en 1965 aux Etats-Unis chez Chilton Books.

29/08/2023, 16:52

ActuaLitté

Le manga phénomène Jujutsu Kaisen enfin sur consoles

Une annonce réalisée lors de la Bandai Namco Summer Showcase 2023 a fait la joie des fans du manga de Gege Akutami : l’arrivée prochaine d’une adaptation de Jujutsu Kaisen en jeu vidéo, Jujutsu Kaisen Cursed Clash. Une première bande-annonce a même été dévoilée.

03/07/2023, 15:55

ActuaLitté

Attaquer des Titans, casque VR sur la tête

Le 1er juin, Mark Zuckerberg a fait une brève présentation sur son compte Facebook de Meta Quest 3, le tout dernier casque de réalité virtuelle du groupe Meta. Ce dernier en a profité pour annoncer que le jeu en réalité virtuelle Attack on Titan VR: Unbreakable sera bientôt disponible sur cet appareil. La célèbre série d'Hajime Isayama pourra être vécue, casque sur la tête, dès cet hiver, via Meta Quest 2, Meta Quest 3 et Meta Quest Pro.

02/06/2023, 16:05

ActuaLitté

Et on tuera tous les affreux : le roman de Boris Vian devient jeu vidéo

Boris Vian était un grand féru de littérature américaine. Son livre, Et on tuera tous les affreux, vision fantasmée d’un Los Angeles des années 50, a été adapté, non en cinéma ou en série, mais en jeu vidéo. On y retrouvera l’esprit du pastiche de roman noir américain : mystère, humour et l’atmosphère d'une Cité des Anges sublimée par des auteurs comme James Ellroy.

30/05/2023, 18:40

ActuaLitté

Schtroumpfs Kart, bientôt disponible sur de nouvelles consoles

Le jeu vidéo Schtroumpfs Kart sera disponible le 22 août 2023 sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X/S. Le jeu est d'ores et déjà disponible sur Nintendo Switch. 

17/05/2023, 10:36

ActuaLitté

George R.R. Martin et Miyazaki primés pour Elden Ring

Aux côtés des Hugo Awards, les Nebula Awards font partie des rendez-vous de la science-fiction et de la fantasy américaines, un moment de célébration et d'attention médiatique. La cérémonie de la 58e édition, le dimanche 14 mai, a entériné le succès public et critique du jeu vidéo Elden Ring, de FromSoftware et Bandai Namco.

17/05/2023, 09:53

ActuaLitté

Amazon confirme son jeu de rôle Le Seigneur des Anneaux

Le groupe suédois Embracer, distributeur de jeux vidéo, ne chôme pas : moins d'un an après l'acquisition des droits d'exploitation du Seigneur des Anneaux et du Hobbit de Tolkien, cinq projets sont dans les tuyaux. L'un d'entre eux a été confirmé par Amazon : un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur basé sur la célèbre trilogie.

16/05/2023, 10:05

ActuaLitté

Geoffroy Monde réinvente les réunions de famille dans Family Bash

Arte questionne avec tendresse notre rapport au compromis familial avec son nouveau jeu Family Bash. Cette nouveauté est une coproduction d'Arte France, Atomic Raccoon et Kilosaurus. Il est disponible depuis le 26 avril sur mobiles et tablettes (iOS et Android).

 

 

28/04/2023, 16:18

ActuaLitté

La saga L' Attaque des Titans intègre Fortnite

Après la saga Dragon Ball, Fortnite poursuit ses partenariats dans l’univers du manga avec L’Attaque des Titans. L’occasion de retrouver dès aujourd'hui Jäeger, le Capitaine Livaï et Mikasa Ackermann, créés par Hajime Isayama.

11/04/2023, 16:32

ActuaLitté

Harry Potter : Gallimard publie le guide d'Hogwarts Legacy

Hogwarts Legacy est le grand succès vidéoludique du début d’année 2023 : plus de 12 millions de versions vendues, et ce seulement deux semaines après sa sortie, annonçait Warner. Tous les appels au boycott contre le jeu, notamment pour empêcher J.K. Rowling d’en tirer des revenus, ont échoué. Gallimard jeunesse, qui publie le guide officiel du titre le 4 mai prochain, profitera-t-elle de ces ventes mirobolantes ?

