#Distribution

Rentrée littéraire 2021 : la justice française interdit la vente d'un roman

EXCLUSIF – La rentrée littéraire s’ouvrira donc sous des auspices judiciaires : selon les informations de ActuaLitté, le roman de Pascal Herlem, Fatum (Ed. Bouquins), vient d’être interdit à la vente. Une ordonnance du tribunal, du 9 août, contraint la maison à suspendre la mise en vente, et bien plus encore. Coup dur pour un ouvrage de fiction, qui aurait été le sixième de l’auteur.

Le 13/08/2021 à 13:14 par Nicolas Gary

68 Réactions | 8031 Partages

Publié le :

13/08/2021 à 13:14

Nicolas Gary

68

Commentaires

8031

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Psychanalyste, Pascal Herlem devait faire paraître ce livre, évoquant des relations incestueuses, mettant «des mots sur le poids et la fatalité d’un récit familial, dont l’écriture semble l’unique issue». Mais selon le jugement de l’ordonnance de référé de la 17e Chambre du tribunal de Paris, tombé ce 9 août dans les mains de l’auteur et de son éditeur, il est «fait interdiction aux Éditions Bouquins ainsi qu’à tout ayant droit de diffuser, de commercialiser et de promouvoir le roman Fatum de Pascal Herlem».

Et ce «sous astreinte d’une pénalité par manquement constaté à compter de la signification de la présente ordonnance, l’astreinte courant sur un délai de trois mois». Autrement dit, même les médias se trouvent interdits de publier la moindre chronique, sous peine d'infliger à l'éditeur 500 € pour l'infraction. 

Une famille sous l’œil psychanalytique

Fatum devait poursuivre une œuvre entamée en 2015 chez Gallimard, avec le roman Françoise, un titre qui évoquait la sœur de l’auteur/narrateur «qu’en croyant bien faire on a lobotomisée», indiquait L’Arbalète. Focalisé sur la vie de cette enfant, le livre était suivi, toujours chez Gallimard/L’Arbalète en octobre 2017 par Limoges, cette fois avec le regard du narrateur sur sa propre enfance. 

DIFFAMATION: les éditions Massot interpellent Dupond-Moretti

Des ouvrages qui n’ont pas vraiment rencontré leur public, puisque, selon les données Edistat, ils se sont vendus à respectivement 939 et 1490 exemplaires. Avec ce nouveau roman, c’était la vie du frère du narrateur qui était prise en compte : «Didier est fasciné par sa sœur aînée, Françoise, dont l’extravagance sature le cocon familial. Ses crises de folie, ses jeux malsains et ses accès de démence se multiplient, et Didier devient la victime de ses délires glaçants.»

Comme on peut le lire : «Leur relation fraternelle était devenue étroite, une sorte de petite folie à deux, assez discrète pour ne pas attirer l’attention d’un parent, pour durer, donc.»

Ou encore : « Le bain avait lieu une fois par semaine au moins, pendant des années, le temps pour Didier d’entrer en connivence particulière, en intelligence profonde et durable avec sa sœur de sept ans son aînée à l’influence confirmée, de s’imprégner de l’amour passionnel sous l’emprise duquel il se trouvait. » Pour la cour, il en va autrement.

« Sont relatés les faits d’attouchements sexuels dont Didier Herlem a été la victime de la part de sa grande soeur, Françoise Herlem, lors de son enfance, le résultat traumatique de ces attouchements sur sa vie d’enfant, les autres atteintes sexuelles, agressions et/ou viols dont il aurait été victime par la suite entre son enfance et son adolescence », note le jugement.

Une matière familiale

Trois romans, ou plutôt deux, évoquant une histoire connue de la famille, qui puisaient ainsi dans un passé pour nourrir la fiction. Entre-temps, la sœur est décédée, les parents également, le frère Didier est toujours vivant. Or, l’assignation en référé obtenue le 29 juillet découle de l’ex-femme du frère, ainsi que de deux des enfants. Le tout dénonçant une atteinte à la vie privée, dans des circonstances judiciaires étonnantes de vélocité, autant que dans les conclusions.

D’abord, parce qu’aucune procédure n’avait été entamée après la parution des deux premiers livres. Ensuite, parce que la démarche pointe une atteinte à la vie privée pour une personne n’étant pas dans la procédure. La juge considérera pourtant que l’atteinte est réelle, «en ce qu’elle se rapporte à l’intimité de la vie familiale qu’ils ont partagée ou partagent encore», indique l’ordonnance, consultée par ActuaLitté.

DARMANIN: une BD porte atteinte à sa vie privée

Ensuite, c’est en l’absence de la partie adverse que les avocats des plaignants ont été entendus par la cour. En effet, l’accusé n’aura pris connaissance que trop tard de l’assignation : le principe du contradictoire, par lequel chaque partie est garantie de pouvoir être entendue, semble ici avoir été mis de côté. Lors de la convocation de ce 6 août, ni l’auteur ni l’éditeur n’étaient présents — par défaut d’information.

Ni roman ni fiction

« Il est également établi une atteinte vraisemblable à la vie privée des demandeurs à titre personnel, en ce que chacun d’eux est dépeint dans son histoire et ses interactions plus ou moins conflictuelles ou douloureuses avec les autres membres de la famille », peut-on lire.

La dimension de roman psychanalytique n’a d’ailleurs pas été retenue, et la cour d’invoquer alors l’article 835 du Code de procédure civile, pour aboutir à une triple interdiction : diffusion, commercialisation et promotion. Il est en effet « vraisemblable qu’il existe des liens étroits entre les personnages de l’ouvrage Fatum avec la réalité de la vie des demandeurs ».

Et la cour de noter : « Le dommage imminent qu’entraînerait la diffusion et la commercialisation de l’ouvrage […] est donc caractérisé […]. S’agissant de la divulgation des détails les plus intimes de la vie des demandeurs, un tel dommage serait irréparable et justifie qu’il soit fait droit à la demande d’interdiction sous astreinte qu’ils ont formée. »

Notons à ce titre que la maison d’édition pas plus que son conseil n’ont souhaité apporter de commentaire, considérant que toute intervention tomberait de fait sous le coup de l’ordonnance. L’auteur et l’éditeur, la SAS Éditions Robert Laffont, sont condamnés chacun à 1000 € au titre de frais irrépétibles, ainsi que d’une astreinte de 500 € « par manquement constaté ».

Reste désormais à l’éditeur et son distributeur, Interforum, à rappeler les quelque 2000 ouvrages mis en vente pour le 19 août…

Mise à jour 14/08 - 16 h 50 :

Depuis l’annonce de la maison d’édition Bouquins, le déréférencement de l’ouvrage intervient massivement sur les plateformes de vente. La mention du livre a déjà été supprimée sur le site Lisez.com, qui sert au groupe Editis à référencer l’ensemble des parutions de ses maisons, avec une jolie page 404 indiquant la suppression des éléments, bien que l’on en trouve encore trave à quelques endroits du site.

En revanche, les librairies en ligne voient les flux de données s’actualiser progressivement : les principaux vendeurs, comme Amazon, Rakuten ou le service de vente de livres d’occasion Momox ont supprimé les données liées au roman. « D’ici à 24, voire 48 heures, l’ouvrage aura totalement disparu de la toile, pour ce qui est des précommandes », assure un libraire.   

crédit photo : Tingey Injury Law Firm/ Unsplash

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pascal Herlem Bouquins (Editions)
Fatum
19/08/2021 192 pages 17,00 €
Scannez le code barre 9782382920329
9782382920329
© Notice établie par ORB
plus d'informations

68 Commentaires

 

Soize

13/08/2021 à 15:06

Quel dommage, pour une fois qu'un écrivain évoque ce sujet tabou, tellement dénié par notre société.

Curieusement, lorsque la justice doit examiner ce qu'ont subi les victimes, il n'est pas question d'atteinte à leur vie privée, alors que l'inceste est un très bon moyen de démolir un enfant, et l’adulte qu'il va devenir... Les procédures sont d'une longueur et d'une complexité inimaginable... Et rares sont les plaintes qui aboutissent à une reconnaissance, d'abord, à des dédommagements ensuite...

Eliane Schierer

13/08/2021 à 17:23

Bien commenté merci à vous

Reuillon

13/08/2021 à 18:25

C'est tout sauf un "sujet tabou", on en parle depuis plus de 20 ans à longueur de romans, d'articles, de procès d'assises, d'émissions de télé où les gens racontent sans aucune pudeur leur vie intime. Et le genre "roman" permet trop souvent de faire du fric en déformant l'histoire à son avantage, comme l'a fait Yann Moix.

