Jeanine, Matthias Picard


Une prostituée prénommée Jeanine, qui a eu mille vies, se confie à son voisin écrivain.

Acte héroïque pendant la Guerre d’Algérie, bonnes et mauvaises fortunes, années de prison, amours variées et  autres déconvenues, tours et détours l’ayant menée à la prostitution, défense de la cause des prostituées…

 

Matthias Picard raconte les épisodes de cette existence rocambolesque dans le désordre – en fait, dans l’ordre où celle qui en est l’héroïne les exhume de sa mémoire – et, écrivant le récit du récit, narre également cette relation particulière qui se tisse entre Jeanine et lui, au fil des aventures bien réelles ou parfois un peu fantasmées de cette inconnue qui se fait ainsi un prénom.



Mémoire vive, Vanessa Caffin


Vanessa Caffin, journaliste, a été remarquée lorsqu’est sorti en 2008 son premier roman « J’aime pas l’amour… ou trop, peut-être. ». Je ne l’ai pas lu, je n’avais donc aucun a priori en démarrant la lecture de « Mémoire vive » dont la quatrième de couverture m’avait aguichée.

Et je n’ai pas été tout de suite emballée : j’ai trouvé ce texte trop gentil, trop facile, j’ai même jugé que cela s’essoufflait presque, jusqu’à ce que…

.

Jusqu’à ce que tout soit remis en question.

Et là, de façon soudaine, ma vision de tout le roman, depuis ses premières phrases, a été chamboulée.

Je n’étais pourtant pas au bout de mes surprises…