14/03/2023, 18:17

ActuaLitté

Gomorra de Roberto Saviano adapté en jeu vidéo

Le « roman enquête » sur la mafia napolitaine, la Camorra, révéla en 2006 l’écrivain et journaliste italien, Roberto Saviano au grand public. Il sera ensuite mis sous protection policière suite à des menaces de mort de l’organisation criminelle. Après une adaptation en série diffusée en France sur Canal+ et Arte en 2015, Gomorra (trad. Vincent Raynaud) est cette fois-ci transposé pour le monde vidéoludique, dans une intrigue originale.

16/02/2023, 17:06

ActuaLitté

Les bibliothèques de Dijon dans un jeu vidéo Game Boy sur mesure

Les bibliothèques françaises accueillent depuis quelques années déjà des jeux vidéo au sein de leur offre documentaire et de leur programme d'animations. Mais le réseau des établissements de Dijon peut se vanter d'apparaitre dans un jeu vidéo dédié, conçu par un spécialiste pour le Game Boy de Nintendo.

08/02/2023, 11:45

ActuaLitté

Hogwarts Legacy : un personnage trans dans l'univers Harry Potter

Malgré — ou du fait ? – les accusations de transphobie portées contre JK Rowling, la franchise Harry Potter a introduit un personnage trans dans ses productions. Le jeu vidéo Hogwarts Legacy contient bien une sorcière, Sirona Ryan, qui dirige une taverne, Three Broomsticks dans le village de Hogsmeade. Et pour les fans, aucun doute…  

07/02/2023, 18:00

ActuaLitté

La collaboration Fortnite x Dragon Ball se renouvelle

À partir d'aujourd'hui, l’île d’aventure Dragon Ball est de retour dans Fortnite. C’est l’occasion pour Son Gohan et Piccolo de faire leur entrée dans le jeu mais également de célébrer le retour du Kamehameha et du Nuage magique (Kintoun).

31/01/2023, 17:13

ActuaLitté

Schtroumpfs Kart : laissez tomber Mario, préférez Gargamel

L’éditeur Microids et IMPS sont heureux de schtroumpfer une nouvelle vidéo du jeu Schtroumpfs Kart schtroumpfant quelques-uns des Super Pouvoirs des Schtroumpfs. Le jeu est schtroumpfé par Eden Games, studio connu pour ses jeux de schtroumpfs emblématiques (Gear.Club Unlimited, Test Drive Unlimited, V-Rally), il sera disponible sur Nintendo Switch le 15 novembre 2022.

29/10/2022, 08:00

ActuaLitté

The Witcher aura son remake sous Unreal Engine 5

Revenir aux origines et proposer un remake du premier jeu The Witcher, sorti en 2007. Voilà le projet du développeur CD Projekt Red qui se cachait derrière le nom de code « Canis Majoris ». Ce remake sera développé par le studio externe Fool’s Theory sous la technologie Unreal Engine 5.

27/10/2022, 11:40

ActuaLitté

Le marché du jeu vidéo bien au-dessus de celui du livre en France ?

Si pendant longtemps il a été de bon ton de minorer l’importance du jeu vidéo en France, il n’est plus possible aujourd’hui de passer sous silence le succès rencontré par ce support dont l’aspect culturel continue de faire débat. En 2021, le jeu vidéo représentait un chiffre d’affaires de 5,6 milliards, contre 4,5 milliards pour celui du livre, l’année étant historique pour ces deux secteurs culturels.  

18/10/2022, 10:20

ActuaLitté

Le développeur CD Projekt Red confirme une nouvelle trilogie The Witcher

La trilogie vidéoludique The Witcher, sortie entre 2007 et 2015, a marqué les joueurs et fait la réputation du développeur polonais CD Projekt Red. Ce dernier a confirmé, dans un document révélant sa stratégie pour les prochaines années, de nouveaux titres inspirés de l'œuvre d'Andrzej Sapkowski...

05/10/2022, 10:54

ActuaLitté

Carta Marina, une carte maritime du XVIe inspire un jeu vidéo

Le studio Furoshiki Lab., basé à Tokyo, au Japon, a ouvert un projet Kickstarter pour une proposition insolite : la création d'un jeu vidéo entièrement basé sur une carte de près de 500 ans, la Carta Marina. Ce document présente les étendues d'eau du nord de l'Europe, monstres marins inclus et deviendra le terrain de jeu d'un titre axé sur la simulation.

26/09/2022, 16:18

ActuaLitté

Un jeu vidéo Iron Man en développement chez Electronic Arts

À la liste des jeux Marvel à paraître, de Spider-Man 2 au projet sans titre impliquant Black Panther et Captain America, s'ajoute un titre Iron Man développé par un studio d'Electronic Arts. Plusieurs autres jeux super-héroïques seront visiblement proposés par EA, à l'avenir.

21/09/2022, 10:43

ActuaLitté

Devenir un super-héros grâce à un jeu mobile, Marvel World of Heroes

Le groupe Disney et sa filiale Marvel ont présenté leurs projets en matière de jeux vidéo à l'occasion d'un événement en ligne, le premier du genre pour la multinationale. En vingt minutes, plusieurs titres ont été révélés, dont une application mobile développée par Niantic, les créateurs de Pokémon GO. Marvel World of Heroes reprendra (une nouvelle fois) le concept.

12/09/2022, 10:23

ActuaLitté

Mettre une raclée à Hemingway : le Street Fighter des écrivains !

Sorti le 22 août dernier, le jeu de combat indépendant, Write'n'fight, des studios AVOS', a gagné en popularité après un tweet montrant une capture d’écran du logiciel en pleine action. On y aperçoit Ernest Hemingway attaquer H.P. Lovecraft à mains nues. Alors, prêt à en découdre ?

01/09/2022, 12:27

ActuaLitté

The Expanse : la série de James S. A. Corey adaptée en jeu vidéo

Après la série diffusée par Syfy et Amazon Prime, voici le jeu vidéo : le studio Deck Nine et l'éditeur Telltale Games ont révélé les premières images de The Expanse qui, comme son titre l'indique, reprend l'intrigue des livres de James S. A. Corey. Le titre devrait être disponible au cours de l'été 2023.

24/08/2022, 10:56

Autres articles de la rubrique Médias

ActuaLitté

Si on lisait à voix haute : les 9 finalistes face à François Busnel

Ils étaient plus de 120 000, ils ne sont plus que neuf. Neuf finalistes âgés de 11 à 17 ans, qui se disputeront le titre de meilleure lectrice ou meilleur lecteur de France lors d'une grande soirée diffusée en première partie de soirée sur France 5 au printemps. 

11/04/2024, 15:06

ActuaLitté

Une émission spéciale pour l'hommage national à Maryse Condé

Le pôle Outre-mer de France Télévisions annonce une programmation exceptionnelle à l'occasion de l'hommage national rendu à Maryse Condé, décédée le 2 avril 2024. La Bibliothèque nationale de France (BnF) accueillera cette cérémonie, en présence du président de la République Emmanuel Macron. Une retransmission est prévue, le lundi 15 avril en direct à partir de 15h45.

11/04/2024, 11:44

ActuaLitté

France TV diffuse du Shakespeare pour le printemps

À partir du dimanche 28 avril, Othello mis en scène par Jean-François Sivadier sera disponible sur france.tv et Culturebox. Vendredi 3 mais, à 21h05, c'est Roméo et Juliette, joué l'an dernier à l'Opéra de Paris Bastille, qui sera diffusé sur France 5.

10/04/2024, 13:08

ActuaLitté

France Télévisions tourne l'adaptation de Surface d'Olivier Norek

France 2 a lancé la production d'une mini-série adaptée du roman Surface d'Olivier Norek. Menée par les acteurs Laura Smet et Tomer Sisley, et réalisée par Slimane-Baptiste Berhoun, la série sera tournée en Belgique et en France, et plus précisément en Occitanie, lieu de l'intrigue du polar publié en 2019.

09/04/2024, 12:08

ActuaLitté

La Grande Librairie : poésie et imaginaire pour guérir de vies imparfaites

Cette semaine, dans La Grande Librairie, on se souvient d’hier, on imagine demain et on réfléchit sur aujourd’hui ! Cinq écrivains dissertent sur nos vies imparfaites, leurs fractures et leurs fragilités, et font le pari, pour y répondre, de l’imaginaire et de la poésie. Rendez-vous avec Augustin Trapenard ce 10 avril, à 21 h, sur France 5.

07/04/2024, 10:48

ActuaLitté

Alain Damasio, Muriel Morelli et Brecht Evens sur France Culture

Pour cette nouvelle semaine, du lundi 8 au dimanche 14 avril, la station de radio publique France Culture prévoit une grille de programmes riche et diversifiée, qui ne manque pas de réserver une place à la littérature. Avec, comme invités, Alain Damasio, Muriel Morelli ou encore Brecht Evens, parmi d'autres...

