Nos étoiles contraires – John Green

nos-etoiles-contraires

Si vous n’êtes pas complètement coupé du monde vous avez forcément entendu parlé de ce best-seller ou au moins de son adaptation cinématographique l’été dernier ! J’ai donc lu ce livre en décalage avec un certain nombre d’entre vous et par conséquent je me suis fait pas mal spolier…

Hazel, alias Hazel Grâce ou Hazel-tout-court est miraculée d’un cancer en phase terminal qui l’a condamné à avoir une bouteille d’oxygène pour animal de compagnie. Elle ne va plus au lycée depuis longtemps et suit quelques heures de cours par semaine à la fac. Pour qu’elle se fasse des amis et se sente moins seule, sa mère tient à ce qu’elle participe à des groupes de soutien dans l’église du quartier. C’est là qu’elle rencontre Isaac, condamné à devenir aveugle et Augustus, en rémission d’un cancer qui lui a volé une jambe. Une jolie histoire d’amitié commence lorsque Hazel fait découvrir son livre préféré à Augustus : Une impériale affliction, de Peter Van Houten

J’avoue que raconté comme ça, ça n’a pas l’air très gai… Cependant, ce roman est vraiment beau et tombe rarement dans le pathos. Les personnages relativisent beaucoup sur leur sort et le livre est bourré d’humour. Je pense qu’il est possible de ressentir beaucoup d’émotion à la lecture de ce roman où de jeunes adolescents condamnés croient dur comme fer en la vie et sa beauté ! Malheureusement, je n’ai pas ressenti autant de chose que je le pensais, notamment parce que j’avais été un peu trop spoilé avant ma lecture… Pour autant, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, que j’ai avalé en quelques heures !

Une partie de ce roman se passe à Amsterdam, j’espérais y découvrir un peu plus la ville étant donné que j’y passais un weekend quelques jours après ma lecture mais ce n’est pas le cas. Il faudrait que je me replonge dedans maintenant que ce voyage est fait pour voir si je retrouve certains détails !

Je ne pourrais pas vous parler de l’adaptation cinématographique, au vu de la bande-annonce, l’histoire semble similaire mais ce n’est pas le cas selon les commentaires que j’ai pu lire. Je vous laisse me donner votre vision des choses avant de me lancer !

Des pêches pour Monsieur le Curé – Joanne Harris

COUV_Des-peches-pour-monsieur-le-cure-126x200 8 ans après ses aventures dans Chocolat, alors que Vianne Rocher vit à Paris avec Anouck, Roux et Rosette, la petite dernière sur une péniche, elle reçoit une lettre venant d’outre tombe. C’est Armande qui lui écrit, lui soufflant que Lansquenet a de nouveau besoin d’elle. Vianne décide alors de partir passer quelques jours aider ses anciens amis… et ennemis ! Elle retrouve donc Guillaume, Joséphine, Luc Clairmont mais aussi Reynaud, Caro Clairmont et tant d’autres dans un nouvel épisode de Vianne, ange gardien ! Il n’est pas facile de raconter l’histoire sans dévoiler quelques secrets de Chocolat. Dans le premier opus, l’auteur opposait la religion à la laïcité voir au paganisme (je ne sais pas si c’est le bon terme). Ici ce sont des religions qui s’opposent à travers des relations houleuses entre chrétiens et musulmans. Il ne s’agit pas seulement d’une guerre de religions mais de problèmes de personnes, de vie, de relations pour lesquels le chocolat et les douceurs sucrées ne sont pas toujours une solution. Entre les 2 tomes, j’ai vu le film qui se passe dans les années 60. Pourtant je n’avais pas remarqué de tels marqueurs de temps dans le livre. Je suis donc partie dans cet optique pour le second tome mais Annouck, son portable et son compte Facebook m’ont vite remis les idées en place ! Il s’agit là en fait d’un tome 3 (le tome 2 s’appelle Le Rocher de Montmatre et est disponible chez Points.) Charleston a fait le choix de ne pas publié ce second tome qui ne fait pas intervenir les mêmes personnages puisque l’intrigue ne se situe pas à Lansquenet. Cependant, je trouve dommage de ne pas avoir lu ce tome 2 (j’ai découvert l’existence de celui-ci en français après ma lecture), notamment parce qu’au début des Pêches pour Monsieur le Curé, les allusions à ce qu’il s’est passé pendant ces 8 années sont nombreuses. Par conséquent, il manque quelques éléments sur les relations entre Roux, Vianne et les enfants. Edit : Joanne Harris vient de me signaler sur Twitter que si Charleston n’a pas publié Le rocher de Montmartre c’est qu’il est encore sous contrat chez un autre éditeur… 2013-08-28_1520 Tout comme Chocolat, c’est un livre pour les gourmands, qui se déguste aussi bien qu’un macaron glissé dans une poche ! A ne pas lire en période de régime ! PS : une petite chose à signaler entre les deux tomes, la taille du livre n’est pas le même, du coup, je peux difficilement les mettre l’un à côté de l’autre puisque je range mes livres par taille… C’est dommage ! logorl2013 invitationlecturecharle

