#Distribution

Rentrée littéraire 2021 : la justice française interdit la vente d'un roman

EXCLUSIF – La rentrée littéraire s’ouvrira donc sous des auspices judiciaires : selon les informations de ActuaLitté, le roman de Pascal Herlem, Fatum (Ed. Bouquins), vient d’être interdit à la vente. Une ordonnance du tribunal, du 9 août, contraint la maison à suspendre la mise en vente, et bien plus encore. Coup dur pour un ouvrage de fiction, qui aurait été le sixième de l’auteur.

Le 13/08/2021 à 13:14 par Nicolas Gary

68 Réactions | 5328 Partages

Publié le :

13/08/2021 à 13:14

Nicolas Gary

68

Commentaires

5328

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Psychanalyste, Pascal Herlem devait faire paraître ce livre, évoquant des relations incestueuses, mettant «des mots sur le poids et la fatalité d’un récit familial, dont l’écriture semble l’unique issue». Mais selon le jugement de l’ordonnance de référé de la 17e Chambre du tribunal de Paris, tombé ce 9 août dans les mains de l’auteur et de son éditeur, il est «fait interdiction aux Éditions Bouquins ainsi qu’à tout ayant droit de diffuser, de commercialiser et de promouvoir le roman Fatum de Pascal Herlem».

Et ce «sous astreinte d’une pénalité par manquement constaté à compter de la signification de la présente ordonnance, l’astreinte courant sur un délai de trois mois». Autrement dit, même les médias se trouvent interdits de publier la moindre chronique, sous peine d'infliger à l'éditeur 500 € pour l'infraction. 

Une famille sous l’œil psychanalytique

Fatum devait poursuivre une œuvre entamée en 2015 chez Gallimard, avec le roman Françoise, un titre qui évoquait la sœur de l’auteur/narrateur «qu’en croyant bien faire on a lobotomisée», indiquait L’Arbalète. Focalisé sur la vie de cette enfant, le livre était suivi, toujours chez Gallimard/L’Arbalète en octobre 2017 par Limoges, cette fois avec le regard du narrateur sur sa propre enfance. 

DIFFAMATION: les éditions Massot interpellent Dupond-Moretti

Des ouvrages qui n’ont pas vraiment rencontré leur public, puisque, selon les données Edistat, ils se sont vendus à respectivement 939 et 1490 exemplaires. Avec ce nouveau roman, c’était la vie du frère du narrateur qui était prise en compte : «Didier est fasciné par sa sœur aînée, Françoise, dont l’extravagance sature le cocon familial. Ses crises de folie, ses jeux malsains et ses accès de démence se multiplient, et Didier devient la victime de ses délires glaçants.»

Comme on peut le lire : «Leur relation fraternelle était devenue étroite, une sorte de petite folie à deux, assez discrète pour ne pas attirer l’attention d’un parent, pour durer, donc.»

Ou encore : « Le bain avait lieu une fois par semaine au moins, pendant des années, le temps pour Didier d’entrer en connivence particulière, en intelligence profonde et durable avec sa sœur de sept ans son aînée à l’influence confirmée, de s’imprégner de l’amour passionnel sous l’emprise duquel il se trouvait. » Pour la cour, il en va autrement.

« Sont relatés les faits d’attouchements sexuels dont Didier Herlem a été la victime de la part de sa grande soeur, Françoise Herlem, lors de son enfance, le résultat traumatique de ces attouchements sur sa vie d’enfant, les autres atteintes sexuelles, agressions et/ou viols dont il aurait été victime par la suite entre son enfance et son adolescence », note le jugement.

Une matière familiale

Trois romans, ou plutôt deux, évoquant une histoire connue de la famille, qui puisaient ainsi dans un passé pour nourrir la fiction. Entre-temps, la sœur est décédée, les parents également, le frère Didier est toujours vivant. Or, l’assignation en référé obtenue le 29 juillet découle de l’ex-femme du frère, ainsi que de deux des enfants. Le tout dénonçant une atteinte à la vie privée, dans des circonstances judiciaires étonnantes de vélocité, autant que dans les conclusions.

D’abord, parce qu’aucune procédure n’avait été entamée après la parution des deux premiers livres. Ensuite, parce que la démarche pointe une atteinte à la vie privée pour une personne n’étant pas dans la procédure. La juge considérera pourtant que l’atteinte est réelle, «en ce qu’elle se rapporte à l’intimité de la vie familiale qu’ils ont partagée ou partagent encore», indique l’ordonnance, consultée par ActuaLitté.

DARMANIN: une BD porte atteinte à sa vie privée

Ensuite, c’est en l’absence de la partie adverse que les avocats des plaignants ont été entendus par la cour. En effet, l’accusé n’aura pris connaissance que trop tard de l’assignation : le principe du contradictoire, par lequel chaque partie est garantie de pouvoir être entendue, semble ici avoir été mis de côté. Lors de la convocation de ce 6 août, ni l’auteur ni l’éditeur n’étaient présents — par défaut d’information.

Ni roman ni fiction

« Il est également établi une atteinte vraisemblable à la vie privée des demandeurs à titre personnel, en ce que chacun d’eux est dépeint dans son histoire et ses interactions plus ou moins conflictuelles ou douloureuses avec les autres membres de la famille », peut-on lire.

La dimension de roman psychanalytique n’a d’ailleurs pas été retenue, et la cour d’invoquer alors l’article 835 du Code de procédure civile, pour aboutir à une triple interdiction : diffusion, commercialisation et promotion. Il est en effet « vraisemblable qu’il existe des liens étroits entre les personnages de l’ouvrage Fatum avec la réalité de la vie des demandeurs ».

Et la cour de noter : « Le dommage imminent qu’entraînerait la diffusion et la commercialisation de l’ouvrage […] est donc caractérisé […]. S’agissant de la divulgation des détails les plus intimes de la vie des demandeurs, un tel dommage serait irréparable et justifie qu’il soit fait droit à la demande d’interdiction sous astreinte qu’ils ont formée. »

Notons à ce titre que la maison d’édition pas plus que son conseil n’ont souhaité apporter de commentaire, considérant que toute intervention tomberait de fait sous le coup de l’ordonnance. L’auteur et l’éditeur, la SAS Éditions Robert Laffont, sont condamnés chacun à 1000 € au titre de frais irrépétibles, ainsi que d’une astreinte de 500 € « par manquement constaté ».

Reste désormais à l’éditeur et son distributeur, Interforum, à rappeler les quelque 2000 ouvrages mis en vente pour le 19 août…

Mise à jour 14/08 - 16 h 50 :

Depuis l’annonce de la maison d’édition Bouquins, le déréférencement de l’ouvrage intervient massivement sur les plateformes de vente. La mention du livre a déjà été supprimée sur le site Lisez.com, qui sert au groupe Editis à référencer l’ensemble des parutions de ses maisons, avec une jolie page 404 indiquant la suppression des éléments, bien que l’on en trouve encore trave à quelques endroits du site.

En revanche, les librairies en ligne voient les flux de données s’actualiser progressivement : les principaux vendeurs, comme Amazon, Rakuten ou le service de vente de livres d’occasion Momox ont supprimé les données liées au roman. « D’ici à 24, voire 48 heures, l’ouvrage aura totalement disparu de la toile, pour ce qui est des précommandes », assure un libraire.   

crédit photo : Tingey Injury Law Firm/ Unsplash

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pascal Herlem Bouquins (Editions)
Fatum
19/08/2021 192 pages 17,00 €
Scannez le code barre 9782382920329
9782382920329
© Notice établie par ORB
plus d'informations

68 Commentaires

 

Soize

13/08/2021 à 15:06

Quel dommage, pour une fois qu'un écrivain évoque ce sujet tabou, tellement dénié par notre société.

Curieusement, lorsque la justice doit examiner ce qu'ont subi les victimes, il n'est pas question d'atteinte à leur vie privée, alors que l'inceste est un très bon moyen de démolir un enfant, et l’adulte qu'il va devenir... Les procédures sont d'une longueur et d'une complexité inimaginable... Et rares sont les plaintes qui aboutissent à une reconnaissance, d'abord, à des dédommagements ensuite...

Eliane Schierer

13/08/2021 à 17:23

Bien commenté merci à vous

Reuillon

13/08/2021 à 18:25

C'est tout sauf un "sujet tabou", on en parle depuis plus de 20 ans à longueur de romans, d'articles, de procès d'assises, d'émissions de télé où les gens racontent sans aucune pudeur leur vie intime. Et le genre "roman" permet trop souvent de faire du fric en déformant l'histoire à son avantage, comme l'a fait Yann Moix.

Oskar K. Cyrus

15/08/2021 à 10:31

"Faire du fric" : Vous avez bien lu l'article ? Cet auteur ne vend pas beaucoup (1490 ex. max) et par conséquent n'aurait pas eu un gros chèque pour son bouquin. Par contre, on peut lire qu'il est psychanalyste, à mon avis il gagne plutôt bien sa vie sans ses bouquins.
Il s'agirait de réfléchir avant de commenter.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 15:18

Que dire à ce sujet? C'est assez difficile de se prononcer.
Quand on n'est pas dans ce cas, et même, on n'a pas le droit de juger l'écrivain. C'est la dernière chose à faire.
L'auteur a voulu certainement "se libérer" d'une façon ou d'une autre de ce poids qu'il porte sur ses épaules dû à son adolescence et celle de son frère et de sa soeur. J'essaie de me mettre juste un peu à sa place. Il a du souffrir et son frère également. Après de tels faits, on ne peut plus jamais oublier.
Une auteure amateure n'est pas un écrivain professionnel non plus et n'a pas les qualités requises pour en dire ni du bien, ni du mal, elle essaie de comprendre, c'est tout.
Pour ma biographie, j'ai du faire attention, modifier des passages, car si jamais une personne se reconnaît, et porte plainte, c'est assez délicat.
Quant à la décision du tribunal, je ne comprends pas pourquoi ne pas avoir ni informé l'auteur, ni l'éditeur en temps voulu?
Quand je vois des chiffres de vente de plus de 1000 exemplaires, je ne peux qu'en rêver, mais je reste bien à ma place. Mes collègues doivent vivre de leurs écrits, moi non. Mais j'aimerai bien que mes finances se rétablissent un peu. Restons positifs.
Je souhaite que le meilleur à vous toutes et tous, pleine réussite et bonne santé.
Un petit mot pour terminer à l'auteur: Pascal, ma vie n'était pas de tout repos, mais je n'ai pas vécu la vôtre. Je vous souhaite bonne continuation et ne vous laissez pas abattre. Les erreurs que j'ai commises m'ont rendu plus forte. Bien à vous!

