Cet été-là, Jillian Tamaki & Mariko Tamaki


Cet été-làPrésentation de l’éditeur :

Rose et Windy se connaissent depuis l’enfance. Elles se retrouvent chaque été au lac Awago où leurs familles louent des cottages. Cet été là, elles ont 13 ans et 11 ans et demi, passent leurs journées à se baigner, à faire des barbecues en famille et regardent des films d’horreur en cachette. Mais surtout, elles partagent les mille questions de l’entrée dans l’adolescence. Une étroite différence d’âge, suffisante à cet étape charnière pour que leurs préoccupations diffèrent : Rose suit avec beaucoup d’intérêt les démêlés d’un groupe d’ados plus âgés, Windy aime encore jouer. Chacune d’elle se débat en parallèle avec ses problématiques familiales. Une plongée toujours fine et juste dans l’adolescence.

 

Ce qui se passe pendant les étés adolescents reste gravé à jamais. Dans ce très bel album, tout en langueur, en douceur, en légèreté et en profondeur aussi, deux attachantes héroïnes à la croisée des âges et des chemins composent comme elles le peuvent avec ce qui leur arrive. On les accompagne avec délice le temps d’un été en pente douce.

 

L’ambiance estivale est palpable jusque dans le rythme du récit, et ce roman graphique réveille chez le lecteur les parfums et les souvenirs de ses propres vacances au bord de l’eau – et peu importe qu’elles se soient déroulées loin d’Awago.

 

Un objet d’une grande justesse et d’une belle sensibilité ; des pages pleines d’émotion à lire, de préférence, au cœur de l’été.

 

traduit de l’anglais par Fanny Soubiran

Editions Rue de Sèvres, 2014, 320 pages, 20 €
tamaki tamaki2 This-One-Summer-bandeau-780x290 This-One-Summer-181



La disparition du monde réel, Marc Molk


disparition du monde reel.inddPrésentation de l’éditeur :

Dans un grand mas provençal, une bande d’amis passe un nouvel été. Les vacances se terminent, la quarantaine est là, l’amitié tire sur la corde. Malgré l’humour et l’ivresse, le désenchantement gagne. Comment échapper à la tristesse des choses auxquelles on ne croit plus ? L’amertume fait-elle de nous des orphelins ?

Sous la familiarité estivale pointent cauchemars et bad trips : quand les peurs et les fantasmes prennent le dessus, voilent les évidences et font vaciller le simple sentiment de réalité.

 

En séquences très courtes, flashs ou instantanés, Marc Molk esquisse un roman du désenchantement, qui se lit d’une traite. Bien avant la fin des vacances, il flotte cette mélancolie de septembre approchant, quand les jours qui déjà raccourcissent indiquent qu’il est temps de refermer la parenthèse estivale.



J’ai passé l’âge de la colo !, Sophie Adriansen


En 1997, Sybillle s’apprête à nouveau à partir en colo, et du haut de ses 14 ans, elle se dit que ce n’est plus pour elle ! Elle a déjà donné, elle voudrait passer son tour. Oui mais voilà, ses parents ne lui ont pas demandé son avis.

.

Alors, à contrecœur, elle se poste en observatrice. Le moment du départ c’est ce qu’elle déteste le plus. Les filles cool, les garçons turbulents… comment faire sa place au milieu de jeunes qui semblent si sûrs d’eux ? Le temps des colonies c’est le temps où les jeunes tentent de s’apprivoiser, de tester leurs limites. Dans les années quatre-vingt-dix c’était déjà le cas et l’aventure de Sybille est intemporelle. On se boude, on se scrute et puis… parfois c’est le déclic ! Comment faire pour que ces vacances se transforment en de merveilleux souvenirs ?

.

Un roman entraînant dédié aux 9/13 ans qui rappellera, avec nostalgie, les aventures des colons de tous âges et qui donnera l’envie de découvrir cet univers aux plus réfractaires.

Editions Volpilière, novembre 2012, 108 pages, 9 €

à partir de 9 ans



Sélection été 2012


 

[Best of 1er semestre 2012]

 

Cet été, glissez dans vos bagages ces livres parus depuis le début de l’année et à côté desquels vous êtes peut-être passés…

De petits opus (sélection court-courrier) en gros pavés (sélection long-courrier) et en passant par des ouvrages de taille intermédiaire (sélection moyen-courrier), vous avez l’embarras du choix avec ces quelque 18 romans !

 

Cliquez sur les titres pour voir les chroniques complètes

 

 

Toutes les destinations, toutes les embarcations, toutes les occasions sont bonnes pour lire.

Bel été à tous.



On souffle !


Cet été, soyons légers


Oui, été rime aussi avec légèreté. Celle dont il s’agit ici ne concerne pas nécessairement le contenu des romans, mais, plus prosaïquement, leur format – poche ou poids plume.

Pour la peine, il y a deux fois plus de titres dans cette sélection que dans la précédente. Ben oui, parce que les petits bouquins, ça se lit plus vite !

.

.

Indice de protection 15

Des romans courts, mais pas trop quand même



Sous les pavés, la plage


(Bien sûr, ça marche aussi avec l’herbe, le bitume, la roche, et même la neige, pourquoi pas, du moment que vous êtes en vacances.)

 

Si pour vous repos rime avec bouquins costauds, vous trouverez votre bonheur dans cette sélection de gros pavés. 10 livres, classés ici par nombre de pages