05/04/2024, 16:06

ActuaLitté

Maryse Condé et le “douloureux apprentissage de la liberté”

En hommage à Maryse Condé, disparue le 2 avril 2024, France 5 diffuse ce dimanche 7 avril un documentaire inédit entièrement consacré à l'autrice. Les voix cachées de Maryse Condé, réalisé par Stéphane Correa, explorera l'œuvre, mais aussi la vie avant l'écriture de la Guadeloupéenne.

05/04/2024, 09:44

ActuaLitté

Une nouvelle adaptation de Monsieur Ripley, sur Netflix

Ce jeudi sort sur Netflix une mini-série, Ripley, adaptée du roman Monsieur Ripley de Patricia Highsmith (trad. Jean Rosenthal). Après Plein Soleil en 1960 et Le Talentueux Mr Ripley en 1999, c'est la troisième fois que ce mystérieux personnage est porté à l'écran.

04/04/2024, 15:37

ActuaLitté

Les Bijoux de la Castafiore, film de Patrice Leconte, “tombé à l'eau”

Adapter l’aventure des bijoux volés au rossignol milanais, tout le monde en rêvait : le réalisateur Patrice Leconte avait même publié un dictionnaire, Tintin de A à Z chez Casterman. Un abécédaire exprimant toute l’affection d’un amoureux passionné par les histoires de Hergé. Sauf que non, définitivement, non : « Le projet est tombé à l’eau. »

30/03/2024, 14:20

ActuaLitté

Le génocide des Tutsis, drame du Rwanda, dans La Grande Librairie

Cette semaine, une émission très spéciale, d'écrits et d'histoire : 30 ans plus tard, La Grande Librairie convoque la mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda. Des écrivains, remarquables, qui sont des survivants et qui témoignent autant qu'ils réfléchissent sur ce qui s'est passé et sur la façon dont on peut le transmettre. À leurs côtés, journalistes, historiens, artistes et romanciers. 

30/03/2024, 10:21

ActuaLitté

Liu Cixin : après Netflix, Le Problème à trois corps adapté en romans graphiques

En parralèle de l'adaptation Netflix sortie le 20 mars dernier, et après la parution d'une édition collector chez Actes Sud, Le Problème à trois corps de Liu Cixin a été adapté en webtoon par un studio d’illustrateurs chinois, sous la supervision étroite de l'auteur de SF chinois. Le Rayon imaginaire adapte l'œuvre en 5 tomes, qui paraissent entre ce 20 mars et février 2025.

29/03/2024, 17:44

ActuaLitté

Bertrand Mandico, Emily Bronté et Blaise Cendrars sur France Culture

La semaine prochaine, France Culture continue de tisser son riche panorama littéraire, promettant une exploration qui embrasse autant les nouveautés que les classiques, les romans que les essais, les débats que les entretiens.

29/03/2024, 12:11

ActuaLitté

Le Journal des enfants dit “Au revoir” à ses lecteurs

Fondé en 1984 par Béatrice d'Irube, dans le giron du quotidien régional L'Alsace, le Journal des enfants a pendant 40 ans éclairé l'actualité pour les jeunes de 8 à 14 ans. Faute d'abonnés, l'hebdomadaire se voit contraint d'abandonner les milliers de jeunes qui apprenaient à connaitre le monde avec lui.

28/03/2024, 11:54

ActuaLitté

Les malvenus, une “guerre diabolique” orchestrée par Virginie Despentes

L'autrice Virginie Despentes a collaboré avec la réalisatrice Sandrine Veysset pour rédiger le scénario des Malvenus, un téléfilm autour d'une « guerre diabolique de voisinage ». Réunissant notamment Géraldine Pailhas et Jonathan Zaccaï, le téléfilm sera diffusé le mercredi 17 avril à 21h10.

27/03/2024, 10:57

ActuaLitté

L'histoire sans fin, film et roman cultes, à nouveau adapté au cinéma

Quarante ans après la sortie du film L'histoire sans fin (1984), adaptation culte du livre éponyme de Michael Ende (trad. Dominique Autrand), la société de production See-Saw Films a annoncé avoir racheté les droits du roman en vue d'une nouvelle transposition sur grand écran de ce récit jeunesse fantastique.