Reuillon

13/08/2021 à 15:31

Tant mieux. Marre de ces écrivains nombrilistes qui étalent leurs problèmes familiaux, de manière souvent trafiquée – cf. l'ignoble Yann Moix.

Marie

13/08/2021 à 18:15

Vous englobez bien sans-doute Camille Kouchner, dans ces "écrivains(?) nombrilistes" qui, à mon sens auraient mieux fait de consulter un bon psychanalyste...

Reuillon

13/08/2021 à 18:28

En effet, Camille Kouchner fait partie de ces auteurs. Mais, ayant lu son livre, je ne la soupçonne pas d'avoir déformé les faits. Et elle a eu le mérite de dévoiler les dessous pas très propres d'un milieu très m'as-tu-vu, très donneur de leçons de morale… et très influent dans la politique et l'éducation.

Marie Bonheur

13/08/2021 à 15:38

Je trouve que c'est normal.

Ce roman porte atteinte à la vie privée des descendants des acteurs de cette fiction/ réalité.

Par ailleurs, il ne peut intéresser que les voleurs et les pervers

Marie

13/08/2021 à 18:18

Je ne trouve pas que ce soit normal, cette atteinte à la liberté d'écrire, cette morale qui se veut collective alors que (tout comme la solidarité) elle est à mon sens éminemment personnelle. De plus personne n'est obligé de lire !!

Annie-France Belaval

13/08/2021 à 16:27

Je n'aurais sans doute pas lu ce livre; je n'ai pas lus les précédents (ils m'ont échappés) mais ce genre de censure me choque!

Schierer Eliane

13/08/2021 à 17:25

Bonsoir Annie
Moi aussi j’étais étonnée de cette censure
Dommage pour l’auteur

Delia

13/08/2021 à 16:28

Ce n'est pas le thème qui pose problème, mais seulement la vie privée. Pourtant il est bien marqué "fiction" sur l'ouvrage. Et juger sans écouter les voix de la défense me semble un procédé inacceptable.

Ahmed Miloud

13/08/2021 à 17:15

L'inceste en lui-même est condamnable, mais avec la liberté sexuelle promue en Europe et ailleurs, il est toléré. Autrement dit, il ne constitue plus un objet de plainte sauf sans les cas de viol ou ou quand l'acte incestueux est commis sur des enfants mineurs de moins de quinze ans, consentants ou pas.
En conséquence, il est illogique de condamner la parution de ce roman même s'il fait référence à des faits réels.
https://www.senat.fr/lc/lc102/lc1020.html

Reuillon

13/08/2021 à 18:30

L'inceste n'est pas plus toléré dans les pays où la liberté sexuelle existe que dans les pays très religieux où la liberté sexuelle est réprimée. Ceux-ci sont seulement plus hypocrites

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:01

Merci Reuillon de remettre les choses en place (j'allais écrire "de remettre l'église au centre du village", mais je crains que cette image n'ait pas été bien interprétée, allez LouÏa !)

Ninipod'

13/08/2021 à 17:17

Incompréhensible, en effet, sur le plan juridique(?):
- la personne plaignante n'étant pas de la famille au moment des faits relatés, et de plus, divorcée depuis...et les autres" parties"(?) étant décédées.
-Les enfants? de qui?... et le cas échéant, il y a sans doute lieu de sans les "mêler"....- qu'ils n'ignorent pas ce qui a pu se passer...l'omerta confortée par cette ordonnance ouvrant encore plus de soupçons pour leur éventuelle histoire et la vérité des faits (avérée ou infirmée).
- Le fait de n'avoir pu se constituer partie civile ou défenseur en l'absence de l'information: or une procédure de référé exige une lettre recommandée à remettre en mains... propres(!).
Tout ces éléments laissent perplexe.
...........................Sur un autre plan, celui du livre, de ce qu'est la littérature et de l'édition... (les publications nous le montrent), il est bien des questions qui laissent un espace ouvert... et d'autant plus flou et difficile à appréhender:
-s'il s'agit d'un Essai psychanalytique, il n'est nul besoin de censurer, cela va de soi: mais le livre peut-il tenir ce statut? Ce domaine, il est vrai, contenant ici des éléments de biographie est certes un terrain risqué...
- S'il s'agit d'un récit... le livre doit-il porter la mention "récit" en couverture....? (Que dit la jurisprudence éditoriale en la matière?
- S'il s'agit d'un roman, il semble bien que les débats autour de la question sont en plein au cente de la question de l'auto-fiction etc... ou du livre -choc etc.. tels qu'on en connaît plusieurs récents...
visant des personnalités réelles............. vivantes............... visibles........... etc.
Ce qui est singulier en la matière, c'est que le psychanalyste en question n'ait, semble-t-il, pas eu les armes littéraires et le dispositif pour, précisément, établir le lieu littéraire de cette recherche, de ces frontières, dans la langue qui lui eût été et dans la forme favorable à ce débat... entre REEL, et..........fantasme.... Fiction..... mensonge... etc...
ALORS MÊME que ceci fait partie de son exercice professionnel et même de son obligation éthique...............
Mais à ce niveau, nous ne le savons pas, car la Justice -ici, aveugle, on le... voit!- ne permet pas au public de se faire une opinion....
Ce qui reste: la protection d'une IDEE de la FAMILLE dont l'écrasante majorité des crimes et délits restent de son FAIT, en valeur absolue entre tous les crimes...Protection venant des membres de la Justice elle-même.
AIMONS les LIVRES d'autant plus, bons comme mauvais..............


Marco

13/08/2021 à 17:28

La justice fait son travail et prends des responsabilités. Rien de scandaleux.

sed

13/08/2021 à 17:29

Je trouve bien que la justice ne permette pas la diffusion de n'importe quoi. Je ne parle pas de censure, mais de droit au publique à être protégé de certaines dérives qu'il ne mesure pas toujours. Tout adulte n'est pas toujours bien réfléchi et bien raisonné, la justice a un devoir de réserve pour protéger la société de toute déviation morale. Lorsqu'on entend une histoire pédophile on s'offusque de cette perversion malsaine, mais pour qu'un homme/femme en arrive à cela, la plus part du temps, c'est qu'il/elle l'a subit ou en a entendu un récit. Donc oui, la justice à bien joué son rôle.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:41

Non, la justice n'a pas à juger la "morale". Ne serait-ce que parce que cette "morale" n'est pas la même pour tous, selon ses croyances, notamment. La justice est là pour juger la loi, qui s'applique à tous, quelles que soient leurs croyances et leur "morale".
En outre, en quoi interdire un livre permettrait-il de "protéger la société" ?
Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ? Ou qu'il en a entendu un récit ?
On voit tous les jours des meurtres à la télé ou dans de multiples romans. Cela pousse-t-il tous les téléspectateurs ou lecteurs à devenir des criminels ? Faut-il interdire ces fictions télévisuelles, cinématographiques ou littéraires sous prétexte qu'il faut "protéger la société" ?
Vous niez la responsabilité individuelle de chacun. L'inceste (sur un mineur), la pédophilie sont réprimés par la loi. C'est à chacun de la respecter, rien d'autre.
Et prenez garde à conserver vos notions de "déviation morale" pour vous-même, tout le monde n'a pas les mêmes. Et les vôtres ne valent pas plus que celles d'autres personnes.

Lily

13/08/2021 à 19:32

Lobotomie de l'écriture par une triste justice !

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:28

Cher Otto,
Permettez-moi de vous remercier pour votre commentaire.
Je suis auteure de romans policiers, style classique, du genre Agatha Christie, bien que je ne lui arriverai jamais oh jamais à la cheville. Je n'arriverai pas non plus â la cheville de la plupart d'entre vous.
Des amies m'avaient suggéré d'écrire et c'est que j'ai fait après ma retraite en 2015. Les "meurtres" c'est dans quoi j'excelle. On m'avait dit d'écrire des romans d'amour, des romans pour enfants, mais ce n'est pas pour moi. Je préfère écrire dans quoi j'excelle.
Il ne me viendrait jamais à l'idée de tuer ou d'imiter un de mes personnages, c'est de la fiction.
Je suis de nature pacifique, je me défends si on m'agresse, mais j'aime l'harmonie.

C'est très dommage que ce roman ait été censuré. L'auteur voulait s'exprimer et se décharger d'un fardeau, je le comprends. On ne peux pas jouer à l'autruche et dire que cela n'existe pas, ou que cela heurte. Je suppose que cela a bien existé et c'est triste pour l'auteur et son frère. Ils sont à plaindre.

