#Théâtre

Alain Damasio : F.A.U.S.T., ou le Voyage dans l’esthétique Serge-Lehman

Le Diable Vauvert publie l’intégrale F.A.U.S.T., Grand Oeuvre de Serge Lehman. Originellement parue en 2000, cette trilogie est accompagnée pour l’occasion d’une préface inédite d’Alain Damasio. De cet univers cyberpunk, l’auteur des Furtifs tire un faisceau de remarques et réflexions passionnantes, publiées ici.

Le 18/11/2019 à 11:02 par Auteur invité

0 Réactions |

Publié le :

18/11/2019 à 11:02

Auteur invité

linkedin mail print
ActuaLitté
« L’avenir est un dieu traîné par des tigres. »
Victor Hugo
Sous la carte

« Il suivit prudemment la piste ; sur l’image satellite, son double s’enfonçait dans le cerveau. Ils franchirent ensemble une sorte de pont naturel derrière lequel les traces tournaient abruptement à gauche. Son double disparut.

Paul se figea, comme s’il avait entendu le clic d’une mine sous son pied. Il resta immobile une ou deux secondes, puis fit très lentement un pas en arrière.

Son double réapparut au centre de l’image-satellite.

La frontière définie par l’algorithme de Maleterre passait ici. À cet endroit. Il la franchit à nouveau et rangea dans sa poche le relais optique désormais inutile.

Il était sous la carte. »

Réunis ici, enfin en un seul bloc, les novellas Nulle part à Liverion et Wonderland suivies des trois tomes du F.A.U.S.T., multi-primés et multi-salués, sont une œuvre majeure de la science-fiction française. Les préfacer est un honneur plutôt casse-gueule tant Serge Lehman, plus que quiconque, s’est révélé comme LE préfacier-phare de la science-fiction en France, celui qui a su en dégager les lignes de force, dans Escales sur l’horizon bien sûr, mais aussi tout au long du torrentiel et fameux fil M du forum d’actuSF (du sens of wonder à la SF métaphysique) quand il ne l’a pas fait, avec une empreinte aujourd’hui intacte, dans de nombreux articles puissants où il pointe ce qu’est ou devrait être la science-fiction quand elle va au bout de ce qu’elle peut.

Parmi ces articles, je voudrais revenir en ouverture sur celui que je trouve particulièrement « fabuleux », au sens le plus profond du terme. Parce qu’il éclaire à l’évidence l’écriture de Serge Lehman et continue pour moi de hanter, avec grâce, toute la vision du genre. Il s’agit de La légende du processeur d’histoire.

Rarement un écrivain aura su, du cœur même de sa dépression, au ventre du maelstrom existentiel qui l’aspire et le noie, mêler aussi intimement sa trajectoire psychologique fracassée à une succession d’épiphanies intellectuelles — ici sur ce que la science-fiction, en tant que genre, délivre de si spécifique dans l’histoire des arts narratifs. Et à quel point, quoiqu’en pensent ceux qui font leur miel des storytellings paresseux, elle relève à plein, chez les auteurs les plus puissants, de la métaphysique faite corps et récit. Et de ses vertiges.

Ce texte, donc, est un chef-d’œuvre, à lire et relire en regard du F.A.U.S.T que vous avez dans les mains — car tout autant que la fulgurance de ses idées, c’est son écriture incroyable — fol entrelacs de confessions déchirantes, d’errances aux abysses, de soudaines trouées de génie, aussitôt crucifiées pour être reprises plus tard, dans une nouvelle crise, redéployées et approfondies, le tout au milieu de chocs d’érudition criblant la page comme météores — qui provoque une avalanche de percepts et de sensations pensées et finit par délivrer rien de moins qu’un thriller philosophique sidérant dont la science-fiction fondue dans la psyché de Serge est le nœud.

Phonolithes

F.A.U.S.T., disons-le, est un roman spécial pour moi dans la mesure où il a touché mon histoire personnelle d’écrivain. J’ai rencontré le roman à vingt-cinq ans, juste après avoir fini La Zone du Dehors, à une époque où Pierre Bordage, Ayerdhal et Serge Lehman étaient à mes yeux le triple phare de la SF en France, ceux à partir desquels il était possible de trianguler une navigation sous les étoiles, entre anarchie explosive (Yal), spiritualité profonde (Pierre) et humanisme éclairé (Serge). Nul hasard, d’ailleurs, qu’on les retrouve aujourd’hui tous les trois dans l’écurie furieuse du Diable vauvert.

Comme le font souvent les écrivains débutants, qui sollicitent, de ceux qu’ils admirent, une manière d’adoubement, j’avais écrit une longue lettre à Serge pour lui quémander… une préface (sic), sans que j’aie jamais su s’il avait reçu et pu lire la lettre. Toujours est-il que je n’ai pas eu de réponse. Et que je dois in fine l’en remercier.

Je crois aujourd’hui, avec une bonne dose de certitude (mais « la certitude est un grand mot dans une conversation » comme le lance Akashi à Osterman dans une scène de F.A.U.S.T. que j’adore), qu’un jeune auteur ne doit pas être soutenu trop tôt ni même guidé, encore moins par un mentor qu’il admire et qui va (trop) le façonner : il doit se faire lui-même, dans sa solitude riche et rêche, se forger une trempe littéraire et une niaque propre, n’attendre aucune reconnaissance trop précoce qui baliserait le chemin et saperait le courage indispensable que demande l’écriture longue, dans un corps-à-corps avec un roman qui se dilate, en lui, en elle, comme un noyau dans son fruit, pour reprendre l’expression sublime de Rainer Maria Rilke.

Alors j’ai fait sans/sang, à l’époque, et j’ai rencontré avec bonheur Serge, plus tard, après La Horde du Contrevent, découvrant hors des livres une érudition, une finesse et une bienveillance qui m’ont tout de suite conquis. Il était bien l’homme qui a créé Paul et Chan Coray, inventé le Corbeau, forgé Liz Conti, Anita Juarez ou Daniel Kovalsky, pour citer quelques personnages à la volée, qui tintent en mémoire comme des phonolithes de probité.

Métaboliser la métaphore

F.A.U.S.T, commençons par-là, est un roman d’une grande maturité pour un écrivain qui vient à peine de passer la trentaine quand il achève le livre. Là où beaucoup d’auteurs cyberpunks prônent un libertarisme fiérot, sans voir que leur révolte n’est qu’un décalque du capitalisme qui vient, Serge Lehman reste l’un des rares à croire à la possibilité d’une Europe fédérale, consciente de sa culture et de son héritage. L’un des rares aussi à revendiquer « que l’on cesse de considérer l’agonie du politique comme un processus allant de soi ».

Alors il se bat, avec son écriture et ses idées, avec sa foi dans l’honnêteté et la noblesse de quelques-uns. Et c’est rétrospectivement, deux décennies plus tard, l’un des aspects les plus touchants du livre, celui qui nous montre à quel point cette lutte admirable a échoué, rongée qu’elle a été par le capitalisme financier, numérique et cognitif, balayée par l’atomisation du social, pour laisser place à l’Instance et à ses valeurs. Sur la planète, Wonderland s’étend, et la frontière entre Veld et Village n’a jamais été aussi étanche, comme en témoigne notre cruauté inouïe face aux migrants.

« Marianna avait raison. Bientôt, plus personne ne se souviendrait de ce que le vingtième siècle appelait pouvoirs publics. »

« On vivait un moment historique, peut-être une mutation anthropologique. L’extension infinie des lois de l’économie à tous les aspects de la vie humaine ne pouvait se faire qu’au détriment des systèmes juridiques concurrents. Donc des États. Ça faisait longtemps que le processus était amorcé. Ruinées et dépossédées de leurs prérogatives par l’avènement des Puissances privées, les vieilles sociétés politiques prolongeaient leur agonie en inventant des concepts de transition, comme l’État-entreprise, ou en assumant leur réduction au rôle de théâtres symboliques, voire de séries télé. »

« Ces dispositifs dataient d’une époque où la société se fondait sur une autre vision de l’homme. Nous, nous croyons à la responsabilité individuelle. Nous croyons en la capacité d’initiative de chacun. La vie est un combat. Les vrais créateurs n’attendent pas d’aide de la collectivité, au contraire ; c’est contre elle qu’ils s’affirment, c’est pour échapper à son emprise qu’ils créent. Idéalement, il n’y a pas de société. »

On pourra toujours ergoter sur la survivance des États-nations vingt-cinq ans après le roman, sur le fait que le capitalisme n’a même pas eu besoin de faire bloc autour d’une organisation soudée comme l’Instance ; on pourra surtout déplorer que l’Union européenne n’ait jamais atteint le stade plus souple et sans doute plus efficace d’une Fédération, qu’au lieu de lutter contre l’extension totalitaire des marchés, elle les a bien plutôt (et si lâchement) favorisés. On pourra encore regretter qu’elle n’ait jamais permis l’émergence d’une figure de la trempe d’Élisabeth Conti, magnifique personnage, cette tête dure, pure en valeur, tenace au combat, contrecarrant sans cesse le machiavélisme de l’Instance et prête à opposer la contre-violence des Défenseurs à la violence débridée du capital.

