#Droit / Justice

Franglais : l'Académie française rappelle à l'ordre les pouvoirs publics

Trop de termes étrangers dans une langue peuvent la menacer, à terme, surtout lorsque les représentants publics usent et abusent d'expressions empruntées. C'est la conclusion de l'Académie française qui intime les pouvoirs publics à agir, en commençant par respecter eux-mêmes le français et à veiller à leurs bons usages de la langue...

Le 22/11/2019 à 10:14 par Antoine Oury

17 Réactions | 0 Partages

Publié le :

22/11/2019 à 10:14

Antoine Oury

17

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté
Dessin de Morvandiau (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

La présidence d'Emmanuel Macron a été marquée, dès les premiers mois, par des expressions utilisant des termes souvent empruntés au vocabulaire de l'entreprise, à l'image du fameux « start-up nation » que le président alors candidat avait prononcé. 

En octobre 2018, le président de la République avait même prononcé un discours émaillé de franglais juste avant de se rendre... au 17e Sommet de la francophonie. Ces expressions n'étaient pas passées inaperçues, alors que l'avenir de la langue française et de ses locuteurs devait être abordé peu après.

Le rappel signifié par l'Académie française dans un communiqué semble donc s'adresser, notamment, au chef de l'État, mais aussi à l'ensemble des pouvoirs publics. L'Académie se dit ainsi « gravement préoccupée par le développement du franglais. Les violations répétées de la loi Toubon, qui a posé les règles de l’emploi du français dans la sphère publique, dénaturent notre langue, autant par l’invasion des termes anglo-saxons que par la détérioration qu’ils entraînent de sa syntaxe ».

Cette loi Toubon, adoptée en juillet 1994, vise à l'enrichissement de la langue, mais impose aussi une obligation d'utiliser des termes français aux personnes morales de droit public (autrement dit, les administrations) et les personnes de droit privé dans l'exercice d'une mission de service public (élus, fonctionnaires et autres). Ainsi, elle s'applique bien au président, comme aux membres du gouvernement et autres ministères.

Aussi, l'institution « alerte solennellement les pouvoirs publics et les invite en premier lieu à respecter eux-mêmes la loi », peut-on lire dans le communiqué. « Si ceux-ci ne réagissent pas vigoureusement, si l’opinion ne prend pas la mesure du danger qui le menace, le français cessera d’être la langue vivante et populaire que nous aimons », termine l'institution...

17 Commentaires

 

NAUWELAERS

23/11/2019 à 00:16

Il y a une véritable escroquerie intellectuelle à présenter comme une révélation,comme certains,que «le français a toujours emprunté de nombreux mots étrangers» (ce que nul ne nie,mais on enfonce une porte ouverte en faisant croire qu'on mettrait au jour une vérité occultée -tricherie)et que «l'anglais comporte de nombreux mots français»- même remarque,c'est un fait qui n'est inconnu que de ceux qui ne connaissent pas l'anglais et qui ne dédouane pas l'anglicisation avérée de notre langage.
Ce qu'il faut admettre: lorsque l'on remplace systématiquement les mots français tout à fait utilisables et compréhensibles par des (plus ou moins) équivalents anglais, il ne s'agit plus d'un enrichissement de la langue mais d'une substitution, d'un effacement du français non enrichi mais affaibli.
Je ne vois pas pourquoi «burn-out» a tué le mot «surmenage»...
Parfois une évolution inverse survient: on parle maintenant de seul-en-scène là où naguère on ne connaissait que le one man show (que certains employaient même pour des femmes,féministes on vous attend ! Non c'est de la distraction ou de l'ignorance !).
Enfin le mélange de l'anglais et du français peut être ravissant si nimbé d'une dimension et d'une aura artistiques.
«For for me formidable»,chantait Aznavour (fou de notre langue française) !
C'est sûrement ce que pensait de sa chérie Nat "King" Cole: «Darling Je Vous Aime Beaucoup» !
Et une des premières publicités bilingues,qui nous ramène au coeur des Trente Glorieuses: «Sch...(publicité non payée), le drink des gens distingués» !
Aujourd'hui la même boisson pétillante que j'aime savourer s'est soumise au tout-anglais pour ses slogans et c'est une démarche bêtement standardisée et conformiste, branchouille.
Le contraire d'un «repli identitaire» (une simple et légitime spécificité française)peut être si souvent, une soumission grégaire et aveugle à la langue des affaires et de la technologie.
Un progrès ?
Chacune et chacun en jugera !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Hachache/Alex

23/11/2019 à 05:20

On disait :" un poids et deux mesures "
Actuellement des ministres utilisent :" Deux poids ,deux mesures"
Ce qui est totalent différent dans le fond et dans la forme à mon sens
Quel est donc votre avis officiel ?... Merci pour le français-français...