On n'a jamais censuré des caricatures blessantes, vulgaires, et blasphématoires, prétextant le droit à la liberté d'expression. La liberté d'expression a pour moi un autre visage, moins laid, moins provocateur. Beaucoup d'entre vous, en tant que professionnels vont m'en vouloir et m'écriront, peut-être m'insulteront t'ils, mais c'est dit. Même les non-croyants pourraient faire un effort en respectant les croyances des autres.
Je précise que je suis spirituelle mais que je ne vais plus à l'église. Je suis croyante, mais ne croie plus aux serviteurs de Dieu, et pour cause. Il y en aurait des choses à écrire, mais tel n'est pas le sujet.
Chacun de nous a sa façon de penser et de s'exprimer. La liberté d'expression a ses limites. Le blasphème est interdit en Italie. Je condamne le terrorisme bien évidemment, on ne tue pas pour un dessin, d'un autre côté "qui sème le vent, récolte la tempête". Je ne souhaite de mal â personne, attention, j'explique, c'est tout.
Les Anglais ont bien réagi à ce sujet, bravo. Je pense être une des seules en France â penser ainsi, mais j'assume.
Donc tout ceci passe, et pour un simple roman la loi le censure, c'est à ne plus rien comprendre?
Je ne répondrai pas à des commentaires agressifs. Merci d'en prendre note.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:32

Bonjour Eliane et merci de votre réponse,
Je ne suis pas écrivain, je suis "juste" journaliste, je ne sais pas faire de fiction, l'idée même de faire de l'auto-fiction me fait frémir tellement elle est en dehors de mon champ de pensée.
Tout comme est inimaginable pour moi d'appliquer mon champ de pensée à celui des autres - sur ce qui tient à la "morale" bien sûr - pour ce qui est de la loi, elle est là et doit l'être, je suis évidemment contre le meurtre, le viol, la prévarication, et ainsi de suite.
Pour ce roman (si tant est qu'on puisse parler de roman lorsqu'il s'agit d'auto-fiction - mon "humour" (qu'on me reproche souvent) m'aurait amené à parler "d'otto-fiction"... -), je n'ai pas d'avis sur le fait qu'il soit "censuré" ou non : avec ce que dit Actualitté (et ce n'est pas de sa faute, le journaliste ne fait qu'énoncer ce qu'il a comme informations), il est impossible de juger de ce qui est "bien" ou "mal" dans ce cadre précis.
Ensuite, et ça m'est personnel, je déteste l'auto-fiction, le côté "je me lave de mes traumas en écrivant", parce que d'une part ça me fatigue et d'autre part ça n'a jamais donné le moindre début de commencement de talent à qui que ce soit.
Pour le reste, oui, des saloperies telles que l'inceste existent. Et les victimes sont toujours à plaindre. Mais c'est à elles d'aller en justice et d'y traîner les salopards qui méritent d'être balancés dans une prison.
Quant à la liberté d'expression, elle n'a pas de visage. Ou en tout cas pas un "beau visage". Le photographe qui parcourait les tranchées en 1915 et ramenait des clichés tellement atroces qu'aucun média ne voulait les publier, ça, ça me fait chier. Parce que c'était la réalité, mais que d'aucuns voulaient la gommer. Donc, de manière plus générale, la liberté d'expression n'est pas ce que "je voudrais lire", elle englobe aussi les saloperies qui me font gerber, du moment qu'elles respectent la loi.
Quant au blasphème, il m'importe peu. Vous parlez de "respect des croyances des autres". Certes.
Mais qu'en est-il des "non-croyances" de ceux qui, comme moi, n'ont aucune croyance, qui sont de "simples" athées ? Je ne me sens pas "victime", je remarque juste qu'on oublie souvent de parler de la sensibilité de ceux qui pensent différemment... Je veux bien respecter les croyances de certains, je souhaiterais juste que l'inverse soit vrai, on en est loin...
Quant à la liberté d'expression, elle a certes ses limites, légales, très bien exprimées en France. Je me fiche de savoir ce qu'il se passe à ce sujet en Italie ou en Iran (deux très beaux pays avec des gens formidables mais aussi de profonds salopards, qui plus est au pouvoir en Perse...). Et non, "qui sème le vent..." n'est pas viable : cela signifie que je pourrais venir demain vous tuer parce que vous ne pensez pas comme moi : êtes-vous prête à dire que c'est "normal parce que qui sème le vent blablabla" ? Réfléchissez, ne dites pas de sornettes de cette sorte, vous perdez toute crédibilité, toute possibilité d'être estimée. Aucune pensée, je dis bien aucune, ne peut justifier d'être tué. Même celles qui me déplaisent au plus profond de mon être. On peut légiférer pour interdire les pires saloperies (le nazisme par exemple), faire en sorte que personne n'en fasse l'apologie. Mais tuer quelqu'un pour ça ? Jamais ! (ça n'empêchera pas que le premier qui vient me faire l'apologie du nazisme sous mon nez prendra mon poing dans la gueule, mais ce n'est pas exactement la même chose...)
Pour le reste, je ne sais pas comment ont réagi les Anglais, mais si c'est du type "qui sème le vent...", cela ne fera que confirmer que je vis du bon côté de la Manche.
Quant à votre phrase sur le roman et "ceci passe", je ne comprends pas ce que vous voulez dire...
Et mon commentaire n'est pas agressif, sauf sur certains points. :)

Eliane Schierer

14/08/2021 à 13:02

Bonjour Otto,
Merci pour votre réponse. Dommage que vous ayez écrit sous un pseudo, chose que je n'ai pas faite.
Si je me suis trompée alors excusez-moi, je n'ai pas trouvé votre nom en tant que journaliste sur le net.
Vos idées ne rejoignent pas les miennes, car c'est votre projection et c'est normal.
Ma projection est autre.

Etre crédible, perdre l'estime des autres, vous savez en tant qu'auteur j'en ai entendu des vertes et des pas mûres. Je m'en fiche royalement. On ne peut être d'accord sur tout, c'est impossible.
Si j'écoutais tous mes lecteurs je serai ma propre "ghost writer".
"De même que le rocher n’est pas agité par le vent. Les sages restent inébranlés par le blâme ou le compliment. (Dhammapada)"

Nous ne pensons pas tous de la même manière, heureusement, sinon la vie serait une soupe sans sel.

"Ceci passe" = les caricatures blessantes ne sont pas censurées, mais ce roman oui, dommage.
Le liberté d'expression n'a jamais eu un beau visage, je vous le concède. Pendant la première guerre mondiale aussi. J'ai visité Verdun, mon grand-père y ayant combattu du côté des allemands.
Il n'a jamais tué quelqu'un et faisait signe et avertissait les français en cas d'attaque.

Je vous respecte et votre opinion et que vous ne soyez non croyant. On peut faire de bonnes choses sur terre, ceci n'a rien avoir avec la religion. On peut s'entraider, c'est ce qui compte.
Mais cela n'autorise tout de même pas de faire du n'importe quoi avec des carricatures qui ont mené indirectement à la mort de beaucoup de personnes.
Je n'en démordrai pas, quitte à me faire virer du site. Cela ne serait pas la première censure, j'en ai l'habitude.

Je respecte le journaliste qui a fait son travail et qui nous a mis l'article à notre disposition, je n'ai jamais dit que c'était de sa faute. Et pourquoi donc?

Je ne soutiens pas le terrorisme et les meurtres je l'ai écrit. On ne tue pas pour un dessin.
Les "lésés" auraient pu porter plainte, mais auraient été déboutés par la justice certainement.

Et tout le monde peut mettre sur papier une biographie. Pourquoi détester (c'est votre droit) ce que les autres aiment. Les goûts et les couleurs.....
Grasset en a fait l'expérience ces derniers temps, et je suis certaine que c'est un filon d'or pour eux.

Dans une école anglaise, les parents musulmans sont venus se plaindre de ces carricatures et l'école a sévi, et elle a bien fait. Bravo!

Beaucoup de journalistes aiment cela, non, quand le brasier se rallume et quand il y a de la tempête. Il y a de quoi écrire, même si cela a un visage affreux. Je ne l'écris pas pour vous, mais en général. C'est le travail d'un journaliste, et il doit mettre souvent ses sentiments personnels de côté.

J'espère que vous ne viendrez pas chez moi et m'insulter, je prendrai le balai, et mon loulou ne vous laisserait pas faire. Lui aboie et moi je mords:-) Mamie sait encore se défendre:-)

Qui sème le vent récolte la tempête, oui cela va dans les deux sens, je vous le concède.
Celui qui va avec le tisonnier dans les braises, s'y brûlera quand le feu se rallumera, cela va aussi dans les deux sens.
Un proverbe allemand dit: So wie man in den Wald hineinruft, so schallt es heraus......

La Perse et l'Italie sont de très beaux pays, vous avez raison. Les deux pays ont leurs problèmes.
Et moi je ne m'en fiche pas de l'Italie. Je lis beaucoup de choses dans les journaux, quitte à me faire mon opinion. Cette opinion n'est peut-être pas toujours exacte, mais au moins j'en ai une.
Je vous souhaite une bonne santé et un bel été, ce que je souhaite aussi aux lecteurs!

Aradigme

14/08/2021 à 13:33

Bonjour Otto Naumme,

Je me permets de vous faire remarquer que l'athéisme est une croyance. L'existence ou la non-existence de Dieu ne peuvent être prouvés. Les athées sont donc des croyants, tout comme les déistes de différents types. Seuls les agnostiques se situent en dehors du processus de la foi.

Salutations
Aradigme

Reuillon

14/08/2021 à 00:15

"Et d'où sortez-vous que les auteurs de crimes pédophiles ou incestueux aient préalablement été victimes de ces actes ?"
- C'est une réalité, constatée par de très nombreux psychologues, enquêteurs et magistrats qui ont traité d'affaires graves de pédophilie ou d'inceste. La plupart des pédocriminels en ont été eux-mêmes victimes pendant leur enfance et reproduisent cette violence.
Quant à la littérature ou au cinéma, ils peuvent justifier, rendre mentalement ou socialement acceptables ces comportement criminels (on l'a bien vu dans l'affaire Matzneff, où tout un petit milieu "libéré" acceptait tout et n'importe quoi depuis les "années 68". Il y a bien une responsabilité sociale de l'écrivain.

