Roma, Roberto Di Costanzo


Présentation de l’éditeur :

 

RomaUn voyage tout en rêverie au cœur de l’architecture colossale de Rome.

Tour à tour funambule et promeneur, toujours émerveillé, envolez-vous à travers l’immensité de cette ville aux mille statues. Voyagez avec douceur du Tibre au Colisée, entraînés avec joie aux quatre coins de la cité. Perdez-vous dans la contemplation de ses monuments, au détour de ses ruelles. Envoûté par la poésie de cette balade, prenez-vous à rêver d’attraper une poignée de ballons rouges afin de voler vers votre propre pays imaginaire.

 

 

Dans la Cité éternelle, quelques enfants, quelques ballons, et le vent qui souffle les bulles de savon… Ce joli petit livre ne comporte pas de texte au-delà de sa préface. Les dessins aux traits de Roberto Di Constanza, qui a étudié à l’académie des Beaux-arts de Rome, sont en noir et blanc, seules les bulles aériennes, ballons ou savon, sont égayées d’une touche de couleur.

Tout dans ces pages est fait pour éveiller l’imagination du lecteur, habitué de Rome ou non. La balade charme le lecteur, qui se laisse envoûter par les grandioses monuments comme par les enfants qui jouent les jeunes guides.

 

Cette fresque poétique évoque aussi bien les carnets de croquis, les albums photos d’antan ou les carnets de voyage que le Ballon rouge d’Albert Lamorisse.

Que la magie se répande sur la ville !

 

Editions Nomades, 2012, 64 pages, 14,50 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique jeunesse

La comtesse de Ricotta

 

 

Image de prévisualisation YouTube

La brosse à dents, Polina


La brosse à dentsPrésentation de l’éditeur :

 

« Non mais vraiment, la brosse à dents, c’est quoi finalement ? »

La brosse à dents est un objet du quotidien, bien familier, mais qui pourtant à une tête étrange. La brosse à dents, quand elle ne travaille pas, fait du skate avec son ami The Tube ou fait ses courses comme tout le monde. Mais la brosse à dents, il faut aussi savoir la choisir soigneusement. Et il faut parfois savoir lui dire au revoir quand elle a trop travaillé.

Polina nous livre ici le texte et les illustrations du premier livre de la collection jeunesse Les petits quoi. Un premier livre à la fois tendre et humoristique aux illustrations pétillantes.

 

Brosse à dents_dedans

 

Que sait-on de sa brosse à dents ? Au-delà de son utilité, l’on est ici invité à découvrir, inventer sa personnalité. La brosse à dents, compagne de tous les jours, devient un personnage à part entière. Son utilisation chatouille l’imagination.

Ce livre s’ouvre de plusieurs façons, se lit comme on veut, se complète aussi.

Un curieux livre-objet à déplier pour permettre aux plus petits de mieux appréhender cet objet qui va intégrer leur quotidien pour longtemps.

Haut les poils !

 

Editions Le bleu des étoiles, février 2015, 12 pages en accordéon, 9 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique jeunesse



Scooby-Doo débarque dans la collection L’Énigme des vacances


Scooby Doo Adriansen Monstres animaux CE1 CE2Faut-il encore présenter ici la collection à succès L’Énigme des vacances ? J’ai la joie d’y avoir écrit plusieurs titres :

  • Le souffle de l’ange, paru en 2013, une histoire fantastique avec un ange-gardien
  • Drôles de familles ! , paru en 2014, premier hors-série, contenant sept histoires folles et plein de surprises
  • Drôles d’époques !, paru en ce mois d’avril 2015, nouveau hors-série autour d’une machine à remonter le temps qui s’emballe

 

Viennent désormais s’y ajouter trois ouvrages aux couleurs de Scooby-Doo, le dogue allemand le plus peureux de tous les temps, glouton et apprenti détective aux côtés de Sammy, Fred, Vera et Daphné qui forment la joyeuse bande des Mystères & Associés.

