Le monde merveilleux de l’entreprise, Voutch


Voutch, j’aime. Je peux rester dix minutes à observer un de ses dessins dans ses moindres détails, et presque autant à rire de sa légende, de son cynisme.

 

D’après la « biographie » de l’auteur en fin d’album, celui-ci n’a pas passé énormément de temps en entreprise. Mais quand même assez pour épingler les situations absurdes et les comportements aberrants que l’on peut constater au quotidien dans ce « monde merveilleux ». Et c’est ça qui est génial : les pires travers des collègues y sont pointés du doigt, avec sarcasme et ironie…

 

Ah, le capitalisme…

Ah, le monde merveilleux de l’entreprise…

 

Traité ainsi, c’est un régal !!



5 questions à Adelaïde de Clermont-Tonnerre




Adélaïde et la lecture, suite…




Fourrure, Adélaïde de Clermont-Tonnerre




Terre des affranchis, Liliana Lazar




Prix Littéraire inter Comités d’Entreprise 2010


Cette année se déroule le 13ème Prix littéraire Inter comités d’entreprise. Ce prix a pour but de faire à découvrir 10 romans récents écrits par des auteurs francophones ou européens qui ne sont pas encore sous les feux de l’actualité, tout en mettant en avant les petites ou moyennes maisons d’édition qui les publient.

 

La sélection 2010 est la suivante :

 

Sebastian BARRY   Le testament caché (traduit de l’anglais)   Joëlle Losfeld

Hervé COMMERE   J’attraperai ta mort   Bernard Pascuito éditeur

Sarah DARS   Des myrtilles dans la yourte   Philippe Picquier

Fabrice HUMBERT   L’origine de la violence   Le Passage

Ahmed KALOUAZ   Avec tes mains   Editions du Rouergue

Marie-Hélène LAFON   L’Annonce   Buchet-Chastel

Liliana LAZAR   Terre des affranchis   Gaïa

Milena MAGNANI   Le cirque chaviré (traduit de l’italien)   Liana Levi

Alberto ONGARO   La Partita (traduit de l’italien)   Anacharsis

Martin SMAUS   Petite, allume un feu… (traduit du tchèque)   Editions des Syrtes 

En 2009, 4.000 lecteurs représentants 360 comités d’entreprise ont participé à ce prix remporté par Marie-Sabine Roger avec La Tête en friche (édition du Rouergue).

 

Je participe à l’édition en cours, dont j’ai déjà lu Le testament caché et Terre des affranchis (bientôt, mes commentaires, donc).

 

Il se peut que votre entreprise vous permette également de faire partie de ce prix littéraire qui présente l’avantage non négligeable de n’être pas limité en termes de nombre de jurés… Toutes les infos sont .



Boboland global, Dupuy & Berberian


Après Bienvenue à Boboland, plutôt parisiano-parisien, Dupuy & Berberian s’attaquent à la mondialisation, la globalisation, la glocalisation (quoi, vous n’avez pas étudié ça à l’école ? Glocalization… Think global, act local !).

Membres du gouvernement, dirigeants d’entreprises (tiens, le PDG de Fofal-Tina !), et bien sûr bobos d’à côté de chez nous, qui s’habillent chez Gap et partent en vacances au Chiroubistan… tout le monde en prend pour son grade. La galerie de personnages est d’autant plus amusante qu’on retrouve les mêmes protagonistes dans différentes histoires. Entre celui qui, parce qu’il a compris « chevreuil du Bénin » au restaurant alors qu’il s’agissait d’un chevreuil du Berry, va tout faire pour rendre sa méprise plausible, les Manawah (Man at Work) qui viennent bosser avec leur bébé dans le sac à ventre, et ceux qui veulent se donner bonne conscience avec ce qu’ils croient être des vacances responsables

C’est drôle, efficace, critique, et surement pas complètement faux. Si ce tome 2 n’est pas vraiment une suite, en tout cas il est au moins aussi délectable que le précédent !



Dans ma peau, Guillaume de Fonclare




Lectures ELLE de février


Le Prix des Lectrices de ELLE 2010 approche de la fin…

Avant de rencontrer certains auteurs de cet excellent cru à l’occasion du Salon du Livre de Paris en mars, la fournée de février devra avoir été lue.

Et elle comprend :

- dans la catégorie roman, Lark et Termite de Jayne Anne Phillips (éditions Christian Bourgois)

- dans la catégorie policier, Un pied au paradis de Ron Rash (éditions du Masque)

- dans la catégorie document, Lila, être esclave en France et en mourir de Dominique Torres et Jean-Marie Pontaut (Fayard)

Entre la Corée du Sud, les Etats-Unis et la France, cette sélection promet une descente vertigineuse du paradis à l’enfer…



Les Visages, Jesse Kellerman


Ethan Muller est un galeriste newyorkais trentenaire. Un jour, il découvre une impressionnante collection de dessins représentant des visages. Ceux-ci sont numérotés de telle sorte qu’une fois réunis, ils forment un immense tableau.
L’exposition est un succès, que le mystère qui entoure l’auteur des dessins, un dénommé Victor Cracke, ne fait qu’accroitre. De son côté, Ethan enquête sur l’artiste. Car les cinq visages du premier dessin sont ceux de cinq enfants morts ou disparus des années plut tôt…

Voilà un policier comme je les aime, moi qui n’aime pas les policiers. Ici, pas de course-poursuite ni de sang (enfin, il y en a bien trois gouttes ça et là, sous le pansement d’Ethan après son agression nocturne et au centre du dessin n°1), pas d’étalage d’armes à feu ni de sirènes qui retentissent à tout bout de champ. Le narrateur nous présente son univers, sa galerie, ses relations particulières avec son père, Marylin, sa petite-amie cougar, son flirt du moment avec Samantha.

L’enquête se mêle à tout cela, et, au fur et à mesure que l’on avance dans ce (gros) roman, les retours en arrière se multiplient. Les fondations de la famille Muller, la naissance de Victor Cracke… Le rythme des flash-back augmente pour mieux entraîner le lecteur vers la chute.

Dans un style agréable, avec un coup de chapeau aux dialogues particulièrement réussis, l’auteur s’amuse de ce qu’il est en train de faire – écrire un roman policier -, s’excuse de ses maladresses, reconnaît certains clichés, créant une familiarité avec le lecteur. Le personnage d’Ethan est aussi intéressant qu’attachant. Les 480 pages sont autant de bons moments.

Ces Visages promettent un bel avenir littéraire à leur auteur – du sérail – qui signe ici son premier opus.