#Edition

De Léna Situations à Beigbeder : les nouveaux critères de la qualité littéraire

Vous souvenez-vous ? Il y a un an, la YouTubeuse Lena Situations publiait Toujours plus + = +. Son livre connut un grand succès (355.308 exemplaires, donnée Edistat) et Frédéric Beigbeder écrivit une chronique épicée qui indigna les fans de la jeune plume. Pendant quelques jours, le chroniqueur fut moqué, considéré comme un homme de l’Ancien Monde qui ne supportait pas qu’une influenceuse puisse être n° 1 des ventes. Une interprétation facile, simple variation sur le thème du vieux con contre le jeune con. Par Arthur Constance.

Le 11/11/2021 à 10:20 par Auteur invité

34 Réactions | 1474 Partages

Publié le :

11/11/2021 à 10:20

Auteur invité

34

Commentaires

1474

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Il n’en est rien. Après avoir lu le livre Les Barbares d’Alessandro Baricco (Gallimard, trad. Françoise Brun et Vincent Raynaud), une autre interprétation saute aux yeux. Le différend Léna Situation/Frédéric Beigbeder ne relève pas du conflit de générations, mais du critère d’appréciation d’un livre, il en est même un cas d’école.

Qu’est-ce qu’un bon livre ?

Oh ! Des réponses à cette question, il en est des centaines. Il existe même des métiers censés guider les lecteurs, les conseillers vers les bons livres ; libraires, critiques, bibliothécaires… et ça tombe bien, Frédéric Beigbeder est l’un d’entre eux.

Pour ces gens, quels sont les critères pour juger de la qualité d’un livre ? L’émotion ? Le sujet ? Le style ? Les références ? L’intelligence ? Tout cela, nous explique Baricco, c’est la même chose. Oui, tous ces critères sont des critères de profondeur, dont une bonne partie est propre à la littérature.

Rappelons les premiers mots de Beigbeder (chronique Figaro, réservée aux abonnés) :

« Léna Situations est le Pseudonyme de Léna Mahfouf. Sans doute un hommage inconscient à Jean Paul Sartre qui publia chez Gallimard dix tomes de Situations entre 1947 et 1976 […]. Il est aussi possible que son nom fasse allusion au situationnisme de Guy Debord, tant son livre exploite les règles définies dans la société du spectacle. Quand au titre, Toujours plus, il est plagié sur un best-seller de François de Closet qui critiquait l’oligarchie française. »

Quel est son grief ? Souligner l’absence de références, l’absence de profondeur. Ce n’est pas du name dropping uniquement pour s'affirmer intelligent et cultivé : il reproche à la jeune plume son écriture hors du temps, sans racines littéraires.

Poursuivons la lecture...

« Son unique message, martelé à chaque page est une équation mathématique inspirée de la tête à Toto : “+ = +”. En langage situasionnesque, cela se traduit par : “NON à la déprime (…) OUI au positif.” […] La forme de son guide de conseil aux millenials imite celle des “self-help-books”. Le modèle du genre […] est La magie du rangement, de Marie Kondo : une Japonaise qui explique comment ranger sa chambre. »

« La tête à Toto », « apprendre à ranger sa chambre », la simplicité du livre déconcerte Beigbeder qui ira jusqu’à écrire : « Son inculture assumée rend toutefois sa lecture angoissante. Cette jeune femme est la preuve que le système éducatif français a perdu une bataille contre Facebook. »

Oui, Beigbeder se moque. Oui Beigbeder devient hautain, prétentieux, paternaliste et tout ce que vous voulez. Mais dans le fond, il n’a pas tort : Lena Situations ne se positionne pas comme écrivaine et revendique une certaine simplicité dans son approche de la littérature. [Ndlr : Elle pourrait par ailleurs ne pas connaître une partie des auteurs cités – quoique cette arrogance du chroniqueur tienne tout de même d'un fameux machisme.]

Est-ce grave ? Peut-on écrire sans avoir lu ? Peut-on écrire sans connaître l’histoire de la littérature ? peut-on écrire sans avoir cherché à creuser dans la littérature, approfondi ses connaissances littéraires. En une phrase : la littérature est-elle le critère de qualité littéraire ?

Frédéric Beigbeder dit non. Léna Situations écrit, elle dit oui.

Nous savons pourquoi Beigbeder dit non. Intéressons-nous aux raisons qui poussent Léna à dire (indirectement) oui. Et pour cela, le livre d’Alessandro Baricco : Les Barbares, essais sur la mutation va nous aider.

Le livre sans littérature

Vous vous en doutez très certainement ; si la qualité d’un livre ne réside pas dans la littérature, c’est donc qu’elle se situe ailleurs. Alors, où ?

Dans le mouvement, dans la séquence, nous dit Baricco. Un livre doit être un élément inclus dans une séquence plus vaste dont il n’est qu’un point de passage et qui contribue à apporter du mouvement, de l’énergie à cette séquence.

« Pour les barbares, la qualité d’un livre réside dans la quantité d’énergie que ce livre est en mesure de recevoir d’autres narrations, avant de la reverser dans d’autres narrations. Si dans un livre passe une grande quantité de monde, c’est un livre à lire. En revanche, même si le monde entier est dedans, mais immobile, sans communication avec l’extérieur, c’est un livre inutile. » (p. 94)

Tout cela est un peu compliqué, j’en ai conscience. Pour comprendre, revenons à Léna Situations et son livre.

Léna est « YouTubeuse influenceuse lifestyle », cela signifie qu’elle gagne sa vie grâce à la publication de contenus sur internet (YouTube, Instagram…) en rapport avec la mode et la beauté. Elle publie régulièrement des Vlogs (équivalent d’un billet de blog au format vidéo) dans lesquels elle partage sa vie avec ses spectateurs.

Pour raccorder avec la théorie de Baricco, on pourrait considérer que tous ses Vlogs forment une séquence composée de divers éléments : le déménagement, les voyages et, le livre. De ce point de vue, le livre de Léna Situations n’est donc qu’un élément parmi d’autres. Et de ce point de vue, est-il bon ?

