Mes @mis les bloggeurs #4 : Sophie de ‘Délivrer des livres’


Cette Sophie-là était comme moi jurée du Prix Orange du Livre 2010.

Son blog Délivrer des livres est un joyeux patchwork de littérature jeunesse (en majorité) et adulte. Sophie, qui passe ses journées parmi les livres – dans le CDI d’un collège – est championne de l’interactivité et des défis : concours, swaps, challenges…

Avec plus de 5.000 visites chaque mois son blog est incontournable en matière de littérature jeunesse



Fenêtres open space, Anne Savelli


Tous les jours, l’auteur fait le même trajet – domicile/travail le matin, travail/domicile le soir. Elle emprunte pour cela la ligne 2 du métro parisien (avec laquelle il se trouve que j’ai certaines affinités). Dans la portion aérienne de son trajet, elle écrit. Dès que le métro rentre sous terre, elle troque son carnet pour un livre. Cette partie à ciel ouverte est très brève : elle ne comporte que quatre arrêts, puis retour à l’obscurité des galeries.

.

Derrière la fenêtre du train, Anne Savelli note ce qu’elle voit au travers des fenêtres des immeubles qui longent la voie – ses trajets s’appellent voyages lorsque leur terme n’est pas prévu. Elle note aussi ce qu’elle voit à l’intérieur de la voiture



La rentrée littéraire n’aura pas lieu #3


(Ceci est un feuilleton en 5 épisodes dont vous pouvez retrouver le 1er ici et le 2ème )

 

 

7 Des pages et des pages

 

 

Mon livre est sublime. Su-blime, vraiment. Je n’ai jamais été aussi fier de toute ma vie, pas même le jour où j’ai décroché mon job de standardiste dans cette agence de communication.

.

Je l’ai imprimé en 500.000 exemplaires – pas question de risquer la rupture en rayons



Quatre adresses parisiennes avec des livres


 

Deux restaurants

 

Manger ou boire un verre au milieu des livres, vous aimez ? Moi oui, forcément ! Je vous avais déjà dit deux mots, il y a quelques temps, des livres à disposition au salon de thé du magasin Merci.

.

Voici dans le même registre deux autres adresses parisiennes testées et approuvées :

.

Le Café-Livres (4ème arrdt)

Au Café-Livres, on se sent comme à la maison, entouré d’étagères pleines de livres de poche, installé dans de bas fauteuils de cuir devant des plats simples mais bon au tarif raisonnable. L’accueil est sympa, la carte des vins vaut bien un roman.



D’où je suis, je vois la lune, Maud Lethielleux


Attention, coup de cœur personnel.

 

.

Moon, toute jeune femme, vit dans la rue. Pour survivre, elle vend des sourires. Moon aime les mots, et un jour, elle met des mots dans un carnet. Ils deviennent l’histoire de Fred et d’une petite fille. Elle voulait par ses phrases faire revenir son amoureux, elle écrit finalement un roman.

Un roman qui parle de Fred et de la petite. Et Fred et la petite, ce sont les personnages de Dis oui, Ninon, un des mes coups de cœur de 2009, qui figurait dans la sélection finale du Prix Carrefour du premier roman. Le clin d’œil fait son effet.

Et puis, ce roman se retrouve dans les mains de deux éditeurs. Le Gentil, la Méchante. La Méchante a un plus joli déguisement



Mes @mis les bloggeurs #3 : Daniel Fattore de 'Fattorius'


Après avoir créé le site www.fattore.com, qui recense une belle collection de biographies de compositeurs (suisses, moldaves et autres), ainsi que des textes littéraires, le Suisse Daniel Fattore a lancé son blog Fattorius sur lequel il regroupe, toujours avec beaucoup d’esprit, ses notes de lectures, notes de musique, et notes sur l’air du temps qui passe – ainsi qu’il l’écrit lui-même.

 http://fattorius.over-blog.com/

..

1. Ton blog en quelques mots ?

J’ai créé ce blog il y a un peu plus de deux ans pour y parler de choses et d’autres



Donner envie


 

C’est un peu la raison d’être de ce blog.

.

Donner envie de lire des livres que j’ai aimés, de lire des livres tout court, de donner son avis, de partager et d’échanger, de participer à des jurys pour confronter son point de vue et faire lire certaines publications en particulier à un plus grand nombre de lecteurs.

Quand je rencontre les jurés, je leur parle de mes autres expériences en la matière, et c’est ainsi que je viens d’apprendre qu’un collègue d’un jury de l’année a postulé avec succès pour



Quai d’Orsay – Chroniques diplomatiques, Christophe Blain et Abel Lanzac


orsay

Arthur est embauché par Alexandre Taillard de Worms, charismatique ministre des Affaires étrangères, pour écrire fiches et discours. Cette mission, valorisante pour le jeune homme, s’avère être tout sauf simple : il ne compte pas ses heures et oublie toute vie privée, il subit les changements d’humeurs du ministre, doit composer avec les conseillers et leurs habitudes… Il trouve heureusement un appui auprès du directeur de cabinet.

.

Ces chroniques donnent tout leur sens au mot « diplomatique ». L’auteur, Abel Lanzac, a lui-même occupé la fonction de conseiller dans un ministère. Du coup, on sent le vécu, dans les pires moments comme dans



La rentrée littéraire n’aura pas lieu #2


 (Ceci est un feuilleton en 5 épisodes dont vous pouvez retrouver le 1er ici)

 

Superjérome

J’ai eu l’illumination au cours d’une nuit sans sommeil. Car si ma voisine disparue aimait écouter les chansons de l’après-guerre à un volume raisonnable, j’ai un autre voisin, celui du rez-de-chaussée, qui adore Eddie Mitchell et qui, lui, tient à faire partager sa passion.

En fait, il n’est même pas fan du chanteur ; il est fan d’une seule chanson



La libraire a aimé, Sophie Poirier


 

Voilà un titre curieux pour un roman. Il sied à ce texte lui-même curieux, mi roman mi nouvelle, mélange de fiction et (on le voudrait, on le voudrait vraiment) de récit d’aventures, avec une pincée de digression. C’est d’ailleurs la curiosité qui m’a poussé à demander ce livre à la maison Ana Editions, que je ne connaissais pas.

 .

C’est l’histoire de deux libraires, un homme et une femme, qui se retrouvent chaque soir autour d’une table, dans un café, devant un whisky, pour évoquer ce qu’ils ont lu, ce qui leur a plu. Ce sont les seules choses dont ils parlent. Lui, c’est Paul, elle, Corinne. La narratrice passe chaque jour devant le café, et les vois attablés.

Et puis un jour, Paul disparaît