#Distribution

Rentrée littéraire 2021 : la justice française interdit la vente d'un roman

EXCLUSIF – La rentrée littéraire s’ouvrira donc sous des auspices judiciaires : selon les informations de ActuaLitté, le roman de Pascal Herlem, Fatum (Ed. Bouquins), vient d’être interdit à la vente. Une ordonnance du tribunal, du 9 août, contraint la maison à suspendre la mise en vente, et bien plus encore. Coup dur pour un ouvrage de fiction, qui aurait été le sixième de l’auteur.

Le 13/08/2021 à 13:14 par Nicolas Gary

68 Réactions | 8034 Partages

Publié le :

13/08/2021 à 13:14

Nicolas Gary

68

Commentaires

8034

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Psychanalyste, Pascal Herlem devait faire paraître ce livre, évoquant des relations incestueuses, mettant «des mots sur le poids et la fatalité d’un récit familial, dont l’écriture semble l’unique issue». Mais selon le jugement de l’ordonnance de référé de la 17e Chambre du tribunal de Paris, tombé ce 9 août dans les mains de l’auteur et de son éditeur, il est «fait interdiction aux Éditions Bouquins ainsi qu’à tout ayant droit de diffuser, de commercialiser et de promouvoir le roman Fatum de Pascal Herlem».

Et ce «sous astreinte d’une pénalité par manquement constaté à compter de la signification de la présente ordonnance, l’astreinte courant sur un délai de trois mois». Autrement dit, même les médias se trouvent interdits de publier la moindre chronique, sous peine d'infliger à l'éditeur 500 € pour l'infraction. 

Une famille sous l’œil psychanalytique

Fatum devait poursuivre une œuvre entamée en 2015 chez Gallimard, avec le roman Françoise, un titre qui évoquait la sœur de l’auteur/narrateur «qu’en croyant bien faire on a lobotomisée», indiquait L’Arbalète. Focalisé sur la vie de cette enfant, le livre était suivi, toujours chez Gallimard/L’Arbalète en octobre 2017 par Limoges, cette fois avec le regard du narrateur sur sa propre enfance. 

DIFFAMATION: les éditions Massot interpellent Dupond-Moretti

Des ouvrages qui n’ont pas vraiment rencontré leur public, puisque, selon les données Edistat, ils se sont vendus à respectivement 939 et 1490 exemplaires. Avec ce nouveau roman, c’était la vie du frère du narrateur qui était prise en compte : «Didier est fasciné par sa sœur aînée, Françoise, dont l’extravagance sature le cocon familial. Ses crises de folie, ses jeux malsains et ses accès de démence se multiplient, et Didier devient la victime de ses délires glaçants.»

Comme on peut le lire : «Leur relation fraternelle était devenue étroite, une sorte de petite folie à deux, assez discrète pour ne pas attirer l’attention d’un parent, pour durer, donc.»

Ou encore : « Le bain avait lieu une fois par semaine au moins, pendant des années, le temps pour Didier d’entrer en connivence particulière, en intelligence profonde et durable avec sa sœur de sept ans son aînée à l’influence confirmée, de s’imprégner de l’amour passionnel sous l’emprise duquel il se trouvait. » Pour la cour, il en va autrement.

« Sont relatés les faits d’attouchements sexuels dont Didier Herlem a été la victime de la part de sa grande soeur, Françoise Herlem, lors de son enfance, le résultat traumatique de ces attouchements sur sa vie d’enfant, les autres atteintes sexuelles, agressions et/ou viols dont il aurait été victime par la suite entre son enfance et son adolescence », note le jugement.

Une matière familiale

Trois romans, ou plutôt deux, évoquant une histoire connue de la famille, qui puisaient ainsi dans un passé pour nourrir la fiction. Entre-temps, la sœur est décédée, les parents également, le frère Didier est toujours vivant. Or, l’assignation en référé obtenue le 29 juillet découle de l’ex-femme du frère, ainsi que de deux des enfants. Le tout dénonçant une atteinte à la vie privée, dans des circonstances judiciaires étonnantes de vélocité, autant que dans les conclusions.

D’abord, parce qu’aucune procédure n’avait été entamée après la parution des deux premiers livres. Ensuite, parce que la démarche pointe une atteinte à la vie privée pour une personne n’étant pas dans la procédure. La juge considérera pourtant que l’atteinte est réelle, «en ce qu’elle se rapporte à l’intimité de la vie familiale qu’ils ont partagée ou partagent encore», indique l’ordonnance, consultée par ActuaLitté.

DARMANIN: une BD porte atteinte à sa vie privée

Ensuite, c’est en l’absence de la partie adverse que les avocats des plaignants ont été entendus par la cour. En effet, l’accusé n’aura pris connaissance que trop tard de l’assignation : le principe du contradictoire, par lequel chaque partie est garantie de pouvoir être entendue, semble ici avoir été mis de côté. Lors de la convocation de ce 6 août, ni l’auteur ni l’éditeur n’étaient présents — par défaut d’information.

Ni roman ni fiction

« Il est également établi une atteinte vraisemblable à la vie privée des demandeurs à titre personnel, en ce que chacun d’eux est dépeint dans son histoire et ses interactions plus ou moins conflictuelles ou douloureuses avec les autres membres de la famille », peut-on lire.

La dimension de roman psychanalytique n’a d’ailleurs pas été retenue, et la cour d’invoquer alors l’article 835 du Code de procédure civile, pour aboutir à une triple interdiction : diffusion, commercialisation et promotion. Il est en effet « vraisemblable qu’il existe des liens étroits entre les personnages de l’ouvrage Fatum avec la réalité de la vie des demandeurs ».

Et la cour de noter : « Le dommage imminent qu’entraînerait la diffusion et la commercialisation de l’ouvrage […] est donc caractérisé […]. S’agissant de la divulgation des détails les plus intimes de la vie des demandeurs, un tel dommage serait irréparable et justifie qu’il soit fait droit à la demande d’interdiction sous astreinte qu’ils ont formée. »

Notons à ce titre que la maison d’édition pas plus que son conseil n’ont souhaité apporter de commentaire, considérant que toute intervention tomberait de fait sous le coup de l’ordonnance. L’auteur et l’éditeur, la SAS Éditions Robert Laffont, sont condamnés chacun à 1000 € au titre de frais irrépétibles, ainsi que d’une astreinte de 500 € « par manquement constaté ».

Reste désormais à l’éditeur et son distributeur, Interforum, à rappeler les quelque 2000 ouvrages mis en vente pour le 19 août…

Mise à jour 14/08 - 16 h 50 :

Depuis l’annonce de la maison d’édition Bouquins, le déréférencement de l’ouvrage intervient massivement sur les plateformes de vente. La mention du livre a déjà été supprimée sur le site Lisez.com, qui sert au groupe Editis à référencer l’ensemble des parutions de ses maisons, avec une jolie page 404 indiquant la suppression des éléments, bien que l’on en trouve encore trave à quelques endroits du site.

En revanche, les librairies en ligne voient les flux de données s’actualiser progressivement : les principaux vendeurs, comme Amazon, Rakuten ou le service de vente de livres d’occasion Momox ont supprimé les données liées au roman. « D’ici à 24, voire 48 heures, l’ouvrage aura totalement disparu de la toile, pour ce qui est des précommandes », assure un libraire.   

crédit photo : Tingey Injury Law Firm/ Unsplash

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

68 Commentaires

 

Soize

13/08/2021 à 15:06

Quel dommage, pour une fois qu'un écrivain évoque ce sujet tabou, tellement dénié par notre société.

Curieusement, lorsque la justice doit examiner ce qu'ont subi les victimes, il n'est pas question d'atteinte à leur vie privée, alors que l'inceste est un très bon moyen de démolir un enfant, et l’adulte qu'il va devenir... Les procédures sont d'une longueur et d'une complexité inimaginable... Et rares sont les plaintes qui aboutissent à une reconnaissance, d'abord, à des dédommagements ensuite...

Eliane Schierer

13/08/2021 à 17:23

Bien commenté merci à vous

Reuillon

13/08/2021 à 18:25

C'est tout sauf un "sujet tabou", on en parle depuis plus de 20 ans à longueur de romans, d'articles, de procès d'assises, d'émissions de télé où les gens racontent sans aucune pudeur leur vie intime. Et le genre "roman" permet trop souvent de faire du fric en déformant l'histoire à son avantage, comme l'a fait Yann Moix.

Oskar K. Cyrus

15/08/2021 à 10:31

"Faire du fric" : Vous avez bien lu l'article ? Cet auteur ne vend pas beaucoup (1490 ex. max) et par conséquent n'aurait pas eu un gros chèque pour son bouquin. Par contre, on peut lire qu'il est psychanalyste, à mon avis il gagne plutôt bien sa vie sans ses bouquins.
Il s'agirait de réfléchir avant de commenter.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 15:18

Que dire à ce sujet? C'est assez difficile de se prononcer.
Quand on n'est pas dans ce cas, et même, on n'a pas le droit de juger l'écrivain. C'est la dernière chose à faire.
L'auteur a voulu certainement "se libérer" d'une façon ou d'une autre de ce poids qu'il porte sur ses épaules dû à son adolescence et celle de son frère et de sa soeur. J'essaie de me mettre juste un peu à sa place. Il a du souffrir et son frère également. Après de tels faits, on ne peut plus jamais oublier.
Une auteure amateure n'est pas un écrivain professionnel non plus et n'a pas les qualités requises pour en dire ni du bien, ni du mal, elle essaie de comprendre, c'est tout.
Pour ma biographie, j'ai du faire attention, modifier des passages, car si jamais une personne se reconnaît, et porte plainte, c'est assez délicat.
Quant à la décision du tribunal, je ne comprends pas pourquoi ne pas avoir ni informé l'auteur, ni l'éditeur en temps voulu?
Quand je vois des chiffres de vente de plus de 1000 exemplaires, je ne peux qu'en rêver, mais je reste bien à ma place. Mes collègues doivent vivre de leurs écrits, moi non. Mais j'aimerai bien que mes finances se rétablissent un peu. Restons positifs.
Je souhaite que le meilleur à vous toutes et tous, pleine réussite et bonne santé.
Un petit mot pour terminer à l'auteur: Pascal, ma vie n'était pas de tout repos, mais je n'ai pas vécu la vôtre. Je vous souhaite bonne continuation et ne vous laissez pas abattre. Les erreurs que j'ai commises m'ont rendu plus forte. Bien à vous!