Forbane

13/08/2021 à 17:49

Il suffisait de changer les prénoms et de... créer, et le tour aurait été joué !
Un écrivain a tout à fait le droit de puiser dans sa vie, son intimité et ses traumatismes pour créer - à condition que le résultat soit bel et bien une oeuvre d'art et de fiction.
Sinon, ce n'est pas de l'art, seulement du voyeurisme pour le lecteur et du nombrilisme pour l'auteur (à la Moix effectivement).

maryc

13/08/2021 à 18:01

je suis choquée par le fait qu'il n'y ait pas eu de débat contradictoire! délivrer une assignation en pleine période de vacances estivales et avec de si courts délais entre l'assignation et l'audience, c'est un peu fort; d'habitude les juges sont vigilants quant au respect du contradictoire; que s'est il passé? je présume que l'assignation a été délivrée au cierge social de l'éditeur pendant l'absence du personnel; pour le reste, ne sachant pas de quoi il retourne....

Marco

13/08/2021 à 18:40

La justice ne juge pas l'auteur mais la portée des propos édités dans un livre. Comme dans la vraie vie, on ne peut pas dire ou faire n'importe quoi. Il y a des règles, des limites... La justice se prononce, sans entamer un débat contradictoire. Ensuite, l'éditeur et l'auteur peuvent faire appel. Ce cadre est rassurant ! Il défend notre crédibilité d'écrivains.

Otto Naumme

13/08/2021 à 18:43

Il m'étonnerait fort que les éditions Robert Laffont n'aient pas de personnel présent même en période de vacances.
Et j'adore votre "cierge social de l'éditeur" ! :)

Reuillon

14/08/2021 à 10:43

les éditions Robert Laffont sont totalement désorganisées par un nouveau management qui ne connaît strictement rien aux métiers de l'édition et impose des règles technocratiques absurdes.

Alina Reyes

13/08/2021 à 18:14

Impossible de commenter cette décision de justice sans avoir lu le livre. Les œuvres de fiction s'inspirent toujours de faits et de personnes réelles, reste à savoir si le ou les livres incriminés comme portant atteinte à la vie intime ont assez le caractère d’œuvres de fiction, ou non. L'un de mes manuscrits jadis a dû passer entre les mains d'un avocat avant publication et j'ai dû retirer un ou deux détails qui auraient pu faire penser à tel personnage public (le plus drôle est que je les avais inventés, ignorant que telle manie de mon personnage était aussi celle du personnage public en question - il s'agissait de mon roman "Poupée, anale nationale"). J'ai retiré les détails en question sans en faire une histoire, si je puis dire. L'essentiel est ailleurs. Peut-être l'auteur pourrait-il réécrire son livre de façon tout aussi forte sans que l'identification avec des personnes existantes prime.

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:06

Chère Alina,
Je vous comprends très bien.. En rédigeant ma biographie, j'avais demandé à des avocates de la SGDL ce qui était permis et non. La loi est très stricte à ce sujet. J'ai donc écrit ce roman sous un pseudo. J'ai changé certaines situations c.à.d, j'ai changé mon premier emploi, mon lieu de résidence, mon frère a eu des jumeaux (il n'a pas d'enfants), j'ai changé les noms, mais le RESTE de ma vie était correcte. Si jamais quelqu'un viendrait à porter plainte contre moi, je devrais faire retirer ce roman. Je travaille en autoédition. Il pourrait porter plainte, mais les faits qui se sont déroulés, sont corrects, pas de mensonge, même en "maquillant" un peu le roman.
La plupart d'entre vous êtes des écrivains chevronnés et jamais je ne vous arriverai à la cheville.
En plus, j'écris dans ma deuxième langue, le français n'est pas ma langue maternelle, mais le Luxembourgeois. Bien â vous et bonne chance pour la suite

FH

13/08/2021 à 20:52

Si l'auteur avait bien précisé en tête de son ouvrage qu'il s'agissait d'une oeuvre de fiction, quoique inspirée de faits réels, ce jugement est problématique (il porte atteinte à la liberté d'expression).

(NB : je ne suis pas fan d'autofiction, mais je considère que toute fiction devrait pouvoir être publiée, contrairement en effet à un témoignage.)

Camille

13/08/2021 à 21:53

Voilà une thématique bien intéressante. Je ne connais pas cet auteur, mais d'autres ont écrit des mises à nu et ont été publiés sans problème. Alors faut-il être connu pour ne pas être censuré, avoir un fauteuil chez Gallimard ou autres pour avoir sa petite place chez le libraire ! L'édition est loin d'être transparente, comme la politique, comme bien d'autres sujets, ce sont des business. La fiction n'est que le reflet de faits réels, n'est-ce- pas, certains dérangent et d'autres laissent indifférents parce que trop sages. Certains font la une de toutes les émissions culturelles et d'autres connaissent la poubelle . Je partage beaucoup d'avis, votre article fait réagir et c'est bien. Parfois il faut avoir la sagesse de poser un petit mouchoir sur ses propres pensées.
Camille

Eliane Schierer

13/08/2021 à 22:46

Hello Camille,

Merci pour votre commentaire.

Quand je me suis lancée dans mes écrits et en postulant chez différents éditeurs (120 demandes pour mon premier roman policier de 2017 â 2018) j'étais loin de me douter que jamais les grandes maisons ne liront même pas une ligne. Toujours les mêmes réponses.
Ensuite j'ai travaillé avec une petite maison d'édition où j'ai dû faire moi - même, en tant qu'amateure, une grosse partie du marketing, la publicité, j'ai aidé pour les ventes de bouche à oreille. Je me déplace régulièrement aux salons de la région. L'éditeur avait encore un autre emploi et préférait les SF de ses amis. Les romans policiers classiques étaient en quelque sorte un "filler" dans ces rayons. Jamais ou très rarement un mot gentil.
Après cela j'en avais plus que marre. Je travaille maintenant sur la plate-forme de books on demand, (BoD) et si vous savez tout faire par vous même, c.à.d. les corrections (j'ai une amie qui corrige), la mise en page, la couverture, le roman ne vous coûte que 19 Euros et reste plus qu'une année sur leur site. Les marges brutes sont plus élevées que chez un éditeur à compte d'éditeur.
Il ne faut bien sûr pas prendre les options payantes, il va de soi.
L'ebook est aussi diffusé sur différentes plateformes et en librairie, à l'instar d'Amazon où vous ne trouverez que votre roman sur leur site. Les autres sites d'autoédition ne font pas correctement la diffusion, sont plus chers, j'ai donc laissé tomber la concurrence.
Je fait ma publicité sur Linkedin et Twitter, je déteste FACEBOOK, j'écris aux médiathèques, librairies, je vends aussi à l'aide d'une boulangerie de mon village qui expose mes romans. Je fait tout mon possible, même en présentant mon communiqué de presse aux journaux. Ne croyez-pas que c'est de tout repos, mais j'aime ce que je fait, je préfère ce que je fait maintenant à mon travail que je faisait avant.
Je travaillais dans un back-office d'une banque allemande. La banque fermera au 31.12.2024.
Je suis une micro-entreprise, mais mon chiffre d'affaires est très bas, et pour l'instant je ne paie même pas de cotisations à l'URSSAF. Je suis syndiquée au SELF, et c'est avec joie que je soutiens aussi mes collègues professionnels qui ne peuvent payer leur cotisation. Je suggère à chaque auteur d'être syndiquée, car en cas de pépin ils ont des personnes compétentes qui peuvent aider.
Bien à vous

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:37

Camille, l'impétrant est publié par Robert Laffont.
On est un peu loin de la micro-édition et encore plus de l'auto-édition...

Ce n'est pas un jugement de valeur par rapport à cet ouvrage, juste une remise en perspective des choses : ce n'est pas parce qu'il est chez un "petit" qu'il est attaqué - Laffont n'est pas vraiment un "petit".
Le reste, je n'en sais rien...

جمال كتيل

13/08/2021 à 22:09

Que dois je dire , dieu a ordonné la discrétion, le pardon des morts est une obligation.

Otto Naumme

13/08/2021 à 23:39

Vous savez, "dieu", on s'en fiche un peu. là.
On parle ici de loi, dans un pays laïque, donc ce que le dieu des uns ou des autres a pu "dire"...

lyrer

14/08/2021 à 17:29

Voilà un exemple typique pour l'irrespect, l'intolérance et la grossièreté face à un discours tout à fait neutre, et très justifié en plus !
Déjà les Romains disaient: de mortuis nil nisi bene: Le Pardon étant la base de la paix au monde -- et la rancune la base de toute guerre .....

Bertrand Fessard de Foucault

13/08/2021 à 22:35

Réédition du sort fait à Gabriel Matzneff qui n'a jamais rien écrit sur le viol, l'inceste, l'amour forcé. Jamais depuis l'Occupation, la censure en littérature. Et justement quand on s'extasie sur l'exhumation de milliers de pages manuscrites de Céline, volée à l'auteur à la Libération, mais quand il s'enfuyait en Allemagne... Quelle époque lamentable si nous ne réagissons, crions, réfléchissons...

Michel BLAISE

14/08/2021 à 06:42

Quand la société dévient, à ce point, corsetée et ignorante de tout, je n'ai plus la force de me définir "humaniste". Maïs de contacter l'essence stupide de l'Homme.

Doina

14/08/2021 à 07:56

Je pense que la justice se trouve en faute, car elle n'a pas prévenu ni l'auteur, ni la maison d'édition, qui auraient pu se defendre contre les accusations. C'est quand même difficile de savoir si le livre porte vraiment atteinte à la vie privée, car le procès semble être dans les brumes. Et puis, il y a tant de livres qui exhibent la vie personnelle, et qui, pour autant, ne sont pas interdits. Et tant d'emissions partout dans le monde où l'on voit les gens se dévoiler sans aucune honte. Ces emissions ne sont interdites non plus...