Mais ce serait faire cette erreur si triviale des mauvais juges de la science-fiction : à savoir que l’anticipation vaudrait par son exactitude historique rétroactive — quand elle n’est, en vérité, qu’un outil particulièrement tranchant pour dépecer la carcasse vibrante des monstres qui poussent sous nos peaux. La grande SF n’a jamais eu vocation à prédire l’avenir : elle vaut d’abord par son hypertrophie féroce du présent. Elle en identifie les patterns, comme l’a montré Gibson. Elle est le portrait de Dorian Gray du monde qui vient — dont elle restitue les stigmates. Ne jamais peindre le visible : rendre visible, insistait Paul Klee. Elle offre plus qu’une cohérence : une consistance aux secousses qui déforment et restructurent déjà nos sols libéraux.

Dans F.A.U.S.T., l’Instance toute-puissante et son néo-féodalisme, la pollution übertoxique du Wonderland comme la misère voulue du Veld — ou encore la superbe idée de Darwin Alley, ne prétendent pas à la précision prospectiviste et s’envisagent d’abord comme métaphores. Sauf que la force de Serge Lehman tient, comme chez tous les grands, à ceci : qu’ils n’en restent jamais à la représentation imagée ni au symbolisme. Au contraire : ils descendent la métaphore au ras du bitume, là où ça racle, ils la métabolisent dans nos sangs, à même les personnages, ils en font un monde cru, suant, puant, audible, palpable, terrifiant parfois, qui vaut moins par ce qu’il indique ou serait censé renvoyer : qui vaut par ce qu’il meut et nous fait, à nous lecteurs, quand on le lit et en traverse le champ miné d’affects en sautant sur chaque charge.

Nulle part à Liverion, par exemple, est tout entier conçu autour de ce paradigme qui, au mitan des années 1990, allait renverser, et quasi raturer, nos vieilles libertés de mouvement. Avec l’apparition puis l’hégémonie rapide des réseaux téléphoniques et informatiques, notre position dans l’espace devient systématiquement repérable par triangulation d’antenne quand elle n’est pas directement visible par satellite. Et déjà en 1995, la carte écrase son calque haute définition sur nos territoires. Rien n’échappe au mapping : nulle île, nulle ville, pas le moindre espace sauvage, tout est exhaustivement cartographié.

Alors Lehman imagine l’impossible, « l’enversmonde » en quelque sorte de cette terre désormais sans blindspot. Ça pourrait rester une idée, une simple image, un rêve. Mais voilà que Paul Coray part pour Tbilissi, loue une Ford automatique pour la laisser et s’enfoncer finalement dans le Caucase, sac au dos ; il traverse la Koura, dort dans une grotte, échappe aux B-men et poursuit à la limite de ses forces… Et tout à coup, après des jours et des jours où on l’accompagne, rivé à sa quête, il franchit un pont naturel et atteint… Liverion.

Le vertige est là. La pure idée à l’origine de la fiction est devenue un bloc tassé de réel, un dédale de canyons, un Dirac sur sa jument dont il ne reste très vite que l’écho des sabots dans le labyrinthe du défilé. On s’attend alors à voir la ville, à découvrir la suite, on s’attend à cette déception inévitable quand l’attente a été si bien construite par le romancier. On s’attend, au fond, à ce que la métaphore « crédibilisée », « réellisée », se réifie et se fossilise dans une scène de « tourisme d’univers », rythmée à l’envi de péripéties.

Et c’est sans doute là que le génie de Serge éclate dans son contrepied sublime, aussi sublime pour moi que les révélations, sur ses propres tours, du magicien d’Oz. Il ouvre pour nous les mains, sort de ses manches un long ruban d’imaginaire et nous dit, à sa façon : « Je vous ai amenés là, vous m’avez suivi, maintenant je pourrais indéfiniment poursuivre, vous tenir la main dans Liverion, le charme opère, mais voyez donc mieux : tout ceci n’est qu’une construction de mots, un miracle du langage, une redoutable « magination » fomentée pour vos âmes, que vous pouvez tout aussi bien compléter.

Et ça donne ça :

« La ville était quelque part… Il pouvait assez bien l’imaginer.

Il y avait un lac, forcément, et une rivière. Les fonds ne pouvaient pas être très importants et si des bateaux circulaient, ce devait être des espèces de gabarres. Il devait y avoir un petit port, ou au moins un débarcadère. Une ville consomme de grandes quantités de marchandises. Des champs cultivés et des prés pour le bétail étaient inévitables, peut-être arpentés par d’inimaginables machines agricoles à vapeur ? Il était très possible, en tout cas, que la ville elle-même soit troglodyte ; c’était sans doute la solution la plus rationnelle pour construire quelque chose de valable dans cet environnement de canyons encaissés. On pouvait rêver de kiosques suspendus et de terrasses couvertes, de coursives et d’escaliers labyrinthiques. On pouvait imaginer des nacelles mobiles desservant ce monde vertical. En se concentrant à fond, en s’immergeant dans la vision, on parvenait même à entrevoir des silhouettes qui circulaient sur les coursives par petits groupes, se saluant d’une falaise à l’autre. Et tout en bas, on n’avait pas de mal à reconnaître Martin Dirac qui arrivait sur sa jument, son bonnet en feutre bizarre sur la tête, avec une histoire de la source Korach à raconter. »

On pourrait multiplier les exemples dans F.A.U.S.T. Montrer comment l’idée du transhumanisme devient, dans le corps habité de Chan Coray autre chose qu’une idée : une sensation transmise de déformation, de métamorphose panique, de puissance acquise. Le concept passe dans le sang, les muscles et les poumons :

« Il ferma les yeux et inspira profondément. L’oxygène s’engoufra dans ses poumons avec un rugissement de tonnerre, déversant l’énergie dans son sang, irriguant ses muscles et gonflant son cœur. La douleur était un soleil chaud. Le monde, autour de lui, devenait mince et friable comme du carton. Il exerça une brève traction des deux bras, juste pour voir. Sans la moindre difficulté, il brisa le harnais et l’arracha de son socle en béton. »

Voyage dans l’esthétique Serge-Lehman

Personne mieux que Serge lui-même, il me semble, ne l’a dit : la science-fiction n’est pas un ensemble de contenus labellisables, de thèmes à sérier par catégories (les mutants, le cyberpunk, les robots, l’inconnu, le space opera…), elle est une expérience esthétique. Et comme telle, elle exige un art selon moi total, qui est celui du roman, plus encore que du cinéma, de la BD ou des séries TV. Une esthétique oui, du grec aisthanesthai, « sentir », c’est-à-dire si l’on revient aux origines du terme, une « manière de ressentir » — et non une science ou une conception particulière du beau.

Et plutôt que de discuter ad libitum sur les définitions possibles d’un champ littéraire dont la particularité est précisément d’accroître perpétuellement les contenus qui peuvent en relever (et d’en repousser à chaque grand livre les frontières), on devrait davantage s’attacher à comprendre comment un romancier parvient à élaborer cette si singulière « manière de ressentir », qu’elle touche à l’émerveillement, au sense of wonder, au choc mental des inversions métaphysiques ou au vortex des réalités éparpillées au cœur desquelles il faut pourtant bien se débattre et s’orienter.