Oskar K. Cyrus

15/08/2021 à 10:31

"Faire du fric" : Vous avez bien lu l'article ? Cet auteur ne vend pas beaucoup (1490 ex. max) et par conséquent n'aurait pas eu un gros chèque pour son bouquin. Par contre, on peut lire qu'il est psychanalyste, à mon avis il gagne plutôt bien sa vie sans ses bouquins.
Il s'agirait de réfléchir avant de commenter.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 15:18

Que dire à ce sujet? C'est assez difficile de se prononcer.
Quand on n'est pas dans ce cas, et même, on n'a pas le droit de juger l'écrivain. C'est la dernière chose à faire.
L'auteur a voulu certainement "se libérer" d'une façon ou d'une autre de ce poids qu'il porte sur ses épaules dû à son adolescence et celle de son frère et de sa soeur. J'essaie de me mettre juste un peu à sa place. Il a du souffrir et son frère également. Après de tels faits, on ne peut plus jamais oublier.
Une auteure amateure n'est pas un écrivain professionnel non plus et n'a pas les qualités requises pour en dire ni du bien, ni du mal, elle essaie de comprendre, c'est tout.
Pour ma biographie, j'ai du faire attention, modifier des passages, car si jamais une personne se reconnaît, et porte plainte, c'est assez délicat.
Quant à la décision du tribunal, je ne comprends pas pourquoi ne pas avoir ni informé l'auteur, ni l'éditeur en temps voulu?
Quand je vois des chiffres de vente de plus de 1000 exemplaires, je ne peux qu'en rêver, mais je reste bien à ma place. Mes collègues doivent vivre de leurs écrits, moi non. Mais j'aimerai bien que mes finances se rétablissent un peu. Restons positifs.
Je souhaite que le meilleur à vous toutes et tous, pleine réussite et bonne santé.
Un petit mot pour terminer à l'auteur: Pascal, ma vie n'était pas de tout repos, mais je n'ai pas vécu la vôtre. Je vous souhaite bonne continuation et ne vous laissez pas abattre. Les erreurs que j'ai commises m'ont rendu plus forte. Bien à vous!

Reuillon

13/08/2021 à 15:31

Tant mieux. Marre de ces écrivains nombrilistes qui étalent leurs problèmes familiaux, de manière souvent trafiquée – cf. l'ignoble Yann Moix.

Marie

13/08/2021 à 18:15

Vous englobez bien sans-doute Camille Kouchner, dans ces "écrivains(?) nombrilistes" qui, à mon sens auraient mieux fait de consulter un bon psychanalyste...

Reuillon

13/08/2021 à 18:28

En effet, Camille Kouchner fait partie de ces auteurs. Mais, ayant lu son livre, je ne la soupçonne pas d'avoir déformé les faits. Et elle a eu le mérite de dévoiler les dessous pas très propres d'un milieu très m'as-tu-vu, très donneur de leçons de morale… et très influent dans la politique et l'éducation.

Marie Bonheur

13/08/2021 à 15:38

Je trouve que c'est normal.

Ce roman porte atteinte à la vie privée des descendants des acteurs de cette fiction/ réalité.

Par ailleurs, il ne peut intéresser que les voleurs et les pervers

Marie

13/08/2021 à 18:18

Je ne trouve pas que ce soit normal, cette atteinte à la liberté d'écrire, cette morale qui se veut collective alors que (tout comme la solidarité) elle est à mon sens éminemment personnelle. De plus personne n'est obligé de lire !!

Annie-France Belaval

13/08/2021 à 16:27

Je n'aurais sans doute pas lu ce livre; je n'ai pas lus les précédents (ils m'ont échappés) mais ce genre de censure me choque!

Schierer Eliane

13/08/2021 à 17:25

Bonsoir Annie
Moi aussi j’étais étonnée de cette censure
Dommage pour l’auteur

Delia

13/08/2021 à 16:28

Ce n'est pas le thème qui pose problème, mais seulement la vie privée. Pourtant il est bien marqué "fiction" sur l'ouvrage. Et juger sans écouter les voix de la défense me semble un procédé inacceptable.

Ahmed Miloud

13/08/2021 à 17:15

L'inceste en lui-même est condamnable, mais avec la liberté sexuelle promue en Europe et ailleurs, il est toléré. Autrement dit, il ne constitue plus un objet de plainte sauf sans les cas de viol ou ou quand l'acte incestueux est commis sur des enfants mineurs de moins de quinze ans, consentants ou pas.
En conséquence, il est illogique de condamner la parution de ce roman même s'il fait référence à des faits réels.
https://www.senat.fr/lc/lc102/lc1020.html

Reuillon

13/08/2021 à 18:30

L'inceste n'est pas plus toléré dans les pays où la liberté sexuelle existe que dans les pays très religieux où la liberté sexuelle est réprimée. Ceux-ci sont seulement plus hypocrites

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:01

Merci Reuillon de remettre les choses en place (j'allais écrire "de remettre l'église au centre du village", mais je crains que cette image n'ait pas été bien interprétée, allez LouÏa !)

Ninipod'

13/08/2021 à 17:17

Incompréhensible, en effet, sur le plan juridique(?):
- la personne plaignante n'étant pas de la famille au moment des faits relatés, et de plus, divorcée depuis...et les autres" parties"(?) étant décédées.
-Les enfants? de qui?... et le cas échéant, il y a sans doute lieu de sans les "mêler"....- qu'ils n'ignorent pas ce qui a pu se passer...l'omerta confortée par cette ordonnance ouvrant encore plus de soupçons pour leur éventuelle histoire et la vérité des faits (avérée ou infirmée).
- Le fait de n'avoir pu se constituer partie civile ou défenseur en l'absence de l'information: or une procédure de référé exige une lettre recommandée à remettre en mains... propres(!).
Tout ces éléments laissent perplexe.
...........................Sur un autre plan, celui du livre, de ce qu'est la littérature et de l'édition... (les publications nous le montrent), il est bien des questions qui laissent un espace ouvert... et d'autant plus flou et difficile à appréhender:
-s'il s'agit d'un Essai psychanalytique, il n'est nul besoin de censurer, cela va de soi: mais le livre peut-il tenir ce statut? Ce domaine, il est vrai, contenant ici des éléments de biographie est certes un terrain risqué...
- S'il s'agit d'un récit... le livre doit-il porter la mention "récit" en couverture....? (Que dit la jurisprudence éditoriale en la matière?
- S'il s'agit d'un roman, il semble bien que les débats autour de la question sont en plein au cente de la question de l'auto-fiction etc... ou du livre -choc etc.. tels qu'on en connaît plusieurs récents...
visant des personnalités réelles............. vivantes............... visibles........... etc.
Ce qui est singulier en la matière, c'est que le psychanalyste en question n'ait, semble-t-il, pas eu les armes littéraires et le dispositif pour, précisément, établir le lieu littéraire de cette recherche, de ces frontières, dans la langue qui lui eût été et dans la forme favorable à ce débat... entre REEL, et..........fantasme.... Fiction..... mensonge... etc...
ALORS MÊME que ceci fait partie de son exercice professionnel et même de son obligation éthique...............
Mais à ce niveau, nous ne le savons pas, car la Justice -ici, aveugle, on le... voit!- ne permet pas au public de se faire une opinion....
Ce qui reste: la protection d'une IDEE de la FAMILLE dont l'écrasante majorité des crimes et délits restent de son FAIT, en valeur absolue entre tous les crimes...Protection venant des membres de la Justice elle-même.
AIMONS les LIVRES d'autant plus, bons comme mauvais..............


Marco

13/08/2021 à 17:28

La justice fait son travail et prends des responsabilités. Rien de scandaleux.

sed

13/08/2021 à 17:29

Je trouve bien que la justice ne permette pas la diffusion de n'importe quoi. Je ne parle pas de censure, mais de droit au publique à être protégé de certaines dérives qu'il ne mesure pas toujours. Tout adulte n'est pas toujours bien réfléchi et bien raisonné, la justice a un devoir de réserve pour protéger la société de toute déviation morale. Lorsqu'on entend une histoire pédophile on s'offusque de cette perversion malsaine, mais pour qu'un homme/femme en arrive à cela, la plus part du temps, c'est qu'il/elle l'a subit ou en a entendu un récit. Donc oui, la justice à bien joué son rôle.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:41

Non, la justice n'a pas à juger la "morale". Ne serait-ce que parce que cette "morale" n'est pas la même pour tous, selon ses croyances, notamment. La justice est là pour juger la loi, qui s'applique à tous, quelles que soient leurs croyances et leur "morale".
En outre, en quoi interdire un livre permettrait-il de "protéger la société" ?
Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ? Ou qu'il en a entendu un récit ?
On voit tous les jours des meurtres à la télé ou dans de multiples romans. Cela pousse-t-il tous les téléspectateurs ou lecteurs à devenir des criminels ? Faut-il interdire ces fictions télévisuelles, cinématographiques ou littéraires sous prétexte qu'il faut "protéger la société" ?
Vous niez la responsabilité individuelle de chacun. L'inceste (sur un mineur), la pédophilie sont réprimés par la loi. C'est à chacun de la respecter, rien d'autre.
Et prenez garde à conserver vos notions de "déviation morale" pour vous-même, tout le monde n'a pas les mêmes. Et les vôtres ne valent pas plus que celles d'autres personnes.

Lily

13/08/2021 à 19:32

Lobotomie de l'écriture par une triste justice !

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:28

Cher Otto,
Permettez-moi de vous remercier pour votre commentaire.
Je suis auteure de romans policiers, style classique, du genre Agatha Christie, bien que je ne lui arriverai jamais oh jamais à la cheville. Je n'arriverai pas non plus â la cheville de la plupart d'entre vous.
Des amies m'avaient suggéré d'écrire et c'est que j'ai fait après ma retraite en 2015. Les "meurtres" c'est dans quoi j'excelle. On m'avait dit d'écrire des romans d'amour, des romans pour enfants, mais ce n'est pas pour moi. Je préfère écrire dans quoi j'excelle.
Il ne me viendrait jamais à l'idée de tuer ou d'imiter un de mes personnages, c'est de la fiction.
Je suis de nature pacifique, je me défends si on m'agresse, mais j'aime l'harmonie.

C'est très dommage que ce roman ait été censuré. L'auteur voulait s'exprimer et se décharger d'un fardeau, je le comprends. On ne peux pas jouer à l'autruche et dire que cela n'existe pas, ou que cela heurte. Je suppose que cela a bien existé et c'est triste pour l'auteur et son frère. Ils sont à plaindre.

