United colors of summer


cabines

Ils sont sortis ces derniers mois, vous êtes passés à côté pour une raison ou une autre (forcément excellente)…

.

Les voici récapitulés ici.

.

20 livres que l’été va vous permettre de découvrir.

.

Classés par couleur (je suis synesthète).

 

.

.

BLEU

BleuUne illusion passagère, Dermot Bolger« Toute relation atteint un stade où les choses sont allées trop loin pour s’arranger. »

Editions Joëlle Losfeld, 2013, 136 pages, 15,90 €

 

La nièce de Fellini, Gilles Verdiani« Personne ne sait comment la postérité choisit parmi les défunts ceux qu’elle aimera. »

Editions Ecriture, mars 2014, 180 pages, 16,95 € 

 

Nous étions une histoire, Olivia Elkaim : « Qu’est-ce qui t’oblige à aimer ton fils ? »

Stock, février 2014, 256 pages, 18,50 €

 

Conception, Ariane Zarmanti« Ton père, tu veux vraiment que je te dise, je l’ai trouvé dans le journal. »

Editions Omniscience, mars 2014, 192 pages, 17,90 €

 

 

ORANGE

Orange.Les cyprès de Patmos, Antoine Silber« Patmos n’est pas une île, mais un rêve d’île. »

Editions Arléa, février 2014, 128 pages, 17 €

 

Nouvelles du couple, collectif : « Je nous voulais, tous deux, et personne d’autre. »

Editions France Empire, mars 2014, 142 pages, 15 €

 

Happé par Sempé, Christophe Carlier : « Sempé était venu à mon secours. Il m’avait distrait de la platitude des choses. »

Serge Safran éditeur, octobre 2013, 76 pages, 7 €

 

Come prima, Alfred : « Je savais pas vers quoi j’allais, mais je savais déjà que je voulais pas rater ça. »

Editions Delcourt, octobre 2013, 224 pages, 25,50 euros

 

ROSE

RoseAu début, François Bégaudeau : « Certains fondent une famille pour racheter la leur. »

Alma éditeur, 2012, 216 pages, 18 €

 

La blancheur qu’on croyait éternelle, Virginie Carton« Lorsque le présent ne propose rien, que l’avenir est incertain, on est parfois tenté de retrouver ce qu’on a bien connu, de revenir là d’où l’on vient. »

Editions Stock, mars 2014, 224 pages, 18 €

 

Les fidélités, Diane Brasseur« J’ai une double vie depuis un an. »

Allary Editions, janvier 2014, 176 pages, 16,90 €

 

Grace Kelly, le roman d’une légende, Sophie Adriansen : « Il suffit d’aller voir derrière le conte de fées pour s’apercevoir que la femme aura tenu des rôles bien différents de ceux que l’on aime à s’imaginer. » 

Editions Premium, 24 janvier 2014, 256 pages + cahier photos 8 pages, 18,90 €

 

VERT

VertLa vie privée, Olivier Steiner« Sa façon de me regarder est déjà une pénétration. »

Gallimard, L’Arpenteur, mars 2014, 148 pages, 13,90 euros

 

Le silence des rails, Franck Balandier : « Ceux qui possèdent les armes ont toujours raison. »

Flammarion, février 2014, 220 pages, 12 €

 

Mon amie américaine, Michèle Halberstadt : « Je ne savais pas que je pouvais fabriquer autant de larmes. »

Albin Michel, janvier 2014, 192 pages, 16 euros

 

Bois sans soif, François Perrin : « Un bar ne constitue ni plus ni moins que la chambre dont on ne dispose pas chez soi. »

Editions rue fromentin, janvier 2014, 140 pages, 16 euros

 

JAUNE

JauneLe saut du requin, Romain Monnery : « Ils avaient couché le premier soir. Elle s’était dit « Soyons fous », il avait trouvé ça normal. »

Au Diable Vauvert, janvier 2014, 272 pages, 17 euros

 

Dossier océan, Claudine Aubrun : « J’étais à la limite. A la limite du défendu mais à la limite tout de même. »

Le Rouergue, février 2014, 107 pages, 9,70 euros

 

Germain dans le métro, Vincent Maston : « Pour calmer mes nerfs, j’applique la seule technique de relaxation que je connaisse. Par petits coups discrets, je fais trébucher les passagers importuns.

JCLattès, février 2014, 304, 17 euros

 

Drôles de familles !, Sophie Adriansen & Claudine Aubrun : « Vivre comme des Peaux-Rouges, c’est ce que propose le Camp du Totem d’or.»