Une idée, disons-le, aussi géniale soit-elle, n’y suffit pas. « Plus l’idée que tu veux enseigner est abstraite, plus il faut y amener les sens » conseillait Nietzsche. Mais ces sens ne portent, touchent ni n’agitent la fragile disponibilité du lecteur sans un véhicule solide apte à en transporter l’émotion, sans un pôle mouvant d’identification qui va déclencher l’empathie, nous faire souffrir et jouir, tour à tour, bref, sans ce miracle propre à toute narration : celui de créer des personnages. Des personnages « attachants », au sens le plus profond du mot, c’est-à-dire desquels part une fine volée de fils tous reliés à nos viscères, et que le moindre geste déchire et recoud, la moindre férocité coupe, le plus petit sourire écarte mécaniquement nos lèvres pour sourire en réponse.

En relisant F.A.U.S.T., ce qui, à titre personnel, comme romancier, me frappe, ce sont quatre choses, quatre choses qui toutes quatre concourent à une « esthétique Serge-Lehman », que je ne saurais définir autrement, à larges traits de gouache, que par cette sensation de délicatesse virile, d’élégance cultivée fondue dans la générosité d’un récit délibérément populaire, cet humanisme encore et surtout, d’une secrète et constante bienveillance, qui n’ignore pourtant rien du machiavélisme de nos gouvernances, rien du cynisme glacé, rien de la violence abrupte et lâche qui tient l’édifice des oppressions.

La première est son excellence dans la construction des personnages. Leur variété, leur noblesse, leur intensité. Leur originalité aussi. Ulysse par exemple, le fantôme numérique, grésillant dans les interstices du combat diplomatique, qui vaut presque comme personnage conceptuel, à la Deleuze. Ou la ligne d’atroce solitude où se tient, comme en filigrane, le sergent du même nom…

Une règle connue des scénaristes veut que la force d’un moteur dramatique tienne souvent à la qualité des ennemis : voici Becker la brute B-men, voici Coynes le vipérin, froid et flexible comme une lame, voici le dandy salace Henry Philip Fawcett — voici toute l’Instance et ses instanciations, grises ou féroces.

Mais ce qui domine chez Lehman, ce sont les personnages qu’on aime, très vite, aussi pleinement que lui les aime. Tant rien n’est plus transparent, rien n’est moins « trichable » que ces affects-là lorsqu’on entre dans la maison mentale d’un auteur. Pour paraphraser Sartre, et sur les axes aussi bien politiques et sociaux, psychologiques ou affectifs : le Lehmanisme est un humanisme.

Des personnages donc auxquels on s’attache, soit parce qu’ils nous ressemblent, dans leurs failles et faiblesses (Paul, Kepler, les ados du Wonderland…) soit parce qu’on les admire parce qu’ils sont ce qu’on aimerait tant être : des blocs de courage (Kovalsky, Conti, Eve…), des puissances de vie (Lorraine, Alex, Liane…), des héros tout simplement (Chan). Avec ce talent de savoir, chez Lehman, qu’un héros ne prend sa véritable ampleur que lorsqu’on s’y identifie tout autant par familiarité (il a nos défauts) que par admiration (il porte nos rêves).

La seconde marque de l’esthétique Lehman, à savoir cette façon de ressentir le monde qu’il nous imprime, en le lisant, tient à sa conduite de récit. Elle tient en deux mots : finesse et fluidité. L’architecture des deux novellas, comme celle des trois tomes, a le design d’un missile ou d’une fusée. Mais ce n’est pas la vitesse ici qui compte, c’est la souplesse de la narration, son aérodynamisme. Tout coule, tout flue et file à travers les pages.

On regrettera certes quelques concessions un peu abruptes parfois à la narration-sandwich, dite parallélisée, qui à mes yeux trahit toujours une perte de confiance dans la force de son récit (Pourquoi hacher une ligne d’intrigue si elle est forte ? Pourquoi suspendre puis sauter vers une autre intrigue sinon pour créer un manque artificiel et des cliffhangers un peu forcés ?). Hormis que dans Faust, ces couches d’intrigues sont très rarement gratuites et se mettent au service d’un entrelacs d’enjeux qui se prêteraient mal à une succession trop distante.

Dans F.A.U.S.T., l’architecture du roman se fond avec grâce dans la coulée des scènes. Les coutures disparaissent, on dirait de la technologie pervasive — tant la trame est seamless. Ce qui impressionne de surcroît est que cette fluidité ne s’accompagne d’aucune mollesse. Le récit reste un câble — tendu, oscillant, grinçant lorsqu’il le faut — avant de se redétendre en corde vibratoire qu’il suffit à Serge de toucher çà et là pour en tirer sa mélodie et ses riffs.

Il est des scènes subtiles dans leur torsion du câble, comme Souvenir de Sibérie, de purs pièges pour romancier où lorsque tu l’abordes en auteur-lecteur, tu te dis en loucedé « Il s’est foutu tout seul dans une belle merde, le Serge, ça va être coton de réussir cette scène ». Le suspens pourtant monte en flèche, qui n’exclut ni le twist ni la surprise, la scène est parfaite, le chantage plie les pages, un bijou d’amitié bafouée qui essore le bide, de tactique retorse, de cruauté finale, en quelques feuillets compacts et déliés.

Il y a le coup de la carte cachée, tout en fleuret moucheté, dialogues enlevés et perceptions intérieures. Il y a bien sûr les scènes d’action, l’attaque de Messouda, le cultissime combat en haut d’Aéropolis, qu’il faut être écrivain (désolé, je frime !) pour mesurer à sa juste valeur rythmique, chorégraphique et spatiale, pour en sentir l’accordéon de strates et d’ellipses, de dilatation temporelle et de soudaine percussion. C’est vif sans être heurté, épique en esquivant toute grandiloquence. Et ce marteau M, quel objet, quelle trouvaille, que je lis, pour mon plaisir, comme l’ultime Marteau Marx fracassant encore le pied du Kolosse Kapital.

Il y a les deux scènes symétriques, l’une de tentative d’entrée, humiliante et avortée, de Chan dans le Village au tome 1 ; l’autre de sortie rageuse, défiant les consignes de sécurité, du même Chan, au tome 3, scènes siamoises qui à elles seules ramassent l’opposition Veld/Village au sein d’une seule psyché, en y traçant les longues balafres d’une frontière qui passe d’abord dans le corps de Chan, le strie et tranche en deux sa mémoire.

Il y a la très belle fin de Wonderland, poignante dans sa volonté de n’abandonner personne, de refermer les histoires en douceur, de replier une à une les bandes. L’amour de Lehman pour ses personnages s’y faufile à pattes de lynx, libérant l’émotion d’une enfance détruite et retrouvée :

« C’était grâce au Corbeau, comprit Andréa en bâillant. Quand ils étaient tous là-bas, à Babylone, il avait sauvé ça chez eux. La partie qui pardonnait. Elle adressa au vieux une pensée pleine de gratitude. La blancheur du visage de Peter, tourné vers elle dans l’obscurité de la chambre, et la douce chaleur de Franz blotti dans son dos : tout appartenait au Corbeau. Elle ferma les yeux. Dans un instant, la main de Franz se poserait sur sa hanche, remonterait à tâtons le long de ses flancs avant de s’enrouler sur son sein. Il faisait ça depuis toujours. Et Peter sourirait, sans prononcer une parole. Ce serait sa façon à lui de dire mais si, tu m’as manqué. »

On pourrait continuer longtemps. Qu’il importe simplement de dire qu’une telle conduite de récit, aussi leste et si liée, qui escamote ses armatures sans cesser d’être architecturée, qui accumule les scènes fortes sans les sur-accentuer, qui équilibre les intensités et adoucit les ruptures afin de ne jamais lâcher le lecteur, jamais le malmener, trahit une bienveillance instinctive qui est la marque du roman populaire dans sa plus noble expression. Ce trait aussi relève d’une esthétique : rendre accessible, par petits paliers pédagogiques invisibles, ce qui reste intellectuellement exigeant pour le lecteur tout en rendant sensible, par l’image, les perceptions et l’affect, ce qui relève des lieux, des situations et des vécus.