Reuillon

13/08/2021 à 15:31

Tant mieux. Marre de ces écrivains nombrilistes qui étalent leurs problèmes familiaux, de manière souvent trafiquée – cf. l'ignoble Yann Moix.

Marie

13/08/2021 à 18:15

Vous englobez bien sans-doute Camille Kouchner, dans ces "écrivains(?) nombrilistes" qui, à mon sens auraient mieux fait de consulter un bon psychanalyste...

Reuillon

13/08/2021 à 18:28

En effet, Camille Kouchner fait partie de ces auteurs. Mais, ayant lu son livre, je ne la soupçonne pas d'avoir déformé les faits. Et elle a eu le mérite de dévoiler les dessous pas très propres d'un milieu très m'as-tu-vu, très donneur de leçons de morale… et très influent dans la politique et l'éducation.

Marie Bonheur

13/08/2021 à 15:38

Je trouve que c'est normal.

Ce roman porte atteinte à la vie privée des descendants des acteurs de cette fiction/ réalité.

Par ailleurs, il ne peut intéresser que les voleurs et les pervers

Marie

13/08/2021 à 18:18

Je ne trouve pas que ce soit normal, cette atteinte à la liberté d'écrire, cette morale qui se veut collective alors que (tout comme la solidarité) elle est à mon sens éminemment personnelle. De plus personne n'est obligé de lire !!

Annie-France Belaval

13/08/2021 à 16:27

Je n'aurais sans doute pas lu ce livre; je n'ai pas lus les précédents (ils m'ont échappés) mais ce genre de censure me choque!

Schierer Eliane

13/08/2021 à 17:25

Bonsoir Annie
Moi aussi j’étais étonnée de cette censure
Dommage pour l’auteur

Delia

13/08/2021 à 16:28

Ce n'est pas le thème qui pose problème, mais seulement la vie privée. Pourtant il est bien marqué "fiction" sur l'ouvrage. Et juger sans écouter les voix de la défense me semble un procédé inacceptable.

Ahmed Miloud

13/08/2021 à 17:15

L'inceste en lui-même est condamnable, mais avec la liberté sexuelle promue en Europe et ailleurs, il est toléré. Autrement dit, il ne constitue plus un objet de plainte sauf sans les cas de viol ou ou quand l'acte incestueux est commis sur des enfants mineurs de moins de quinze ans, consentants ou pas.
En conséquence, il est illogique de condamner la parution de ce roman même s'il fait référence à des faits réels.
https://www.senat.fr/lc/lc102/lc1020.html

Reuillon

13/08/2021 à 18:30

L'inceste n'est pas plus toléré dans les pays où la liberté sexuelle existe que dans les pays très religieux où la liberté sexuelle est réprimée. Ceux-ci sont seulement plus hypocrites

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:01

Merci Reuillon de remettre les choses en place (j'allais écrire "de remettre l'église au centre du village", mais je crains que cette image n'ait pas été bien interprétée, allez LouÏa !)

Ninipod'

13/08/2021 à 17:17

Incompréhensible, en effet, sur le plan juridique(?):
- la personne plaignante n'étant pas de la famille au moment des faits relatés, et de plus, divorcée depuis...et les autres" parties"(?) étant décédées.
-Les enfants? de qui?... et le cas échéant, il y a sans doute lieu de sans les "mêler"....- qu'ils n'ignorent pas ce qui a pu se passer...l'omerta confortée par cette ordonnance ouvrant encore plus de soupçons pour leur éventuelle histoire et la vérité des faits (avérée ou infirmée).
- Le fait de n'avoir pu se constituer partie civile ou défenseur en l'absence de l'information: or une procédure de référé exige une lettre recommandée à remettre en mains... propres(!).
Tout ces éléments laissent perplexe.
...........................Sur un autre plan, celui du livre, de ce qu'est la littérature et de l'édition... (les publications nous le montrent), il est bien des questions qui laissent un espace ouvert... et d'autant plus flou et difficile à appréhender:
-s'il s'agit d'un Essai psychanalytique, il n'est nul besoin de censurer, cela va de soi: mais le livre peut-il tenir ce statut? Ce domaine, il est vrai, contenant ici des éléments de biographie est certes un terrain risqué...
- S'il s'agit d'un récit... le livre doit-il porter la mention "récit" en couverture....? (Que dit la jurisprudence éditoriale en la matière?
- S'il s'agit d'un roman, il semble bien que les débats autour de la question sont en plein au cente de la question de l'auto-fiction etc... ou du livre -choc etc.. tels qu'on en connaît plusieurs récents...
visant des personnalités réelles............. vivantes............... visibles........... etc.
Ce qui est singulier en la matière, c'est que le psychanalyste en question n'ait, semble-t-il, pas eu les armes littéraires et le dispositif pour, précisément, établir le lieu littéraire de cette recherche, de ces frontières, dans la langue qui lui eût été et dans la forme favorable à ce débat... entre REEL, et..........fantasme.... Fiction..... mensonge... etc...
ALORS MÊME que ceci fait partie de son exercice professionnel et même de son obligation éthique...............
Mais à ce niveau, nous ne le savons pas, car la Justice -ici, aveugle, on le... voit!- ne permet pas au public de se faire une opinion....
Ce qui reste: la protection d'une IDEE de la FAMILLE dont l'écrasante majorité des crimes et délits restent de son FAIT, en valeur absolue entre tous les crimes...Protection venant des membres de la Justice elle-même.
AIMONS les LIVRES d'autant plus, bons comme mauvais..............


Marco

13/08/2021 à 17:28

La justice fait son travail et prends des responsabilités. Rien de scandaleux.

sed

13/08/2021 à 17:29

Je trouve bien que la justice ne permette pas la diffusion de n'importe quoi. Je ne parle pas de censure, mais de droit au publique à être protégé de certaines dérives qu'il ne mesure pas toujours. Tout adulte n'est pas toujours bien réfléchi et bien raisonné, la justice a un devoir de réserve pour protéger la société de toute déviation morale. Lorsqu'on entend une histoire pédophile on s'offusque de cette perversion malsaine, mais pour qu'un homme/femme en arrive à cela, la plus part du temps, c'est qu'il/elle l'a subit ou en a entendu un récit. Donc oui, la justice à bien joué son rôle.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:41

Non, la justice n'a pas à juger la "morale". Ne serait-ce que parce que cette "morale" n'est pas la même pour tous, selon ses croyances, notamment. La justice est là pour juger la loi, qui s'applique à tous, quelles que soient leurs croyances et leur "morale".
En outre, en quoi interdire un livre permettrait-il de "protéger la société" ?
Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ? Ou qu'il en a entendu un récit ?
On voit tous les jours des meurtres à la télé ou dans de multiples romans. Cela pousse-t-il tous les téléspectateurs ou lecteurs à devenir des criminels ? Faut-il interdire ces fictions télévisuelles, cinématographiques ou littéraires sous prétexte qu'il faut "protéger la société" ?
Vous niez la responsabilité individuelle de chacun. L'inceste (sur un mineur), la pédophilie sont réprimés par la loi. C'est à chacun de la respecter, rien d'autre.
Et prenez garde à conserver vos notions de "déviation morale" pour vous-même, tout le monde n'a pas les mêmes. Et les vôtres ne valent pas plus que celles d'autres personnes.

Lily

13/08/2021 à 19:32

Lobotomie de l'écriture par une triste justice !

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:28

Cher Otto,
Permettez-moi de vous remercier pour votre commentaire.
Je suis auteure de romans policiers, style classique, du genre Agatha Christie, bien que je ne lui arriverai jamais oh jamais à la cheville. Je n'arriverai pas non plus â la cheville de la plupart d'entre vous.
Des amies m'avaient suggéré d'écrire et c'est que j'ai fait après ma retraite en 2015. Les "meurtres" c'est dans quoi j'excelle. On m'avait dit d'écrire des romans d'amour, des romans pour enfants, mais ce n'est pas pour moi. Je préfère écrire dans quoi j'excelle.
Il ne me viendrait jamais à l'idée de tuer ou d'imiter un de mes personnages, c'est de la fiction.
Je suis de nature pacifique, je me défends si on m'agresse, mais j'aime l'harmonie.

C'est très dommage que ce roman ait été censuré. L'auteur voulait s'exprimer et se décharger d'un fardeau, je le comprends. On ne peux pas jouer à l'autruche et dire que cela n'existe pas, ou que cela heurte. Je suppose que cela a bien existé et c'est triste pour l'auteur et son frère. Ils sont à plaindre.