Lealuna

14/08/2021 à 08:58

On se sent tout à fait en 2021 ou les interdictions pleuvent dans tous les domaines, sans plus jamais de controverse.
Il semble qu'il devrait y avoir un recours au sujet l'impossibilité de l'auteur et de l'éditeur à venir apporter la contradiction pour ne pas avoir été informés de la convocation du 6 août ! Ce qui est précieux dans la justice c'est cela : la possibilité donnée à chaque partie d'apporter ses arguments. Précieux ! Le fondement de la justice .
D'autre part , tellement de publications sur le sujet de l'inceste ont paru , donnant les noms , expliquant les faits, les appels à l'aide infructueux, les souffrances des victimes ... Je ne les lis pas , mais on en parle assez dans les médias pour que nous soyons TOUS bien au courant des faits et des personnes concernées, vivantes ou non. Les interviews , les explications claires de ces violences rien ne nous échappe.
La société est ainsi habitée : violences, crimes sur tous les écrans du plus petit au plus immense à chaque minute du jour et de la nuit. Il semble que l'on a plus (+) de distance à la lecture d'un livre qu' immergé au quotidien dans toutes ces images très violentes ( j'inclue ici des images et des son si violents dans les films "pour enfants")
Attention à la morale , elle est subjective+++et engendre bien des catastrophes pour les humains.

Ioanna

14/08/2021 à 10:38

Je me demande si nous vivons un nouveau Moyen Age, vraiment, c est choquant

Reuillon

14/08/2021 à 10:42

SVP quel rapport avec ce que vous appelez le "Moyen Age"?

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Avengers : Marvel en justice pour ne pas partager ses milliards

Iron Man, Spider-Man, entre autres, placés au cœur d’un procès que Marvel intente pour conserver les droits sur les personnages de Avengers. La saga ne fait que commencer, cette fois, loin des cinémas : pour la filiale de Disney, l’enjeu réside dans le contrôle des droits sur les super héros – ajoutons donc Dr Strange, Hulk, Ant-Man, Hawkeye, Black Widow, Falcon, Thor…

25/09/2021, 11:45

ActuaLitté

La tablette de Gilgamesh volée enfin rendue à l'Irak

L'épopée de Gilgamesh semble enfin prendre fin... La tablette vieille de 3600 ans avait été retrouvée entre les mains d’une enseigne de loisirs créatifs américaine. Saisie par le ministère de la Justice américaine en 2019, elle sera bien restituée à l’Irak, dont le territoire recouvre l’ancienne Babylone d’où est originaire la tablette millénaire. Le tout, garanti par la Convention de 1970 de l’Unesco.

22/09/2021, 17:27

ActuaLitté

Une conspiration d'éditeurs pour rendre Amazon plus puissant : “illogique”

Les poursuites lancées contre Amazon et les cinq plus grands groupes éditoriaux américains exaspèrent : le tribunal fédéral de New York qui doit trancher, acceptera-t-il de rejeter le recours collectif ? Ce dernier accuse les parties de fixer secrètement un prix aux livres numériques, au détriment des consommateurs. Retour dans un mauvais rêve pour HarperCollins Publishers, Hachette Book Group, Penguin Random House, Simon & Schuster et Macmillan.

21/09/2021, 10:22

ActuaLitté

Un éditeur d'Ariège accusé de liens avec le djihadisme : Darmanin intervient

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a lancé la procédure de dissolution de « Nawa », une maison d’édition basée en Ariège. Motif : la diffusion de « plusieurs ouvrages légitimant le djihad ». « Sa ligne éditoriale est clairement anti-universaliste et en contestation directe des valeurs occidentales. Elle a diffusé plusieurs ouvrages légitimant le jihad », précise l’AFP qui a interrogé l’entourage du ministre.

17/09/2021, 16:06

ActuaLitté

Frais de port : les librairies appelées en renfort contre le lobbying d'Amazon

Déposée le 15 juin à l’Assemblée nationale et renvoyée à la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, la proposition de loi adoptée au Sénat concernant les frais de port — entre autres — est portée par Aurore Bergé. Les premiers échanges interviendront à la Chambre d'ici une dizaine de jours. Or, ce texte, 4253, qui vise « à améliorer l’économie du livre et à renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs », fait l’objet de vives négociations en coulisses.

17/09/2021, 10:14

ActuaLitté

Manuels scolaires : une entreprise “massive et stupéfiante” de contrefaçon

Ô cruelle virevolte du sort taquin : en mars 2017, plusieurs gros éditeurs scolaires d’Amérique décidaient d’une union sacrée avec les distributeurs, pour lutter contre le piratage et la contrefaçon. Parmi ces acteurs, Pearson, côté édition, Chegg, côté distribution. Quatre ans plus tard, l’éditeur se retourne contre le distributeur, accusé de violation « massive » du droit d’auteur. Vous avez dit ironie ? 

15/09/2021, 10:53

ActuaLitté

L'écrivain Édouard Limonov vengé par la Cour européenne des Droits de l'Homme 

Edouard Limonov, de son véritable nom Edouard Veniaminovitch Savenko, était un auteur russe, et membre fondateur du Parti national bolchevik. Dirigeant d’une coalition faîtière rassemblant l’opposition, il est décédé en mars 2020. La Cour européenne des Droits de l’Homme vient de lui rendre justice, en condamnant la Russie. En 2005, le pays avait décidé de dissoudre l’organisation de Savenko, et de faire taire l’opposition par conséquent…

14/09/2021, 16:15

ActuaLitté

Une correctrice aux Prud'Hommes pour obtenir la requalification de son emploi

Ce 16 septembre, le Conseil des Prud’Hommes devra trancher dans une affaire qui oppose les éditions Robert Laffont à une correctrice. Selon les informations communiquées par la CGT Livre, cette dernière aurait travaillé de nombreuses années sous le statut d’autoentrepreneur. Or, la convention collective dans sa célèbre Annexe IV impose un salariat.

14/09/2021, 14:45

ActuaLitté

Roselyne Bachelot : le syndicalisme à géométrie variable 

« Ça ne compte pas, pour les artistes, les syndicats. » Cette sortie de piste option dérapage incontrôlé de la ministre de la Culture n’était pas passée inaperçue. À l’antenne de France Culture, Roselyne Bachelot indiquait passer son « temps à recevoir des gens ». Des gens. Pas des syndicats, parce que… probablement qu’elle préférerait des voyages en mer de Chine ?

13/09/2021, 15:07

ActuaLitté

Hergé : pour les Casterman, l'affaire Lotus bleu est “pliée”

Depuis l’annonce de la mise aux enchères, la couverture du Lotus bleu, deuxième album d’Hergé chez Casterman, a provoqué colères et débats. D’un côté, les ayants droit – Nick Rodwell, le bien connu – en revendiquent la propriété, de l’autre, les héritiers de Jean-Paul Casterman, fils de Louis l’éditeur, se voient accusés de vol. Entre déclaration de guerre et prise d’otage, ces derniers tentent d’apporter leur vérité à l’affaire.

10/09/2021, 14:26

ActuaLitté

Les éditeurs chercheraient à consolider le monopole d'Amazon ? Délirant...

Ironie du sort : la France célèbre les 40 ans de la loi Lang qui autorise les éditeurs à fixer un prix unique pour la vente de livres. Mais l’idée de cette mesure de protectionnisme commercial reste toujours en travers de la gorge du législateur américain. Preuve, les éditeurs et Amazon sont au cœur d’une procédure les accusant d’entente…

10/09/2021, 12:36

ActuaLitté

Sergio Ramirez, lauréat du prix Cervantes, accusé de complot contre l’État

La vague de répression contre les opposants au régime du président du Nicaragua Daniel Ortega continue. Le parquet nicaraguayen a lancé un mandat d'arrêt contre l'écrivain et ancien compagnon de lutte de l’actuel président Ortega, Sergio Ramírez. À l’étranger, le lauréat du prestigieux prix Cervantes en 2017 ne compte pas retourner dans son pays.

 

09/09/2021, 15:25

ActuaLitté

Fraude fiscale aggravée pour Jacques Glénat : 9,9 millions € dissimulés au fisc

Il avait juré n’être en rien lié à des procédures d’évasion fiscale, quand en avril 2016 était sortie l’affaire des Panama Papers. Pourtant, Jacques Glénat vient d’écoper de 200.000 € d’amende. Le verdict du Tribunal correctionnel de Paris ajoute d’ailleurs 18 mois de prison avec sursis pour l’éditeur de la maison éponyme.

07/09/2021, 16:03

ActuaLitté

Lettre au père : une collaboration littéraire franco-allemande

Depuis 2020, le Réseau des Autrices et Other Writers Need to Concentrate éveillent l’attention des internautes sur les difficultés liées au genre et à la parentalité. À présent, ces deux initiatives d’autrices et d’auteurs francophones et germanophones se rencontrent pour une collaboration littéraire autour d’un thème riche en sens : une lettre au père.  

07/09/2021, 14:48

ActuaLitté

Le combat d'une autrice contre l'homophobie examiné par la justice européenne

Autrice du livre Gintarine Sirdis (Cœur d'ambre, en lituanien), Neringa Dangvydė avait vu la diffusion de son ouvrage, en Lituanie, perturbée par l'intervention de l'inspection de la déontologie journalistique. Cette dernière avait effectué un rappel à la loi, considérant que des récits de Gintarine Sirdis évoquaient des relations homosexuelles, et nécessitaient un avertissement. Dangvydė avait alors saisi la justice européenne, considérant que cette obligation était homophobe.

