Le dîner, Herman Koch


 

Présentation de l’éditeur :

Dans un grand restaurant d’Amsterdam, deux couples passent une soirée sous haute tension. Un huis clos étouffant et dérangeant, un roman coup de poing qui dresse un portrait à la fois ridicule et glaçant d’une bourgeoisie prête à renoncer à toutes ses valeurs morales.

.

Succès phénoménal aux Pays-Bas, alliance détonante d’une comédie de mœurs à l’humour ravageur et d’un roman noir à la tension implacable, Le Dîner dresse le portrait de notre société en pleine crise morale.



Lundis nostalgie : LIRE il y a 10 ans


Une vielle pile de numéros de LIRE m’a soufflé l’idée de cette série.

.

Pendant les prochaines semaines, le lundi rimera avec nostalgie. Au programme : deux ou trois choses amusantes extraites d’un numéro du magazine LIRE vieux de dix ans, qui résonnent curieusement aujourd’hui…

.

Je précise que cette série n’est nullement sponsorisée par le magazine en question !

.

Prêt pour un voyage dans le temps ?

Rendez-vous ici la semaine prochaine !



Arthur et moi, Emmanuel Arnaud


Quatrième de couverture :

.

Vous êtes en vacances dans une tour de béton pourrie en Espagne. C’est la Toussaint. Vos parents hésitent entre une soirée paella et le match de foot à la télé. Vous vous ennuyez, comme vous vous ennuyez le reste de l’année au lycée, avec votre copine, avec vos potes. Vous vivez une vie moyennement intéressante, une vie grise.

Alors, vous ouvrez un livre un peu par hasard. Ce livre, ce sont Les Illuminations de Rimbaud. Soudain quelque chose vous arrive. Comme l’explosion d’une météorite, mais à l’intérieur. Un truc d’enfer. Une révélation. Vous regardez autour de vous. Rien n’a changé. Vous avez toujours le livre entre les mains. Brusquement, vous comprenez : la vraie vie est ailleurs.



4 questions à Delphine de Vigan


 

 

  

Auteur notamment des succès No et moi et Les heures souterraines, Delphine de Vigan publie à l’occasion de cette rentrée littéraire 2011 Rien ne s’oppose à la nuit, un roman qui suit les contours de son histoire familiale.

 

.

« Je suis une lectrice irrationnelle, irrégulière, obsessionnelle et lunatique. »



Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan


Après les succès phénoménaux qu’ont été ses précédents ouvrages (Les Heures souterraines, et encore avant No et moi porté à l’écran depuis), Delphine de Vigan pouvait sans doute se permettre à peu près ce qu’elle voulait. L’on annonçait un roman plus personnel, une histoire de famille – attendu avec autant d’impatience que d’incertitude, les meilleurs romanciers n’étant pas toujours doués pour écrire sur ce qui les touchent de trop près.

 

Et voici Rien ne s’oppose à la nuit, un des romans phares de cette rentrée littéraire 2011, ouvrage à la surcouverture aussi sombre que lumineuse, au titre évidemment musical.

 

Présentation de l’éditeur :

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec.



Le musée de la sirène, Cypora Petitjean-Cerf


 

« Dans le restaurant chinois en face de chez moi, il y a un grand aquarium. Truites roses, truites grises, trois crabes aux pinces ficelées, et une petite sirène.

Avant-hier, j’ai plongé le bras dans l’eau. Personne ne m’a vue. J’ai capturé la sirène. »

.

Ainsi commence cet envoûtant roman qui nous plonge dans les aventures d’une femme-poisson et d’une autre femme, celle qui s’en empare…

.

Présentation de l’éditeur

Annabelle est artiste peintre. Un soir, elle pousse la porte d’un restaurant chinois. Elle plonge la main dans le grand aquarium qui décore le lieu, saisit la sirène qui nage parmi les poissons et s’enfuit. Annabelle installe la créature dans sa baignoire.



Concours cinéma Un jour : résultats


Le 29 juillet dernier, je lançais un concours pour tenter de gagner 2x 2 places pour le film « Un jour », adapté du roman éponyme de David Nicholls – un de mes coups de cœur de l’année.

Quelque 130 participations en commentaires du billet « Concours cinéma » et quelque 31 autres en commentaires du billet « Un jour » (il y en a quand même qui savent lire, voilà qui fait plaisir^^) plus tard, le jeu est clos, et les gagnants ont été sélectionnés.



Mon tour de France des blogueurs, Anna Sam


 

Anna Sam, l’ex-caissière la plus célèbre de France, est une bloggeuse de la première heure : son blog est devenu le livre à succès que l’on sait.

Toujours active sur le net, elle est allée rencontrer des bloggeurs et des bloggeuses plus ou moins connus de la blogosphère, et qui s’intéressent à des sujets variés : BD, cuisine, vins, web, rencontres dans le métro, vie professionnelle au féminin…

Histoire de voir ce(ux) qui se cache(nt) derrière les interfaces.

.

Par exemple, saviez-vous qu’à l’origine la créatrice de Papilles & Pupilles, venue du monde de la finance, a créé son blog cuisine en raison des allergies alimentaires de ses enfants (pour que cuisiner « sans » ne soit pas cuisiner « triste » ?)

Ou que le blog Gersicotti ? Gersicotta !, en dépit de sa consonance italienne, parle… du Gers ?



Tête de gondole, Christophe Rioux


« A la voleuse, Anna, j’ai offert l’hypermarché comme Dalì offrait la Méditerranée à Gala, je l’ai abreuvée de Champagne, j’ai vaporisé des nuages de parfum sur son sillage, je l’ai couverte de rivières de bijoux. Et puis nous avons pris le chemin du rayon camping, où se dresse ma tente igloo. »

Et si pour réussir vous acceptiez de vous donner corps et âme à votre entreprise ? Agrégé de lettres démissionnaire, Victor est embauché comme assistant au rayon livres dans un hypermarché. Sous-payé et victime de l’horreur salariale, il se résigne à vivre 24 heures sur 24 sur son lieu de travail. Une nuit, une voleuse malicieuse s’introduit dans l’immense serre climatisée. Elle va mettre en péril ce symbole du capitalisme triomphant et l’ascension fulgurante de Victor. Désormais, travailler tue.



Rentrée littéraire 2011


C’est maintenant ! Demain, très exactement, est la date de l’ouverture officielle.

.

La mienne commence avec :

… soit près de 2% de la production 2011 !

Bientôt les billets…

[et ils seront aussi récapitulés chez Sophie Hérisson qui reprend cette année le challenge 1% rentrée littéraire, auquel j’ai déjà participé l’an dernier]