On n'a jamais censuré des caricatures blessantes, vulgaires, et blasphématoires, prétextant le droit à la liberté d'expression. La liberté d'expression a pour moi un autre visage, moins laid, moins provocateur. Beaucoup d'entre vous, en tant que professionnels vont m'en vouloir et m'écriront, peut-être m'insulteront t'ils, mais c'est dit. Même les non-croyants pourraient faire un effort en respectant les croyances des autres.
Je précise que je suis spirituelle mais que je ne vais plus à l'église. Je suis croyante, mais ne croie plus aux serviteurs de Dieu, et pour cause. Il y en aurait des choses à écrire, mais tel n'est pas le sujet.
Chacun de nous a sa façon de penser et de s'exprimer. La liberté d'expression a ses limites. Le blasphème est interdit en Italie. Je condamne le terrorisme bien évidemment, on ne tue pas pour un dessin, d'un autre côté "qui sème le vent, récolte la tempête". Je ne souhaite de mal â personne, attention, j'explique, c'est tout.
Les Anglais ont bien réagi à ce sujet, bravo. Je pense être une des seules en France â penser ainsi, mais j'assume.
Donc tout ceci passe, et pour un simple roman la loi le censure, c'est à ne plus rien comprendre?
Je ne répondrai pas à des commentaires agressifs. Merci d'en prendre note.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:32

Bonjour Eliane et merci de votre réponse,
Je ne suis pas écrivain, je suis "juste" journaliste, je ne sais pas faire de fiction, l'idée même de faire de l'auto-fiction me fait frémir tellement elle est en dehors de mon champ de pensée.
Tout comme est inimaginable pour moi d'appliquer mon champ de pensée à celui des autres - sur ce qui tient à la "morale" bien sûr - pour ce qui est de la loi, elle est là et doit l'être, je suis évidemment contre le meurtre, le viol, la prévarication, et ainsi de suite.
Pour ce roman (si tant est qu'on puisse parler de roman lorsqu'il s'agit d'auto-fiction - mon "humour" (qu'on me reproche souvent) m'aurait amené à parler "d'otto-fiction"... -), je n'ai pas d'avis sur le fait qu'il soit "censuré" ou non : avec ce que dit Actualitté (et ce n'est pas de sa faute, le journaliste ne fait qu'énoncer ce qu'il a comme informations), il est impossible de juger de ce qui est "bien" ou "mal" dans ce cadre précis.
Ensuite, et ça m'est personnel, je déteste l'auto-fiction, le côté "je me lave de mes traumas en écrivant", parce que d'une part ça me fatigue et d'autre part ça n'a jamais donné le moindre début de commencement de talent à qui que ce soit.
Pour le reste, oui, des saloperies telles que l'inceste existent. Et les victimes sont toujours à plaindre. Mais c'est à elles d'aller en justice et d'y traîner les salopards qui méritent d'être balancés dans une prison.
Quant à la liberté d'expression, elle n'a pas de visage. Ou en tout cas pas un "beau visage". Le photographe qui parcourait les tranchées en 1915 et ramenait des clichés tellement atroces qu'aucun média ne voulait les publier, ça, ça me fait chier. Parce que c'était la réalité, mais que d'aucuns voulaient la gommer. Donc, de manière plus générale, la liberté d'expression n'est pas ce que "je voudrais lire", elle englobe aussi les saloperies qui me font gerber, du moment qu'elles respectent la loi.
Quant au blasphème, il m'importe peu. Vous parlez de "respect des croyances des autres". Certes.
Mais qu'en est-il des "non-croyances" de ceux qui, comme moi, n'ont aucune croyance, qui sont de "simples" athées ? Je ne me sens pas "victime", je remarque juste qu'on oublie souvent de parler de la sensibilité de ceux qui pensent différemment... Je veux bien respecter les croyances de certains, je souhaiterais juste que l'inverse soit vrai, on en est loin...
Quant à la liberté d'expression, elle a certes ses limites, légales, très bien exprimées en France. Je me fiche de savoir ce qu'il se passe à ce sujet en Italie ou en Iran (deux très beaux pays avec des gens formidables mais aussi de profonds salopards, qui plus est au pouvoir en Perse...). Et non, "qui sème le vent..." n'est pas viable : cela signifie que je pourrais venir demain vous tuer parce que vous ne pensez pas comme moi : êtes-vous prête à dire que c'est "normal parce que qui sème le vent blablabla" ? Réfléchissez, ne dites pas de sornettes de cette sorte, vous perdez toute crédibilité, toute possibilité d'être estimée. Aucune pensée, je dis bien aucune, ne peut justifier d'être tué. Même celles qui me déplaisent au plus profond de mon être. On peut légiférer pour interdire les pires saloperies (le nazisme par exemple), faire en sorte que personne n'en fasse l'apologie. Mais tuer quelqu'un pour ça ? Jamais ! (ça n'empêchera pas que le premier qui vient me faire l'apologie du nazisme sous mon nez prendra mon poing dans la gueule, mais ce n'est pas exactement la même chose...)
Pour le reste, je ne sais pas comment ont réagi les Anglais, mais si c'est du type "qui sème le vent...", cela ne fera que confirmer que je vis du bon côté de la Manche.
Quant à votre phrase sur le roman et "ceci passe", je ne comprends pas ce que vous voulez dire...
Et mon commentaire n'est pas agressif, sauf sur certains points. :)

Eliane Schierer

14/08/2021 à 13:02

Bonjour Otto,
Merci pour votre réponse. Dommage que vous ayez écrit sous un pseudo, chose que je n'ai pas faite.
Si je me suis trompée alors excusez-moi, je n'ai pas trouvé votre nom en tant que journaliste sur le net.
Vos idées ne rejoignent pas les miennes, car c'est votre projection et c'est normal.
Ma projection est autre.

Etre crédible, perdre l'estime des autres, vous savez en tant qu'auteur j'en ai entendu des vertes et des pas mûres. Je m'en fiche royalement. On ne peut être d'accord sur tout, c'est impossible.
Si j'écoutais tous mes lecteurs je serai ma propre "ghost writer".
"De même que le rocher n’est pas agité par le vent. Les sages restent inébranlés par le blâme ou le compliment. (Dhammapada)"

Nous ne pensons pas tous de la même manière, heureusement, sinon la vie serait une soupe sans sel.

"Ceci passe" = les caricatures blessantes ne sont pas censurées, mais ce roman oui, dommage.
Le liberté d'expression n'a jamais eu un beau visage, je vous le concède. Pendant la première guerre mondiale aussi. J'ai visité Verdun, mon grand-père y ayant combattu du côté des allemands.
Il n'a jamais tué quelqu'un et faisait signe et avertissait les français en cas d'attaque.

Je vous respecte et votre opinion et que vous ne soyez non croyant. On peut faire de bonnes choses sur terre, ceci n'a rien avoir avec la religion. On peut s'entraider, c'est ce qui compte.
Mais cela n'autorise tout de même pas de faire du n'importe quoi avec des carricatures qui ont mené indirectement à la mort de beaucoup de personnes.
Je n'en démordrai pas, quitte à me faire virer du site. Cela ne serait pas la première censure, j'en ai l'habitude.

Je respecte le journaliste qui a fait son travail et qui nous a mis l'article à notre disposition, je n'ai jamais dit que c'était de sa faute. Et pourquoi donc?

Je ne soutiens pas le terrorisme et les meurtres je l'ai écrit. On ne tue pas pour un dessin.
Les "lésés" auraient pu porter plainte, mais auraient été déboutés par la justice certainement.

Et tout le monde peut mettre sur papier une biographie. Pourquoi détester (c'est votre droit) ce que les autres aiment. Les goûts et les couleurs.....
Grasset en a fait l'expérience ces derniers temps, et je suis certaine que c'est un filon d'or pour eux.

Dans une école anglaise, les parents musulmans sont venus se plaindre de ces carricatures et l'école a sévi, et elle a bien fait. Bravo!

Beaucoup de journalistes aiment cela, non, quand le brasier se rallume et quand il y a de la tempête. Il y a de quoi écrire, même si cela a un visage affreux. Je ne l'écris pas pour vous, mais en général. C'est le travail d'un journaliste, et il doit mettre souvent ses sentiments personnels de côté.

J'espère que vous ne viendrez pas chez moi et m'insulter, je prendrai le balai, et mon loulou ne vous laisserait pas faire. Lui aboie et moi je mords:-) Mamie sait encore se défendre:-)

Qui sème le vent récolte la tempête, oui cela va dans les deux sens, je vous le concède.
Celui qui va avec le tisonnier dans les braises, s'y brûlera quand le feu se rallumera, cela va aussi dans les deux sens.
Un proverbe allemand dit: So wie man in den Wald hineinruft, so schallt es heraus......

La Perse et l'Italie sont de très beaux pays, vous avez raison. Les deux pays ont leurs problèmes.
Et moi je ne m'en fiche pas de l'Italie. Je lis beaucoup de choses dans les journaux, quitte à me faire mon opinion. Cette opinion n'est peut-être pas toujours exacte, mais au moins j'en ai une.
Je vous souhaite une bonne santé et un bel été, ce que je souhaite aussi aux lecteurs!

Aradigme

14/08/2021 à 13:33

Bonjour Otto Naumme,

Je me permets de vous faire remarquer que l'athéisme est une croyance. L'existence ou la non-existence de Dieu ne peuvent être prouvés. Les athées sont donc des croyants, tout comme les déistes de différents types. Seuls les agnostiques se situent en dehors du processus de la foi.

