#Edition

De Léna Situations à Beigbeder : les nouveaux critères de la qualité littéraire

Vous souvenez-vous ? Il y a un an, la YouTubeuse Lena Situations publiait Toujours plus + = +. Son livre connut un grand succès (355.308 exemplaires, donnée Edistat) et Frédéric Beigbeder écrivit une chronique épicée qui indigna les fans de la jeune plume. Pendant quelques jours, le chroniqueur fut moqué, considéré comme un homme de l’Ancien Monde qui ne supportait pas qu’une influenceuse puisse être n° 1 des ventes. Une interprétation facile, simple variation sur le thème du vieux con contre le jeune con. Par Arthur Constance.

Le 11/11/2021 à 10:20 par Auteur invité

34 Réactions | 708 Partages

Publié le :

11/11/2021 à 10:20

Auteur invité

34

Commentaires

708

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Il n’en est rien. Après avoir lu le livre Les Barbares d’Alessandro Baricco (Gallimard, trad. Françoise Brun et Vincent Raynaud), une autre interprétation saute aux yeux. Le différend Léna Situation/Frédéric Beigbeder ne relève pas du conflit de générations, mais du critère d’appréciation d’un livre, il en est même un cas d’école.

Qu’est-ce qu’un bon livre ?

Oh ! Des réponses à cette question, il en est des centaines. Il existe même des métiers censés guider les lecteurs, les conseillers vers les bons livres ; libraires, critiques, bibliothécaires… et ça tombe bien, Frédéric Beigbeder est l’un d’entre eux.

Pour ces gens, quels sont les critères pour juger de la qualité d’un livre ? L’émotion ? Le sujet ? Le style ? Les références ? L’intelligence ? Tout cela, nous explique Baricco, c’est la même chose. Oui, tous ces critères sont des critères de profondeur, dont une bonne partie est propre à la littérature.

Rappelons les premiers mots de Beigbeder (chronique Figaro, réservée aux abonnés) :

« Léna Situations est le Pseudonyme de Léna Mahfouf. Sans doute un hommage inconscient à Jean Paul Sartre qui publia chez Gallimard dix tomes de Situations entre 1947 et 1976 […]. Il est aussi possible que son nom fasse allusion au situationnisme de Guy Debord, tant son livre exploite les règles définies dans la société du spectacle. Quand au titre, Toujours plus, il est plagié sur un best-seller de François de Closet qui critiquait l’oligarchie française. »

Quel est son grief ? Souligner l’absence de références, l’absence de profondeur. Ce n’est pas du name dropping uniquement pour s'affirmer intelligent et cultivé : il reproche à la jeune plume son écriture hors du temps, sans racines littéraires.

Poursuivons la lecture...

« Son unique message, martelé à chaque page est une équation mathématique inspirée de la tête à Toto : “+ = +”. En langage situasionnesque, cela se traduit par : “NON à la déprime (…) OUI au positif.” […] La forme de son guide de conseil aux millenials imite celle des “self-help-books”. Le modèle du genre […] est La magie du rangement, de Marie Kondo : une Japonaise qui explique comment ranger sa chambre. »

« La tête à Toto », « apprendre à ranger sa chambre », la simplicité du livre déconcerte Beigbeder qui ira jusqu’à écrire : « Son inculture assumée rend toutefois sa lecture angoissante. Cette jeune femme est la preuve que le système éducatif français a perdu une bataille contre Facebook. »

Oui, Beigbeder se moque. Oui Beigbeder devient hautain, prétentieux, paternaliste et tout ce que vous voulez. Mais dans le fond, il n’a pas tort : Lena Situations ne se positionne pas comme écrivaine et revendique une certaine simplicité dans son approche de la littérature. [Ndlr : Elle pourrait par ailleurs ne pas connaître une partie des auteurs cités – quoique cette arrogance du chroniqueur tienne tout de même d'un fameux machisme.]

Est-ce grave ? Peut-on écrire sans avoir lu ? Peut-on écrire sans connaître l’histoire de la littérature ? peut-on écrire sans avoir cherché à creuser dans la littérature, approfondi ses connaissances littéraires. En une phrase : la littérature est-elle le critère de qualité littéraire ?

Frédéric Beigbeder dit non. Léna Situations écrit, elle dit oui.

Nous savons pourquoi Beigbeder dit non. Intéressons-nous aux raisons qui poussent Léna à dire (indirectement) oui. Et pour cela, le livre d’Alessandro Baricco : Les Barbares, essais sur la mutation va nous aider.

Le livre sans littérature

Vous vous en doutez très certainement ; si la qualité d’un livre ne réside pas dans la littérature, c’est donc qu’elle se situe ailleurs. Alors, où ?

Dans le mouvement, dans la séquence, nous dit Baricco. Un livre doit être un élément inclus dans une séquence plus vaste dont il n’est qu’un point de passage et qui contribue à apporter du mouvement, de l’énergie à cette séquence.

« Pour les barbares, la qualité d’un livre réside dans la quantité d’énergie que ce livre est en mesure de recevoir d’autres narrations, avant de la reverser dans d’autres narrations. Si dans un livre passe une grande quantité de monde, c’est un livre à lire. En revanche, même si le monde entier est dedans, mais immobile, sans communication avec l’extérieur, c’est un livre inutile. » (p. 94)

Tout cela est un peu compliqué, j’en ai conscience. Pour comprendre, revenons à Léna Situations et son livre.

Léna est « YouTubeuse influenceuse lifestyle », cela signifie qu’elle gagne sa vie grâce à la publication de contenus sur internet (YouTube, Instagram…) en rapport avec la mode et la beauté. Elle publie régulièrement des Vlogs (équivalent d’un billet de blog au format vidéo) dans lesquels elle partage sa vie avec ses spectateurs.

Pour raccorder avec la théorie de Baricco, on pourrait considérer que tous ses Vlogs forment une séquence composée de divers éléments : le déménagement, les voyages et, le livre. De ce point de vue, le livre de Léna Situations n’est donc qu’un élément parmi d’autres. Et de ce point de vue, est-il bon ?

Ça, je ne peux pas le dire. D’une part, car je ne l’ai pas lu, d’autre part car ce n’est pas le sujet de ce billet (nous nous attachons au critère de jugement, pas au jugement en lui même), et surtout, parce que même en le lisant, je ne serai pas capable de le qualifier de bon ou de mauvais. Souvenez-vous : un bon livre est un livre à travers lequel passe une grande quantité de monde, un livre qui s’inscrit dans une séquence. Et à moins de connaître le travail de Léna Situations, de regarder ses Vlogs, de la suivre sur les réseaux, il est difficile de juger de la quantité de monde passant par son livre.

En revanche, on sait qu’il s’est très bien vendu, et que l’article de Beigbeder a engendré une nouvelle narration : la réaction des fans contre Beigbeder puis le passage à la télévision de Léna. Paradoxalement, la virulente critique de Beigbeder a augmenté la valeur du livre qu’il dénonçait.

Barbares?

Oui, le terme peut choquer, mais il est à relativiser. Par Barbare, Baricco désigne une nouvelle catégorie de personne, une sorte « d’espèce sociale », dont les comportements seraient radicalement différents des comportements traditionnels. Le Barbare a un rapport au monde différent, dans tous les domaines, et donc également dans la littérature. Il évite de traiter un sujet en profondeur, de descendre, de l’aborder dans sa verticalité, à laquelle il préférera l’horizontalité. Son espace est celui de la surface, de la séquence.

Il ne faut voir dans cette terminologie qu’un clin d’œil à l’histoire. Les barbares ont saccagé Rome, certes, et d’un certain point de vue, on peut considérer que les nouveaux barbares vont saccager la littérature, mais Baricco nous rappelle qu’il fut un temps où ce qui est aujourd’hui appelé la grande littérature, la littérature de qualité (c’est-à-dire le roman bourgeois) fut considérée comme barbare elle aussi. Du point de vue historique, une chose est sûre : barbarisera bien qui barbarisera le dernier.