Trois ouvrages que j’ai pris un plaisir fou à écrire !

 

Chaque ouvrage est adapté à un niveau en particulier et compte troisScooby Doo Adriansen Menace fantomes CE2 CM1 aventures adaptées des dessins animés :

 

« L’attaque des monstres animaux » (du CE1 au CE2, 7-8 ans) : 

L’attaque du crabe géant

Les crocomonstres

L’attaque des cigales

 

« La menace des fantômes » (du CE2 au CM1, 8-9 ans) :

La légende d’Alice May

Un fantôme rock n’ roll

Un fantôme à Crystal Cove

 

« Musiques diaboliques » (du CM1 au CM2, 9-10 ans) :

La chanson du mystère

La danse des zombies

L’art des ténèbres

Scooby Doo Adriansen Musiques diaboliques CM1 CM2

 

Ces petits livres sont disponibles dès à présent dans le rayon parascolaire des librairies et grandes surfaces – voire sur leur joli présentoir aux couleurs de la collection. Une super façon d’aborder la prochaine rentrée !

 

Editions Nathan, collection L’Enigme des vacances

avril 2015

96 pages

7,99 €

 

http://www.lenigme.com/



Notre camping-car !, Magali Arnal


notre camping carPrésentation de l’éditeur :

 

Au coin de la rue, l’aventure!

Chouette ! C’est aujourd’hui le grand jour: Papi m’emmène à la mer dans son camping-car, le plus beau de tous les camping-cars! Un camping-car, c’est comme une vraie maison: on peut jouer dedans, dormir dedans, y préparer des pique-niques… Mais papi ne voit pas les choses ainsi: sitôt garé, il faut sortir, partir en promenade, marcher jusqu’à la côte, chercher l’aventure… Je râle. Heureusement, une énorme tempête se lève : vite ! Il faut se réfugier… Devinez où ? Dans notre camping-car bien douillet !

 

 

Camping car 1

.

Le camping-car, c’est « toute une maison rassemblée en une seule pièce ». De la vie qu’on mène à l’intérieur, même quand ça ne dure pas bien longtemps, et de la façon dont on voit le monde autour quand on est à bord, Magali Arnal fait un très joli album. Ses illustrations prennent toute leur force lorsqu’elles se déploient sur des doubles-pages.

 

Un album à (faire) lire aussi aux grands nostalgiques du camion de Barbie et du van Volkswagen en Lego.

 Camping car 2

L’école des loisirs, mars 2015, 36 pages, 12,20 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique jeunesse



Du soleil sur la joue, Marilyn Sachs


Du soleilPrésentation de l’éditeur :

Comment grandit une petite fille entre enfance et adolescence, entre huit et treize ans… en temps de guerre. L’histoire de Nicole est une histoire vraie.

Nicole vit une enfance joyeuse entre sa petite sœur et ses parents, dans la ville d’Aix-les-Bains. En 1939, Nicole n’a pas encore onze ans quand elle voit son père partir à la guerre. Tout commence à changer autour d’elle… Comment Nicole fera-t-elle face aux dangers qui les menacent, elle et les siens ?

 

 

Au seuil de l’adolescence, il s’est trouvé une période où, en dehors des lectures scolaires obligatoires, je ne lisais que des livres se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi eux, Du soleil sur la joue est celui qui m’a le plus marquée.

Le relire vingt ans plus tard, après avoir rencontré des survivants de la guerre et écrit Max et les poissons, est une expérience étonnante, mélange d’inédit et d’immense familiarité.