On n'a jamais censuré des caricatures blessantes, vulgaires, et blasphématoires, prétextant le droit à la liberté d'expression. La liberté d'expression a pour moi un autre visage, moins laid, moins provocateur. Beaucoup d'entre vous, en tant que professionnels vont m'en vouloir et m'écriront, peut-être m'insulteront t'ils, mais c'est dit. Même les non-croyants pourraient faire un effort en respectant les croyances des autres.
Je précise que je suis spirituelle mais que je ne vais plus à l'église. Je suis croyante, mais ne croie plus aux serviteurs de Dieu, et pour cause. Il y en aurait des choses à écrire, mais tel n'est pas le sujet.
Chacun de nous a sa façon de penser et de s'exprimer. La liberté d'expression a ses limites. Le blasphème est interdit en Italie. Je condamne le terrorisme bien évidemment, on ne tue pas pour un dessin, d'un autre côté "qui sème le vent, récolte la tempête". Je ne souhaite de mal â personne, attention, j'explique, c'est tout.
Les Anglais ont bien réagi à ce sujet, bravo. Je pense être une des seules en France â penser ainsi, mais j'assume.
Donc tout ceci passe, et pour un simple roman la loi le censure, c'est à ne plus rien comprendre?
Je ne répondrai pas à des commentaires agressifs. Merci d'en prendre note.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:32

Bonjour Eliane et merci de votre réponse,
Je ne suis pas écrivain, je suis "juste" journaliste, je ne sais pas faire de fiction, l'idée même de faire de l'auto-fiction me fait frémir tellement elle est en dehors de mon champ de pensée.
Tout comme est inimaginable pour moi d'appliquer mon champ de pensée à celui des autres - sur ce qui tient à la "morale" bien sûr - pour ce qui est de la loi, elle est là et doit l'être, je suis évidemment contre le meurtre, le viol, la prévarication, et ainsi de suite.
Pour ce roman (si tant est qu'on puisse parler de roman lorsqu'il s'agit d'auto-fiction - mon "humour" (qu'on me reproche souvent) m'aurait amené à parler "d'otto-fiction"... -), je n'ai pas d'avis sur le fait qu'il soit "censuré" ou non : avec ce que dit Actualitté (et ce n'est pas de sa faute, le journaliste ne fait qu'énoncer ce qu'il a comme informations), il est impossible de juger de ce qui est "bien" ou "mal" dans ce cadre précis.
Ensuite, et ça m'est personnel, je déteste l'auto-fiction, le côté "je me lave de mes traumas en écrivant", parce que d'une part ça me fatigue et d'autre part ça n'a jamais donné le moindre début de commencement de talent à qui que ce soit.
Pour le reste, oui, des saloperies telles que l'inceste existent. Et les victimes sont toujours à plaindre. Mais c'est à elles d'aller en justice et d'y traîner les salopards qui méritent d'être balancés dans une prison.
Quant à la liberté d'expression, elle n'a pas de visage. Ou en tout cas pas un "beau visage". Le photographe qui parcourait les tranchées en 1915 et ramenait des clichés tellement atroces qu'aucun média ne voulait les publier, ça, ça me fait chier. Parce que c'était la réalité, mais que d'aucuns voulaient la gommer. Donc, de manière plus générale, la liberté d'expression n'est pas ce que "je voudrais lire", elle englobe aussi les saloperies qui me font gerber, du moment qu'elles respectent la loi.
Quant au blasphème, il m'importe peu. Vous parlez de "respect des croyances des autres". Certes.
Mais qu'en est-il des "non-croyances" de ceux qui, comme moi, n'ont aucune croyance, qui sont de "simples" athées ? Je ne me sens pas "victime", je remarque juste qu'on oublie souvent de parler de la sensibilité de ceux qui pensent différemment... Je veux bien respecter les croyances de certains, je souhaiterais juste que l'inverse soit vrai, on en est loin...
Quant à la liberté d'expression, elle a certes ses limites, légales, très bien exprimées en France. Je me fiche de savoir ce qu'il se passe à ce sujet en Italie ou en Iran (deux très beaux pays avec des gens formidables mais aussi de profonds salopards, qui plus est au pouvoir en Perse...). Et non, "qui sème le vent..." n'est pas viable : cela signifie que je pourrais venir demain vous tuer parce que vous ne pensez pas comme moi : êtes-vous prête à dire que c'est "normal parce que qui sème le vent blablabla" ? Réfléchissez, ne dites pas de sornettes de cette sorte, vous perdez toute crédibilité, toute possibilité d'être estimée. Aucune pensée, je dis bien aucune, ne peut justifier d'être tué. Même celles qui me déplaisent au plus profond de mon être. On peut légiférer pour interdire les pires saloperies (le nazisme par exemple), faire en sorte que personne n'en fasse l'apologie. Mais tuer quelqu'un pour ça ? Jamais ! (ça n'empêchera pas que le premier qui vient me faire l'apologie du nazisme sous mon nez prendra mon poing dans la gueule, mais ce n'est pas exactement la même chose...)
Pour le reste, je ne sais pas comment ont réagi les Anglais, mais si c'est du type "qui sème le vent...", cela ne fera que confirmer que je vis du bon côté de la Manche.
Quant à votre phrase sur le roman et "ceci passe", je ne comprends pas ce que vous voulez dire...
Et mon commentaire n'est pas agressif, sauf sur certains points. :)

Eliane Schierer

14/08/2021 à 13:02

Bonjour Otto,
Merci pour votre réponse. Dommage que vous ayez écrit sous un pseudo, chose que je n'ai pas faite.
Si je me suis trompée alors excusez-moi, je n'ai pas trouvé votre nom en tant que journaliste sur le net.
Vos idées ne rejoignent pas les miennes, car c'est votre projection et c'est normal.
Ma projection est autre.

Etre crédible, perdre l'estime des autres, vous savez en tant qu'auteur j'en ai entendu des vertes et des pas mûres. Je m'en fiche royalement. On ne peut être d'accord sur tout, c'est impossible.
Si j'écoutais tous mes lecteurs je serai ma propre "ghost writer".
"De même que le rocher n’est pas agité par le vent. Les sages restent inébranlés par le blâme ou le compliment. (Dhammapada)"

Nous ne pensons pas tous de la même manière, heureusement, sinon la vie serait une soupe sans sel.

"Ceci passe" = les caricatures blessantes ne sont pas censurées, mais ce roman oui, dommage.
Le liberté d'expression n'a jamais eu un beau visage, je vous le concède. Pendant la première guerre mondiale aussi. J'ai visité Verdun, mon grand-père y ayant combattu du côté des allemands.
Il n'a jamais tué quelqu'un et faisait signe et avertissait les français en cas d'attaque.

Je vous respecte et votre opinion et que vous ne soyez non croyant. On peut faire de bonnes choses sur terre, ceci n'a rien avoir avec la religion. On peut s'entraider, c'est ce qui compte.
Mais cela n'autorise tout de même pas de faire du n'importe quoi avec des carricatures qui ont mené indirectement à la mort de beaucoup de personnes.
Je n'en démordrai pas, quitte à me faire virer du site. Cela ne serait pas la première censure, j'en ai l'habitude.

Je respecte le journaliste qui a fait son travail et qui nous a mis l'article à notre disposition, je n'ai jamais dit que c'était de sa faute. Et pourquoi donc?

Je ne soutiens pas le terrorisme et les meurtres je l'ai écrit. On ne tue pas pour un dessin.
Les "lésés" auraient pu porter plainte, mais auraient été déboutés par la justice certainement.

Et tout le monde peut mettre sur papier une biographie. Pourquoi détester (c'est votre droit) ce que les autres aiment. Les goûts et les couleurs.....
Grasset en a fait l'expérience ces derniers temps, et je suis certaine que c'est un filon d'or pour eux.

Dans une école anglaise, les parents musulmans sont venus se plaindre de ces carricatures et l'école a sévi, et elle a bien fait. Bravo!

Beaucoup de journalistes aiment cela, non, quand le brasier se rallume et quand il y a de la tempête. Il y a de quoi écrire, même si cela a un visage affreux. Je ne l'écris pas pour vous, mais en général. C'est le travail d'un journaliste, et il doit mettre souvent ses sentiments personnels de côté.

J'espère que vous ne viendrez pas chez moi et m'insulter, je prendrai le balai, et mon loulou ne vous laisserait pas faire. Lui aboie et moi je mords:-) Mamie sait encore se défendre:-)

Qui sème le vent récolte la tempête, oui cela va dans les deux sens, je vous le concède.
Celui qui va avec le tisonnier dans les braises, s'y brûlera quand le feu se rallumera, cela va aussi dans les deux sens.
Un proverbe allemand dit: So wie man in den Wald hineinruft, so schallt es heraus......

La Perse et l'Italie sont de très beaux pays, vous avez raison. Les deux pays ont leurs problèmes.
Et moi je ne m'en fiche pas de l'Italie. Je lis beaucoup de choses dans les journaux, quitte à me faire mon opinion. Cette opinion n'est peut-être pas toujours exacte, mais au moins j'en ai une.
Je vous souhaite une bonne santé et un bel été, ce que je souhaite aussi aux lecteurs!

Aradigme

14/08/2021 à 13:33

Bonjour Otto Naumme,

Je me permets de vous faire remarquer que l'athéisme est une croyance. L'existence ou la non-existence de Dieu ne peuvent être prouvés. Les athées sont donc des croyants, tout comme les déistes de différents types. Seuls les agnostiques se situent en dehors du processus de la foi.

