Quelques enfants, Sempé


Dans ce petit album (petit format, une soixantaine de pages) sont regroupés des dessins de dix précédents albums du génial Sempé. Le dessinateur a une tendresse particulière pour les enfants, qu’ils croquent avec bienveillance, affection et humour. Les pages intérieures sont en noir et blanc, et plus délectables les unes que les autres.

Dans le monde de Sempé, les enfants l’emportent toujours face aux adultes. Les adultes n’y comprennent rien, les enfants sont bien plus malins. Et le lecteur se range de leur côté à eux, puisque lui-même n’est rien d’autre qu’un grand enfant.

Un album doux comme un sucre d’orge.



Les jolies choses, Virginie Despentes


Dans le style trash qui a fait sa réputation, Virginie Despentes nous entraîne dans une histoire de jumelles. Il y a Pauline, en retrait, et Claudine, qui ose tout. Quand Claudine se suicide, Pauline décide de prendre sa place. Nos sentiments à son égard sont changeants : on l’aime, puis on la déteste. Elle-même ne sait pas toujours bien ce qu’elle veut, ni qui elle est vraiment. On est emporté dans son univers où tout va très vite, où elle est propulsée star, on lui propose de faire un disque. Mais si elle maîtrise son passé, elle va faire des découvertes quand celui de sa sœur, dont elle était loin de tout savoir, lui revient en pleine tête…
J’aime le style brut, imagé et sans équivoque de Despentes. Et ce roman-là, parce qu’il est malgré tout moins violent, dérange moins que le sulfureux Baise-moi.



People or not people, Lauren Weisberger


Lauren Weisberger a acquis sa renommée avec son précédent roman, un certain Le diable s’habille en Prada. L’univers de People or not people est aussi féminin, new-yorkais, survolté et branché. L’héroïne est Beth, qui vient tout juste d’intégrer une boîte d’évènementiel. Elle découvre cet univers particulier, apprend les rudiments du métier et les codes du milieu ; elle côtoie les stars et fréquentes les lieux les plus hype de la ville. Elle découvre surtout les rivalités et les crasses qui accompagne les débuts de réussite ou de love story. La sienne – avec un homme célèbre, d’ailleurs, commence à intéresse sérieusement la presse…
Une plongée jubilatoire dans le monde de la jet-set, avec ses frasques, ses caprices, ses relations éphémères et ses trahisons. En poche, 500 pages que l’on ne lâche pas.



On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Barbara Samson


C’est le début de Roman, le fameux poème de Rimbaud ; c’est aussi un témoignage, celui de Barbara, contaminée à 17 ans par le virus du sida. Barbara arrive en centre de repos, parce qu’elle est en conflit avec sa famille, et qu’elle ne s’alimente pas. Elle y tombe amoureuse d’Antony. C’est sa première fois à elle, et lui est séropositif mais ne lui dit pas. La naïve Barbara vit une passion destructrice contre laquelle, a priori, elle ne peut rien. Surtout, elle traverse avec ce poids du virus cette période où elle devrait se reconstruire, se construire tout court. « C’est peut-être cela que l’on cherche toute sa vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible, pour devenir soi-même avant de mourir ». Cette phrase de Céline ouvre le livre.
Cette histoire, écrite en collaboration avec Marie-Thérèse Cuny, est simple et bouleversante.



Sélection fête des mères


J-13, la fête des mères est le 7 juin prochain. Et pourquoi pas offrir un ou plusieurs livres ? Le site de la Fnac, dans sa rubrique dédiée à cette fête, présente quasiment exclusivement des bouquins de cuisine. Euh… ? Je préfère vous proposer autre chose, par lot de trois.

Trois livres pour voyager

  1. En Australie… Cul-de-sac, Douglas Kennedy
  2. En Côte d’Ivoire… Aya de Youpougon, Oubrerie & Abouet 
  3. En Italie… Avril enchanté, Elizabeth von Arnim

Trois livres pour réfléchir

  1. Au corps de la femme, et à son image… Truismes, Marie Darrieussecq 
  2. A cette farce qu’est l’entreprise… Bonjour paresse, Corinne Maier
  3. Ou aux interdictions à outrance… La petite fille et la cigarette, Benoît Duteurtre

Trois livres pour rêver

  1. De Paris… Paris mon amour, Jean-Claude Gautrand 
  2. De pouvoir s’offrir ce qui ne s’achète pas… Pour vous, Dominique Mainard
  3. Ou d’oser ce que l’on n’a jamais osé… La mariée mise à nu, Nikki Gemmell

Trois livres pour rire

  1. De la vie de tous les jours… Le corps de Liane, Cypora Petitjean-Cerf
  2. De l’ironie de cette vie de tous les jours… L’erreur est humaine, Woody Allen 

  3. Et du surnaturel, parfois, du quotidien… Bizarre ! Bizarre !, Roald Dahl

Trois livres pour s’évader

  1. Avec la poésie d’un vieil homme réfugié… La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel 
  2. Avec un tour de France pas comme les autres… L’avant-dernière chance, Caroline Vermalle
  3. Ou encore en images… Chaque jour est une fête, Voutch

Trois livres pour se détendre

  1. Sur le thème des familles recomposées… Les enfants, Dan Franck
  2. Sur le thème de l’amour que l’on croit pouvoir acheter… De l’autre côté de l’été, Audrey Diwan
  3. Ou sur celui des amours de jeunesse… Encore une danse, Katherine Pancol

Bonnes emplettes !



Une vie de pintade à Paris, Layla Demay & Laure Watrin


C’est une galerie de portraits, et aussi un guide truffé de noms et de bonnes adresses. Les habitudes, les magasins, les transports, les sorties, la bouffe, la culture, les engagements, les hommes et les enfants… Les pintades sont montrées dans toutes les situations, leurs attitudes sont décortiquées avec humour. Contrairement à ce que je pensais, l’ouvrage se lit comme un roman, épisode par épisode.

Extrait :

Comment séduire un garçon (de café)

« Quand je suis retournée vivre à Paris, j’ai dû réapprendre à faire un truc incroyable, totalement contraire aux principes de la New Yorkaise que j’étais devenue : apprivoiser le garçon de café. Au début, j’avais des réflexes totalement déplacés dans un bistrot parisien. J’arrivais par exemple pour déjeuner sur le pouce (forcément au moment du coup de feu : « mais qu’est-ce qu’il ont tous à arriver en même temps pour manger ? »), je m’asseyais et j’attendais naïvement que le serveur se matérialise dans les deux secondes devant moi, le sourire au lèvres, uni d’une carafe d’eau, d’une corbeille de pain et du menu, avant de revenir quasi instantanément prendre ma commande. Bah, comme à New York ! C’était oublier qu’être garçon de café parisien, c’est un statement, une attitude« . (…)

Laure et Layla, croisées , sont très sympas. Elles ont aussi sévi dans d’autres grandes villes, et les pintades font des petits… (voir aussi le site de l’arrêt parisien).

Un mot sur les illustrations : elles sont de Margaux Motin, formidablement drôle (son blog ici) et on en redemande !

A lire pour le plaisir, à garder pour les coordonnées !



Seo Yura


Je viens de découvrir l’artiste coréen Seo Yura. Il figure notamment sur l’affiche de la foire du livre de Séoul. De la peinture à l’huile, des empilements à thème de livres qui se passent de commentaires. Pas besoin d’en dire plus, il suffit d’ouvrir les yeux.

Des détails sur une de ses dernières expositions ici.



Chroniques de San Francisco, Armistead Maupin




Le corps de Liane, Cypora Petitjean-Cerf




Plateforme, Michel Houellebecq