Salutations
Aradigme

Reuillon

14/08/2021 à 00:15

"Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ?"
- C'est une réalité, constatée par de très nombreux psychologues, enquêteurs et magistrats qui ont traité d'affaires graves de pédophilie ou d'inceste. La plupart des pédocriminels en ont été eux-mêmes victimes pendant leur enfance et reproduisent cette violence.
Quant à la littérature ou au cinéma, ils peuvent justifier, rendre mentalement ou socialement acceptables ces comportement criminels (on l'a bien vu dans l'affaire Matzneff, où tout un petit milieu "libéré" acceptait tout et n'importe quoi depuis les "années 68". Il y a bien une responsabilité sociale de l'écrivain.

Forbane

13/08/2021 à 17:49

Il suffisait de changer les prénoms et de... créer, et le tour aurait été joué !
Un écrivain a tout à fait le droit de puiser dans sa vie, son intimité et ses traumatismes pour créer - à condition que le résultat soit bel et bien une oeuvre d'art et de fiction.
Sinon, ce n'est pas de l'art, seulement du voyeurisme pour le lecteur et du nombrilisme pour l'auteur (à la Moix effectivement).

maryc

13/08/2021 à 18:01

je suis choquée par le fait qu'il n'y ait pas eu de débat contradictoire! délivrer une assignation en pleine période de vacances estivales et avec de si courts délais entre l'assignation et l'audience, c'est un peu fort; d'habitude les juges sont vigilants quant au respect du contradictoire; que s'est il passé? je présume que l'assignation a été délivrée au cierge social de l'éditeur pendant l'absence du personnel; pour le reste, ne sachant pas de quoi il retourne....

Marco

13/08/2021 à 18:40

La justice ne juge pas l'auteur mais la portée des propos édités dans un livre. Comme dans la vraie vie, on ne peut pas dire ou faire n'importe quoi. Il y a des règles, des limites... La justice se prononce, sans entamer un débat contradictoire. Ensuite, l'éditeur et l'auteur peuvent faire appel. Ce cadre est rassurant ! Il défend notre crédibilité d'écrivains.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:43

Il m'étonnerait fort que les éditions Robert Laffont n'aient pas de personnel présent même en période de vacances.
Et j'adore votre "cierge social de l'éditeur" ! :)

Reuillon

14/08/2021 à 10:43

les éditions Robert Laffont sont totalement désorganisées par un nouveau management qui ne connaît strictement rien aux métiers de l'édition et impose des règles technocratiques absurdes.

Alina Reyes

13/08/2021 à 18:14

Impossible de commenter cette décision de justice sans avoir lu le livre. Les œuvres de fiction s'inspirent toujours de faits et de personnes réelles, reste à savoir si le ou les livres incriminés comme portant atteinte à la vie intime ont assez le caractère d’œuvres de fiction, ou non. L'un de mes manuscrits jadis a dû passer entre les mains d'un avocat avant publication et j'ai dû retirer un ou deux détails qui auraient pu faire penser à tel personnage public (le plus drôle est que je les avais inventés, ignorant que telle manie de mon personnage était aussi celle du personnage public en question - il s'agissait de mon roman "Poupée, anale nationale"). J'ai retiré les détails en question sans en faire une histoire, si je puis dire. L'essentiel est ailleurs. Peut-être l'auteur pourrait-il réécrire son livre de façon tout aussi forte sans que l'identification avec des personnes existantes prime.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:06

Chère Alina,
Je vous comprends très bien.. En rédigeant ma biographie, j'avais demandé à des avocates de la SGDL ce qui était permis et non. La loi est très stricte à ce sujet. J'ai donc écrit ce roman sous un pseudo. J'ai changé certaines situations c.à.d, j'ai changé mon premier emploi, mon lieu de résidence, mon frère a eu des jumeaux (il n'a pas d'enfants), j'ai changé les noms, mais le RESTE de ma vie était correcte. Si jamais quelqu'un viendrait à porter plainte contre moi, je devrais faire retirer ce roman. Je travaille en autoédition. Il pourrait porter plainte, mais les faits qui se sont déroulés, sont corrects, pas de mensonge, même en "maquillant" un peu le roman.
La plupart d'entre vous êtes des écrivains chevronnés et jamais je ne vous arriverai à la cheville.
En plus, j'écris dans ma deuxième langue, le français n'est pas ma langue maternelle, mais le Luxembourgeois. Bien â vous et bonne chance pour la suite

FH

13/08/2021 à 20:52

Si l'auteur avait bien précisé en tête de son ouvrage qu'il s'agissait d'une oeuvre de fiction, quoique inspirée de faits réels, ce jugement est problématique (il porte atteinte à la liberté d'expression).

(NB : je ne suis pas fan d'autofiction, mais je considère que toute fiction devrait pouvoir être publiée, contrairement en effet à un témoignage.)

Camille

13/08/2021 à 21:53

Voilà une thématique bien intéressante. Je ne connais pas cet auteur, mais d'autres ont écrit des mises à nu et ont été publiés sans problème. Alors faut-il être connu pour ne pas être censuré, avoir un fauteuil chez Gallimard ou autres pour avoir sa petite place chez le libraire ! L'édition est loin d'être transparente, comme la politique, comme bien d'autres sujets, ce sont des business. La fiction n'est que le reflet de faits réels, n'est-ce- pas, certains dérangent et d'autres laissent indifférents parce que trop sages. Certains font la une de toutes les émissions culturelles et d'autres connaissent la poubelle . Je partage beaucoup d'avis, votre article fait réagir et c'est bien. Parfois il faut avoir la sagesse de poser un petit mouchoir sur ses propres pensées.
Camille

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:46

Hello Camille,

Merci pour votre commentaire.

Quand je me suis lancée dans mes écrits et en postulant chez différents éditeurs (120 demandes pour mon premier roman policier de 2017 â 2018) j'étais loin de me douter que jamais les grandes maisons ne liront même pas une ligne. Toujours les mêmes réponses.
Ensuite j'ai travaillé avec une petite maison d'édition où j'ai dû faire moi - même, en tant qu'amateure, une grosse partie du marketing, la publicité, j'ai aidé pour les ventes de bouche à oreille. Je me déplace régulièrement aux salons de la région. L'éditeur avait encore un autre emploi et préférait les SF de ses amis. Les romans policiers classiques étaient en quelque sorte un "filler" dans ces rayons. Jamais ou très rarement un mot gentil.
Après cela j'en avais plus que marre. Je travaille maintenant sur la plate-forme de books on demand, (BoD) et si vous savez tout faire par vous même, c.à.d. les corrections (j'ai une amie qui corrige), la mise en page, la couverture, le roman ne vous coûte que 19 Euros et reste plus qu'une année sur leur site. Les marges brutes sont plus élevées que chez un éditeur à compte d'éditeur.
Il ne faut bien sûr pas prendre les options payantes, il va de soi.
L'ebook est aussi diffusé sur différentes plateformes et en librairie, à l'instar d'Amazon où vous ne trouverez que votre roman sur leur site. Les autres sites d'autoédition ne font pas correctement la diffusion, sont plus chers, j'ai donc laissé tomber la concurrence.
Je fait ma publicité sur Linkedin et Twitter, je déteste FACEBOOK, j'écris aux médiathèques, librairies, je vends aussi à l'aide d'une boulangerie de mon village qui expose mes romans. Je fait tout mon possible, même en présentant mon communiqué de presse aux journaux. Ne croyez-pas que c'est de tout repos, mais j'aime ce que je fait, je préfère ce que je fait maintenant à mon travail que je faisait avant.
Je travaillais dans un back-office d'une banque allemande. La banque fermera au 31.12.2024.
Je suis une micro-entreprise, mais mon chiffre d'affaires est très bas, et pour l'instant je ne paie même pas de cotisations à l'URSSAF. Je suis syndiquée au SELF, et c'est avec joie que je soutiens aussi mes collègues professionnels qui ne peuvent payer leur cotisation. Je suggère à chaque auteur d'être syndiquée, car en cas de pépin ils ont des personnes compétentes qui peuvent aider.
Bien à vous

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:37

Camille, l'impétrant est publié par Robert Laffont.
On est un peu loin de la micro-édition et encore plus de l'auto-édition...

Ce n'est pas un jugement de valeur par rapport à cet ouvrage, juste une remise en perspective des choses : ce n'est pas parce qu'il est chez un "petit" qu'il est attaqué - Laffont n'est pas vraiment un "petit".
Le reste, je n'en sais rien...

جمال كتيل

13/08/2021 à 22:09

Que dois je dire , dieu a ordonné la discrétion, le pardon des morts est une obligation.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:39

Vous savez, "dieu", on s'en fiche un peu. là.
On parle ici de loi, dans un pays laïque, donc ce que le dieu des uns ou des autres a pu "dire"...

lyrer

14/08/2021 à 17:29

Voilà un exemple typique pour l'irrespect, l'intolérance et la grossièreté face à un discours tout à fait neutre, et très justifié en plus !
Déjà les Romains disaient: de mortuis nil nisi bene: Le Pardon étant la base de la paix au monde -- et la rancune la base de toute guerre .....