Nathan, L’énigme des vacances, avril 2014, 194 pages, 7,99 €

 

 

 Bon été de lectures !

chaises - Copie

 



Drôles de familles !, Sophie Adriansen & Claudine Aubrun


Droles de familles_couvL’Enigme des vacances est une collection qui fait carton plein auprès des enfants (et de leurs parents) depuis plus de dix ans.

 

J’ai écrit un roman, Le souffle de l’ange, paru sous ses couleurs en 2013.

 

En 2014, voici Drôles de familles !, premier hors-série de cette collection. Claudine Aubrun et moi avons imaginé les péripéties de sept étonnantes familles à travers les âges. Sept familles, sept époques, et sept aventures : fêter Halloween à la préhistoire, passer des vacances dans un camping où l’on vit à la mode des Indiens d’Amérique, trouver de vrais aliments pour le réveillon lorsqu’on vit dans le futur et dans l’espace…

 

De l’humour et du suspense, des exercices pour avancer dans la lecture et réviser son programme de l’année, selon le principe de la collection, mais aussi, en nouveautés, des grands jeux et des pages d’activités pour impressionner les parents. Car il s’agit d’un hors-série « spécial jeux » plein de surprises !

 

Une famille préhistorique fête Halloween, une famille du Moyen Âge convertie au végétarisme, une famille royale prête à tout pour remporter la fève de la galette des rois, une famille pirate en vacances à la neige, une famille vampire à une soirée pyjama, une famille de nos jours qui choisit une formule de camping originale, une famille du futur en recherche de vrais aliments pour son réveillon. Prenez 7 familles, 7 époques, secouez le tout… et vous obtiendrez de drôles d’histoires…

 

Editions Nathan, collection L’énigme des vacances

du CM2 à la 6ème (10-11 ans)

avril 2014

194 pages

7,99 €

http://www.lenigme.com/

 

Enigme_familleEnigme_histoiresEnigme_jeuxEnigme_activité

 

 



Grace Kelly – D’Hollywood à Monaco, le roman d’une légende, Sophie Adriansen


Grace Kelly_roman légende_Adriansen_ptDans quelques semaines sortira sur les écrans le film d’Olivier Dahan consacré à l’année 1962 de la princesse Grace de Monaco. Un biopic qui fait parler de lui depuis de longs mois et est au cœur de polémiques mêlant le réalisateur, les producteurs, le Rocher…

 

Ce n’est pas à la seule année 1962 (le rock’n’roll venait d’ouvrir ses ailes) que je me suis intéressée, mais à toute la vie de cette princesse née Grace Kelly à Philadelphie en 1929, dans cette biographie qui paraît aujourd’hui aux éditions Premium.

 

Écrire sur Grace Kelly, c’est s’attaquer à un iceberg. Pour la glace, bien sûr, cette froideur, cette distance pudique qui ont fait son succès à Hollywood puis son mystère à Monaco.
Pour sa superbe étincelante, son apparente dureté toute germanique, son énigmatique beauté et son puritanisme de façade. Mais surtout pour son caractère inattingible, abrupt, vertigineux.

Écrire sur Grace Kelly, c’est aborder par sa partie émergée une figure publique qui s’est tant de fois exprimée, a enregistré tant d’interviews, posé pour tant de photos qu’on croit tout en savoir…

Écrire sur Grace Kelly, c’est s’attaquer à un iceberg, mais c’est se préparer à voir fondre la glace… C’est dépasser les sourires pour essayer de cerner les tourments intérieurs. C’est « essayer d’envelopper de la fumée dans du papier. » Car Grace Kelly est une icône et son destin est une légende… J’en ai fait un roman.

 

Quatrième de couverture :

KELLY tumblr_mlmei11hJQ1r9fd2wo1_500Fille de millionnaire, comédienne obstinée, reine du cinéma, éternelle amoureuse, mélancolique chronique, mère accomplie et princesse au grand cœur, Grace Kelly est une icône et son destin est une légende, celle d’une reine d’Hollywood devenue souveraine après avoir trouvé son prince charmant.

Elle a passé tant de temps dans la lumière qu’on croit connaître d’elle le moindre secret. Mais les images ne disent pas tout. Grace Kelly a tout au long de son existence incarné un idéal qui n’était qu’un trompe-l’œil.

 

Voici une plongée dans les profondeurs floues du protocole monégasque et des plateaux hollywoodiens, une invitation à découvrir l’envers de tous les décors d’une vie passée devant les objectifs et mise en scène sur pellicule.