Si cette idée vous plaît, je vous invite vivement à lire le livre d’Alessandro Barrico, ou à consulter les articles que j’ai publiés à ce sujet (plus centrés sur le livre et l’écriture). Je vous mets tout de même en garde, après une telle lecture : vous risquez de voir des Barbares partout, mais heureusement, sans gourdin.

[Ndlr : La Bibliothèque de survie, dernier ouvrage de Frédéric Beigbeder présentant une bibliothèque idéale de 50 ouvrages, est sorti en mai dernier, avec 6515 ventes cumulées. L’essai de Baricco, en revanche, publié en octobre 2014, a réalisé 12.056 ventes. Dont acte.]

crédit photo : Siora Photography, Raquel Martínez/ Unsplash

 
 
 
 
 

Lena Situations Robert Laffont
Toujours plus. Ma méthode + = +
24/09/2020 152 pages 19,50 €
Scannez le code barre 9782221247884
9782221247884
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Alessandro Baricco trad. Françoise Brun, Vincent Raynaud Editions Gallimard
Les barbares. Essai sur la mutation
30/10/2014 223 pages 19,90 €
Scannez le code barre 9782070131693
9782070131693
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Frédéric Beigbeder Observatoire Editions de l'
Bibliothèque de survie
05/05/2021 176 pages 18,00 €
Scannez le code barre 9791032920466
9791032920466
© Notice établie par ORB
plus d'informations

34 Commentaires

 

L' albatros.

11/11/2021 à 11:43

Sans aucun doute, on peut écrire à chaud, sans bagages.

Car c'est l' expression qui importe , ce que l'on exprime: 'sujets ' ou enjeux.
Après vient la question de l' Expressivité de ce que l' on exprime, et là, extrêmement difficile d' intensifier son expression, en dehors d' un minimum de modèles, pris ou non dans la littérature.

Les unités referentielles: dans le discours littéraire, la place de la narration et de la description, leurs modalites: monologues, narrateurs en dehors de l' histoire, dedans, contrepoints, style indirect libre, style indirect.

Ou recits-- descriptions, et même registre-- scripteur hors recit( biographie, chroniques, histoire, reportage), dedans: témoignages, interviews).


On demeure dans les registres de la discursivité littéraire, on est jamais hors sol.

Il y a la notion de qualité du développement, de sa consistance.





En tout premier lieu.

L' appartenance ou non aux genres et formes dites ' litteraires' , instituées et reconnues, c ' est une autre histoire.

C est le bagage.

Ludiquement detourné depuis longtemps, démarqué, résilié, effacé.

Sans que rien n' en vienne à s' instituer.


L' etat de fait , aujourd'hui: la totale decomposition de ce qui fut le statut de la littérature, et la littérature elle meme comme champ anthropologique de l' expression langagiere.

Le reste est academisme, survie mortifiante.



C est la situation même d' une inauguration, c est a dire de la possibilité d' un autre commencement, dans le changement radical d' epoque.

Dominique

12/11/2021 à 08:23

Blagues à part: dans une société de marchés, ce qui fait un bon livre dépend de la notoriété de l'auteur, pour celui ou celle-ci, ou la capacité à le rendre, lui ou son sujet, bankable, de cela dépend le retour sur investissement, important pour l'éditeur.
Quand aux lecteurs, il suit soit ses a priori, soit ce qu'on lui prescrit.
Ce n'est pas si compliqué (quoique...).

SamSam

12/11/2021 à 10:04

C'est qui, "l'auteur invité" ?
Mise en abyme. On creuse un peu plus dans le déversoir des mots sans intérêt autre que faire VENDRE. C'est toute l'ambition, naturellement, d'Actualitté, avec un nappage "littérature de qualité".

". Souvenez-vous : un bon livre est un livre à travers lequel passe une grande quantité de monde, un livre qui s’inscrit dans une séquence."
Ca veut rien dire en soi, maîs ça fait bander le critique littéraire qui voit là un mâitre à rebondir bientôt jusqu'au Masque et la Plume.
Ca veut rien dire d'autres que "quantité de monde" et "séquence". Etre critique littéraire invité et/ou rémunéré c'est faire entrer de force un monde dans une architecture de com, grace à des expression connotées large, comme celles-là.

Ce qu'il faut dire, pour ce que j'en ai à foutre, c'est que Barrico invente après Debord. Il invente le faux performatif. Le faux actuel est universel, donc, comme dit l'auteur invité, faut s'y mettre, y a pas.
Le vrai est universellement périmé, donc faut larguer. On se rue sur les bibs, les bouquinistes.
Barrico écrit des livres en italien facile pour dire qu'il faut lire les livres difficiles, tout en sachant les balancer au fond de sa bibliothèque, parce que l'écologie, ça va un peu. Ce qui distingue l'homme de l'animal, ce n'est pas feindre, mais feindre de feindre. Barrico écrit des livres bien aérés, rapides à lire, vierge de tout malaise apparent.

Beigbeder comme représentant de la grande, de l'ancienne, communautés des lecteurs de la littérature profonde. Je ris, je pouffe. Mister 99 entretient une querelle ancienne avec Chevillard. En gros que lui reproche-t-il ? Eh bien Eric Chevillard, chez Minuit... ne vend pas.

Marco

12/11/2021 à 10:36

Ce n'est plus le livre qui rend l'auteur "célèbre". Il doit l'être avant, peu importe le moyen ou le domaine, et peut ensuite publier. Ce n'est pas nouveau... mais c'est de plus en plus fréquent, et ça prend de la place sur les tables des librairies. Si les jeunes lisent ? Mais oui. Nul besoin d'actions en faveur de la lecture. Les nouvelles stars s'en chargent en dispensant leurs bons conseils, auréolées d'une pseudo accessibilité face à leur public virtuel, mais bien réel, d'une bienveillance qui les conduit à partager leur savoir et leur (courte) expérience de la vie. Elles sont terriblement efficaces, redoutables en matière de communication, fondamentalement individualistes en donnant le sentiment d'être éminemment communautaires... et renvoient dans les cordes un écrivain enfant de la pub comme Beigbeder qui se pensait à l'abri de ce genre de déconvenues. Éditeurs, diffuseurs et libraires amazoniens (et pas que) se frottent les mains, les consommateurs consomment... le livre n'est depuis longtemps hélas plus épargné par l'opportunisme et la cupidité, deux critères qui déterminent aujourd'hui un genre littéraire croissant, que l'on pourrait nommer "récit personnel à fort potentiel commercial" pour le rendre plus présentable.

Mitsouko

12/11/2021 à 10:49

Pourquoi se poser la question? Léna c’est une blogueuse - et une influenceuse qui se spécialise dans la mode et l’art de vivre. Un « coaching » nouvelle manière avec suffisamment t de « suiveurs » pour que son livre soit un best-seller. Delphine de Vigan a très bien expliqué leur rôle dans son dernier roman. Qu’on se pose même la question de savoir si c’est de la littérature ou pas me semble absurde. Est ce que la question a été soulevée pour Raphaelle Giordano quand elle a vendu 2 millions d’ex de son coaching book déguisé en roman? Ce n’est pas parce qu’elle - Léna - a pris un titre qui nous interpelle immédiatement avec ses références desbordiennes que cela lui donne soudain des lettres.
Pour les critères je reviens toujours à Maupassant et ce qu’il attend d’un livre:
«  amusez moi/ attristez moi/ attendrissez moi/ faites moi rêver/ faites moi rire/ faites moi frémir/ faites moi  pleurer/ faites moi penser »

Et surtout émerveillez moi par une langue qui m’étonnera et m’enchantera à mesures égales.

Mbougar Sarr répond à tous ces critères.