Et l’on touche au troisième pilier de l’esthétique Lehman telle que je la ressens. Le style, à l’évidence. Dans tout roman, il y a certes ce qui est dit et décrit, qui sollicite nos sensations, invoque un univers qui se construit à mesure en nous. Mais il y a surtout ce qui bouge dans la phrase, par la phrase, ce qu’elle agite en secret, sa vitesse et ses lenteurs, son mouvement souple ou haché, sa coulée douce, sinueuse ou trop droite. Bref, sa syntaxe. Et il y a le jeu ou non des sonorités, l’appel aux assonances, la rythmique de ce qui consonne, la poésie du signifiant.

Serge Lehman, il me semble, a un parti pris d’écriture très clair et très louable : il vise, exactement comme pour sa conduite de récit, à une fluidité optimale, qui n’exclut en rien la finesse. Le style est transparent comme une eau de torrent, il fait voir sans écran ni pollution les roches, les plantes et les poissons, il n’entrave ni ne bloque la lecture par « effets de style » ou opacité poétisante. La sensation qui en résulte congrue avec le fil narratif, elle caresse et accompagne. L’équilibre des tensions, féminin/masculin, est savoureux et sensuel. Tout passe en lecture sans besoin d’insister, sans forçage. Ça se lit, et ça se lie tellement bien, tout en conservant sa couleur, sa motricité, sa voix.

Élégance est le mot qui s’impose, si bien que l’on pourrait y passer les définitions du Robert, elles s’appliquent toutes à Serge : « Qualité esthétique qu’on reconnaît à certaines formes naturelles ou créées par l’être humain dont la perfection est faite de grâce et de simplicité//Qualité de style, consistant en un choix heureux des expressions, une langue pure et harmonieuse//Bon goût, distinction accompagnés d’aisance et de style dans l’ordre moral ou intellectuel. »

La quatrième et dernière marque esthétique qui me semble le caractériser provient des jeux de focalisation, tantôt très proche du personnage, quasi immergée dans sa subjectivité, tantôt plus loin, en dézoom, dans le spéculatif instillé, la lecture politique de l’époque ou encore çà et là, par éclats dosés, la réverbération astucieuse des marqueurs spatiaux (Darwin Alley, le Village, le Veld, Aéropolis, le Square, Enversmonde…) et technologiques (bondisseur, telmat, compilé…). Cette oscillation permet une virtuosité des focales et des cadrages de situation, une souplesse là encore, qui ne piège jamais le récit dans la trappe d’un personnage unique, autorise un déploiement choral et tient dans un seul jeu d’étoffe tout le roman sans le démailloter. Tantôt l’on colle aux personnages, tantôt l’on est vissé à l’action, tantôt l’on décolle vers la spéculation, la stratégie, la complexité des enjeux, tantôt l’on replonge à fleur de sentiment ou au cœur même de la sensation :

« Quand il revint à lui, le visage décharné du sergent flottait comme un ballon à demi dégonflé juste au-dessus de lui. Chan battit péniblement des paupières. Chaque muscle de son corps semblait vibrer comme s’il était soumis à un courant électrique intense. […]

Un long moment s’écoula. La vibration de ses muscles enfla et s’approfondit, devint une onde de douleur monstrueuse qui se mit à aller et venir dans son corps. Une marée d’acide le rongeait et le vivifiait, le détruisait et le ranimait… À intervalles réguliers, Solitude prononçait quelques mots. Il parlait de choses que Chan ne comprenait pas. Cent kilos de pression. Puis cent vingt. Puis cent cinquante. “Et ça continuera à monter jusqu’à ce que tu trouves une solution, Wonderboy. Après tout, ce sont tes bras…” »

Ou cette phrase, tellement belle dans son coupé-décalé de focalisation :

« Il comptait sur cette position inconfortable pour maintenir son esprit à un niveau de vigilance minimal (ce qui était une autre manière de dire qu’il avait peur de rêver). Il rêva. »

*

Et pour en finir avec les préfaces…

En vérité, j’ai toujours détesté les préfaces, je vous l’avoue. Je ne les lis pas, ou après, en mode chien-chat, par morceaux, l’œil de guingois. Elles m’agacent. Elles me donnent toujours cette crispante impression de suppléer aux manques du roman, ou pire encore, de s’en servir pour faire briller le préfacier, comme on fait briller une lampe d’où ne sortira aucun génie. C’est qu’aux grands romans, et F.A.U.S.T. en est un, le texte intégral suffit. Il remplit tout. Il conjure la glose. Et il n’y manque jamais aucun tome. L’œuvre, même inachevée aux yeux de l’auteur, est toujours aboutie de fait. Le quatrième tome appartient aux lecteurs, qui l’écrivent dans leur tête, l’univers et les personnages ont une telle richesse que cinquante spin-off auraient été possibles. Et autant de tomes qu’homme pourrait vouloir.

Pour finir et si vous avez tenu jusque-là, juste ceci, sobre :

Il existe toujours au moins trois façons d’aborder un roman : par ce qu’il nous dit ; pour ce qu’il nous fait ; à travers ce qu’il nous laisse.

Parmi des milliers de scènes faustiennes, passées au sas de ma subjectivité, voici quelques pépites prises au tamis, que je vous pose sur la table en partant.

• Ce que le roman nous dit ?

« Il avait fallu moins d’un siècle à l’Instance pour monopoliser l’argent, l’énergie, les communications et les transports à la surface du monde. En quarante minutes, elle s’était approprié tout ce qui lui manquait encore : la terre, les hommes. Quarante minutes pour faire du monde une propriété privée. »

« Chaque homme exclu de la communauté tue la communauté. »

• Ce qu’il nous fait ?

« Finalement, Chan parvint à situer son corps dans l’espace. Il avait quitté l’infirmerie. Il était assis, nu, sur un sol de béton, le dos contre un mur gelé. Ses poignets et ses épaules étaient prisonniers d’une sorte de harnais de métal, dont les griffes se refermaient lentement sur lui, écrasant ses muscles et ses os. Étrangement, la douleur causée par la pression n’était pas essentielle : elle formait au contraire un contrepoint mineur qui ne devenait perceptible que lorsque le reste de son corps cessait de se tordre sous l’effet de ses propres convulsions.

“Je pense que tu devrais y arriver, maintenant”, dit Solitude en se redressant.

Les griffes se resserrèrent une nouvelle fois sur ses bras. Chan ne sentait presque plus rien. Il savait que le harnais était en train de le mutiler, mais la puissance de la métamorphose qui le dévorait de l’intérieur éclipsait toutes les autres sensations. Il rejeta la tête en arrière pour retrouver le regard du sergent. Sa nuque heurta le béton, derrière lui, et il sentit une pluie d’éclats coupants comme du verre s’abattre sur ses épaules. »

Ou cette scène, qui reste inexplicablement en mémoire le livre refermé :

« “Je n’ai pas été un client très agréable. Excusez-moi.”
Le visage du compilé lui adressa un sourire indulgent. “C’est moi qui m’excuse. Vous êtes libre d’aller dans le Veld si c’est ce que vous voulez. Je n’ai pas encore l’habitude, c’est ma première journée. »
— Bien sûr.”

Ils te réinitialisent chaque soir, pensa Chan. Ce sera toujours ta première journée. »

• Ce qu’il nous laisse ?

« Tu as le savoir, mais pas la sagesse ; tu as le courage, mais pas la noblesse ; tu as la force, mais pas la puissance. C’est pourquoi tu te sens si vide. »
Quand je me suis réveillée, j’ai compris ce que ma sœur avait voulu dire.
Sagesse, noblesse, puissance. Il nous manque les qualités de l’éléphant.

Et cet ultime éclat, qui m’entaille chaque fois les tripes, et m’élève en même temps. Chan Coray l’étoile.
— Et tout à coup, j’ai compris que ce que je voulais, c’était ça.
— Quoi ?
— Être comme toi. Être toi. […]
— C’est-à-dire ?
— Une incarnation légale de la colère… […]
»

Alain Damasio, 5 septembre 2019

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Le jeu mobile Astérix & Obélix : Vidi Vici veut faire sortir les Gaulois de leur village

Développé par la société lilloise Augmenteo, spécialisée dans les jeux de piste en réalité augmentée, l'application Astérix & Obélix : Vidi Vici rappelle le principe de Pokémon GO, où les joueurs utilisent l'écran de leur smartphone pour faire apparaitre des éléments virtuels dans le monde réel. Disponible le 1er juillet 2021, le jeu mobile apporte toutefois quelques nuances, et un peu de potion magique, dans la formule...