26/03/2024, 16:15

ActuaLitté

Pour les (presque) 50 ans de Métal Hurlant, Jean-Pierre Dionnet et les chats

En 2021 revenait le magazine culte de la SF, Métal Hurlant, après un premier essai infructueux au début des années 2000. Un projet aujourd'hui porté par le patron des éditions Humanoïdes Associés, Fabrice Giger, et le directeur de la rédaction Jerry Frissen. Ces derniers ont convaincu le rédacteur en chef historique, Jean-Pierre Dionnet, de reprendre les rênes, à l'occasion des (presque) 50 ans de l'illustré, pour un numéro hors série spécial, consacré à l'animal totem de l'époque, le Chat. En librairie le 25 avril de l'an « 2924 ».

26/03/2024, 16:09

ActuaLitté

Séries : Lucky Luke, Édouard Philippe ou Olivier Norek sur France Télé

Du 15 au 22 mars dernier, s'est tenue à Lille l'édition 2024 de SériesMania, qui a révélé ses lauréats 2024. Aucune des créations France Télévisions présentées à l'occasion du festival ne figure parmi les récompensés. Plusieurs projets seront néanmoins prochainement diffusés, dont une large part d'adaptations de livres, du thriller d'un ancien Premier ministre au retour du Lonesome Cowboy...

25/03/2024, 13:05

ActuaLitté

Ils se revendiquent d'Apostrophes ou Radioscopie : Les Inactuels

Collectif de journalistes culturels, Les Inactuels revendiquent exigence et liberté de ton — une indépendance éditoriale, pour des émissions ancrées dans une histoire. Parce que celles qui les ont marquées ont disparu, voilà une trentaine d’années, ils reprennent le flambeau, à leur manière. Et sollicitent l'aide des internautes pour ce faire.

24/03/2024, 17:39

ActuaLitté

La Grande Librairie : ce que “partir” veut dire

Partir, à la fin de sa vie, à l’heure des débats sur la loi « grand âge » et sur le « bien vieillir ». Partir, c est aussi s’aventurer, s’en aller vers d’autres cultures, d’autres contrées. Partir, enfin, ce peut être tout simplement marcher, avancer, vivre sur ses deux pieds l’aventure de l’humanité !

24/03/2024, 10:05

ActuaLitté

Hannelore Cayre, Chloé Delchini et Emily Brontë sur France Culture

Dans ses grilles de programme, France Culture s'assure de réserver une place de choix à la littérature et aux écrits en général. Fiction, essai, bande dessinée et illustration sont représentés. Au cours de la semaine du lundi 25 au dimanche 31 mars, les invités seront nombreux...

22/03/2024, 15:56

ActuaLitté

Le Puy-de-Dôme, décor d'une nouvelle adaptation de Michel Bussi

Rien ne t'efface, polar signé Michel Bussi, sera prochainement adapté en série télévisée. L'auteur, qui fait partie des meilleurs vendeurs de livres en France, verra pour la cinquième fois une de ses histoires policières sur le petit écran.

21/03/2024, 12:52

ActuaLitté

La naissance de George Sand en mini-série, sur France TV

Avant d'être George Sand, elle fut Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil. Une mini-série en quatre épisodes reviendra sur les jeunes années de l'autrice d'Indiana et La Petite Fadette, pour France Télévisions. Avec, pour incarner Sand, Nine d’Urso en vedette. 

21/03/2024, 12:45

ActuaLitté

La Troisième Main d’Arthur Dreyfus adapté au cinéma par Hazanavicius

« Michel Hazanavicius a acheté les droits du livre d’Arthur Dreyfus La Troisième Main, publié en septembre 2023 aux éditions P.O.L », révèle la maison d'édition sur sa page X. Le réalisateur adapte de nouveau un roman, après la série d'espionnage née à la fin des années 40 OSS 117, l'adaptation du récit Un an après d'Anne Wiazemsky, Le Redoutable, et, pour fin 2024 normalement, La Plus Précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg. Sauf s'il décide de porter la seule casquette de producteur pour cette fois.

20/03/2024, 11:51

ActuaLitté

La Grande Librairie, sage comme une image

Cette semaine, quelques leçons de sagesse dans La Grande Librairie ! Et si la littérature nous montrait des chemins ? Aujourd’hui, plus que jamais, n’en a-t-on pas besoin ? Et qui mieux que cinq écrivains - romanciers, poètes ou philosophes - pour nous guider dans les méandres de la pensée ?

18/03/2024, 11:51

ActuaLitté

Sur France Culture, Christine Angot et Gabriel García Márquez

La programmation littéraire de la semaine prochaine sur France Culture conserve sa diversité habituelle, mélangeant nouveautés, œuvres classiques, romans, essais, débats et interviews. Voici les prochaines émissions de la station de radio publique.