Aradigme

12/11/2021 à 17:35

Bonjour Mitsouko,

Je suis assez d'accord avec les critères de Maupassant que vous citez: « amusez moi/ attristez moi/ attendrissez moi/ faites moi rêver/ faites moi rire/ faites moi frémir/ faites moi pleurer/ faites moi penser »
J'y aurais ajouté personellement: "apprenez-moi" car je recherche aussi dans un livre des connaissances nouvelles.
Pour moi, un bon livre répond à tous ces critères et un excellent livre a de plus l'avantage d'être intemporel, de susciter le même intérêt des générations après son écriture. Salambo, de Flaubert, demeure pour moi passionant aujourd'hui.
Vu cette définition, je doute que "Toujours plus + = +" (que je n'ai pas lu), puisse pour moi constituer un bon livre et je suis certain que ce ne sera jamais un exellent livre.
Enfin, la qualité et l'intérêt d'un livre n'ont rien à voir avec le nombre d'exemplaires commercialisés lors des premières années de son impression.
HP Lovecraft a écrit d'excellentes nouvelles et de magnifiques romans qui n'ont pratiquement rencontré aucun écho lors de leur parution, au point qu'il mourut inconnu et dans la misère. Mais il avait écrit de bons livres, probablement même excellents. Il avait ouvert une voie qu'ont suivie bien des auteurs après lui, et il compte aujourd'hui nombre de fans alors qu'il décéda en 1937. Je parie sans aucun risque que Léna Situations sera totalement oubliée dans un siècle et que Frédéric Beigbeder ne sera plus lu et connu que de rares spécialistes en 2121.

Salutations
Aradigme

Marco

12/11/2021 à 20:06

Chouette commentaire. Une bonne lecture ,😀 Merci !

RandolphCarter

13/11/2021 à 16:03

En fait, H. P. Lovecraft a passé les dix dernières années de sa vie dans sa chère ville de Providence, et s'il était loin d'être riche, il ne vivait pas "dans la misère" ; il mangeait à sa faim, s'habillait décemment et faisait même quelques voyages dans la région. D'accord avec vous sur le fait que tout inconnu qu'il fût, il était un écrivain d'une certaine valeur, même s'il était obligé de "publier" dans des revues pour ceux qu'ils appelaient lui-même de "joyeux crétins". Mais ce que les Français ignorent en général, c'est que son œuvre la plus belle, la plus intéressante, d'un point de vue littéraire, c'est sa correspondance (qu'on estime entre 40 000 et 100 000 lettres). Lovecraft, contrairement à Léna machin ou Fred Begbetruc était une véritable écrivain, c'est sûr, mais plus encore un type extraordinaire, complètement décalé avec son temps.

SamSam

13/11/2021 à 19:17

Comme quoi, il faut toujours se méfier des infos...Comme tout un chacun j'ai cru que HPL avait fini sa vie dans la misère complète et la paranoïa totale. Et je n'avais pas connaissance de cette correspondance fournie et littéraire. Merci de nous avoir éclairé.
Où peut-on lire ces lettres, journaux personnels (?), s'ils ont été traduits (je ne lis l'anglais que sur des txts courts, genre articles) ?..

RandolphCarter

14/11/2021 à 10:42

Sans doute a-t-on préféré pointer une sorte de "paranoïa totale" comme vous dites pour faire passer les lubies et les idées de Lovecraft qui ne sont pas tout à fait conformes à la pensée dominante et obligatoire aujourd'hui... et ses admirateurs se sentent obligés de trouver des biais pour atténuer les opinions peu correctes de l'écrivain. Mais le lecteur intelligent peut aussi apprécier Lovecraft et sa personnalité tout en éprouvant certaines réserves pour ses idées. Il reste un type très attachant, un être extrêmement sensible et quelque peu paumé dans la modernité. Sur Amazon : "Ils sont tout ce qui me permet d'ouvrir les yeux le matin".

Tybalt

16/11/2021 à 13:02

Par la pensée "dominante et obligatoire d'aujourd'hui", vous voulez dire celle de Trump ? Celle de Zemmour ? Celle de Houellebecq ? Je ne cite que quelques-uns des réactionnaires fascisants qui se répandent ad nauseam dans les médias de masse. Zut alors, voilà que Lovecraft était réac et raciste comme eux. Ah, pas si "incorrect" que ça, finalement, pas si rebelle... mais tristement banal dans son conservatisme.

Moralité : on devrait lire... Clark Ashton Smith.

RandolphCarter

16/11/2021 à 14:46

Ouin ouin ouin... y avait longtemps qu'un hurluberlu n'avait pas sorti les gros mots qui font peur... Tout le monde sait bien que la "pensée dominante" c'est celle de zemmour et trump, qu'on martèle dans la presse subventionnée, celle de l'état, dans les écoles et à l'université... ha, mais peut-être n'avez-vous pas beaucoup fréquenté celle-ci, apparemment... Bon, pas besoin de discuter, il n'est pire aveugle que celui qui s'est arraché les yeux et qui avale la propagande de france-inter toute la journée...

Tybalt

16/11/2021 à 22:48

Ah, troll d'extrême-droite repéré ! Des insultes de niveau maternelle (réduire le propos de l'autre à "ouin ouin" ? Sérieusement, c'est tout ce que vous avez comme arguments ?) et des rumeurs anti-Etat bébêtes (l'Etat finance aussi Le Figaro mag', Valeurs actuelles et autres titres d'extrême-droite comme Rivarol, même s'ils ne se privent pas de ouinouiner en prétendant le contraire sur la fachosphère, sauf que les faits sont têtus). Journée ordinaire sur l'espace commentaire...

RandolphCarter

17/11/2021 à 09:27

Ah troll d'extrême gauche (pas besoin de tiret…) repéré !

"Sérieusement, c'est tout ce que vous avez comme arguments ?"
C'est sûr que de hurler à "l'extrême-drouate" dès qu'on ose montrer le moindre esprit critique, ça c'est de l'argument !

"Journée ordinaire sur l'espace commentaire... "
Comme vous dites…

Tybalt

17/11/2021 à 13:29

Vous vous contentez d'un "c'est çui qui dit qui l'est" tout aussi puéril, sans plus d'arguments et en feignant de ne pas voir votre violence verbale (qui caractérise les trolls, d'où ce nom que je vous accolais). Je vous laisse, je crois que vos parents ne sont pas loin de l'écran et que le quart d'heure d'Internet devra bientôt laisser place au cours de politesse.

RandolphCarter

17/11/2021 à 13:51

LOL ! La violence verbale, comme vous dites, c'est de jacasser comme un perroquet et de traiter tout le monde de fasciste ou de support de l'extrême droite ! Alors camembert vieil homme !

RandolphCarter

14/11/2021 à 18:47

J'ai envoyé une autre réponse mais qui s'est perdue dans l'éther… net. On peut trouver un petit ouvrage sur Amazon : "Ils sont tout ce qui me permet d’ouvrir les yeux le matin…" Ci-dessous, un exemple de courte lettre (qui n'est pas dans cet ouvrage) traduit rapidement :

"Providence
27 mars 1927
Cher M. Wandrei,
[…] C'est surement un sacré travail que de trouver quelqu'un intéressé par le fantastique. Je n'ai rencontré personne avant 1917, quand je tombai simultanément sur Cook & Loveman. Puis, par le biais de Loveman, j'ai connu Smith ; & me suis rapproché de Long. Par le biais de Weird Tales, je rencontrai le jeune August W. Derleth du Wiconsin (un étudiant de l'Université du Wis., première année, âgé de 17 ans) & Bernard Dwyer de l'État de New York – ceci est la liste complète de mon cercle gothique jusqu'à ce jour… J'écris exclusivement pour ma propre édification, parce que cela améliore et cristallise mes rêves que de les coucher sur le papier ; & bien que j'apprécie les aimables commentaires du petit nombre qui aime ma production, je ne suis absolument point perturbé ou déçu parce que la majorité se montre indifférente. Selon quelle norme pourrait-on s'attendre à ce qu'il en fût différemment ? C'est la reconnaissance franche et cynique des inévitables limitations des gens en général qui me rend absolument indifférent plutôt qu'activement hostile envers le genre humain. Elle peut aller au diable, pour ce que j'en pense – mais je ne suis même pas suffisamment concerné pour la repousser. Elle n'a pas besoin de moi et je n'ai pas besoin d'elle – sa seule utilité est de construire de singulières cités dont je me délecte un siècle ou deux après…
Très cordialement et sincèrement vôtre,
H. P. Lovecraft"

SamSam

14/11/2021 à 21:22

Merci Randolph...Effectivement, à la lecture de ta traduction, il apparaît que le cliché Lovecraft-cinglé est, du moins pour la majeure partie de son existence, infondé. Il apparaît comme un homme très sociable, attelé à son activité et tentant d'élargir son cercle de lecteurs et de personnes intéressantes pour lui.
"Ils sont tout ce qui me permet d’ouvrir les yeux le matin…", c'est le titre de l'ouvrage sur Amazon ?...