07/09/2021, 14:43

ActuaLitté

The Ghostwriter, ou l'étrange contrat d'édition de François Fillon

Succès non négligeable pour un livre politique, Faire, signé François Fillon, s'est vendu à près de 122.300 exemplaires (données Edistat). À 20 € pièce, le chiffre d’affaires représentait plus de 2,4 millions € pour l'éditeur. Sorti en septembre 2015, le document allait préfigurer la campagne présidentielle du candidat, vainqueur de la primaire de droite. L'auteur est revenu sous le feu des projecteurs judiciaires, avec des hoquets quant au contrat de l'ouvrage.

04/09/2021, 12:55

ActuaLitté

François Fillon a-t-il détourné des fonds pour la plume de l'écrivain Maël Renouard ?

D'autres soupçons de détournement de fonds publics pèsent sur François Fillon, et ils ne sont pas nouveaux. Le parquet national financier aurait en effet ouvert une enquête préliminaire en 2017 à propos de l'emploi de Maël Renouard, recruté entre novembre 2013 et septembre 2015 comme assistant parlementaire et plume de l'homme politique pour son livre Faire (Albin Michel).

03/09/2021, 10:54

ActuaLitté

Un jeune sympathisant nazi condamné à lire Austen, Shakespeare et Dickens

Un jeune sympathisant nazi de 21 ans a échappé de peu à un séjour en prison, à Leicester, en Angleterre. Reconnu coupable de possession de documentation terroriste, il s'est finalement vu ordonner par le juge la lecture de plusieurs classiques de la littérature britannique, signés par Jane Austen, William Shakespeare ou encore Charles Dickens.

01/09/2021, 10:39

ActuaLitté

États-Unis : un ancien libraire en procès contre l’université qui l’employait

Andre Brady a perdu son emploi en tant que directeur des ventes à la librairie de l'Université d'État de Youngstown en 2016. À l’époque, plusieurs universités publiques subissaient des pressions de la part du gouverneur républicain, John Kasich, pour réduire leurs coûts. Depuis cinq ans maintenant, Brady se bat dans l’espoir d’obtenir une réponse : son emploi a-t-il été supprimé pour des « raisons d'économie » ? Depuis mercredi, l’affaire se poursuit. 

23/08/2021, 17:00

ActuaLitté

56 ans plus tard, Bob Dylan ciblé par une plainte pour agression sexuelle

Les faits incriminés remonteraient à l’année 1965, durant six semaines entre avril et mai. Un dépôt de plainte pour agression sexuelle accuse ainsi Bob Dylan, alias Robert Zimmerman, d’abus sexuels sur une mineure de 12 ans, alors qu’il vivait dans un appartement au sein du fameux Chelsea Hotel, à New York. Pour le Prix Nobel de littérature 2016, voici un retour, quelque 56 années auparavant…

17/08/2021, 12:08

ActuaLitté

Procès Internet Archive : les éditeurs refusent de fournir des données

Quelques jours après la demande de la plateforme Internet Archive, qui réclamait un accès à des données de vente de livres des éditeurs pour assurer sa défense, la réponse des intéressés est franche : pas question. Les plaignants estiment que fournir ces données représenterait une charge massive et, qui plus est, qu'elles ne prouveraient rien du tout.

13/08/2021, 16:20

ActuaLitté

Inde : appel à la libération du poète Varavara Rao

Le 28 août 2018 aura été un jour sombre pour l’Inde, où la répression et les arrestations ont ciblé de nombreux militants pour les droits humains. Parmi eux, Varavara Rao, poète, militant et enseignant, a été arrêté subitement, tandis que des perquisitions approfondies ont été menées à son domicile. Il semblerait que, depuis son arrestation, Rao ait été détenu dans des conditions catastrophiques. Incarcéré dans la prison centrale de Taloja, son âge et sa santé fragile ne sont pas prises en considération. 

13/08/2021, 09:02

ActuaLitté

La justice indienne ouvre grand les portes du pays à Amazon

Les obstacles qui empêchaient Amazon de s’étendre en Inde viennent de fondre : la plus haute juridiction de New Delhi a statué en faveur de l’entreprise américaine. L’enjeu était le rachat de Future Retail, revendeur local, que convoitait une société indienne, Reliance. Le conglomérat que possède Mukesh Ambani, puissant homme d’affaires asiatique, essuie là un sérieux revers.

09/08/2021, 11:59

ActuaLitté

Travailleurs étrangers exploités : un imprimeur italien gravement mis en cause

Grafica Veneta, dont le siège se trouve à Trebaseleghe (Padoue), est la première entreprise d’impression de livres en Italie. Vers la fin du mois de juillet, elle fait l’objet d’une enquête sur l’exploitation de travailleurs étrangers. Deux dirigeants ont été placés en résidence surveillée. 

09/08/2021, 11:14

ActuaLitté

Bookcrossing : en Italie, le partage de livres passible d'une amende

Après avoir banni du centre historique de la ville les immenses paquebots, Venise prend de nouvelles mesures… difficiles à comprendre. En effet, une boîte à livres, encourageant à prendre et à déposer en échange des ouvrages, relèverait d’une pratique illégale. Un kiosque vient ainsi de prendre une amende, et son propriétaire n’en revient toujours pas. 

05/08/2021, 12:15

ActuaLitté

Toujours aucune confirmation officielle de la mort de l'éditeur Michel Brûlé

Le 31 mai dernier, l’éditeur québécois Michel Brûlé, créateur de la maison Les Intouchables, trouvait la mort tragiquement des suites d’un accident de vélo, à Buenos Aires. Cependant, les documents officiels qui doivent attester son décès peinent à revenir aux mains du gouvernement canadien.

05/08/2021, 09:29

ActuaLitté

À Marseille, l'immeuble pas très stable de Jean-Paul Capitani (Actes Sud)

Les opérations immobilières du couple formé par Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani, derrière le groupe d'édition Actes Sud, sont désormais largement connues. À Paris, la gestion des locaux historiques de la maison avait été visée par la justice, quand à Arles, fief de la maison d'édition, cette dernière achète son siège au couple... À Marseille, une SCI de Jean-Paul Capitani est à présent mise en demeure pour la réalisation de travaux sur un immeuble sujet aux « mouvements structurels »...

04/08/2021, 16:09

ActuaLitté

Amazon accusé d'actes antisyndicaux

En avril dernier, Amazon remportait — définitivement ? — les 1798 voix de ses salariés contre la création d’un syndicat en Alabama. Seulement 738 travailleurs avaient voté pour, mais justement à quel prix ? Le National Labor Relations Board (NLRB) se range aujourd’hui du côté du Syndicat de la vente au détail, de la vente en gros et des grands magasins (RWDSU) pour déplorer la violation des lois du travail américaines.

03/08/2021, 12:48

ActuaLitté

Bahreïn : vague de soutien à un universitaire détenu

Depuis le 8 juillet 2021, le Dr Abduljalil AlSingace, militant de l’opposition et défenseur des droits humains emprisonné, est en grève de la faim. Cet universitaire bahreïni proteste contre ses mauvais traitements persistants aux mains des autorités pénitentiaires de Jau, la principale prison du pays, et demande la restitution d’un livre écrit en prison, qui lui a été confisqué par les gardiens le 9 avril 2021. Quatorze grands groupes de défense des droits humains, dont Amnesty International, ont publié une déclaration appelant à sa libération.

03/08/2021, 08:55

ActuaLitté

Justice : pas touche au droit d'auteur, surtout en université

Cinq années de procédure viennent de prendre fin avec le jugement de la Cour suprême du Canada. Dans l’affaire qui opposait la société de gestion Access Copyright à l’université York, le verdict s’inscrit dans ceux déjà prononcés depuis celui de la cour fédérale en juillet 2017 : une fois de plus, le Fair Use ne saurait être invoqué s’il permet de spolier les auteurs et créateurs.

02/08/2021, 09:33

ActuaLitté

Fnac-Darty : chiffre d’affaires en hausse sur fraude

Malgré un contexte de restrictions sanitaires qui met de sacrés bâtons dans les roues de l’économie française, le groupe Fnac-Darty dévoile une forte croissance de son activité, en ce premier semestre de 2021. Avec un chiffre d’affaires à 3,465 milliards d’euros, en hausse de +21,3 % en données comparables, le Groupe envisage une révision à la hausse de ses perspectives 2021… tandis qu’en parallèle, des magasins Darty se voient soupçonnés de blanchiment d'argent.

31/07/2021, 08:30

ActuaLitté

Un procès en diffamation pour avoir été qualifié d’"idiot" par Emmanuel Macron

Les propriétaires du café Les Sports, au Touquet, n’ont pas apprécié de voir leur nom apparaître dans Les Macron du Touquet Elysée-Plage, petit livre des éditions du Seuil dans lequel cette ville balnéaire devient le « décor privilégié du storytelling présidentiel ». Des faits de diffamation et d’injure ont été reprochés aux auteurs et à l'éditeur devant le tribunal judiciaire d’Amiens…

29/07/2021, 14:47

ActuaLitté

Directive droits d'auteur : Bruxelles tire l'oreille de 22 États

Vingt-deux États membres, dans le viseur des cow-boys de Bruxelles, voilà qui a des airs de fin de congés anticipée pour les juristes. La Commission européenne vient de déclencher une procédure contre les pays qui n’ont pas respecté le processus législatif européen. Ce dernier implique une transposition dans le droit national des directives : en l’occurrence, il s’agit de celle très contestée sur le droit d’auteur.

27/07/2021, 18:21

ActuaLitté

Auto-censure au salon du livre de Hong Kong

Alors que l’évènement avait été mis en suspens et reporté à deux reprises l’année dernière à cause de la pandémie, le salon du livre de Hong Kong a rouvert ses portes... Mais à quel prix ? Il attire, en temps normal, une foule de visiteurs avides de trouver de nouvelles lectures à se mettre sous la dent. Or cette année, le choix a été bien plus dérisoire qu’à l’accoutumée. Pour cause, la “Loi sur la sécurité nationale”, qui a poussé les éditeurs à la censure de leur catalogue.

