13 à table – Ouvrage collectif

13_a_table

J’avais fait un court article pour annoncer mon retour dans l’après-midi, mais les voies impénétrables de l’internet en ont décidé autrement ! Ne cherchez pas cet article, il a disparu ! Puisque cet ainsi, j’attaque directement avec une chronique ! Après un an d’absence je ne vous garantis ni la qualité ni la date de la prochaine !

Je n’ai pas lu beaucoup de livres pendant cette année (du moins pas des ouvrages très littéraires) et la plupart d’entre eux étaient des Charleston. Je remercie d’ailleurs Elise pour son soutien sans faille et ses envois réguliers malgré l’absence d’article en retour ! J’essaierai de chroniquer prochainement quelques unes de ces lectures. Mais pour la reprise j’ai choisi ma dernière lecture en date, qui fait beaucoup parler d’elle en ce froid mois de décembre : le recueil de nouvelles 13 à table !

13 à table ! c’est un ouvrage collectif, écrit par 13 des plus célèbres auteurs français actuels sur le thème du repas : Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Gilles Legardinier, Pierre Lemaitre, Marc Levy, Guillaume Musso ou encore Bernard Werber. Il s’agit d’une oeuvre caritative éditée par POCKET et à seulement 5€ mais dont les recettes sont entièrement reversés : 1 livre acheté = 3 repas distribués aux Restos du Cœur. Un bon moyen d’assouvir votre soif de lecture tout en permettant à des personnes dans le besoin d’avoir un repas. D’autant qu’il y en a pour tous les goûts avec du thriller, de la comédie romantique ou des réunions de familles.

Vous le savez peut-être, les nouvelles, c’est pas spécialement mon truc parce que j’ai toujours l’impression que ça finit trop vite. A peine le temps de faire connaissance avec le personne que, PAF, il faut le quitter pour un autre. Cette impression, je l’ai ressentie sur quelques une des histoires mais pas toutes. Certaines comme La part de Reine d’Eric-Emmanuel Schmitt sont un peu plus longues (une trentaine de page au lieu d’une vingtaine) et rondement menées. Par contre, je n’ai pas toujours compris le lien avec le repas, notamment celle de Marc Levy, Dissemblance.

En bref, vous passerez sans doute un bon moment, vous faites une bonne action et c’est l’occasion de découvrir l’univers d’auteurs qu’on ne connait pas forcément. Je trouve que ça donne un bon aperçu du style de chacun.logo

Premières impressions / test de la Kobo Mini

Comme promis hier, voilà les premières impressions de Cédric sur la Kobo Mini, et mes impressions à moi sur la Kobo Glo après un rapide essai !

D’emblée, ce qui frappe c’est sa compacité! Enfin un Kobo qui peut tenir dans la poche de toutes les chemises ! Ou une poche de pantalon, on fait comme on veut !

La prise en main est impeccable même si on a une petite main ! L’écran annoncé qui est  de technologie moins récente (mais toujours tactile !) que la Glo, m’a semblé très lisible même s’il fait 5 pouces et non 6 comme les autres Kobo.

Alors certes, on n’a pas d’éclairage, pas de port micro SD, l’autonomie est moins étendue mais le Kobo Mini se met facilement en poche et en plus le dos de l’appareil est amovible pour assortir la couleur à son humeur ou à son look.

Sans oublier qu’il est le plus léger des Kobo: moins de 150 grammes! le Kobo Mini,c’est LE Kobo nomade par excellence!

C’est dommage pour la disparition du port micro-SD mais le prix de l’appareil est très abordable, du coup c’est un bon rapport qualité-prix!

Conclusion: au lieu d’un appareil unique, on a une gamme de Kobo correspondant à des envies et des besoins différents, de 79€ à 129€!

Cadeaux stars de cette fin 2012? Ça se pourrait!