Bertrand Fessard de Foucault

13/08/2021 à 22:35

Réédition du sort fait à Gabriel Matzneff qui n'a jamais rien écrit sur le viol, l'inceste, l'amour forcé. Jamais depuis l'Occupation, la censure en littérature. Et justement quand on s'extasie sur l'exhumation de milliers de pages manuscrites de Céline, volée à l'auteur à la Libération, mais quand il s'enfuyait en Allemagne... Quelle époque lamentable si nous ne réagissons, crions, réfléchissons...

Michel BLAISE

14/08/2021 à 06:42

Quand la société dévient, à ce point, corsetée et ignorante de tout, je n'ai plus la force de me définir "humaniste". Maïs de contacter l'essence stupide de l'Homme.

Doina

14/08/2021 à 07:56

Je pense que la justice se trouve en faute, car elle n'a pas prévenu ni l'auteur, ni la maison d'édition, qui auraient pu se defendre contre les accusations. C'est quand même difficile de savoir si le livre porte vraiment atteinte à la vie privée, car le procès semble être dans les brumes. Et puis, il y a tant de livres qui exhibent la vie personnelle, et qui, pour autant, ne sont pas interdits. Et tant d'emissions partout dans le monde où l'on voit les gens se dévoiler sans aucune honte. Ces emissions ne sont interdites non plus...

Lealuna

14/08/2021 à 08:58

On se sent tout à fait en 2021 ou les interdictions pleuvent dans tous les domaines, sans plus jamais de controverse.
Il semble qu'il devrait y avoir un recours au sujet l'impossibilité de l'auteur et de l'éditeur à venir apporter la contradiction pour ne pas avoir été informés de la convocation du 6 août ! Ce qui est précieux dans la justice c'est cela : la possibilité donnée à chaque partie d'apporter ses arguments. Précieux ! Le fondement de la justice .
D'autre part , tellement de publications sur le sujet de l'inceste ont paru , donnant les noms , expliquant les faits, les appels à l'aide infructueux, les souffrances des victimes ... Je ne les lis pas , mais on en parle assez dans les médias pour que nous soyons TOUS bien au courant des faits et des personnes concernées, vivantes ou non. Les interviews , les explications claires de ces violences rien ne nous échappe.
La société est ainsi habitée : violences, crimes sur tous les écrans du plus petit au plus immense à chaque minute du jour et de la nuit. Il semble que l'on a plus (+) de distance à la lecture d'un livre qu' immergé au quotidien dans toutes ces images très violentes ( j'inclue ici des images et des son si violents dans les films "pour enfants")
Attention à la morale , elle est subjective+++et engendre bien des catastrophes pour les humains.

Ioanna

14/08/2021 à 10:38

Je me demande si nous vivons un nouveau Moyen Age, vraiment, c est choquant

Reuillon

14/08/2021 à 10:42

SVP quel rapport avec ce que vous appelez le "Moyen Age"?

Fatum

Pascal Herlem

Paru le 19/08/2021

192 pages

Bouquins (Editions)

17,00 €

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Meloni “néonazie dans l'âme” : l'historien Luciano Canfora en procès

En Italie, est-il encore possible d'appeler un chat un chat ? Pour avoir déclaré que Giorgia Meloni, présidente du Conseil des ministres italien, était « néonazie dans l'âme », l'historien italien Luciano Canfora a écopé d'une plainte pour diffamation. Une audience préliminaire est fixée au 16 avril prochain.

11/04/2024, 11:39

ActuaLitté

François Bégaudeau au tribunal : "C'est une offense sexiste"

Riche semaine pour l'auteur François Bégaudeau : finaliste du Prix du Livre Inter ce 3 avril, et devant la 17e chambre du tribunal de Paris le 4. Que lui reproche-t-on ? D'avoir affirmé que « tous les auteurs » des éditions engagés à gauche, La Fabrique, « étaient passés » sur l’historienne Ludivine Bantigny, sur le forum de son site en 2020. Cette dernière avait alors déposé une plainte pour diffamation en raison de l’appartenance à un sexe, accompagnée de l’association féministe Chiennes de garde. L'écrivain de son côté évoque « un sketch ».

05/04/2024, 16:10

ActuaLitté

Un journaliste gagne post-mortem son procès contre l'écrivain Nicolas Rey

Le journaliste AFP Médias, Paul Ricard, révèle sur X que le journaliste Alexandre Comte, décédé le 2 mars dernier, « à seulement 40 ans », a remporté un procès qu'il avait engagé contre l'écrivain Nicolas Rey, de manière posthume et suite à un appel. C'est l'avocat du plaignant, Vincent Toledano, qui en a informé l'AFP. Le romancier était accusé d'avoir utilisé plusieurs des textes de l'accusateur, sans lui en attribuer le crédit.

03/04/2024, 18:27

ActuaLitté

The Batman : le scénario n'est pas un plagiat, selon la justice

Sorti en 2022 sur les écrans, The Batman, de Matt Reeves, présentait une nouvelle version du Chevalier noir, un peu plus âpre, dans une ambiance de film noir. Un succès au box-office mondial, contesté par Chris Wozniak, scénariste et dessinateur, qui affirmait que le scénario du long-métrage plagiait un de ses récits, écrit et proposé à DC Comics dans les années 1990.

29/03/2024, 11:16

ActuaLitté

Le justice annule la fermeture de la libraire accusée de “fondamentalisme”

Ce mardi 5 mars, le tribunal administratif de Nice a suspendu l'arrêté de la préfecture des Alpes-Maritimes, Hugues Moutouh. Selon la juridiction, la décision de fermer l'enseigne pour une période de trois mois « n’est pas proportionnée à l’objectif de prévention ». En réaction, le préfet a fait appel.

06/03/2024, 13:24

ActuaLitté

Gérard Miller démissionne de ses activités liées à la psychanalyse

Le psychanalyste Gérard Miller, auteur de plusieurs ouvrages publiés chez des éditeurs comme le Seuil ou Desclée de Brouwer, fait face à des accusations d'agressions sexuelles, et même de viols, portées par une cinquantaine de femmes. Lui parle de relations caractérisées par « un rapport inégalitaire » avec des femmes « plus jeunes que moi ». Il aurait renoncé à toutes ses fonctions professionnelles liées à la psychanalyse.

29/02/2024, 17:54

ActuaLitté

Un libraire au tribunal pour le manuscrit de “Hotel California”

Ce mercredi 21 février s'est déroulé à Manhattan un procès inhabituel, avec des accusés peu familiers des cours de justice. Parmi eux, Glenn Horowitz, un libraire spécialisé dans les pièces rares et uniques. Avec deux autres hommes, il est accusé d'avoir obtenu et revendu, de manière illégale, des manuscrits de chansons du groupe Eagles, dont le fameux « Hotel California ».

22/02/2024, 10:04

ActuaLitté

Les deux acteurs de Roméo et Juliette récidivent au tribunal

Olivia Hussey et Leonard Whiting, acteurs vedettes du film Roméo et Juliette (1968) de Franco Zeffirelli, persistent auprès des tribunaux. Tous deux ont de nouveau porté plainte contre le studio Paramount, cette fois autour des éditions DVD et Blu-Ray de la Criterion Collection, parues en février 2023.

20/02/2024, 16:25

ActuaLitté

Un éditeur jeunesse arnaqué : sa banque BRED-ouille

La recrudescence d’arnaques en ligne n’épargne plus personne. La mondialisation, simplifiant le commerce par-delà les frontières, offre toute latitude à l’imagination galopante des cybercriminels. Et comme le dirait la fable, tout escroc vit aux dépens de celui qu’il entourloupe…

15/02/2024, 12:55

ActuaLitté

OpenAI devra répondre d'accusations de violations du copyright

Engagée dans plusieurs procès aux États-Unis, la société OpenAI fait notamment face aux accusations de plusieurs auteurs, en Californie, autour de l'entrainement de son outil d'intelligence artificielle, ChatGPT. La justice examinera ainsi si l'utilisation sans autorisation d'œuvres protégées par le copyright relève de la compétition déloyale.

15/02/2024, 11:32

ActuaLitté

Image ou texte, l'IA face à des procès en série

De l'autre côté de l'Atlantique, les procès contre l'intelligence artificielle se multiplient depuis quelques mois déjà. Ou, plutôt, contre les sociétés qui développent des outils basés sur cette technologie. Artistes et auteurs affirment avoir été victimes de vols, pour nourrir les machines...

13/02/2024, 11:09

ActuaLitté

Archives “empruntées” : Joe Biden échappe au procès

Comme Donald Trump avant lui, l'actuel président des États-Unis Joe Biden a quitté son poste de vice-président de Barack Obama, entre 2009 et 2017, en emportant quelques souvenirs. Des archives secrètes, normalement destinées à l'administration américaine : le procureur spécial Robert Hur a toutefois décidé de ne pas poursuivre Biden, candidat à sa réélection en novembre prochain.

09/02/2024, 11:44

ActuaLitté

Métadonnées : une plainte contre le catalogue pirate Anna's Archive

Présenté comme un site miroir pour les catalogues pirates des plateformes Sci-Hub, LibGen ou encore Z-Lib, Anna's Archive cherche à garantir l'accès à leurs ressources, malgré les actions en justice. OCLC, organisation à but non lucratif qui gère le catalogue bibliographique commun WorldCat, a porté plainte contre Anna's Archive pour vol de métadonnées.

08/02/2024, 12:40

ActuaLitté

Droit du travail : lourd redressement pour l'éditeur de Riad Sattouf

L'organisme chargé de la sécurité sociale des auteurs, l'Agessa, avait pris les éditeurs la main dans le sac : en rémunérant directeurs et directrices de collection selon le régime des artistes auteurs, ils se rendaient coupables de fraude vis-à-vis de leurs obligations fiscales. La maison de L'arabe du futur, les éditions Allary, n'a pas coupé à un important rattrapage de ses cotisations, s'élevant à plus de 200.000 €...

06/02/2024, 09:50

ActuaLitté

Japon : deux hommes arrêtés pour diffusion illégale de mangas

La police japonaise a arrêté deux ressortissants étrangers pour avoir prétendument publié en ligne des images de manga du magazine Weekly Shōnen Jump de Shueisha, avant leur publication prévue. L'enquête a révélé que les suspects avaient acheté les magazines avant leur date de sortie officielle dans une ou plusieurs librairies de Tokyo.

05/02/2024, 11:08

ActuaLitté

Face aux majors musicaux, Internet Archive joue piano

En août 2023, différents labels musicaux, dont Universal Music Group, Sony Music Entertainment ou encore Capitol portaient plainte contre Internet Archive pour « violation du copyright ». En cause, la diffusion sur la plateforme de titres numérisés à partir de 78 tours, sans autorisation des ayants droit.

31/01/2024, 10:08

ActuaLitté

Coupable de diffamation, Trump versera 83 millions $ à une autrice

Jugé coupable d'une agression sexuelle commise en 1996 sur l'autrice et journaliste E. Jean Carroll, Donald Trump devait aussi répondre d'une accusation de diffamation à l'encontre de cette dernière. Ce vendredi 26 janvier, il a été condamné à verser à sa victime 83,3 millions $ (soit 76 millions €). Le candidat à la présidentielle 2024 a annoncé qu'il ferait appel de la décision.

29/01/2024, 10:11

ActuaLitté

Nul ne démonte impunément Lego : la brique, c'est chic

Justice est faite — ou injustice, suivant le côté de la décision où l’on se place. La brique de jeu Lego est assurée d’être pleinement protégée contre les vils et autres malintentionnés. Désormais, aux yeux de l'Europe, les éléments de construction bénéficient pleinement de la protection qu'accorde la propriété intellectuelle. 

24/01/2024, 10:53

ActuaLitté

Relier la lecture et la justice : mode d'emploi et suggestions

Au sein des 188 établissements pénitentiaires et 103 services pénitentiaires d'insertion et de probation français, la culture peut se faire une place, malgré les situations et conditions de détention. Ouvert par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill), en partenariat avec le ministère de la Culture et le ministère de la Justice, un portail réunit les initiatives et intervenants.

17/01/2024, 12:53

ActuaLitté

Un gang géorgien sévit, spécialisé dans le vol de livres précieux

Depuis plusieurs mois, des enquêteurs de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) suivent le curieux manège de plusieurs ressortissants géorgiens. Fin novembre 2023, trois suspects ont été mis en examen pour « vol en bande organisée » et « association de malfaiteurs ». Leur cible : de rares livres russes, dérobés dans des bibliothèques européennes...

12/01/2024, 12:53

ActuaLitté

À Perpignan, Astérix et le droit d'auteur ont du “front dans l'aile”

Avec plus de 1,5 million d’exemplaires vendus, L’Iris blanc a placé Asterix en tête des meilleures ventes de 2023, largement. Et sans abus de potion magique. Mais quand Louis Aliot, maire FN de Perpignan utilise le personnage pour présenter ses vœux 2024, on verse dans la violation de droit d’auteur, allégrement. Et sans vergogne ?

11/01/2024, 11:22

ActuaLitté

Morris, Franquin, Hergé... Midjourney, très inspirée par le 9e art

Les applications génératives basées sur l'intelligence artificielle attirent les procès : à l'instar de ChatGPT, Midjourney, dont la 6e version vient d'être présentée, suscite l'ire des créateurs. Auteurs de bande dessinée et illustrateurs dénoncent une exploitation sans autorisation de leurs œuvres, utilisées par l'outil pour produire des contenus. Un document de travail détaille à présent les nombreuses inspirations de la machine...

04/01/2024, 14:00

ActuaLitté

Le procès de l'agresseur de Salman Rushdie reporté

Le procès de Hadi Matar, auteur d'une tentative d'assassinat de Salman Rushdie le 12 août 2022 à Chautauqua, ville de l’État de New York, ne s'ouvrira pas ce 8 janvier 2024, comme prévu. La publication du livre Le Couteau par l'écrivain, le 18 avril prochain, a bouleversé le calendrier judiciaire.

04/01/2024, 09:57

ActuaLitté

Dans l'Iowa, la justice met un frein à la censure des livres

BookBanUSA — Une fois de plus, une injonction préliminaire, aux États-Unis, vient contrarier les actes de censure d'un État républicain réactionnaire. Dans l'Iowa, de larges parties de la loi SF 496, qui interdit les ouvrages comportant des actes sexuels et les discussions autour du genre et de la sexualité dans les établissements scolaires, ont été écartées par un juge.

03/01/2024, 10:41

ActuaLitté

Travail dissimulé : Robert Laffont corrigé aux Prud'hommes de Paris

Le Syndicat Général du livre et de la communication écrite CGT, et en particulier la section des correcteurs, fait état de la condamnation des éditions Robert Laffont par le Conseil des Prud'hommes de Paris. Une « victoire historique pour notre métier », souligne le Syndicat des correcteurs, qui établit une jurisprudence concernant le recours aux autoentrepreneurs par les maisons d'édition.

02/01/2024, 16:35

ActuaLitté

Affaire Depardieu : l'impunité des puissants, confortée par leurs pairs ?

L’affaire Gégé accompagnera donc la fin de cette année 2023, comme une traînée de poudre divisant à proprement parler le monde culturel. Réagissant à une première tribune de soutien parue dans le Figaro ce 25 décembre, un collectif s’est monté pour cette fois exprimer leur désaccord. Ces 55 personnalités empressées à défendre l’acteur contre le lynchage en cours dévoilent « un vieux monde qui s’écroule ».

31/12/2023, 10:41

ActuaLitté

“Miracle de Noël” : un voleur rend son butin à la librairie spoliée

À Lille, la librairie La Lison pousse un grognement satisfait : si le vol de livres relève du quotidien le moins plaisant du métier, récupérer son bien (voire, son stock dérobé…) est toujours appréciable. Alix Mutte, qui dirige le commerce, se réjouit d’un petit miracle de Noël.

25/12/2023, 11:43

ActuaLitté

Procès, déni d'auctorialité : l'IA, trop haïe ?

L'année 2023 aura été émaillée de polémiques, réflexions et, surtout, procès autour des technologies basées sur l'intelligence artificielle. Outre-Atlantique, de nombreux auteurs ont porté plainte contre OpenAI et Microsoft, tandis que les juridictions de plusieurs pays concluent que les IA ne peuvent pas être reconnues comme auteures ou co-auteures.

22/12/2023, 11:11

ActuaLitté

L'essayiste russe engagé à gauche Boris Kagarlitsky libéré de prison

Le 26 juillet dernier, l'essayiste spécialisé de la gauche en Russie, Boris Kagarlitsky, était inculpé dans son pays pour « appels publics au terrorisme », et placé en détention provisoire à Syktyvkar, dans le Grand Nord russe. Une arrestation qui suivait une prise de parole publique critique de l'offensive en Ukraine. Il a finalement été libéré ce 13 décembre, alors qu'il risquait jusqu'à sept ans de prison.

21/12/2023, 15:42

ActuaLitté

Absent chez Dumas : mais d'où vient le mousquetaire noir du film Milady ?

Les Trois mousquetaires ont rempilé pour une nouvelle aventure, sous la direction de Martin Bourboulon. Milady, campée par Eva Green, est au coeur de ce nouvel épisode, avec un invité inattendu chez Dumas : un mousquetaire noir, personnage historique révélé dans le roman Prince Ébène, dont la présence dans la production de Dimitri Rassam (Chapter 2) pose quelques questions de respect… du droit d’auteur.

20/12/2023, 11:37

ActuaLitté

Tolkien : l'auteur qui accusait Amazon de plagiat condamné à payer 120 000 €

Tolkien Estate et Amazon ont remporté leur procès contre l'auteur et éditeur, Demetrious Polychron, qui avait initialement publié un livre intitulé, The Fellowship of the King, avant de réclamer 250 millions $, affirmant qu'Amazon Prime Video l'avait plagié pour sa série télévisée, Les Anneaux de Pouvoir. Résultat : le tribunal du district de Californie a condamné l'écrivain a payer près de 134.000 $ (environ 122.000 €) de frais juridiques aux premiers, révèlent des documents émis ce 14 décembre.

19/12/2023, 16:26

ActuaLitté

États-Unis : Internet Archive, pas “prêt” de rendre les armes

ProcesIA - L'organisation non gouvernementale Internet Archive, reconnue coupable de violation du copyright en mars 2023, persiste et signe. Dans un document transmis à la justice, elle fait appel de la décision et défend son « prêt numérique contrôlé » en l'inscrivant dans les missions et usages des bibliothèques, au même titre que la mise à disposition d'ouvrages imprimés au public.

18/12/2023, 14:35

ActuaLitté

L'influenceur et auteur classé à l'extrême droite, Papacito, en garde à vue

Ugo Gil Jimenez, un auteur et influenceur classé à l'extrême droite, plus connu sous le pseudonyme de Papacito, a été placé en garde à vue ce 12 décembre, révèle Libération. Cette action fait partie d'une enquête menée par la Division de Lutte Contre les Crimes de Haine (DLCCH) de Paris, concernant des menaces contre Christian Eurgal, maire de Montjoi, commune située en Tarn-et-Garonne.

