L’Amour ne rend pas la monnaie, Christophe Esnault


Christophe Esnault est l’un des agitateurs de la revue Dissonances, et l’auteur d’Isabelle à m’en disloquer. Autant dire que littérairement, l’aspect décalé – sur le fond comme sur la forme – le caractérise.

 

Il reste fidèle à lui-même avec L’Amour ne rend pas la monnaie, paru dernièrement chez StoryLab. Un inclassable recueil de 47 textes pas franchement optimistes quant à l’état (amoureux, mais pas que) du monde, écrits comme d’un jet, dans une prose à la Houellebecq, plume trempée dans l’encrier de la misère sexuelle. 

 

La preuve par trois :

 

Lettre de rupture

Un matin, Jacques dépose un mot dans la boîte aux lettres d’Héloïse. Il s’amuse de la tête qu’elle fera quand elle lira ça. Il a passé la nuit à rédiger ces huit pages. Lire de De la rupture de Gabriel Matzneff l’a libéré. Il faut être ignoble, c’est la seule solution. Dans la rue, il se marre tout seul. C’est sûr, elle sera furieuse. La lettre est abominable. Et puis saisi d’un trouble et dans un grand état d’angoisse, il retourne en bas de chez elle. Arrache la boîte aux lettres et récupère l’enveloppe. Il est en train d’acheter des fleurs quand son téléphone sonne.

— C’est Héloïse, il y a un malade qui a pété ma boîte aux lettres.

— Pas de quoi s’affoler. Je peux passer maintenant ?

— Oui.

— À tout de suite mon amour.

 

L’heureuse surprise

Quand elle lui annonce qu’elle est enceinte, il regrette de ne pas s’être suicidé plus tôt car ce suicide-là ne lui convient pas du tout. Avec effusion, elle est couverte de baisers. Il lui souffle à l’oreille Tu es belle. Mais la haine bouillonne. Comment a-t-elle pu lui faire ça ?

 

Si j’étais une fille…

Si j’étais une fille je ne voudrais pas de moi. Il m’est aisé de comprendre pourquoi aucune femme ne veut coucher avec moi. Je suis disgracieux, pour ne pas dire laid. Laid pour ne pas dire hideux. Si l’une d’elles m’acceptait enfin, à un moment ou à un autre, il faudrait que je lui fasse payer le mépris et la répulsion de toutes les autres.

 

Entre désillusion et aigreur amusée, cynisme et folie, cette collection de textes très courts, trop courts souvent, tour à tour féroces et frustrants, peut aussi être vue comme une série de débuts. Au lecteur, donc, d’imaginer la suite…

 

http://www.storylab.fr/Collections/DecaLab/L-Amour-ne-rend-pas-la-monnaie


5 comments on “L’Amour ne rend pas la monnaie, Christophe Esnault

  1. Les extraits que tu cites laissent présager une belle lecture.
    A noter si jamais un jour j’acquiers une liseuses ou un iPad…

    • (comme dirait l’autre, quand on n’a pas de liseuse on peut lire un epub sur l’ordinateur après avoir téléchargé un logiciel permettant de lire ce type de fichier, comme Adobe Digital Edition) ^^

  2. Claire on said:

    L’autre ?

    ; )

  3. L’évocation de Houellebecq me fait craindre le pire pour moi. Ca ne me donne pas du tout envie. De toute façon, le sujet ne m’inspire pas plus ces temps ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>