Ça, je ne peux pas le dire. D’une part, car je ne l’ai pas lu, d’autre part car ce n’est pas le sujet de ce billet (nous nous attachons au critère de jugement, pas au jugement en lui même), et surtout, parce que même en le lisant, je ne serai pas capable de le qualifier de bon ou de mauvais. Souvenez-vous : un bon livre est un livre à travers lequel passe une grande quantité de monde, un livre qui s’inscrit dans une séquence. Et à moins de connaître le travail de Léna Situations, de regarder ses Vlogs, de la suivre sur les réseaux, il est difficile de juger de la quantité de monde passant par son livre.

En revanche, on sait qu’il s’est très bien vendu, et que l’article de Beigbeder a engendré une nouvelle narration : la réaction des fans contre Beigbeder puis le passage à la télévision de Léna. Paradoxalement, la virulente critique de Beigbeder a augmenté la valeur du livre qu’il dénonçait.

Barbares?

Oui, le terme peut choquer, mais il est à relativiser. Par Barbare, Baricco désigne une nouvelle catégorie de personne, une sorte « d’espèce sociale », dont les comportements seraient radicalement différents des comportements traditionnels. Le Barbare a un rapport au monde différent, dans tous les domaines, et donc également dans la littérature. Il évite de traiter un sujet en profondeur, de descendre, de l’aborder dans sa verticalité, à laquelle il préférera l’horizontalité. Son espace est celui de la surface, de la séquence.

Il ne faut voir dans cette terminologie qu’un clin d’œil à l’histoire. Les barbares ont saccagé Rome, certes, et d’un certain point de vue, on peut considérer que les nouveaux barbares vont saccager la littérature, mais Baricco nous rappelle qu’il fut un temps où ce qui est aujourd’hui appelé la grande littérature, la littérature de qualité (c’est-à-dire le roman bourgeois) fut considérée comme barbare elle aussi. Du point de vue historique, une chose est sûre : barbarisera bien qui barbarisera le dernier.

Si cette idée vous plaît, je vous invite vivement à lire le livre d’Alessandro Barrico, ou à consulter les articles que j’ai publiés à ce sujet (plus centrés sur le livre et l’écriture). Je vous mets tout de même en garde, après une telle lecture : vous risquez de voir des Barbares partout, mais heureusement, sans gourdin.

[Ndlr : La Bibliothèque de survie, dernier ouvrage de Frédéric Beigbeder présentant une bibliothèque idéale de 50 ouvrages, est sorti en mai dernier, avec 6515 ventes cumulées. L’essai de Baricco, en revanche, publié en octobre 2014, a réalisé 12.056 ventes. Dont acte.]

crédit photo : Siora Photography, Raquel Martínez/ Unsplash

 
 
 
 
 

Lena Situations, Charlotte Szczepaniak Robert Laffont
Toujours plus. Ma méthode + = +
24/09/2020 152 pages 19,50 €
Scannez le code barre 9782221247884
9782221247884
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Alessandro Baricco, Françoise Brun, Vincent Raynaud trad. Françoise Brun, Vincent Raynaud Editions Gallimard
Les barbares. Essai sur la mutation
30/10/2014 223 pages 19,90 €
Scannez le code barre 9782070131693
9782070131693
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Frédéric Beigbeder Observatoire Editions de l'
Bibliothèque de survie
05/05/2021 176 pages 18,00 €
Scannez le code barre 9791032920466
9791032920466
© Notice établie par ORB
plus d'informations

34 Commentaires

 

L' albatros.

11/11/2021 à 11:43

Sans aucun doute, on peut écrire à chaud, sans bagages.

Car c'est l' expression qui importe , ce que l'on exprime: 'sujets ' ou enjeux.
Après vient la question de l' Expressivité de ce que l' on exprime, et là, extrêmement difficile d' intensifier son expression, en dehors d' un minimum de modèles, pris ou non dans la littérature.

Les unités referentielles: dans le discours littéraire, la place de la narration et de la description, leurs modalites: monologues, narrateurs en dehors de l' histoire, dedans, contrepoints, style indirect libre, style indirect.

Ou recits-- descriptions, et même registre-- scripteur hors recit( biographie, chroniques, histoire, reportage), dedans: témoignages, interviews).


On demeure dans les registres de la discursivité littéraire, on est jamais hors sol.

Il y a la notion de qualité du développement, de sa consistance.





En tout premier lieu.

L' appartenance ou non aux genres et formes dites ' litteraires' , instituées et reconnues, c ' est une autre histoire.

C est le bagage.

Ludiquement detourné depuis longtemps, démarqué, résilié, effacé.

Sans que rien n' en vienne à s' instituer.


L' etat de fait , aujourd'hui: la totale decomposition de ce qui fut le statut de la littérature, et la littérature elle meme comme champ anthropologique de l' expression langagiere.

Le reste est academisme, survie mortifiante.



C est la situation même d' une inauguration, c est a dire de la possibilité d' un autre commencement, dans le changement radical d' epoque.

Dominique

12/11/2021 à 08:23

Blagues à part: dans une société de marchés, ce qui fait un bon livre dépend de la notoriété de l'auteur, pour celui ou celle-ci, ou la capacité à le rendre, lui ou son sujet, bankable, de cela dépend le retour sur investissement, important pour l'éditeur.
Quand aux lecteurs, il suit soit ses a priori, soit ce qu'on lui prescrit.
Ce n'est pas si compliqué (quoique...).

SamSam

12/11/2021 à 10:04

C'est qui, "l'auteur invité" ?
Mise en abyme. On creuse un peu plus dans le déversoir des mots sans intérêt autre que faire VENDRE. C'est toute l'ambition, naturellement, d'Actualitté, avec un nappage "littérature de qualité".

". Souvenez-vous : un bon livre est un livre à travers lequel passe une grande quantité de monde, un livre qui s’inscrit dans une séquence."
Ca veut rien dire en soi, maîs ça fait bander le critique littéraire qui voit là un mâitre à rebondir bientôt jusqu'au Masque et la Plume.
Ca veut rien dire d'autres que "quantité de monde" et "séquence". Etre critique littéraire invité et/ou rémunéré c'est faire entrer de force un monde dans une architecture de com, grace à des expression connotées large, comme celles-là.