Marie

23/11/2019 à 08:57

Depuis longtemps j'ai pris pour habitude de remplacer systématiquement le mot ou l'expression anglaise qui envahissent notre oral.Pas toujours facile ...Passez une bonne" fin de semaine"...Le" questionnement" d'un tel était intéressant... "D'accord" pour OK etc...Dans ce domaine le remue-méninge est payant, avec de la patience.Et, si l'on veut être rigoureux, il faudrait bannir les mots francisés tel "opportunité" venant de opportunity !! Pourquoi pas "chance"?La tâche se complique... Merci à C.Nauwelaers

NAUWELAERS

23/11/2019 à 18:11

Deux réponses pour le prix d'une hélas (car je ne suis guère plus riche ensuite -je plaisante !).
Hachache/Alex: intéressant,n'avais jamais remarqué la cohabitation de ces deux expressions !
Mais le Robert et le Larousse sont bien d'accord: ce sont deux poids,deux mesures !
Logique: on compare deux poids sur une seule mesure.
Un poids sur l'une,l'autre poids sur une autre...on risque fort d'obtenir un résultat non fiable !
Bravo à Marie !
J'ajoute: «affecter» plutôt qu'«impacter»? «levée de fonds» plutôt que «crowdfunding» et «efficace» plutôt «qu'efficient».
Liste évidemment non exhaustive;mais j'utilise le mot «weekend» entré dans notre langue,comme «drugstore» qui fleure bon les années soixante !
On peut accepter évidemment une certaine quantité d'anglicismes mais un ruissellement normal et non un déluge qui engloutit de plus en plus la langue française...et d'autres idiomes.
Tout est question de...mesure,et une bonne suffira !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

23/11/2019 à 18:29

L'histoire des humains s'est, le plus souvent, compliquée de délires et crises. Leurs congénères, susceptibles d'apporter remède à ces maux, peu souvent s'y intéressèrent et moins encore ils intervinrent. C'est bien connu. En désespoir de cause, on inventa la province thérapeutique du surnaturel habitée par des entités super puissantes, intelligentes et créatrices de solutions viables. Parmi elles, les petits dieux des langues étaient les plus subtils, disponibles, efficaces. Ils se regroupaient, par monts et par vaux, en colonies - sur terre -, en nébuleuses - aux cieux - et tricotaient, sans relâche, des lois et règles drastiques pour discipliner les mots et leurs usagers. Ce fut le truc qui fonctionnait le mieux dans le salmigondis de l'époque. Désormais, devint coutume et prospéra la démarche de requérir leur aide en cas d'urgence.

C'est pourquoi je m'adresse ici, directement, à l'autorité ad hoc:

Cher petit dieu du français,

J'espère que tu vas bien. Pas nous, les francophones: notre langue fout le camp et beaucoup de gens s'en foutent. A tes moments perdus, pourrais-tu (dune part) réprimander vertement les responsables de cette plaie, et (d'autre) encourager les victimes à défendre avec acharnement cette langue qui a fait d'eux des humains. Je préfère énumérer quelques-uns des seconds: les adultes des familles, les profs de tous les niveaux et spécialités, les autrices et auteurs, par exemple. Pardon à ceux que j'oublie.

Cher petit dieu du français, je te souhaite beaucoup de chance et d'avance te remercie.
J'embrasse toutes tes phrases, syllabes, consonnes et voyelles.

Jujube-qui-t'aime


C'est pourquoi j'adresse

NAUWELAERS

23/11/2019 à 18:34

Un ? erroné s'est glissé derrière «impacter» dans mon message précédent !
J'en profite pour ajouter que «collecte de fonds» pourrait être un autre équivalent de bon aloi à «crowdfunding»...
Sauf qu'il faudrait peut-être préciser: «collecte de fonds en ligne» ce qui je l'admets est un peu long !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Ribiata