Salutations
Aradigme

Reuillon

14/08/2021 à 00:15

"Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ?"
- C'est une réalité, constatée par de très nombreux psychologues, enquêteurs et magistrats qui ont traité d'affaires graves de pédophilie ou d'inceste. La plupart des pédocriminels en ont été eux-mêmes victimes pendant leur enfance et reproduisent cette violence.
Quant à la littérature ou au cinéma, ils peuvent justifier, rendre mentalement ou socialement acceptables ces comportement criminels (on l'a bien vu dans l'affaire Matzneff, où tout un petit milieu "libéré" acceptait tout et n'importe quoi depuis les "années 68". Il y a bien une responsabilité sociale de l'écrivain.

Forbane

13/08/2021 à 17:49

Il suffisait de changer les prénoms et de... créer, et le tour aurait été joué !
Un écrivain a tout à fait le droit de puiser dans sa vie, son intimité et ses traumatismes pour créer - à condition que le résultat soit bel et bien une oeuvre d'art et de fiction.
Sinon, ce n'est pas de l'art, seulement du voyeurisme pour le lecteur et du nombrilisme pour l'auteur (à la Moix effectivement).

maryc

13/08/2021 à 18:01

je suis choquée par le fait qu'il n'y ait pas eu de débat contradictoire! délivrer une assignation en pleine période de vacances estivales et avec de si courts délais entre l'assignation et l'audience, c'est un peu fort; d'habitude les juges sont vigilants quant au respect du contradictoire; que s'est il passé? je présume que l'assignation a été délivrée au cierge social de l'éditeur pendant l'absence du personnel; pour le reste, ne sachant pas de quoi il retourne....

Marco

13/08/2021 à 18:40

La justice ne juge pas l'auteur mais la portée des propos édités dans un livre. Comme dans la vraie vie, on ne peut pas dire ou faire n'importe quoi. Il y a des règles, des limites... La justice se prononce, sans entamer un débat contradictoire. Ensuite, l'éditeur et l'auteur peuvent faire appel. Ce cadre est rassurant ! Il défend notre crédibilité d'écrivains.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:43

Il m'étonnerait fort que les éditions Robert Laffont n'aient pas de personnel présent même en période de vacances.
Et j'adore votre "cierge social de l'éditeur" ! :)

Reuillon

14/08/2021 à 10:43

les éditions Robert Laffont sont totalement désorganisées par un nouveau management qui ne connaît strictement rien aux métiers de l'édition et impose des règles technocratiques absurdes.

Alina Reyes

13/08/2021 à 18:14

Impossible de commenter cette décision de justice sans avoir lu le livre. Les œuvres de fiction s'inspirent toujours de faits et de personnes réelles, reste à savoir si le ou les livres incriminés comme portant atteinte à la vie intime ont assez le caractère d’œuvres de fiction, ou non. L'un de mes manuscrits jadis a dû passer entre les mains d'un avocat avant publication et j'ai dû retirer un ou deux détails qui auraient pu faire penser à tel personnage public (le plus drôle est que je les avais inventés, ignorant que telle manie de mon personnage était aussi celle du personnage public en question - il s'agissait de mon roman "Poupée, anale nationale"). J'ai retiré les détails en question sans en faire une histoire, si je puis dire. L'essentiel est ailleurs. Peut-être l'auteur pourrait-il réécrire son livre de façon tout aussi forte sans que l'identification avec des personnes existantes prime.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:06

Chère Alina,
Je vous comprends très bien.. En rédigeant ma biographie, j'avais demandé à des avocates de la SGDL ce qui était permis et non. La loi est très stricte à ce sujet. J'ai donc écrit ce roman sous un pseudo. J'ai changé certaines situations c.à.d, j'ai changé mon premier emploi, mon lieu de résidence, mon frère a eu des jumeaux (il n'a pas d'enfants), j'ai changé les noms, mais le RESTE de ma vie était correcte. Si jamais quelqu'un viendrait à porter plainte contre moi, je devrais faire retirer ce roman. Je travaille en autoédition. Il pourrait porter plainte, mais les faits qui se sont déroulés, sont corrects, pas de mensonge, même en "maquillant" un peu le roman.
La plupart d'entre vous êtes des écrivains chevronnés et jamais je ne vous arriverai à la cheville.
En plus, j'écris dans ma deuxième langue, le français n'est pas ma langue maternelle, mais le Luxembourgeois. Bien â vous et bonne chance pour la suite

FH

13/08/2021 à 20:52

Si l'auteur avait bien précisé en tête de son ouvrage qu'il s'agissait d'une oeuvre de fiction, quoique inspirée de faits réels, ce jugement est problématique (il porte atteinte à la liberté d'expression).

(NB : je ne suis pas fan d'autofiction, mais je considère que toute fiction devrait pouvoir être publiée, contrairement en effet à un témoignage.)

Camille

13/08/2021 à 21:53

Voilà une thématique bien intéressante. Je ne connais pas cet auteur, mais d'autres ont écrit des mises à nu et ont été publiés sans problème. Alors faut-il être connu pour ne pas être censuré, avoir un fauteuil chez Gallimard ou autres pour avoir sa petite place chez le libraire ! L'édition est loin d'être transparente, comme la politique, comme bien d'autres sujets, ce sont des business. La fiction n'est que le reflet de faits réels, n'est-ce- pas, certains dérangent et d'autres laissent indifférents parce que trop sages. Certains font la une de toutes les émissions culturelles et d'autres connaissent la poubelle . Je partage beaucoup d'avis, votre article fait réagir et c'est bien. Parfois il faut avoir la sagesse de poser un petit mouchoir sur ses propres pensées.
Camille

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:46

Hello Camille,

Merci pour votre commentaire.

Quand je me suis lancée dans mes écrits et en postulant chez différents éditeurs (120 demandes pour mon premier roman policier de 2017 â 2018) j'étais loin de me douter que jamais les grandes maisons ne liront même pas une ligne. Toujours les mêmes réponses.
Ensuite j'ai travaillé avec une petite maison d'édition où j'ai dû faire moi - même, en tant qu'amateure, une grosse partie du marketing, la publicité, j'ai aidé pour les ventes de bouche à oreille. Je me déplace régulièrement aux salons de la région. L'éditeur avait encore un autre emploi et préférait les SF de ses amis. Les romans policiers classiques étaient en quelque sorte un "filler" dans ces rayons. Jamais ou très rarement un mot gentil.
Après cela j'en avais plus que marre. Je travaille maintenant sur la plate-forme de books on demand, (BoD) et si vous savez tout faire par vous même, c.à.d. les corrections (j'ai une amie qui corrige), la mise en page, la couverture, le roman ne vous coûte que 19 Euros et reste plus qu'une année sur leur site. Les marges brutes sont plus élevées que chez un éditeur à compte d'éditeur.
Il ne faut bien sûr pas prendre les options payantes, il va de soi.
L'ebook est aussi diffusé sur différentes plateformes et en librairie, à l'instar d'Amazon où vous ne trouverez que votre roman sur leur site. Les autres sites d'autoédition ne font pas correctement la diffusion, sont plus chers, j'ai donc laissé tomber la concurrence.
Je fait ma publicité sur Linkedin et Twitter, je déteste FACEBOOK, j'écris aux médiathèques, librairies, je vends aussi à l'aide d'une boulangerie de mon village qui expose mes romans. Je fait tout mon possible, même en présentant mon communiqué de presse aux journaux. Ne croyez-pas que c'est de tout repos, mais j'aime ce que je fait, je préfère ce que je fait maintenant à mon travail que je faisait avant.
Je travaillais dans un back-office d'une banque allemande. La banque fermera au 31.12.2024.
Je suis une micro-entreprise, mais mon chiffre d'affaires est très bas, et pour l'instant je ne paie même pas de cotisations à l'URSSAF. Je suis syndiquée au SELF, et c'est avec joie que je soutiens aussi mes collègues professionnels qui ne peuvent payer leur cotisation. Je suggère à chaque auteur d'être syndiquée, car en cas de pépin ils ont des personnes compétentes qui peuvent aider.
Bien à vous

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:37

Camille, l'impétrant est publié par Robert Laffont.
On est un peu loin de la micro-édition et encore plus de l'auto-édition...

Ce n'est pas un jugement de valeur par rapport à cet ouvrage, juste une remise en perspective des choses : ce n'est pas parce qu'il est chez un "petit" qu'il est attaqué - Laffont n'est pas vraiment un "petit".
Le reste, je n'en sais rien...

جمال كتيل

13/08/2021 à 22:09

Que dois je dire , dieu a ordonné la discrétion, le pardon des morts est une obligation.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:39

Vous savez, "dieu", on s'en fiche un peu. là.
On parle ici de loi, dans un pays laïque, donc ce que le dieu des uns ou des autres a pu "dire"...

lyrer

14/08/2021 à 17:29

Voilà un exemple typique pour l'irrespect, l'intolérance et la grossièreté face à un discours tout à fait neutre, et très justifié en plus !
Déjà les Romains disaient: de mortuis nil nisi bene: Le Pardon étant la base de la paix au monde -- et la rancune la base de toute guerre .....

Bertrand Fessard de Foucault

13/08/2021 à 22:35

Réédition du sort fait à Gabriel Matzneff qui n'a jamais rien écrit sur le viol, l'inceste, l'amour forcé. Jamais depuis l'Occupation, la censure en littérature. Et justement quand on s'extasie sur l'exhumation de milliers de pages manuscrites de Céline, volée à l'auteur à la Libération, mais quand il s'enfuyait en Allemagne... Quelle époque lamentable si nous ne réagissons, crions, réfléchissons...