Ce qu'il faut dire, pour ce que j'en ai à foutre, c'est que Barrico invente après Debord. Il invente le faux performatif. Le faux actuel est universel, donc, comme dit l'auteur invité, faut s'y mettre, y a pas.
Le vrai est universellement périmé, donc faut larguer. On se rue sur les bibs, les bouquinistes.
Barrico écrit des livres en italien facile pour dire qu'il faut lire les livres difficiles, tout en sachant les balancer au fond de sa bibliothèque, parce que l'écologie, ça va un peu. Ce qui distingue l'homme de l'animal, ce n'est pas feindre, mais feindre de feindre. Barrico écrit des livres bien aérés, rapides à lire, vierge de tout malaise apparent.

Beigbeder comme représentant de la grande, de l'ancienne, communautés des lecteurs de la littérature profonde. Je ris, je pouffe. Mister 99 entretient une querelle ancienne avec Chevillard. En gros que lui reproche-t-il ? Eh bien Eric Chevillard, chez Minuit... ne vend pas.

Marco

12/11/2021 à 10:36

Ce n'est plus le livre qui rend l'auteur "célèbre". Il doit l'être avant, peu importe le moyen ou le domaine, et peut ensuite publier. Ce n'est pas nouveau... mais c'est de plus en plus fréquent, et ça prend de la place sur les tables des librairies. Si les jeunes lisent ? Mais oui. Nul besoin d'actions en faveur de la lecture. Les nouvelles stars s'en chargent en dispensant leurs bons conseils, auréolées d'une pseudo accessibilité face à leur public virtuel, mais bien réel, d'une bienveillance qui les conduit à partager leur savoir et leur (courte) expérience de la vie. Elles sont terriblement efficaces, redoutables en matière de communication, fondamentalement individualistes en donnant le sentiment d'être éminemment communautaires... et renvoient dans les cordes un écrivain enfant de la pub comme Beigbeder qui se pensait à l'abri de ce genre de déconvenues. Éditeurs, diffuseurs et libraires amazoniens (et pas que) se frottent les mains, les consommateurs consomment... le livre n'est depuis longtemps hélas plus épargné par l'opportunisme et la cupidité, deux critères qui déterminent aujourd'hui un genre littéraire croissant, que l'on pourrait nommer "récit personnel à fort potentiel commercial" pour le rendre plus présentable.

Mitsouko

12/11/2021 à 10:49

Pourquoi se poser la question? Léna c’est une blogueuse - et une influenceuse qui se spécialise dans la mode et l’art de vivre. Un « coaching » nouvelle manière avec suffisamment t de « suiveurs » pour que son livre soit un best-seller. Delphine de Vigan a très bien expliqué leur rôle dans son dernier roman. Qu’on se pose même la question de savoir si c’est de la littérature ou pas me semble absurde. Est ce que la question a été soulevée pour Raphaelle Giordano quand elle a vendu 2 millions d’ex de son coaching book déguisé en roman? Ce n’est pas parce qu’elle - Léna - a pris un titre qui nous interpelle immédiatement avec ses références desbordiennes que cela lui donne soudain des lettres.
Pour les critères je reviens toujours à Maupassant et ce qu’il attend d’un livre:
«  amusez moi/ attristez moi/ attendrissez moi/ faites moi rêver/ faites moi rire/ faites moi frémir/ faites moi  pleurer/ faites moi penser »

Et surtout émerveillez moi par une langue qui m’étonnera et m’enchantera à mesures égales.

Mbougar Sarr répond à tous ces critères.

Aradigme

12/11/2021 à 17:35

Bonjour Mitsouko,

Je suis assez d'accord avec les critères de Maupassant que vous citez: « amusez moi/ attristez moi/ attendrissez moi/ faites moi rêver/ faites moi rire/ faites moi frémir/ faites moi pleurer/ faites moi penser »
J'y aurais ajouté personellement: "apprenez-moi" car je recherche aussi dans un livre des connaissances nouvelles.
Pour moi, un bon livre répond à tous ces critères et un excellent livre a de plus l'avantage d'être intemporel, de susciter le même intérêt des générations après son écriture. Salambo, de Flaubert, demeure pour moi passionant aujourd'hui.
Vu cette définition, je doute que "Toujours plus + = +" (que je n'ai pas lu), puisse pour moi constituer un bon livre et je suis certain que ce ne sera jamais un exellent livre.
Enfin, la qualité et l'intérêt d'un livre n'ont rien à voir avec le nombre d'exemplaires commercialisés lors des premières années de son impression.
HP Lovecraft a écrit d'excellentes nouvelles et de magnifiques romans qui n'ont pratiquement rencontré aucun écho lors de leur parution, au point qu'il mourut inconnu et dans la misère. Mais il avait écrit de bons livres, probablement même excellents. Il avait ouvert une voie qu'ont suivie bien des auteurs après lui, et il compte aujourd'hui nombre de fans alors qu'il décéda en 1937. Je parie sans aucun risque que Léna Situations sera totalement oubliée dans un siècle et que Frédéric Beigbeder ne sera plus lu et connu que de rares spécialistes en 2121.

Salutations
Aradigme

Marco

12/11/2021 à 20:06

Chouette commentaire. Une bonne lecture ,😀 Merci !

RandolphCarter

13/11/2021 à 16:03

En fait, H. P. Lovecraft a passé les dix dernières années de sa vie dans sa chère ville de Providence, et s'il était loin d'être riche, il ne vivait pas "dans la misère" ; il mangeait à sa faim, s'habillait décemment et faisait même quelques voyages dans la région. D'accord avec vous sur le fait que tout inconnu qu'il fût, il était un écrivain d'une certaine valeur, même s'il était obligé de "publier" dans des revues pour ceux qu'ils appelaient lui-même de "joyeux crétins". Mais ce que les Français ignorent en général, c'est que son œuvre la plus belle, la plus intéressante, d'un point de vue littéraire, c'est sa correspondance (qu'on estime entre 40 000 et 100 000 lettres). Lovecraft, contrairement à Léna machin ou Fred Begbetruc était une véritable écrivain, c'est sûr, mais plus encore un type extraordinaire, complètement décalé avec son temps.