25/11/2019 à 19:03

bonjour,
je vous rejoins pour voir dans la négligence avec laquelle on utilise des mots anglais un forme de soumission. C'est cela, plus que l'emprunt étranger, qui me dérange (mon pseudo est russe : r'ebiata = une bande de mômes). Car il ne s'agit pas de n'importe quel emprunt. Vive l'enrichissement par des emprunts nombreux à des langues variées. Mais ce n'est pas le cas. Les Québecois sont bcp plus conscients que nous de cet aspect de résistance (résilience ? je blague)car leur contexte leur rappelle tous le jours que leur langue peut disparaître.
Une autre chose qui me dérange, c'est que la défense de la langue... est une défense et, comme souvent sur la défensive, elle emploie des arguments fallacieux. Comme la "beauté" de la langue. Le français n'est pas plus beau qu'une autre langue. Pourquoi ce besoin de hiérarchiser, de justifier en établissant cette prétendu hiérarchie ? Réflexe colonial rappelant les bonnes vieilles idéologies du 19e s. ? Cet argument montre comment, pour défendre la langue, on se laisse aller aux mêmes facilités de penser que ceux qui emploient des mots anglais... parce qu'ils leur viennent en premier à l'esprit, par habitude. Les rapports entre les langues ne sont pas indépendants des rapports politico-éconoimiques, des rapports de domination mondiaux. Dont nous sommes partie prenante, nous Français. Sans cet aspect, aucune réflexion sur la langue ne vaut. Ce que les Québecois aussi, comprennent bcp mieux que nous. On devrait faire des stages de francophonie croisés dans les lycées. Trois mois à Montréal ou à Dakar ? Avec interro au retour :-) Au-delà des grandes messes de la francophonie, est-ce qu'on travaille avec nos partenaires, au jour le jour, pour l'invention lexicale ? Y a-t-il des groupes, des commissions multilatérales ? Comment se fait-il que nous n'appelons jamais à notre secours un mot peul, belge ou berbère, ou un mot francophones inventé dans ces domaines linguistiques, pour passer à la contre-offensive ?

Morille

16/10/2020 à 19:06

Le fait de de devoir publier son adresse électronique avant de mettre un message me fait penser à ceci. Dans Narnia, il y avait le chef de la police secrète : Maugrim. J'ai un peu perdu le fil de la discussion. Je pense que le printemps reviendra. Nos ennemis son sournois. C'est même indécent ( si il y a un meilleur mot (peut-être cynique). Je pense que des français de souche qui promeuvent un franglais – effronté – sont mal dans leur tête. Esprit divisé ? :blank: Nous somme presque dans une situation où il faut défendre son identité. Regardez les Irlandais, ils sont Irlandais mais ne parle quasiment plus irlandais (L'anglais prédomine). Ç'aurait été la seule langue celtique d'État...vivante.

NAUWELAERS

16/10/2020 à 23:41

Morille, c'est quoi ce charabia incompréhensible ?
Ou c'est une blague ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Morille

17/10/2020 à 20:01

De quoi parlez-vous ? Vous n’avez pas vu le film Narnia ?
Pour que vous sachiez, printemps fait référence à une post-situation en France. Comparée au pays de la sorcière blanche, dans Narnia où il y a un hiver qui dure depuis cent ans. Dans ce film, le printemps revient et c’est la fin de la sorcière blanche.

«indécent» : voyez le niveau de langue ce certains réalisateurs Français de vidéo de YouTube : (
Voyez par vous-même la situation de la France : |

Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire magique

Cordialement.

Jujube

17/10/2020 à 20:59

Bonjour à tous, inclus celles et ceux qui commentèrent, il y a un an (grands dieux déjà!), ce texte de Monsieur Oury. Texte et commentaires qui restent, hélas, d'actualité...ou pire.

Les langues "établies"(?) ne sont pas comparables à l'huile qui, elle, surnage quand on prétend la mélanger à l'eau. Elles sont souples, tolérantes, dynamiques et ne rechignent pas à s'acoquiner avec n'importe quel idiome qui leur soit utile. Les langues, tout d'abord, sont humaines, des inventions à nous. Et, comme telles, elles sont le produit de rencontres - fortuites ou non - (ou d'impositions, acceptées ou non) avec d'autres humains. Il n'existe plus, aujourd'hui, ni "race pure" ni "langue pure". Les langues ont des moeurs légères et leur descendance est bâtarde!

Apparemment, tout un chacun a ce qu'il appelle "sa langue". Certains en sont fiers ou honteux. D'autres en disent: "C'est ma patrie" ou "c'est mon âme". Paroles d'exilés mobiles ou immobiles?

Je suis né dans un pays trilingue; ma mère parlait une langue ouralo-altaïque; ma langue "maternelle"(!) est le français; ma langue "quotidienne" est l'espagnol d'Amérique centrale (envahi par l'anglais des USA).
J'ai vécu si longtemps là-bas que j'en perds "mon" français; je le constate avec horreur, je vous le jure!
D'où mon bonheur d'avoir connu ActuaLitté qui me permet de commenter, parfois, dans "ma" langue si belle, le français. J'essaie d'écrire le mieux possible, conseillé par mes "livres sacrés", des dictionnaires de tous poils. Gare aux erreurs, témoins de ma regrettable "désalphabétisation" du français. Et merci aux personnes qui me corrigent, comme Monsieur Nauwelars.