{Abandon} Embrassez-moi – Katherine Pancol

embras10

C’est à New York aujourd’hui. C’est à Rochester dans les années 1980. C’est à Hollywood… C’est à Paris… C’est en Tchéquie avant et après la chute du Mur… Angela est française. Elle est souvent passée à côté de l’amour sans le voir, mais, cette fois, elle est face à sa peur viscérale d’aimer… Louise est américaine, ancienne star de cinéma. Elle dialogue avec Angela, lui raconte sa vie, ses amours, ses échecs. C’est auprès de Louise qu’Angela cherche des réponses… Virgile est français. Il aime, mais il se méfie, on ne sait presque rien de lui… Mathias est tchèque. Rien ne peut le détourner de sa route. Il refuse de s’abandonner. Angela le cherche, il la fuit, ils se retrouvent… Il y a tous les autres, les fantômes du passé qui entrent et sortent, qui forment une grande ronde de secrets, de blessures, de rires et d’amour… Ces femmes, ces hommes traversent le chemin d’Angela, la narratrice, qui cherche désespérément un fil. Le fil de la mémoire, de l’amour, du désir, de la liberté d’aimer ou de répéter sans arrêt les mêmes peurs, les mêmes douleurs, les mêmes échecs…

Je n’ai pas terminé ce livre, puisque j’ai lu qu’une centaine des 416 pages. Sur ces 100 pages, j’ai déjà sauté un nombre record de passages. Je n’ai pas aimé le style d’écriture de l’auteur (qui pourtant ne m’a pas dérangé dans la trilogie Tortues, crocodiles et écureuils) et les longueurs du roman (qui sont aussi présentes dans la trilogie). Ce style, vous le voyez déjà dans la quatrième de couverture retranscrite ci-dessus. En effet, je ne me suis pas aventurée à tenter de faire un résumé de ce que j’ai lu ! Ces 100 pages décrivent surtout des pensées intérieures et il ne passe pas grand chose. Après mon abandon, j’ai lu quelques critiques, j’ai vu que beaucoup ont eu autant de mal que moi, ceux qui ont persévéré annoncent que l’action arrive enfin dans les 30 dernières pages, je n’aurai pas le courage d’attendre jusque là. J’ai essayé de persévérer plusieurs jours, sans succès, j’abandonne donc ce livre ici.

Les yeux sur tout a eu le même problème que moi, mais est allée au bout.

Pour des avis plus positifs, vous pouvez vous rendre chez Papillon des senteurs ou Bibliophile !

Et vous, vous l’avez lu, vous avez été au bout ? D’une manière générale, vous forcez-vous à toujours aller au bout d’un lire ?