 

Il y a vingt ans, j’ai été bouleversée par le drame, celui qui termine le roman, rebondissement qui agit comme une justification de la tension qui sous-tend tout le livre. Dans mon souvenir, ce drame était central. Vingt ans plus tard, je (re)découvre que plus qu’un roman du drame, Du soleil sur la joue est un roman d’avant le drame. C’est un roman de la vie heureuse, joyeuse, rieuse en temps de guerre, malgré les privations et les pénuries de nourriture ou de laine. Un roman de la découvert de sa judaïté par les autres – la famille de Nicole Nieman n’est pas pratiquante. Un roman qui dit le quotidien, l’école, les amitiés et les haines fondées sur les points communs ou les différences, la fraternité, les questionnements adolescents, un roman qui raconte la famille qui accueille Nicole et sa petite sœur quand ses parents doivent courir les marchés de la région pour vendre leur marchandise.

 

L’émotion est intacte. Les images n’ont pas changé.

En termes d’orthotypographie cependant, j’ai noté qu’en 1980, on écrivait le substantif juif sans majuscule ; en 2015 – j’ai assez abordé ce point avec les correcteurs de Max et les poissons – l’on met une majuscule lorsque ce même substantif est employé relativement à la Shoah.

 

Ce roman est toujours aussi fort, le langage très daté ajoute à la dimension de témoignage historique, et Nicole reste ce personnage inoubliable qui vit depuis longtemps dans mon souvenir. Sauf que depuis j’ai appris mille choses sur ce qu’elle traverse, j’ai aussi vu Drancy, Auschwitz et Birkenau, le bout de la route, et mon regard à moi a changé, grandi.

Je n’avais pas retenu, cependant, qu’il s’agissait d’une histoire vraie. Cela rend d’autant plus intéressante cette nouvelle lecture.

 

« Tant que les humains peuvent se raccrocher à un espoir,

ils peuvent survivre au pire. » 

 

A partir de 9 ans

Traduit de l’américain par Rose-Marie Vassallo

Castor Poche Flammarion, 1980, 224 pages

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Max et les poissons

Tous les romans jeunesse

.



Drôles d’époques !, Sophie Adriansen & Claudine Aubrun


Couv_droles_epoques_AdriansenIl y a un an paraissait Drôles de familles ! le premier hors-série de la collection à succès L’Enigme des vacances (dans laquelle j’ai aussi écrit Le souffle de l’ange, paru en 2013).

 

Sur le même principe des sept familles, voici Drôles d’époques ! Un service à thé appartenant à la tante Pétula a été dispersé à travers les époques. Sept enfants sont chargés d’en récupérer chacun un élément – les six tasses et la théière – par un mystérieux inventeur, neveu de Pétula, qui les envoie dans des époques éloignées et ne les renverra dans la leur que s’ils obtiennent l’objet attendu.

 

Sept familles, sept époques, et sept aventures : à la cour du Roi Soleil, au trentième siècle, les péripéties se suivent mais ne se ressemblent pas.

 

De l’humour et du suspense, des exercices pour avancer dans la lecture et réviser son programme de l’année, selon le principe de la collection, mais aussi, selon le concept que nous avons imaginé pour ces hors-série, des grands jeux et des pages d’activités pour impressionner les parents. Et toujours plein de surprises !

 

photo 3 (3)Sept enfants venant d’époques différentes se voient investis d’une drôle de mission par un mystérieux personnage : rassembler toutes les pièces d’un service à thé dispersé à travers les siècles.

Pour chacun s’impose un voyage dans le temps : au Moyen Âge, à la cour de Louis XIV, au XIXe siècle, de nos jours ou dans le futur au XXXe siècle.

Tous sont confrontés à des situations étonnantes qui vont les amener à vivre des aventures rocambolesques.

 

 

Editions Nathan, collection L’énigme des vacances

du CM1 au CM2 (9-10 ans)

avril 2015

192 pages

7,99 €

http://www.lenigme.com/

 

photo 1 (1)photo 2 (2)photo 3 (2)photo 1 (2)



Max et les poissons : revue de blogs


revueCela fait aujourd’hui deux mois jour pour jour que Max et les poissons est en librairie. Et depuis deux mois, ce petit roman a vécu de belles choses : articles de presse, chroniques radio, retours de lecteurs enthousiastes, dédicaces animées…

 

Et puis il y a les blogs. Je suis bien placée pour en parler.

Ce sont des billets spontanés et sincères, qui me vont droit au cœur. Et ces billets, depuis deux mois, ils sont nombreux.

 

Je connais certains de leurs auteurs, bien sûr ; la blogosphère est une immense « famille » virtuelle, mais entre les salons et les remises de prix, les soirées en librairie et les pique-niques, les occasions de rencontres ne manquent pas.

Mais la plupart d’entre eux me sont inconnus. Un billet d’un blogueur ou d’une blogueuse inconnu(e) n’a ni moins, ni plus de valeur que celui d’un blogueur ou d’une blogueuse déjà croisé(e), voire ami(e). Un blogueur, une blogueuse n’est jamais obligé(e) de donner son avis sur un livre. Je suis bien placée pour en parler (bis).

 

Ce billet-ci a pour but de vous remercier tous et chacun, blogueurs et blogueuses, qui avez évoqué mon jeune héros dans cette chambre à soi immatérielle mais ô combien précieuse, intime mais ouverte au monde, qu’est le blog.

 

Florilège de liens (selon un ordre vaguement chronologique / liste non exhaustive) :

 

Mya’s books http://mya.books.over-blog.com/article-max-et-les-poissons-125461515.html

Nouveautés jeunesse http://www.nouveautes-jeunesse.com/2015/01/max-et-les-poissons-sophie-adriansen-nathan-2015.html

Onirik http://www.onirik.net/Max-et-les-poissons-Avis

Entre les pages https://entrelespages.wordpress.com/2015/02/05/max-et-les-poissons/

A bride abattue  http://abrideabattue.blogspot.fr/2015/02/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen.html

Books bunny http://www.books-bunny.fr/products/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen-litterature-jeunesse/

Calypso http://ocalypso.canalblog.com/archives/2015/02/09/31492180.html

La bibliothèque de Mia http://hibiscus971.eklablog.com/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen-a114628582

Les chroniques de Madoka http://leschroniquesdemadoka.over-blog.com/article-max-et-les-poissons-roman-jeunesse-125521073.html

Des galipettes entre les lignes http://www.desgalipettesentreleslignes.fr/archives/2015/02/13/31485119.html

La galerie littéraire http://www.lagalerielitteraire.com/#!Max-et-les-poissons-Sophie-Adriansen-Chronique/cmbz/9AAF9353-3A37-4941-BD97-0D9BEFD58FE6

Livralire http://www.livralire.org/chronique.php3

Meellylit http://www.meellylit.com/archives/2015/02/20/31567548.html

Cultur’elle http://leschroniquesculturelles.com/2015/02/24/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen/

Enfantipages http://enfantipages.blog.lemonde.fr/2015/02/25/max-et-les-poissons/

L’antre des livres http://antredeslivres.blogspot.com/2015/02/max-et-les-poissons.html

De book à oreille http://debookaoreille.blogspot.fr/2015/02/max-et-les-poissons.html

Lecturissime http://www.lecturissime.com/2015/02/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen.html

Les lectures de Martine http://www.leslecturesdemartine.com/2015/02/max-et-les-poissons.html

L’insatiable Charlotte https://insatiablecharlotte.wordpress.com/2015/02/28/max-et-les-poissons-sophie-adriansen/

Les livres de George Sand https://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2015/02/28/max-et-les-poissons-sophie-adriansen-roman-jeunesse/

Les chroniques de Koryfée https://leschroniquesdekoryfee.wordpress.com/2015/03/02/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen-nathan-coup-de-coeur/

Actualitté https://www.actualitte.com/critiques/max-et-les-poissons-un-enfant-de-juillet-2576.htm

Histoire d’en lire http://www.histoiredenlire.com/20e-siecle/max-et-les-poissons.php

Joan’s kingdom http://joanskingdom.blogspot.fr/2015/03/max-et-les-poissons-de-sophie-andriansen.html