22/06/2021, 10:00

ActuaLitté

Marvel et Eidos Montréal dévoilent un jeu Gardiens de la Galaxie

Après deux jeux Spider-Man réussis et un Avengers assez catastrophique, notamment, Marvel dévoile une nouvelle page de son histoire vidéoludique, écrite avec Eidos Montréal autour des personnages de la licence Gardiens de la Galaxie. Le jeu sera disponible le 26 octobre 2021.

14/06/2021, 10:03

ActuaLitté

Imaginé par G.R.R. Martin, le jeu vidéo Elden Ring se dévoile

Né d'une collaboration entre le concepteur de jeux Hidetaka Miyazaki et l'écrivain George R. R. Martin, le projet Elden Ring avait de quoi intriguer. Les amateurs de jeux retors attendent avec impatience cette nouvelle production de FromSoftware, studio connu pour ses jeux particulièrement exigeants.

11/06/2021, 11:38

ActuaLitté

Au tour de Superman de débarquer dans le jeu vidéo Fortnite

Poursuivant une tradition désormais bien ancrée de passerelle avec le monde des comics, le jeu vidéo Fortnite, pour sa septième saison, annonce l'arrivée de Superman dans son univers. Des skins [apparences visuelles, NdR] du justicier, version surhomme ou Clark Kent, sont ainsi disponibles.

09/06/2021, 11:42

ActuaLitté

Ubisoft prépare un jeu réunissant plusieurs licences Tom Clancy

Depuis des années, les jeux vidéo labellisés Tom Clancy font les beaux jours du développeur et éditeur Ubisoft, avec, notamment, Ghost Recon, Splinter Cell ou encore The Division. Ce sont justement ces trois franchises qui vont se retrouver dans un seul et même titre, pour l'instant connu sous le nom de code BattleCat.

08/06/2021, 10:38

ActuaLitté

Encore plus de mangas dans la Nintendo Switch

Les nouveautés affluent et afflueront sur la console portable de Nintendo, mais pas uniquement côté jeux vidéo. En effet, dans sa logique de concentrer autour de l’appareil différents contenus, le géant japonais scelle de nouveaux accords. Une fois de plus autour du manga en format numérique, avec plus de 800 titres que publie la Kodansha, importante maison de l’Archipel.

08/06/2021, 07:40

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #7 : Gris

Parce que la lecture peut prolonger l'expérience vidéoludique, et vice-versa, ActuaLitté vous propose, avec Jeu vidéo, livre idéal, une sélection d'œuvres en rapport avec un titre bien particulier, opérée par des bibliothécaires. Aujourd'hui, Gris, le jeu vidéo de Nomada Studio à l'ambiance si envoutante et aux graphismes remarquables.

28/05/2021, 16:11

ActuaLitté

Beast boy des Teen Titans rejoint le combat dans Fortnite      

Le partenariat entre DC Comics et Epic Games continue de porter ses fruits. Après Batman, Catwoman ou encore Harley Quinn c’est au tour du très changeant Beast Boy de prendre les armes au sein du célèbre Battle Royal. Jouable dès le 14 mai, le personnage pourra également être débloqué lors d’un tournoi se déroulant ce 12 mai.

 

 

12/05/2021, 11:10

ActuaLitté

Le manga Made in Abyss adapté en jeu vidéo

Made in Abyss, le manga d'Akihito Tsukushi, deviendra prochainement un jeu vidéo, de type RPG en 3D, développé par la société japonaise Spike Chunsoft (Jump Force, L'Attaque des Titans). Made in Abyss: Binary Star Falling into Darkness n'a pas encore de date de sortie, mais sera disponible sur Ps4, Switch et via Steam.

06/05/2021, 17:42

ActuaLitté

Amazon annule son jeu vidéo multijoueurs Le Seigneur des Anneaux

Nouveau coup dur pour les activités de la firme Amazon dans le domaine du jeu vidéo. Le titre multijoueurs autour de l'univers du Seigneur des Anneaux, d'après l'œuvre de Tolkien, a été annulé. Son développement avait été révélé il y a deux ans, mais un litige contractuel conduit à l'abandon pur et simple du projet.

19/04/2021, 09:55

ActuaLitté

Arkham Horror: Mother's Embrace, un nouveau jeu vidéo dans l'univers de Lovecraft

L'univers de Lovecraft a récemment investi plusieurs productions vidéoludiques, comme Call of Cthulhu ou The Sinking City. Voici désormais Arkham Horror: Mother's Embrace, développé et édité par Asmodee Digital : la société spécialisée dans les jeux en propose désormais des versions numériques...

08/04/2021, 15:55

ActuaLitté

De nouvelles images du jeu vidéo centré sur Gollum

Le développeur Daedalic Entertainment a pris les rênes d'un nouveau jeu vidéo adaptant l'univers de J.R.R. Tolkien, créateur de la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Ainsi, The Lord of the Rings: Gollum, comme son titre l'indique, sera centré sur Gollum, auparavant connu comme le Hobbit Sméagol, avant sa décrépitude provoquée par l'Anneau Unique...

08/04/2021, 12:14

ActuaLitté

Lost Words, un jeu vidéo dans un journal intime, par Rhianna Pratchett

Le jeu Lost Words: Beyond the Page propose un environnement plutôt inhabituel sur les écrans, puisqu'il se déroule en grande partie dans un journal intime, celui d'une jeune fille. Développé par Sketchbook Games, le jeu bénéficie aussi d'un scénario écrit par Rhianna Pratchett.

07/04/2021, 12:08

ActuaLitté

Le Paris des Merveilles en jeu vidéo, à découvrir gratuitement

Réalisée par une équipe de développeurs indépendants suisses, cette adaptation vidéoludique de l’univers de Pierre Pevel vient tout juste d’être mise en ligne. Une première version du jeu est disponible gratuitement à portée de clic. L’œuvre se présente comme un « jeu de cartes enchanté » et met en scène le premier livre de la série.

26/03/2021, 13:59

ActuaLitté

Asterix et Obélix : Baffez-les tous, Dieu reconnaîtra les Romains

Romains, pirates et sangliers n’ont qu’à bien se tenir ! Les célèbres Gaulois Astérix et Obélix sont de retour pour une toute nouvelle aventure et ça va encore cogner la bagarre en automne 2021 sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC ! Le jeu sera compatible sur PlayStation 5 et Xbox Series X|S.

24/03/2021, 19:05

ActuaLitté

Plongez dans le labyrinthe du Minotaure avec le nouveau jeu d'ARTE 

ARTE s'est associé à Upian et Hiver Prod pour créer Unmaze, un visual novel interactif prévu pour l’été 2021 sur iOS et Android. Librement inspiré de la mythologie grecque et du mythe du Minotaure, Unmaze propose au joueur d’incarner Ariane dans sa quête pour sauver Astérion et Thésée, deux jeunes hommes livrés à eux-mêmes, et les guider hors du labyrinthe. 

19/03/2021, 12:21

ActuaLitté

Le super-héros Black Panther bientôt jouable dans Marvel's Avengers

Marvel's Avengers, jeu vidéo publié par Square Enix et Marvel Games, annonce de prochaines évolutions aux joueurs. Outre les versions pour les consoles de dernière génération et l'arrivée de Hawkeye en personnage jouable, c'est le super-héros Black Panther qui s'invitera bientôt sur les écrans.

19/03/2021, 09:59

ActuaLitté

“Le Grand bol d’air”, un jeu vidéo sur la langue française

Le 20 mars sera la Journée internationale de la francophonie 2021, au sein d'une semaine complète de réjouissances autour de la langue française, du 13 au 21 mars. Parmi les animations proposées, un jeu vidéo, Le Grand bol d’air, jouable en ligne, qui propose de mener l'enquête...

17/03/2021, 11:53

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #6 : la série Hitman

La littérature a ses héros et ses séries récurrentes, qui perdurent malgré les changements d'époque... Et les jeux vidéo les ont aussi : démarrée en 2000, la série Hitman propose depuis lors des jeux d'infiltration et d'assassinat où le joueur est libre d'employer les méthodes qu'il juge nécessaires. Une équipe de bibliothécaires passionnés vous propose quelques recommandations, pour faire durer les missions...