RandolphCarter

15/11/2021 à 10:13

Oui, c'est le titre. Je ne sais pas si on peut mettre des liens vers Amazon...

SamSam

15/11/2021 à 10:55

Pas trop fan d'Amazon...
J'ai trouvé ça sur la Fnac : https://livre.fnac.com/a2656045/Howard-Phillips-Lovecraft-Lettres-de-1929-Juillet-a-Decembre

RandolphCarter

15/11/2021 à 11:36

Amazon ou la Fnac...

https://www.amazon.fr/dp/B09JJCG81S

(je préfère la couverture…)

Tybalt

16/11/2021 à 13:07

Mouais. En substance, Lovecraft affirme qu'il écrit pour une élite éclairée en renvoyant la majorité qui ne le lit ou ne l'apprécie pas à sa supposée bêtise. Ce n'est qu'un topos aristocratique très ancien qu'on peut faire remonter à Sénèque ("Peu de lecteurs me suffisent, un seul me suffit, aucun me suffit", dans ses Lettres à Lucilius) et qui, en France, a été illustré notamment par Stendhal (qui disait écrire pour les "happy few")... et par pas mal d'autres.

Mais n'est-ce pas, au-delà d'un certain point, un moyen commode de se dispenser de la nécessité de se mettre à la portée de son lectorat et de s'intéresser aux gens ?

Quant à Beigbeder et Léna, je ne lis ni l'un ni l'autre, ce qui les mettra d'accord. Trop publicitaires pour moi, ces deux-là. Il y a beaucoup d'autres livres à lire.

RandolphCarter

14/11/2021 à 18:50

J'ai traduit trop vite et mélangé "genre humain" et "humanité" ; lire : "…envers le genre humain. Il peut aller au diable, pour ce que j'en pense – mais je ne suis même pas suffisamment concerné pour le repousser. Il n'a pas besoin de moi et je n'ai pas besoin de lui…

Valdiers

16/11/2021 à 09:11

Malheureusement la communication de Lovecraft a été détruite dans sa majorité. Il avait toutes ses lettres et bcp de ses nouvelles dans une malle et la malle à soit disparue, sois été disparu, je ne me souviens plus.
Après deux choses sur Lovecraft. Sa misère est un mythe. Il n’a jamais eu à travailler (hors écriture) de sa vie. Sa femme et sa modeste fortune l’ont fait vivre. Deuxièmement, il faut profiter des temps actuels pour lire Lovecraft car la censure “cancel culture” arrive a grands pas. Plus en plus de ses nouvelles sont “bannies” et l homme lui-même est décrié a cause de son antisemitisme mais surtout de sa haine des noires.

Tybalt

16/11/2021 à 13:11

Pauvre Léna, voilà son article trusté par le club des lovecraftiens autovictimisants. Non, Lovecraft n'est pas menacé par une quelconque cancel culture, ni aux Etats-Unis, ni certainement en France, où il n'a jamais été autant édité, retraduit, étudié, adapté, pastiché, parodié ou prolongé selon tous les goûts. Sortez de votre bulle, lisez Epicure, travaillez à vous délester de vos peurs inutiles comme il le recommande, et ouvrez les yeux sur les véritables raisons de s'inquiéter, qui tiennent bien plus à la montée des autoritarismes qu'à une quelconque censure des auteurs anciens.

Valdiers

16/11/2021 à 16:10

En voilà un qui a perdu une occasion de se taire. Quand Ellen Datlow et Renée Thomas Sheree condamne ouvertement Lovecraft, sa legacie est en danger. Si tu ne connais pas ces éditrices, sort de ta bulle et découvre le monde.

NAUWELAERS

16/11/2021 à 22:29

Tybalt,
La «cancel culture» s'attaque aussi bien à des auteurs et artistes anciens qu'à des modernes.
Les exemples sont légion et il suffit de s'informer, même via les médias n'appartenant pas à la Bollrésphère.
C'est un fait et inutile de se voiler la face.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

16/11/2021 à 22:22

Mitsouko quel commentaire sexiste (lol) !
Selon cet auteur, ne pas adhérer à cette culture du vide de Lena Situations (une jeune femme), c'est nécessairement faire preuve de sexisme.
Si un auteur juif est malmené par un critique, il s'agit donc d'antisémitisme.
Etc.
Toujours cette déformation (anti)intellectuelle exaspérante visant à créer un confusionnisme idéologique malhonnête et hors de propos.
«In Cauda Venenum»: l'auteur de cette rubrique précise que Lena Situations vend deux fois plus que Beigbeder (pour un livre respectif de l'un et l'autre du moins).
Cela situe le niveau de l'argumentation au ras des pâquerettes, ou disons du bitume, eu égard à la joliesse de ces petites fleurs humbles et charmantes.
Dans ce cas, le dernier essai de Zemmour qui cartonne doit être considéré comme un chef-d'oeuvre, selon ce type de brillant raisonnement...
La modernité: oui, quand elle offre maintenant le visage et l'ébouriffant talent du vainqueur du prix Goncourt non galvaudé, Mbougar Sarr.
CHRISTIAN NAUWELAERS

A

12/11/2021 à 17:18

Mais qui sont ces pauvres gens qui ont besoin d’influenceurs ? qui se laissent influencer ?
Qui sont ces influenceurs ? Quelle est leur légitimité ? Ils influencent qui ?
Quel est l’interêt des médias de nous relayer ces baragouinages stériles ?
Stop à toutes ces manipulations.
Nous sommes assez grands pour penser par nous mêmes, non ?
Ah bon… pas tout le monde ?

Dominique

13/11/2021 à 06:09

De tout temps, nous avons suivi des prescripteurs.
Rien de nouveau avec ça.

SamSam

14/11/2021 à 21:26

Bof, y a boie et à mange, comme partout... Plutôt qu'influence, il faut les prendre comme infos. On garde ce qui nous intéresse et le reste non. C'est en ça que les réseaux sont intéressants, il me semble. Après, l'adulation, la polémique ad nauseam, ça n'apporte pas grand-chose dans la construction d'un savoir, d'une autonomie de la personne. Même si on peut se laisser aller à des commentaires dans ce sens. Humain, trop humain...

Tybalt

16/11/2021 à 13:17

Je vous rejoins : la polémique ad nauseam n'est pas seulement usante, elle est stérile. A moins de donner lieu à des chefs-d'oeuvre d'argumentation et de style, mais ça met la barre un peu haut pour les deux auteurs concernés.

Personnellement, je trouve que Beigbeder sert plutôt bien la soupe au livre de Lena. Une polémique fait vendre. En avait-elle besoin ?

RandolphCarter

16/11/2021 à 09:43

"Malheureusement la communication de Lovecraft a été détruite dans sa majorité." Rassurez-vous, il reste des milliers de lettres, assez en tout cas pour quatre gros volumes déjà parus (en anglais)

Si, il a quand même dû travailler un peu ; dans les années 1920, il faisait de la "révision" de textes pour d'autres auteurs.