Michel BLAISE

14/08/2021 à 06:42

Quand la société dévient, à ce point, corsetée et ignorante de tout, je n'ai plus la force de me définir "humaniste". Maïs de contacter l'essence stupide de l'Homme.

Doina

14/08/2021 à 07:56

Je pense que la justice se trouve en faute, car elle n'a pas prévenu ni l'auteur, ni la maison d'édition, qui auraient pu se defendre contre les accusations. C'est quand même difficile de savoir si le livre porte vraiment atteinte à la vie privée, car le procès semble être dans les brumes. Et puis, il y a tant de livres qui exhibent la vie personnelle, et qui, pour autant, ne sont pas interdits. Et tant d'emissions partout dans le monde où l'on voit les gens se dévoiler sans aucune honte. Ces emissions ne sont interdites non plus...

Lealuna

14/08/2021 à 08:58

On se sent tout à fait en 2021 ou les interdictions pleuvent dans tous les domaines, sans plus jamais de controverse.
Il semble qu'il devrait y avoir un recours au sujet l'impossibilité de l'auteur et de l'éditeur à venir apporter la contradiction pour ne pas avoir été informés de la convocation du 6 août ! Ce qui est précieux dans la justice c'est cela : la possibilité donnée à chaque partie d'apporter ses arguments. Précieux ! Le fondement de la justice .
D'autre part , tellement de publications sur le sujet de l'inceste ont paru , donnant les noms , expliquant les faits, les appels à l'aide infructueux, les souffrances des victimes ... Je ne les lis pas , mais on en parle assez dans les médias pour que nous soyons TOUS bien au courant des faits et des personnes concernées, vivantes ou non. Les interviews , les explications claires de ces violences rien ne nous échappe.
La société est ainsi habitée : violences, crimes sur tous les écrans du plus petit au plus immense à chaque minute du jour et de la nuit. Il semble que l'on a plus (+) de distance à la lecture d'un livre qu' immergé au quotidien dans toutes ces images très violentes ( j'inclue ici des images et des son si violents dans les films "pour enfants")
Attention à la morale , elle est subjective+++et engendre bien des catastrophes pour les humains.

Ioanna

14/08/2021 à 10:38

Je me demande si nous vivons un nouveau Moyen Age, vraiment, c est choquant

Reuillon

14/08/2021 à 10:42

SVP quel rapport avec ce que vous appelez le "Moyen Age"?

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Hong Kong repousse le procès de l'éditeur Jimmy Lai

John Lee, dirigeant du pouvoir exécutif de Hong Kong, a déclaré ce lundi vouloir faire appel à Pékin afin de statuer sur l’opportunité d’autoriser des avocats étrangers à être impliqués dans des affaires de sécurité nationale. Cette décision fait suite à l’autorisation donnée par le plus haut tribunal de la ville à Jimmy Lai, magnat de l’édition prodémocratie, d’engager un avocat britannique pour son futur procès. 

01/12/2022, 12:40

ActuaLitté

Rachat de Lagardère : l'Europe craint des livres plus chers et mauvais

Sans grande surprise, la Commission européenne déclenche donc une enquête approfondie sur le projet d’acquisition de Lagardère par Vivendi. Deux groupes français, engagés dans le multimédia, l’édition de presse et de livres plus spécifiquement : or, Vivendi possède aussi Editis, depuis 2018, numéro deux de l'édition française. La présence de Hachette Livre, premier éditeur en France, au sein de Lagardère, dont Vivendi détient 57 %, pose bel et bien problème.

30/11/2022, 22:56

ActuaLitté

Point Godwin, menaces de mort : prison avec sursis pour un écrivain

Il est parfois difficile de rester calme face à l’administration, mais certaines limites ne doivent pas être franchies. Un écrivain des Yvelines a été rappelé à l'ordre face aux services des impôts de Mantes-la-Jolie, il s’est emporté plus que de raison. Cela lui a valu d’être jugé au tribunal de Versailles, ce lundi 28 novembre 2022.

30/11/2022, 12:46

ActuaLitté

Hachette/Editis : Vivendi n'échappera pas à l'enquête approfondie

Les craintes de Vincent Bolloré étaient fondées : selon les informations de Marianne, le groupe Vivendi n’échapperait pas à l’enquête approfondie. La Commission européenne doit rendre officiellement son avis ce 30 novembre, suite à la notification d’octobre dernier. Mais le couperet semble être déjà tombé.

29/11/2022, 10:57

ActuaLitté

Espagne : la justice bloque un site pirate pour 2410 livres 

Le volume semble dérisoire, mais l’atteinte au droit d’auteur n’en demeure pas moins constatée. Le tribunal national espagnol vient d’ordonner le blocage sans réserve du site libronube.com pour avoir facilité le téléchargement pirate de 2400 ouvrages. L’association des auteurs et éditeurs ne se contient plus devant cette victoire.

23/11/2022, 16:52

ActuaLitté

Le ministère de la Culture condamné pour avoir lésé les auteurs

EXCLUSIF – Au terme de l’audience du 17 octobre devant le Conseil d’État, le rapporteur général n’avait pas laissé entrevoir le moindre espoir. Deux organisations de défense des artistes-auteurs attaquaient frontalement le ministère de la Culture, pour la rédaction déplorable d’une ordonnance. Avec au cœur du sujet, la rémunération des auteurs, appropriée et proportionnelle à leur travail. 

15/11/2022, 17:25

ActuaLitté

Mes droits de travers : le parcours du combattant des créateurs

Mes droits de travers est conçu pour aider à une meilleure compréhension du régime social des artistes-auteurs et autrices. Les témoignages et les fiches techniques qui composent la brochure permettent d'informer et de conseiller sur la protection sociale des créatrices et créateurs.

14/11/2022, 15:34

ActuaLitté

Violences et agression raciste en librairie : le suspect condamné

Ce 10 novembre, le tribunal correctionnel d’Albi a condamné l’agresseur de deux libraires situé à Rabastens (Tarn). Le 5 mars dernier, lors d’un vernissage, l’homme avait lourdement frappé et injurié l’un des deux gérants — le traitant de « sale arabe ». Dans la librairie La Confiserie, la fin de soirée avait tourné à l’agression farouchement raciste…

12/11/2022, 13:59

ActuaLitté

Steinbeck enterre la megafusion tant redoutée par l'édition américaine 

#ProcesAntitrust – Citer un prix Nobel de littérature pour clore les investigations ne manquait déjà pas d’humour. Choisir John Steinbeck devenait plus cocasse encore : c’est chez Viking Press que le romancier fit paraître The Grapes of Wrath, (Les raisins de la colère, trad. Charles Recoursé 2022), prix Pulitzer 1940. Or, la maison appartient désormais à Penguin Random House, client au rachat de Simon & Schuster, qu’a éconduit la justice américaine.

11/11/2022, 16:25

ActuaLitté

Huit procureurs s'engagent contre les crimes visant les journalistes

Pour la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, ce 2 novembre, des procureurs de huit pays ont été réunis par Reporters sans frontières (RSF). Ces derniers, dans une lettre commune, prennent dix engagements pour que les attaques contre les journalistes ne restent pas sans réponse pénale, et appellent leurs collègues à agir contre l’impunité.

02/11/2022, 16:44

ActuaLitté

Fusion : la justice américaine bloque la création d'un éditeur géant

#ProcesAntitrust - La Justice américaine s’est prononcée : le rachat de Simon & Schuster par Penguin Random House, pour un montant de 2,18 milliards $ ne se fera pas. Point à la ligne. La juge de district Florence Y. Pan a rendu ce 31 octobre son verdict, considérant que cette fusion nuirait probablement à la concurrence. Et ce, plus particulièrement pour les auteurs de best-sellers – qui gagnent au moins 250.000 $...

01/11/2022, 16:01

ActuaLitté

La poétesse iranienne Atefeh Chaharmahalian arrêtée

Selon le centre PEN allemand, Atefeh Chaharmahalian a été arrêtée par les forces de sécurité à Téhéran le 3 octobre dernier, avant d’être emmenée dans un lieu gardé secret. Elle serait détenue dans la prison d’Evin depuis le 11 octobre. L’organisation engagée pour les auteurs dans le monde affirme qu’elle n’a pas été en mesure de contacter sa famille ou un avocat depuis son incarcération. Les accusations portées restent floues, comme son état mental et physique.

27/10/2022, 09:13

ActuaLitté

L'accord auteurs-éditeurs reporté après un doute sur la constitutionnalité

EXCLUSIF – En mars dernier, le Syndicat national de l’édition se drapait de pourpre et dans sa dignité pour refuser un rendez-vous crucial. Invoquant un couac démocratique au sein de son organisation, il lui était impossible d’honorer un rendez-vous avec le ministère de la Culture et les auteurs. L’accord qui devait alors être signé prenait Bachelot… Or, ce 24 octobre, les participants avaient convenu d'une nouvelle date.

25/10/2022, 18:06

ActuaLitté

400e anniversaire de Molière : Tartuffe ou l'hypocrite devant la justice

Georges Forestier, professeur de littérature et historien des formes littéraires, poursuit en justice la Comédie-française. En cause : une « violation de ses droits d’auteur » concernant sa reconstitution de la version originale du Tartuffe ou l’hypocrite de Molière. Le spécialiste du dramaturge français estime devoir toucher des droits sur la pièce pour son travail sur l’œuvre originelle. La compagnie de la place Colette, de son côté, réfute.