12/03/2021, 17:11

ActuaLitté

Les Tortues Ninja reviennent, à l'ancienne, en jeu vidéo

Les Tortues Ninja, personnages d'une bande dessinée créée par Kevin Eastman et Peter Laird en 1984, sont de retour pour un nouveau jeu vidéo les mettant en scène. Mais les graphismes de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge rendent un hommage appuyé aux jeux vidéo à l'ancienne, notamment Teenage Mutant Hero Turtles: Turtles in Time, sorti en 1991.

11/03/2021, 10:09

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #5 : Life Is Strange

Les jeux vidéo et la lecture partagent bien des points communs, dont le développement d'une intrigue et de personnages complexes, que l'on apprend petit à petit à connaître et côtoyer. La série de jeux Life Is Strange, et en particulier le premier volet, en est un bon exemple. Une équipe de bibliothécaires passionnés vous propose des recommandations culturelles, livres et autres, pour prolonger l'expérience de Life Is Strange...

05/03/2021, 15:25

ActuaLitté

Harry Potter : le jeu vidéo Hogwarts Legacy fera apparaître des sorciers transgenres

Le jeu vidéo de type jeu de rôle Hogwarts Legacy, attendu pour 2022, doit donner ses lettres de noblesse à la saga Harry Potter dans le domaine vidéoludique. Warner Bros mise beaucoup sur cette sortie, et vient d'annoncer que les joueurs pourront créer des personnages transgenres. Une fonctionnalité qui répond à la polémique suscitée en 2020 par des commentaires transphobes de J.K. Rowling.

03/03/2021, 11:29

ActuaLitté

Entre romans et jeux vidéo, les univers se resserrent

Depuis 1984, où Pac-Man est passé de la borne d’arcade à la bande dessinée, le paysage des adaptions jeu vidéo-livre n’a fait que grandir. Certaines entreprises s’affranchissent même des grandes maisons pour publier leurs ouvrages. La frontière entre développeurs et éditeurs n’a jamais été aussi poreuse qu’aujourd’hui. Pourquoi, comment et pour qui adapter ces univers ? En voici les principaux acteurs.

02/03/2021, 12:31

ActuaLitté

Goldorak et Actarus : le prince de l'espace arrive en jeu vidéo

Le prince d’Euphor, Actarus, est de retour avec sa célèbre machine de combat Goldorak. « Là-haut, là-haut, très loin dans l’espace, le chevalier des temps nouveaux revient », chantent en chœur Microids et Dynamic Planning. Et pour cause : un jeu vidéo Goldorak, inspiré de la série animée japonaise de Toei Animation, remonte de la nuit des temps. En effet, c’était en 1975… 

24/02/2021, 11:20

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #4 : Cuphead

Jeu vidéo et lecture ont beaucoup à s'apporter, mutuellement : une équipe de bibliothécaires passionnés entend le prouver, encore et encore, avec des recommandations pour prolonger une expérience vidéoludique. Celle du jeu Cuphead, jeu d'action en 2D du studio indépendant MDHR, ne vous laissera pas indemne, avec sa difficulté colossale et ses graphismes splendides... Bienvenue dans Jeu vidéo, livre idéal.

05/02/2021, 15:24

ActuaLitté

Le jeu vidéo consacré à Gollum repoussé à 2022

The Lord of the Rings: Gollum, projet vidéoludique du développeur Daedalic Entertainment, prendra finalement un peu plus son temps : le titre ne devrait désormais être disponible qu'en 2022, annonce un communiqué. Aucune raison spécifique n'a été avancée pour expliquer le délai supplémentaire.

27/01/2021, 10:49

ActuaLitté

Astérix Vidi Vici, un jeu mobile façon Pokémon Go chez les Gaulois

L'année 2021 verra Astérix et Obélix revenir en force, avec un nouvel album, mais aussi une série animée Idéfix sur France Télévisions et un nouveau film en préparation. Sur les smartphones, Astérix Vidi Vici permettra à la licence de se doter d'un jeu à la manière de Pokémon Go, qui utilisera la géolocalisation à des fins ludiques. 

22/01/2021, 16:55

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #3 : The Last of Us

Jeux vidéo et livres ont bien plus en commun que ce que l'on pourrait imaginer au premier abord : convaincue de cette réalité, une équipe de bibliothécaires passionnés d'expériences vidéoludiques vous propose une sélection d'ouvrages en rapport avec un jeu ou une série de jeux. Aujourd'hui, on tente de survivre dans le monde post-apocalyptique impitoyable de The Last of Us... Bienvenue dans Jeu vidéo, livre idéal.

22/01/2021, 11:53

ActuaLitté

Univers Potter : pourquoi Hogwarts Legacy, retardé, doit réussir

Et voici comment ruiner un week-end qui commençait si bien. Les éditeurs de Hogwarts Legacy — en l’occurrence la collaboration entre Avalanche Software et Warner Bros — annoncent que le jeu sera officiellement retard jusqu’en 2022. Attention, entre janvier et décembre, le temps pourrait être particulièrement long. Pour jouer à de nouvelles aventures de Harry Potter, les MOldus prendront leur mal en patience désormais…

16/01/2021, 11:19

ActuaLitté

Poe(ga)me, un événement virtuel qui combine poésie et jeu vidéo

Et si la déambulation vidéoludique succédait à la ballade romantique ? En ces temps de pandémie et de restrictions de déplacement, le collectif PAN!21 a organisé un événement poétique sur le jeu vidéo Fable, diffusé en direct depuis la plateforme Twitch. 

11/01/2021, 14:57

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #2 : Ghost of Tsushima

Jeux vidéo et littérature partagent de nombreux points communs, dont celui de créer des univers tangibles qu'il est difficile de quitter. Pour prolonger l'expérience, ActuaLitté vous propose des recommandations de lecture en lien avec un titre, établies par des bibliothécaires. Cette semaine, le katana est dégainé pour Ghost of Tsushima.

18/12/2020, 16:04

ActuaLitté

Jeu vidéo, livre idéal #1 : Cyberpunk 2077

La lecture et le jeu vidéo ont en commun des univers écrits et conçus pour être les plus immersifs possible, donnant lieu à des expériences captivantes, que l'on souhaite prolonger. Cet article ouvre une série de recommandations culturelles, principalement littéraires, qui correspondent à un jeu vidéo. Ces œuvres ont été choisies par des bibliothécaires, tous passionnés de jeux vidéo. Pour commencer, Cyberpunk 2077, titre incontournable en cette fin 2020. Bienvenue dans Jeu vidéo, livre idéal.

11/12/2020, 15:55

ActuaLitté

Accord trouvé entre Netflix et l'éditeur des Livres dont vous êtes le héros

La plateforme de streaming Netflix annonce un accord, sans aucun doute financier, avec l'éditeur américain Chooseco, spécialisé dans les livres dont vous êtes le héros. Ce dernier avait attaqué Netflix pour une utilisation frauduleuse, un « détournement » de la marque « Choose Your Own Adventure », dans une plainte validée par la justice.

25/11/2020, 16:12

ActuaLitté

Totoro et Kiki la petite sorcière parmi les magnifiques tableaux qu'offre Ghibli 

250 images issues de 5 longs métrages dont Mon voisin Totoro,  Porco Rosso ou encore Kiki la petite sorcière sont désormais disponibles gratuitement sur le site du studio. Les illustrations en haute définition offrent de se replonger dans la magie de ces films cultes à moindre frais. 

20/11/2020, 16:06

ActuaLitté

Nouvelle formule hivernale pour Salon du Livre de Turin 2020

Dans le contexte actuel de pandémie, le Salon du Livre de Turin prépare Vita Nova, qui se tiendra début décembre. Des nouveautés de taille — avec les librairies protagonistes — se profilent pour cette édition inédite. 

20/11/2020, 13:12

ActuaLitté

Apple réduit de moitié les frais de l'App Store pour les développeurs

Dès le 1er janvier prochain, la commission facturée par Apple aux développeurs d’application gagnant moins d’un million de dollars à l’année passera de 30 % à 15 %. Une façon pour l’entreprise de redorer son image et de calmer la grogne qui monte.