Il ne "haïssait" pas les gens de couleur ; le mot haïr cadre mal avec sa personnalité. Bien qu'athée et non chrétien, il se faisait un devoir de ne pas laisser la haine avoir la moindre emprise sur lui. En revanche, il détestait ce que devenait l'Amérique : un monde multiculturel et multiracial qui prenait peu à peu la place du vieux monde qu'il aimait. C'était un rétrograde, un conservateur, un réactionnaire. Il aimait le monde d'avant et ne voyait dans celui qui venait que les scories détestables : invasion ethnique, métissage, perte des valeurs traditionnelles, laideur de la modernité, abrutissement de la foule par la presse (pas encore covidée et vaccinée à outrance pourtant), imbécillité du système démocratique. Quant à son antisémitisme, il était assez relatif pour avoir épousé une juive et aussi parce qu'il pointait, non pas les juifs dans leur globalité, mais un certain type seulement, un peu caricatural d'ailleurs. En fait, Lovecraft était une sorte de xénophobe attaché frénétiquement aux caractéristiques de sa culture et de sa "race" (et il ne se choquait pas que les autres, les étrangers, ressentissent la même chose à son endroit) et il craignait avant tout la dilution. Ceux dont il se méfiait avant tout, c'était les asiatiques, les Chinois principalement, mais tout le monde en prend pour son grade : extrait d'une lettre de 1927 : "Eh bien, c’est le fait le fait d’avoir vécu à New York pendant deux ans ! Je n’aurais pas pu ressentir cela (même si mes conceptions abstraites étaient les mêmes) en 1923 ou avant, et même maintenant, ce sentiment s’estompera probablement d’ici un an environ – d’autant plus qu’en Nouvelle-Angleterre, nous avons nos propres malédictions locales (bien qu’elles n’encombrent pas autant le paysage !) sous la forme de Portugais simiesques, d’indescriptibles Italiens du Sud et de Canadiens français jacasseurs. En gros, notre malédiction est latine comme la vôtre est sémitico-mongole, celle du Mississippien africaine, celle du Pittsbourgeois slave, celle de l’Arizonien mexicaine et celle du Californien sino-japonaise. Et donc, pour citer une décourageante pièce littéraire hébraïque : Amen !"

Tybalt

16/11/2021 à 13:15

Allons donc, un antivax, maintenant. De la part d'un fan de l'auteur de "Herbert West, réanimateur", qui s'adonnait à une médecine autrement plus risquée, c'est croquignolet.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'écrivain face aux censures et violences de la société civile

Dans le cadre de la célébration du Centenaire du PEN Club français, un colloque s’est tenu à la Bibliothèque nationale de France, le 12 octobre 2021, sur le thème Censures et autocensures : les littératures aujourd’hui. L’ensemble de cette demi-journée, ouverte par Laurence Engel et Antoine Spire, a fait l’objet d’une captation par les services de la BnF. Nous reproduisons avec son aimable autorisation l'intervention d’Antoine Spire, président du PEN Club français.

26/11/2021, 09:34

ActuaLitté

“Le petit monde schizophrène de l'Imaginaire“

Auteurs et éditeurs de l’imaginaire — francophones — vivent dans une dimension parallèle au commun des mortels. Une dimension qu’ils sont les seuls à connaître. Par Guilhem Meric. 

29/10/2021, 12:08

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

Retraites : quand l'ADAGP a vite fait de jeter les artistes-auteurs en Ehpad

Il suffit parfois d’un message publicitaire bien tourné pour qu’une population entière s’engouffre dans un produit. Et aussi d’un martèlement régulier — comme le savent les enseignants, pour que ça rentre, faut répéter… Mais en d’autres moments, plus sensibles, la réclame fait bondir à s’en enfourner la tête dans l’écran. Le traducteur littéraire et syndicaliste Lionel Evrard nous en donne ici une illustration…

04/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Hommage aux traducteurs et aux traductrices, artistes du verbe depuis plus de deux millénaires

La journée mondiale de la traduction (30 septembre) pourrait sans problème être renommée journée mondiale des traducteurs et des traductrices. Ceux-ci sont souvent peu visibles derrière leur art alors qu’ils contribuent au savoir et à la culture depuis plus de deux millénaires. Leur apport est immense, au passé comme au présent. 

30/09/2021, 09:59

ActuaLitté

“Un libraire doit-il vendre le livre d’Eric Zemmour ?”

Voilà une semaine maintenant que La France n’a pas dit son dernier mot est disponible dans les différents points de vente et en ligne. Un succès revendiqué par l’auteur du Destin français, dont la mise en place dépassait les 150.000 exemplaires. Avec un cas de conscience qui se pose chez les libraires : vendre ou ne pas vendre Éric Zemmour. Marc Georges, qui dirige La Demeure du livre, à La Perrière (Orne), intervient dans nos colonnes avec quelques réflexions à partager.

20/09/2021, 09:04

ActuaLitté

Un procès insensé : “L’Internet Archive a un cœur, et sait s’en servir”

Lorsque j'ai entendu parler des poursuites judiciaires pour non-respect du droit d’auteur intentées le 1er juin 2020 aux États-Unis par quatre grands éditeurs (Hachette, Penguin Random House, Wiley, HarperCollins) à l’Internet Archive pour son Open Library, et ce en pleine pandémie, je n’arrivais pas à y croire. Et ce mauvais rêve se transforme en cauchemar puisqu'un procès retentissant doit débuter le 12 novembre 2021.

22/07/2021, 10:42

ActuaLitté

La littérature, cet outil de connaissance

Le PEN Club, au carrefour international des cultures, est de ce fait bien placé pour constater que la littérature est au croisement de la création et de la connaissance. Ayant pour mission fondatrice la défense de la liberté d’expression et celle-ci n’étant pas divisible, le réseau solidaire des PEN Clubs nationaux a à connaître et faire connaître toute forme d’expression qui est opprimée parce qu’elle porte l’émancipation, la pensée mobile, donc critique, et les mutations de la sensibilité — autant dire : la littérature. Par Jean-Philippe Domecq.

06/07/2021, 10:07

ActuaLitté

En ce 1er mai, “Hommage à tous mes collègues précaires”

Marie Lebert est traductrice et auteure. Depuis des années, elle propose dans nos colonnes des réflexions sur les métiers du livre, l'évolution numérique de l'objet et bien d'autres. Son dernier dossier, Portraits de traductrices et traducteurs du passé portait l'accent sur l'un des rôles invisibles et cruciaux de l'édition. Aujourd'hui, elle souhaite rendre un hommage « à tous mes collègues précaires ». 

01/05/2021, 11:12

ActuaLitté

“L'émotion suscitée par les événements les plus minuscules” : hommage à Gil Jouanard

Gil Jouanard est mort le 25 mars dernier à l'âge de 83 ans. Directeur de la Maison du Livre et des Écrivains pendant deux décennies, à l'origine de nombreux événements littéraires, le poète s'investissait considérablement dans la vie de l'écrit. L'écrivain Antoine Spire, président du PEN Club français, lui rend hommage dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

07/04/2021, 14:37

ActuaLitté

La lutte pour l’organisation d’élections professionnelles n’est pas un détail

L'écrivain Frédéric Maupomé vient de signer une tribune évoquant la question des élections professionnelles pour les artistes auteurs. Il nous propose ici un texte mettant à plat toutes les problématiques de ce sujet. Son plaidoyer est proposé en intégralité.

22/03/2021, 07:57

ActuaLitté

Trigger warning en littérature : du danger d'avertir du danger

La censure de six ouvrages du Dr Seuss nous avait donné l’opportunité d’interviewer le traducteur français de certains titres. Stephen Carrière est avant tout éditeur, et posait les bases de réflexions plus profondes sur ce qu’il identifiait comme des menaces pour l’industrie du livre. Devant l'enthousiasme suscité par ce premier entretien, nous lui avons demandé de développer plus largement ses intuitions et de revenir sur la question du trigger warning. Un principe d’avertissement pas forcément charitable.

15/03/2021, 07:05

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La Faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36

ActuaLitté

Éditeur indépendant : passion ou profession ?

« En avril 2021, cela fera 10 ans que je fais officiellement des livres, au sein de ma petite maison d’édition indépendante de livres d’art : les Éditions Hartpon. Si cette date anniversaire est une bonne occasion de constater que la “passion“ reste intacte, je me dis qu’elle pourrait l’être également pour faire un premier bilan de ma manière de considérer cette “profession“, aujourd’hui. » Par Caroline Perreau, fondatrice des Éditions Hartpon.

18/02/2021, 12:56

ActuaLitté

Les avanies des auteurs face à l'URSSAF : “C'est de mal en pis”

« L'impéritie informatique et téléphonique de l'Urssaf vis-à-vis des auteurs se perpétue. Matinées perdues à tenter de parler à un humain, site informatique nase, lettre comminatoire vous enjoignant de faire une déclaration en ligne sous peine de lourdes amendes, journées en vain perdues à tenter de le faire... » Dominique Sels est autrice, et comme d’autres, en proie aux affres de l’URSSAF. Dans un billet, elle évoque les difficultés rencontrées « avec ces bandits de grand chemin ».