25/10/2022, 16:04

ActuaLitté

Lagardère / Vivendi : l'antitrust européen rendra un premier avis au 30 novembre 

Le 10 octobre dernier, ActuaLitté apprenait que le groupe Vivendi avait finalement communiqué les informations concernant son projet de rachat de Lagardère. La Commission européenne recevait donc le Form CO nécessaire, relatif à la notification d’une concentration. Ce jour, le groupe apporte quelques précisions, alors que la Commission européenne pose les premières dates.

25/10/2022, 12:35

ActuaLitté

Un folkloriste accuse Johnny Depp et Jeff Beck de plagiat

Le célèbre pirate des Caraïbes au cinéma aurait-il des comportements de corsaire dans la vie réelle ? C’est en tout cas ce qu’affirme le folkloriste, auteur et documentariste Bruce Jackson. Ce dernier est formel : les paroles de la chanson, Sad Motherfucking Parade, interprétée en duo avec la légende du rock Jeff Beck, proviennent clairement d’un vieux toast chanté par un détenu, et repris dans un poème de Bruce Jackson dans un de ces ouvrages. En réponse, les deux artistes ont porté plainte contre le folkloriste...

24/10/2022, 13:06

ActuaLitté

Yann Moix condamné en appel pour des propos diffamatoires

Jugé non coupable de propos diffamatoires envers son frère Alexandre en novembre 2021, Yann Moix a cette fois été condamné par la cour d'appel de Paris, le 13 octobre dernier. Les déclarations mises en cause ont été prononcées lors de l'émission Touche pas à mon poste, en novembre 2019.

19/10/2022, 12:28

ActuaLitté

L’ADAGP "respecte le choix des créations sous licence Creative Commons"

L’ADAGP, organisme de gestion collective (OGC) des droits d’auteur dans le secteur des arts visuels, a reçu fin septembre l’agrément du ministère de la Culture lui permettant de conclure des licences collectives étendues pouvant couvrir, au-delà de son propre répertoire, les œuvres d’auteurs non-membres. Conformément à la volonté des auteurs, l’ADAGP exclut du champ de ses licences collectives étendues les œuvres diffusées sous licence Creative Commons

18/10/2022, 16:55

ActuaLitté

Un ministère de la Culture qui lèse les auteurs est-il “approprié” ?

Le recours contentieux du Comité pluridisciplinaire des artistes auteur (CAAP) et de la Ligue des auteurs professionnels contre l’État avait comme une odeur de soufre. L’affaire opposait les organisations d’artistes-auteurs au ministère de la Culture, autour de la rémunération des créateurs. Une audience proportionnelle, quoique, mais surtout, eminement peu appropriée.

17/10/2022, 22:11

ActuaLitté

Vivendi-Lagardère : la balle dans le camp de la Commission européenne

Une étourderie aurait-elle retardé la notification aux autorités européennes du projet que porte Vivendi à l’égard des groupes Lagardère et Editis ? ActuaLitté s’étonnait de ne rien voir dans un article de la semaine passée – alors qu'il était prévu que les éléments soient expédiés en septembre. Le pense-bête “Penser à poster le colis la CE”, fut-il noyé dans la to-do list ? Eh bien, c'est chose faite : Bruxelles a maintenant de la lecture, en abondance.

10/10/2022, 17:08

ActuaLitté

Vente d'Editis : la notification de Vivendi à l'Europe tarde à venir...

Le coup de tonnerre de la fin juillet laisse perplexes les observateurs. En annonçant la vente d’Editis, pour simplifier le rachat du groupe Lagardère, Vivendi appliquait une stratégie connue et éprouvée. « Il a été indiqué durant un call analyst qu’une notification à la CE interviendra en septembre », assurait le groupe ce 28 juillet. Mais septembre est passé…

05/10/2022, 12:53

ActuaLitté

Chapitre.com intègre le groupe Furet du Nord - Decitre

Sans trop de surprise au terme de l’audience qui s’était déroulée le 19 septembre dernier, le groupe Nosoli (Furet du Nord - Decitre), a obtenu le rachat de Chapitre.com. Placé en redressement judiciaire mi-juillet, le site de e-commerce (ainsi que l’entrepôt associé à Lamnay, dans la Sarthe) rejoindra le groupe basé à Lille. 

01/10/2022, 11:00

ActuaLitté

Suisse : boycott des diffuseurs français “jusqu'à nouvel avis”

Faire revenir les diffuseurs à la raison, voilà le mot d’ordre de l’association faîtière LivreSuisse. Comprendre : il faut que la tabelle — ou surmajoration des prix de vente appliquée aux livres en Suisse — diminue significativement. Olivier Babel, le directeur général, s’en explique auprès de ActuaLitté.

27/09/2022, 09:46

ActuaLitté

Rowling menacée de mort : l'enquête est abandonnée 

Au lendemain de l’agression contre Salman Rushdie, frappé de plusieurs coups de couteau, l’indignation était à son comble. Et les messages de soutien jaillissaient de partout. Rowling, qui comptait parmi ces derniers, avait reçu en réponse des menaces de mort…

26/09/2022, 12:24

ActuaLitté

Italie : victoire en justice des éditeurs contre TNTVillage

À l’instar de leurs confrères français, les éditeurs italiens ont obtenu une décision de justice à même de protéger, au terme de quatre années de procédure, les oeuvres sous droit. TNTVillage, site d’indexation de liens torrents a été sanctionné par le tribunal de Milan.

22/09/2022, 17:27

ActuaLitté

Suisse : une plainte contre Gallimard pour distorsion de concurrence

On considérerait à tort la Confédération helvétique comme une terre d’excessives conciliations. Depuis ce 1er janvier, est entrée en vigueur une révision de la Loi sur les cartels, portant sur les restrictions de concurrence. Cette dernière, en substance, introduit des dispositions empêchant des fournisseurs de pratiquer des tarifs excessifs, découlant d’une position dominante. En somme, prévenir tout abus de pouvoir de marché relatif. Devinez quoi : le livre est en première ligne…

21/09/2022, 08:00

ActuaLitté

Piratage : le blocage du site Z-Library ordonné par la justice française

Le Syndicat national de l'édition (SNE), organisation patronale de l'industrie de l'édition, se félicite du jugement rendu le 25 août 2022 par le tribunal judiciaire de Paris, ordonnant le blocage du site Z-Library par les fournisseurs d’accès à internet. Pour l'instant, la plateforme reste accessible, et a même ouvert un appel aux dons.

19/09/2022, 16:47

ActuaLitté

Furet du Nord et Cultura se partagent Chapitre.com

Devant le tribunal de Commerce, deux repreneurs se présentaient pour la reprise de Chapitre.com. Deux candidats, mais une offre qui en conditionne une seconde. Car d’un côté, Furet du Nord — à travers la holding FDN Finance — entend racheter toute l’activité actuelle, mais sous peu, confier à Sodival le volet édition que propose Chapitre.com. Et l’autoédition dans la foulée.

19/09/2022, 16:44

ActuaLitté

Amazon devant un tribunal de Californie : marketplace to be...

Et une de plus, cette fois en Californie : une plainte antitrust cible Amazon, dénonçant tout à la fois une infraction à la législation fédérale sur la concurrence et celle de l’État, sur les mêmes bases. En cause, des règles de tarifications imposées aux vendeurs, qui leur interdisent de commercialiser un même produit, ailleurs, à un tarif inférieur. Car les représailles d’Amazon, dans ce cas de figure, sont redoutables…

15/09/2022, 14:25

ActuaLitté

Gîte, chambre d'hôtes : la redevance Sacem... élargie aux boîtes à livres ?

Mi-juillet, une bombe explosait dans le petit univers du tourisme saisonnier : la Sacem se tirait les bretelles, et annonçait fièrement une « mise en conformité juridique » aux loueurs de maisons de vacances et autres gîtes. En cause, la présence de matériel de diffusion – TV, radio ou même lecteur CD. Si, si, lecteur CD. Lesquels ouvrent droit à une perception de redevance.

15/09/2022, 09:49

ActuaLitté

La conspiration entre éditeurs et Amazon : évidence ou psychose ?

La faim fait sortir le loup du bois et l’appât du gain regroupe les plaignants dans une procédure collective : un classique. Empêtré dans un recours collectif, alléguant que le géant a comploté avec les maisons américaines, Amazon bénéficierait d’une clémence judiciaire. Distributeur et éditeurs ont-ils instauré un prix de vente pour les livres numériques, qui pénalise les consommateurs ?

09/09/2022, 10:20

ActuaLitté

Planches et dessins originaux volés : prévenir tout recel 

Plus les œuvres se vendent, plus elles sont piratées : la logique agace, mais se tient. Il en va manifestement de même avec les œuvres originales. Deux dessinateurs ont eu la désagréable surprise de découvrir, lors de séance de dédicaces, que leurs planches avaient été dérobées… Leur éditeur, Éditions i, tente un signalement massif pour contrer tout recel.

06/09/2022, 11:42

ActuaLitté

Accusé de viols sur mineur, Gabriel Matzneff devant la justice

Ce mercredi 31 août, l’écrivain Gabriel Matzneff passait en audition libre devant les policiers de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP). Ce dernier est toujours visé par une enquête pour viols sur mineur de moins de 15 ans, suite aux révélations de Vanessa Springora dans son récit, Le consentement. L'affaire s’orienterait cependant, du fait de la prescription, vers une fin de non-recevoir : le classement sans suite.