SamSam

13/11/2021 à 19:17

Comme quoi, il faut toujours se méfier des infos...Comme tout un chacun j'ai cru que HPL avait fini sa vie dans la misère complète et la paranoïa totale. Et je n'avais pas connaissance de cette correspondance fournie et littéraire. Merci de nous avoir éclairé.
Où peut-on lire ces lettres, journaux personnels (?), s'ils ont été traduits (je ne lis l'anglais que sur des txts courts, genre articles) ?..

RandolphCarter

14/11/2021 à 10:42

Sans doute a-t-on préféré pointer une sorte de "paranoïa totale" comme vous dites pour faire passer les lubies et les idées de Lovecraft qui ne sont pas tout à fait conformes à la pensée dominante et obligatoire aujourd'hui... et ses admirateurs se sentent obligés de trouver des biais pour atténuer les opinions peu correctes de l'écrivain. Mais le lecteur intelligent peut aussi apprécier Lovecraft et sa personnalité tout en éprouvant certaines réserves pour ses idées. Il reste un type très attachant, un être extrêmement sensible et quelque peu paumé dans la modernité. Sur Amazon : "Ils sont tout ce qui me permet d'ouvrir les yeux le matin".

Tybalt

16/11/2021 à 13:02

Par la pensée "dominante et obligatoire d'aujourd'hui", vous voulez dire celle de Trump ? Celle de Zemmour ? Celle de Houellebecq ? Je ne cite que quelques-uns des réactionnaires fascisants qui se répandent ad nauseam dans les médias de masse. Zut alors, voilà que Lovecraft était réac et raciste comme eux. Ah, pas si "incorrect" que ça, finalement, pas si rebelle... mais tristement banal dans son conservatisme.

Moralité : on devrait lire... Clark Ashton Smith.

RandolphCarter

16/11/2021 à 14:46

Ouin ouin ouin... y avait longtemps qu'un hurluberlu n'avait pas sorti les gros mots qui font peur... Tout le monde sait bien que la "pensée dominante" c'est celle de zemmour et trump, qu'on martèle dans la presse subventionnée, celle de l'état, dans les écoles et à l'université... ha, mais peut-être n'avez-vous pas beaucoup fréquenté celle-ci, apparemment... Bon, pas besoin de discuter, il n'est pire aveugle que celui qui s'est arraché les yeux et qui avale la propagande de france-inter toute la journée...

Tybalt

16/11/2021 à 22:48

Ah, troll d'extrême-droite repéré ! Des insultes de niveau maternelle (réduire le propos de l'autre à "ouin ouin" ? Sérieusement, c'est tout ce que vous avez comme arguments ?) et des rumeurs anti-Etat bébêtes (l'Etat finance aussi Le Figaro mag', Valeurs actuelles et autres titres d'extrême-droite comme Rivarol, même s'ils ne se privent pas de ouinouiner en prétendant le contraire sur la fachosphère, sauf que les faits sont têtus). Journée ordinaire sur l'espace commentaire...

RandolphCarter

17/11/2021 à 09:27

Ah troll d'extrême gauche (pas besoin de tiret…) repéré !

"Sérieusement, c'est tout ce que vous avez comme arguments ?"
C'est sûr que de hurler à "l'extrême-drouate" dès qu'on ose montrer le moindre esprit critique, ça c'est de l'argument !

"Journée ordinaire sur l'espace commentaire... "
Comme vous dites…

Tybalt

17/11/2021 à 13:29

Vous vous contentez d'un "c'est çui qui dit qui l'est" tout aussi puéril, sans plus d'arguments et en feignant de ne pas voir votre violence verbale (qui caractérise les trolls, d'où ce nom que je vous accolais). Je vous laisse, je crois que vos parents ne sont pas loin de l'écran et que le quart d'heure d'Internet devra bientôt laisser place au cours de politesse.

RandolphCarter

17/11/2021 à 13:51

LOL ! La violence verbale, comme vous dites, c'est de jacasser comme un perroquet et de traiter tout le monde de fasciste ou de support de l'extrême droite ! Alors camembert vieil homme !

RandolphCarter

14/11/2021 à 18:47

J'ai envoyé une autre réponse mais qui s'est perdue dans l'éther… net. On peut trouver un petit ouvrage sur Amazon : "Ils sont tout ce qui me permet d’ouvrir les yeux le matin…" Ci-dessous, un exemple de courte lettre (qui n'est pas dans cet ouvrage) traduit rapidement :

"Providence
27 mars 1927
Cher M. Wandrei,
[…] C'est surement un sacré travail que de trouver quelqu'un intéressé par le fantastique. Je n'ai rencontré personne avant 1917, quand je tombai simultanément sur Cook & Loveman. Puis, par le biais de Loveman, j'ai connu Smith ; & me suis rapproché de Long. Par le biais de Weird Tales, je rencontrai le jeune August W. Derleth du Wiconsin (un étudiant de l'Université du Wis., première année, âgé de 17 ans) & Bernard Dwyer de l'État de New York – ceci est la liste complète de mon cercle gothique jusqu'à ce jour… J'écris exclusivement pour ma propre édification, parce que cela améliore et cristallise mes rêves que de les coucher sur le papier ; & bien que j'apprécie les aimables commentaires du petit nombre qui aime ma production, je ne suis absolument point perturbé ou déçu parce que la majorité se montre indifférente. Selon quelle norme pourrait-on s'attendre à ce qu'il en fût différemment ? C'est la reconnaissance franche et cynique des inévitables limitations des gens en général qui me rend absolument indifférent plutôt qu'activement hostile envers le genre humain. Elle peut aller au diable, pour ce que j'en pense – mais je ne suis même pas suffisamment concerné pour la repousser. Elle n'a pas besoin de moi et je n'ai pas besoin d'elle – sa seule utilité est de construire de singulières cités dont je me délecte un siècle ou deux après…
Très cordialement et sincèrement vôtre,
H. P. Lovecraft"

SamSam

14/11/2021 à 21:22

Merci Randolph...Effectivement, à la lecture de ta traduction, il apparaît que le cliché Lovecraft-cinglé est, du moins pour la majeure partie de son existence, infondé. Il apparaît comme un homme très sociable, attelé à son activité et tentant d'élargir son cercle de lecteurs et de personnes intéressantes pour lui.
"Ils sont tout ce qui me permet d’ouvrir les yeux le matin…", c'est le titre de l'ouvrage sur Amazon ?...