Tout cela pour vous exprimer combien je déteste l'intrusion quasi systématique de l'anglais dans le français comme si celui-ci souffrait d'une hémorragie lexicale qui le laisserait à court! En ai marre de me plonger dans mes dicos anglais-français ou espagnol-anglais quand, d'un texte, je ne pige que dalle. j'ai parfois l'impression d'être plus bête que je ne suis!

NAUWELAERS

17/10/2020 à 22:35

Un grand merci à Jujube pour son message du 17 octobre.
Je partage son amour de la langue française qui est une amoureuse généreuse et prodigue de ses charmes capiteux !
Tous ses aficionados sont solidaires, sans nulle trace de jalousie entre eux, les dévots de notre langue française.
Et l'expérience trilingue de Jujube est très intéressante mais je note que le français est sa langue préférée des trois !
Ici en Belgique on se doit d'être bilingue français-néerlandais d'abord et ensuite, du temps lointain de ma scolarité, nous avons eu droit, outre le néerlandais, aux cours d'anglais -ça a «matché» immédiatement...un petit anglicisme ici, si je peux ! -et d'allemand (tout s'est effacé dans ma tête en revanche quant à cet idiome).
On a souvent constaté la passion sans borne(s) que vouent à notre langue des gens venus d'ailleurs et des étrangers, malgré les difficultés inhérentes à son apprentissage.
Je fais références à celles et ceux dont elle n'est pas la langue maternelle...et aux autres également d'ailleurs.
Elle est comme une très jolie femme dont on ne peut que tomber amoureux (...on voudra bien accepter cette métaphore pour les très nombreuses amatrices du français bien entendu !)mais qu'on ne peut conquérir qu'en se donnant beaucoup de mal.
Cioran n'a jamais demandé la nationalité française alors qu'en dépit de ses origines roumaines, il écrivait directement en français.
Et il a fameusement écrit:
«On n'habite pas un pays, on habite une langue.
La patrie, c'est cela et rien d'autre.»
Et une des plus magnifiques déclarations d'amour au français qui soient est due à notre très cher Rital disparu: François Cavanna !
Le thème des Ritals et de l'immigration italienne -avez-vous remarqué ?- n'est quasi plus jamais évoqué au présent, mais seulement lors de rares évocations historiques.
Enfin pour en revenir à l'inoubliable écrivain et journaliste aux bacchantes impressionnantes -une très grande figure de la vie à la fois populaire et intellectuelle française - il a donc écrit son cri d'amour vibrantissime, intense et par endroits douloureux à notre langue dans un essai qui m'a laissé comme deux ronds de flan.
Une splendeur, un livre-culte pour l'auteur de ces lignes.
Cela s'appelle «Mignonne, allons voir si la rose...» (Albin Michel, première édition 1989).
Cavanna y envisage la langue sous toutes ses coutures, son histoire, et les avanies que certains lui faisaient déjà subir en ces temps déjà lointains.
Et il lui adresse une ode fervente et brûlante, lyrique, idéaliste, à bride abattue, précisant qu'il «se ferait hacher menu pour elle» !
Autre chose que les dissections des linguistes qui ressemblent à ces intellectuels qui peuvent analyser de façon experte l'anatomie d'une bouche mais qui ne voient plus le sourire.
Recommandé à tout passionné de langue française et de belle littérature -même s'il s'agit d'un essai, non d'un roman -de haute volée.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Morille

17/10/2020 à 23:43

À NAUWELAERS

Je suis désolé j'ai été un peu incohérent :| . En tout cas je propose une idée d pseudonyme qui m'est venue pour publier des messages : Évents de baleines. Franco.

Morille

18/10/2020 à 02:51

À Marie ;

D'après le Lexis (Larousse 1975), « opportunité n.f (1220).
1. Toutes s'interrogeaient [...] »

«opportun,e [...] adj. (lat. opportunus ; 1355). Se dit de qui vient à propos »

Je ne pense pas que ce soit un mot d'origine anglaise d'après cette source bon après il y le le Robert édition 1972 :

1. «opportun,une [...] adj. (1355 ; lat opportunus, rad. portus, proprem. «qui conduit au port » ). Qui convient dans un cas »

2. «opportunité [...] n. f. (1220; lat opportunitas). Caractère de ce qui [...] »

C'est mitigé https://fr.wiktionary.org/wiki/opportunité

Morille

10/11/2020 à 03:15

Tenons sur la Meuse...
Meuse = la langue

« On peut accepter évidemment une certaine quantité d'anglicismes mais un ruissellement normal et non un déluge qui engloutit de plus en plus la langue française...et d'autres idiomes. »
NAUWELAERS

Bruno Motais de Narbonne

18/12/2020 à 06:53

Il existe du franglais plus insidieux encore, tel que l'utilisation abusive de mots d'origine française adoptés en anglais et qui reviennent chez nous avec un sens déformé :
- "future" traduit littéralement "futur" par les journalistes, au lieu du mot "avenir" qui, lui, semble en perdition.
- "expérience" pour lequel la traduction directe en français est délicate, mais dont la vraie traduction devrait être "impressions" ou "ressenti".
- etc.