18/03/2024, 11:25

ActuaLitté

Deux romans d'apprentissage féminins dans Au bonheur des livres

Les invitées de Guillaume Durand cette semaine dans Au bonheur des livres ont des opinions divergentes sur l'utilisation du mot « écrivain » ou « écrivaine », mais elles écrivent toutes deux de puissants textes sur les femmes, leur condition et leur destin.

13/03/2024, 16:40

ActuaLitté

Livres et cinéma : la France se tourne vers Taïwan

La Société Civile des Éditeurs de Langue Française (SCELF) et la Taiwan Creative Content Agency (TAICCA) ont annoncé une collaboration pour renforcer les liens entre la France et Taïwan dans le domaine de l'adaptation de livres au cinéma et à la télévision.

13/03/2024, 10:45

ActuaLitté

Le gangster devenu romancier : Loïc Lery, une rédemption

Loïc Léry, du flingue au stylo est un documentaire, où l'ancien criminel partage son histoire peu commune. Pour lui, la prison a été un lieu de rédemption et de réflexion, marquant ainsi sa transformation d'un gangster en écrivain. Découvrez le portrait sans filtre de l'auteur du polar Le Gang des Antillais.

13/03/2024, 10:26

ActuaLitté

Le best-seller d'Agnès Martin-Lugand, L’Homme des Mille Détours, adapté en série

La société de production Elephant a acquis les droits pour adapter en audiovisuel le dernier roman d'Agnès Martin-Lugand, L’Homme des Mille Détours, publié en septembre 2023 chez Michel Lafon. Pour ce projet, l'écrivaine sera impliquée à divers niveaux du processus d'adaptation.

11/03/2024, 16:04

ActuaLitté

Stephen King et Nabokov sur France Culture 

La programmation littéraire de France Culture pour la semaine prochaine reste fidèle à elle même, toute en variété : des sorties récentes, des classiques, des romans, de la poésie, des débats, des entretiens. Voici les émissions à venir sur la radio du service public.

08/03/2024, 12:51

ActuaLitté

Les Guetteurs : Ishana Shyamalan adapte le livre d'A.M. Shine

Paru en 2021 aux éditions Head of Zeus (Bloomsbury), mais toujours inédit en français, The Watchers, d'A.M. Shine, a inspiré le scénario du premier film d'Ishana Shyamalan, la fille du célèbre réalisateur M. Night Shyamalan. Le long-métrage sera en salles le 5 juin 2024.

07/03/2024, 12:46

ActuaLitté

Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Henri IV... Une série retrace l'histoire de France

Le mercredi 6 mars débutait le tournage de la série documentaire-fiction Notre Histoire de France, avec Tomer Sisley. Cette série traversera plus de seize siècles d'histoire française, de la Gaule antique à la Renaissance, en 6 épisodes de 52 minutes répartis sur trois soirées de France 2.

07/03/2024, 12:12

ActuaLitté

Des histoires du cinéma cette semaine Au bonheur des livres

Au bonheur des livres met en lumière le cinéma ce 8 mars, à 23h, avec Guillaume Durand comme hôte, qui invite deux éminents auteurs célébrant le cinéma chacun à sa manière : Nicolas Seydoux avec Le cinéma, 50 ans de passion, publié par Gallimard, et Karol Beffa pour Bernard Herrmann, paru chez Actes Sud.

06/03/2024, 16:36

ActuaLitté

Un roman de Patricia MacDonald adapté sur France 2

France 2 diffusera le 27 mars prochain La fille de l'assassin, un téléfilm adapté d'un roman de Patricia MacDonald, La fille sans visage (Albin Michel). Carole Kornmann réalise ce film de 90 minutes, dont le scénario est cosigné par Natalie Carter et Eve de Castro.

06/03/2024, 10:48

ActuaLitté

Vivre d'amour et de liberté, dans La Grande Librairie

Cette semaine, La Grande Librairie explore les thèmes de l'amour et de la liberté à travers les yeux de romanciers, penseurs et artistes. Ils nous guident dans la quête universelle de comprendre comment aimer de manière plus épanouie.

04/03/2024, 13:17

ActuaLitté

Livres et lectures prennent vie à la radio, avec France Culture

Les programmes littéraires de France culture pour la semaine du 4 au 10 mars proposeront comme toujours discussions, rencontres et interviews. Poésie, fiction, politique, société, histoire et culture seront au rendez-vous.

03/03/2024, 09:33