Grace Kelly est un iceberg dont la légende s’écrit comme un roman. Ce portrait, brossé d’une plume remarquable, ressuscite la femme et fait fondre la glace.

 

Editions Premium, 24 janvier 2014, 256 pages + cahier photos 8 pages, 18,90 €

GRACE KELLY Adriansen Couverture complete



Le Mog, magazine blog de la culture qui vous fait du bien


Le MogLe Mog existe depuis début octobre. C’est un joyeux pèle-mêle de rubriques fort diverses : de la fiction (ou presque), avec les Nouvelles du lundi (un regard décalé sur le quotidien) et les Prêts-à-poster (des courriers un peu timbrés qui font vivre une famille comme les autres… en pire) ; des chroniques autour de la musique (aMuze), du bien être au quotidien (Mogthérapie) et de l’étonnante vie des objets (La vie des choses) ; des découvertes, avec les rubriques Bookclub (qui dépoussière la bibliothèque), Moteur ! (autour du court métrage), Objectif (autour de la photographie), Bulles (autour de la bande dessinée) et le Mog des blogs (pépites du web).

 

Le tout animé par une équipe de choc composée de passionnés spécialistes et multicartes : Marie-Florence Gros, écrivain et parolière, Caroline Vermalle, écrivain, Cyril Delettre, photographe, Jean-Marie Leau, musicien, Noël Esnault, libraire, Michel Roudillon, expert en objets d’art, et moi-même.

 

Si vous ne connaissez pas encore Le Mog, réjouissez-vous : vous tenez là votre cadeau de Noël avant l’heure (en toute impartialité s’entend).

 

Le Mog - CopieLe Mog, c’est un billet chaque jour de la semaine. Pour ne pas manquer ces cinq occasions hebdomadaires de vous faire du bien, souscrivez au Mog : les bonnes nouvelles arriveront directement dans votre boîte à lettre.

Vous ne méritez pas de vous le refuser !

 

http://lemogmag.fr/

La page Facebook du Mog



Mon sourire pour guérir, Sandra Dal-Maso & Sophie Adriansen


La chauve qui souritV2.inddQuatrième de couverture :

« Venez manger chez moi pour ma dernière soirée avant l’hospitalisation. Abstenez-vous si vous ne pouvez pas vous empêcher de pleurer. Considérez que c’est comme si je partais en vacances. »

À 27 ans, Sandra découvre qu’elle a une leucémie aiguë. Malgré les semaines d’isolement en chambre stérile, les chimiothérapies successives, la contrainte du port d’un masque, elle ne se laisse pas abattre, soutenue par ses proches et une équipe médicale admirative de sa bonne humeur.

Sauvée grâce à un donneur de moelle osseuse compatible – un « veilleur de vie » –, elle vit désormais dans un corps qui n’est plus tout à fait le sien.

Avec la simplicité et l’humour qui la caractérisent, Sandra fait le récit de ces quelques années durant lesquelles la maladie s’est invitée dans son quotidien. Son expérience est une leçon de vie.

.

Mars 2012. Je reçois un message de Sandra. Nous étions ensemble en classe de 3ème, à Orléans. Nous n’avons pas eu de nouvelles l’une de l’autre depuis quinze ans. En quelques mots, elle me dit qu’elle a eu une leucémie, reçu une greffe de moelle osseuse, créé une association pour sensibiliser au don de moelle osseuse. A présent, elle aimerait témoigner. C’est pour ça qu’elle me contacte.

Etrange coïncidence. Ce qui m’a poussée à écrire, la toute première fois, est un fait divers, l’histoire d’un jeune homme atteint d’une leucémie, et qui a refusé la greffe qui aurait pu le sauver parce qu’il était témoin de Jéhovah. J’ai suivi l’affaire dans les colonnes du Monde, une affaire en forme de chronique d’une mort annoncée. J’en ai fait une fiction.

 

En ce printemps 2012, vient tout juste de paraître le témoignage de mon oncle, touché par une maladie orpheline. Le recueillir n’a pas été facile, le porter à la publication non plus, le témoignage étant entre temps devenu testament. Autant dire que je ne suis guère motivée à l’idée de replonger dans un témoignage autour de la maladie.

Mais Sandra insiste. Elle propose même de venir me voir à Paris pour que nous en discutions. Je me dis qu’en parler ne m’engage à rien. Et sa motivation me dissuade de renoncer sans avoir au moins échangé avec elle.