RandolphCarter

15/11/2021 à 10:13

Oui, c'est le titre. Je ne sais pas si on peut mettre des liens vers Amazon...

SamSam

15/11/2021 à 10:55

Pas trop fan d'Amazon...
J'ai trouvé ça sur la Fnac : https://livre.fnac.com/a2656045/Howard-Phillips-Lovecraft-Lettres-de-1929-Juillet-a-Decembre

RandolphCarter

15/11/2021 à 11:36

Amazon ou la Fnac...

https://www.amazon.fr/dp/B09JJCG81S

(je préfère la couverture…)

Tybalt

16/11/2021 à 13:07

Mouais. En substance, Lovecraft affirme qu'il écrit pour une élite éclairée en renvoyant la majorité qui ne le lit ou ne l'apprécie pas à sa supposée bêtise. Ce n'est qu'un topos aristocratique très ancien qu'on peut faire remonter à Sénèque ("Peu de lecteurs me suffisent, un seul me suffit, aucun me suffit", dans ses Lettres à Lucilius) et qui, en France, a été illustré notamment par Stendhal (qui disait écrire pour les "happy few")... et par pas mal d'autres.

Mais n'est-ce pas, au-delà d'un certain point, un moyen commode de se dispenser de la nécessité de se mettre à la portée de son lectorat et de s'intéresser aux gens ?

Quant à Beigbeder et Léna, je ne lis ni l'un ni l'autre, ce qui les mettra d'accord. Trop publicitaires pour moi, ces deux-là. Il y a beaucoup d'autres livres à lire.

RandolphCarter

14/11/2021 à 18:50

J'ai traduit trop vite et mélangé "genre humain" et "humanité" ; lire : "…envers le genre humain. Il peut aller au diable, pour ce que j'en pense – mais je ne suis même pas suffisamment concerné pour le repousser. Il n'a pas besoin de moi et je n'ai pas besoin de lui…

Valdiers

16/11/2021 à 09:11

Malheureusement la communication de Lovecraft a été détruite dans sa majorité. Il avait toutes ses lettres et bcp de ses nouvelles dans une malle et la malle à soit disparue, sois été disparu, je ne me souviens plus.
Après deux choses sur Lovecraft. Sa misère est un mythe. Il n’a jamais eu à travailler (hors écriture) de sa vie. Sa femme et sa modeste fortune l’ont fait vivre. Deuxièmement, il faut profiter des temps actuels pour lire Lovecraft car la censure “cancel culture” arrive a grands pas. Plus en plus de ses nouvelles sont “bannies” et l homme lui-même est décrié a cause de son antisemitisme mais surtout de sa haine des noires.

Tybalt

16/11/2021 à 13:11

Pauvre Léna, voilà son article trusté par le club des lovecraftiens autovictimisants. Non, Lovecraft n'est pas menacé par une quelconque cancel culture, ni aux Etats-Unis, ni certainement en France, où il n'a jamais été autant édité, retraduit, étudié, adapté, pastiché, parodié ou prolongé selon tous les goûts. Sortez de votre bulle, lisez Epicure, travaillez à vous délester de vos peurs inutiles comme il le recommande, et ouvrez les yeux sur les véritables raisons de s'inquiéter, qui tiennent bien plus à la montée des autoritarismes qu'à une quelconque censure des auteurs anciens.

Valdiers

16/11/2021 à 16:10

En voilà un qui a perdu une occasion de se taire. Quand Ellen Datlow et Renée Thomas Sheree condamne ouvertement Lovecraft, sa legacie est en danger. Si tu ne connais pas ces éditrices, sort de ta bulle et découvre le monde.

NAUWELAERS

16/11/2021 à 22:29

Tybalt,
La «cancel culture» s'attaque aussi bien à des auteurs et artistes anciens qu'à des modernes.
Les exemples sont légion et il suffit de s'informer, même via les médias n'appartenant pas à la Bollrésphère.
C'est un fait et inutile de se voiler la face.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

16/11/2021 à 22:22

Mitsouko quel commentaire sexiste (lol) !
Selon cet auteur, ne pas adhérer à cette culture du vide de Lena Situations (une jeune femme), c'est nécessairement faire preuve de sexisme.
Si un auteur juif est malmené par un critique, il s'agit donc d'antisémitisme.
Etc.
Toujours cette déformation (anti)intellectuelle exaspérante visant à créer un confusionnisme idéologique malhonnête et hors de propos.
«In Cauda Venenum»: l'auteur de cette rubrique précise que Lena Situations vend deux fois plus que Beigbeder (pour un livre respectif de l'un et l'autre du moins).
Cela situe le niveau de l'argumentation au ras des pâquerettes, ou disons du bitume, eu égard à la joliesse de ces petites fleurs humbles et charmantes.
Dans ce cas, le dernier essai de Zemmour qui cartonne doit être considéré comme un chef-d'oeuvre, selon ce type de brillant raisonnement...
La modernité: oui, quand elle offre maintenant le visage et l'ébouriffant talent du vainqueur du prix Goncourt non galvaudé, Mbougar Sarr.
CHRISTIAN NAUWELAERS

A

12/11/2021 à 17:18

Mais qui sont ces pauvres gens qui ont besoin d’influenceurs ? qui se laissent influencer ?
Qui sont ces influenceurs ? Quelle est leur légitimité ? Ils influencent qui ?
Quel est l’interêt des médias de nous relayer ces baragouinages stériles ?
Stop à toutes ces manipulations.
Nous sommes assez grands pour penser par nous mêmes, non ?
Ah bon… pas tout le monde ?

Dominique

13/11/2021 à 06:09

De tout temps, nous avons suivi des prescripteurs.
Rien de nouveau avec ça.

SamSam

14/11/2021 à 21:26

Bof, y a boie et à mange, comme partout... Plutôt qu'influence, il faut les prendre comme infos. On garde ce qui nous intéresse et le reste non. C'est en ça que les réseaux sont intéressants, il me semble. Après, l'adulation, la polémique ad nauseam, ça n'apporte pas grand-chose dans la construction d'un savoir, d'une autonomie de la personne. Même si on peut se laisser aller à des commentaires dans ce sens. Humain, trop humain...

Tybalt

16/11/2021 à 13:17

Je vous rejoins : la polémique ad nauseam n'est pas seulement usante, elle est stérile. A moins de donner lieu à des chefs-d'oeuvre d'argumentation et de style, mais ça met la barre un peu haut pour les deux auteurs concernés.

Personnellement, je trouve que Beigbeder sert plutôt bien la soupe au livre de Lena. Une polémique fait vendre. En avait-elle besoin ?

RandolphCarter

16/11/2021 à 09:43

"Malheureusement la communication de Lovecraft a été détruite dans sa majorité." Rassurez-vous, il reste des milliers de lettres, assez en tout cas pour quatre gros volumes déjà parus (en anglais)

Si, il a quand même dû travailler un peu ; dans les années 1920, il faisait de la "révision" de textes pour d'autres auteurs.

Il ne "haïssait" pas les gens de couleur ; le mot haïr cadre mal avec sa personnalité. Bien qu'athée et non chrétien, il se faisait un devoir de ne pas laisser la haine avoir la moindre emprise sur lui. En revanche, il détestait ce que devenait l'Amérique : un monde multiculturel et multiracial qui prenait peu à peu la place du vieux monde qu'il aimait. C'était un rétrograde, un conservateur, un réactionnaire. Il aimait le monde d'avant et ne voyait dans celui qui venait que les scories détestables : invasion ethnique, métissage, perte des valeurs traditionnelles, laideur de la modernité, abrutissement de la foule par la presse (pas encore covidée et vaccinée à outrance pourtant), imbécillité du système démocratique. Quant à son antisémitisme, il était assez relatif pour avoir épousé une juive et aussi parce qu'il pointait, non pas les juifs dans leur globalité, mais un certain type seulement, un peu caricatural d'ailleurs. En fait, Lovecraft était une sorte de xénophobe attaché frénétiquement aux caractéristiques de sa culture et de sa "race" (et il ne se choquait pas que les autres, les étrangers, ressentissent la même chose à son endroit) et il craignait avant tout la dilution. Ceux dont il se méfiait avant tout, c'était les asiatiques, les Chinois principalement, mais tout le monde en prend pour son grade : extrait d'une lettre de 1927 : "Eh bien, c’est le fait le fait d’avoir vécu à New York pendant deux ans ! Je n’aurais pas pu ressentir cela (même si mes conceptions abstraites étaient les mêmes) en 1923 ou avant, et même maintenant, ce sentiment s’estompera probablement d’ici un an environ – d’autant plus qu’en Nouvelle-Angleterre, nous avons nos propres malédictions locales (bien qu’elles n’encombrent pas autant le paysage !) sous la forme de Portugais simiesques, d’indescriptibles Italiens du Sud et de Canadiens français jacasseurs. En gros, notre malédiction est latine comme la vôtre est sémitico-mongole, celle du Mississippien africaine, celle du Pittsbourgeois slave, celle de l’Arizonien mexicaine et celle du Californien sino-japonaise. Et donc, pour citer une décourageante pièce littéraire hébraïque : Amen !"

Tybalt

16/11/2021 à 13:15

Allons donc, un antivax, maintenant. De la part d'un fan de l'auteur de "Herbert West, réanimateur", qui s'adonnait à une médecine autrement plus risquée, c'est croquignolet.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

“Quand la culture ne soutient plus le peuple, alors il se soumet”

Que reste-t-il d’un être, à sa disparition ? Il reste les souvenirs communs, les photographies, les objets qui ont émaillé sa vie et témoignent pour l’absent, comme autant de preuves de son ancienne présence. De la même façon, si la culture d’un pays venait à disparaître, quels vestiges survivraient à cette absence ? Ceux-ci formeraient-ils un socle suffisant pour qu’un peuple y prenne encore appui ? Par Alexandra Koszelyk, auteure de L'Archiviste (ed. Aux Forges de Vulcain).

04/10/2022, 12:18

ActuaLitté

Louis Pasteur, ou comment la vaccination fit “rage”

Paola Nicolas publiera ce 6 octobre Les Enragés, un ouvrage retraçant les recherches de Louis Pasteur autour d’un vaccin contre la rage. Un premier roman qui éclaire le présent, à la lumière du passé, alors que les débats demeurent houleux autour de la vaccination contre le Covid-19. L'autrice revient sur son projet, dans un texte proposé à ActuaLitté.

26/09/2022, 12:40

ActuaLitté

“Nous luttons contre la malnutrition culturelle des enfants”

Chaque année, l’association Lire et Faire Lire sollicite des structures d’accueil où se rendront les bénévoles pour des séances de lectures aux plus jeunes. Et chaque année, de nouveaux bénévoles rejoignent l’organisme, donnant de leur temps pour partager le goût et le plaisir des livres. 

03/09/2022, 11:54

ActuaLitté

Les bibliothécaires, héros méconnus ? Un hommage en images

Que ferait-on sans les bibliothécaires ? Illustré par Denis Renard, illustrateur et auteur BD qui vit près de Caen, en Normandie, ce court album disponible en trois langues est dédié aux bibliothécaires du monde entier. Il fait suite à notre hommage récemment publié dans ActuaLitté.

29/08/2022, 14:50

ActuaLitté

Editions AFITT : “La mort est véritablement notre métier”

Depuis 11 ans, AFITT publie un ensemble d’ouvrages techniques dédiés à la formation des spécialistes de la mort que l’on nomme « thanatopracteurs ». Et il faut reconnaître, toute plaisanterie mise à part, que la mort leur va si bien... Pour cette rentrée, l'éditeur a mandaté un Charon, pour aborder les rives de la fiction. Il a choisi ActuaLitté pour l'annoncer, et exposer leur projet. Mais pas que... 

25/08/2022, 12:20

ActuaLitté

La voix d’Ahmet Altan est immortelle

Les vacances sont un moment propice à la lecture et aux livres : l'afflux de temps libre ouvre de nouvelles perspectives, multiples. L'occasion de lâcher prise, mais aussi de sortir de ses habitudes en matière de littérature, d'explorer des sentiers méconnus... Sur son lieu de vacances, Henri Mojon, président des Éditions du Net, a ainsi fait une rencontre inattendue... et inoubliable.

