La fortune de Sila, Fabrice Humbert


La fortune de Sila démarre par un prologue très court, mais ô combien efficace : dans le meilleur restaurant parisien, un jeune serveur se fait frapper par un des clients et, dans la salle, personne ne réagit.

.

Cette scène réunit, autour de Sila – le serveur -, tous les protagonistes des 300 pages qui suivent. Il y a là Mark Ruffle, l’Américain violent qui veut faire savoir à tous combien il est fort, accompagné de sa femme et de son jeune fils ; Simon et Matthieu, deux jeunes Français que tout oppose, l’introverti et l’extraverti, le solitaire et celui qui n’est heureux qu’entouré de regards rivés sur lui ; Lev et Elena, un couple de Russes à l’idéalisme en déclin – dont l’idéalisme, plutôt, ne signifie plus la même chose pour chacun d’eux.

Pour tous, cette scène marquera sinon un tournant, une étape. Pour tous, l’argent va jouer un rôle important, faisant au passage d’innombrables dommages collatéraux



Zola Jackson, Gilles Leroy


 

Zola Jackson est une institutrice qui vit seule avec son chien, dans la Louisiane des bayous et des maisons de bois.

Zola Jackson a perdu il y a quelques années son fils unique, tellement brillant, dont elle acceptait difficilement l’homosexualité, ou du moins le compagnon.

Et voilà que l’eau monte, autour de sa maison.

et

Nous sommes en août 2005, l’ouragan s’appelle Katrina.

Les secours finiront par arriver, et avec eux les photographes, et Sean Penn



Remise du Prix Orange du Livre 2010


Jacques Gélat s’est vu remettre hier soir, dans le cadre lumineux et ô combien symbolique du Grand Hall de la Bibliothèque François Mitterrand, le 2ème Prix Orange du Livre – qui avait couronné en 2009 « L’origine de la violence » de Fabrice Humbert – pour son roman « Le traducteur amoureux ».



Le traducteur amoureux, Jacques Gélat


Prix Orange du Livre 2010

Dans ce court roman, un traducteur prend la parole. Que connaît-on, finalement, de ce métier ? Qu’apporte le traducteur à un texte ? Comment retranscrit-il au plus fidèlement les émotions que l’auteur a voulu faire passer dans la version originale ?

 

Le narrateur du « Traducteur amoureux » traduit des ouvrages du japonais. Et, grâce aux petits arrangements qu’il s’autorise, il permet à Mégumi Kobayachi de connaître le succès : son roman « Journées d’automne » est un best-seller en France, Mégumi est conviée à toutes les manifestations.

Comme Mégumi ne parle que peu le français, le narrateur est tranquille : elle ne saura rien