13/12/2023, 18:24

ActuaLitté

Frédéric Beigbeder en garde à vue pour des accusations de viol

Frédéric Beigbeder, l'auteur de 99 Francs, a été placé en garde à vue au commissariat de Pau, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour viol, selon Franceinfo. La mesure judiciaire a été confirmée par le procureur de la République, Rodolphe Jarry.

12/12/2023, 16:00

ActuaLitté

UE : un “accord historique” sur l'IA, malgré quelques “lacunes” ?

Après plusieurs mois de négociations, avec des phases parfois houleuses, les instances européennes se sont entendues sur un « AI Act », une régulation du secteur et des technologies liés à l'intelligence artificielle. Les détails du texte ne sont pas encore connus, ce qui rend le Conseil des écrivains européens sceptique...

11/12/2023, 11:51

ActuaLitté

Fin de procès : Marvel garde les droits sur Spider-Man

Il s'agissait du dernier vilain procès qui trainait, impliquant Marvel, pour la récupération des droits sur les personnages cocréés par Steve Ditko, dont Spider-Man et Docteur Strange. La multinationale du divertissement a mis fin au litige, grâce à un accord avec les ayants droit du dessinateur et scénariste, mort en 2018.

08/12/2023, 14:57

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Décès de Bruno Combes, “révélation de l’autoédition française”

Bruno Combes, né en 1962, était un écrivain français reconnu pour ses romans d’amour et de suspense. Il est décédé ce 13 avril 2024, des suites d’une crise cardiaque, apprend ActuaLitté de son éditeur. Il avait commencé sa carrière littéraire relativement tard, mais il a rapidement gagné en popularité grâce à son style émotionnellement engageant et ses intrigues captivantes.

14/04/2024, 12:44

ActuaLitté

Robin Book : 12 ans de prison pour le plus grand voleur de livres

Ancien directeur de la bibliothèque Girolamini de Naples, Massimo Marino De Caro a obtenu d'entrer dans l'Histoire. Après un procès de la durée de 12 ans, il a été condamné par le tribunal de Naples à une nouvelle peine, pour un total de 12 ans de prison.

14/04/2024, 10:02

ActuaLitté

Le livre d'occasion en France : la grande étude

Pour rendre compte et comprendre les transformations du marché des livres d'occasion en France au cours de la dernière décennie, une vaste étude a été menée en 2022-2023 par le ministère de la Culture et la Sofia, sous la supervision du spécialiste du monde de l'édition, Bertrand Legendre. L'objectif : quantifier et comprendre ce secteur de la seconde main, en plein essor. 

12/04/2024, 18:05

ActuaLitté

Books By Women : le métier évolue, surtout ne pas se perdre en route

Avril signe le retour des beaux jours, l'impératifs de ne pas se découvrir d'un fil, mais surtout des nouvelles de la lettre Books By Women. Et comme toujours, la voici proposée en intégralité, rien que pour vos yeux, comme dirait l'autre...

12/04/2024, 17:17

ActuaLitté

2023, l'ère des lecteurs multimédias et multisupports ?

La Sofia, le SNE et la SGDL ont dévoilé les résultats de la 13ème édition du baromètre des usages du livre, qui couvre les formats imprimés, numériques et audio. Réalisée par Médiamétrie au début de 2024, cette enquête examine les comportements d'achat et de lecture des Français âgés de 15 ans et plus pour l'année 2023.

12/04/2024, 16:36

ActuaLitté

Emmanuel Macron : "une contribution" prélevée sur le livre d'occasion    

Lors de sa visite au Festival du livre de Paris qui s'est ouvert ce vendredi, le président Emmanuel Macron a annoncé l'introduction d'une nouvelle mesure pour préserver la loi sur le prix unique du livre neuf face à la concurrence croissante du marché du livre d'occasion. 

12/04/2024, 15:33

ActuaLitté

Internet : France et Québec réunis contre Chinois et Américains

La mission franco-québécoise initiée en 2019 avait débouché sur un appel à candidatures présenté trois ans plus tard. Au cœur de la collaboration entre la Belle Province et l’Hexagone, la découvrabilité des œuvres francophones. Ou comment exister dans un internet où d’un côté les GAFA américains, de l’autre les BATX asiatiques règnent en maîtres… 

12/04/2024, 14:47

ActuaLitté

En 2023, moins de livres achetés, plus d'argent engrangé

À l'occasion de l'inauguration du Festival du livre ce vendredi 12 avril au Grand Palais éphémère à Paris, le ministère de la Culture diffuse les « chiffres-clés de 2023 » relatifs au monde du livre et de l'édition, issus des analyses d'Electre Data Services, Kantar, GfK Market Intelligence, de l'Observatoire de l'économie du livre, du service du livre et de la lecture, de la direction générale des médias et des industries culturelles, ainsi que du Ministère de la Culture.

12/04/2024, 14:42

ActuaLitté

Rachida Dati : encourager la lecture avec des bibliothèques en HLM  

Dans le cadre d'une démarche visant à renforcer l'accès à la lecture, en particulier parmi les jeunes, la ministre de la Culture, Rachida Dati, a révélé un projet innovant : établir des librairies et des bibliothèques au sein des logements sociaux et des zones rurales défavorisées. Cette annonce fait suite à l'étude récente du Centre national du livre qui signale une diminution alarmante de l'intérêt pour la lecture chez les jeunes français, particulièrement entre 16 et 19 ans, de plus en plus captivés par les écrans...

12/04/2024, 12:00

ActuaLitté

Modification du prix du livre : éditeurs et libraires fixent des règles

La fin d'année 2022 et les premiers mois de 2023 ont marqué la chaine du livre avec des hausses de prix inédites, consécutives à des problématiques d'approvisionnement et à la pénurie de papier. Les libraires s'étaient retrouvés forcés de réétiqueter au plus vite... Pour éviter d'autres situations similaires, les professions ont adopté une charte, à l'occasion du Festival du Livre de Paris.

11/04/2024, 19:30

ActuaLitté

Omar Sy va sortir un livre, Viens, on se parle

L'acteur français a échangé pendant trois ans avec une journaliste du Nouvel Obs, Elsa Vigoureux. En ressort près de 300 pages d'entretien fleuve dans lequel Omar Sy est présenté comme « un nomade, un pionnier, un homme profond et libre, doué d’une insatiable curiosité ».

11/04/2024, 17:05

ActuaLitté

Enrichissement et conversion : Cairn.info fait l'acquisition d'Isako

Cairn.info, portail dédié aux sciences humaines et sociales, fait part de l'acquisition de la société Isako, spécialisée dans l'enrichissement sémantique et la conversion de documents. Un rapprochement « gage de performance et d’innovation », auquel le développement de l'intelligence artificielle n'est pas étranger.

11/04/2024, 16:52

ActuaLitté

Disparition de Trina Robbins, autrice et militante des comix

L'autrice Trina Robbins, fière militante féministe et grande pionnière des comix — la BD américaine underground — s'est éteinte ce 10 avril à l'âge de 85 ans. Hospitalisée depuis plusieurs semaines, Robbins laisse derrière elle l'héritage d'une série culte collaborative, Wimmen’s Comix, ainsi que de nombreuses adeptes, qui la citent volontiers comme mentor.

11/04/2024, 14:50

ActuaLitté

Salman Rushdie : le riche destin d'un enfant indien

Salman Rushdie, écrivain et symbole international de la lutte pour la liberté d'expression, a accordé une série d'entretien au journaliste de France Culture Christophe Ono-dit-Biot. Au cours de 5 épisodes de 30 minutes, diffusés dès le 15 avril, l'auteur des Versets sataniques revient sur le destin riche en rebondissements qui est le sien.

11/04/2024, 11:42

ActuaLitté

"La plus petite librairie du monde" a ouvert en avril

Depuis le 4 avril, la commune de quelque 2000 habitants, Hesdin, dans les Hauts-de-France, accueille « la plus petite librairie du monde », qui s’installe dans la maison natale de l’abbé Prévost, auteur du classique du XVIIIe siècle, Manon Lescaut. Un projet porté par Isabelle Baudelet, créatrice de la micro-entreprise d’édition, La Fabrique Poétique, et Pauline et Franck Groux, conteuse et arrière-petite-fille de Victor Segalen pour la première, et céramiste pour le second.

10/04/2024, 17:58

ActuaLitté

Incarcéré depuis 38 ans pour torture, Walid Daqqa meurt en prison

L'écrivain Walid Daqqa, un Palestinien de nationalité israélienne, est décédé à l'âge de 62 ans dans le Centre médical Shamir, situé au sud-est de Tel-Aviv, des suites d'un cancer qui lui avait été diagnostiqué en 2022. Il avait passé 38 ans en prison suite à son implication dans l'enlèvement et l'assassinat d'un soldat israélien en 1984.

10/04/2024, 13:33

ActuaLitté

La DRAC PACA à la recherche d'une nouvelle direction

La direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d'Azur connaitra un changement de direction au 1er septembre prochain, annonce le ministère de la Culture. Bénédicte Lefeuvre, actuellement à sa tête, avait été nommée en janvier 2021. 