19/11/2020, 12:31

Autres articles de la rubrique Médias

ActuaLitté

Idéfix et les Irréductibles : la série diffusée dès juillet sur Okoo

La diffusion de la série d'animation Idéfix et les Irréductibles, inspirée de l'univers créé par Goscinny et Uderzo, démarrera dès le mois de juillet, en avant-première, sur la plateforme numérique de France Télévisions, Okoo. À l'antenne, la série se retrouvera sur France 4, dès le 28 août.

23/06/2021, 11:55

ActuaLitté

Tournage en cours pour l'adaptation du Grand marin, d'après Catherine Poulain

Le Grand marin, roman de Catherine Poulain publié par les éditions de l'Olivier en 2016, fait l'objet d'une adaptation cinématographique dirigée par la réalisatrice russe Dinara Droukarova, qui signera par la même occasion son premier long-métrage. Le tournage est en cours, en Islande.

23/06/2021, 11:30

ActuaLitté

Vivre, mourir... La Grande Librairie invite Axel Kahn

Axel Kahn, invité d’exception, pour François Busnel, occupera La Grande librairie à lui tout seul. Cette semaine, dans l’émission de France 5, il pourra revenir sur cette injonction paternelle qui ouvre son dernier livre : « Sois raisonnable et humain ! »

22/06/2021, 17:07

ActuaLitté

France, Canada et Benelux unis pour adapter des nouvelles de Murakami

Une coproduction française, canadienne, luxembourgeoise et néerlandaise tentera de relever un défi ardu : adapter à l'écran non pas un, mais plusieurs textes de l'écrivain japonais Haruki Murakami. À l'occasion du Festival International du film d'animation d'Annecy 2021, la société de production française Miyu Productions a révélé de nouvelles images du long-métrage animé. 

22/06/2021, 16:21

ActuaLitté

René Maran, Édouard Louis et Céleste Albaret sur France Télévisions

France Télévisions a dévoilé le programme de sa saison documentaire, Sunny Side of the Doc 2021-2022. La littérature en fait partie, avec un retour sur le premier écrivain noir lauréat du Prix Goncourt, la transformation d'Édouard Louis ou encore le rôle crucial de Céleste Albaret dans l'œuvre de Marcel Proust.

21/06/2021, 15:30

ActuaLitté

Livres et baguettes de pain : la lecture pour favoriser le lien social

Le dernier documentaire, réalisé par Laure Pradal, Des livres et des baguettes a été co-produit par France Télévisions et par Pages & Images, en 2020. Il s’invitait dans le quartier de la Mosson, à Montpellier, et plus précisément dans la boulangerie Le Pain d’or, pour interroger le rapport des habitants au livre. Si, si, en plein milieu de la farine.

21/06/2021, 15:03

ActuaLitté

Le retour d’Eragon sur Disney + ? Paolini et les fans à l’assaut des réseaux sociaux

15 ans après le flop de la première tentative cinématographique, Christopher Paolini ne s’avoue pas vaincu et rallie les fans d’Eragon pour qu’une adaptation, cette fois en série, soit réalisée. Disney ayant acquis la 21st Century Fox et les droits d’Eragon en 2019, c’est sur Disney + que cette nouvelle version filmée de la saga devrait voir le jour.

21/06/2021, 15:02

ActuaLitté

Christelle Gombert quitte la revue Lecture jeune

Après cinq années à la tête de la publication, Christelle Gombert quitte la revue Lecture jeune. Jusqu’à lors exclusivement en format papier — sa création remonte à 1977 — le magazine avait ouvert la porte au monde numérique en début d’année 2021. Cette nouvelle formule aura désormais un nouveau rédacteur en chef : Louis Barchon.

19/06/2021, 11:20

ActuaLitté

La Grande librairie : les lauréats collège et lycée de « Si on lisait à voix haute »

« Si on lisait à voix haute », le  grand concours imaginé par François Busnel et organisé par La Grande Librairie, France Télévisions, Lumni et en partenariat avec le Ministère de l'Education nationale et de la jeunesse, revient pour une deuxième édition. Les lauréats de la grande finale du concours 2021 sont désormais connus !

18/06/2021, 12:40

ActuaLitté

L'Un des nôtres, une adaptation du roman de Larry Watson

Auteur américain de plusieurs romans parus en France, dont Montana 1948 (traduit par Bertrand Péguillan chez Gallmeister), Larry Watson a signé en 2020 Let Him go. Ce récit se trouve adapté au cinéma par Thomas Bezucha.

17/06/2021, 12:15

ActuaLitté

HBO et Ronan Farrow : une série documentaire reprend l’enquête sur Harvey Weinstein

Avec son best-seller Les faire taire (traduction de Perrine Chambon et Elsa Maggion, Editions Calmann-Lévy, 2019), Ronan Farrow tisse un travail d’investigation aux airs de thriller, et dévoile les dessous de la fameuse affaire Weinstein. Comment elle a commencé, les obstacles rencontrés… La série HBO en sera la continuité, approfondissant les enquêtes sur les déclarations d'inconduite sexuelle faites à propos de Harvey Weinstein, Matt Lauer et d'autres personnalités, comme le rapporte The Hollywood Reporter.

16/06/2021, 17:17

ActuaLitté

Midnight Club, de Christopher Pike, bientôt adapté par Mike Flanagan

Le roman Midnight Club, de Christopher Pike, traduit en français par Arnold Petit pour les éditions Hachette Romans, sera prochainement porté à l'écran par le réalisateur Mike Flanagan. Ce dernier a une certaine expérience dans l'horrifique puisqu'il a signé Doctor Sleep, la suite de Shining, en 2019.

16/06/2021, 15:17

ActuaLitté

Les premières images de Persuasion, ou Jane Austen version Netflix

Netflix vient de dévoiler un premier aperçu de sa version du roman posthume de Jane Austen, Persuasion. On peut admirer Dakota Johnson, Henry Golding ou encore Cosmo Jarvis qui posent en costume d’époque. Réalisé par Carrie Cracknell, le long métrage sera disponible sur la plateforme en 2022.

15/06/2021, 16:12

ActuaLitté

L’acteur Harry Melling va incarner Edgar Allan Poe    

Connu pour son rôle de Dudley dans Harry Potter, Harry Melling devrait prochainement prêter ses traits au romancier Edgar Allan Poe. Il formera un duo avec Christian Bale dans l’adaptation Netflix du récit de Louis Bayard, Un œil bleu pâle.

10/06/2021, 15:11

ActuaLitté

Un remake du film culte Christine est en préparation

Le film qui donne envie de repousser sa date d’examen de permis de conduire est de retour. Une nouvelle adaptation du célèbre roman de Stephen King est en préparation. Produit par Sony Pictures et Blumhouse, le futur long métrage sera réalisé par Bryan Fuller.

 

09/06/2021, 16:43

ActuaLitté

Sur Arte : sociologue de la fraternité, Edgar Morin, journal d'une vie  

A l'occasion du centième anniversaire du sociologue, ARTE diffuse le documentaire Edgar Morin, journal d'une vie de Jean-Michel Djian, jeudi 8 juillet 2021 à 23h55. Embrassant les disciplines académiques, le sociologue Edgar Morin, né en 1921, a traversé son siècle en observateur éclairé et en chercheur indiscipliné. Jean-Michel Djian lui consacre un portrait, tissé de ses interviews passées et récentes.

09/06/2021, 12:57

ActuaLitté

Le chantage aux critiques négatives, nouvelle escroquerie qui frappe les auteurs

Lassés de proposer d’enlarger son pénis, les escrocs du net multiplient les tentatives de diversification de leurs entreprises. Depuis quelques années, le monde du livre se retrouve confronté à des tentatives de phishing, scams et autres joyeusetés internautiques. Les grands groupes, jusqu’à lors visés, se rassureront : les auteurs se voient aussi offrir des opportunités alléchantes, comme autant de miroirs aux alouettes, finement léchés.

09/06/2021, 12:13

ActuaLitté

Working Title, une mise en abyme cinématographique 

Bonne Pioche Story vient d'acquérir les droits du roman La Malédiction de la zone de confort de Marianne Levy, paru aux éditions Pygmalion, en 2017. Cette adaptation audiovisuelle sera la première série sur la création d’une série. 