Bruno Motais de Narbonne

19/12/2020 à 20:44

Il existe du franglais plus insidieux encore, tel que l'utilisation abusive de mots d'origine française adoptés en anglais et qui reviennent chez nous avec un sens déformé :
- "future" traduit littéralement "futur" par les journalistes, au lieu du mot "avenir" qui, lui, semble en perdition.
- "expérience" pour lequel la traduction directe en français est délicate, mais dont la vraie traduction devrait être "impressions" ou "ressenti".
- etc.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48

ActuaLitté

Pass Culture : le livre, expérience culturelle la plus populaire sur l'appli

Quelque peu oubliée pendant la crise sanitaire, confinement et fermetures obligent, l'expérimentation du Pass Culture s'est poursuivie et rassemble désormais plus de 100.000 inscrits, pour 500.000 réservations effectuées, au total. 75 % des réservations totales concernent des biens et activités culturelles, avec 55 % d'entre elles représentées par le livre.

30/09/2020, 12:18

ActuaLitté

Vocabulaire : quelques mots pour un rendez-vous spatial, en orbite

Le prochain Eldorado des explorateurs et autres colonisateurs, 50 ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, se trouve du côté des étoiles. L'exploration spatiale passionne à nouveau, et la Commission d'enrichissement de la langue française propose quelques termes, définitions et expressions, dans le domaine de la spatiologie et de l'astronomie.

28/09/2020, 09:39

ActuaLitté

Bolo bolo : une formation pour mener des projets éditoriaux responsables

Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, et Open Lande, fabrique de projets évolutionnaires installée à Nantes, annonce une première session de la formation en ligne Bolo Bolo, du 4 au 10 novembre prochain. Celle-ci propose une initiation à la création de projets à impact social et environnemental positif dans le monde du livre.

24/09/2020, 09:45

ActuaLitté

La présence de livres éducatifs à domicile, facteur de réussite scolaire des enfants

L'organisation UNICEF France, dans un rapport consacré aux enfants des pays riches, alerte sur le mal-être et les difficultés, notamment en matière de lecture, d'un grand nombre de jeunes. L'étude met notamment en relation les compétences de lecture et de calcul et le bien-être des enfants, ainsi que la présence de livres dans les foyers et le niveau de réussite scolaire.

23/09/2020, 11:56

ActuaLitté

Cannabis : le CBD permet-il aux écrivains d'ouvrir les portes de la perception ?

Pour créer des histoires toujours plus passionnantes, les écrivains doivent être concentrés, créatifs et faire appel à tout leur talent. Ce n’est pas toujours chose facile, et avoir quelques petits coups de main dans leur quotidien est parfaitement appréciable. Justement, en la matière, le CBD, ou cannabidiol, exerce-t-il une influence ? On vous apporte quelques précisions sur les liens entre création et stupéfiants.

23/09/2020, 05:51

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : le libraire Charles Kermarec renvoyé en correctionnelle

En 2018, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues à Brest, était mis en examen pour agression et harcèlement sexuel. Après deux ans d’instruction, le libraire comparaîtra finalement devant un tribunal correctionnel. 

15/09/2020, 16:28

ActuaLitté

Leila Slimani : Magistrale, sur Canal+

Magistral·e est la collection de masterclasses de CANAL + pour laquelle sont invités des artistes que la chaîne chérit et qui font l’époque. Ils racontent alors les différentes étapes de leur processus de création.

15/09/2020, 11:36

ActuaLitté

“Les organismes de gestion collective ne sont pas des syndicats !”

La sénatrice du Val-de-Marne, Laurence Cohen, vient d’enfoncer le clou sur la question de la représentativité. Alors que dans le rapport Racine, était posé noir sur blanc l’instauration d’élections pour les artistes-auteurs, Franck Riester avait simplement balayé l’idée. Pourquoi ? Le locataire de la rue de Valois ne s’en expliqua jamais. Quid de la position de Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la Culture ?

12/09/2020, 11:34