10/04/2024, 09:23

ActuaLitté

Face au livre, “les réseaux sociaux ont réussi leur entreprise”

Le Centre national du livre (CNL) a présenté une nouvelle étude consacrée aux jeunes Français et à leur pratique de la lecture. Au sein d'un « millefeuille de mauvaises nouvelles », dont la prédominance des écrans ou l'émergence d'une lecture « multitâche », les résultats montrent un attachement réel à l'activité et une certaine efficacité de l'école pour la promouvoir.

09/04/2024, 14:55

ActuaLitté

Pour l'industrie papetière aussi, le secteur du livre reste solide

En 2021 et 2022, l'industrie papetière se trouvait dans un contexte de « polycrise » : 2023 a-t-il fait mieux ? Sur fond d'inflation, la production et la consommation globale des papiers et des cartons, en France, sont en recul, tout comme le chiffre d'affaires du secteur (papier, carton et pâte marchande), qui atteint 5,6 milliards €. Mais la demande du marché du livre, elle, reste stable.

09/04/2024, 11:25

ActuaLitté

Lecture : oubliez les influenceurs, les jeunes écoutent leur... mère

Paradoxe complexe : certes, les jeunes apprécient la lecture pour le plaisir, mais préfèrent les outils numériques qui, tout en leur donnant des moyens de rester en contact, génèrent une forte dépendance. L'étude du Centre national du Livre (CNL), menée avec Ipsos, interroge ainsi le rapport qu'entretiennent les 7-19 ans avec les livres, en France. Et si les tendances ne sont pas nouvelles, elles s'aggravent.

09/04/2024, 10:00

ActuaLitté

Un Webnovel à l'européenne : la révolution numérique de la lecture    

Le webnovel poursuit sa conquête des lecteurs, avec un projet ouvert en Italie : nom de code, Narae. L’application verra le jour d’ici un an et réunit deux opérateurs : l’éditeur Mondadori et Bookrepublic, librairie fondée en 2010 et dédiée aux ouvrages numériques. Avec, pour directeur général, un certain Didier Borg, précurseur de la BD numérique en France...

08/04/2024, 18:31

ActuaLitté

Censure : les dix livres les plus "contestés" en 2023, Toni Morrison dans le top 10

BookBanUSA - À l'occasion de la Semaine Nationale des Bibliothèques, initiée par l'American Library Association (ALA), cette dernière dévoile sa liste annuelle des « 10 Livres les Plus Contestés de 2023 ». Cette année, une augmentation de 65 % des tentatives de censure par rapport à 2022 a été enregistrée, un record selon l'ALA. 

08/04/2024, 16:18

ActuaLitté

Canada : Indigo troque la Bourse contre un nouveau propriétaire

Le groupe canadien Indigo Books & Music, qui réunit trois chaines de librairies (Indigo, mais aussi Chapters et Coles), quittera prochainement la Bourse de Toronto pour le giron des investisseurs Trilogy Retail Holdings et Trilogy Investments. Un rachat négocié alors qu'Indigo a connu une année 2023 difficile, notamment marquée par une lourde cyberattaque.

08/04/2024, 15:20

ActuaLitté

Une aventure inédite d'Elmer, inspirée par une canicule française

L'éléphant coloré Elmer a perdu son papa, David McKee, en avril 2022, et sa dernière aventure, Elmer et le cadeau mystère, est parue en septembre 2023 (dans une traduction de Claire Billaud, Kaléidoscope). Pas vraiment la dernière, finalement : un manuscrit inédit sera publié par la famille de l'auteur en 2024, au Royaume-Uni.

08/04/2024, 13:24

ActuaLitté

Nancy Huston chez “Bookmakers”, le podcast littéraire d'Arte

Pour ce trentième épisode de Bookmakers, l'écrivain et animateur de radio Richard Gaitet accueille la Canadienne Nancy Huston. Autrice de plus de 70 livres depuis 1979, publiés pour la plupart aux éditions Actes Sud, dont Instruments des ténèbres (1996, Goncourt des lycéens et du prix du Livre Inter, vendu à 130.000 exemplaires) et Lignes de faille (2006, prix Femina, écoulé à 400.000 exemplaires en France et traduit en quarante-cinq langues). 

08/04/2024, 12:30

ActuaLitté

Editis : Olivennes tranche dans le vif et annonce un “Editis Media Groupe”

Président d'Editis depuis novembre 2023, Denis Olivennes le décrit à présent comme « un groupe remarquable et solide par la qualité de ses maisons, de ses éditeurs, de son appareil de distribution et de diffusion », dans un entretien. S'il s'est approprié le groupe, cela s'est un peu fait au détriment du comité exécutif d'Editis, qui a perdu plusieurs membres, nommés sous l'ère Michèle Benbunan.

08/04/2024, 12:18

ActuaLitté

Shoot the book ! les 16 et 17 mai au festival de Cannes

Le programme Shoot the Book ! sera de retour sur la croisette les 16 et 17 mai 2024. Mises en place il y a 11 ans en marge du Festival de Cannes, ces rencontres mettent en relation des éditeurs et des producteurs du monde entier à la recherche de futurs projets d'adaptation cinématographique. 

08/04/2024, 11:06

ActuaLitté

“Une société où tous les enfants auront un accès égal au livre”

Voilà quelques années que le 2 avril est consacré comme journée internationale du livre pour enfants – en référence à la date de naissance du Danois Hans Cristian Andersen. Avec le 23 avril, qui célèbre le droit d’auteur et le 25 qui marquera en France la fête de la librairie indépendante, le mois d'Apollon – conducteur des neuf muses – devient une période faste pour la lecture. Tout particulièrement en Grèce.

07/04/2024, 15:12

ActuaLitté

30 années de librairies indépendantes, en Loire-Atlantique

À 10 ans, on voit la vie en grand, clament trois librairies de la Région Pays de Loire. Soufflant leur dixième bougie la même année, ces trois établissements ont décidé d’une célébration commune. Au programme, des auteursinvités, ateliers et spectacle pour les enfants. Et 10 années de coups de cœur remis en avant. 

07/04/2024, 12:24

ActuaLitté

Des infiltrations d'eau mettent l'Hôtel de Massa en sérieux danger (et la SGDL)

On identifie bien la Mission Patrimoine, animée par le dynamique Stéphane Bern, avec en point d’orgue le Loto — où une partie des gains sert à financer des restaurations. La liste des 18 nouveaux sites éligibles à cette tombola patrimoniale a été diffusée fin mars, mais d’autres sites ont besoin d’aide. Dont un particulièrement connu de l’industrie du livre.

06/04/2024, 22:12

ActuaLitté

La France expérimentera la publicité pour les livres à la télé

Nicolas Sarkozy président l’avait envisagé pour renflouer les poches de ses amis : quitte à supprimer la publicité sur France Télévision, autant autoriser dans la foulée la publicité pour les livres sur petit écran ? Seize ans plus tard, Rachida Dati, ministre de la Culture, s’avance avec une expérimentation allant dans ce sens. Toute promiscuité avec l’idée de l’ex-président de la République serait fortuite ?

06/04/2024, 10:36

ActuaLitté

Les éditions Divergences inaugurent leur librairie le 13 avril 2024  

Après une quête de deux ans pour trouver « le lieu idéal », et 17 semaines de rénovation, les éditions engagées à gauche, Divergences, ouvrent leur librairie à Quimperlé le samedi 13 avril. Elle sera située dans le bâtiment du XVIIIe siècle, 45 Place Saint Michel. L'équipe propose à cette occasion une journée de célébration gratuite et ouverte à tous, sans nécessité de réservation, orchestrée par l'association La Torda.

05/04/2024, 18:13

ActuaLitté

Lorraine Fouchet : "Les écrivains ont une complicité impalpable"

L'autrice Lorraine Fouchet puise dans son expérience d'animation d'un atelier d'écriture à Paris pour écrire un roman ancré sur l'île bretonne de Groix, mêlant le récit d'un survivant de la Shoah et les introspections d'une romancière sur la maternité et la création. Elle présente son dernier roman dans ce texte, écrit pour ActuaLitté.

05/04/2024, 14:38

ActuaLitté

Malgré les talibans, ce libraire fournit des livres en Afghanistan

Le libraire Shah Muhammad Rais ne vous dit peut-être rien, mais vous pourriez bien l'avoir croisé dans un livre : la journaliste Åsne Seierstad avait raconté son quotidien dans Le Libraire de Kaboul (Le Livre de Poche, traduit par Céline Romand-Monnier). Aujourd'hui exilé au Royaume-Uni, il avait tout perdu avec le retour des talibans, en 2021, qui ont mis à sac son enseigne. Pourtant, il persiste et signe.

05/04/2024, 11:57

ActuaLitté

Philippe Sellier, spécialiste des écrivains du XVIIe siècle, est mort

La Société des Amis de Port-Royal, dont il était le président d'honneur, a fait part du décès de Philippe Sellier, critique littéraire, professeur de lettres à l'université Paris IV Sorbonne et spécialiste des auteurs du XVIIe siècle. Il avait signé plusieurs ouvrages, notamment aux éditions Honoré Champion, et de nombreuses préfaces.

05/04/2024, 09:44

ActuaLitté

Pierre Féry quitte Michel Lafon pour les éditions du Rocher

Pierre Féry, précédemment chez les éditions Michel Lafon, intègre les éditions du Rocher en tant que directeur éditorial délégué, placé sous l'autorité de Bruno Nougayrède, président du groupe Elidia, propriétaire des éditions du Rocher.

04/04/2024, 16:31