Auteur Academy, Pierre Chavagné


« Auteur Academy » est une émission de télé diffusée en prime time sur une année complète. Ce nouveau concept met en scène treize auteurs en devenir, envoyés sur une île grecque pour y apprendre les techniques qui font les écrivains à succès, filmés en continu. Chaque mois, l’un d’eux est éliminé en direct.

.

Entre le cours de métaphores, celui qui pose des questions existentielles (pourquoi prendre un pseudonyme ?), les liens se tissent entre des candidats personnifiant les clichés : le jeune de banlieue, la bimbo, l’homosexuel… Parmi eux, un certain Pierre Chavagné tente de ne pas se faire sortir.

 

Ce premier roman très riche se joue des codes des émissions dites de téléréalité : la confession-vérité détournée de son sens par le savoir-faire du monteur, les candidats transformés en animaux de cirque dans l’arène du plateau, les relations conflictuelles ou amoureuses entre participants, coming-out devant la caméra inclus, etc.

Les professeurs sont prestigieux et renommés (dont Jeandeau, de l’Académie française), les producteurs assoiffés d’audimat.

Le château est ici devenu monastère. Il sera le théâtre de petits évènements qui font la vraie vie, avec ou sans caméra, de calculs, de manipulations, de corruptions à coups d’EVP (Euros Vie Privée)…

On y parle d’écrire plus que l’on n’écrit.

.

Découpé avec précision, ce roman est drôle. Et cultivé, si l’on peut qualifier ainsi un texte – mais sans que cela soit pompeux ou prétentieux.

Les références, très nombreuses, ne sont jamais utilisées sans but ; au final, l’art – musique, cinéma, peinture et bien sûr littérature – tient une place importante dans l’histoire.

Si les candidats composent une galerie de personnages aussi caricaturaux qu’amusants, les seconds rôles valent le détour, notamment pour qui est un peu au courant des figures médiatiques de l’édition et leurs serviteurs : les écrivains s’appellent Michel Hache (auteur de « L’Impossibilité du Nil ») ou Nicolas Eyr, les animateurs Marc Haut et Bernard Paix… seul Beigbeder apparaît sans masque.

L’auteur aime la langue française et ne se lasse pas de jouer avec. Les anglicismes, également, sont systématiquement francisés : les rimaiques des intervious sont diffusées lors du praïme – c’est du marquettine -, les meilleurs morceaux du reality-chaud ont les honneurs du zappine.

Il glisse au passage quelques conseils, quelques explications bien senties sur son art.

 

La critique des dérives télévisuelles, le triste constat du désœuvrement des aspirants à une célébrité aussi immédiate qu’éphémère, la façon dont les médias et les annonceurs en profitent, tout cela constitue bien la finalité d’« Auteur Academy ».

Mais ici, c’est le chemin qui vaut surtout le détour, plus que la destination.

La téléréalité, c’est mal ou Les médias nous montre bien ce qu’ils veulent – tout le monde peut en convenir. Est-il possible de fabriquer des écrivains ?, voilà une question que l’on a moins souvent posée.

Les réflexions ne manquent pas, mais elles n’arrivent pas à la cheville du plaisir qu’on prend à lire ces pages délectables, à retrouver les scènes pastichées, les dialogues plagiés, à identifier les parodies. La langue française est mise à l’honneur au travers des truculentes péripéties de ces non-stars qui servent l’union des lettres et de la télévision, aussi improbable que le mariage de la carpe et du lapin.

Vous l’aurez compris, j’ai aimé, vraiment, ce premier roman prometteur, qui résonne comme une étrange prémonition par rapport au lancement, le mois dernier, de MyMajorCompanyBooks, supposé future usine à succès.

« Amusant et lucide, […] remarqué sur le web mais délaissé par les médias traditionnels » dixit l’équipe du Prix de l’Inaperçu.

Je confirme, et le déplore (le titre du roman y serait-il pour quelque chose ?). Mais les politiques de promotions des grandes maisons, il y aurait de quoi en faire un autre bouquin !


5 comments on “Auteur Academy, Pierre Chavagné

  1. Rodolphe on said:

    Ma prochaine lecture!! Et je pense qu’une nouvelle fois je vais y prendre beaucoup de plaisir. Merci Sophie

  2. Pingback: Sous les pavés, la plage | Sophielit

  3. Pingback: 5 questions à Pierre Chavagné | Sophielit

  4. Pingback: Prix Carrefour du Premier roman 2010 : c’est parti ! | Sophielit

  5. Pingback: Remise du Prix Carrefour du Premier roman 2010 | Sophielit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>