16/02/2021, 09:22

ActuaLitté

Pour avoir préféré la croyance à la pensée, et pour le reste : “Ni oubli ni pardon”

Depuis des mois maintenant, le monde de la culture et de la création ne cesse de hurler  à la mort. La sienne. Mille fois, du plus humble au plus célèbre, les créateurs, auteurs ou interprètes, dans une unanimité inédite, ont répété partout que fermer durablement les lieux de spectacles, de monstration, de vente, était un désastre. Désastre culturel, désastre économique, désastre personnel, désastre social, désastre psychologique, désastre à tous les étages. Par Yves Frémion, écrivain animateur de PEPS-Culture.

09/02/2021, 11:10

ActuaLitté

Auteurs : “Si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu.”

Début décembre, l’auteur et illustrateur Henri Fellner faisait parvenir à ActuaLitté et au CSPLA (ou inversement), un courrier passablement désabusé. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, organisme chargé d’éclairer le ministère de la Culture sur des points de droit, venait de renouveler la liste des membres de sa commission consultative. Et au grand dam de l’écrivain, les représentants directs des auteurs faisaient défaut. Voici donc une seconde missive, plus claire peut-être...

12/01/2021, 12:13

ActuaLitté

Les voeux du Syndicat des éditeurs passent des chocolats à la soupe

L’année 2021 commencera avec la traditionnelle présentation des vœux du Syndicat national de l’édition. Mais, contraintes sanitaires obligent, ils se dérouleront par internet — et en visioconférence avec l’interview réorganisée de son président, Vincent Montagne. Pour nombre de librairies, subitement invitées à cette Grand-Messe, quelque chose cloche. Simple : un télescopage entre le syndicat patronal et le média le moins indépendant de la profession.

28/12/2020, 17:55

ActuaLitté

“Une petite page pour l’Homme, une grande page pour l’Humanité” : Joyeux Noël 

Au terme d’une année pas vraiment conciliante, les fêtes vécues sous contrainte, à l’image des mois passés, apportent un petit souffle. L’occasion pour toute la rédaction de vous les souhaiter excellentes – autant que faire se pourra. En tout cas, de partager avec chacune et chacun un moment pour remercier nos lecteurs de leur présence, à nos côtés.

24/12/2020, 23:59

ActuaLitté

Corona Papers : Écriture virale

Je m’appelle Corona Typewriters. Et je m’apprête à subir Noël. Un de plus dans la longue liste des années déjà encaissées sur ma tôle toute cabossée. Pour l’heure, mon maître-écrivain est sorti de sa quarantaine. Rassurons-nous. Il n’est pas question de virologie en l’espèce. Plutôt d’une léthargie éditoriale. D’une quarantaine littéraire. 

21/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Noël coquin : 4 BD érotiques à mettre sous le sapin

Cette année, beaucoup ne fêteront pas Noël en famille en raison du COVID-19. C’est l’occasion d’offrir une BD sexy à son amoureux ou son amoureuse ! Voici notre sélection des bandes dessinées pour adultes à mettre sous le sapin. Comics, mangas, romans graphiques, la BD érotique conjugue fantasmes et divertissement. A travers un dessin les auteurs et autrices font monter la température. Il y en a pour tous les goûts : BD historiques, de science-fiction, sadomasochistes ou sur l’intimité des couples.

18/12/2020, 09:55

ActuaLitté

Les impôts contre les papillons : auteur, contribuable comme un autre

Récemment, Christophe Hardy, président de la Société des Gens de lettres, élu en mai dernier, a fait vrombir. Fin novembre, le ministère de la Culture exposait les conclusions de la mission Fiscalité, touchant aux revenus des artistes-auteurs. Pour les facturations qu’un auteur peut effectuer, une zone grise manifestement confortable existe — arrangeant certains, en dérangeant beaucoup d’autres. Frédéric Maupomé, écrivain et scénariste intervient ici en réponse à la tribune et aux étonnants propos du président de la SGDL dans Livres Hebdo.

12/12/2020, 10:33

ActuaLitté

Elena Ferrante et les 40 coups de bâton pour 20 Minutes, Figaro, RTBF

Les cons d’Audiard avaient cela pour eux qu’on les reconnaissait à leur audace sans borne : il en apparaît une espèce plus sournoise, celle dont le sentiment d’impunité, — doublé d’un « on sait jamais sur un malentendu ça peut passer » — sévit sur la toile. On l’appelle également la race des « vas-y on s’en fout », au prétexte que sur internet, personne ne vous entend crier.

10/12/2020, 09:46

ActuaLitté

Dans quelle France empêche-t-on des enfants hospitalisés de lire ?

Lors de son allocution du 28 octobre, Emmanuel Macron indiquait que le pays replongeait : d’abord dans la pandémie, ensuite dans les contaminations, enfin dans le confinement. Triple peine. Une nouvelle salve douloureuse pour les citoyens, après l’accalmie estivale. Mais il fallait préserver le milieu hospitalier d’une crise approchant.

18/11/2020, 16:48

ActuaLitté

Livres et librairies : tout et son contraire, pourvu que l'on parle fort

Oui nous sommes confinés. Tentons de ne pas être des cons finis. Le débat a fait rage, le lobbying fut actif. Résultat des courses ? Tout le pays a la nette impression qu’en France on ne peut plus acheter de livres. Il n’y a rien de plus faux. En revanche, ô infortune, il nous faut fournir plus d’efforts pour les obtenir. Las ! n’est-ce donc que cela ?

05/11/2020, 10:04

ActuaLitté

Comprendre l'Europe par les livres : l'Institut Delors et ActuaLitté s'associent

L’Institut Jacques Delors, think tank européen fondé en 1996 par l’ancien Président de la Commission européenne Jacques Delors, et ActuaLitté, magazine littéraire en ligne créé en 2008, s’associent dans le cadre du prix « Mieux Comprendre l’Europe ». Ce dernier récompense depuis 2009 les auteurs dont les ouvrages sont de véritables outils pédagogiques, notamment pour les jeunes, pour mieux appréhender les fondements de l’Europe.

25/08/2020, 11:00

ActuaLitté

Écoles, bibliothèques : Hong Kong soumise à la censure chinoise

Le mois de juillet avait à peine posé ses valises que l’on apprenait comment Hong Kong vacillait sous le poids de la Chine. Une loi sur la sécurité nationale entraînait la disparition de plusieurs ouvrages — trop axés sur les questions de démocratie. Les bibliothèques, lieux de diffusion de savoir par excellence, devenaient les premières victimes du pouvoir de Beijing.

18/07/2020, 12:27

ActuaLitté

Diffamation : les excuses du SNE à ActuaLitté

Suite à la propagation, d’origine indéterminée, sur les réseaux sociaux d’une vidéo filmée lors de l’Assemblée générale du Syndicat national de l’édition, plusieurs articles ont été publiés sur ActuaLitté. Le Syndicat avait alors vivement réagi sur son compte Twitter, alléguant que notre média avait eu recours à « un procédé illégal ». 

10/07/2020, 10:00

ActuaLitté

Corona papers : la complainte de la machine esseulée

Je m’appelle Corona Typewriters. J’ai allégrement franchi le seuil des 80 ans. Je suis donc un sujet à risque. Un sujet d’écriture. Et je subis la triple peine. Trop âgée, retranchée dans les confins d’un bureau désespérément vide, ostracisée sous mon propre toit du fait de mon nom. 

25/04/2020, 11:05

ActuaLitté

L'éthique de la papaye - à quoi sert un auteur en temps de guerre ?

Je ne sais à quoi peut servir un auteur par temps de guerre. Mais ce dont je suis certain, c’est qu’il peut, par exemple, se sentir légitime à « l’ouvrir », si dans son parcours, un « quelque chose de ses rencontres », l’expérience « d’un ou une autre » dans un « ailleurs et autrement », peuvent être versées à la compréhension, à la progression commune des choses.