Mille et une frasques http://www.milleetunefrasques.fr/2015/03/max-et-les-poissons-sophie-adriansen/

D’une berge à l’autre http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2015/03/max-et-les-poissons-sophie-adriansen.html

La bibliothèque de Noukette http://aliasnoukette.fr/max-et-les-poissons-sophie-adriansen/

Reggio & twins https://reggiotwins.wordpress.com/2015/03/24/la-gagnante-de-max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen-3/

S’amuser ensemble http://samuserensemble.canalblog.com/archives/2015/03/25/31703075.html

Les petits livres de Lizouzou http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com/archive/2015/03/07/max-et-les-poissons-de-sophie-adriansen-5574765.html

Livre de lire http://livredelire.com/max-et-les-poissons-sophie-adriansen/

 

 

 



Pétrouchka, Claude Clément & Beppe Giacobbe


PetrouchkaPrésentation de l’éditeur :

C’est Mardi gras. Sur la grand-place d’une ville russe, un théâtre de marionnettes s’est installé. Pour faire rire petits et grands, Pétrouchka le pantin de paille saute toujours plus haut. Il espère que la jolie ballerine, qui partage la scène avec lui, le préférera à son rival, l’homme au turban d’or.

Mais les histoires d’amour finissent mal en général…

 

 

 

En quelques jets de mots dansants et tourbillonnants, Claude Clément adapte cette histoire classique du folklore russe, dont Igor Stravinsky a fait un ballet au début du XXème siècle. On retrouve dans ces phrases qui virevoltent les mouvements des danseurs des Ballets russes.

 

« En composant cette musique, j’avais nettement la vision d’un pantin subitement déchaîné qui, par ses cascades d’arpèges diaboliques, exaspère la patience de l’orchestre, lequel, à son tour, lui réplique par des fanfares menaçantes. »

a raconté Stravinsky à Serge de Diaghilev en 1910.

 

C’est une histoire d’art et d’amour, mais surtout une histoire de liberté.

 

« J’adore faire des recherches, comparer les versions plus anciennes avant de concocter la mienne, éplucher les intentions du librettiste et du compositeur, les circonstances de la création du ballet, les innovations des différents chorégraphes, celles des grands danseurs interprètes, tels que Nijinski ou Rudolf Noureev dans Pétrouchka. Je suis même allée jusqu’à lire attentivement le journal intime de Nijinsk, alors qu’il était devenu fou… » raconte Claude Clément en 2015.

 

Nijinsky Photographs and PhotographersLe très grand format des doubles pages laisse éclater les couleurs des fantastiques illustrations de Beppe Giacobbe. Un esthétisme dans lequel le texte trouve très harmonieusement sa place, pour le bonheur des petits mais aussi (surtout ?) des grands lecteurs.

 

Un album splendide.

 

Seuil jeunesse, octobre 2014, 32 pages, 18 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique jeunesse

Toute la rentrée littéraire 2014

.

.

.

Igor Stravinsky avec Vaslav Nijinsky en costume pour Pétrouchka

programme des Ballets russes, juin 1911

.

Petrouchka1

Petrouchka2

Petrouchka3

Petrouchka4



Max et les poissons, Sophie Adriansen


couvertureIl s’appelle Max. Il est bon élève. Il a reçu un prix d’excellence, et un poisson en récompense.

Il a 8 ans. Enfin pas complètement. Il doit les fêter le 16 juillet 1942, mais ce jour-là a lieu un événement bien plus important.

Du Vel’ d’Hiv’ au camp de Drancy, du camp de Drancy à la campagne où il apprend à pêcher, Max traverse la deuxième moitié de la guerre au rythme de son jeune âge.

Avec un poisson comme bonne étoile.

 

Max et les poissons est ma quatrième publication jeunesse, après J’ai passé l’âge de la colo ! (Volpilière), Le souffle de l’ange (Nathan) et Drôles de familles ! (Nathan). Il paraît en librairie ce jeudi 5 février.