 

Par un après-midi ensoleillé, à la terrasse d’une brasserie, Sandra commence à me raconter son histoire mais surtout la façon dont elle a envie de la retracer, et le message qu’elle veut faire passer. Sa détermination m’impressionne. Son enthousiasme me convainc.

Il ne me faut pas plus de quelques minutes pour savoir que je vais accepter de l’aider à l’écrire.

Sophie Adriansen, juillet 2012

.

.

Mon sourire pour guérir, sauvée par un veilleur de vie

préface du Dr Magda Alexis

Editions Max Milo, 160 pages, 16 €

 

(cliquer pour agrandir)

Couv et quatrième

Et pour les Orléanais (mais pas seulement) :

Passion Culture 18.10.13

 

 



Le souffle de l’ange, Sophie Adriansen


Le souffle de l'angeIl y a un an, je découvrais « L’énigme des vacances », cette collection à succès des éditions Nathan, alternative aux traditionnels cahiers de vacances autrement plus amusante. Quoi de mieux, en effet, que de lire pour réviser le programme de l’année avant de passer dans la classe supérieure ?

 

J’ai la joie d’être l’une de deux nouveautés 2013 (et le 36ème titre) de cette collection.

 

Le souffle de l’ange est un roman destiné aux collégiens de 12-13 ans, une aventure qui met en scène Amanda, une adolescente qui passe la fin de l’été chez Mamyta et Papyjo :

« Amanda, en vacances chez ses grands-parents, découvre dans les environs un château à l’abandon. Le bruit court qu’il serait hanté et qu’intérieurun trésor y serait caché. Bravant les menaces d’un homme qui protège jalousement le château, Amanda se lance sur la piste du trésor. C’est sans compter sur sa bonne étoile ou plutôt sur son ange gardien, Maximilien… »

 

Cette histoire d’ange gardien est truffée de questions de français, maths, physique-chimie, SVT, histoire et géographie imaginées par Karine Juillien, enseignante, et complété d’un mémo pour parfaire les révisions. Le tout est illustré par la talentueuse Juliette Fournier.

ill

 

Qui a dit que les révisions des vacances devaient forcément être une corvée ?

 

Editions Nathan, collection L’énigme des vacances

de la 5ème à la 4ème (12-13 ans) 

avril 2013

120 pages

6,99 €

http://www.lenigme.com/



Quand nous serons frère et sœur, Sophie Adriansen


Roulements de tambour. Hasard des calendriers de publication, alors que je suis encore toute à Louis de Funès paraît mon premier roman adulte. Un évènement d’importance donc… pour moi, en tout cas.

Voici ce qu’en dit l’éditeur, les bordelaises éditions Myriapode.

 

« Il n’était tout simplement pas comme elle.

Il ne serait jamais son frère, c’était aussi simple que cela.

On ne pouvait se décréter frère et sœur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu’on avait reçu un bout de papier l’affirmant. »

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n’a jamais connu son père. Par une chaude journée d’avril, elle apprend la mort de celui-ciet découvre dans la foulée qu’il lui a laissé un conséquent héritage. Mais cet argent inespéré est soumis à une condition : elle doit cohabiter un mois avec un frère dont elle ignorait jusqu’à l’existence. Ne se doutant pas qu’elle prend un aller simple pour le début du reste de sa vie, Louisa fait sa valise et débarque à Lougeac, village du centre de la France où elle n’est pas la bienvenue et où les rumeurs vont bon train.

Quand nous serons frère et sœur est une ode à l’échange et à la simplicité qui met en scène l’étonnante rencontre d’une jeune femme enlisée dans son passé, que le mystère de ses origines a rendu méfiante, avec un homme concentré sur le présent, dans un récit servi par une écriture lumineuse.

 

Editions Myriapode, 30 janvier 2013, 220 pages, 18 €

 

L’avis de Grégoire Delacourt :

« Quand nous serons frère et sœur » est un texte très touchant sur l’adoption de soi-même. Sur le thème des retrouvailles improbables, Sophie nous entraîne dans ce lieu confortable où l’on croit se connaître et le bouscule de façon formidable. Un peu comme elle viendrait mettre à sac votre chambre pour vous inviter à en sortir.

 

La République du Centre parle de Louis de Funès mais aussi de Quand nous serons frère et sœur :

[cliquer pour agrandir]



Louis de Funès – Regardez-moi là, vous !, Sophie Adriansen


Pour les fêtes, nous avons eu droit, comme chaque année, à quelques rediffusions de ses films les plus cultes : Les Aventures de Rabbi Jacob, Le Corniaud… Ca n’est pas fini. Car nous célébrons en ce mois de janvier 2013 le trentième anniversaire de la mort de Louis de Funès, qui rendit son dernier soupir le 27 janvier 1983.