04/04/2020, 09:48

ActuaLitté

Les libraires indispensables à la vie de la nation ? Les morts ne liront plus

BILLET DE MAUVAISE HUMEUR – Ce matin, le ministre de l’Économie a abordé l’éventualité de la réouverture des librairies, qui désormais redeviendraient indispensables à la nation. Je ronge mon frein depuis lors, je suis une grognarde. L’ « on » voudrait donc que les librairies réouvrent. « On ». Qui « on » ? Les libraires ? Les lecteurs ? Les éditeurs ? Les auteurs ? Le ministre de l’Économie ? Celui de la Culture ? Les journalistes parisiens qui s’intéressent soudainement au sort de la librairie indépendante ? Alors qu’ils reçoivent leurs livres sur leur bureau sans devoir y mettre les pieds habituellement ?

19/03/2020, 15:55

ActuaLitté

Stratégie Colibri : Achetez des livres plutôt que du PQ

BILLET D'HUMEUR - Oui le titre est cynique. OK. Nous voyons tous plus ou moins combien nos vies vont être bouleversées ces prochains jours. Que les plus débonnaires, ou carrément égoïstes, continuent à faire comme si de rien n’était. Que les plus inquiets cèdent aux cassandres télévisuelles avec des réactions quelque peu saugrenues. Que les plus sensés se demandent effarés ce qui est en train de se passer. Que les plus honnêtes essaient de se préparer avec un minimum de calme, mais à quoi ?

14/03/2020, 14:00

ActuaLitté

OVH et VadeSecure : le règne des imbéciles machines spamsophiles

Depuis maintenant quelques jours, ActuaLitté est privé d’un outil très prisé : sa newsletter. Envoyée à plusieurs dizaines de milliers d’inscrits, cette epistole ne faisait de mal à personne – voire, nous avons la faiblesse de le croire, servait à certains. Chaque matin, à 4 heures, elle partait sans un bruit et atterrissait dans les boîtes mail. Enfin… ça, c'était avant le drame.

30/12/2019, 16:38

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Des oniomanes et des livres : bande de malades...

Battre le fer tant qu’il est chaud ? Chez un forgeron, ou un maréchal-ferrand, l’expression s’entend sans peine. Généralement, cette invitation à rejeter la procrastination se comprend sans difficulté : le risque est d’accumuler les tâches, au point de se trouver fort dépourvu quand la bise pointera son nez. Dans l’édition, on tarde encore à adopter le terme japonais, tsundoku – qui, littéralement, désigne l’empilation de livres non lus. 

26/11/2021, 17:50

ActuaLitté

Pass sanitaire : des libraires défendent l'accès aux bibliothèques pour tous

Il y a un an, le secteur du livre et le monde de la culture se mobilisaient pour que les librairies restent ouvertes lors du deuxième confinement, autour d'une pétition lancée par François Busnel et un appel commun du Syndicat de la Librairie Française, du Syndicat National de l'Édition et du Conseil Permanent des Écrivains. Aujourd'hui, des bibliothécaires appellent à une quatrième journée de mobilisation nationale ce mercredi 1er décembre, pour permettre à tous les publics et notamment tous les enfants d’accéder aux bibliothèques sans pass sanitaire, et des libraires de toute la France apportent leur soutien à cette lutte.

26/11/2021, 12:39

ActuaLitté

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

24/11/2021, 15:58

ActuaLitté

Gisèle Sapiro : “La question des sensibilités se pose depuis que l’édition existe”

Le monde du livre n'échappe pas à des rapports de force, qui s'expriment aussi bien dans des choix éditoriaux que dans des logiques de concentration, ou encore dans la réception publique de certains livres. La sociologue Gisèle Sapiro, directrice d'études à l'EHESS et directrice de recherche au CNRS, autrice de Peut-on dissocier l'œuvre de l'auteur ? (Seuil, 2020), revient avec nous sur quelques questionnements récents de l'édition, avant son intervention aux Assises internationales de l'édition indépendante, ce mercredi 24 novembre.

23/11/2021, 16:50

ActuaLitté

Bubble Tea raffinés, patisseries japonaises et mangas : bienvenue au Renard Café

L’épidémie Covid a vu naître de splendides collaborations — certaines aboutissant même à des créations d’entreprises. Tout commence quand, durant le Confinement 2, Romain Gaia, propriétaire de Tomo, maison de dorayaki (les succulentes pâtisseries japonaises) contacte Mickaël Brun-Arnaud, propriétaire de la librairie Le Renard doré, spécialisée dans les manga et la culture japonaise. Un dénominateur commun qui, près d’un an et demi plus tard, débouche sur Le Renard Café… Rencontre avec ces entrepreneurs, sur les lieux du crime.

22/11/2021, 15:19

ActuaLitté

Samar Haddad : “Les éditrices en Syrie se comptent sur les doigts d'une main”

Du 23 au 26 novembre 2021, l'Alliance internationale des éditeurs indépendants organise les Assises internationales de l'édition indépendante à Pampelune. Liberté d'expression, bibliodiversité, place accordée aux langues « minorées » font notamment partie des sujets abordés au cours de tables rondes, tout comme la place des femmes dans l'édition. Sur ce dernier sujet, Samar Haddad, directrice de la maison d'édition Atlas Publishing, nous livre son expérience en Syrie.

22/11/2021, 13:01

ActuaLitté

Krisztina Tóth : “La société hongroise est malheureusement malade”

La romancière hongroise Krisztina Tóth aura passé six semaines de résidence d’écriture à Cognac, sous les auspices de Jean Monnet. Elle signe, dans le cadre du Festival des littératures européennes, un texte émouvant et personnel, comme une adresse aux lieux et aux personnes rencontrées. Il est ici reproduit, avec son autorisation (qu’elle soit remerciée) dans son intégralité.

18/11/2021, 19:33

ActuaLitté

Profession : petites (et grandes) mains d'un festival littéraire

Débarquer à la gare, trouver un sosie de George RR Martin qui attend, panneau dans les mains, béret vissé sur la tête et longue barbe débordant sous le masque. « Je suis votre chauffeur », assure-t-il avec le sourire que l’on devine. Marc* est l’un des cinquante bénévoles qui mèneront durant six jours les navettes, l’installation des tables, des décorations et tant d’autres détails. Profession : bénévoles. Option : passionnés.

18/11/2021, 16:25

ActuaLitté

Devenir une femme auteur, “c'est s'exposer à une grande violence sociale” (Titiou Lecoq)

Titiou Lecoq, qui a récemment publié Les grandes oubliées — Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes (L’iconoclaste), a pu constater l'invisibilisation des autrices de l'histoire littéraire, malgré des parutions et des succès multiples. Alors qu'elle signe la préface pour les éditions Talents hauts de La femme auteur (1802), roman de Félicité de Genlis, qui incitait les femmes à prendre la plume, elle revient avec nous sur les multiples obstacles à une reconnaissance littéraire des autrices.

18/11/2021, 16:08

ActuaLitté

“La littérature est imaginaire”

A Paris, dans le 14ème arrondissement, il existe une librairie appelée La petite Lumière. Le nom vient d’un livre de l’auteur italien Antonio Moresco, qui a tardé à s’affirmer dans le panorama littéraire italien. En France, depuis 2014, il est accueilli avec un grand enthousiasme, de la part de tout le monde : libraires, critiques, lecteurs. Verdier, son éditeur, a sorti en septembre 2021 Les ouvertures, son dernier livre traduit en français. Entretien avec l’auteur et son traducteur Laurent Lombard. 

17/11/2021, 11:15

ActuaLitté

Cotisations URSSAF : des “montants souvent exorbitants” pour les créateurs

À quelques semaines des fêtes, les services de l’État poursuivent leur quête zélée : les artistes auteurs viennent de recevoir des relevés de cotisations hors-sol, après un traitement 2020 passablement défavorable. Outre les éternels dysfonctionnements de l’outil URSSAF, devenus tristement proverbiaux, les demandes formulées s’avèrent imbittables. Dans un communiqué commun de l’intersyndicale, reproduit ici dans son intégralité, les organisations clament leur indignation.