01/09/2022, 16:33

ActuaLitté

Procès Penguin Random House : “Tout est aléatoire dans l’édition”

#ProcesAntitrust - Depuis plusieurs mois, le Département de la Justice des États-Unis (DOJ) est aux prises avec Penguin Random House (PRH) qui cherche à avaler son concurrent, Simon & Schuster (S&S). Craignant la création d’un déséquilibre profond dans le monde de l’édition, le DOJ entend bloquer la transaction. Les auditions sont closes depuis une semaine, et le verdict n'interviendra que d'ici plusieurs mois. Mais les premières conclusions s'imposent.

29/08/2022, 16:08

ActuaLitté

La contrefaçon de livres : vaste et épineux problème 

Comment préserver les auteurs, face au piratage de livres ? Est-ce simplement possible ? La complexité de la lutte devient effarante à mesure que le monde numérique gagne du terrain sur l’industrie du livre. Plus un ouvrage se vend, plus il attirera l’attention des pirates, et voilà qui vaut aussi bien pour l'imprimé. Au Vietnam, le combat colle des cheveux blancs aux éditeurs, créateurs et véritables libraires, sans que ne se profile de remède .

27/08/2022, 18:35

ActuaLitté

Première sanction pour violation de la loi sur le racisme et le genre

En marge de l'importante vague de censure qui s'abat sur les bibliothèques américaines et leurs fonds, un autre combat fait rage dans les établissements scolaires. Dans l'Oklahoma, la loi HB1775 y restreint les enseignements relatifs au racisme et au genre. Jugée anticonstitutionnelle et bafouant les premier et quatrième amendements, qui garantissent notamment la liberté d'expression, elle a été invoquée pour la première fois afin de sanctionner deux districts scolaires de l'État.

26/08/2022, 10:49

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Le poète kurde Nedim Türfent recouvre la liberté

Le journaliste et poète kurde Nedim Türfent a été libéré de la prison de Karakoçan (Turquie), après six ans et demi de détention, ce 29 novembre. Il avait été transféré de la prison de haute sécurité de Van à la prison fermée, de type K-1, d’Elazig Karakoçan le 23 août dernier. En prison, il a été nommé membre honoraire du PEN anglais et du PEN Melbourne.

01/12/2022, 16:23

ActuaLitté

Rencontre et animation annulées en 2023 : la colère d'un libraire allemand

Coup de tonnerre en Allemagne : un libraire de la ville de Rostock accuse la commune d’avoir enfreint la législation, entraînant des pertes à six chiffres pour son commerce. En effet, les commandes en fournitures scolaires des écoles sont toutes perdues, depuis le nouveau système d’attribution en vigueur au 1er juillet 2022.

01/12/2022, 14:57

ActuaLitté

Vénézuela : Editorial Dahbar salué pour sa défense de la liberté de publier

L'association des éditeurs américains (AAP, Association of American Publishers) a décerné son Prix de la liberté de publier/Jeri Laber à la maison d'édition vénézuélienne Editorial Dahbar, fondée au début des années 2010 par Sergio Dahbar. L'organisation salue la persistance d'Editorial Dahbar, malgré des pressions politiques et mafieuses.

01/12/2022, 14:30

ActuaLitté

Disparition d'Aline Kominsky–Crumb, figure de la BD indépendante

À Sauve, dans le Gard, où elle était installée depuis le début des années 1990 avec son mari Robert Crumb, Aline Kominsky–Crumb est décédée à l'âge de 74 ans des suites d'un cancer. Elle gérait avec Julie Katan la galerie du Vidourle, fondée en 2005 à Sauve.

01/12/2022, 11:52

ActuaLitté

Allaiter en bibliothèque ? Un “geste naturel, pas une source de honte”

Le 10 novembre dernier, Diane Pico publiait sur son profil Facebook une vidéo pour raconter sa mésaventure. Dans un établissement de lecture publique de la ville de Nice, l'allaitement de son enfant de 10 mois a été interrompu par une bibliothécaire. Et ce, au motif que ce geste était « interdit dans l'enceinte de la bibliothèque municipale ».

01/12/2022, 10:54

ActuaLitté

Une bibliothèque sauve 3000 livres voués au pilon

Lorsque les bibliothèques font équipe avec des associations sociales et culturelles, de petits miracles de solidarité peuvent naître. Par exemple, on peut donner une nouvelle vie à 3000 livres, les sauver du pilon et les remettre en circulation, entre les mains des lecteurs…

01/12/2022, 09:56

ActuaLitté

Marlene van Niekerk, le sous-prolétariat en Afrique du Sud

PODCAST — Marlene van Niekerk retrace la vie d’une famille blanche pauvre, les Benade, au cours des deux mois qui ont précédé les premières élections libres en Afrique du Sud, en novembre 1994. Chez les Benade, l’inceste est érigé au rang de tradition.

30/11/2022, 15:29

ActuaLitté

Au moins 65 millions de livres jeunesse vendus en France en 2022

Alors que s'ouvre le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse (SLPJ), à Montreuil, l'institut GfK propose un bilan de l'année 2022 pour le secteur de la littérature jeunesse. 65,1 millions d'exemplaires relevant de ce secteur éditorial ont ainsi été vendus au cours de l'année selon le panéliste. Le chiffre d'affaires global est en légère baisse, mais s'explique par l'effet de comparaison avec 2021, année exceptionnelle.

30/11/2022, 13:08

ActuaLitté

Paris : 17 bouquinistes recherchés sur les quais de Seine

Jusqu’au 30 janvier 2023, les amoureux des livres ou de Paris peuvent candidater pour les 17 emplacements de bouquinistes disponibles sur les quais de Seine. 18 nouveaux bouquinistes se sont installés sur les bords de Seine en 2022. Les heureux sélectionnés obtiendront une autorisation d’exploitation pour une durée de cinq ans. Ces derniers profiteront, comme leurs prédécesseurs, d’une absence de loyer et de taxe, en échange de leur présence régulière.

30/11/2022, 12:58

ActuaLitté

La Fnac réintègre Antifa le jeu, des éditions Libertalia, à ses rayons

L'enseigne Fnac fait machine arrière. Ce 27 novembre, le réseau de grandes surfaces spécialisées annonçait le retrait de ses rayons du jeu de société Antifa le jeu, publié par les éditions Libertalia et conçu avec le site antifasciste La Horde. Après une « vérification approfondie », le produit est de retour en rayon — mais reste en rupture de stock.

30/11/2022, 12:26

ActuaLitté

La Fondation Hachette pour la lecture soutient 8 projets

En 2022, la Fondation Hachette pour la lecture accompagne huit initiatives qui favorisent l’accès à la lecture et donnent le goût et le plaisir de lire au plus grand nombre en leur attribuant des dotations allant de 30.000 à 100.000 €. Les projets retenus reflètent les différents engagements de la Fondation en faveur de la promotion de la lecture, de l’écriture et de la langue française, auprès de tous les publics. Une attention particulière a été portée aux jeunes et aux publics éloignés de la lecture.

30/11/2022, 10:55

ActuaLitté

Deux inédits de Cavanna pour le centenaire de sa naissance

Les Nouvelles Éditions Wombat, à l'occasion du centenaire de la naissance de François Cavanna (1923-2014), célèbrent l'événement avec la publication de deux ouvrages inédits de l'auteur, cofondateur des magazines Hara-Kiri, Hara-Kiri hebdo, Charlie et Charlie Hebdo.

30/11/2022, 09:33

ActuaLitté

Algérie : éditeur, poète et journaliste, Lazhari Labter finalement libéré

Incarcéré le 20 novembre, Lazhari Labter a été libéré ce 29 novembre. Sans apporter de précisions sur les motifs ayant conduit à son arrestation, il remercie les soutiens reçus durant cette dizaine de jours derrière les barreaux. Pour ce défenseur de la liberté d’expression, journaliste, poète et éditeur, la solidarité manifestée fut un véritable réconfort.

30/11/2022, 08:55

ActuaLitté

Les éditions du Souffle d'Or et Yves Michel ont besoin de soutien

Les éditions Le Souffle d’Or et Yves Michel ont lancé une campagne de financement participatif pour assurer leurs prochaines parutions. Après bientôt 40 ans d’expérience, la maison d’édition entend toujours faire partie du paysage éditorial français en 2023, et ce, malgré les crises actuelles. 

29/11/2022, 15:36

ActuaLitté

L'écrivain Volodymyr Vakulenko aurait été assassiné par les forces russes

UkraineUnderAttack - L’écrivain Volodymyr Vakulenko aurait été tué par les forces d'occupation russes. En mars dernier, lui et son fils avaient été capturés dans le village de Kapitolivka, près d’Izyum, dans la région de Kharkiv. L'arrivée des soldats ukrainiens sur le territoire a permis de mettre au jour de nouveaux éléments.

29/11/2022, 12:21

ActuaLitté

Face à la police et à l'extrême droite, la Fnac censure le jeu d'un éditeur

Les éditions Libertalia ont travaillé avec le site antifasciste La Horde pour concevoir Antifa le jeu, un jeu de société, comme son nom l'indique, mais aussi un outil de formation dans la lutte contre les idées nauséabondes de l'extrême droite. Sous la pression de « certains de [ses] publics », la Fnac a procédé au retrait du produit de ses magasins et de sa boutique en ligne.

29/11/2022, 10:28

ActuaLitté

Plongée au coeur de la presse régionale

Presse et Territoires, une si fertile proximité a été conçu et réalisé, à la demande de Stéphane Delaporte, directeur général de 366 par Jean-Clément Texier avec le concours opérationnel de Richard Werly, directeur de la collection L'âme des Peuples. La maison l'a accueilli comme hors-série dans cette collection qui célèbre son dixième anniversaire chez Nevicata après la publication de plus de 75 titres.