 

Je signe pour l’occasion une biographie axée sur trente rencontres importantes dans la vie et la carrière de Louis de Funès – une façon différente de parler d’un homme et d’un acteur sur lequel on pense tout savoir… peut-être à tort.

 

Il y a trente ans, Louis de Funès nous quittait. Trente ans déjà, trente ans seulement.

Le roi du rire conserve une place à part dans nos cœurs : malgré le temps qui passe, il reste un de nos acteurs de légende préférés.

 

Bourvil, Jean Carmet, Michel Galabru, Jean Lefebvre, Daniel Gélin, Jean Gabin, Yves Montand, Jean Marais, Coluche, Pierre Mondy, Michel Serrault, Jean-Claude Brialy, Bernard Blier, Mireille Darc, Mylène Demongeot, Claude Gensac ont été ses inoubliables partenaires à l’écran– et pour certains d’entre eux, de vrais camarades.

Gérard Oury, Georges Lautner, Claude Zidi, Robert Dhéry, Sacha Guitry, Pierre Tchernia, Michel Audiard, Claude Autant-Lara, Edouard Molinaro, Claude Sautet lui ont façonné des rôles mythiques.

Leonor de Funès, sa mère, Jeanne de Maupassant, son épouse, Patrick et Olivier, ses fils, ont été les piliers d’une vie privée qu’il a veillé à protéger au maximum.

 

Dans cette biographie, Sophie Adriansen revisite le parcours de Louis de Funès à travers trente rencontres particulièrement marquantes et propose des lectures étonnantes et inédites de plus de trente films qui nous en disent chacun un peu plus sur l’homme qu’il était.

C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais vu.

C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais lu.

 

Editions Premium, 18 janvier 2013, 304 pages, 16,90 €

Découvrir le sommaire > c’est là.

M’écouter lire un extrait > sur le site MyBoox.

A voir aussi > la folle semaine.

.

On en parle déjà :

    • « Cette biographie par touche a quelque chose du story-board : chaque point de vue est un arrêt sur image, sur une perception particulière. […] Avec cet ouvrage, c’est tout le cinéma français d’après-guerre qui nous ouvre les portes de ses studios et de ses loges. »  (Des galipettes entre les lignes)
    • « Cela se lit comme un roman, par entrées successives où chaque témoignage recueilli nous offre une approche différente de Monsieur De Funès. » (Les lectures de Martine)

.

Bande annonce :



Soirée littérature & métro


Quelle affiche !

.

Anne Cazaubon et ses Textopolitains, Bertrand Guillot pour qui Le métro est un sport collectif, mon fidèle Rodolphe Macia qui nous emmène Au bout de la ligne

.

Le tout dans la belle librairie de la non moins jolie Léa, les Libres Champs, à deux pas du Jardin du Luxembourg.

Quant à moi, je collerai ma signature à côté de celle de Rodolphe et dédicacerai aussi, entre autres, J’ai passé l’âge de la colo !

.

Rendez-vous donc ce jeudi à partir de 18h30, 18 rue le Verrier dans le 6ème arrondissement de Paris (métro 4 Vavin ou 6 Raspail).

.

Pour vos cadeaux, pensez métro !.



J’ai passé l’âge de la colo !, Sophie Adriansen


En 1997, Sybillle s’apprête à nouveau à partir en colo, et du haut de ses 14 ans, elle se dit que ce n’est plus pour elle ! Elle a déjà donné, elle voudrait passer son tour. Oui mais voilà, ses parents ne lui ont pas demandé son avis.

.

Alors, à contrecœur, elle se poste en observatrice. Le moment du départ c’est ce qu’elle déteste le plus. Les filles cool, les garçons turbulents… comment faire sa place au milieu de jeunes qui semblent si sûrs d’eux ? Le temps des colonies c’est le temps où les jeunes tentent de s’apprivoiser, de tester leurs limites. Dans les années quatre-vingt-dix c’était déjà le cas et l’aventure de Sybille est intemporelle. On se boude, on se scrute et puis… parfois c’est le déclic ! Comment faire pour que ces vacances se transforment en de merveilleux souvenirs ?

.

Un roman entraînant dédié aux 9/13 ans qui rappellera, avec nostalgie, les aventures des colons de tous âges et qui donnera l’envie de découvrir cet univers aux plus réfractaires.

Editions Volpilière, novembre 2012, 108 pages, 9 €

à partir de 9 ans