12/08/2022, 16:58

ActuaLitté

Hommage au bibliothécaire, héros des temps modernes

Que ferait-on sans les bibliothécaires? Le/la bibliothécaire a un rôle charnière dans le monde du livre, preuve que les vrais héros des temps modernes sont rarement ceux que l’on croit. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner? 

16/07/2022, 12:52

ActuaLitté

Le wokisme, un « isme » de trop ?

Apparu principalement sur les campus américains des universités de l’Ivy League aux abords des années 2010, ce que l’on nomme désormais communément « le wokisme », a désormais franchi les frontières d'outre-Atlantique pour progressivement s’implanter dans toute l’Europe, y compris en France.

25/06/2022, 15:49

ActuaLitté

Cinq raisons de ne pas doter les bibliothèques d'une enseigne nationale

Faut-il une enseigne pour les bibliothèques publiques ? L’enfer est pavé de bonnes intentions, et le paradis d’opinions contraires. David-Jonathan Benrubi, directeur du Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole, s'interroge. À plus d'un titre. Ou cinq bonnes raisons de froncer les sourcils...

23/06/2022, 15:51

ActuaLitté

“L’auteur et son casier judiciaire”, par Éric Pessan

Voilà quelque temps déjà, une association qui voulait m’inviter pour des ateliers d’écriture a demandé à un libraire s’il était d’accord pour organiser, un soir, une rencontre-signature autour de mes livres. Réponse du tac au tac du libraire : « Pessan ? Bien sûr. » Puis, quelques jours plus tard, rétraction du libraire, trop occupé en cette période pour pouvoir organiser la soirée. Par Éric Pessan

20/06/2022, 11:37

ActuaLitté

Raccord(s) : une vision “farouchement indépendante du métier d’éditeur”

L’association des Éditeurs associés a été créée en 2004 par un groupe d’éditeurs ayant en commun une vision qualitative et farouchement indépendante du métier d’éditeur, afin de promouvoir collectivement leurs catalogues respectifs. Cette mutualisation se traduit par des actions organisées en librairie, en bibliothèque ou sur des salons. Le point commun de ces propositions est de se construire à partir de et avec le livre et la lecture, en s’adressant autant au grand public qu’aux professionnels. En cela, le festival est emblématique des événements organisés par l’association.

17/06/2022, 13:45

ActuaLitté

Vaccin anti-Covid : les effets boomerang

Ndlr : Ce texte est proposé en tant que témoignage émanant d’un auteur, faisant état de ce qu’il considère comme l’incidence de la vaccination sur son état de santé. Il atteste autant d’une douleur que d’un drame personnel, dont on comprend qu’ils soient vécus avec crainte et appréhension. S’il devient nécessaire de rappeler que la peur entraîne des réactions parfois irrationnelles, elle peut aussi engendrer une colère qui n’en est pas moins compréhensible. Si le propos semble excessif, c’est qu’il reflète plus la détresse d’une personne que sa volonté d’apporter de la confusion dans un débat où la prudence doit demeurer la ligne de conduite. Proposées dans nos colonnes pour garantir une diversité de l'expression, les humeurs et tribunes publiées n'engagent pas la rédaction, pas plus qu'elles n'expriment l'avis de ses membres.

22/05/2022, 15:59

ActuaLitté

“La Comédie du Livre – Dix jours en mai continue d'écrire son histoire”

Imaginée au milieu des années 80 par des libraires qui rêvaient de rencontres au grand air, la Comédie du Livre à Montpellier a connu, au cours des 37 dernières années, de nombreuses métamorphoses. Attentive à l’évolution des pratiques, à celle des attentes du public, des autrices et auteurs, des libraires, des éditeurs, la manifestation a su se réinventer régulièrement, étoffer sa programmation, accueillir des écrivains venus du monde entier. Par Régis Penalva Directeur littéraire et artistique.

19/05/2022, 11:27

ActuaLitté

Écrivains : de joyeux lurons aux espoirs aussi hauts qu’un gratte-ciel

Le Graal dans l’édition, c’est d’être publié dans une maison d’édition respectable ni à compte d’auteur, encore moins sur Amazon. Certes, ils sont légions à voir leur manuscrit refusé, et par paresse souvent, ou par urgence, se précipitent tels les figurants de la littérature. Ils ne risquent pas pour la plupart d’en devenir les acteurs. Il faut choisir. Quant au Graal, on finit par l’oublier, on veut tout, le beurre, l’argent du beurre, la fermière et sa ferme. Par Gilles Paris.

16/05/2022, 13:04

ActuaLitté

“Il est possible de proposer de nouvelles expériences littéraires”

Les genres de l’imaginaire se prêtent extrêmement bien au transmédia. Voilà longtemps que le Japon l’a compris – un peu moins longtemps que manga et anime sont acceptés comme d’authentiques véhicules culturels en France. Voilà longtemps, aussi, que les pays anglo-saxons nous abreuvent de films, de jeux vidéo, de romans tirés de licences, quand ce n’est pas l’inverse. Par l’équipe Pangar Studio.

10/05/2022, 17:46

ActuaLitté

“Ainsi disparaît cette sagesse de ne plus avoir de guerre sur le continent européen”

UkraineUnderAttack – Le Pen club français poursuit ses attaques et déclarations contre le régime de Vladimir Poutine. Cette fois, c'est en citant Léon Trotski que l'organisme de défense de la liberté d'expression, accompagne ses réflexions. « Peut-être ne vous intéressez-vous pas à la guerre, mais elle s’intéresse à vous. » Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

                                                                                                          

26/04/2022, 08:00

ActuaLitté

Marine Le Pen, “des pressions inédites et dangereuses” sur la presse

Ce 24 avril interviendra le second et dernier tour de l’élection présidentielle. Face à face, un revival de 2017, avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Or, le PEN Club français manifeste dans nos colonnes différentes préoccupations en regard du traitement de la presse. Et du travail de journaliste.

15/04/2022, 11:54

ActuaLitté

“Les auteurs sont peut-être tous narcissiques, mais pas à Metz !”