29/11/2022, 09:56

ActuaLitté

Pass Culture : la part collective accusée de “maltraitance des artistes-auteurs”

Mise en œuvre à partir de janvier 2022, la part collective du Pass Culture permet à un professeur de collège ou de lycée de financer des activités d'éducation artistique et culturelle (EAC) pour ses élèves. Pour ce faire, il choisit parmi des offres proposées par la plateforme : des artistes-auteurs dénoncent une « maltraitance » dans le processus d'inscription et de mise en ligne de ces offres.

28/11/2022, 16:20

ActuaLitté

En 2021, le Prix Enrico Filippini revenait aux Éditions d'en bas

Depuis plus d’un siècle, le Monte Verità, la petite colline qui surplombe le bourg d’Ascona (dans le Tessin, la Suisse italianophone), se veut un pôle attractif de rencontres et d’échange d’idées. Depuis sa création en 2013, le Festival Eventi letterari Monte Verità bâtit sa raison d’être sur cette inaltérable source d’inspiration. Il se propose de recréer l’atmosphère de vif débat culturel propre à ces années du début du XXe siècle. Écrivains, philosophes, artistes et penseurs de notre époque. En 2021, Jean Richard et les éditions d'en bas sont récompensés par le prix Enrico Filippini.

28/11/2022, 11:46

ActuaLitté

Le livre et la lecture face aux défis écologiques

La Fill, Fédération interrégionale du livre et de la lecture, publie un nouveau dossier documentaire en ligne. Consacré à l’écologie dans la filière du livre, il met à l’honneur les nombreuses initiatives des acteurs et actrices qui, sur tout le territoire et dans tous les secteurs, se montrent inventifs, volontaires et impliqués en la matière. À leurs côtés, les structures régionales pour le livre membres de la Fill accompagnent et sont les témoins privilégiés de ces actions.

28/11/2022, 11:18

ActuaLitté

Russie : une nouvelle loi homophobe “menace la liberté de publier”

Une décennie de lois homophobes en Russie, et le gouvernement ne compte pas s'arrêter là. Le Parlement a voté une loi prohibant la promotion des « relations sexuelles non traditionnelles » - autrement dit celles qui sortent d'un cadre hétérosexuel. Et cette dernière renforce des textes de 2013 persécutant les membres de la communauté LGBTQIA+. Outre les effets délétères sur les vies des citoyens et citoyennes, la liberté d'expression se trouve bien sûr un peu plus amoindrie.

28/11/2022, 11:06

ActuaLitté

#Actualitteaime : un mille-feuille tentateur

Dans cette semaine d'#ActuaLittéAime, on est tenté : par la puissance financière d’une monarchie et ses ressources gazières, d'anciens jeunes rockstars qui chantaient et chantent encore, Sympathy for the devil, ou par le plus séduisant des personnages du roman mondial, Dorian Gray. Son créateur, le flamboyant Oscar Wilde, disait : « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder... »

26/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les offres déposées pour le rachat d'Editis

L'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky ne serait donc pas le seul intéressé par une reprise d'Editis. La Lettre A avance, dans un article, trois autres prétendants au rachat du groupe d'édition. Xavier Niel, Reworld Media et Mondadori seraient également dans la course.

25/11/2022, 17:08

ActuaLitté

Les procès de Roberto Saviano : la pression des politiques sur les intellectuels

Roberto Saviano, auteur du best-seller international Gomorra, publié en Italie en 2006 (Mondadori) et en France l'année suivante chez Gallimard, est aujourd'hui au centre d'une affaire médiatique bouillante. En effet, l’écrivain a à son actif trois procès pour diffamation contre trois membres actuels du gouvernement italien… Comment défendre dans ce contexte, la liberté d’expression, ainsi que le rôle symbolique des intellectuels ? 

25/11/2022, 16:57

ActuaLitté

L'imprimeur Maury reçoit 12 millions € d'aides de l'État

Dans le cadre des mesures de soutien du gouvernement face à l’explosion des prix de l’énergie, l’imprimeur Maury est la première entreprise, avec la verrerie Duralex, à bénéficier du nouveau guichet d'aide mis en place le week-end des 20-21 novembre. Une annonce réalisée à l’occasion de la Semaine de l’industrie par Roland Lescure, le ministre délégué chargé de l’Industrie. La structure du Loiret imprime notamment des ouvrages de la maison Gallimard ou encore les magazines Paris Match ou L’Express.

25/11/2022, 16:40

ActuaLitté

Benoît Pollet (Dargaud) attendu à la direction des éditions Glénat

Jean Paciulli, directeur général des éditions Glénat, partira à la retraite à la fin de cette année 2022. Le directeur général des éditions Dargaud, Benoît Pollet le remplacerait dès le mois de janvier 2023.

25/11/2022, 16:26

ActuaLitté

Mort de Christian Bobin, “ermite du Creusot”, à l'âge de 71 ans

Les éditions Gallimard ont fait part du décès de l'écrivain Christian Bobin, décédé ce jeudi 24 novembre à l'âge de 71 ans. Entré en littérature dès l'âge de 22 ans avec Lettre pourpre, en 1977, il a composé une œuvre prolifique et vécu à l'écart du monde, dans une maison en lisière d'un bois, en Saône-et-Loire.

25/11/2022, 13:06

ActuaLitté

Diplomatie culturelle : le Sénat dénonce “une ambition de façade”

Dans le cadre de l'examen du Projet de loi de finances 2023, la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a rendu un avis plutôt sévère sur les moyens consacrés à la diplomatie culturelle par le gouvernement. Elle regrette ainsi l'absence d'investissement pour les Instituts français et les Alliances françaises.

25/11/2022, 12:39

ActuaLitté

À l'IFLA, une “culture du silence” dans un environnement “toxique”

En avril 2022, l'IFLA, organisation internationale des associations de bibliothécaires, annonçait une mise à pied de son secrétaire général, Gerald Leitner, motivée par deux avis d'experts indépendants sur les conditions de travail au sein de la structure. Si la personnalité du responsable est mise en cause, l'environnement de travail et les protections dont il a pu bénéficier se révèlent petit à petit.

25/11/2022, 11:25

ActuaLitté

Les Islandais lisent de plus en plus : en moyenne, 2 livres et demi par mois

L'Islande n'usurpe pas son titre de nation de lecteurs et de lectrices. Connu pour profiter d'un très grand nombre de livres publiés dans l'année par habitant, le pays abrite les plus grands lecteurs d'Europe, voire du monde. En 2022, la moyenne passe ainsi à 2,4 livres lus par mois...

24/11/2022, 17:10

ActuaLitté

En Italie, un nouveau livre posthume d'Andrea Camilleri

Un nouveau livre d'Andrea Camilleri est sorti en Italie ce 8 novembre, trois ans après la mort de l'auteur. La guerra privata di Samuele e altre storie di Vigàta (La guerre privée de Samuel et autres histoires de Vigàta) est publié, comme beaucoup des précédents, par l'éditeur palermitain Sellerio. Il est composé de nouvelles publiées à différentes époques, dont deux inédites.

24/11/2022, 16:49

ActuaLitté

Jean Spiri, nouveau directeur de cabinet de Brigitte Macron

L'actuel secrétaire général du groupe Editis, Jean Spiri, est nommé directeur de cabinet de Brigitte Macron, nous apprend le Journal du Dimanche.

24/11/2022, 15:46

ActuaLitté

Suisse : face aux librairies Payot, le Valais fait machine arrière  

Afin de soutenir les librairies du Valais dans l’après-Covid, les autorités cantonales ont annoncé le 14 novembre dernier une opération, un livre acheté, un livre d’un auteur valaisan offert. Problème, les deux grands groupes Payot et Fnac n’ont pas été inclus dans la procédure. Pascal Vandenberghe, directeur de Payot, ne s’est pas gêné pour exprimer publiquement (et franchement) son mécontentement. Face à cette levée de boucliers, le Valais a suspendu son dispositif dans la partie germanique du Haut-Valais, où se nichent les raisons de la colère.

24/11/2022, 15:05

ActuaLitté

Amazon et cinq éditeurs américains (encore) accusés d'entente

Le cabinet d'avocats Hagens Berman, qui avait obtenu la tête d'Apple en justice, reconnue coupable d'entente sur les prix des livres numériques, entend bien se payer Amazon, désormais. Après le classement sans suite de deux plaintes, une nouvelle réapparait ainsi devant une cour new-yorkaise, revue et consolidée.

24/11/2022, 12:19

ActuaLitté

En Ukraine, la “littérature prorusse” des monastères saisie

UkraineUnderAttack - Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont repéré et arrêté des ressortissants russes dans différents monastères relevant du patriarcat de Moscou. Ils y ont découvert plusieurs milliers de dollars, mais également de la « littérature prorusse utilisée lors d’études dans les séminaires et dans les écoles paroissiales, y compris pour la propagande du monde russe », explique l’institution dans un communiqué repris par l'AFP.

24/11/2022, 10:49

ActuaLitté

En Tunisie, l'ouverture en décembre d'“une librairie unique”

La librairie Al Kitab de Tunis, fondée en 1967, souhaite à présent innover au pays d’Albert Memmi. Ce 12 décembre, la structure ouvre une « librairie espace-café-espace culturel, [...] qui veut faire évoluer le concept de librairie en Tunisie ». Ce projet « unique », entre librairie généraliste, galerie d’art, zone d’animation et espace café, sera situé dans le quartier de Mutuelleville à Tunis. Une troisième enseigne après le Al Kitab historique et Al Kitab La Marsa.

24/11/2022, 09:54