09/06/2021, 08:45

ActuaLitté

Cowboy Bebop : l'adaptation Netflix diffusée cet automne

Licence née à la télévision, sous la forme d'une série animée, à la fin des années 1990, puis adaptée en long-métrage et en mangas, Cowboy Bebop fera prochainement son entrée dans le catalogue Netflix, cette fois portée à l'écran en prise de vues réelles. Rendez-vous à l'automne.

09/06/2021, 08:34

ActuaLitté

La série Kay Scarpetta, de Patricia Cornwell, adaptée à l'écran 

Série phare dans l'œuvre de Patricia Cornwell, les livres mettant en scène la médecin et agente du FBI Kay Scarpetta feront prochainement l'objet d'une adaptation, sous la forme d'une série d'épisodes d'une heure chacun. Blumhouse Television et Comet Pictures s'associent, côté production.

08/06/2021, 15:35

ActuaLitté

Arte diffuse Hamishim, série créée et écrite par l'autrice Yael Hedaya

Dans le cadre de sa prochaine collection de séries, la chaine franco-allemande Arte diffusera notamment Hamishim, série israélienne créée et écrite par l'autrice Yael Hedaya, dont un livre a été traduit en français et publié par les éditions Actes Sud.

08/06/2021, 12:05

ActuaLitté

Edgar Morin, invité exceptionnel de La Grande Librairie

« Tout, pourvu que l’on puisse laisser derrière nous cette longue année éprouvante pour emprunter de nouveaux chemins, aller de l’avant forts de cette épreuve traversée ensemble. » Cette semaine, François Busnel vous propose une émission exceptionnelle avec Edgar Morin qui fêtera ses cent ans dans quelques jours !

08/06/2021, 11:21

ActuaLitté

L'Attentat, de Yasmina Khadra, adapté en série par Netflix

Le roman L'Attentat, de Yasmina Khadra, publié par les éditions Julliard en 2005, fera prochainement l'objet d'une adaptation en série pour la plateforme Netflix, produite par l'acteur Michael Kupisk. 

08/06/2021, 09:46

ActuaLitté

Une adaptation à venir pour les Livres de la terre fracturée de N. K. Jemisin

Auteure américaine de science-fiction, lauréate trois années consécutives du Prix Hugo du meilleur roman, N. K. Jemisin verra prochainement sa trilogie des Livres de la terre fracturée portée à l'écran. Des enchères pour les droits d'adaptation ont été remportées par TriStar Pictures.

07/06/2021, 16:39

ActuaLitté

La série Geronimo Stilton diffusée sur les écrans du monde entier, ou presque

Série adaptée des livres éponymes d’Elisabetta Dami, Geronimo Stilton sera diffusée dans de nouveaux pays suite à la signature de nouveaux contrats entre Superights, société de distribution internationale, et plusieurs autres diffuseurs internationaux. 

07/06/2021, 13:15

ActuaLitté

France 5 renouvelle sa confiance à François Busnel et sa Grande Librairie

Star des ventes de livres, l’animateur de La Grande Librairie rempile donc, à travers sa société Rosebud Productions, avec la chaîne publique. L’émission du mercredi se prolonge pour une 14e année, sans trop de surprise. En effet, une nouvelle fois, le programme a été élu comme l’un des plus prescripteurs pour les vendeurs de livres. 

07/06/2021, 11:39

ActuaLitté

Demon Slayer : après le film, les fans attendent le jeu

Prévu pour l’année 2021, le jeu Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba se présente comme un jeu de combat en arène. Les joueurs pourront incarner les personnages phares de la série et s’affronter en reproduisant les attaques visuellement impressionnantes qui ont fait le succès de l’anime.

04/06/2021, 15:22

ActuaLitté

Son Livre : le Centre national du Livre inaugure un nouveau podcast

Ils sont nombreux, ils ont envie, ils viennent de tous les horizons, de la poésie à la science-fiction, ils ont connu l’amour, la haine, la débâcle, la gloire, parfois sans raison… Qui sont-ils ? Les livres ! Le Centre national du Livre soutient les écrivains, ceux qui sont partis à la conquête d’un rêve héroïque et brutal : l’écriture. Découvrons ainsi Son livre, un podcast qui vole dans les plumes… des auteurs !

04/06/2021, 12:56

ActuaLitté

Jupiter's Legacy : après l'annulation de la série, Josh Duhamel fait les yeux doux à Hulu    

À la surprise générale, Netlix a annoncé qu'il ne renouvellerait pas la série Jupiter's Legacy. Tout juste un mois après leurs sorties, les 8 épisodes adaptés des comics Mark Millar et Frank Quitely sont condamnés à rester sans suite. Mais dans les histoires de super héros, les retournements de situation sont légion, et Josh Duhamel, qui incarne Sheldon Sampson, ne s’avoue pas vaincu. L’acteur s’amuse de la situation en faisant un appel du pied à la plateforme concurrente de Netflix.

04/06/2021, 12:20

ActuaLitté

Les futurs livres de Don Winslow déjà adaptés

Si l'on compte relativement peu d'adaptations audiovisuelles des livres de Don Winslow, cette situation va changer. Radicalement. Les projets se multiplient en effet autour des ouvrages d'un des grands maîtres américains du polar, et le dernier en date n'est pas des moindres. Sa future trilogie, dont le premier tome doit paraître en septembre prochain, a ainsi fait l'objet d'enchères ambitieuses par Sony et 3000 Pictures.

03/06/2021, 16:19

ActuaLitté

ARTE Book Club : un retour avec une nouvelle formule

ARTE Book Club propose un moment de partage autour d'un plaisir commun, la lecture, ainsi que le décryptage précis et érudit d’une œuvre. Cette troisième saison, en partenariat avec Babelio, s'accompagne d'une nouveauté : trois semaines avant chaque live, Arte met en ligne sur YouTube l'analyse de l'ouvrage sélectionné. La reprise des lives se fera à partir du jeudi 17 juin 2021 à 20h20, avec la diffusion d'une analyse et d'un live par mois. 

02/06/2021, 16:59

ActuaLitté

Un Complément d'enquête consacré à Michel Houellebecq

Jeudi 24 juin, à 22h55, venez découvrir l’histoire de Michel Houellebecq avec Complément d’enquête. Ce qu’on pensait savoir, et ce qu’on pouvait à peine deviner – laissez-vous guider… A l'été 2019, il a suffi d’une tribune controversée dans le Monde sur la mort de Vincent Lambert pour relancer Sérotonine, son dernier roman paru quelques mois avant. Il a même frôlé les 500 000 ventes selon son éditeur !

02/06/2021, 14:44

ActuaLitté

La saison 2 de la Chronique des Bridgerton en production, avec Rupert Evans

Avec l'adaptation des romans de Julia Quinn, Netflix a une fois de plus réussi à captiver les foules. En conséquence, la première saison de Bridgerton ne restera pas longtemps unique sur la plateforme de streaming. La production de la seconde a d'ores et déjà commencé à Londres, avec un nouveau venu au casting...

02/06/2021, 09:57

ActuaLitté

L'enfance et ses secrets, dans la Grande librairie

Il paraît que toutes nos vies se jouent dès l'enfance mais l'enfance c'est le royaume des secrets, parfois inavouables... Il parait... En tout cas, La Grande librairie entend le vérifier, dans son rendez-vous hébdomadaire, avec quatre auteurs. Rendez-vous mercredi 2 juin à 20h50 sur France 5 !

01/06/2021, 16:07

ActuaLitté

Tik-Tok, Twitch, YouTube : Montréal décline la lecture en réseaux

Lis-moi MTL est un projet qui a vu le jour lors de la dernière édition du Salon du livre de Montréal. Son objectif ? Promouvoir la lecture et le plaisir de lire chez les 15 à 29 ans. En 2021, Lis-moi MTL s’associe à la salle de spectacle Le Ministère et propose d’aller à la rencontre de quatre artistes de la scène musicale québécoise qui nous parlent de l’impact qu’ont les livres dans leur vie.

29/05/2021, 19:41

ActuaLitté

 Le roman Nature humaine de Serge Joncour adapté au cinéma 

Publié chez Flammarion, Nature humaine de Serge Joncour avait remporté le Prix Femina 2020. Le long métrage sera co-écrit et réalisé par le comédien et réalisateur Bouli Lanners pour Ad Vitam et Versus production. 

28/05/2021, 10:51