17/11/2021, 09:38

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Suisse : “Pour le secteur de la culture, le certificat sanitaire est essentiel”

Ce 28 novembre, la Suisse devra s'exprimer sur le renforcement de la loi Covid-19. L'Association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse, Ad*S poursuit sa mobilisation et réitère l'appel, finalement fructueux, lancé en mai dernier. Dans une tribune diffusée ci-dessous, l'Ad*S insiste sur les enjeux de la législation pour les créateurs.  

15/11/2021, 13:57

ActuaLitté

Suisse : Gaston Lagaffe, ou la clownerie des antivax (avec un L pour être poli)

EDITO – Révélation : pour le plus grand bonheur des amateurs, le président de la Confédération suisse, Guy Parmelin, compte parmi les Gastonophiles avisés et autres adeptes de la Franquintescence. Et il le démontre. Durant une conférence de presse, le président helvète a employé les grands moyens, ayant recours à l’unique argument audible (et salvateur) quand toute forme d’intelligence a déserté : Gaston Lagaffe. M'enfin ?

11/11/2021, 18:28

ActuaLitté

Pass sanitaire en bibliothèque : des auteurs et autrices BD “préoccupés” et “solidaires”

Plus d'une centaine d'auteurs et d'autrices de bandes dessinées, dessinateurs, coloristes, scénaristes ou éditeurs et éditrices cosignent une tribune sur le site L'Insatiable. Reproduite ci-dessous, elle appelle à la levée du Pass sanitaire dans les bibliothèques territoriales pour les usagers. Le 10 novembre prochain, des bibliothécaires et d'autres professionnels des services publics culturels participeront à une nouvelle journée d'action nationale, pour pousser les pouvoirs publics à réagir.

08/11/2021, 11:28

ActuaLitté

Pour un accès sans entraves à la Bibliothèque des Abattoirs

Des chercheurs, enseignants et artistes cosignent une tribune collective appelant à une plus grande ouverture de la Bibliothèque des Abattoirs, lieu d'exposition d'art moderne et contemporain de la ville de Toulouse. Un accès réduit à cette dernière lèsera les enseignants, les étudiants, mais aussi les artistes et les amateurs et amatrices d'art, soulignent les signataires.

05/11/2021, 10:34

ActuaLitté

Montreuil : des éditeurs indépendants réclament “une baisse du coût” du SLPJ

La Fédération des éditions indépendantes vient de communiquer à ActuaLitté un courrier adressé aux organisateurs du Salon du livre de Montreuil. Le courrier du président, Dominique Tourte, est ici reproduit dans son intégralité. Il souligne les dysfonctionnements que constate la Fédération, et les impératifs pour les exposants.

03/11/2021, 15:32

ActuaLitté

En Occitanie, une agence pour librairies vise proximité et digital

« Avec la librairie, j’ai repensé mon activité et ma formation première, de graphiste. J’avais quitté mon travail et entamé une formation pour devenir libraire », commence Flore Cutuli Lebertre. Aujourd’hui, après des stages, arrivé post-confinement, elle se lance dans une autre aventure : la communication digitale, pour les librairies d’Occitanie. « J’avais des rêves en tête, sans savoir où j’allais : maintenant, cela se dessine », sourit-elle.

02/11/2021, 11:54

ActuaLitté

Ken Follett : “L’histoire la plus réaliste que j’aie jamais écrite”

Ken Follett est aujourd’hui considéré comme l’écrivain le plus populaire du monde. Les romans de sa saga, Kingsbridge se sont vendus à 47 millions d’exemplaires. Avec son dernier roman, Pour rien au monde (trad. Odile Demange, Jean-Daniel Brèque, Nathalie Gouyé-Guilbert, Dominique Haas et Christel Gaillard-Paris), il explore une nouvelle voie : celle d’un chaos qui menace, et il ne faudrait pour rien au monde que ce qu’il a imaginé prenne forme…

26/10/2021, 06:45

ActuaLitté

Des livres traduits par des robots : "Quid de la sensibilité ?"

L'éditeur scientifique Springer met désormais à disposition de ses auteurs un outil de traduction automatique, DeepL AI, permettant de traduire articles scientifiques et manuscrits depuis différentes langues vers l'anglais. Plus encore, il devrait traduire des livres en intégralité, qui seront ensuite commercialisés par l'éditeur. Pour le Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL), une telle confiance dans l'intelligence artificielle dénote « un manque flagrant de professionnalisme ».

25/10/2021, 10:31

ActuaLitté

Ma toute première page, toute, toute première page 

Elles se ressemblent, passé le carton de la couverture, dont le dos gémit dans un mouvement inconnu encore. Ces premières pages passées distraitement, avant de parvenir au sésame : le premier chapitre d’une nouvelle histoire. Ces premières pages, à peine regardées, dégagées du pouce, dans un feuilletage méthodique : une, deux, trois peut-être, quatre rarement, recto-verso méticuleusement évacuées… Ah, ces toutes premières pages.

22/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Manuscrits musicaux : le nécessaire rééquilibrage de la relation avec les éditeurs

Le Syndicat français des compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC) vient de réagir suite à la vente aux enchères de manuscrits de compositrices et compositeurs vivants. Le syndicat dénonce notamment les dérives non-déontologiques entraînées par certaines clauses abusives dans les contrats d’édition musicale et appelle à un rééquilibrage des relations entres les éditeurs et les compositrices et compositeurs.

22/10/2021, 12:50

ActuaLitté

Sexisme, harcèlement : “Moi aussi, j'aurais dû être protégée.”

Institution dans le milieu de l’Imaginaire, le festival d’Épinal représente un moment précieux pour les professionnels. Au point de parvenir à faire la pluie et le beau temps sur des carrières, suivant que l’on soit accepté ou blacklisté. Nombre de livres s’y sont décidés lors de rencontres informelles, tandis qu’au cours de ses quatre journées, la manifestation rassemble une véritable communauté – le Fandom. L’édition 2021, elle, aura marqué un tournant.

21/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Les “opposants politiques” et le régime de Loukachenko en Biélorussie

Les réactions se multiplient pour dénoncer le régime mis en place par Alexandre Loukachenko, président de Biélorussie. Réélu en août 2020, il a marqué son retour par plusieurs attaques portées contre la liberté d’expression. Et plus spécifiquement des associations d’auteurs. L’association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse monte à son tour au créneau, dans un texte communiqué à ActuaLitté, ici reproduit en intégralité.

04/10/2021, 12:17

ActuaLitté

Complaintes de la bibliothèque

Ce matin, ton regard était froid et distant. Presque je t’aurais entendu ravaler tes sanglots, quand entrant dans la pièce, tu m’as tourné le dos. Enfin, tu l’aurais certainement souhaité, mais inamovible, tu m’as battu froid. Dans ce silence que je connais, tu m’as laissé déposer ce vélo coutumier, sans broncher. Et après le premier café, timidement, tu as geint : « Tu ne me regardes plus comme avant ! » Mince : ma bibliothèque parle ?

01/10/2021, 13:59

ActuaLitté

Chroniques de la Lune Noire : “Au départ, c'était un roman... mais j'ai tout perdu”

L'aventure des Chroniques de la Lune noire, saga entamée en 1989 par Olivier Ledroit, au dessin, et François Froideval, ne se résume pas en quelques mots. On notera simplement qu’au commencement, un souci informatique provoqua la perte du roman que Froideval avait entamé. Qu’importe, elles verront tout de même le jour, en BD. 13 ans après le 14e tome, Les Chroniques de la Lune noire, ce sont, en bande dessinée, plus de 559.000 exemplaires vendus (données Edistat). Et un redémarrage s’amorce avec Jeanne-A Debats quand surgit un roman, chez Leha.

29/09/2021, 10:04

ActuaLitté

Des ministres de la Culture francophones s'engagent à “promouvoir l’accès au livre”

Les 23 et 24 septembre derniers, des ministres de la Culture de plusieurs États francophones ont participé aux États généraux du livre en langue française, échangeant avec les professionnels du secteur pour élaborer une stratégie visant à dynamiser le secteur et la circulation du livre dans l'espace francophone. Parallèlement, les ministres de la Culture de 9 États francophones cosignent une déclaration, reproduite ci-dessous en intégralité.

28/09/2021, 16:34