Ce Max qui m’est si cher, j’ai hâte que vous le rencontriez.

 

Editions Nathan, février 2015, 96 pages, 5 euros

Illustrations de Tom Haugomat

Voir la présentation sur le site de l’éditeur

 

 

couverture - Copie (5)

Le tout début du livre :

J’ai mon poisson ! Il est rouge, avec un peu de jaune. Ils sont tous rouges ou argent, mais le mien est le seul qui soit tacheté de jaune. C’est ma récompense : à l’école, j’ai reçu un prix d’excellence.

 

Je l’ai appelé Auguste, parce que ses couleurs me rappellent celles du chapiteau du cirque, et que le clown si drôle s’y nommait Auguste. Je le rapporte dans une poche en plastique pleine d’eau. Je le tiens fièrement. Qu’il est beau ! Ces grandes vacances vont être incomparables.

 

P—01 - CopieL’eau se met à faire des petites vagues. Maman serre ma main un peu plus fort. Au bout de la rue passent des Allemands. Ça fait un bruit du tonnerre. Les Allemands, ce sont des gens en uniformes vert foncé qui portent des fusils et ne sourient jamais. Ils marchent souvent tous en même temps et font trembler les rues avec leurs bottes en fer.

 

La guerre, ça fait marcher les Allemands dans les rues et serrer fort les mains des petits garçons.

 .

.

Les premiers retours de lecture sont déjà sur la toile !

L’avis de Mya’s books

L’avis de LivresAdos

L’avis d’Onirik

L’avis d’Entre les pages



La grande histoire d’un petit trait, Serge Bloch


couv-grande-histoire-du-petit-trait-620x788Présentation de l’éditeur :

 

Un enfant en promenade découvre un petit trait de rien du tout qui traîne sur le chemin. Machinalement, il le met dans sa poche, l’oublie… Mais le trait se manifeste : il est vivant ! C’est le début d’une longue aventure commune. Le petit trait grandit avec l’enfant et devient son ami, il prend toutes sortes de formes, traduit la riche palette des émotions. C’est magique ! Et s’il lui en fait voir de toutes les couleurs, boude ou parfois se cache, il l’aide aussi, l’encourage, le sauve, le surprend, le fait rire…

Chaque dessin est ici une petite histoire qui s’insère dans la grande histoire du livre. Ensemble, le dessinateur et son trait font des rencontres, jouent, puis deviennent célèbres en racontant leurs histoires aux autres. Au soir de sa vie, l’homme laisse un petit bout de son trait sur le chemin… pour qu’un enfant, à son tour, le ramasse, et…

 

traitDe la main ou du cerveau, qui dessine ? De l’œuvre ou de l’artiste, qui décide ? L’art est-il intuition ou réflexion ? Voici certaines des pistes sur lesquelles nous emmène ce livre qui met en scène un trait vivant qui part vivre sa vie.

 

En 45 dessins originaux à l’encre, Serge Bloch raconte un destin poétique et universel.

Combien de niveaux de lecture ce bel album contient-il ? Les plus jeunes y verront l’aventure folle d’un petit traLa-folle-histoire-du-trait-serge-bloch-2it qui n’en fait qu’à sa tête, les adultes liront le récit, autobiographique et touchant, d’une vocation, en refermant l’ouvrage les uns auront envie de crayonner, les autres de transmettre…

 

Et comme cet album a remporté l’appel d’offres lancé par le Val de Marne, il sera offert aux quelque 21 000 bébés nés dans l’année dans le département.

Espérons qu’il fasse d’eux autant d’artistes, de poètes, de rêveurs, d’aventuriers de l’existence au moins !

 

A partir de 4 ans

Éditions Sarbacane, octobre 2014, 88 pages, 17 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique jeunesse

Toute la rentrée littéraire 2014

 

Petit-Trait_p28-29

Petit-Trait_p18-19