LAM2022 – La romancière Fabienne Jacob comptera parmi les invités du festival Le Livre à Metz, qui se déroulera du 8 au 10 avril 2022. Partenaire de l’événement, ActuaLitté donne aujourd’hui la parole à l’auteure, qui entretient avec l’événement une relation forte. Et plus largement encore, avec la ville elle-même.

01/04/2022, 10:34

ActuaLitté

“Mon premier amoureux était Charles Bronson”

J’avais prévu de l’épouser pour mes 10 ans. Ses beaux yeux un peu bridés me laissaient croire que j’avais une chance, vu que j’avais les mêmes. Mais en moins bleus. Et en moins beaux, aussi. Steve McQueen, je savais que c’était sans espoir. Par Nébine Dominguez.

25/03/2022, 15:57

ActuaLitté

La Russie en guerre contre l'Ukraine, ou Ivan le Terrible vs Woody Allen

UkraineUnderAttack – Voici un texte rédigé par l'écrivain Emmanuel Ruben, agrégé de géographie et ancien directeur de la maison Julien Gracq. À l'occasion d'un colloque consacré à l'Ukraine, il a proposé la lecture de ce récit devant quelque 300 étudiants réunis à l'université Lyon 3, sur le campus de la Manufacture des tabacs (Lyon 8e). Il nous l'a fait parvenir.

25/03/2022, 14:21

ActuaLitté

“Dans quel secteur, la difficulté est-elle si mal rétribuée ? Aucun.”

Je suis autrice jeunesse. Cette année, je vais écrire six livres pour les 8-12 ans et 3 histoires pour la presse, tous déjà programmés pour publication. De ce travail, je ne vais même pas retirer un SMIC par mois : 80 % pour être exacte. Car je ne toucherai en moyenne que 5 % du prix de vente de mes livres, soit moins que ce que l’État prélève en TVA ! Pourtant c’est long et dur d’écrire : aujourd’hui sur 6000 manuscrits, seul un livre finira en librairie. Par Élisa Villebrun.

22/03/2022, 09:00

ActuaLitté

Mon travail d'auteur ? “J’écris vite. Je compte bien. Et le compte n’y est pas”

J’écris vite. Je compte plutôt bien. Hier j’ai produit 2 chapitres de ce roman jeunesse que je dois rendre en mai. Dix pages, donc. Il en comptera entre 400 et 450. À ce rythme-là, il me faudra 40 jours de travail – mettons deux mois, avec les ouikends – pour le terminer. Bon, je ne compte pas le temps de recherche ni celui des corrections ; c’est un métier passion, ou pas ? Par Manu Causse.

21/03/2022, 10:50

ActuaLitté

Plus facile de négocier avec Deliveroo : “Serait-il temps d’ubériser le SNE ?”

Je suis auteur. Je ne suis pas du sérail, mon cercle familial n’a aucun lien avec le monde du livre, et comme beaucoup, je n’ai longtemps eu qu’une idée vague de ce qu’est un auteur, son quotidien et ce qu’implique son travail. Lorsque j’ai publié mon premier ouvrage en 2019, j’ai déchanté. Par Thomas Fouchault. 

19/03/2022, 10:54

ActuaLitté

“Moi, je voulais juste écrire“ : les auteurs face au déni du SNE 

En refusant de signer un protocole d’accord portant sur de nouvelles négociations, le Syndicat national de l’Édition a mis un terme à dix mois de négociations autour de la rémunération des auteurs. Ces derniers, malmenés par cette décision, exhortent le Ministère de la Culture à lancer sans plus attendre la mission sur la rémunération. Et ce, avant que Roselyne Bachelot ne doive respecter son devoir de réserve, qui débute dans un peu moins de 7 heures... 

18/03/2022, 17:13

ActuaLitté

“Quelle connerie, la guerre”, ou une sombre histoire de titre

Vincent Courcelle-Labrousse vient de publier aux éditions Slatkine & Cie Vivement la guerre qu’on se tue – un roman orienté noir, voire policier, évoquant la France des années 70, et la guerre d’Algérie. Mais en période de conflit ukrainien, il est des mots, comme le disait Cyrano de Bergerac, « dont on ne parle pas plus que de cordon dans la maison d’un pendu ». Le romancier nous livre sa vision des choses…

15/03/2022, 15:38

ActuaLitté

Pourquoi promouvoir l’édition inclusive ? “Le niveau n’est pas satisfaisant” (3/3)

Dans l'ouvrage Inclusi(·f·v·e·s). Le monde du livre et de l'écrit : quelles diversités ?, les auteurs n'ont pas voulu s'arrêter au stade du constat. Nous avons voulu montrer, comme le prouvent les témoignages réunis ici, que des solutions très concrètes existent, que des initiatives positives sont en place, que des acteurs et actrices de la chaîne du livre œuvrent pour une meilleure inclusion de toutes et tous dans la production et la réception d’écrits. Que c’est possible. Par Étienne Galliand.

01/03/2022, 11:42

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction, de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

À la recherche de Marcel Proust, tome après tome  

2022 ne marque pas seulement le centenaire de la naissance de Jack Kerouac, mais également de la mort d’un des géants du XXe siècle, Marcel Proust. Après le Musée Carnavalet ou encore le Musée de l’Histoire du Judaïsme, la BnF propose une exposition autour de l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleur. Près de 350 pièces sont réunies – inédits jamais révélés au public, tableaux de grands maîtres ou robes somptueuses prêtées par le Palais Galliera. 

11/10/2022, 14:25

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55

ActuaLitté

Access+, le studio d'Asmodee, inaugure sa gamme de jeux accessibles

Trois titres phares de l'éditeur Asmodee sont désormais proposés aux personnes touchées par des troubles psychiques et cognitifs. Grands et plus petits, personnes dys et neuroatypiques retrouveront chez le studio de jeux de société Access+ trois titres retravaillés en ce sens : Dobble, Timeline et Cortex challenge. En avant !

05/10/2022, 12:14

ActuaLitté

Lire en Poche : “Observer et appréhender des fragments d'un monde”

#LireEnPoche22 – Dans quelques jours s'ouvrira le festival Lire en Poche, à Gradignan – trois journées de rencontres et de festivités autour des petits formats. Le commissaire général de l'événement, Lionel Destremau, aborde cette 17e édition avec prudence et optimisme. Entretien.

05/10/2022, 11:32

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25