Le peuple des tunnels, Astrid Fontaine


Le peuple des tunnelsNul besoin de rappeler ici ma passion pour le métro. Je me suis donc précipitée sur Le peuple des tunnels, un lourd volume (900 grammes !) paru en début d’année.

 

Astrid Fontaine, ethnologue et archéologue de formation, y brosse le portrait de ces hommes et femmes qui ont évolué dans les souterrains parisiens du Nord-Sud, surnom de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris, la compagnie privée qui a construit et exploité trois lignes du métro de Paris entre 1902 et 1931.

 

Son ouvrage est fascinant. Il regorge de documents iconographiques, photos d’époque, illustrations, archives improbables, reproductions de courriers, de papiers d’identités… Cela va de la radiographie du poignet de l’employé qui a eu un accident de travail à la revue de presse du « dossier Paul Nolo », empTunnels 1loyé criminel, en passant par cette consigne illustrée datant de 1939 : « Si vous ne pouvez quitter une zone dangereuse, jetez-vous à plat ventre dans l’angle du tunnel. » [consigne toujours d’actualité, me souffle mon conducteur de métro préféré]

 

Le peuple des tunnels lève le voile sur un univers oublié et fait la démonstration que la grande Histoire n’est que la somme des petites qui la composent.

 

 

Gingko Editeur, janvier 2013, 400 pages, 25 euros

 

Un article sur le site de la RATP, qui a participé à l’édition de l’ouvrage

 

Tunnels 2Tunnels 3



Soirée littérature & métro


Quelle affiche !

.

Anne Cazaubon et ses Textopolitains, Bertrand Guillot pour qui Le métro est un sport collectif, mon fidèle Rodolphe Macia qui nous emmène Au bout de la ligne

.

Le tout dans la belle librairie de la non moins jolie Léa, les Libres Champs, à deux pas du Jardin du Luxembourg.

Quant à moi, je collerai ma signature à côté de celle de Rodolphe et dédicacerai aussi, entre autres, J’ai passé l’âge de la colo !

.

Rendez-vous donc ce jeudi à partir de 18h30, 18 rue le Verrier dans le 6ème arrondissement de Paris (métro 4 Vavin ou 6 Raspail).

.

Pour vos cadeaux, pensez métro !.



Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot


« Le métro, écrit Marc Augé, c’est « la collectivité sans la fête et la solitude sans l’isolement ».

 

Nombre d’observateurs témoigneront volontiers que  le métro est une expérience individuelle. Ils raconteront la froideur, la résignation, ces solitudes barricadées derrière un savant maquillage ou une gueule d’enterrement.

 

Ce n’est pas faux, évidemment. Mais ce serait oublier que ces solitudes sont aux abois. Qu’un grain de sable vienne enrayer la routine, qu’un infime événement survienne, et hop, le métro devient une expérience partagée, chaque échange même muet prend une valeur inestimable. » (page 35)



RER mon amour, Anne-Louise Sautreuil


Passer « un an sur les rails », voilà la méthode qu’a utilisée Anne-Louise Sautreuil pour écrire ce livre. Pendant quatre saisons, à toutes heures et par tous les temps, elle a parcouru les lignes, changé de voiture, s’est arrêtée dans les gares, est montée dans la cabine du conducteur, a suivi les agents en uniforme, a contacté ceux qui laissent des petites annonces liées aux transports en commun (« Homme à la recherche de femmes désireuses de se faire caresser dans les rames du RER aux heures de pointe »).

.

Il en ressort une vaste galerie de portraits de tous ceux qui « font » le RER, des usagers aux musiciens, des contrôleurs aux commerçants des gares, des médiateurs aux SDF – et même une rescapée de l’attentat de Saint-Michel.



Salon Lettre Capitale


Un salon consacré aux livres sur Paris !

Après Paris se livre en haut de la tour Montparnasse, c’est Lettre Capitale qui accueille les auteurs d’ouvrages qui tournent, de près ou d’un peu plus loin, autour de notre belle capitale.

.

Pour cette première édition, Rodolphe Macia et moi serons évidemment présents avec Je vous emmène au bout de la ligne (et mon petit doigt me dit que Six façons de le dire ne sera pas loin).



Le guide de Paris en métro


L’histoire d’amour entre Paris et son métro ne fait plus de doute depuis longtemps. Moi-même, j’en sais quelque chose (voir mon précédent billet).
.

En près de 400 pages, ce guide propose une visite de Paris en suivant les 16 lignes de métro, et en s’arrêtant à la moitié des 300 stations que compte le réseau, plan de quartier et très nombreuses illustrations à l’appui (l’ouvrage est une coédition des Editions du Chêne, de la Mairie de Paris et de la RATP).

.

Il mêle culture et patrimoine, histoire et insolite, adresses secrètes et bonnes tables



Je vous emmène… depuis un an


Cela fait un an qu’est paru Je vous emmène au bout de la ligne. Un an déjà ! Un an seulement !

Retour en images sur cette année pas exactement comme les autres… en attendant la suite !

Image de prévisualisation YouTube

Expométro


Depuis hier et jusqu’au 1er janvier 2012, le Conservatoire National des Arts et Métiers organise une exposition sur le thème du métro : histoire, matériel, objets, simulateur de conduite, poste de commandes centralisées, visite virtuelle, métro de demain et oeuvres des croqueurs du site De lignes en ligne

.

Et parmi les ouvrages présentés à la boutique se trouve évidemment Je vous emmène au bout de la ligne.

.

Point de mots supplémentaires, mais des images pour vous raconter la soirée d’inauguration de cette exposition qui vaut le détour



Paris se livre – 10 & 11 juin 2011


A l’initiative de la mairie du XVème arrondissement de Paris, 56 auteurs seront réunis l’après-midi du vendredi 10 et le samedi 11 juin toute la journée au 56ème étage de la Tour Montparnasse pour le plus haut salon du livre de la capitale

Point commun de tous les ouvrages ? Paris, évidemment.

.

Donc, vous m’y retrouverez avec Rodolphe Macia puisque nous dédicacerons Je vous emmène au bout de la ligne.     See U there ?

.

A noter : nous participerons également à une table ronde intitulée  » Petite histoire des transports parisiens » le vendredi 10 juin de 17h à 18h.

.

Plus d’informations en cliquant ici.



Métropolisson, Janol Apin


 

Le concept de ce livre de photographies en noir et blanc est simple : chaque cliché s’amuse du nom d’une station du métro parisien.

Une grosse centaine y passe, d’Abbesses à Wagram.

Qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture ou que, chacun verra des choses différentes dans ces pages qui prêtent à sourire, à réfléchir, à rire jaune.