Mon avis à moi, après un petit passage à la Fnac ce jour :

La Kobo Glo est un peu plus petite que la touch et plus fluide lors du changement de page. Pour ce qui est de l’option de luminosité, cela semble satisfaisant mais il faudrait pouvoir l’utiliser au moins quelques minutes pour en être sur, ce qui n’est pas possible dans un magasin ultra éclairé. J’aime bien l’ajout d’un petit bouton qui permet d’un coup d’œil de voir le niveau de batterie, l’activation du wifi et une ou deux autres infos. Par contre, je n’ai pas compris l’option « Kobo style » dans les réglages de taille et police.

Je n’ai malheureusement pas pu tester le Mini puisque ni exposé, ni disponible dans le magasin où j’étais….

Edit : j’ai enfin pu jeter un coup d’oeil au Mini ! Il est vraiment petit et du coup plutôt adapté aux grands voyageurs ou aux personnes qui lisent beaucoup dans les transports. Vu la taille, le changement de page est très fréquent et ce n’est peut être pas très agréable pour lire chez soi. Si vous êtes adepte du smartphone, ce format vous conviendra tout à fait !

Les premières impressions / test du Kobo Glo

Vous vous en souvenez surement, l’an passé, Cédric nous avait présenté le Kobo Touch juste avant sa sortie ! Si vous ne vous en souvenez pas, c’est par ! Cette année donc, on prend les mêmes et on recommence !

Voilà donc en avant première (le Kobo Glo est sorti aujourd’hui alors qu’il était attendu le 15 octobre) les premières impressions d’utilisation de Cédric.

Après être passé du Fnacbook au Kobo Touch (sacré saut technologique!), j’ai enfin pu prendre en main les nouveaux Kobo. Il ne s’agit pas ici d’expliquer à nouveau le Kobo de A à Z (pour le test du Kobo touch cliquez ici) mais de faire le point sur les différences par rapport au Kobo Touch.

La prise en main est comme pour le Kobo Touch qui est de la même largeur.

Par contre, l’appareil a une longueur plus réduite grâce à la disparition de la touche « Retour Accueil », en façade. L’interface de ce Kobo Glo est devenue entièrement tactile, cette fois-ci : une icône « Home » complète donc les autres.

De plus, en haut du Kobo Glo,on trouve un nouveau bouton physique, près du bouton-glissière de mise en route : il s’agit du bouton qui permet de déclencher l’éclairage de l’écran (attention, nous parlons bien ici d’éclairage et non de rétro-éclairage!)

L’éclairage se fait par les côtés de l’écran et se répartit sur la page qu’on lit. Résultat : on obtient un bon confort de lecture dans diverses conditions de luminosité car en plus, il y a un variateur d’intensité dans le menu, en bas de la page.

Évidemment l’énergie de cet éclairage provient de la batterie du Kobo Glo. Mais même avec l’éclairage activé, il semblerait que l’autonomie soit de plusieurs dizaines d’heures (au moins 40H à 50H? pas mal!) ce qui fait toujours plus qu’une tablette multimédia !

La meilleure définition de l’écran fait plaisir à voir aussi bien pour du texte, des illustrations ou du manga ! J’ai fait le test avec le manga UBUNCHU, LA TOUR FOLKSTROM de Jeff BALEK et du Victor HUGO. Certaines polices de caractères sont plus appréciables ! Il semblerait d’ailleurs que certaines ne soient pas présentes sur le Kobo Touch ?

Autre nouveauté : un jeu d’échecs est rajouté au sudoku, navigateur internet et carnet de croquis. Je n’ai pas encore testé ce supplément.

Petit bémol : l’exemplaire que j’ai testé a eu du mal avec l’affichage de quelques couvertures de livres que j’avais mis sur carte Micro SD. Le problème est-il juste sur le Kobo Glo de démonstration ou sur tous ? Je l’ignore.

Pour terminer, j’aime beaucoup les couleurs et la texture du dos de l’appareil qui devient plus élégant (à mon goût) que celui du Kobo Touch !

Voilà pour aujourd’hui ! Demain c’est au tour du Kobo Mini d’être testé !