21/07/2021, 11:26

ActuaLitté

Émergence numérique : repenser le cadre du droit d'auteur 

Progressivement, l’Intelligence artificelle (IA) et l’Internet des obets (IdO), qui assure la connexion en réseau de certains appareils, se déploient dans les foyers et les entreprises. Dotés de nombreuses capacités, y compris artistiques, il est nécessaire de se projeter dans les questions juridiques qui entourent leurs créations. Le gouvernement canadien commence à repenser le cadre légal du droit d’auteur.

19/07/2021, 11:58

ActuaLitté

Piratage : l'avocat général de la CJUE valide l'article 17, sur la responsabilité des plateformes

L'avocat général de la Cour de Justice de l'Union européenne, Me Henrik Saugmandsgaard Øe, a présenté ses conclusions, ce 15 juillet 2021, sur un recours introduit le 24 mai 2019 par la Pologne (Affaire C-401/19). La République polonaise s'inquiétait en effet d'un article 17 de la directive sur le droit d'auteur qui menacerait la liberté d'expression, en laissant une trop grande responsabilité aux plateformes dans la lutte contre la contrefaçon et le piratage en ligne.

15/07/2021, 13:20

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Les librairies de la région PACA accueillent les jeunes lecteurs

Jeunes en Librairie est un dispositif d’éducation artistique et culturelle alliant médiations et visites en librairies. Étendu sur le territoire national dans le cadre du Plan de relance économique et en soutien à la filière livre, il concernera à la rentrée prochaine les élèves des collèges et lycées de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

25/09/2021, 15:23

ActuaLitté

GAFAM : une histoire américaine

Les GAFAM dominent la nouvelle économie mondiale du numérique. Ces firmes se complètent plus qu'elles ne sont en concurrence entre elles. Possédant un pouvoir économique et financier considérable, parfois supérieur à celui des Etats, elles sont régulièrement la cible de critiques et de procédures judiciaires en raison de leur position monopolistique, de l'utilisation qu'elles font des données personnelles ou de l'optimisation fiscale qu'elles pratiquent à grande échelle.

25/09/2021, 09:49

ActuaLitté

N'espérez pas que se développent des lecteurs, quand ferme une librairie

En 2019, le bilan faisait état de 99 fermetures de librairies pour 74 créations : une France déficitaire en établissement, pour une multitude de raisons. Mais entre 2017 et 2019, la tendance s’inversait : 1,6 ouverture, pour 1 fermeture. En 2020, ces commerces désormais officiellement essentiels ont sauvé les meubles malgré une perte de chiffre d’affaires de 3,3 % sur l’ensemble du territoire. Oui, donc ?

24/09/2021, 16:10

ActuaLitté

Pour connecter familles, enseignants et futurs lecteurs : Livríssimo

Au-delà du débat linguistique visant à savoir s’il faut privilégier la forme libérrimo ou livríssimo en portugais, les éditeurs brésiliens ont tranché : leur portail de littérature s’appellera Livríssimo. Qu’on traduira par Extrêmement libre ou Extrêmement livre. Joli pirouette.

24/09/2021, 15:15

ActuaLitté

La Bretagne, terre de livres

Depuis 2019, Livre et lecture en Bretagne, observatoire régional pour la filière du livre, publie chaque année les chiffres clés du livre et de la lecture en Bretagne administrative (auteurs, manifestations littéraires, édition, librairies, bibliothèques et espaces "Facile à lire"). Les Chiffres clés 2021 viennent de paraître.

24/09/2021, 13:53

ActuaLitté

Accessibilité : “Pour que tous les enfants puissent accéder facilement à la lecture”

Le programme Édition Jeunesse Accessible (EJA) a été fondé pour faciliter l’accès à la lecture aux enfants de 3 à 12 ans ayant des difficultés de lecture en raison d’un handicap cognitif, sensoriel, intellectuel, comportemental ou neurodéveloppemental. Avec les livres en braille, les textes syllabiques, les ouvrages en langue des signes.. La maison entend jouer donc un rôle pour leur permettre de lire.

24/09/2021, 13:14

ActuaLitté

Workman Publishing devient propriété de Hachette pour 240 millions $

L’un des plus importants éditeurs indépendants américains vient définitivement de passer dans le giron de hachette Book Group. Workman Publishing a été acquis pour 240 millions $, suite à l’obtention des approbations réglementaires. Une « opportunité extrêmement bénéfique pour les deux entreprises », souligne Michael Pietsch, PDG de la filiale américaine de Hachette Livre. 

24/09/2021, 09:15

ActuaLitté

Des romans adaptés pour adultes dyslexiques lancés en Angleterre

Des livres adaptés à la dyslexie, ça existe. C’est en tout cas ce que prouve Alistair Sims, fondateur de BOTH Press, basée à Somerset, au sud de l'Angleterre, qui vient de publier huit livres adaptés à la dyslexie. Pour ce faire, il a lancé une campagne Kickstarter où il a réussi à récolter 6300 £ plus tôt en 2021. Ces premières adaptations, désormais disponibles, incluent notamment des œuvres de l’auteur de fantasy/science-fiction, Adrian Tchaikovsky, ou une offre classique, L’homme qui voulut être roi, de Rudyard Kipling.

24/09/2021, 07:55

ActuaLitté

Julien Peyrafitte devient directeur commercial France de Fnac Darty

Le groupe Fnac Darty annonce la nomination de Julien Peyrafitte au poste de Directeur commercial France. Il a pris ses nouvelles fonctions le 23 août 2021 et a intégré le comité exécutif de Fnac Darty. Il succède ainsi à Benoit Jaubert. 

23/09/2021, 16:34

ActuaLitté

Une Bibliothèque Haruki Murakami inaugurée à Tokyo

Les lecteurs japonais fidèles du plus célèbre des écrivains japonais contemporains, Haruki Murakami, l'attendaient avec impatience : une bibliothèque entièrement consacrée à l’œuvre de l’auteur de Kafka sur le rivage (trad. Corinne Atlan) ouvrira ses portes au public ce 1er octobre. Les aficionados de l’écrivain, comme les passionnés de littérature, pourront notamment y découvrir les archives littéraires de l’auteur, comme une réplique du bureau de l’écrivain, ou encore un studio de radio.

 

23/09/2021, 15:49

ActuaLitté

De l’intime à l'extime : Henri-Frédéric Amiel, défricheur de l'inconscient

Dès lundi 27 septembre, 200 ans jour pour jour après la naissance d’Henri-Frédéric Amiel (1821-1881), la Bibliothèque de Genève publie un podcast exclusif et raconte l’histoire du journal intime. Une histoire en 5 épisodes consacrée à cette figure genevoise, professeur de littérature et de philosophie, pionnier de l’écriture intime et l’un des premiers à utiliser la notion d’inconscient. Un podcast à savourer chaque mois jusqu’en décembre 2021.

23/09/2021, 15:47

ActuaLitté

Bolloré : garder le meilleur d'Editis et Hachette pour créer un nouveau groupe ?

L’annonce d’une OPA de Vivendi sur Lagardère a déchaîné un vent de folie : le démantèlement du groupe d’Arnaud, déjà dénoncé par Arnaud Nourry, la fin de l’identité Hachette, la concentration… Et les analyses dans la presse se suivent, toujours avec des perspectives alarmistes. Mais si, hypothèse de travail, Vincent Bolloré n’avait pas en tête de faire engloutir Hachette par Editis ? Mais au contraire, de produire une entité tierce ?

23/09/2021, 14:52

ActuaLitté

Panisperna 200 : une nouvelle librairie indépendante à Rome

Une nouvelle librairie indépendante ouvre ses portes dans la Via Panisperna à Rome, dans le quartier Monti. À cette occasion, le groupe Librerie scatenate a été créé, comprenant sept entreprises à Milan, Rome, Gênes, Procida, Camogli et Ventotene.

23/09/2021, 11:56

ActuaLitté

Pour que savoir lire rime avec aimer lire: Tilt !, une nouvelle collection chez Milan

À 8 ans, les fondamentaux de l’apprentissage de la lecture sont acquis mais « savoir lire » ne rime pas toujours avec « aimer lire », relève la maison d'édition. En effet, c’est à cet âge que se produit le déclic de la lecture, celui qui amène le plaisir de lire... pour toute la vie ! La nouvelle collection Tilt ! ambitionne d’alimenter l’amour de la lecture grâce à de nouveaux romans.

23/09/2021, 11:13

ActuaLitté

Pour une littérature belge à dimension internationale

Du 1er novembre au 6 décembre 2021, la diversité du livre francophone de Belgique sera célébrée à travers une grande opération de promotion intitulée « Lisez-vous le belge ? ». L’objectif ? Faire (re)découvrir au grand public, toute génération confondue, un panel varié de genres littéraires : du roman à la poésie, de l’essai à la bande dessinée, des albums jeunesse au théâtre.

23/09/2021, 08:49

ActuaLitté

Du nouveau pour la rentrée chez Tohu Bohu

TohuBohu éditions qui était diffusé par Médias-Diffusion et distribué par MDS depuis 2016 sera diffusé et distribué par Harmonia Mundi Livres à compter du 1er janvier 2022.

23/09/2021, 08:07

ActuaLitté

Sirotez du vin en lisant un livre : un bar-librairie unique

Les visiteurs du Leopold's Books Bar Caffè peuvent se demander s’ils sont entrés dans une librairie ou un bar. Pas besoin de se poser la question, les deux mon capitaine. Ce concept hybride, créé récemment et situé près de l’Université du Wisconsin-Madison aux États-Unis, est un lieu idéal pour ceux qui aiment s’installer pour lire une fiction servie avec un verre. Une boutique concept, mi-librairie-mi bar, pour passer un moment gai, et socialiser autour d’une passion commune : la littérature.

23/09/2021, 07:39

ActuaLitté

2022 : le budget de la Culture a fixé à 4,083 milliards €, “effort historique"

Dans un communiqué de presse, Roselyne Bachelot indique que l’année 2022 sera faste pour son ministère : après les 3,805 milliards € de 2021, une hausse est prévue, traduisant « un effort historique de l’État en faveur des politiques culturelles ». Avec 40,83 milliards € (hors audiovisuel public), cette hausse de 15 % représente 507 millions € de mieux qu’au début du quinquennat d’Emmanuel Macron.

22/09/2021, 17:51

ActuaLitté

Wolverine, Star-Lord et Veuve noire ont leur podcast chez Apple

DC Comics avait choisi Spotify, logiquement Marvel a opté pour Apple : dans la guerre des podcasts qui se déroule dans nos oreilles ébahies, la Maison des Idées avance ses pions. Le service Apple Podcast diffuse, sur abonnement, une série d’émissions originales, scénarisées ou non, puisant dans la liste des personnages de Marvel. 

22/09/2021, 12:58

ActuaLitté

Littérature jeunesse : des oeuvres à “prendre au sérieux”

La créatrice de Charlie et Lola, Lauren Child, appelle à un changement d’attitude envers les livres pour enfants. Et pour ce faire, l’ancienne lauréate des enfants lancera ce soir son manifeste. Le message principal : non, la création à destination des enfants n’est pas de moindre importance par rapport à la littérature dite « adulte ». Les livres pour enfants doivent être pris au sérieux, et ceux qui les lisent tout autant.

 

22/09/2021, 12:01

ActuaLitté

Feltrinelli : promouvoir la petite édition en librairie

20 petits et moyens éditeurs seront mis en avant dans les librairies LaFeltrinelli pendant plus d'un mois afin de promouvoir la bibliodiversité. Une initiative intéressante, en faveur de la diversité éditoriale et de la « pluralité des voix et des histoires ».

22/09/2021, 11:42

ActuaLitté

Le label Print Ethic poursuit son essor dans les industries graphiques

Initié à l’automne 2018 par l’Union Nationale des Industries de l’Impression et de la Communication (UNIIC), et géré par Institut de Développement et d’Expertise du Plurimédia (l’IDEP), le label Print Ethic est le label RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) de la branche des industries graphiques. Aujourd’hui, l’IDEP affirme que 16 entreprises ont été labellisées, dont 5 en 2021. 40 imprimeries se sont déjà engagées dans le processus de labellisation, toujours selon l’institut. Une volonté affichée des entreprises de la branche à s’engager dans une démarche responsable et éthique.

22/09/2021, 11:24

ActuaLitté

Marie-Madeleine Rigopoulos, directrice artistique du Festival du Livre du SNE

Secret de polichinelle depuis quelques jours, la direction artistique du nouvel événement qu'organisera le SNE a été confiée à Marie-Madeleine Rigopoulos. Elle quitte donc Nancy et Le livre sur la place, qu'elle dirigeait depuis trois ans, pour une nouvelle aventure parisienne. 

22/09/2021, 10:00

ActuaLitté

Le Centre national du livre vise la Diffusion avec Marie Ameller

La présidente du CNL l’avait assuré à plusieurs reprises : le secteur de la Diffusion, qui échappait quelque peu à l’établissement, fera l’objet d’une attention toute particulière. La première étape fut le lancement d’une étude portant sur la situation des acteurs indépendants du marché, et leurs besoins. Nouvelle marche : la nomination de Marie Ameller, qui prend le poste de cheffe de la diffusion au Centre. 

22/09/2021, 09:52

ActuaLitté

Zep s'intéresse à Jesus, sa vie, son oeuvre en 20 épisodes...

Depuis quelques jours, la RTS, Radio Télévision Suisse, propose une série, également diffusée sur Couleur 3, réalisée par le dessinateur Zep et le réalisateur Gary Grenier. La vie de J.C. est une série plutôt dans la veine de ce que les Monty Python avaient produit avec La vie de Brian. Des aventures farfelues, à l’image de la lecture qu’on pourrait avoir de la Bible, avec un petit prisme amusé…

 

22/09/2021, 09:34

ActuaLitté

L’Atteinte rejoint le distributeur Serendip et Paon Diffusion

La maison d’édition L’Atteinte rejoint le distributeur Serendip et Paon Diffusion à compter du 1er octobre 2021, apprend-on de l'éditeur. Créée en 2017, la structure cherche à défendre une création littéraire contemporaine au style affirmé. 

22/09/2021, 07:59

ActuaLitté

Clément Ribes quitte Christian Bourgois éditeur

Dans un communiqué, Christian Bourgois éditeur annonce le prochain départ de Clément Ribes après un peu plus de deux années de collaboration. 

21/09/2021, 18:03

ActuaLitté

Le rapprochement Editis/ Hachette Livre préoccupe les libraires

Voilà une petite semaine, le groupe Vivendi annonçait une OPA sur le groupe Lagardère, en officialisation le rachat des parts d’Ambert Capital. Pour l’industrie du livre, le cœur de ce rapprochement capitalistique se concentre sur Editis et Hachette Livre. La prise de contrôle, espérée, fait réagir le Syndicat de la librairie française — alors qu’étonnamment, le Syndicat national de l’édition est resté silencieux…

21/09/2021, 17:52

ActuaLitté

La librairie Stendhal de Rome ouvre la cage aux oiseaux

Les oiseaux encagés ne peuvent que nous attrister, mais quand il s’agit de beaux dessins pleins de poésie, on ne peut qu’en profiter. Les artistes illustrateurs Caroline Chaix et Régis Lejonc ont exposé, trois jours durant, à la Librairie française de Rome, leurs oiseaux déssinés et découpés. Un travail, fruit de leur résidence à la Villa Médicis qui dura deux semaines, pour le plus grand plaisir des habitués de la Librairie Stendhal, mais également des curieux.  

21/09/2021, 15:46

ActuaLitté

Ventes : démarrage colossal du livre de Zemmour avec plus de 80.000 exemplaires

INFO ACTUALITTÉ - Depuis sa mise en vente le 15 septembre, dans des conditions plus que rocambolesques, le livre d’Éric Zemmour fait jaser — qu’il s’agisse de petites coquilles ou de citations introuvables. Mais toute l’édition redoutait le coup de bambou de la première semaine de commercialisation. 200.000 exemplaires imprimés, 150.000 mis en place… Le lancement  était explosif pour La France n'a pas dit son dernier mot.

21/09/2021, 15:00

ActuaLitté

Une librairie japonaise lutte contre les discriminations sociales

Dans un pays très normé et « socialement correct » comme le Japon, une librairie prend position contre les a priori sociaux. Une librairie de Kyoto a en effet décidé de mettre en place un coin de titres sur l’eugénisme et l’histoire du bien-être social. La raison : un célèbre youtubeur japonais, DaiGo, s’est permis de dénigrer la vie des sans-abri et d'autres personnes bénéficiant d'une assistance sociale sur la célèbre plateforme américaine.

21/09/2021, 11:38

ActuaLitté

Brésil : le réseau de lecteurs Skoob racheté par Americanas

Le plus grand réseau de lecteurs du Brésil vient de passer dans les mains de la société de distribution Americanas. Disposant de chaînes de magasins à travers tout le territoire, créée en 1929, la société a plus que pignon sur rue. Et désormais, dispose d’un outil de vente de livres colossal : 8 millions d’utilisateurs.

21/09/2021, 11:07

ActuaLitté

Petits arrangements du jury dans la sélection du Prix Goncourt 2021

Ce 7 septembre, l’Académie Goncourt levait le voile sur les ouvrages retenus pour l’édition 2021 de son prix. Considérant que le dernier lauréat, Hervé Le Tellier a vendu plus d’un million d’exemplaires de son livre lauréat de 2020, les attentes sont grandes. Mais la présence de François Noudelmann dans la sélection, pour son premier roman, pose quelques épineux problèmes éthiques. Voire moraux ?

21/09/2021, 09:24

ActuaLitté

TikTok fait vendre des livres 

Entre le marketing et la communication, quel espace reste-t-il pour les livres ? Une conférence organisée par le Bookseller laisse entendre que les ventes de ces derniers mois en jeunesse ont été largement dans le vert. Une croissance de 11 %, tirée par les albums, la non fiction… Et dans le même temps, le segment Young Adult explose avec 61 % de mieux… grâce à TikTok ?

20/09/2021, 18:00

ActuaLitté

Livre : la Région Île-de-France débloque 260.000 € de subventions

Ce 22 septembre, 7 rapports du secteur culture (FoRTE, cinéma, éducation artistique et culturelle, livre, arts plastiques, patrimoine, etc.) seront soumis au vote de la Commission permanente de la Région Île-de-France, présidée par Valérie Pécresse. Parmi ces documents, le secteur du livre devrait bénéficier de 261.866 € d’aides, sous la forme de subventions.

20/09/2021, 16:48

ActuaLitté

L'introuvable citation qu'Éric Zemmour prête à Huntington dans son livre

Selon les premières données, qui restent à confirmer, on approcherait des 60.000 ventes pour le dernier livre d’Éric Zemmour. Épinglé pour une faute d’orthographe dès la première ligne, l’auteur se fait également rattraper pour une citation qui pose quelques interrogations. Le professeur de science politique Samuel P. Huntington, se retrouve en effet dans La France n’a pas dit son dernier mot. Mais nul ne retrouve l’existence de ce passage.  

20/09/2021, 16:43