« Nêne », d’Ernest Pérochon (1885-1942), prix Goncourt 1920

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est jamais facile d’arriver derrière un géant. Il est à craindre qu’on ne vous voie pas… Tel fut le destin d’Ernest Pérochon en 1920, lorsqu’il reçut le Goncourt. L’année précédente, cela avait été Marcel Proust, pour « A l’ombre des jeunes filles en fleurs ». La postérité
Publié dans Les ensablés, littérature 1914-1970 | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Notes de voyage de Laurent Jouannaud: Soumission à « soumission » de Michel Houellebecq

Hé oui, j’ai quitté mes classiques pour plonger dans l’actualité littéraire, dans un roman de circonstance, dans Soumission de Michel Houellebecq (abrégé ici en MicHou). Un copain m’avait envoyé le texte en ligne. Une stagiaire qui lit beaucoup m’a proposé son exemplaire. Une vieille amie à qui je rendais visite venait d’en finir la lecture et m’a prêté son volume. La pression était trop for
Publié dans Notes de voyage de Laurent Jouannaud | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

« L’enfant à la balustrade », de René Boylesve (1867-1926): Combray par la petite porte

Il y a quelque temps, au café Marceau, j’ai eu la chance de retrouver François Ouellet, professeur de littérature française au Québec, et grand spécialiste de la littérature « en marge » (pour reprendre son expression). Il a publié plusieurs ouvrages, dont, en collaboration avec d’autres spécialistes, « Populisme, pas mort », dont j’ai déjà pa
Publié dans Les ensablés, Littérature jusqu'en 14 | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Chroniques de Denis Gombert: « Le bonheur des tristes » de Luc Dietrich (1913-1944)

« Mes camarades, j’étais avec eux mais j’étais seul pourtant » Placé après le décès de son père chez son oncle Gustave et sa tante Gertrude, Luc n’ira pas à l’école, « la tante Gertrude ne m’envoyait pas à l’école parce que l’école corrompt l’image enfantine ». Livré à ses doutes et à ses peurs, l’enfant développe une sensibilité. Singulière : il hurle la nuit, se griff
Publié dans Chroniques de Denis Gombert, Les ensablés, littérature 1914-1970 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Notes de voyage de Laurent Jouannaud: Charles Baudelaire et Caroline Aupick, sa mère.

Mon cher Hervé, j’ai feuilleté la correspondance de Baudelaire, éditée par le savant baudelairien Claude Pichois, deux volumes de la Pléiade. Je ne sais plus à quelle occasion j’ai acheté ces beaux livres. J’ai ouvert le premier tome au hasard (Correspondance I 1832-1860). J’ai commencé à lire devant les étagères et je me suis laissé prendre par cette vie prise sur le vif, par Charles Baudelaire
Publié dans Notes de voyage de Laurent Jouannaud | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mes espoirs de retour de H.J. Coudy: « La Vénus Perdue » de François Prieur, le livre qui n’aurait pas du exister.

Il est des auteurs qui ne sont plus vraiment des ensablés, tellement ils sont enfouis dans des couches géologiques du temps. On ne peut les en extraire qu’à la condition d’y mettre du sien et qu’eux-mêmes n’aient pas organisé avec obstination leur disparition des mémoires . François Prieur est de ceux-là. L’homme était marseillais, né sans doute du temps de Jules Grevy et disparu sous de G
Publié dans Les ensablés, littérature 1914-1970, Mes espoirs de retour par H.J Coudy | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le totalitarisme rampant: symptômes divers

Chers lecteurs, lorsque vous irez à la Défense, regardez en l’air, vous trouverez, penchés vers vous avec la bienveillance de mères attentives, d’énormes smartphones rectangulaires à bords noirs, surmontant des pylônes. Sur leurs écrans en couleur, défilent des informations sur le temps, et l’annonce d’événements se déroulant sur le parvis. Hier, chers lecteurs, vous êtiez con
Publié dans Humeurs | Marqué avec , , , | Un commentaire

Réédition des Mémoires de Léon Daudet (1867-1942) chez Laffont.

Passionnés d’histoire littéraire, amateurs de portraits écrits avec mordant et humour (parfois féroce), il vous faut rapidement acquérir les mémoires de Léon Daudet (32 euros) que viennent de rééditer les Éditions Laffont dans la Collection Bouquins sous le titre « Souvenirs et polémiques ». Le volume (1400 pages) se compose des « Souvenirs des milieux littéraires
Publié dans Actualités, Les ensablés, littérature 1914-1970 | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Chroniques du Lac: « Moi, la Gare » de Patrice Amarger, par Elisabeth Guichard-Roche

Chroniques du Lac. « Moi, la Gare », Patrice Amarger, 2015. Éditions de la Bisquine. Je m’écarte aujourd’hui du fil conducteur de ce blogue pour partager un coup de cœur: « Moi, la Gare » de Patrice Amarger, qui vient d’être publié aux éditions de la Bisquine. C’est aussi l’occasion d’encourager une toute récente maison d’
Publié dans Actualités | Marqué avec , , , , , , , | Un commentaire

Jane Henriot, Le Bargy, Madame Simone… Un spectacle au Théâtre Proscenium

J’ai parlé il y a peu de Madame Simone (1877-1985), actrice célèbre puis romancière (cliquer ici). Le hasard fait bien les choses: elle est une des héroïnes de la pièce Jane (s)actuellement jouée au Théâtre Proscenium (2, passage du bureau, 75011 Paris, Métro Alexandre Dumas). Marie Den Baes est à la fois l’auteur, le metteur en scène et l’actrice principale de ce « docu-th
Publié dans Actualités | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire